Agadir : Un énième plan d’action pour relancer le tourisme


par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 23/10/2015

Les parts de marché en chute libre, derniers chiffres à fin septembre
Les prévisions pour l’hiver affichent -20% sur les pays émetteurs traditionnels
Les TO français ne programment pas la destination, cellule de crise au CRT
Photo M. Terrier

Photo M. Terrier

La conjoncture touristique morose à fin septembre 2015 a fait l’objet d’une réunion du bureau exécutif du Conseil régional de tourisme (CRT) d’Agadir, mercredi dernier. En effet, la situation actuelle donne du souci à tous les opérateurs d’autant plus que la régression a touché les principaux marchés émetteurs qui se sont distingués par un recul, en arrivées et en nuitées. Avec respectivement -12% et -16,30%. La baisse a aussi été ressentie au niveau des mouvements d’avions hiver 2015/2016 avec moins 20%. Et il n’y a pas d’amélioration en perspective. D’ailleurs, lors de leur participation au salon Top Resa 2015, les professionnels marocains du tourisme sont rentrés bredouilles car ils ont bien ressenti cette rétractation. En effet, les TO français n’ont pas hésité à leur signifier que la destination n’est plus dans leurs agendas étant donné qu’il n’y pas de demande. Pour les touristes, la destination est considérée à haut risque à cause de la situation géopolitique ambiante. Le marché français, avec les marchés anglais, polonais et russe, eux aussi en recul, est donc difficile à relancer mais les responsables ne perdent pas espoir. D’où la cellule de crise pour réfléchir à une énième stratégie et présenter l’état d’avancement des actions en cours de réalisation par le CRT d’Agadir. Et ce, en partenariat avec la région SM, la commune urbaine d’Agadir et l’Office national marocain de tourisme (ONMT). Et également pour exposer les recommandations de la journée de réflexion «Agadir, une destination à réinventer», tenue le 28 mars dernier. «L’implication des professionnels du tourisme, des élus, des autorités locales, des privés et citoyens est impérative pour faire redémarrer ce secteur névralgique pour la région», explique Mohamed Mahfoud Filali, président de la commission promotion et commercialisation au CRT. «Pour repositionner la destination Agadir, il faudrait aussi instaurer une véritable politique de développement durable et de protection de l’environnement afin de promouvoir Agadir et sa région», a-t-il ajouté. L’accompagnement par un bureau d’études pour la mise en place d’une stratégie de «Branding» est une autre mesure suggérée. De même que la relance des vols point à point. A terme, la visée est d’offrir une expérience unique aux touristes et une meilleure qualité de vie aux citoyens. Par ailleurs, il a été décidé de créer une commission conjointe composée du Conseil régional SM, de la CU d’Agadir, de la Chambre de commerce, d’industrie et de services d’Agadir (CCISA) et du CRT d’Agadir. L’objectif? Elaborer un plan d’action axé sur le produit, l’animation, la promotion et la communication, sur une durée de quatre ans.
Pour rappel, la réunion du bureau exécutif du CRT d’Agadir a été présidée par Salah Eddine Benhammane, président du CRT d’Agadir Souss Massa, Brahim Hafidi, président du Conseil régional SM, Salah Malouki, président du Conseil municipal d’Agadir et Karim Ashengli, président de la CCISA.

La qualité n’est pas au rendez-vous

Malgré tous les discours, le problème de réhabilitation de nombreux établissements à Agadir reste toujours posé. Sans parler des hôtels qui ont tout simplement mis la clé sous le paillasson. A ceci s’ajoute la vétusté de près de 10.000 lits (sur 30.000 tout de même), et qui ne peuvent plus drainer de touristes depuis quelques années déjà.  La qualité n’est donc pas au rendez-vous, c’est pourquoi la commission régionale de classement a pris sa décision de sanctionner les unités, majoritairement des 4 étoiles, dont le service ne correspond pas aux normes de la qualité. 6 hôtels sont ainsi déclassés et 8 autres avertis. Ces établissements hôteliers s’étaient pourtant engagés à respecter les recommandations reçues en procédant à la réhabilitation de leurs locaux. Or, ils n’ont pas pu le faire et en ont subi les conséquences. Un autre coup dur pour la destination Agadir qui continue à dépérir, malgré un potentiel naturel important.

Catégories :Non classé

4 commentaires

  1. Bonjour Monsieur.
    Venant depuis de nombreuses années passé quelques jours à Agadir, et lisant régulièrement vos rubriques fortes intéressantes sur le devenir d’Agadir, compte tenu de la diminution drastique des touristes Français et autres européens, pour laquelle l, les acteurs du secteur touristiques débattent à longueur de réunion, pour endiguer ce phénomène.
    Il est vrai que la conjoncture internationale ne plaide pas en faveur d’Agadir auprès des Européens.
    Je m’étonne qu’aucun de ces acteurs, n’a constaté ou parlé, de l’état déplorable de cette ville, poubelles ouvertes débordantes même en centre ville, trottoirs défoncés ou mal entretenus, obligeant les touristes a marcher tête baissée pour ne pas trébucher, circulation automobile anarchique, herbes folles croissants allègrement (voir la place, et les alentours du marché central, et ce sous les fenêtres du premier édile de cette ville.
    Et ne parlons pas de l’état des routes et de la propreté dans les nouveaux quartiers qui poussent comme des champignons loin du centre ville. etc…
    Ce n’est pas de réunion que cette ville à besoin, mais d’un service de nettoyage et d’entretien efficace.
    Vous pouvez mettre en place toutes les liaisons aériennes que vous voulez, cela ne modifiera en rien la fréquentation de cette ville ou j’ai tant de souvenirs.
    L. Chouteau

    J'aime

    • La propreté de la ville est une priorité, c’est vrai : il n’y a que dans la zone touristique que l’état de propreté est acceptable !
      Mais je maintiens que les dessertes aériennes y sont pour quelque chose, en raison de leur nombre (principalement pour les liaisons de ville à ville) et de leurs prix : j’ai eu beaucoup de remarques à ce sujet.
      Comme exposé longuement dans les différents articles, à part les hôtels de luxe, l’état d’entretien est souvent déplorable : c’est encore une autre raison.
      Il faut aussi dire que les puissants lobbies en faveur de Marrakech font que le restant des demandes touristiques pour le Maroc est détourné sur cette ville par les Tours-operators qui y ont plus à gagner.
      Je suis entièrement d’accord avec vous quand vous dites que ce n’est pas de réunions, de commissions… dont la ville a besoin (les problèmes sont connus) mais bien plutôt d’efficacité et d’une vue à plus long terme.

      J'aime

      • Bonjour et merci de votre réponse rapide à mon commentaire.
        Je pense que même dans le secteur touristique la propreté est à la limite de l’acceptable.
        Je ne pense pas que plus de liaison aérienne même de point à point, effaceront hélas l’image désastreuse d’Agadir aux rares touristes qui font l’effort de venir passer quelques jours en cette belle ville, aux habitants accueillants, chaleureux.
        Cordialement.
        L. Chouteau

        J'aime

  2. Agadir est délaissée…….Ca ne sert à rien de se lamenter, Il suffit que les Responsables se promènent dans les rues et boulevards ensuite, ils s’assoient et réfléchissent ….. comme ils ne sont pas stupides, Ils auront vite trouvé ! ! !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :