Archives de décembre 5th, 2015

Plantes médicinales : L’italien Aboca s’installe au Maroc

leconomiste.com – 05/12/2015

plantes_medicinales_trt

Aboca, société italienne de production de médicaments à base de plantes, a annoncé son implantation au Maroc. Cette délocalisation s’explique selon son PDG, Valentino Mercati, par la stabilité du Maroc, son climat et l’existence de surfaces non contaminées. Pour le moment, la société n’a pas dévoilé le montant de l’investissement, mais elle assure avoir trouvé des terrains à Marrakech et Agadir. Une équipe de pharmaciens et des botanistes ont déjà commencé à travailler pour l’entreprise. La culture des plates médicinales devrait bientôt débuter.

Morocco : what to see and do. Colourful Marrakech, beaches in Agadir and Essaouria, plus where to stay

by High50 – 04/12/2015

 Why go

You can bask on the beaches, you can ski down the mountains – you can trek across the Western Sahara on a camel, should you so wish. Morocco is what you make of it, which makes it perfect for a bespoke holiday.

Bordered by the Atlantic and the Med, across the water from southern Spain and with strong French influences, this North African country has a unique blend of Berber, Arab and European cultures.

The vast landscape, more than 172,000 square miles, is just as eclectic. The centre and south are dominated by the Atlas Mountains, mostly inhabited by the Berber people, while the Rif mountain range in the north is carpeted in lush forest with gorges and flowing streams.

Rabat is the capital, and Casablanca the largest city. Agadir has the longest beach, at six miles, and 300 days of sunshine a year. Marrakech, arguably its best-known city for tourists, is a cacophony of colours, spices and sounds from the call to prayer to determined hagglers in the souks.

What to do

The old walled town, or medina, of Marrakech is the place to immerse yourself, and you’ll find frenetic energy in the souks and sample traditional dishes in the bustling night market.

Traditional guesthouses (riads) offer respite from the hectic city, and many have their own hammams (or baths) where you can get washed, scrubbed and slathered in mud. A word of warning: most people get naked, or at least take their tops off, in these gender-segregated spas.

Companies offer day trips into the Atlas Mountains just outside the city, or longer treks through the desert by camel, with the chance to stay overnight in a traditional Berber tent. If it’s a snowy trip you’re interested in, there are two ski resorts: Mischlifen, near Fes, and Oukaïmeden, near Marrakech.

Morocco Les Tormalines in Ouarzazate 620
The view of the inland lake from Les Tourmalines in Ouarzazate

For a beach holiday, you can’t beat Agadir, with its wide promenade and burnished gold beaches. Essaouria has a laidback feel, blue-hulled fishing boats and windsurfers.

The wind in Essaouria makes the beach less appealing, but there are plenty of traditional riads to stay in, many of which have roof terraces, and there are larger properties with pools a little out of town.

Where to stay

Feeling flush? Book a room at palatial La Mamounia in Marrakech, where the penthouse costs a credit card-trembling £8,000 a night.

If not, there are many simple but beautiful riads in the Medina (centre of town), all with inner courtyards, most with a roof terrace and some with a rooftop pool.

To escape from it all, book in at Les Tourmalines in Ouarzazate, situated in the desert south-east of Marrakech, with an infinity pool overlooking a huge inland lake and traditional dining in a Berber tent. It feels like an exclusive retreat.

Morocco La Mamounia Indoor Pool 620
The pool at La Mamounia in Marrakech

Agadir has big all-inclusives along the beachfront, some better than others. Robinson Club has delicious food, a private section of beach and a gorgeous terrace bar overlooking the ocean. If you’re heading to quieter Essaouira, Les Jardin des Douars is a boutique hotel just outside town, with a pool, spa and individually-decorated rooms.

Where to eat

For the best Moroccan food, seek out the unassuming, tiny cafes with cushions on the floor and nothing on the walls. You’ll get tender tagines and steaming bowls of couscous with saffron chicken.

In Marrakech, the chic choice is Le Foundouk, for beef liver sausages and sweet pigeon pie with flaky filo pastry.

On Agadir’s marina, Pure Passion is one of the snazziest seafood eateries around.

Morocco Chefchaouen flickr rytc 620
Chefchaouen in north west Morocco is famous for its blue painted buildings

Getting around

Taxis are cheap and plentiful in the more popular destinations like Marrakech and Agadir. Just be sure to state your destination and agree a price before jumping in. Ask the concierge for a guide price at your hotel.

You may want to hire a car to really explore this vast, varied country, discovering kasbahs (a type of medina or fortress), deserted beaches and gems like Chefchaouen, a city in northwest painted entirely in shades of blue.

When to go

Morocco’s seasons mirror ours, though they might have a slightly different idea of what constitutes ‘winter’. Think California and you get the idea.

Morocco brightly coloured shoes 620
The brightly-coloured slippers you can buy in markets across Morocco

The weather is still mild in the daytime, in the teens or early 20s during January, although nights can be chilly.

If you really want a tan, head to Morocco from May to September, when temperatures climb into the 30s on the coast but can be uncomfortably hot inland. For skiing, the best snow coverage is between January and March.

Three things we like

  1. Friendly locals. Yes, many of them are trying to sell you something. But they don’t mind (that much) if you say no. And most people are genuinely welcoming and happy to share tips and advice.
  2. The sheer variety of the place. Where else could you haggle for spices in the morning, ski at lunchtime and squeeze in a bit of sunbathing in the afternoon?
  3. The scenery. Whether you’re on a sun lounger in Agadir or a camel in the desert, you can see rolling sand dunes and mountains rising in the distance.

Something we don’t like

You can feel hassled in Morocco, especially in the souks and, in Agadir, on the busier parts of the beach. Everyone is looking to sell, whether it’s a silver teapot or a lump of granite. Just smile, shake your head politely and move on. It’s all part of the fun.

Don’t miss

Sip a traditional mint tea in one of the ubiquitous smoky cafés. Delicious, and great people watching.

Book a sunset camel ride along the Taghazout Beach in Agadir, with local company Amodou Cheval. The wide golden beach stretches towards the Atlas Mountains, and there’s something incredibly peaceful about the movement of these strong, silent creatures.

Take a trip to the night market in Marrakech’s main square, Jemaa el-Fna, to sample local delicacies from merguez (spicy sausage) to snails – that’ll be the French influence.

Morocco La Mamounia Majorelle Suite 620
The Majorelle Suite at La Mamounia in Marrakech

High50 insider tips

  • Haggling will always be a mystery – who knows how little the stall holders would really accept? The general rule is to offer around a third of the first price, and don’t pay more than half. Try not to take it to heart when traders act like you’ve just taken their home and run off with their wife.
  • The souks do have a glamorous side, and some stalls are above haggling. One jewellery shop – El abidi Nasser Eddine in Marrakech – featured in Vogue.
  • If you feel the need to escape the heat and hectic pace in Marrakech (and you will), take a few steps outside the old town or medina to the Yves Saint Laurent garden. You’ll feel instantly cooler as you wander down paths lined with cacti and pots painted in cobalt and ochre. A small gallery houses postcards the designer created each year to send to friends and family, and you can buy prints as souvenirs.
Morocco Fes flickr PROHenrik Berger Jørgensen 620
Fez is known for its little squares and fountains

Need to know

  • The flight time is around three to four hours from the UK.
  • The main currency is the dirham, although many people accept euros and even British pounds. It’s easier to get a good deal, especially in the souks, when paying in dirham.
  • Power sockets take two-pin European plugs.
  • The tap water is best avoided, but most good hotels will have plenty of bottled water on hand.
  • You don’t have to cover up, but in some circumstances – especially in smaller towns and villages, less touristy areas and mosques – it is respectful to cover your shoulders and legs. You may also feel more comfortable and avoid unwanted stares.
  • Morocco’s predominant religion is Islam, and the official languages are Berber and Arabic. Moroccan Arabic and French are also widely spoken.
  • Despite being the majority of the population being Muslim, Morocco isn’t a dry country and alcohol is available in many bars, especially in hotels. However many traditional cafes and restaurants do not serve alcohol.
  • In touristy spots, beware of people looking to make a quick buck by placing a monkey on your shoulder (then holding out their palm) or charging you for taking a photo.

La tomate marocaine menacée à l’export

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 03/12/2015

Une baisse de la demande liée aux attentats de Paris
Le conflit turco-russe, une «opportunité»
Si le froid persiste, les quantités exportées peuvent baisser de 50% à 1.200 t / j au lieu de 2.000 t / j
La baisse des températures risque de faire perdre 40 à 50% des quantités de tomates produites (Ph. L’Economiste)

La baisse des températures risque de faire perdre 40 à 50% des quantités de tomates produites (Ph. L’Economiste)

Dans le Souss, la campagne d’exportation 2015/2016 a, certes, démarré plus tard que celle de l’année dernière, mais elle s’annonçait malgré tout sous de bons auspices. Or, les événements survenus à Paris le 13 novembre dernier risquent de l’impacter de plein fouet. En effet, les exportateurs ressentent une certaine réticence ces derniers jours sur le marché international.
«A l’instar de l’année dernière, les mêmes quantités de tomates sont exportées vers l’Europe», explique Omar Mounir, porte-parole de la Fédération interprofessionnelle des fruits et légumes (Fifel). «Néanmoins, le sentiment d’insécurité qui sévit en Europe a freiné la demande, le consommateur se rétracte à cause du sentiment d’insécurité ambiant en Europe, mais nous gardons toujours l’espoir et le souhait que les choses vont aller dans le bon sens», a-t-il ajouté.
Aujourd’hui, suite au conflit turco-russe, de nouvelles opportunités s’offrent au Maroc, notamment concernant les produits agricoles marocains exportés vers la Russie. Sachant que le Maroc est le deuxième partenaire économique et commercial de ce pays en Afrique.
Dans ce sens, les exportateurs du Souss ont été contactés aussi bien par les sociétés russes que par les responsables marocains concernés, qui leur proposent l’augmenter les quantités à mettre sur le marché russe, nous indique-t-on. A ce propos, les producteurs tiennent à développer leurs relations avec ce marché au même titre qu’avec le marché européen. Par ailleurs, les exportateurs précisent que, par la force des choses, les quantités exportées vers l’Europe vont diminuer à cause du froid. En effet, la baisse des températures ressentie ces derniers jours ne va pas favoriser la grande production. Et si les températures minimales continuent à sévir, les quantités exportées peuvent baisser à environ 1.200 tonnes par jour, au lieu de 2000 t/j exportées actuellement. Soit une diminution de près de 40 à 50%. En attendant, quelles que soit la situation et les quantités produites,  les producteurs continuent de s’investir dans le maintien de la qualité des  produits pour en assurer la pérennité.

Agadir, destination balnéaire & tourisme urbain : Les handicaps liés directement au secteur touristique

par Mohamed Rial – lopinion.ma – 04/12/2015

11242015121230PM1L’hôtellerie constitue la base du tourisme, son activité principale pour la simple raison qu’elle renferme l’hébergement, élément principal lors des déplacements hors de chez toi. Pour des séjours touristiques, c’est encore plus important à tel point que les bonnes infrastructures d’hébergement (hôtels, résidences touristiques, villages de vacances, campings…) constituent ce qu’on appelle communément en tourisme le Produit.
Si le produit d’hébergement est défaillant, c’est donc tout le produit touristique d’une destination qui en souffre. C’est exactement le cas pour la destination balnéaire Agadir ; et depuis des années, bien malheureusement. En effet, on assiste, avec grande amertume, à une dégradation des établissements hôteliers, dont certains n’ont jamais été rénovés convenablement. D’autres hôtels sont fermés depuis des années (cas du Transatlantique). D’autres sont en chantiers inachevés, depuis des années également (cas du Kepensky…). D’autres tournent au grand ralenti avec un taux de remplissage annuel qui ne dépasse pas 30%… Bref, le produit hôtelier a bien vieilli, à part certaines unités sur le front de mer.
Il est à savoir que toute la capacité litière officielle d’Agadir tourne autour de 30.000 lits (chiffres arrondis) dont 15% inexploitables, donc non vendables, à cause de la vétusté du produit, sa dégradation et une absence totale de rénovation. En clair, la destination travaille avec 15.000 lits, soit 50% de la capacité, ce qui est une honte pour une destination balnéaire exploitable depuis 45 ans et qui constitue la capitale du tourisme balnéaire du pays.
Lorsque les pays concurrents réalisaient des stations balnéaires complètes, chez nous on construisait un hôtel tous les cinq ans. Résultat les TO émetteurs ont déserté Agadir et sont allés ailleurs, là où ils trouvent une bonne capacité litière, à la fois moderne et suffisante. C’est le cas pour les Iles Canaries avec 460.000 lits ; pour la Turquie avec 500.000 lits, dont 350.000 dans la capitale balnéaire Antalya ; pour l’Egypte avec 450.000 à Charm Cheikh et 57.000 lits à Hurghada.
Lorsqu’on sait que le marché russe génère 3 millions de clients en Egypte, on comprend le rôle joué de la bonne capacité litière ; le reste est comblé par le produit touristique balnéaire, lui-même. La solution pour Agadir est donc toute indiquée : elle se trouve dans l’irradiation totale des handicaps de capacité, avec les moyens juridiques qu’il faut appliquer dans les brefs délais. Cela n’a jamais été fait contribuant à une dégradation de la situation, année sur l’autre, devant une inertie consternante des Autorités et des Pouvoirs Publics, qui voient la destination couler sans jamais prendre les bonnes décisions qu’il fallait où moment où il le fallait.
Il est urgent d’opter pour une bonne prise en main de l’essor du secteur par les Autorités Locales appuyés par les Pouvoirs publics, pour faire sortir la destination de l’impasse désolante où elle se trouve et qui ne peut qu’être accentuée si on ne réagit pas comme il se doit. Ce n’est pas exagéré du tout de dire que face à une absence de prise en main du secteur du tourisme, premier employeur dans la région, on commettait un crime économique envers Agadir, envers la Région Sous Massa (ex-Souss-Massa-Draâ) et également envers l’économie du pays…
A ce sujet, nous saluons avec grand respect la dynamique engagée depuis son arrivée de Mme Zineb El Adaoui, nouveau Wali d’Agadir, pour son implication affichée et réelle, au sujet des problèmes du tourisme en recevant officiellement à trois reprises le bureau du CRT Agadir. Cela marque tout l’intérêt qu’elle porte à un secteur clé pour le développement économique et social local et régional. En tant que juriste, femme de terrain, elle saura prendre les décisions adéquates qu’il faut pour résoudre le problème des hôtels fermés, celui des chantiers inachevés et celui des établissements vétustes ou autres, qui portent un réel préjudice à la renommée de la destination balnéaire. Résoudre ces problème, c’est faire renaître la destination de ses cendres. C’est alors qu’il faut envisage un concept accompagnateur pour renforcer la renommée de la station qui ne peut être que celui d’une destination balnéaire d’HIVER : un produit unique au Maroc.
Mme le Wali avait reçu dernièrement ensemble les membres du CRT et les élus de la Préfecture d’Agadir Ida Outanane, pour les encourager et pour les accompagner à travailler ensemble dans une synergie visant une bonne mise à niveau du produit touristique. Nous suggérons à Mme le Wali de recevoir également les représentants (étrangers et marocains) des TO exerçant à Agadir. Elle aura un autre son de cloche et des explications pertinentes sur le diagnostic touristique de la destination, vu par ceux qui nous envoient les clients ; mais également en comparaison à ce que réalisent ces mêmes TO, dans les pays concurrents. D’ailleurs, pour la bonne marche du secteur, il est judicieux de tenir une réunion élargie (tous les deux mois) avec les représentants du secteur, en présence des autres intervenants : élus, police, gendarmerie, douane, ONDA, autorités locales, université Ibn Zohr, CRI … pour dresser des bilans d’étape et corriger au fur et à mesure ce qui le mérite, pour assurer un développement optimum.
Il est à noter, également, la mauvaise commercialisation et l’absence totale d’une bonne démarche marketing de la part de nombreux hôteliers et de leurs patrons qui comptent sur le CRT pour vendre leurs hôtels ; ce qui est une erreur monumentale. Le CRT participe aux Salons du tourisme pour représenter la destination, voire le produit régional. Il ne vend rien, et n’achète rien non plus. Il donne l’information nécessaire sur le produit, se met en contact avec des TO pour les pousser à vendre la destination, participe à l’animation de la ville ; mais n’est pas habilité à vendre des lits hôteliers. Aux intéressés de le faire en se déplaçant, en se regroupant en réseau (hôtels autres étoiles, résidences touristiques etc…) pour assurer un marketing efficace et percutent.
La restauration est un volet important en tourisme. A Agadir, les restaurants se copient les uns les autres en adoptant des menus à la photocopie, en voulant tous avoir des cabarets pour une clientèle nocturne. Les restaurateurs sont représentés par deux associations dans la ville, une aberration et une bêtise qui n’a rien de professionnel ni de responsable ; car au lieu de réunir leurs efforts pour trouver des solutions adéquates au secteur, ils se battent les uns contre les autres, à travers les deux associations.
En se de plaignant depuis des années sur les conséquences néfastes du All Inclusive sur la restauration, ce qui est véridique, les restaurants n’ont pas pu engager une dynamique pour circonscrire cette problématique. Ils n’ont pas saisi malheureusement que le All Inclusive est désormais partie intégrante du tourisme et dans tous les pays. Ils n’ont qu’à s’adapter intelligemment ou disparaître.
En innovant avec des restaurants spécialisés (marocains, italiens, asiatiques, de poisson, etc.) en participant à une bonne animation du secteur pour faire sortir les clients des hôtels et les locaux également, ils peuvent réduire les effets négatifs du All Inclusive. Malheureusement, ils ne font que se plaindre, sans bouger et adopter une volonté de bonne implication dans le développement du tourisme ; mais s’engouffrant année sur l’autre dans une concurrence bête avec une animation qui est plutôt du tapage qu’autre chose…
Dans un autre registre, le handicap de l’absence totale d’un Palais de Congrès à Agadir, complique bien la situation du remplissage et de la commercialisation dans la destination. Le créneau MICE (organisation des incentives et congrès) est un facteur déterminant pour le développement du tourisme. On n’est jamais arrivé à résoudre cet handicap, depuis des années, bien que tout le monde est convaincu de la nécessité d’un Palais de Congrès. On avance d’un pas pour reculer de quatre à ce sujet ; rien ne se fait et la destination en pâtît, sérieusement. Or, la solution se trouve dans une bonne volonté de mener le projet de bout en bout avec les professionnels et les opérateurs de terrain qu’il faut. Espérons que ce problème sera vaincu dans le cadre de la nouvelle dynamique démontrée par le nouveau Wali.
Dans le palmarès des handicaps liés au secteur du tourisme, il est à remarquer la situation du village Taghazout. Voilà un village qui a été développé (en grande partie par des étrangers) grâce au surf. A Taghazout se trouve l’un des meilleurs spots du top 5 mondial. Or, ce village connaît une anarchie totale en matière de construction, en matière de ramassage des ordures, de circulation sur un tronçon d’un km. Bref, du n’importe quoi, donnant l’impression de se trouver dans un endroit hors normes où chacun peut faire ce qu’il veut, comme il le veut. C’est grotesque quand on sait que ce village pouvait être une fierté en matière de tourisme sportif lié au surf, comme c’est le cas de Tarifa en Espagne.
Les élus et les autorités locales sont incapables depuis des années d’organiser et de réaménager correctement un village qui reçoit un grand nombre de jeunes surfeurs venus du monde entier. Aucun parking correctement aménagé ni au village, ni dans les alentours, pas de toilettes publiques, pas de signalétique, tout se fait d’une manière sauvage à 15 kms d’Agadir, destination balnéaire principale du pays. C’est tout de même grave et désolant. Il est grand temps de remettre de l’ordre dans ce village, dans le cadre d’un développement touristique qui se respecte, porteur d’emplois, de devises et créateur d’emplois stables.
L’autre défaillance à relever concernant le produit Agadir est l’absence totale d’information touristique. Une défaillance de taille qui ne cadre nullement avec la fonction touristique de la destination. Dans le monde des médias, d’internet, de la top technologie en matière de communication tous azimuts, Agadir n’as pas de bureau d’information touristique. Si cela demandait un investissement énorme, cela pourrait être compréhensible, or pas du tout. L’aberration grave à signaler à ce sujet, est que des kiosques ont été construits, financés par l’ONMT, mais jamais exploités, à tel point qu’ils sont tous détruits à cause d’une dégradation permanente année sur l’autre.
Il y a de quoi crier : « Wa Baraka ». On va continuer à aller où avec ces défaillances et handicaps éternels. Que les élus, les professionnels et les Autorités et autres intervenants interviennent comme il se doit, chacun dans le cadre de ses responsabilités. C’est une question de citoyenneté, de civique, d’amour du pays et de bonne volonté de bien faire avec une bonne synergie. Tout le reste finit par suivre avec les solutions adéquates qu’il faut.
A bon entendeur, salut

«Le Maroc est un pays en avance en matière de production agricole»

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 01/12/2015

BIENTÔT UNE LIGNE VERS LE GOLFE PERSIQUE ET LA MER ROUGE
UNE PLATEFORME DE LOGISTIQUE EN PRÉVISION
    

– L’Economiste: Y a-t-il d’autres marchés nouveaux pour les exportateurs marocains que vous comptez desservir?
– Alexis Michel:
Etant à l’écoute des producteurs, nous allons aussi proposer des services directs, en tout cas rapides, vers le golfe Persique, la mer Rouge, Jeddah… ce sont les nouvelles dessertes qu’on propose sachant que la contrainte est toujours le temps. Saadé, Président directeur général du Groupe CMA CGM, nous a proposé de faire aussi vite que possible, c’est pourquoi ce n’est pas une affaire d’années ou de mois, mais plutôt une affaire de semaines, voire de jours. Il est clair que le Plan Maroc vert fonctionne bien puisque les productions augmentent d’année en année. Nous avons exporté cette année quelque 800.000 tonnes de marchandises en frigo, je dirais donc qu’il y a tout avantage à être partenaire dans le transport de l’agriculture marocaine.

«Le Maroc est un pays en avance en matière de production agricole»

.
.
.
«Avec plus de 800.000 tonnes de marchandises transportées en frigo, je dirais donc qu’il y a tout un avantage à être partenaire dans le transport de l’agriculture marocaine», explique Alexis Michel, directeur central Groupe Logistique Conteneurs Intermodal & Reefer (Ph. FN)
.
.
.
.
– Avez-vous d’autres projets en perspective?
– Oui, il y a des projets technologiques prévus… Aujourd’hui, nous sommes en phase de création d’une zone logistique spécifique sur Agadir. Cette plateforme servira à préparer les conteneurs reefers et à les mettre plus en temps réel avec les stations d’emballage qu’il y a dans la région. Son avantage notamment, c’est un accès rapide au matériel préparé étant donné que le port a des capacités réduites. Elle offrira aussi la possibilité de développer plus le service terrestre. Pour ce projet local, le terrain est déjà ciblé et nous sommes actuellement en négociation. Parallèlement à cela, nous avons des projets plus classiques de développement de la marque CMA CGM et OPDR. Ces autres partenariats portuaires à Casablanca ou Tanger ne sont pas spécifiquement dédiés aux transports de fruits et légumes mais à des projets plus massifs. Le Maroc étant une de nos plateformes de transbordement mondial reliant tous les espaces maritimes.
– Combien d’exportateurs font appel à vos services dans la région Souss Massa?
– 45% de ce qui s’exporte dans la région passe par nos bateaux. Notre optique est de continuer de progresser et à offrir le meilleur service en tant que partenaire privilégié de qualité, et d’accompagner le développement économique du pays. Ces départs 5 fois par semaine à partir d’Agadir sont déjà une performance. Aujourd’hui, notre concurrence c’est la route, mais nous proposons des services quasiment équivalents aux camions, avec des conteneurs de la même contenance. Dans ce sens, nous avons développé une flotte de 45 pieds, la plus grosse mondialement. L’avantage pour ces clients, c’est qu’ils peuvent basculer facilement sur le transport maritime puisque le même nombre de palettes est respecté. De plus, la voie maritime est plus écologique et plus respectueuse de l’environnement.

Exportations/Fruits et légumes CMA CGM renforce ses services maritimes

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 01/12/2015

PREMIER TRANSPORTEUR DE PRODUITS AGRICOLES EN CONTENEURS RÉFRIGÉRÉS DEPUIS LE MAROC
DÉSORMAIS, 5 DÉPARTS PAR SEMAINE DEPUIS LE PORT D’AGADIR

De nouvelles solutions sont offertes par le groupe CMA CGM qui renforce ses services maritimes aux exportateurs marocains de fruits et légumes. Ainsi, pour cette campagne d’exportation 2015/2016, le groupe CMA CGM et sa filiale OPDR proposent 3 départs par semaine, les mardi, jeudi et samedi. Et ce, depuis Agadir vers les principaux ports nord-européens, à savoir Dunkerque, Rotterdam, le Royaume-Uni, la Scandinavie et la Russie, par les services Dunkrus. La compagnie a également doublé ses services d’Agadir vers Port Vendres avec un départ le jeudi et le samedi, avec le service Agapov. De plus, une liaison hebdomadaire est offerte depuis le Maroc vers New York et le Canada. Les fruits et légumes marocains pourront ainsi être acheminés vers ces deux destinations en seulement respectivement 17 et 19 jours. En tout, les lignes du groupe CMA CGM proposent 19 départs hebdomadaires depuis les 3 ports marocains d’Agadir, Casablanca ou Tanger. La desserte intermodale a de même été renforcée au Maroc, en France et en Europe pour pouvoir offrir des services door-to-door. «Nous nous sommes attachés à améliorer nos services Reefer au départ du Maroc en élaborant des solutions sur mesure pour répondre aux besoins et attentes des acteurs économiques», a déclaré dans son allocution Jacques Saadé, président-directeur général et fondateur du groupe CMA CGM. «Notre optique est de construire une relation durable et forte avec les producteurs de fruits et légumes, dont la qualité des produits est appréciée dans le monde entier», a-t-il ajouté. Il faut préciser que le groupe, dont l’expertise est reconnue dans le monde entier, a de même acquis cette année 6.000 conteneurs réfrigérés de 40’ et dispose de 1.600 conteneurs 45’reefers mis à la disposition du Maroc. L’année dernière, 29.000 teus, équivalent 20’ en reefers ont été exportés. Le chiffre de 32.000 devrait être atteint en 2015, soit une augmentation de 12%, nous indique-t-on. Par ailleurs, le groupe a ouvert une ligne maritime entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest, «La ligne Wazzan». C’est ainsi que la Mauritanie et le Sénégal sont desservis de façon directe et hebdomadaire depuis les ports de Tanger et Casablanca. Cette ligne est particulièrement importante puisqu’elle accompagne la décision stratégique du Souverain de développer les liens économiques entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest. Pour rappel, CMA CGM, 3e transporteur maritime mondial a organisé en fin de semaine dans le Souss une rencontre pour ses clients et partenaires. Tout l’état-major de la compagnie y était présent, notamment, les membres du conseil d’administration, Farid Salem, DG délégué du groupe, Tanya Saadé Zeenny, en charge du secrétariat général, le DG de CMA CGM Maroc et son équipe.

Carte de visite

Exportations/Fruits et légumes CMA CGM renforce ses services maritimes

Avec ses 470 navires, le groupe CMA CGM fondé par Jacques R. Saadé, leader mondial du transport maritime, dessert plus de 400 ports dans le monde, sur les 5 continents. En 2014, il a transporté 12,2 millions de conteneurs EVP (équivalent 20 pieds). Ce transporteur maritime connaît une croissance continue et ne cesse d’innover pour proposer à ses clients de nouvelles solutions maritimes, terrestres et logistiques. Présent sur l’ensemble des continents et dans 160 pays via son réseau de 655 agences, le groupe emploie 22.000 personnes dans le monde y compris 2.400 à Marseille où est situé son siège social. Au Maroc, le groupe compte 400 employés répartis sur 3 agences.

Des idées cadeaux à Crocoparc Agadir

Si vous cherchez encore des petits cadeaux à offrir pour les fêtes,

La boutique du Croco-parc est très bien achalandée,

Avec beaucoup d’ idées cadeaux pour faire plaisir à tous…

Croco-parc-flyer-02 [1525026]

Le Sifel, Salon International Professionnel de la Filière Fruits & Légumes au Maroc

Il fallait bien faire une visite au SIFEL cet événement d’envergure quiconfirme son rôle de plateforme agricole par excellence pour l’industrie de la filière fruits & légumes au Maroc.

Le Salon s’est ouvert le 3 décembre et s’achève demain 6 décembre.

Toutes les composantes de cette filière étaient représentées, avec :

de nombreux stands d’institutionnels et grandes entreprises marocaines du secteur :IMG_3308 IMG_3312 IMG_3322 IMG_3323 IMG_3324

les producteurs marocains de fruits et légumes :IMG_3316IMG_3317 IMG_3318 IMG_3319

les Importateurs :IMG_3315

mais aussi, les coopératives agricoles,

IMG_3309 IMG_3313 IMG_3314

le matériel :

IMG_3311( ça doit bien grimper les dunes ça ! )

l’horticulture

IMG_3321et j’ai eu le plaisir de retrouver ici une belle moto qui, on l’espère tous, va faire parler d’elle : celle de Harite Gabari devant laquelle Madame le Wali s’est arrêtée lors de l’inauguration du salon :IMG_332012295494_703003713168596_673604800034918066_n

Une visite ce matin au marché de Noël

Organisé tous les ans par l’ADFE, le Marché de Noël se tient comme l’année dernière à la Médina Coco Polizzi.
Beaucoup de très beaux objets cette année, pour les gourmands et pour ceux qui vont faire des petits présents de fin d’année.

Un petit tour des stands :

Lita, avec ses créations, bijoux et accessoires

Lita, avec ses créations et accessoires, sacs, pochettes

juste à côté, les bijoux de Véronik tous faits main !

juste à côté, les bijoux de Véronik tous faits main !

Le stand Blissful & Beautiful avec ses huiles essentielles et une charmante esthéticienne !

Le stand Blissful & Beautiful avec ses huiles essentielles et une charmante esthéticienne !

Malika Dadsi, de la Fondation des femmes artistes d'Alma

Malika Dadsi, de la Fondation des femmes artistes d’Alma qui ont ajouté à leurs dons pour la peinture, ceux de la création de bijoux.

Isabelle de Balathier (L'Echappée Belle)

Isabelle de Balathier (L’Echappée Belle)

L'Association Ard Al Atfal d'aide aux enfants et mamans dans la difficulté

L’Association Ard Al Atfal d’aide aux enfants et mamans dans la difficulté

IMG_3304

Le "coeur sur la patte", l'Association de protection animale

Le « coeur sur la patte », l’Association de protection animale

Paola, dans son petit coin !

Paola, dans son petit coin !

Upcyclemo, le recyclage de caoutchouc, pneus..; pour faire des tas de meubles et objets utilitaires étonnants

Upcyclemo, le recyclage de caoutchouc, pneus..; pour faire des tas de meubles et objets utilitaires étonnants

IMG_3285

Tout ce qu'il faut pour décorer la maison et faire d'agréables petits cadeaux

Asma el Houssaini avec tout ce qu’il faut pour décorer la maison et faire d’agréables petits cadeaux

IMG_3290

Les pains, viennoiseries et gourmandises de chez Gusto !

Les pains, viennoiseries et gourmandises de chez Gusto !

Salwa Lmimouni et la décoration intérieure

Salwa Lmimouni et la décoration intérieure

A gauche, Samira El Fadi qui ajoute à ses talents d'artiste peintre, ceux de créations de couture moderne et caftans. A droite, Mina Boumarouane, création de sacs, pochettes et objets décoratifs

A gauche, Samira El Fadi qui ajoute à ses talents d’artiste peintre, ceux de création de couture moderne et caftans. A droite, Mina Boumarouane, création de sacs, pochettes et objets décoratifs

Objets décoratifs, festifs, chapeaux et même une coiffe bretonne !

Objets décoratifs, festifs, chapeaux et même une coiffe bretonne !

La maman de Martine Rebecchini et ses Spécialités de Minou, les régals du Sud-Ouest

La maman de Martine Rebecchini et ses Spécialités de Minou, les régals du Sud-Ouest !

Vus de plus près : le foie gras de canard maison, les cannelés de Bordeaux et le chocolat de Bayonne !

Vus de plus près : le foie gras de canard maison, les cannelés de Bordeaux et le chocolat de Bayonne !

Le marché de Noël sera encore ouvert demain dimanche, à partir de 10 heures.

Ouverture de la So-Cup Agadir au Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa

Hier soir, au Sofitel Thalassa Sea & Spa, cocktail apéritif pour le lancement de la 10ème édition de la So Cup Golf

IMG_3279

Tous les concurrents qui seront sur les greens dès demain matin étaient là accueillis magnifiquement, comme d’habitude, par le Sofitel :IMG_3265 IMG_3270 IMG_3271 IMG_3273 IMG_3274 IMG_3275 IMG_3276 IMG_3280

Après le succès de l’édition de ce printemps qui a vu la présence de Nelson Montfort et Abdelatif Benazi, le Resort Sofitel Agadir organise une nouvelle fois la So Cup ces 5 et 6 décembre; Elle se tiendra cette fois en équipe de deux et sur 2 golfs : le Golf de l’Océan et le Golf des Dunes.

Cette année, la So Cup est en partenariat avec le Golf de |’Océan, le Golf les Dunes, Golf du Maroc, Golf training center Agadir, Radio Mars et pour la 1ère fois avec Maserati Maroc (ci-dessous)IMG_3281
Destination golfique par excellence, le Maroc possède des golfs haut de gamme désignés par de grands architectes. Et c’est tout naturellement qu’en 2009 la So Cup fut créée, une
compétition alliant des lieux privilégiés et des rencontres singulières à des greens exceptionnels.

Après le grand succès des neuf précédentes éditions, cette année la So Cup fait escale à
Agadir pour la troisième fois, et devient un véritable rendez-vous très attendu par les
professionnels et les amateurs de golf.

Ce qu’en dit Osho photographe le mag, le specialiste de la photo sportive au Maroc :

Pourquoi la So Cup Agadir ?

Se challenger

La So Cup est un évènement destiné avant tout aux épicuriens en alliant sport, festivités et gastronomie .

Se faire plaisir

La So Cup est une occasion de s’améliorer et d’optimiser son jeu avec plein d’enthousiasme en posant de nouvelles séries de défis, de situations et de coups différents.
Le golf vous offre l’opportunité de mémoriser de belles images, facteurs de bien être, sources positives d’harmonie, les très beaux paysages apaisent, calment, libèrent le trop de stress.
Le temps d’un weekend en couple, en famille ou encore entre amis, vous assisterez à la soirée de gala pour la cérémonie de remise des prix dans un cadre très festif .
Lors d’une partie, vous êtes un peu dans un autre monde, loin de vos soucis quotidien.

À l’initiative de l’évènement : Sofitel Maroc

Complice d’un certain art de vivre Sofitel partage les valeurs du golf : la passion de la précision, un esprit de convivialité et la recherche de la perfection. Destination golfique par excellence, Le Maroc possède des golfs haut de gamme désignés par de grands architectes. C’est ainsi que présente dans les plus belles villes du Royaume, la Collection d’adresses Sofitel Maroc vous accueille et vous fait vivre chaque année son expérience de l’excellence de Casablanca à rabat, de Marrakech à Agadir en passant par Essaouira. Et c’est tout naturellement que les Sofitel Maroc créèrent en 2009 la SO CUP, une compétition alliant des lieux privilégiés et des rencontres singulières à des greens exceptionnels. Aujourd’hui le Sofitel Agadir a le plaisir d’accueillir pour la 3ème fois la SO CUP 2015, 10ème édition.

%d blogueurs aiment cette page :