La Marche Verte – Hassan II : “Nous aurions pu emmener 1 ou 2 millions de personnes“

A travers des récits émouvants et de longs entretiens, feu le Roi Hassan II se remémorait avec la même ardeur et dans les moindres détails les préparatifs de la Marche verte, son déroulement et son grand aboutissement et ce, dans des passages dédiés tirés des ouvrages « Le défi » et « La mémoire d’un Roi ».

discoursmarcheverte

Le jour du 6 novembre 1975 restera gravé à jamais dans l’histoire du Royaume, lorsque le regretté Souverain, animé d’une foi fervente et d’un patriotisme distingué, osa défier la puissance espagnole qui n’a que très peu résisté devant une grande marche pacifique, minutieusement préparée dans le plus grand secret.
« Il était inimaginable que nous fissions à l’Espagne une guerre qui n’avait pas de sens et que nul ne désirait, ni à Madrid ni à Rabat. Alors que le départ des Espagnols était une certitude proclamée. Il n’était pas non plus concevable que nous laissions notre terre vide, abandonnée! » et c’est ainsi que fut décidée la Marche Verte, avait expliqué le regretté Souverain.
A cet effet, un cortège de 350.000 Marocains, dont 10 pc de femmes, fut fixé pour participer à cette grand-messe de patriotisme qui durera plusieurs jours, un choix non hasardeux parce que ce chiffre correspond exactement au nombre des individus qui naissent au Maroc chaque année.
« J’ai pensé qu’il m’était permis d’engager la moisson solennelle que Dieu nous donne pour ramener à la Patrie une terre que nous n’avions jamais oubliée », avait expliqué feu le Roi Hassan II.

Le 5 novembre 1975, à l’hôtel de ville d’Agadir, Hassan II ouvre son discours par ce verset:

« Quand vous décidez quelque chose, il faut le réaliser avec la protection de Dieu. » 

Ainsi, le Souverain avait convoqué dans le plus grand silence trois personnes qui allaient devenir responsables de la Marche Verte.
« Tous les trois, sans secrétaire, sans ordinateur, rédigeant tout à la main. Il fallait calculer avec précision le nombre de pains nécessaires pour nourrir 350.000 personnes et la quantité de bougies indispensables pour éclairer les camps », avait-il expliqué.
Il fallait aussi transporter 17.000 tonnes de nourritures, 23.000 tonnes d’eau, 2.590 tonnes de carburant, outre des armes et des munitions pour le cas où il eût été nécessaire de se défendre. Le service de santé, lui, utilisait 230 voitures-ambulances, racontait le regretté Souverain dans « Le Défi ».
Le 16 octobre, la Cour internationale de justice de La Haye a rendu un arrêt affirmant que des liens d’allégeance avaient existé, de tout temps, entre le Maroc et les habitants du Sahara. C’est alors que le Roi Hassan II prononça Son discours mémorable lançant la Marche Verte.
« Je n’avais pas encore fini mon allocution, il était huit heures trente que déjà du patio ouvert où je me tenais, j’entendais les clameurs provenant des quartiers proches du palais, à Marrakech. Dans toutes les villes et les villages du Royaume, les gens sortaient dans les rues en criant -Nous sommes volontaires !-. C’était un véritable rush. Nous aurions pu emmener un ou deux millions de personnes », s’est remémoré le regretté Souverain.

Enfin, la veille de la Marche Verte, le 5 novembre 1975, Feu SM Hassan II faisait ses dernières recommandations.
« Cher peuple, Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays », avait déclaré le défunt Roi.
Le 6 novembre, la masse des 350.000 Marocains s’élança vers le sud selon un ordre de marche qui fut rigoureusement respecté. Feu SM Hassan II était tenu heure par heure au courant des moindres incidents de cette grande procession. Il fallait surtout modérer la ferveur des marcheurs.
« Les 30.000 volontaires d’Agadir, les 20.000 d’Ouarzazate, les 18.000 de Tiznit et les 15.000 de Tarfaya espéraient bien être les premiers à dire leur prière. Mais les 4.000 volontaires de Tétouan, d’Oujda, de Figuig, les 35.000 Casablancais, les 15.000 Fassis, les 20.000 de Ksar-es-Souk, les 10.000 de Beni Mellal, ne l’entendaient pas de cette oreille. Ni ceux de Safi, de Taza de Tanger, de Meknès, de Kénitra, de Khemisset, de Nador ! Chacune de nos délégations provinciales voulait avoir l’honneur de franchir la frontière en premier », se rappelait le Roi Hassan II.
S’adressant aux marcheurs, qui avaient déjà franchi la frontière factice, le regretté Souverain avait exprimé son admiration en affirmant que les volontaires « viennent d’écrire une des pages les plus glorieuses de notre Histoire, une page qui sera citée en exemple aux générations futures en fait de discipline, d’obéissance, de maturité, d’endurance et de patriotisme ».
Et d’ajouter que « s’il n’était pas facile de mobiliser pacifiquement 350.000 hommes et de les lancer à l’assaut d’une terre lointaine, il était peut-être plus difficile encore d’arrêter leur élan. La foi qui soulève les montagnes, les poussait vers le sud, vers Hagunia, vers El Ayoun, Il semblait qu’à présent rien ni personne ne pût les retenir ».
« Pourtant, lorsque J’en donnai l’ordre, la Marche s’arrêta immédiatement, fit demi-tour et, selon le dispositif prévu, nos 350.000 volontaires retournèrent à Tarfaya », souligne encore le regretté Souverain.
Le 17 novembre, le Roi Hassan II s’est adressé encore, lors du discours royal prononcé à l’occasion du 20è anniversaire de notre indépendance, aux Pèlerins de paix et au peuple marocain tout entier.
« Aujourd’hui, cher peuple, Je suis en mesure de te dire : Notre Sahara a été rendu et sans effusion de sang. Honneur à vous, Volontaires, car vous avez créé une conscience nouvelle et une nouvelle école politique au Maroc », s’est réjoui le Roi Hassan II, ajoutant que cette marche a donné naissance à un Maroc nouveau, ce qui implique pour le regretté Souverain des obligations nouvelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.