Institut Français : Lettre d’Information Médiathèque Michel Vieuchange Octobre 2015

Mediatheque octobre

La route d’Imouzzer à Tamri

Pour rentrer sur Agadir après notre journée au Riad de l’Olivier, nous avons choisi la route (un peu plus longue mais si belle) qui passe par Imouzzer pour rejoindre la côte à Tamri.

Les averses de ces derniers jours ont nettoyé la végétation et les paysages sont merveilleux :
IMG_0902 IMG_0903 IMG_0904 IMG_0906 IMG_0907 IMG_0908 IMG_0909 IMG_0910 IMG_0911 IMG_0912 IMG_0913 IMG_0914 IMG_0915 IMG_0916 IMG_0917 IMG_0918 IMG_0919 IMG_0920Le soleil presque couchant fait prendre des couleurs magnifiques au bled :IMG_0921 IMG_0922

Hier mardi, avec Fairouz, Marc, Camille et Mehdi au Riad de l’Olivier

Quel plaisir de retrouver nos amis Marc et Fairouz de passage pour quelques jours au Riad de l’Olivier :

IMG_0895 IMG_0896

De très agréables retrouvailles :

IMG_0897et, avec nous, Alain et Marie-Christine venus d’Imi Ouaddar :

IMG_0901

Le repas a été délicieux, comme toujours au Riad de l’Olivier (ça, ce n’est pas un scoop, tout le monde le sait ! ).
Marc et Fairouz ne seront au Riad que jusqu’à jeudi (un passage ici en coup de vent) : Marc nous a dit qu’il avait « un petit truc » qui nécessite une intervention chirurgicale. et ils nous reviendront dès que possible. Tous nos voeux de prompt rétablissement et de bonne santé pour eux deux les accompagnent.

Le droit des enfants en situation de handicap à l’éducation et à l’enseignement

libe.ma – 30/09/2015

8325222-13039366

« Une éducation inclusive pour les enfants en situation de handicap » dans la région de Souss-Massa-Drâa est le thème d’une rencontre tenue, récemment à Agadir, avec la participation d’un groupe de travail relevant de l’Académie régionale d’éducation et de formation de la région et formé pour assurer la recherche et le suivi de la mise en œuvre de cette initiative.
L’organisation de cet atelier, qui s’inscrit dans le cadre du programme de coopération établi entre le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) d’une part, et l’Organisation Handicap international (HI), d’autre part, permettra de préparer la participation au séminaire national prévu en novembre prochain visant à partager les idées et les plans d’action possibles autour de ce projet, indique un communiqué de l’Académie, rapporte la MAP.
Organisé sous la supervision d’une experte internationale, cet atelier vise à capitaliser et valoriser les actions et les réalisations au niveau des préfectures et des provinces de la région Souss-Massa-Drâa, en vue de faciliter l’opération de la mise en œuvre d’une éducation inclusive pour les enfants en situation de handicap, ajoute le communiqué
A cette occasion, l’experte internationale a rappelé le contexte du projet lié à la mise en œuvre du droit des enfants en situation de handicap à l’éducation et à l’enseignement, et ses résultats qui se représentent essentiellement dans la mise à disposition des acteurs pédagogiques les aptitudes nécessaires en la matière, outre l’adhésion de l’ensemble des intervenants des associations de la société civile, des départements gouvernementaux et des acteurs pédagogiques à ce projet.
L’objectif de l’opération de capitalisation est de transformer l’expérience en connaissance partageable, l’objectif étant de mettre en évidence les éventuelles approches participatives, les succès réalisés et les défis et enjeux à relever, en faveur de l’éducation des enfants en situation de handicap, a-t-elle expliqué.
Les travaux de cet atelier ont porté sur la détermination des pratiques idoines, des capacités développées et des éléments permettant le partage d’expérience, outre l’élaboration d’une stratégie pour la présentation de ce projet et sa diffusion à l’échelle nationale.

L’Institut français ouvre ses portes aux étudiants

lematin.ma – 28/09/2015

institut-francais

Fort du succès des années précédentes, avec quelque 6.000 visiteurs en 2013 et plus de 10.000 en 2014, l’Institut français du Maroc et son service Campus France renouvellent, dans chacun des Instituts français du pays, leurs Journées portes-ouvertes aux étudiants à destination des personnes qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures en France.

L’événement sera organisé le 3 octobre prochain à Agadir, Fès, Meknès, Oujda, Safi, Tanger et Tétouan et le 10 octobre à Casablanca, El Jadida, Essaouira, Marrakech et Rabat. Par la même occasion, Campus France présentera le panorama des études supérieures en France, les procédures de candidatures auprès des établissements de l’enseignement supérieur français, ainsi que les passerelles entre les cursus marocains et français.

Des professionnels de Campus France recevront individuellement les étudiants pour les accompagner dans leur choix de formations qualifiantes. Ces derniers pourront aussi rencontrer des personnes qui ont étudié en France et qui témoigneront sur le choix de leur orientation, les études et la vie en France, la valeur des diplômes français, leur parcours professionnel et leur retour au Maroc.

Programme de la semaine à l’Institut français d’Agadir

12074988_884847804924779_6377071823889593152_n

Rallye OiLibya du Maroc : Le compte à rebours est lancé

par David Jeremie – challenge.ma-  29/09/2015

oilibya

Encore quelques semaines à attendre, avant que démarre sur les chapeaux de roues la 16ème  édition du Rallye OiLibya du Maroc. Une épreuve qui accueille un plateau sportif relevé, qui aura à cœur de briller sur les pistes sablonneuses et caillouteuses du sud marocain.

Les amateurs et autres professionnels des rallyes tout terrain doivent être impatients d’en découdre. Ils pourront fouler dans quelques semaines, plus exactement du 3 au 9 octobre prochain, les pistes sablonneuses et caillouteuses du sud marocain à l’occasion de la 16ème édition du Rallye OiLibya du Maroc. Sous le Haut Patronage de sa Majesté le Roi Mohammed VI, cet événement sportif peut être considéré comme faisant partie de l’un des plus grands rallyes tout-terrain en Afrique. Outre le volet sportif, il constitue également un événement médiatique et touristique majeur. Concoctée par NPO Event en étroite collaboration avec la Fédération Royale Marocaine de Motocyclisme (FRMM), la Fédération Royale Marocaine des Sports Automobiles (FRMSA), mais également les Fédérations internationales de motocyclisme et de l’automobile (FIM et FIA),  l’organisation de cette édition  s’avère prometteuse. Et pour cause, l’enjeu est d’autant plus important pour les concurrents sachant que certains jouent le titre mondial. En effet, ce rallye est inscrit dans le calendrier de la finale du championnat du monde des motos en rallyes tout terrain mais aussi dans celui de la Coupe du monde FIA des rallyes tout-terrain, pour les autos. A l’annonce du retrait de Marc Coma, alors leader du championnat du monde motos, ses adversaires devraient tout faire pour tirer, eux aussi, leur épingle du jeu. Paulo «Speedy» Gonçalves, champion en 2013 fait figure de favori, mais de jeunes pilotes prometteurs devraient lui mener la vie dure. Champion du monde en Quad et vainqueur du Rallye OiLibya du Maroc 2013 et 2014, Sonik Rafal a remis son titre en jeu pour réaliser la passe de trois. En catégorie auto, quelques grosses équipes devraient venir jouer la gagne et aussi réaliser des essais grandeur nature dans l’optique de se préparer, pour certains, au Dakar 2016  qui se déroulera en début d’année prochaine. Par ailleurs, cette épreuve permet aux pilotes amateurs d’évoluer aux côtés de pilotes professionnels, quelles que soient les catégories : auto, moto, quad ou camion.

Tout est dans la préparation

Harite Gabari
Harite Gabari

Un rallye qui demande tout de même certaines qualités pour espérer le remporter. Ainsi, peu de temps avant le départ officiel de l’épreuve,  la NPO Academy (prévue le 4 octobre), sera l’occasion pour les pilotes et équipages demandeurs d’une formation théorique et d’une session pratique de s’initier, de se remettre à niveau ou de  se perfectionner afin d’aborder dans les meilleures conditions cette épreuve. Plus de 30 compétiteurs ont souhaité profiter des conseils avisés de professionnels avant de se lancer dans l’aventure. A ce jour, l’édition 2015 se compose de 180 véhicules et 300 compétiteurs, les listes d’inscription n’étant pas encore totalement closes. Ces derniers, se sont donc donné rendez-vous à Zagora dès le 3 octobre pour s’affronter sur les cinq spéciales du parcours. Ils auront à couvrir près de 2 000 km dont 1.500 en secteurs sélectifs sur des terrains aussi variés que techniques, avec une part non négligeable réservée à la navigation. Arrivée prévue à Agadir le 9 octobre prochain.

Agadir-Tiznit : Levée de l’interdiction du ramassage et de la commercialisation des coquillages

media24.com/MAP – 28/09/2015

Moules Tellines
Presse-papiers-1

Exclusif le360.ma : Le Maroc bloque le projet suédois Ikea

Par Ziad Alami – le360.ma – 28/09/2015

Le blocage du projet Ikea, entreprise suédoise spécialisée dans la conception et la vente au détail de mobilier et objets de décoration, a été décidé ce lundi 28 septembre par les autorités marocaines, en représailles au projet de la Suède de reconnaître la chimérique RASD (République Arabe Saharaouie Démocratique ).

ikea_web

Réaction ferme et vigoureuse des autorités marocaines au projet de Stockholm de reconnaître la chimérique «RASD».  Le projet Ikea Maroc a été bloqué, suite à une réunion d’urgence qui s’est tenue ce lundi 27 septembre à la primature, sous la présidence du chef de gouvernement Abdelilah Benkirane.
Les leaders de huit partis nationaux, majorité et opposition comprises, ont assisté à cette réunion consacrée à la question nationale. En représailles contre la position du gouvernement social-démocrate suédois de reconnaître l’entité séparatiste, il a été décidé de reconsidéder les intérêts de ce pays au Maroc.

PJD-RNI : AGADIR, LA GIFLE DE TROP POUR LES ISLAMISTES

par Abdeladim Lyoussi – le360.ma – 27/09/2015

C’est un autre épisode qui va compliquer les relations entre le PJD et le RNI. Les RNIstes d’Agadir, lors de l’élection du Conseil provincial, ont faussé compagnie aux PJDistes à qui ils avaient promis des postes au sein du Bureau. Explication.

Lahcen Bijdiguen, président du conseil provincial d’Agadir-Idaoutanane au grand dam des islamistes.
Lahcen Bijdiguen, président du conseil provincial d’Agadir-Idaoutanane au grand dam des islamistes.

Le PJD n’a pas encore eu le temps de digérer la «trahison» de son (présumé?) allié au gouvernement, le RNI, lors de l’élection des présidents des conseils des régions le 14 septembre, que voilà qu’il prend une nouvelle claque à Agadir. Hier samedi, et selon un pacte scellé entre les deux partis et signé par leurs responsables provinciaux, Lahcen Bijdiguen (RNI) a été porté à la présidence du Conseil provincial d’AgadirIdaoutanane en raflant la totalité des voix (23). L’autre partie du deal était que le PJD (6 sièges) et le RNI (9) se partagent les autres postes de responsabilité (adjoints du président et secrétaires). A la dernière minute, et comme par magie, surgit une nouvelle liste où les responsabilités sont plutôt dispatchées entre le RNI, le PAM (6 sièges) et l’USFP (2 sièges)! Quant aux islamistes, ils repartent les mains vides et crient au scandale. «C’est une dangereuse dérive qui remet en cause l’exercice de la démocratie réelle et qui va à l’encontre des valeurs que doivent observer les acteurs politiques», commente Mohamed Bakiri, responsable provincial du parti de Benkirane dans des déclarations au site officiel du PJD. ` Lahcen Bijdiguen, homme politique détesté par les islamistes dans le Souss, est une figure incontournable de la scène politique de la région. On ne compte plus le nombre de ses casquettes entre le Parlement, la Chambre des pêches maritimes ou encore le sport (Hassania d’Agadir). Depuis hier, il entame son troisième mandat à la tête du Conseil provincial d’Agadir Idaoutanane.

Visite hier de l’Agadir Inoumar

Nous voulions faire découvrir à ma soeur Régine et à Georges un grenier fortifié de l’Anti-Atlas.

Celui d’Imchguiguilne étant toujours fermé pour de sombres et absurdes raisons (quel dommage et quel gâchis pour le tourisme local ! ), nous avons décidé, accompagnés de Marie-France Dartois et Jean, d’aller voir celui d’Inoumar, tout aussi intéressant et beaucoup plus grand (il comporte au total 576 cases).
Il se trouve à peu près à la même distance d’Agadir, mais il y a environ 3 kilomètres de piste (facile) à faire pour y arriver.

Il est situé sur la pente sud du relief, en contrebas du village (« Inoumar » signifie « Adrets » en berbère) :

IMG_0867

Une partie de l’agadir est en relativement bon état, mais la sauvegarde du patrimoine étant ici très loin d’être une priorité, une partie du mur d’enceinte et quelques travées de cases sont écroulées, comme on le voit très bien sur cette vue satellite, le toit d’une douzaine de cases est détruit à la partie sud et si rien n’est fait rapidement, le reste suivra inexorablement !

Inoumar satelliteLe reste est toujours aussi beau et étonnant à voir, et c’est l’amine Mohamed qu’on connaît depuis plusieurs année qui nous attendait

IMG_0885 pour ouvrir la serrure de la porte avec sa clé de sûreté :IMG_0874 IMG_0875Le tour du grenier en passant entre le mur d’enceinte et le grenier lui-même :

IMG_0872

IMG_0873 IMG_0869

et l’intérieur du grenier :

IMG_0878

IMG_0886 IMG_0881 IMG_0880

Détails du plafond de l’entrée :

IMG_0868

IMG_0877

Les serrures de portes d’entrée étaient fabriquées par des menuisiers :

IMG_0889 IMG_0890

IMG_0888

et celles des cases par des forgerons :

IMG_0883

IMG_0882

Sur ce portillon, on distingue encore bien la décoration avec des motifs berbères
Sur ce portillon, on distingue encore bien la décoration avec des motifs berbères

Quelques vues du vieux village au dessus du grenier et des paysages aux environs immédiats

IMG_0863 IMG_0866

La mosquée
La mosquée

IMG_0892

Ce n'est pas de l'eau, mais des galets qu'on aperçoit dans le lit de l'oued
Ce n’est pas de l’eau, mais des galets qu’on aperçoit dans le lit de l’oued Aouerga !

Ali Faiq : le répertoire des Rways revisité

hqdefault

.

Très populaire au Maroc, illustre héritier des traditions musicales régionales, Ali Faiq est un chanteur à la voix chaude et unique, doté d’une palette stylistique vaste et variée. Sa musique dévoile une réflexion sensible et crée une alchimie entre les sonorités occidentales et le répertoire musical et poétique des Rways. Son dernier album, sorti en 2013, intitulé Tirra S’Ikwlane ou Écrits en couleurs est un hommage rendu aux artistes peintres et plasticiens.

.

Zizoui Lahcen écrit à propos de sa formation Amarg Expérience :

« AMARG EXPERIENCE se réclame comme une approche nouvelle et avant–gardiste de la tradition lyrique et musicale de l’école Tirruyssa. C’est une formation à géométrie variable, véritable tampon entre l’ancienne et la nouvelle génération.
C’est un réceptacle de talents et d’expériences des ex-membres de la mythique AMARG FUSION et la collaboration des rways et instrumentistes de renom, dont la philosophie consiste a déterrer les trésors cachés et inconnus du patrimoine musical des Rways et de les présenter à une audience nationale et internationale dans un moulage moderne.
AMARG EXPERIENCE vise a apporter un souffle nouveau a la riche tradition pentatonique de l’école Tirruyssa, en mixant celle-ci avec des influences modernes afin de créer un style unique, à la fois novateur et ancré dans la tradition. Cela est devenu possible grâce a la collaboration et l’apport enrichissant des membres du groupe tous issus d’horizons différents : on y trouve des Rways, maitres instrumentistes et des jeunes prodiges des musiques occidentales.
La philosophie de AMARG EXPERIENCE s’articule autour d’une approche favorisant l’exploration, la collecte et l’interprétation du répertoire ancestral de la Tradition Tirruyssa et qui date des années 1920 et au delà. Un répertoire dont les pionniers furent RAYS BOUJEMAA, RAYSA AABOUCHE TAMASSITE, RAYS ABDELLAH YENNAYER, MOHAMED SOUSSI et tant d’autres méconnus du grand public. L’approche du groupe n’est pas la reproduction ni la relecture pure et simple des chants traditionnels, mais plutôt de réussir une alchimie entre ceux-ci et les sonorités occidentales. »

Il vient d’ouvrir son site web :

11973927_10206709043259000_1732776891_o

Ali Faiq s’est produit le 7 novembre dernier à l’Institut Français d’Agadir.
Voici une vidéo prise à cette occasion :

Aïd Al-Adha : Les agglomérations désertées après la fête

Hajjar El Haiti – lematin.ma – 25/09/2015

La métropole est quasiment vide durant la fête de Aïd Al-Adha.
La métropole est quasiment vide durant la fête de Aïd Al-Adha.

Comme chaque année, pendant les jours qui suivent la fête du sacrifice, les grandes villes retrouvent le calme. La circulation est plus fluide, les rues sont presque désertes, l’activité commerciale est très réduite… Aïd Al-Adha est la fête de famille par excellence. C’est pourquoi un grand nombre de commerçants et d’artisans, vivant durant toute l’année dans les grandes villes, choisissent cette période pour prendre leurs vacances annuelles et retourner dans leur région natale, pour célébrer cette fête sacrée avec leurs proches et profiter de bons moments en leur compagnie. «Chaque année, pendant la période de Aïd Al-Adha, je quitte la ville de Casablanca, dans laquelle je travaille depuis plusieurs années, pour aller passer cette fête avec ma famille dans notre village qui se situe dans la région d’Agadir. Cette fête est la véritable occasion où le retour au bled est indispensable. J’y reste environ un mois. C’est une habitude sacrée que je ne compte jamais changer, malgré toutes les difficultés et les désagréments du voyage. Après tout, la fête, ce n’est qu’une fois par an», confie Hassan, 37 ans, menuisier à Casablanca. Les déplacements pendant cette période sont, sans doute, les plus massifs de l’année et cela ne passe pas inaperçu. En effet, suite aux nombreux départs et voyages occasionnés par cette fête, les villes deviennent d’un seul coup plus paisibles. Cela peut se sentir même quelques jours avant la fête. Pour les personnes qui se rendent chaque jour au travail, c’est le bonheur : le trafic est fluide, les embouteillages disparaissent, les coups de klaxon se font très rares… «J’aime beaucoup cette période de l’année. C’est l’une des rares périodes où l’on peut se balader dans la ville en paix sans embouteillage, arriver au boulot à l’heure… Quelle joie ! Si seulement tous les jours de l’année étaient comme ça !» se réjouit Rania, 31 ans, mère de famille et employée dans une entreprise privée. Cependant, la «désertification» des grandes villes n’a pas que des avantages. En effet, en attendant le retour des personnes qui sont allées passer la fête dans leur région natale, beaucoup de commerces et de restaurants resteront rideau baissé durant au moins une dizaine de jours, ce qui engendre des inconvénients pour beaucoup de personnes. «Aïd Al-Adha est une fête sacrée que j’apprécie beaucoup, mais qui engendre malheureusement pas mal de soucis. Avant la fête, nous avons plein de courses à faire, beaucoup de dépenses… le jour de l’Aïd est très fatigant et après l’Aïd, c’est le comble, surtout pour les personnes qui sont obligées de rester au bureau toute la journée comme moi. Puisque tous les restaurants et snacks du coin sont fermés, je ne peux prendre que des biscuits pour le déjeuner. Il est aussi difficile de trouver des bus ou des taxis en cette période. Vivement que la vie en ville reprenne son cours normal», se plaint Fatim-Zahra, 38 ans, assistante dans un centre d’appel. Afin d’éviter de manquer de quelque chose pendant les jours qui suivent la fête, beaucoup de personnes ont préféré s’approvisionner avant que les commerces ne ferment. À la veille de l’Al Aïd, les supermarchés, les grandes surfaces, les épiceries… tous étaient pris d’assaut par les ménages qui n’ont pas hésité à multiplier l’achat de toutes sortes de produits dont ils ne sont même pas sûrs d’avoir besoin. Ceux qui ont oublié de faire des provisions avant la fête auront certainement du mal à s’en sortir. «Je suis sortie avec mon mari le deuxième jour de l’Aïd pour acheter tout ce dont nous avons besoin, comme d’habitude, mais nous n’avons rien trouvé. Même les grandes surfaces et les supermarchés qui sont ouverts ne sont pas assez approvisionnés. Nous avons besoin de beaucoup de choses, mais on ne trouve rien», fustige Amina.

Location touristique : Airbnb commence à percer au Maroc

Anne-Sophie Martin – lavieeco.com – 25/09/2015

Très critiqué à l’étranger, le phénomène inquiète moins les hôteliers marocains, en tout cas pour l’instant. Le ministère du tourisme n’exclut pas la possibilité de lancer une réflexion pour anticiper les contrecoups du phénomène.

airbnb-casas-para-aves

En cinq ans d’existence, la plate-forme de location et de réservation de logements de particuliers Airbnb, née à San-Francisco et valorisée à 24 milliards de dollars, a réussi, tout comme l’ont fait, quelques années plus tôt, Booking et autres, à profondément bouleverser le comportement d’une grande partie des touristes, qu’il s’agisse du groupe d’amis, du couple, voire du voyageur d’affaires. Plus de 55 millions de voyageurs, et 17 millions rien qu’en juillet et août dernier, ont utilisé cette plate-forme pour voyager. Se targuant d’être implanté dans 190 pays, le site ne pouvait être absent dans un pays aussi touristique que le Maroc. Un coup d’œil attentif permet de constater que son offre au Maroc est même déjà très présente. Logements entiers, chambres privées ou chambres partagées, du nom des trois catégories de logements proposés sur le site, on trouve de tout pour les différentes destinations du Royaume, même les moins exposées comme Asilah, Safi ou Oualidia. Prenons l’exemple d’un couple qui souhaite voyager le week-end du 2 au 4 octobre prochains. A Marrakech et région, il pourra choisir parmi plus de 1 000 locations «logements entiers», autant de «chambres privées» et 36 «chambres partagées». En moyenne, une nuit en Airbnb dans la ville ocre coûtera à notre couple 108 euros, soit 1100 DH, mais les offres vont de 9 euros la nuit à plus de 1000 euros.

«Luxueuse villa», «maison d’hôtes de luxe», «riad pour 36 personnes», «kasbah traditionnelle», «villa dans palmeraie», «bel appart», l’offre est pléthorique à Marrakech et dans sa région. Elle l’est également à Tanger où pas moins de 574 locations, à 84 euros la nuit en moyenne, sont disponibles pour la période que nous avons choisie, soit 438 «logements entiers» (97 euros la nuit en moyenne), 133 «chambres privées» (52 euros la nuit en moyenne) et 9 «chambres partagées» (62 euros la nuit en moyenne). Pour cette même période, Airbnb propose 543 locations à Casablanca, avec un prix moyen à la nuit de 80 euros, dont 456 «logements entiers» (85 euros la nuit en moyenne), 83 «chambres privées» (53 euros la nuit en moyenne) et 4 «chambres partagées» (36 euros la nuit en moyenne). Juste derrière, Agadir propose aux voyageurs 350 «logements entiers» (69 euros la nuit en moyenne), 83 «chambres privées» (41 euros la nuit en moyenne) et 21 «chambres partagées» (26 euros la nuit en moyenne). Avec Rabat (290 locations, à 78 euros la nuit en moyenne), Fès (365 locations à 66 euros la nuit en moyenne), Béni-Mellal (16 offres à 56 euros la nuit) ou encore Dakhla (8annonces à 69 euros la nuit en moyenne), Airbnb prend, discrètement mais sûrement, pied au Maroc avec des milliers d’annonces en ligne.

De l’informel structuré et visible

Pour les «hosts», ou loueurs, qu’ils soient propriétaires ou locataires, résidants ou MRE, mettre son appartement ou une chambre privée en location sur ce site, ou tout autre plate-forme aux fonctionnalités identiques, génère un revenu non négligeable, voire substantiel, et ce, malgré le prélèvement d’une commission par le site. Pour les voyageurs, cet outil présente l’avantage d’offrir des logements atypiques, très bien situés et équipés, voire parfois peu visibles sur Internet, à l’image des apparts-hôtels, répondant à la tendance de personnalisation croissante de l’expérience client.

Accusé d’accentuer la sous-location, notamment en France, et fortement critiqué par les hôteliers qui y voient de la concurrence déloyale, le site Airbnb, et dans une moindre mesure ses compères, est encore loin d’inquiéter de façon massive les professionnels au Maroc. «La clientèle Airbnb n’a rien à voir avec la clientèle des hôtels. Le système a toujours existé. Le danger existe, comme pour tout», déclare Fouzi Zemrani, vice-président de la Confédération nationale du tourisme (CNT). Du côté de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH), on assure que Airbnb et consorts représentent «une concurrence déloyale et structurée, à un échelon toutefois supérieur de ce que l’on connaît déjà». «Les hôteliers se sont déjà plaints de booking sans que rien ne soit fait», souffle-t-on du côté des professionnels.

Globalement, les hôteliers critiquent ce type de plateforme comme ils critiquent le logement informel. Sauf que là, on parle d’une offre informelle organisée, structurée et bel et bien visible. On est loin des semsars postés à l’entrée d’Essaouira ou de Martil ! A Tanger, on s’inquiète un peu plus de cette «concurrence déloyale qui commence à être bien implantée». Le ministère du tourisme, quant à lui, reconnaît qu’une réflexion devrait être menée, avec les professionnels du secteur, pour savoir comment composer, en matière de réglementation ou de garanties de sécurité et sanitaires, avec ces nouveaux outils.

Azigzao édite le Guide des parcours d’Exception au Maroc : l’Effet Maroc

Vient de paraître : l’Effet Maroc de l’Agence Azigzao :

Le Guide des Parcours d’Exception au Maroc

Guide Azigzao_0001En attendant d’être disponible dans les meilleurs kiosques du Maroc, à partir du 15 octobre,
le guide sera présent sur deux événements internationaux :

F_e83a44c0b5d421cbe3187877366a75a6549013434a70fTop Resa 2015

Paris Expo Porte de Versailles à Paris

du 29 sept. au 02 oct. 2015

_LOGO_DATE_BLACK_NOV_2015_7b3c5
World Travel Market 2015

à Londres

du 02 au 05 nov. 2015

Ce guide, sorti actuellement en tirage limité fera l’objet d’un second tirage en fin d’année.

Paru dans THR Magazine :
L'effet Maroc Guide des Parcours d'Exception au Maroc Un ouvrage Unique en son genre
L’effet Maroc
Guide des Parcours d’Exception au Maroc
Un ouvrage Unique en son genre
Quelques pages du guide prises au hasard :THR_0003 THR_0004 THR_0005et sur le même numéro de THR Magazine, un article pour rendre hommage et distinguer une personne que je tiens en très haute estime :
Touria Boulbaroud, Directrice Générale de Azigzao :

THR_0006

L’Aïd au bled dans une famille marocaine

Nous étions invités tous les quatre (ma soeur Régine, Georges son époux, Nicole et moi) chez nos amis M’Bark et Saadia pour passer la journée de l’Aïd avec eux, en famille à Imchguiguilne

A notre arrivée, nous passons (déjà ! …) à table pour déguster un petit déjeuner de fête :

IMG_0770Toutes les gourmandises du bled sont là : huile d’olive, huile d’argane, zebda (beurre maison), miel, amlou, olives, charcuterie de dinde, aghroum (pain cuit au tafarnout), gâteaux, le délicieux thé à la menthe…

Pour la fête, tous ont mis de beaux habits, les deux dernières filles de M’Bark et Saadia sont ravissantes :

Ajar
Ajar
Asma
Asma

C’est ensuite le traditionnel sacrifice du mouton en souvenir du sacrifice d’Abraam à qui Dieu avait envoyé un bélier pour épargner la vie de son fils (Isaac dans la bible et Ismaël dans le coran) qu’il lui avait demandé de sacrifier.

Je vous épargne le sang :

IMG_0762Le bélier est dépecé, après avoir soufflé de l’air par une entaille pratiquée au niveau d’une patte pour décoller la peau  :

IMG_0784 IMG_0787IMG_0771Il est ensuite vidé, en récupérant avec soin coeur, foie et rognons
IMG_0773 IMG_0775

et, bien sûr la crépine qui va servir aux brochettes :IMG_0774

L’estomac et les intestins sont longuement et minutieusement lavés pour la préparation des tripes :

IMG_0807 IMG_0808

Le tout (sauf l’intestin) est coupé pour la cuisson.

IMG_0806

Pour l’intestin, la préparation consiste à en faire une « chaînette », comme au crochet, travail que Saadia réalise avec beaucoup de dextérité :

IMG_0810

vidéo :

IMG_0814

puis elle ajoute tous les ingrédients qui vont donner si bon goût au plat : oignons, ail, persil, épices…IMG_0816 IMG_0818 IMG_0822et, c’est parti pour la cuisson…

Pendant que les tripes cuisent, il faut s’occuper des brochettes  d’abats (les meilleures !) :

IMG_0817

Le foie est précuit sur le canoun :

IMG_0819

Le coeur et les rognons puis le foie sont coupés en petits morceaux :

IMG_0823 IMG_0825

La crépine est découpée en fines bandelettes :

IMG_0820 IMG_0821

et tout est prêt pour confectionner les brochettes :

IMG_0824

Chaque morceau de foie est entouré d’une bandelette de crépine pour éviter qu’il ne soit trop sec :

IMG_0826 IMG_0827

Vidéo :

IMG_0829 IMG_0831

La cuisson est rapide et il n’y a plus qu’à se régaler :

IMG_0832

Un délice ! ! !

IMG_0834

Le tout est accompagné de l’aghroum que Saadia a cuit au tafarnout :

IMG_0838 IMG_0840 IMG_0841 IMG_0843

La journée s’avance mais on ne peut pas partir sans déguster un peu de méchoui !!!

IMG_0850

IMG_0851

Nous avons tous apprécié cette belle journée à Imchguiguilne, comme elle est vécue dans les familles du bled et, rassasiés de bons plats, nous avons quitté nos amis à l’heure où les voisins se rendent visite pour se souhaiter Aïd Moubarak.

Sur la route du retour, nous avons croisé le boujloud (carnaval) d’El Klea où tous les jeunes manifestaient leur joie :

IMG_0852 IMG_0853 IMG_0854 IMG_0857 IMG_0858

Une journée merveilleuse et authentique !

Photos et vidéos M. Terrier

Il y a des soirées qui procurent un plaisir immense

L’Association du « Lien » est en ce moment à Agadir et une petite partie du groupe, de vrais amis de l’Agadir d’avant 1960 tenaient à nous voir et nous ont invités hier soir au Restaurant « Chiquito » du Tikida Beach.IMG_0751

De gauche à droite : Nicole, Lydia Dettori, Lucie BianchiIMG_0752

Toujours de gauche à droite, Carmen Guerrero, Maguy Berthelon, Gilbert Bianchi.

A table, un menu de poisson nous était offert : après la succulente soupe de poissons, cette assiette de lotte… divine…!
IMG_0753Nous voici tous, visiblement heureux de nous retrouver :IMG_0754Et la soirée s’est terminée tard (même pour ceux qui se couchent tôt habituellement) devant le traditionnel thé à la menthe, avec Antoinette (à droite) qui était venue se joindre à nousIMG_0756 IMG_0757

Merci à vous tous, de ce merveilleux moment que nous avons passé !

Bonne fête de l’Aïd à tous mes amis

Aid moubarak—————————————————-

images

Ils ont gagné…

par Hinde Taarji – lavieeco.com – 23/09/2015

Nos pères avaient compris qu’il ne saurait y avoir d’émancipation du pays sans émancipation féminine. Ce pourquoi, en même temps qu’ils prônèrent le droit des femmes à l’instruction, ils se firent les défenseurs du dévoilement de leurs sœurs, épouses et filles.

Hinde Taarji
Hinde Taarji

On en a conscience certes, mais une conscience épisodique, qui se réveille sous le coup d’un événement, d’une image et qui, sitôt ceux-ci passés, tend à s’effacer avec eux. Pourtant le fait est là : les temps, au Maroc, ont changé, nous avons basculé dans un autre «mood», un «mood» régressif qui nous renvoie des lustres en arrière.

Pour expliquer la victoire sans appel de son parti aux élections communales et régionales, Abdelillah Benkirane, triomphant, a déclaré, parlant du mouvement qu’il incarne, que lui et ses «frères» ont récolté ce qu’ils ont semé. Faisant montre de sa connaissance des lettres françaises, il a illustré son propos en se référant à la fable de la cigale et de la fourmi. «C’est comme la cigale et la fourmi. Nous travaillons et les autres chantent». On ne peut que lui donner raison. Au cours des trois dernières décennies, les islamistes marocains ont entrepris un travail idéologique de fond, grandement aidés en cela par la répression menée contre l’extrême-gauche sous Hassan II et la politique d’arabisation de l’enseignement public qui, à compter de 1975, ouvre l’Education nationale à certains enseignants Frères musulmans. Ce travail de «fourmi» a porté ses fruits dans le champ politique comme nous venons d’en avoir un nouvel exemple ce 4 septembre. Mais c’est dans le champ social, dans les modes de vie et les comportements qu’il a produit ses effets les plus éclatants. Le changement induit se traduit par des signes multiples qui, pris séparément, peuvent apparaître comme des «épiphénomènes». C’est ainsi d’ailleurs que certains commentateurs se sont employés à qualifier les incidents qui émaillèrent l’été – le «no bikini» d’Agadir, l’affaire des jupes d’Inezgane, le lynchage de Fès … – et contre lesquels toute une frange de la société civile a réagi avec force. Ces éditorialistes ont ironisé sur le fait de s’émouvoir d’une affaire de jupes quand les vrais problèmes seraient ailleurs, comme si la défense des libertés publiques ne pouvait aller de pair avec celle de la justice sociale. Or cette fameuse affaire de jupes a agi comme un révélateur de la régression idéologique en cours. Première affectée par le vent liberticide qui se lève sur le pays, la femme dont la liberté de mouvement et d’être se rétrécit de façon inquiétante. L’exemple le plus parlant est celui du droit de se mettre en maillot de bain. Depuis quelques années en effet, les Marocaines y réfléchissent à deux fois avant de se dénuder sur les plages marocaines. Plus d’une qui, depuis qu’elle a ouvert les yeux, a toujours profité des plaisirs de la mer, avoue ne plus oser le faire. Le spectacle de femmes suant dans leurs voiles alors que les hommes s’ébrouent dans l’eau est devenu commun. Cela paraissait cependant encore juste une tendance qui, pour être forte, n’était pas exclusive. Mais le pas est sauté quand on apprend que sur une plage telle  celle de Tanger, il n’y aurait, selon ce témoignage recueilli auprès d’une jeune Tangéroise, définitivement plus de baigneuses en maillot ! D’apprendre cela, je l’avoue, m’a assommée. Cette magnifique plage de Tanger qui, dans les années 70, nous accueillait, vacanciers venus de l’intérieur du pays, dans une ambiance festive et colorée, dont les terrasses coquettes abritaient les premiers rendez-vous, cette plage où les bikinis rivalisaient d’impertinence et où il était malvenu de descendre avec ses vêtements, cette plage-là serait à présent interdite à la baignade féminine ! Qu’on ne se paye plus de mots, nous avons basculé ! Nous avons basculé dans un autre temps, le retour en arrière n’est plus une vue de l’esprit, c’est un fait avéré.

«Dans l’entreprise où je travaille, me confiait cette jeune Tangéroise, nous ne sommes plus que deux à ne pas être voilées. Et c’est difficile de résister à la pression qui s’exerce sur nous. Car quand tu ne portes pas le voile, tu peux très vite être assimilée à une prostituée». En effet, toujours selon les confidences de mon interlocutrice, Tanger, en parallèle à la pression islamiste, connaîtrait un développement inquiétant de la prostitution. Ceux-là mêmes dont les épouses sont dûment voilées se retrouvent le soir avec des jeunes personnes dévoilées dont ils paient les services. Le comble du vice et de l’hypocrisie sociale. Mais le reflet éloquent de la société de l’interdit, une société travaillée par la frustration et où la femme est reléguée au statut d’objet sexuel, avec ou sans voile.

Nos pères avaient compris qu’il ne saurait y avoir d’émancipation du pays sans émancipation féminine. Ce pourquoi, en même temps qu’ils prônèrent le droit des femmes à l’instruction, ils se firent les défenseurs du dévoilement de leurs sœurs, épouses et filles. Aujourd’hui, on assiste au phénomène inverse. Le voile est réapparu. Et le Maroc s’enfonce dans la régression. Vous avez gagné M. Benkirane. Bien au-delà de ces sièges remportés par le parti, ce 4 septembre.

UN PRÊT DE LA BERD POUR LA PROSPECTION ARGENTIFÈRE AU MAROC

lnt.ma – 23/09/2015

BERD-600x300

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a annoncé mardi l’octroi d’un prêt de 6 millions de dollars pour soutenir les activités de la compagnie minière canadienne « Maya Gold & Silver Inc. » au Maroc.

Ce prêt est destiné à aider la société minière canadienne à financer l’expansion de la mine d’argent Zgounder, située dans la commune rurale d’Askaoun au nord-est d’Agadir, précise un communiqué de cette institution financière européenne basée à Londres.

Ce financement contribuera aussi à la modernisation des structures d’exploitation et de production de la mine, tout en respectant les exigences de l’efficacité énergétique et de la protection de l’environnement, souligne la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Le Maroc est un membre fondateur de la BERD et, à ce jour, la Banque y a investi 473 millions d’euros dans 18 projets à travers tout le pays, auxquels s’ajoutent 130 millions d’euros de lignes de crédit en faveur de la facilitation des échanges, accordés par l’intermédiaire de banques locales.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement a aussi fourni une aide technique à plus de 135 PME locales.

ENSEMBLE, LE CONCERT POUR LA TOLERANCE – 10e édition

Par Kawtar Firdaous – lobservateurdumaroc.info – 22/09/2015

rfm_concert-tolerance-608

‘Dimanche 4 Octobre 2015 19H PLAGE D’AGADIR’

 ‘Organisé sous le Haut Patronage de SM le roi Mohammed VI, cet événement fédérateur de la tolérance, de l’ouverture et du vivre ensemble, rebaptisé « Ensemble, le Concert pour la Tolérance », sera diffusé en direct en prime time sur W9 et rediffusé sur toutes les chaines du groupe M6 ainsi que sur TV2M et dans le monde sur TV5Monde.’

Le concert, première manifestation musicale multiculturelle co-organisée par le Maroc et la France, a attiré plus de 220 000 spectateurs lors de la dernière édition. Pour cette édition anniversaire, les organisateurs offriront au public un plateau artistique éclectique avec des artistes de renom tels que Maitre Gims, Marina Kaye, Vianney, Shy’m, Zaz, Black M, La Fouine, Youssoupha, Amine, La Troupe des 3 Mousquetaires, Saad Lamjarred, Chimène Badi, Asmaa Lamnawar et bien d’autres. La soirée sera animée pat Kev Adams et Audrey Lamy. 

Depuis 2005, le Concert pour la Tolérance regroupe des artistes français, marocains et internationaux autour de valeurs universelles : tolérance, paix, respect et dialogue entre les cultures. Alors que le Concert pour la Tolérance s’apprête à fêter ses dix ans, le message qu’il défend est plus que jamais d’actualité. Evénement fédérateur, le Concert pour la Tolérance, rassemble chaque année un large public local et international dans un cadre festif, dans une perspective d’écoute, d’échange et de dialogue entre les cultures. Le public Gadiri sera le temps d’une soirée le porte-drapeau d’un Maroc moderne, ouvert à toutes les cultures. En 10 ans, le Concert pour la Tolérance a su s’implanter dans le paysage audiovisuel français et francophone comme un évènement prestigieux, porteur de valeurs fortes et universelles.

Cette année, le Groupe M6 revient en tant que grand partenaire audiovisuel du Concert pour la Tolérance. W9, la chaine orientée jeunesse du groupe, assurera la diffusion en prime time du spectacle mettant l’accent sur l’esprit d’ouverture et de diversité culturelle qui a toujours caractérisé la manifestation. Le concert sera ensuite rediffusé sur toutes les chaine du groupe M6. Il sera également diffusé dans son intégralité au Maroc sur TV2M et dans le monde entier grâce à TV5 Monde. Le concert pour la Tolérance réunit plus de 200 techniciens qui mettent en synergie leurs efforts pour faire fonctionner un dispositif digne des plus grands événements internationaux. La production franco-marocaine mutualise les compétences, les moyens et les technologies de pointe au service d’un show unique.

Le succès renouvelé du Concert pour la Tolérance est rendu possible notamment grâce à l’engagement de la ville et de ses autorités pour assurer la réussite de l’événement, ainsi que l’ensemble des partenaires : TV2M, Royal Air Maroc, l’Office National Marocain du Tourisme, le Comité Régional du Tourisme d’Agadir, ainsi que l’Association des Hôteliers d’Agadir.

Le Concert pour la Tolérance est un événement produit par Electron Libre Production et co-organisé par l’Association pour la Tolérance, basée à Agadir et regroupant les représentants des partenaires officiels marocains de la manifestation.

————————————————————————————————————————–

lnt.ma – 23/12/2015

concert-pour-la-tolérance-480x360

La plage d’Agadir va accueillir le 4 octobre prochain des centaines de milliers de mélomanes et d’amoureux de musique marocaine et internationale à l’occasion de la 10ème édition du Concert pour la Tolérance qui réunit, chaque année, une pléiade d’artistes marocains et étrangers.

Cette édition connaitra la participation d’une constellation de stars de la chanson et de la musique, issus de plusieurs pays du pourtour méditerranéen, qui viendront à Agadir pour partager avec le public les valeurs de tolérance et de paix, a-t-on appris mardi auprès des organisateurs.

Le Concert pour la Tolérance sera marqué, cette année, par la présence d’artistes de renommée comme Black M, Maître Gims, Saad lamjarred, Marina Kaye, La Fouine, Soprano et Chimène Badi, outre des artistes adulés par une large frange des férus de musique, notamment les jeunes, selon la même source.

Par ailleurs, les organisateurs tablent sur la présence de 300.000 spectateurs, le 4 octobre, à la plage d’Agadir et s’attendent à ce que ce Concert soit suivi par pas moins de 30 millions de téléspectateurs sur les chaines de télévision internationales qui transmettent ce show grandiose.

Les éditions précédentes du Concert pour la Tolérance ont connu un succès sans précédent, que ce soit en termes d’affluence du public venu d’Agadir, des régions avoisinantes et des quatre coins du Royaume, ou du grand nombre de touristes qui se ruent sur la ville en cette période.

Cet événement est devenu pour Agadir, en particulier, et pour le Maroc, en général, un rendez-vous annuel réunissant d’illustres artistes de différents horizons autour du dialogue des cultures et de la célébration des valeurs de paix et de solidarité.

« Chameau fûté » : Aïd Al Adha : Les horaires à éviter sur les autoroutes

par aujourdhui.ma – 22/09/2015

Autoroute Maroc

À l’occasion de l’Aïd Al Adha, et pour éviter les longues files d’automobilistes sur les autoroutes, la Société Autoroutes du Maroc (ADM) invite les usagers à organiser au préalable leur voyage.

Selon l’ADM, certaines gares connaîtront un trafic très important entre 16 h et 22 h. La forte affluence concernera le mercredi 23 septembre, la gare de Sidi Allal Bahraoui dans le sens Rabat-Oujda, la gare de Bouskoura dans le sens Casablanca-Marrakech et la gare de Tit Melil dans les deux sens de circulation.

Elle concernera également la gare de Berrechid dans le sens Casablanca- Marrakech, la gare de Marrakech Palmeraie dans le sens de la sortie vers Marrakech et la gare d’Agadir dans le sens de sortie vers Agadir.

Pour ce qui est du jour du retour, à savoir le dimanche 27 septembre, une grande affluence sera enregistrée au niveau de la gare de Sidi Allal Bahraoui dans le sens Oujda-Rabat, la gare de Bouskoura dans le sens Marrakech-Casablanca, la gare de Tit Melil dans les deux sens de circulation, la gare de Berrechid dans le sens Marrakech-Berrechid et la gare de Marrakech Palmeraie dans le sens Marrakech-Casablanca.

 

Tunisie : Club Med déprogramme à son tour la destination pour l’hiver 2015/2016

par Pierre CORONAS et Céline EYMERY – tourmag.com – 21/09/2015

Le Club Djerba la Douce sera fermé à partir du 1er novembre 2015

8292827-12978347

La situation s’aggrave de semaine en semaine pour le tourisme en Tunisie.

Après Marmara qui déprogramme le Dar Djerba et le Palm Beach pour l’hiver 2015, c’est au tour de Club Med de quitter la destination pour l’hiver 2015/2016, comme le note Tourism-View.com.

En effet, lorsqu’on recherche la destination sur le site Internet du groupe, si le Village de Djerba la Douce ressort bien, on constate rapidement qu’il ne sera pas vendu cet hiver.

A l’issue de la saison estivale, le 31 octobre 2015, il est marqué comme « fermé ». Club Med n’y enverra même aucun client la semaine précédente puisque sur le planning, aucun départ n’est prévu entre lundi 26 et samedi 31 octobre 2015.

Le Club de Djerba la Douce est annoncé « fermé » à partir du 1er novembre 2015 sur le site Internet du Club Med – Cliquer pour zoomer
Le Club Med Djerba la Douce est ensuite annoncé comme fermé pour décembre 2015 ainsi que janvier, février, mars, avril et mai 2016. (Voir ci-contre)

Par ailleurs, si l’on effectue une recherche de séjours avec une date de départ postérieure au 26 octobre 2015 sur la zone « Afrique », seuls les Villages de Marrakech La Palmeraie (Maroc) et Agadir (Maroc) apparaissent comme disponibles dans les résultats.

Nous avons tenté de contacter Club Med pour obtenir des précisions à ce sujet. Mais, pour le moment, nos sollicitations sont restées sans réponse.


Départ de RIU après 16 ans de présence ?

Mais les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là pour la Tunisie puisque RIU Hotels & Resorts semble également se désengager de la destination.

La chaîne hôtelière espagnole a payé un lourd tribu dans l’attaque de Sousse puisque c’est sur la plage du RIU Marhaba, à Port-El Kantaoui, près de Sousse, que 38 personnes ont été tuées, vendredi 26 juin 2015.

Selon le portail spécialisé Destination Tunisie RIU quitterait officiellement le pays le 30 septembre 2015. Toutefois, les 10 établissements exploités par le groupe espagnol en Tunisie devraient garder l’enseigne jusqu’à fin 2015. Ils sont situés à Djerba (2), Mahdia (1), Port-El Kantaoui (3) et Hammamet (4).

Contacté par TourMaG.com, le service presse Europe du groupe ne confirme pas ces informations. Il explique simplement qu’à l’heure actuelle, 3 de ses hôtels tunisiens sont fermés en raison du manque de réservations : le Bellevue Park (Port-El Kantaoui), le Marillia (Hammamet) et le Palm Azur (Djerba).

Le Green Park de Port-El Kantaoui est, quant à lui, fermé pour des travaux de rénovation.

« Ce n’est un secret pour personne : le tourisme est en difficulté en Tunisie. Et RIU mène actuellement des discussions avec les propriétaires de chaque hôtel du pays pour décider de l’avenir de chacun d’entre eux », concède la Directrice des relations presse du groupe pour l’Europe.

RIU Hotels & Resorts est présente en Tunisie depuis 1999. La chaîne y opère via la société de gestion hôtelière Tunisotels.


« Comme les autres acteurs lèvent le pied, il y a du potentiel »

La liste des tour-opérateurs français présents en Tunisie cet hiver s’est donc nettement réduite.

Ils restent malgré tout quelques irréductibles. Au premier rang desquels, on trouve Voyamar. « Nous continuons de commercialiser la Tunisie, confirme Aurélien Aufort, Directeur général adjoint de Voyamar-Aérosun.

Nous gardons notre Club et les hôtels sauf ceux qui ferment pour l’hiver. Sur l’aérien, nous avons des accords avec Tunisair qui nous permettent de proposer la destination au départ de toutes les villes de province. »

Ses engagements perdurent sur la partie terrestre. « Il y a une grosse baisse, mais la destination n’est pas à l’arrêt », résume Aurélien Aufort.

Promovacances aussi reste en Tunisie. « Nous sommes le premier acteur du tourisme sur la destination et nous poursuivons nos engagements », se félicite Folco Aloisi, Directeur de Karavel-Promovacances.

Le groupe commercialise des séjours sur Djerba, Hammamet et le Nord de la Tunisie pour l’hiver 2015-2016.

Une présence dans le pays, malgré les difficultés du marché, qui pourrait s’avérer payante, comme le note Aurélien Aufort de Voyamar : « Comme les autres acteurs lèvent le pied, il y a du potentiel, et nous allons continuer à nous positionner sur la Tunisie. Même si la destination est en retrait, nous serons présents quand elle repartira. »

En revanche, les deux producteurs restent prudents et limitent leurs engagements sur l’aérien. « Je vous mentirais si je vous disais que nous mettons en place des charters à partir de septembre », explique ainsi Folco Aloisi de Promovacances.

Une tendance globale chez les tour-opérateurs français encore présents en Tunisie.


« Engagement davantage moral que financier »

Avec, parmi eux, Jet tours, qui reste présent dans le pays mais y réduit son offre pour cet hiver. Le club jumbo Salammbô, qui ferme habituellement l’Hiver, a terminé sa saison plus tôt cette année : le 12 juillet 2015. Il ne devrait rouvrir qu’à partir de la mi-avril 2016.

Quant au Club Eldorador Seabel Alhambra, il fermera ses portes le 1er décembre 2015, officiellement pour des travaux d’amélioration avec la construction d’un nouveau bâtiment. Il ne reprendra du service que le 1er juin 2016.

Les 3 clubs Jet tours de Djerba restent quant à eux, programmés pour l’hiver 2015/2016. L’offre y est toutefois modifiée. Si en 2014/2015, le TO proposait l’Eldorador One Resort Djerba, il est remplacé par l’Eldorador/Sunconnect Aquaresort en 2015/2016.

Vacances Transat maintient aussi sa production en Tunisie pour l’hiver 2015/2016. Mais si, pendant l’été 2015, le voyagiste avait 3 Clubs Lookéa à Djerba et un autre à Nabeul, il n’aura qu’un seul Lookéa (Playa Djerba) cet hiver. Il propose deux autres adresses, le Vincci Hélios à Djerba et le Khayam Garden à Nabeul, mais en hôtels « classiques ».

« Nous tenons à maintenir la Tunisie. Nous avons une clientèle fidèle sur cette destination, qui est plutôt senior, estime Patrice Caradec, Président de Transat France.

Nous ne nous attendons pas aux mêmes performances cette année. La destination est boudée, mais nous continuons de la programmer car nous avons envie de croire à un retour de la Tunisie.

Nous avons noué des partenariats avec les professionnels tunisiens. Il s’agit d’un engagement davantage moral que financier. »

Pour les transports, le groupe collabore avec Transavia et Tunisair mais sans engagement. Il devrait programmer deux clubs à Djerba et peut-être un troisième, le Cedriana, dès avril 2016.

En espérant que, d’ici là, de nouveaux drames ne viennent pas à nouveau ruiner les espoirs de reprise en Tunisie…

Agadir : Temps difficile pour le tourisme

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 21/09/2015

Le marché national toujours en tête
Mais régression des principaux marchés émetteurs

En plus du marché national, le vent de reprise concerne de même le marché allemand et celui de l’Arabie Saoudite. Toutefois, les chiffres restent relativement timides comparés à ceux du marché national
En plus du marché national, le vent de reprise concerne de même le marché allemand et celui de l’Arabie Saoudite. Toutefois, les chiffres restent relativement timides comparés à ceux du marché national

Temps morose pour le tourisme à Agadir. Bien que venus en force, les nationaux n’ont pas pu combler la baisse enregistrée dans les nuitées durant le mois écoulé. Il est vrai que l’activité touristique dans la station balnéaire durant le mois d’août a enregistré une augmentation de plus de 2,86% par rapport à la même période de 2014. Toutefois, les nuitées ont accusé un recul de moins 3,68%. Rien à voir avec le mois de juillet dernier durant lequel les arrivées ont enregistrées + 28,18%. Ainsi, l’idée de «prémices d’une reprise» dont avait alors parlé le Centre régional de tourisme (CRT) d’Agadir n’est pas encore confirmée pour le moment.
Même si ce n’est pas dans les mêmes proportions, le vent de reprise concerne aussi les marchés allemand et de l’Arabie Saoudite qui ont enregistré des hausses aussi bien en termes d’arrivées que de nuitées. Ces chiffres restent tout de même relativement timides quand on les compare avec ceux du marché national avec 68.889 arrivées. Contre respectivement  6226 et 4653 arrivées pour l’Allemagne et l’Arabie Saoudite. Pour ce qui est des marchés français, anglais, polonais et russe, ils sont en chute. Pas de surprise puisque la baisse au niveau de ces marchés a été ressentie depuis le début de l’année en cours. La durée moyenne de séjour durant le mois d’août a aussi connu une baisse. Elle est de 5,11% en 2015 contre 5,46 pour 2014. D’autres indicateurs, dont le  taux d’occupation confirme le recul. Ainsi, dans les hôtels classés de la ville d’Agadir, il est de 75,08% contre 80,52% en 2014. Soit un repli de -6,76%.
Par ailleurs, l’analyse du cumul des arrivées et des nuitées enregistrées dans les hôtels classés de la ville durant les huit premiers mois de l’année 2015 fait ressortir une diminution de -1,98% en termes d’arrivées par rapport à 2014. Ainsi, ce sont 12.433 visiteurs en moins en 2015. Tendance baissière aussi pour les nuitées qui chutent de -8,86%, ce qui représente 283.928 nuitées de perdues.
Pas de visibilité pour les mois à venir non plus, puisque ce n’est pas le grand rush pour les réservations, nous souffle cet opérateur. Le manque de visibilité redouté par les professionnels du tourisme de la station balnéaire est en train de se confirmer. Nous l’annoncions dans nos colonnes de l’édition du 27 juillet dernier. Les nationaux ont certes sauvé la saison, or, faudra-t-il attendre d’autres vacances scolaires pour un vent de reprise ?

Sofitel Wine Days hier soir au Thalassa Sea & Spa

Le Sofitel Thalassa Sea & Spa organisait hier soir le « Grand Opening » Sofitel Wine Days
12039041_849668251795069_5384009678287908056_oC’était un cocktail dinatoire préparé par les cuisines du Sofitel avec dégustation de vins du Maroc, de France, d’Argentine présentés par le sommelier Boris-Romain Bille de Grand Sud Import

Boris-Romain Bille ici au centre
Boris-Romain Bille ici au centre avec le sommelier du Sofitel à sa droite

Huitres de Dakhla, canapés de toutes sortes tous aussi savoureux les uns que les autres que le personnel du Sofitel avait présenté avec beaucoup de goût :IMG_0749IMG_0737 IMG_0738Présentation des vins (tous excellents)

IMG_0733IMG_0729 IMG_0732 IMG_0736 et Alain Piollet qui faisait déguster ses fromages (un mariage toujours aussi réussi avec les vins)

IMG_0741IMG_0740IMG_0743

Les Noces de Figaro (2ème partie)

La projection des deux derniers actes des « Noces de Figaro » aura lieu à l’Institut Français d’Agadir le 30 septembre 2015 à 20 H 30

LE NOZZE DI FIGARO  (Les Noces de Figaro) de Wolfgang Amadeus Mozart, mise en scene Richard Brunel, direction musicale Jeremie Rhorer, orchestre Le Cercle de lÕHarmonie, Choeur  Les Arts Florissants, dans le cadre du Festival d'Aix en Provence au theatre de l'Archeveche du 5 au 14 juillet 2012. Avec: Kyle Ketelsen (Figaro), Patricia Petibon (Susanna), Paulo Szot (Il Conte di Almaviva), Malin Bystrom (La Contessa di Almaviva), Kate Lindsey (Cherubino), Anna Maria Panzarella (Marcellina), Mario Luperi (Bartolo), John Graham-Hall (Basilio), Emanuele Giannino (Don Curzio),  Mari Eriksmoen (Barbarina), Rene Schirrer (Antonio). Les comediennes: Clothilde Aubert, Cecile Braud, Maianne Barthes, Marie Vires. (photo by Pascal Victor/ArtComArt)
LE NOZZE DI FIGARO (Les Noces de Figaro) de Wolfgang Amadeus Mozart, mise en scene Richard Brunel, direction musicale Jeremie Rhorer, orchestre Le Cercle de lÕHarmonie, Choeur Les Arts Florissants, dans le cadre du Festival d’Aix en Provence au theatre de l’Archeveche du 5 au 14 juillet 2012.
Avec: Kyle Ketelsen (Figaro), Patricia Petibon (Susanna), Paulo Szot (Il Conte di Almaviva), Malin Bystrom (La Contessa di Almaviva), Kate Lindsey (Cherubino), Anna Maria Panzarella (Marcellina), Mario Luperi (Bartolo), John Graham-Hall (Basilio), Emanuele Giannino (Don Curzio), Mari Eriksmoen (Barbarina), Rene Schirrer (Antonio).
Les comediennes: Clothilde Aubert, Cecile Braud, Maianne Barthes, Marie Vires.
(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

Visite en famille à Crocoparc Agadir

Visite avec Nicole, Régine (ma sœur), et Georges (son époux) à Crocoparc Agadir.
Il y faisait chaud aujourd’hui (plus de 30°)

IMG_0697 IMG_0698
Nous avons profité pour venir de ce que proposait le restaurant de Crocoparc :
« Composition autour du fromage »

IMG_0701Un régal !
Le personnel de la cuisine pouvait être fier de ce qu’ils avaient préparé IMG_0700Le chef appréciait, lui aussi :

IMG_0702Un travail d’artiste vu sur la main d’une charmante jeune femme à une table voisine :

IMG_0703
Après le repas, un tour dans le parc (on ne s’en lasse pas !) au moment du nourrissage des crocodiles :

IMG_0704 IMG_0705 IMG_0706
Le toboggan est un spectacle : les crocodiles y sont entrainés par le courant, en essayant parfois de lui résister, mais en vain :
IMG_0710 IMG_0711 IMG_0712 IMG_0713 IMG_0714 IMG_0715 IMG_0716 IMG_0717 IMG_0718 IMG_0719 IMG_0720 IMG_0721 IMG_0722 IMG_0723 IMG_0724 IMG_0725 IMG_0727 IMG_0728
En plus des crocodiles, Crocoparc Agadir propose un autre véritable spectacle qui vaut, à lui seul le déplacement, avec sa végétation aussi variée que magnifique de centaines d’espèces tropicales. Je vous le présenterai bientôt sous cet angle.

Merci à Christine et Philippe Alléon, Luc Fougeirol, Ariane Marinetti, Leila Sdigui-Brunet et à tout le personnel de Crocoparc pour l’accueil que vous réservez à nous tous, visiteurs de Crocoparc.

Gabacho Maroconnection a fait un « tabac » hier soir à l’Institut français d’Agadir

Bien que ce groupe ait un emploi du temps très chargé, l’Institut français du Maroc a réussi à les programmer sur ses différentes scènes du Maroc..

Franck Patillot, nouveau directeur de l’IFA était fier de nous les présenter hier soir

IMG_0639

Une formation haute en couleurs composée d’instruments traditionnels marocains, percussions africaines et du Maghreb, chants, cuivres, n’goni, piano, basse, batterie.
Sur scène ce sont huit musiciens français, marocains et espagnols, menés par le chant et le guembri du maâlem Hamid Moumen, métissant des compositions s’inspirant de l’héritage gnaoua, de l’afro, de la tradition Berbère, du jazz et du flamenco… dans une transcendance des frontières, des styles, des différences.

GABACHO MAROCONNECTION s’est produit dans plus de 30 festivals en 2014 en France, Espagne et Italie, chaque concert de ce “World-music-band” se transformant en une véritable fête marocaine !

Les musiciens

HAMID MOUMEN (chant - gembri)
HAMID MOUMEN (chant – gembri)
JAOUAD JADLI (chant-percussion)
JAOUAD JADLI (chant-percussion)
FREDERIC FAURE (chant-percussion)
FREDERIC FAURE (chant-percussion)
VINCENT THOMAS (batterie)
VINCENT THOMAS (batterie)
Muñoz
WILLY MUÑOZ (piano)
ANTONIO LIZANA (saxophone-chant)
ANTONIO LIZANA (saxophone-chant)
CHARLEY ROSE (saxophone chant)
CHARLEY ROSE (saxophone chant)
ERIC OXANDABURU (basse)
ERIC OXANDABURU (basse)
Un autre musicien, (italien), est venu se joindre à eux (flûte traversière)
Un autre musicien, (italien), est venu se joindre à eux (flûte traversière)

Quelques autres photos de ce splendide concert :

IMG_0640 IMG_0642 IMG_0643 IMG_0645 IMG_0646 IMG_0649 IMG_0650 IMG_0652 IMG_0653 IMG_0654 IMG_0655 IMG_0661 IMG_0662 IMG_0666 IMG_0667 IMG_0677 IMG_0682 IMG_0684 IMG_0685 IMG_0691Le public a beaucoup apprécié leur prestation en venant participer et danser devant la scène :

IMG_0670 IMG_0680
Et tous espèrent avoir le plaisir les revoir bientôt à Agadir !
IMG_0692

Photos M. Terrier

Et, en prime, une petite vidéo pour avoir un peu l’ambiance et entendre ce qu’ils font (vidéo enregistrée dans un autre cadre)

Formation touristique : De nouveaux programmes dans le pipe

par Yassine Saber – leseco.ma – 17/09/2015

Le ministère du Tourisme a lancé un appel d’offres pour le développement et l’implantation de quatre programmes de formation dédiées aux activités de «Spa et bien-être», «l’Ecotourisme», «la gestion des golfs» ainsi que les «loisirs nautiques» à Agadir, Ouarazzate, Arfoud et Saidia.

Spa et bien-être
Spa et bien-être
Ecotourisme
Ecotourisme

 

 

 

Gestion des golfs
Gestion des golfs
Loisirs nautiques
Loisirs nautiques

.
Le ministère de Tourisme compte implanter quatre nouveaux programmes de formation au niveau des établissements de formation hôtelière appartenant à trois territoires touristiques. C’est en tout cas ce qui ressort d’un appel d’offres dont l’ouverture des plis est prévue à la mi-octobre. Selon le cahier des prescriptions spéciales (CPS), l’objectif de ladite étude est le développement de 4 nouveaux programmes de formation de techniciens spécialisés selon l’Approche par compétences (APC). Il s’agit du programme du «Spa et bien-être» à l’Institut spécialisé de technologie appliquée hôtelière et touristique d’Agadir qui appartient au territoire Sous-Sahara-Atlantique, ainsi que celui de «l’Ecotourisme», qui sera implanté au territoire Atlas et Vallées, notamment à l’Institut de technologie hôtelière et touristique de Ouarzazate et celui d’Arfoud. Les deux autres programmes restants seront dédiés à la gestion des golfs et les loisirs nautiques.

Ils seront lancés à l’institut de technologie hôtelière et touristique à Saidia qui relève du territoire Maroc Méditerranée. Le délai d’exécution global, pour la réalisation des prestations objet du marché issu de l’appel d’offres, est d’une année hors délais d’approbation des rapports des différentes phases par le maître d’ouvrage. La réalisation de l’étude consiste essentiellement en l’accompagnement pendant 120 jours des établissements précités à l’implantation des programmes développés selon l’APC. En effet, le ministère du Tourisme, à l’instar des autres départements opérateurs de la formation professionnelle, est engagé dans un processus de ré-ingénierie de son système de formation professionnelle selon l’approche par compétences (APC) afin de mieux adapter l’offre de formation aux besoins des entreprises et par là, augmenter l’employabilité des lauréats et faciliter leur insertion dans la vie professionnelle.   En s’appuyant sur les recommandations des différentes études menées, notamment «l’étude de repositionnement des 15 établissements de formation professionnelle relevant du ministère du Tourisme», le ministère a établi un plan de reconversion de 8 écoles de formation hôtelière et touristique en «centres d’excellence», en choisissant les niveaux «Technicien» et «Technicien spécialisé» comme axes d’excellence. L’émergence desdits centres d’excellence passe nécessairement par le développement d’une nouvelle offre de formation pertinente, en adéquation avec les besoins des professionnels.

 

Ce soir, n’oubliez pas : à l’IFA, concert Gabacho Maroconnection à 19H30

GMC Gnawa Palace
Pour les détails déjà parus sur le blog, cliquez
ICI

Découpage régional : la liste des nouveaux walis dévoilée lors des prochaines élections

Par Abdelhafid Lagzouli – le360.ma – 18/09/2015

Mohamed Hassad, ministre de l'Intérieur
Mohamed Hassad, ministre de l’Intérieur

Ingérence dans les élections du 4 septembre, incompétence prouvée, abus d’autorisations d’urbanisme, etc. Les walis pointés du doigt sortiront par la petite porte. Le ministère de l’Intérieur a déjà choisi leurs remplaçants.

Une liste des nouveaux walis sera dévoilée avant la rentrée parlementaire prévue au cours de la deuxième semaine d’octobre prochain. Cette liste a été mise en place par Mohamed Hassad, ministre de l’Intérieur,  et Moulay Driss Jouhari, directeur des Affaires générales au ministère de l’Intérieur.

Selon une source citée par le quotidien arabophone Assabah, dans son numéro de ce week-end 18-19 septembre, le choix des nouveaux walis a été basé sur des critères de compétence, performance et notes obtenus lors du suivi continu.

Cette liste signifie également que plusieurs walis actuellement en poste seront remplacés. C’est le cas, rapporte Assabah, de Mohamed Kedari (Meknès), Abdelfattah Elbijioui (Safi), Zineb Eladaoui (Kénitra), Mohamed Moufakir (Settat) et Jaloul Samsam (Al-Hoceima).

Si les premiers plient leurs bagages en raison du nouveau découpage régional adopté par le Maroc, le wali Samsam, rappelons-le, a été suspendu de ses fonctions dans le cadre d’une affaire concernant le commerce appartenant à un Marocain résidant à l’étranger (www.le360.ma). Le wali n’avait pas exécuté les directives du roi qui avait pourtant expressément donné son feu vert pour l’exécution de ce projet.

D’autres walis prendront la porte à cause de leur échec dans la gestion territoriale. Ils seront suivis d’autres responsables territoriaux contre qui des preuves d’abus dans l’octroi d’autorisations exceptionnelles d’urbanisation sont disponibles.

A cause de leur ingérence dans les élections du 4 septembre, des noms supplémentaires étaient attendus sur la liste des walis et responsables sortants. «La Direction centrale a préféré trancher ultérieurement dans leurs cas», souligne Assabah. C’est le cas de Abdelali Samti, gouverneur de la province de Taza, contre qui plusieurs candidats aux élections ont déposé des plaintes. Ce wali avait même reçu la visite de la fameuse Commission d’inspection.

En revanche, les secrétaires généraux de plusieurs wilayas seront promus walis dans les douze régions du pays. Leur mission sera d’épauler le travail du wali qui sera désigné à travers la nouvelle liste du ministère de l’Intérieur.

Mohamed Yazid Zellou
Mohamed Yazid Zellou

Par ailleurs, rapporte le journal, les tractations continuent concernant la prolongation ou pas des mandats de certains walis qui ont atteint l’âge de la retraite. Tel est le cas par exemple de Yazid Zellou, wali d’Agadir actuellement en Arabie Saoudite dans le cadre de la délégation dépêchée par le Roi. Mohamed Dardouri (Fès), Mohamed Mhidia (Oriental) et Moudden Al Alami (Zouagha Moulay Yacoub) sont également concernés.

Eish Safari 2015 choisit le Maroc pour son tournage

lnt.ma – 18/09/2015

eish-safari

Pour sa neuvième édition, Eish Safari, première émission de téléréalité pour enfants dans le monde arabe de la chaine MBC3 a choisi le Maroc comme lieu de tournage. L’un des objectifs principaux de l’émission est de mettre en valeur la richesse culturelle et touristique du royaume. La Confédération nationale de Tourisme a été partenaire et L’ONMT a soutenu cette initiative.

Après l’Afrique du sud, Thailande, l’Australie, la Malaisie, les états unis, la Turquie, les UAE, et la Jordanie, MBC 3 a choisi le Maroc pour le tournage de la neuvième édition de son émission phare, de renommée internationale, Eish Safari. Durant tout le mois d’Août, l’équipe de mbc3 accompagnée par celle de la société marocaine lastrada pro mandatée par la chaine pour le tournage au Maroc, ont posé valises à El Jadida qui a été élue comme lieu principal du tournage des séries d’aventures. Ce sont 12 enfants issus de 10 pays différents dont deux marocains, qui participent cette année. Outre le développement de l’esprit de défi, d’aventures, d’indépendance et de compétition positive, la révélation des compétences sportives et des talents des uns et des autres, le renforcement des possibilités de dialogue et d’échanges culturels entre les jeunes, Eish safari dont l’audience dépasse les 10 millions de téléspectateurs dans les pays arabes et du Moyen Orient, vise en particulier la mise en valeur des richesses de cultures, de paysages et des sites touristiques de la région sélectionnée. Ainsi, tout au long de la période du tournage, participants et équipe de tournage ont effectué des visites touristiques de huit villes marocaines à savoir, Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech, Safi, Essaouira, Meknès et Agadir. L’équipe de mbc3 et les enfants en compétition ont été surpris par la beauté des paysages et la richesse culturelle du pays. La confédération nationale du tourisme a mobilisé ses équipes dans les différentes villes et été le partenaire de Lastrada pro pour que le tournage se fasse dans les meilleures conditions.

Divers autres partenaires ont participé au succès de cette édition dont le groupe Palmeraie Resorts, Kenzi Menara Palace, Mazagan ou encore des institutions tels l’ONMT et le ministère de culture et des Habous. L’émission est programmée en 20 épisodes sur la chaine mbc3. La première a été diffusée le Dimanche 13 septembre à 16H heure locale.

RFM vous invite au Maroc pour assister au Concert pour la Tolérance !

rfm.fr

rfm_concert-tolerance-608

Jusqu’au 27 septembre, gagnez votre séjour pour 2 personnes au Maroc et partez à Agadir pour la 10ème édition du Concert pour la Tolérance le dimanche 4 octobre !

Le Concert pour la Tolérance, un événement en faveur de l’amitié et du dialogue entre les cultures donné sur la plage d’Agadir en partenariat avec  la Royal Air Maroc, l’Office national Marocain du Tourisme et le Sofitel Agadir Thalassa Sea and Spa.

Retrouvez sur scène Vianney, les Trois mousquetaires, Marina Kaye et bien d’autres pour un concert en faveur de l’amitié et du dialogue entre les cultures sur la plage d’Agadir !

Jusqu’au 27 septembre, RFM vous offre votre séjour pour 2 personnes à AGADIR comprenant : les vols A/R Paris-Agadir ainsi que 4 nuits en hôtel 5* en pension complète !

Pour participer à notre tirage au sort, remplissez le formulaire que vous trouverez sur le site de RFM : (cliquez sur le lien ci-dessous)
http://www.rfm.fr/webform/rfm-vous-invite-au-maroc-pour-assister-au-concert-pour-la-tolerance

Tennis de Table : Les Jeux paralympiques de Rio passeront par Agadir

libe.ma – 18/09/2015

8281471-12957249Les Championnats d’Afrique qualificatifs aux Jeux paralympiques de Rio de Janeiro (2016) auront lieu, du 7 au 10 octobre à Agadir, a-t-on appris, jeudi, auprès de la Fédération Royale marocaine de tennis de table (FRMTT).
Cette compétition, dont la tenue a été officiellement annoncée lors d’un point de presse à Rabat, est organisée par la FRMTT et la Confédération africaine de la discipline, en coordination avec la Fédération internationale, avec la participation de plusieurs sélections de renom sur le plan continental.
Selon la FRMTT, plusieurs équipes ont confirmé leur participation, telles la Tunisie, la Libye, l’Egypte, l’Algérie, le Nigeria, la Sierra Leone, l’Afrique du Sud, le Cameroun et le Congo Brazzaville, en plus du Maroc, pays organisateur.
En marge de cette compétition, la FRMTT organise, du 4 au 6 octobre, l' »Open International para tt », qui verra la participation des équipes engagées en Championnats d’Afrique, en plus de l’Espagne, la France, le Chili, la Russie, le Venezuela, l’Argentine, Costa Rica, la Jordanie et le Koweït. Le programme comprend également le 4ème tournoi des vétérans, en plus de séminaires initiés par la Fédération internationale.
« Les Championnats d’Afrique et l’Open international constituent une opportunité pour les joueurs marocains d’engranger le maximum de points, afin de multiplier leurs chances de qualification aux Jeux paralympiques », a indiqué à ce propos le président de la FRMTT, Monqid El-Hajji, rapporte la MAP.
Ces Championnats d’Afrique, qui se tiennent pour la première fois au Maroc selon leur nouvelle forme et sous l’égide de la Fédération internationale, concernent les degrés d’invalidité de 1 à 11, a souligné M. El-Hajji, ajoutant qu’en prévision de ces joutes, 27 joueurs marocains participent du 17 au 20 septembre à un stage de présélection au Centre national Mohammed VI des handicapés à Salé, avant un deuxième stage prévu du 28 septembre au 2 octobre.
En outre, ce point de presse était l’occasion de revenir sur le bilan du tennis de table marocain durant la saison 2014-15 et sur les défis de l’avenir.
« En plus de ces championnats, plusieurs échéances attendent le tennis de table marocain, comme le Pro-Tour Hassan II, le Circuit mondial juniors en mars prochain et la candidature à l’organisation de la Coupe du monde 2016 », a souligné M. El-Hajji dans ce sens.
Selon lui, il s’agit également d’élargir la base des adhérents, d’engager des actions de perfectionnement des entraîneurs et des arbitres et de multiplier les ressources financières pour développer ce sport.

La date du passage à l’heure d’hiver au Maroc désormais connue

menara.ma – 18/09/2015

horloge_0

Le ministère de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration a annoncé le retour à l’heure légale du Royaume (GMT) le 25 octobre prochain.

L’heure sera retardée de 60 minutes dimanche 25 octobre 2015 à partir de 03h00, indique le ministère dans un communiqué parvenu vendredi à Menara.ma, rappelant que cette mesure intervient en application du décret 2.13.781 du 21 Dou Al Kiada 1434 de l’hégire (28 septembre 2013), modifiant le décret 2.12.126 du 26 jumada 1er 1433 (18 avril 2012).

Rallye OiLibya Maroc 2015, une grande aventure en perspective

lnt.ma – 17/09/2015

rallye-oil-lybia-600x360

Les amateurs d’aventure et de sensations fortes ont rendez-vous avec la 16ème édition du Rallye OiLibya Maroc, du 3 au 9 octobre. Des concurrents de très forte notoriété prendront part à cette édition, également ouverte aux amateurs, dans diverses disciplines : autos, motos, quads, SSV.
Les participants partiront de Zagora, d’où sera donné le coup d’envoi du rallye. Après avoir parcouru un total de 2255 kms de course répartis en 6 étapes, les participants seront accueillis à Agadir (dernière étape) où sera organisée la clôture de la compétition.
Près d’un millier de personnes sont donc attendues à Zagora, début octobre. En effet, le Rallye Oillybia jouit d’une renommée internationale et d’une forte image de marque auprès de la communauté du sport automobile. « C’est le second grand évènement après le Paris Dakar en Europe, et le premier en Afrique», nous dit-on.

Libya Oil Maroc, acteur majeur dans la distribution des hydrocarbures sur le marché marocain, accompagne le rallye depuis six ans. «Fortement engagée au sein du Royaume, Libya Oil Maroc étend sa politique d’investissement au niveau national.

C’est dans le cadre de cette dynamique que la société réaffirme son statut de partenaire officiel et enclenche la vitesse supérieure en vue de la 16ème édition du Rallye, soit la 6ème édition sous le nom OiLibya Maroc», a déclaré M. Youssef El Abbadi, DG d’OilLibya, lors d’un point de presse organisé à Casablanca, le vendredi 11 septembre. M. El Abbadi a déclaré, par la même occasion, que le Maroc, considéré par le groupe comme un pays-clé et un relai commercial va bénéficier d’une enveloppe de 800 millions de Dhs entre 2015 et 2017. Une décision motivée la performance du groupe au Maroc. «Un chiffre d’affaires de 80 millions de Dhs à l’export en 2014 et 4000 tonnes de lubrifiants expédiées vers plusieurs marchés africains, Libya Oil Holdings Ltd s’engage à exploiter toutes les potentialités de hub commercial que représente le Maroc».

Pour sa part, Mme Emma Clair, directrice de NPO Events, organisateur de l’événement, avec le concours des fédérations marocaines FRMM et FRMSA, a déclaré qu’il s’agit d’un Rallye de plus en plus grandissant, grâce au soutien de sponsors fidèles et des fédérations internationales de sport auto-motos. «Fidèle à son statut international, le Rallye OiLibya se déroule à nouveau sous la coupole des grandes fédérations », dit-elle. Il s’agit de la finale du Championnat du Monde de la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme), et du dernier Rallye de la Coupe du Monde FIA (Auto/ Camion) des Rallyes tout-terrain 2015. La participation de 1000 athlètes, dont 180 pilotes chevronnés, fera sans de cet évènement un grand show-road. Le Qatari Nasser al-Attiyah, célèbre vainqueur de l’édition 2014 et du Dakar 2015, sera de la partie.

Eurosurf 2015 à Casablanca

par Brahim Oubel – lematin.ma – 16/09/2015

La France, grand favori de l’édition
Quelques 250 surfeurs représentant 14 pays prennent part à la compétition.
Quelques 250 surfeurs représentant 14 pays prennent part à la compétition.

Le spot d’Aïn Diab à Casablanca abrite du 12 au 20 septembre le championnat d’Europe Open de surf. Le Maroc étant un des 18 pays membres de l’European Surfing Federation. Quelque 250 surfeurs représentant 14 pays prennent part à cette compétition où la France fait figure de grand favori.

Après Agadir qui a accueilli l’Eurosurf junior en 1998, c’est au tour de Casablanca d’abriter le championnat d’Europe 2015. Le Maroc y sera représenté par 9 de ses meilleurs dompteurs de la planche (garçons et filles), inscrits à l’ensemble des concours (surf, body board, longboard). Les Marocains n’iront pas en victime expiatoire si l’on croit les commentaires des spécialistes, et ce en raison du niveau atteint par les nôtres à force de prendre part aux grandes joutes internationales. Et que le Championnat d’Europe des nations se déroule dans notre pays est révélateur, estime-t-on, du respect dont bénéficie la FRMS qui n’est pas à sa première organisation d’une manifestation de telle envergure.

Casablanca avait abrité en 2008 l’Eurosurf junior, remporté par l’équipe de France. Justement, cette dernière compte ajouter à son palmarès un 11e trophée en 17 éditions et défendre aussi le titre de Championnat d’Europe Open et dames remporté lors de la précédente édition, en 2013 aux îles Açores. Pour cela, l’Hexagone a déplacé à Casablanca une armada expérimentée conduite par Vincent Duvignac, Dimitri Ouvré, Edouard Delpero et Martin Mouradian. Mais si les pronostics vont en sa faveur, surtout après le forfait du Portugal, il n’en demeure pas moins que les Tricolores auront intérêt à se méfier de la sélection espagnole, venue pour briser l’hégémonie du Coq.

Tourisme : Le Maroc élu au Conseil exécutif de l’OMT

menara.ma – 17/09/2015

Assemblée générale de l'OMT à Medellin (Colombie)
Assemblée générale de l’OMT à Medellin (Colombie)
Le Maroc a été élu mercredi à Medellin (Colombie) au Conseil exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), pour un mandat de 4 ans, lors de la 21ème Assemblée Générale de l’Organisation.

« Le Maroc décroche son élection au Conseil exécutif pour un mandat de 4 ans le 16 septembre 2015 lors de la 21ème Assemblée Générale de l’OMT, une reconnaissance du Maroc et une consécration de son rôle dans l’industrie du tourisme mondiale », indique jeudi le ministère du Tourisme dans un communiqué.

Cette élection permettra ainsi au Maroc d’occuper, pour un mandat de quatre ans, l’un des sièges attribué à la région d’Afrique au sein du Conseil Exécutif de l’OMT. Elle conforte la volonté du Royaume à se positionner en tant que destination de marque et témoigne de la reconnaissance de la communauté internationale de l’engagement du Maroc dans le tourisme à travers sa Vision innovante 2020.

D’après le ministère, le Maroc contribuera, en concertation avec les pays africains siégeant au sein du Conseil exécutif aux efforts entrepris pour défendre les intérêts du continent africain au sein de l’OMT, promouvoir les potentialités touristiques du Continent Africain et mettre à profit toutes les opportunités de coopération, autour de projets de développement fondés sur le partage des savoirs et l’expertise des entreprises et institutions marocaines déjà présentes dans le continent.

L’industrie touristique occupe une place de choix dans l’économie marocaine et représente un levier incontournable pour l’accélération du développement socio-économique grâce à son importante contribution dans la création de richesses et de valeur, de promotion de l’emploi, ou encore de réduction de la pauvreté, souligne le ministère.

Et de poursuivre que l’élection du Maroc consolide l’image du Royaume et sa vocation en tant que pays œuvrant pour le renforcement de la coopération triangulaire Sud-Sud et Nord-Sud dans le cadre de partenariats équilibrés et mutuels. Le but étant d’établir une coopération complémentaire entre les pays du Sud et les pays du Nord, notamment à travers l’échange des expériences et le partage des expertises dans le domaine touristique tout en veillant au respect de l’identité culturelle et aux besoins réels et aux spécificités des différentes populations.

Organe directeur de l’OMT, le Conseil exécutif a pour principal mission de s’assurer du suivi et de la réalisation des actions entreprises par l’OMT. Il est chargé également de fixer les orientations générales, de suivre l’exécution du programme biannuel de travail et de contrôler le cadre budgétaire. Les décisions, recommandations et propositions du Conseil exécutif sont soumises à l’Assemblée Générale pour adoption.

Se réunissant au moins deux fois par an, le Conseil se compose de 30 membres élus par l’Assemblée générale.

Service médical obligatoire : le gouvernement ne fera pas marche arrière

Par Mohamed Chakir Alaoui – le360.ma – 18/09/2015

El Hossein El Ouardi, ministre de la Santé.
El Hossein El Ouardi, ministre de la Santé.

Le gouvernement a assuré jeudi qu’il restait fermement attaché à son projet du Service médical obligatoire (SMO) malgré le mouvement contestataire des élèves- médecins.

Ce projet vise à assurer une couverture médicale au niveau des régions reculées du Maroc et au profit des couches vulnérables, longuement délaissées en raison de la concentration du corps médical principalement sur l’axe central Tanger-Rabat-Casablanca-Fès-Marrakech-Agadir.

El Houssaine Louardi, ministre de  la Santé, veut mettre fin à ce dépeuplement de médecins dans les zones enclavées et pauvres. Les élèves-médecins qui ne partagent pas cet avis manifestent depuis quelques semaines sous l’égide d’une corporation syndicale pour faire revenir le gouvernement sur sa décision.

« Nous sommes ouverts au dialogue, mais nous ne ferons pas marche arrière sur cette réforme cruciale pour notre système de santé », a déclaré jeudi à Le360 le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Le ministre s’exprimait alors que des dizaines d’élèves-médecins manifestaient ce jeudi matin devant le Parlement contre le projet SMO. Dans leur refus, ces étudiants avancent l’argument du manque d’équipement et de conditions nécessaires pour pratiquer la médecine publique dans le rural.

Quant à M. Louardi, il a répété qu’il irait jusqu’au bout.

Communiqué de l’UFE

Presse-papiers-2

Itaxi souffle sa première bougie

challenge.ma – 17-09-2015

Profitant de l’essor de l’internet mobile au Marocle marché des applications pour réservation de taxis se développe dans le Royaume. Zoom sur l’expérience menée par Tayeb Sbihi, co-fondateur d’ Itaxi. Le service existe depuis maintenant une année.

Interview :

itaxi1-300x300.

Vous êtes sur le marché depuis maintenant une année, quel bilan faites-vous de votre première année d’exercice ?

Le bilan est positif. Un long chemin a été parcouru, mais il reste beaucoup à faire encore. Aujourd’hui, notre flotte de chauffeurs est de 150 petits taxis. Nous offrons des services d’aéroport ou inter-ville, et pour ce type de service. Nous disposons également d’un autre type de voitures, à savoir les Minivan ou encore les nouveaux modèles des grands taxis.

Quel est votre modèle économique ?

Le client paye des frais de service, en plus du compteur. Quant à Itaxi, il partage avec le chauffeur les frais de service pendant que ce dernier garde le montant du compteur. Par exemple pour une course en ville, la commission prise par  ITaxi est de 10 DH pour un tarif de jour et 15 DH pour un tarif de nuit.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La problématique majeure était familiariser le marché que ce soit les clients ou les chauffeurs. Ils avaient du mal avec les nouvelles et technologies, et ne savaient pas se servir de l’application mobile ou encore n’avaient pas l’habitude d’appeler un centre d’appel pour demander un taxi.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Nos chauffeurs répondent à des critères d’exigence (professionnalisme, conduite respectable, tenue correcte…). En plus de cela, nous restons attentifs et disponibles pour nos clients qui se sentent en sécurité avec nous. D’ailleurs c’est ainsi que nous sommes parvenus à nous imposer dans un marché très concurrentiel. Nous gérons plus de 200 courses quotidiennement. Certes c’est en-deçà des objectifs que nous étions fixés, mais nous sommes satisfaits.

-Quelles sont vos perspectives d’évolution?

Nous comptons nous déployer dans les villes de Rabat, Marrakech, Agadir et Tanger d’ici 2016. Nous envisageons d’élargir notre offre en proposant de nouveaux services de transport comme le transport pour enfants, la livraison…

Après une année à combien s’élève votre Chiffre d’affaires ?

Pour  la 1ère année, je préfère ne pas divulguer de chiffre.

TUI ouvre son parapluie sur Marmara et Nouvelles Frontières

 par Laury-Anne CHOLEZ – tourmag.com – 17/09/2015

Le groupe veut devenir un leader mondial du tourisme

Le groupe TUI veut redéployer sa marque unique en France, tout en conservant pour l’instant Marmara et Nouvelles Frontières comme lignes de produits. Les deux TO étoffent d’ailleurs leur production, avec plus d’engagements en Europe. Mais l’avenir de ces deux acteurs historiques est loin d’être assuré.

Un nouveau site internet TUI.fr viendra couronner l'implantation de la marque à partir de septembre 2016 - Capture écran
Un nouveau site internet TUI.fr viendra couronner l’implantation de la marque à partir de septembre 2016 – Capture écran

Huit ans après son abandon, faute d’une production trop banalisée et sans réelle valeur ajoutée, la marque TUI est de retour en France. 

D’ici septembre 2016, elle coiffera Nouvelles Frontières, Marmara, Passion des îles et Aventuria, qui ne seront plus que des « lignes de produits ». 

« TUI veut devenir une marque mondiale du tourisme, un peu à la manière de Booking, d’Airbnb ou d’Uber », s’exclame Pascal de Izaguirre, le PDG. 

Aucun détail n’a pour l’instant été dévoilé sur les budgets marketing nécessaires à l’implantation de cette marque. Mais le PDG certifie que cela n’aura aucun impact sur ses perspectives de retour à l’équilibre, qui restent inchangées. 

Pascal de Izaguirre préfère mettre en avant les économies réalisées grâce aux synergies en matière d’achats, d’aériens ou de réceptifs locaux, tous contrôlés par la maison mère.

Pas de big-bang pour NF et Marmara

Contrairement aux Pays-Bas, où la marque historique Arke a disparu du jour au lendemain, Nouvelles Frontières et Marmara ne devraient pas être rayées de la carte du paysage touristique français. Du moins pas pour le moment. 

« Nous ne souhaitons pas faire un big-bang et continuerons à capitaliser sur ces deux marques puissantes très appréciées des voyageurs français », certifie Pascal de Izaguirre. 

Pierre-Olivier Grolleau, le directeur national du réseau d’agences renchérit : « Une fois que la notoriété de TUI sera plus forte, nous irons sans doute sur une ligne unique ». 

Une perspective rapidement tempérée par Pascal de Izaguirre, qui assure que « nous en sommes encore loin ».

Marmara et Nouvelles Frontières étoffent leur production

Pour prouver que Nouvelles Frontières et Marmara ne deviendront pas les parents pauvres de ce nouveau conglomérat, le groupe étoffe leur production. 

Marmara se lance d’ailleurs sur la neige, avec l’ouverture d’un club à Valfréjus de 93 chambres en Savoie. 

Il va également doubler sa capacité d’accueil sur les Canaries mais quitte la Tunisie. 

Il monte en gamme au Maroc avec l’ouverture des jardins d’Agadir ainsi qu’à Lanzarote. 

Sa capacité aérienne va progresser de 25% l’été prochain avec une production européenne à 77%, dont 7 nouvelles destinations. Il conforte son implantation en province où se trouvent 70% de ses engagements aériens. 

Quant à Nouvelles Frontières, sa brochure estivale s’étoffe de 4 nouvelles destinations, comme Haïti ou l’Iran, dont les ventes dépassent toutes les espérances. L’offre famille s’étoffe également de produits plus insolites : dormir dans un phare, dans une grotte ou un musée. 

Passion des Îles monte également en gamme avec une production élargie à l’Asie-Pacifique. Enfin Aventuria sortira une collection capsule d’hôtels design.

Multiplication des produits et des marques en France

Mais la grande nouveauté, c’est l’arrivée sur le marché français de huit nouvelles marques tirées des brochures des filiales européennes. 

Au total, le groupe proposera 88 hôtels à l’été 2016, contre 38 auparavant. 

Il veut monter en gamme, avec l’introduction des hôtels Sensatori, des 5 étoiles de luxe et des Sensimar, réservés aux couples. 

Le groupe espère grignoter des parts de marché au Club Med avec les Robinson,des hôtels allemands dont le concept se rapproche de la marque au Trident. 

Pour les familles, il développe les hôtels Family Life 4-5 étoiles, et Splashworld, qui comprennent un parc aquatique. 

Les sportifs iront dans les clubs Magic Life et les familles dans les clubs Suneo, dont le concept ressemble à Marmara, mais en plus design. 

Enfin, les hôtels Riu, déjà un peu connus en France, arrivent dans la production. 

On souhaite bonne chance aux commerciaux de TUI France pour faire comprendre toute cette segmentation aux agents de voyages…

Le site TUI.fr lancé en septembre 2016

« Nous avons pour ambition de couvrir toutes les attentes des clients, d’offrir la plus large gamme de produits possible afin de satisfaire tous les segments », assure Pascal de Izaguirre. 

Pour distribuer cette offre pléthorique, TUI capitalise toujours plus sur le multi-canal. Un nouveau site internet TUI.fr viendra couronner l’implantation de la marque à partir de septembre 2016. 

L’avenir des sites internet Marmara et Nouvelles Frontières reste toutefois assez flou. S’ils devraient perdurer dans un premier temps, ils pourraient à terme être absorbés dans ce nouveau portail global. 

Enfin du coté des agences de voyages, les boutiques vont elles aussi subir un relooking sous la marque TUI, à l’image de celle de Strasbourg. 

Là encore, les deux marques Nouvelles Frontières et Marmara sont conservées dans les vitrines, sous le parapluie TUI. 

Le groupe compte aujourd’hui 63 agences intégrées, positionnées dans les grandes agglomérations. 

Grâce au développement du call center virtuel, ces points de vente ont progressé de 18%. Les 162 agences mandataires sont, elles, en croissance de 10% et le groupe se dit ouvert aux opportunités de développement. 

Avec cette nouvelle stratégie, le groupe TUI devient un véritable supermarché du tourisme. 

Mais gare aux habitudes de voyages des Français, qui ne sont pas toujours en phase avec les grandes tendances imposées par des industriels étrangers.

Corsair : le cas à part

Le groupe TUI compte une flotte de 140 avions de diverses marques. Tous vont être repeints aux couleurs de TUI pour être utilisés sur n’importe quel marché. 

Le groupe prévoit aussi d’acheter 17 appareils en 2019, principalement des B 787. 

Seule exception : Corsair. La compagnie qui n’est plus à vendre, ne sera pas intégrée à ce nouvel ensemble. 

Mais Pascal de Izaguirre ne semble pas encore tout à fait certain de la stratégie envisagée par ses actionnaires pour cette compagnie.

Maroc-France : Des relations culturelles denses à la hauteur de l’histoire partagée

Par Hicham BOUMEHDI – mapexpress.ma – 17/09/2015

Les relations culturelles qu’entretiennent le Maroc et la France se démarquent par leur force et leur densité, à l’image de leurs liens d’amitiés qui se sont forgés tout au long d’une riche histoire partagée.
La visite d’amitié et de travail officielle qu’effectuera, les 19 et 20 septembre, le président français François Hollande au Maroc à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, est une occasion pour réaffirmer le caractère exceptionnel de ces liens, qui traduisent une fascination réciproque et l’attachement à des valeurs humaines communes.
Il faut remonter loin dans l’histoire pour déceler les origines de l’intérêt que portent les Français à la culture et au mode de vie du peuple marocain, et vice-versa. Le point d’orgue de cette relation a été la mission diplomatique de l’ambassadeur Abdallah Ben Aïcha, envoyé en 1699 par le sultan Moulay Ismail à la cour de Louis XIV.

L'Ambassade marocaine à Versailles (1699). Au milieu, assis, Ben Aïcha.
L’Ambassade marocaine à Versailles (1699). Au milieu, assis, Ben Aïcha.

Dès lors, les Français se sont rendu compte de la spécificité du Maroc en tant qu’Etat millénaire et indépendant, gouverné depuis des siècles par des dynasties autochtones non soumises à la tutelle des puissances de l’Orient.
L’épisode du protectorat n’a fait que renforcer ce constat et permettre aux autorités françaises et aux intellectuels de l’Hexagone de prendre la mesure de l’originalité et de la diversité de la culture marocaine.
L’essor de l’enseignement de la langue française au Maroc a été un jalon de plus dans la construction des relations culturelles bilatérales, donnant de l’ampleur à l’intérêt que porte chacun des deux pays à la vie culturelle et sociale de l’autre.
De même, les liens sociaux engendrés par l’émigration de Français au Maroc dans le sillage du protectorat puis de Marocains en France dès la fin de la deuxième guerre mondiale, n’ont fait que renforcer des liens culturels déjà ancrés sur des bases solides.
Aujourd’hui, les relations culturelles sont portées par une coopération intense dans l’éducation et l’enseignement et un fort maillage des instituts culturels français au Maroc.
En effet, le Maroc compte 13 Instituts français, répartis sur Agadir, Casablanca, El Jadida, Fès, Kenitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan, en plus d’une Alliance Franco-Marocaine à Safi, soit le réseau d’instituts français le plus grand au monde.
CarteCes établissements organisent en moyenne 1.500 manifestations culturelles par an (arts visuels, expositions, spectacles vivants, débats d’idées, cinéma…) et s’inscrivent dans de nombreux partenariat pour accompagner les politiques publiques nationales et locales dans le domaine culturel.
Le Royaume compte aussi une trentaine d’écoles françaises, dont la moitié des 30.000 élèves sont Marocains, et la France accueille le plus gros contingent d’étudiants marocains à l’étranger, avec un effectif estimé à plus de 30.000 étudiants.
D’autre part, les intellectuels, écrivains et artistes marocains sont régulièrement invités en France à l’occasion de festivals, rencontres et programmes de coopération culturelle permettant de renforcer la connaissance mutuelle entre les deux pays.
Des relations culturelles qui se sont renforcée à tel point que le Maroc a été au centre de la dernière saison culturelle à Paris, avec notamment l’organisation de deux grandes expositions-événements dédiées au Royaume, Exposition-Le-Maroc-Médiéval-1à savoir l’exposition “Le Maroc médiéval : un empire de l’Afrique à l’Espagne” au musée du Louvre et “Le Maroc contemporain” à l’Institut du Monde Arabe (IMA).
Ces deux expositions, qui ont été inaugurées en octobre dernier par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem et qui ont été placées sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et du président français François maroc_0Hollande, ont dressé un véritable panorama de l’art et de la culture marocaine à travers les siècles, mettant à l’honneur la créativité et la richesse du patrimoine marocain.
L’exposition “Le Maroc médiéval : un empire de l’Afrique à l’Espagne”, qui a été ensuite présentée au Musée Mohammed VI à Rabat, a porté sur plus de 300 oeuvres d’art reflétant ce qu’a accompli le Maroc durant les dynasties Almoravide, Almohade et mérinide dans les domaines de l’architecture, de la céramique, du textile, de la calligraphie et de la production du livre.
Cette exposition a montré aussi les inventions réalisées dans les diverses sciences et techniques et rappelle leurs effets sur la Renaissance européenne.
De son côté, l’exposition “Le Maroc contemporain”, qui a battu le record de fréquentation pour une exposition d’art contemporain à l’IMA, a été l’une des plus importantes jamais consacrées en France à la scène artistique d’un autre pays, et a été prolongée jusqu’au 1er mars 2015 en raison de son grand succès.
Placée sous le signe du préambule de la Constitution marocaine, qui revendique avec force la diversité et la pluralité de ses héritages, cette exposition a regroupé des artistes de plusieurs générations, depuis les pionniers de la peinture moderne marocaine jusqu’aux jeunes expérimentant des techniques diverses.
Elle a ainsi offert l’occasion à plus de 700 parmi les meilleurs artistes, créateurs, musiciens, danseurs, chanteurs, écrivains, intellectuels et universitaires de faire voir et entendre l’extraordinaire bouillonnement artistique et culturel qui anime le Maroc aujourd’hui.
Ces expositions ont, à coup sûr, donné davantage de rayonnement à l’image du Maroc en tant que terre de civilisation à la culture riche et ouverte sur le monde, marquant par là-même une nouvelle étape dans les relations culturelles exceptionnelles entre la France et le Maroc.

Retrouvailles à la maison devant un bon couscous

IMG_0633Nous étions 7 pour déguster ce couscous que nous avait préparé Rquia,

de gauche à droite : Nicole, Georges, mon beau-frère, Marie-France Dartois qui a écrit  « Agadir et le Sud Marocain« , un ouvrage extrêmement documenté sur l’histoire d’Agadir, et ma soeur Régine

IMG_0636Nicole, Georges et Marie-France

IMG_0632

Jean, le compagnon de Marie-France, Régine et Micheline Villar la fille de Louis Villar le chef des Services Municipaux d’Agadir dont mon père était l’adjoint dans les années 40-50.

IMG_0635Régine et Micheline

IMG_0634

et le couscous…

… et tout l’après-midi est passé sans qu’on puisse s’en rendre compte, à évoquer des souvenirs de notre jeunesse.

Tourisme: L’offre de formation remodelée

par Safall Fall – leconomiste.com – 16/09/2015

Nouveaux programmes en projet pour une mise à niveau
Objectif: tirer l’employabilité du secteur vers le haut

La tutelle déploie de gros efforts pour changer son fusil d’épaule en termes d’offre de formation. L’objectif est d’atteindre les 920.000 emplois prévus par la Vision 2020
La tutelle déploie de gros efforts pour changer son fusil d’épaule en termes d’offre de formation. L’objectif est d’atteindre les 920.000 emplois prévus par la Vision 2020

Le ministère du Tourisme investit dans la montée en qualité de ses établissements de formation. La tutelle lance une nouvelle stratégie de développement et d’implantation de quatre nouveaux programmes de formation hôtelière et touristique pour la rentrée 2016-2017. L’enjeu est clair: trouver l’adéquation entre l’offre de formation et la demande en compétences des professionnels du secteur, surtout sur des métiers de niche. Quatre établissements du dispositif public de formation hôtelière et touristique sont concernés, dans presque autant de régions touristiques (l’ISTAHT d’Agadir, l’ITHT d’Arfoud/Ouarzazte et l’ITHT de Saïdia). Les nouveaux programmes seront élaborés selon une approche par compétences (APC). «Ce système préconise l’identification des besoins en compétences du secteur avant l’élaboration des programmes de formation pour répondre aux besoins du marché de travail», explique-t-on auprès de la tutelle. Le ministère cible des filières de niche. Il s’agit notamment du «spa et bien-être», de l’écotourisme, du tourisme golfique et des loisirs nautiques. Ce programme rentre dans le cadre de la réforme du système de formation professionnelle engagée par l’Etat dans le but de relever le niveau du capital humain. «Le ministère s’est ainsi engagé dans un processus de ré-ingénierie du système de formation professionnelle selon l’approche APC. La tutelle vient aussi de démarrer un important plan de reconversion de huit écoles de formation hôtelière et touristique (EFHT) en «centres d’excellence», en choisissant les niveaux «technicien» et «technicien spécialisé» comme priorités. Ce projet figure parmi les recommandations de l’étude de repositionnement des 15 établissements de formation professionnelle relevant du département du Tourisme. La tutelle vient aussi de lancer un nième dispositif de mise à niveau de la formation professionnelle. Ce programme est composé de deux mesures phares. Il s’agit du lancement d’un label d’excellence destiné aux EFHT publiques et privées, d’un parcours collégial professionnel en restauration ainsi qu’un baccalauréat professionnel en tourisme et hôtellerie dès cette rentrée. Ce dernier volet a fait l’objet d’une convention de partenariat entre le ministère du Tourisme et celui de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. L’objectif de cette politique intensive menée sur la formation est bien sûr de coller aux besoins des entreprises et d’améliorer l’employabilité, encore peu évidente, dans le secteur.

Edouard Delpero sacré champion d’Europe de longboard au Maroc !

par F. LR – adrenaline.fr – 16/09/2015

Edouard Delpero a remporté ce mardi le titre de champion d’Europe de longboard à l’occasion de l’Eurosurf organisé par la Fédération marocaine à Casablanca. Le Français a survolé la finale avec un total de 18,97 points sur 20, dont une vague parfaite à 10/10.

Delpero sacré champion d'Europe au Maroc !
Delpero sacré champion d’Europe au Maroc !

Grand favori, le Basque Edouard Delpero a parfaitement tenu son rang. Chacune de ses séries jusqu’à la finale aura été maîtrisée avant qu’il ne lâche totalement les chevaux ce mardi en fin de journée. Dans des vagues de 1m50 à 2 m, Delpero a idéalement débuté les 30 minutes de la finale avec une option tout au nord afin de prendre deux belles droites notées 7,33 et 6,75 pts.

Puis il a balayé le spot en se resituant au centre où déferlaient quelques gauches. Largement en tête au quart d’heure (16,10 pts de total), le Français est ensuite reparti tout au nord pour son chef d’œuvre : une vague de 300 m de long sur laquelle il a alterné tout le répertoire du longboard classique et moderne. Un long hang ten, des cut back round house, des rolliers verticaux, un hang five, un hang ten, un reentry pour finir les pieds dans le sable et les poings serrés vers le ciel. 10 sur 10, la note parfaite et une finale définitivement pliée. Ses trois adversaires étant logiquement combo.

Le pays de Galles surprend l’Espagne

Champion d’Europe junior en 2008 à Agadir, Edouard Delpero signe un premier titre Open sur la scène continentale. Porté par toute l’équipe de France, le Biarrot, Marseillais de naissance, a profité de l’émulation et de la détermination du clan français à conserver le titre européen par nations pour sortir le (très) grand jeu.

Au classement général, la France fait une bonne affaire puisque le principal rival, l’Espagne, a laissé des points en route. Dans les derniers instants de la finale longboard, l’Espagnol Jon Irigoyen se faisait doubler par le Gallois Connor Griffiths pour la deuxième place. Le Marocain Adil Harif prenant la quatrième place de la série.

Les filles en demis

Parmi les autres bonnes nouvelles de la journée, les deux surfeuses de l’équipe de France se sont qualifiées pour les demi-finales du tableau principal. Alizé Arnaud et Pauline Ado ont toutefois eu beaucoup de mal à se situer sur un spot changeant très rapidement avec la marée descendante et un fort courant. Leurs totaux du jour sont loin de leurs standards habituels mais la Landaise et la Basque ont fait le job pour remporter leur heat.

On le disait déjà hier, les Espagnoles seront les adversaires les plus dangereuses. Leticia Canales et Lucia Martino ont elles aussi remporté leur série avec les deux meilleurs totaux de la journée (12,23 et 11,33). Arnaud et Alizé sont prévenues, elles devront retrouver leur surf pour réussir un doublé comme en 2013 aux Açores. Ce dont on ne doute nullement.

Grosse houle en vue pour jeudi

Martin Mouradian a lui aussi eu un peu de difficulté à trouver les bonnes vagues et s’est contenté de la deuxième place derrière le Marocain Brahim Iddouch pour se hisser en finale du tableau principal de la catégorie bodyboard. Là aussi, le Guadeloupéen a fait le job.

 

 

Mövenpick : «Nous sommes très intéressés par un déploiement à Rabat, Agadir et dans le Nord»

Naoufel Darif – lavieeco.com – 16/09/2015

La chaîne Mövenpick compte avoir six unités au Maroc d’ici 2020 et huit en 2022. Son business model repose à 60% sur l’hébergement et 40% sur la restauration.

Amr-(2015-09-15)

Pouvez-vous nous donner un petit aperçu sur la chaîne Mövenpick à l’international ?

Mövenpick est une chaîne hôtelière suisse dont le capital est détenu à 66% par la famille allemande Von Finck et 33% par le Prince Al waleed Bin Talal. Nous sommes présents avec 95 unités à travers le monde avec un objectif de 120 à l’horizon 2020. L’expansion devra se faire au Moyen-Orient, en Asie, et bien entendu en Afrique. La chaîne étant suffisamment présente en Europe. 

Qu’en est-il de votre présence au Maroc ?

Notre chaîne a pris pied au Maroc, précisément à Tanger, depuis plus de 12 ans. Depuis le 1er juin 2014, nous sommes à Casablanca où nous gérons l’ex-Husa appartenant au groupe Saham. Il s’agit d’un établissement très bien situé avec 184 chambres et trois restaurants. Nous avons fait beaucoup de travaux de rénovation, notamment au niveau des espaces publics de l’hôtel et de quelques chambres, sachant que l’ancien opérateur avait aussi entrepris des travaux. L’hôtel a une longue histoire puisque plusieurs enseignes s’y sont succédé, en l’occurrence Holiday Inn, Crown plazza et Husa.

Vers le mois de décembre, nous ouvrons une troisième unité à Marrakech, en l’occurrence le Palais des congrès-Mansour Ed-dahbi, dont la rénovation a nécessité un investissement de 800 MDH financé par le propriétaire Ajial (ex-CMKD). Mais pour le démarrage effectif des activités, il faut toujours prévoir un délai supplémentaire de deux à trois mois dans ce genre de projets. D’ici 2020, nous comptons avoir six unités et deux autres au cours des deux années suivantes. Nous sommes très intéressés par un déploiement à Rabat, Agadir et dans le Nord

Vous gérez le Mövenpick Casablanca depuis plus d’un. Pouvez-vous nous dresser le bilan de vos activités ? 

Après un an et trois mois d’exploitation, nous avons rapidement fait notre place sur le marché, surtout grâce à notre offre de restauration. Nous nous différencions par le soin apporté à la restauration et sa qualité. Pour cela, nous faisons appel à des chefs de renommée mondiale venus notamment des hôtels Mövenpick à travers le monde. Notre Business model repose à 60% sur l’hébergement et 40% sur la restauration, alors que le reste des opérateurs font du 80/20. Il faut dire que le groupe est à la base une chaîne de restaurants qui proposait des produits frais à des prix abordables dénommée Mövenpick Restaurants. La chaîne développe des produits propres avec le label Mövenpick qui sont disponibles dans les hôtels, mais également vendus à l’extérieur (confiture Mövenpick, café Mövenpick, chocolat du même nom…). Aucune chaîne au monde ne donne cette possibilité. Nous le ferons au Maroc également. Dans trois semaines, nous allons ouvrir le nouveau Sky bar qui offrira une vue panoramique sur Casablanca, avec une restauration asiatique. Nous sommes persuadés qu’il est très important pour un établissement hôtelier d’offrir une restauration variée. La qualité de la restauration pousse les gens vers l’hôtel et, du coup, booste l’hébergement.  

Peut-on avoir des chiffres qui confortent ces propos ? 

Absolument. Côté activité, nous avons fait augmenter le chiffre d’affaires de l’ancienne société de gestion de 50% en une année (de juin 2014 à juin 2015). L’explication principale de cette performance est que notre chaîne est très présente sur plusieurs marchés émetteurs à l’international, notamment en Europe et au Moyen-Orient. Ces marchés sont très pourvoyeurs de touristes. Notre présence se fait à travers plusieurs bureaux de vente partout dans le monde. D’ailleurs, nous venons d’ouvrir un bureau aux Etats-Unis. La force d’une chaîne c’est cette représentation. Il faut dire que les clients font leur choix en fonction de l’expérience qu’ils ont vécue dans un hôtel Mövenpick en Europe, en Asie ou au Moyen-Orient. Nous nous battons pour rehausser nos performances, sachant que la rentabilité dégagée par les sociétés de gestion est décisive pour attirer les investisseurs étrangers. D’autant plus que ces derniers sont faiblement représentés dans l’investissement hôtelier : 80% des projets sont réalisés par des nationaux. 

Quel est le profil de la clientèle de Mövenpick en termes de provenance ?

Notre marché numéro un est l’Europe, la France spécifiquement, suivie du Moyen-Orient, notamment l’Arabie Saoudite, le Koweït, les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn. En troisième place figurent les Marocains résidents à l’étranger. Puis les Marocains résidents dans d’autres villes et qui doivent se rendre à Casablanca pour des formalités administratives ou pour visiter la famille.

Quel est le potentiel que représente le Maroc pour la chaîne Mövenpick ?

Le Maroc est une destination stratégique pour notre groupe. Le pays a beaucoup de possibilités dans le tourisme de loisirs et d’affaires. Le Royaume est également la porte d’entrée en Afrique. Ce qui en fait un marché important, notamment en raison du nombre d’hommes d’affaires en provenance du continent qui ne cesse de croître surtout avec la dynamique insufflée par le pays pour promouvoir les échanges Sud-Sud. Nous espérons tirer profit de ce mouvement de plus en plus important entre le reste du continent et le Maroc. Ceci en rappelant que le pays est aussi une véritable destination de loisirs.

 

Composition autour du fromage dimanche prochain 20/09/2015 à Crocoparc Agadir

Fromage (2) (1)

L’Aid El Adha sera célébré le 24 septembre au Maroc

lune

Dans un communiqué, le ministère des Habbous et des Affaires Islamiques indique que le croissant lunaire annonçant le mois de Dhou Al Hijja de l’an 1436 de l’Hégire a été observé lundi soir (14 septembre) et que l’Aïd Al Adha sera célébré le jeudi 10 Dhou Al Hijja 1436 correspondant au 24 septembre 2015.

Prix des carburants : l’essence super en baisse, le gasoil en hausse

menara.ma – 15/09/2015

Le prix de l’essence super accusera une baisse de 11 centimes le litre du 16 au 30 septembre 2015, alors que le prix du gasoil connaîtra une hausse de 24 centimes le litre.
winxo_0

Le prix de l’essence super reculera de 11 centimes le litre pour s’établir à 9,67 dirhams/litre et celui du gasoil augmentera de 24 centimes pour s’établir à 8,14 dirhams/litre, indique le ministère chargé des Affaires générales et de la Gouvernance dans un communiqué sur l’homologation des prix plafonds des carburants pour la période allant du 16 au 30 septembre 2015.

Il s’agit des prix sortie Mohammedia, précise la même source.