Archives de septembre 23rd, 2015

Ils ont gagné…

par Hinde Taarji – lavieeco.com – 23/09/2015

Nos pères avaient compris qu’il ne saurait y avoir d’émancipation du pays sans émancipation féminine. Ce pourquoi, en même temps qu’ils prônèrent le droit des femmes à l’instruction, ils se firent les défenseurs du dévoilement de leurs sœurs, épouses et filles.

Hinde Taarji

Hinde Taarji

On en a conscience certes, mais une conscience épisodique, qui se réveille sous le coup d’un événement, d’une image et qui, sitôt ceux-ci passés, tend à s’effacer avec eux. Pourtant le fait est là : les temps, au Maroc, ont changé, nous avons basculé dans un autre «mood», un «mood» régressif qui nous renvoie des lustres en arrière.

Pour expliquer la victoire sans appel de son parti aux élections communales et régionales, Abdelillah Benkirane, triomphant, a déclaré, parlant du mouvement qu’il incarne, que lui et ses «frères» ont récolté ce qu’ils ont semé. Faisant montre de sa connaissance des lettres françaises, il a illustré son propos en se référant à la fable de la cigale et de la fourmi. «C’est comme la cigale et la fourmi. Nous travaillons et les autres chantent». On ne peut que lui donner raison. Au cours des trois dernières décennies, les islamistes marocains ont entrepris un travail idéologique de fond, grandement aidés en cela par la répression menée contre l’extrême-gauche sous Hassan II et la politique d’arabisation de l’enseignement public qui, à compter de 1975, ouvre l’Education nationale à certains enseignants Frères musulmans. Ce travail de «fourmi» a porté ses fruits dans le champ politique comme nous venons d’en avoir un nouvel exemple ce 4 septembre. Mais c’est dans le champ social, dans les modes de vie et les comportements qu’il a produit ses effets les plus éclatants. Le changement induit se traduit par des signes multiples qui, pris séparément, peuvent apparaître comme des «épiphénomènes». C’est ainsi d’ailleurs que certains commentateurs se sont employés à qualifier les incidents qui émaillèrent l’été – le «no bikini» d’Agadir, l’affaire des jupes d’Inezgane, le lynchage de Fès … – et contre lesquels toute une frange de la société civile a réagi avec force. Ces éditorialistes ont ironisé sur le fait de s’émouvoir d’une affaire de jupes quand les vrais problèmes seraient ailleurs, comme si la défense des libertés publiques ne pouvait aller de pair avec celle de la justice sociale. Or cette fameuse affaire de jupes a agi comme un révélateur de la régression idéologique en cours. Première affectée par le vent liberticide qui se lève sur le pays, la femme dont la liberté de mouvement et d’être se rétrécit de façon inquiétante. L’exemple le plus parlant est celui du droit de se mettre en maillot de bain. Depuis quelques années en effet, les Marocaines y réfléchissent à deux fois avant de se dénuder sur les plages marocaines. Plus d’une qui, depuis qu’elle a ouvert les yeux, a toujours profité des plaisirs de la mer, avoue ne plus oser le faire. Le spectacle de femmes suant dans leurs voiles alors que les hommes s’ébrouent dans l’eau est devenu commun. Cela paraissait cependant encore juste une tendance qui, pour être forte, n’était pas exclusive. Mais le pas est sauté quand on apprend que sur une plage telle  celle de Tanger, il n’y aurait, selon ce témoignage recueilli auprès d’une jeune Tangéroise, définitivement plus de baigneuses en maillot ! D’apprendre cela, je l’avoue, m’a assommée. Cette magnifique plage de Tanger qui, dans les années 70, nous accueillait, vacanciers venus de l’intérieur du pays, dans une ambiance festive et colorée, dont les terrasses coquettes abritaient les premiers rendez-vous, cette plage où les bikinis rivalisaient d’impertinence et où il était malvenu de descendre avec ses vêtements, cette plage-là serait à présent interdite à la baignade féminine ! Qu’on ne se paye plus de mots, nous avons basculé ! Nous avons basculé dans un autre temps, le retour en arrière n’est plus une vue de l’esprit, c’est un fait avéré.

«Dans l’entreprise où je travaille, me confiait cette jeune Tangéroise, nous ne sommes plus que deux à ne pas être voilées. Et c’est difficile de résister à la pression qui s’exerce sur nous. Car quand tu ne portes pas le voile, tu peux très vite être assimilée à une prostituée». En effet, toujours selon les confidences de mon interlocutrice, Tanger, en parallèle à la pression islamiste, connaîtrait un développement inquiétant de la prostitution. Ceux-là mêmes dont les épouses sont dûment voilées se retrouvent le soir avec des jeunes personnes dévoilées dont ils paient les services. Le comble du vice et de l’hypocrisie sociale. Mais le reflet éloquent de la société de l’interdit, une société travaillée par la frustration et où la femme est reléguée au statut d’objet sexuel, avec ou sans voile.

Nos pères avaient compris qu’il ne saurait y avoir d’émancipation du pays sans émancipation féminine. Ce pourquoi, en même temps qu’ils prônèrent le droit des femmes à l’instruction, ils se firent les défenseurs du dévoilement de leurs sœurs, épouses et filles. Aujourd’hui, on assiste au phénomène inverse. Le voile est réapparu. Et le Maroc s’enfonce dans la régression. Vous avez gagné M. Benkirane. Bien au-delà de ces sièges remportés par le parti, ce 4 septembre.

UN PRÊT DE LA BERD POUR LA PROSPECTION ARGENTIFÈRE AU MAROC

lnt.ma – 23/09/2015

BERD-600x300

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a annoncé mardi l’octroi d’un prêt de 6 millions de dollars pour soutenir les activités de la compagnie minière canadienne « Maya Gold & Silver Inc. » au Maroc.

Ce prêt est destiné à aider la société minière canadienne à financer l’expansion de la mine d’argent Zgounder, située dans la commune rurale d’Askaoun au nord-est d’Agadir, précise un communiqué de cette institution financière européenne basée à Londres.

Ce financement contribuera aussi à la modernisation des structures d’exploitation et de production de la mine, tout en respectant les exigences de l’efficacité énergétique et de la protection de l’environnement, souligne la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Le Maroc est un membre fondateur de la BERD et, à ce jour, la Banque y a investi 473 millions d’euros dans 18 projets à travers tout le pays, auxquels s’ajoutent 130 millions d’euros de lignes de crédit en faveur de la facilitation des échanges, accordés par l’intermédiaire de banques locales.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement a aussi fourni une aide technique à plus de 135 PME locales.

ENSEMBLE, LE CONCERT POUR LA TOLERANCE – 10e édition

Par Kawtar Firdaous – lobservateurdumaroc.info – 22/09/2015

rfm_concert-tolerance-608

‘Dimanche 4 Octobre 2015 19H PLAGE D’AGADIR’

 ‘Organisé sous le Haut Patronage de SM le roi Mohammed VI, cet événement fédérateur de la tolérance, de l’ouverture et du vivre ensemble, rebaptisé « Ensemble, le Concert pour la Tolérance », sera diffusé en direct en prime time sur W9 et rediffusé sur toutes les chaines du groupe M6 ainsi que sur TV2M et dans le monde sur TV5Monde.’

Le concert, première manifestation musicale multiculturelle co-organisée par le Maroc et la France, a attiré plus de 220 000 spectateurs lors de la dernière édition. Pour cette édition anniversaire, les organisateurs offriront au public un plateau artistique éclectique avec des artistes de renom tels que Maitre Gims, Marina Kaye, Vianney, Shy’m, Zaz, Black M, La Fouine, Youssoupha, Amine, La Troupe des 3 Mousquetaires, Saad Lamjarred, Chimène Badi, Asmaa Lamnawar et bien d’autres. La soirée sera animée pat Kev Adams et Audrey Lamy. 

Depuis 2005, le Concert pour la Tolérance regroupe des artistes français, marocains et internationaux autour de valeurs universelles : tolérance, paix, respect et dialogue entre les cultures. Alors que le Concert pour la Tolérance s’apprête à fêter ses dix ans, le message qu’il défend est plus que jamais d’actualité. Evénement fédérateur, le Concert pour la Tolérance, rassemble chaque année un large public local et international dans un cadre festif, dans une perspective d’écoute, d’échange et de dialogue entre les cultures. Le public Gadiri sera le temps d’une soirée le porte-drapeau d’un Maroc moderne, ouvert à toutes les cultures. En 10 ans, le Concert pour la Tolérance a su s’implanter dans le paysage audiovisuel français et francophone comme un évènement prestigieux, porteur de valeurs fortes et universelles.

Cette année, le Groupe M6 revient en tant que grand partenaire audiovisuel du Concert pour la Tolérance. W9, la chaine orientée jeunesse du groupe, assurera la diffusion en prime time du spectacle mettant l’accent sur l’esprit d’ouverture et de diversité culturelle qui a toujours caractérisé la manifestation. Le concert sera ensuite rediffusé sur toutes les chaine du groupe M6. Il sera également diffusé dans son intégralité au Maroc sur TV2M et dans le monde entier grâce à TV5 Monde. Le concert pour la Tolérance réunit plus de 200 techniciens qui mettent en synergie leurs efforts pour faire fonctionner un dispositif digne des plus grands événements internationaux. La production franco-marocaine mutualise les compétences, les moyens et les technologies de pointe au service d’un show unique.

Le succès renouvelé du Concert pour la Tolérance est rendu possible notamment grâce à l’engagement de la ville et de ses autorités pour assurer la réussite de l’événement, ainsi que l’ensemble des partenaires : TV2M, Royal Air Maroc, l’Office National Marocain du Tourisme, le Comité Régional du Tourisme d’Agadir, ainsi que l’Association des Hôteliers d’Agadir.

Le Concert pour la Tolérance est un événement produit par Electron Libre Production et co-organisé par l’Association pour la Tolérance, basée à Agadir et regroupant les représentants des partenaires officiels marocains de la manifestation.

————————————————————————————————————————–

lnt.ma – 23/12/2015

concert-pour-la-tolérance-480x360

La plage d’Agadir va accueillir le 4 octobre prochain des centaines de milliers de mélomanes et d’amoureux de musique marocaine et internationale à l’occasion de la 10ème édition du Concert pour la Tolérance qui réunit, chaque année, une pléiade d’artistes marocains et étrangers.

Cette édition connaitra la participation d’une constellation de stars de la chanson et de la musique, issus de plusieurs pays du pourtour méditerranéen, qui viendront à Agadir pour partager avec le public les valeurs de tolérance et de paix, a-t-on appris mardi auprès des organisateurs.

Le Concert pour la Tolérance sera marqué, cette année, par la présence d’artistes de renommée comme Black M, Maître Gims, Saad lamjarred, Marina Kaye, La Fouine, Soprano et Chimène Badi, outre des artistes adulés par une large frange des férus de musique, notamment les jeunes, selon la même source.

Par ailleurs, les organisateurs tablent sur la présence de 300.000 spectateurs, le 4 octobre, à la plage d’Agadir et s’attendent à ce que ce Concert soit suivi par pas moins de 30 millions de téléspectateurs sur les chaines de télévision internationales qui transmettent ce show grandiose.

Les éditions précédentes du Concert pour la Tolérance ont connu un succès sans précédent, que ce soit en termes d’affluence du public venu d’Agadir, des régions avoisinantes et des quatre coins du Royaume, ou du grand nombre de touristes qui se ruent sur la ville en cette période.

Cet événement est devenu pour Agadir, en particulier, et pour le Maroc, en général, un rendez-vous annuel réunissant d’illustres artistes de différents horizons autour du dialogue des cultures et de la célébration des valeurs de paix et de solidarité.

%d blogueurs aiment cette page :