Archives de décembre 15th, 2015

Taroudant : Des centaines de pèlerins juifs à la la Hiloula du rabbin David Benbaroukh

par Mohamed Jaabouk – yabiladi.com – 15/12/2015

Pendant deux semaines des centaines de juifs d’origine marocaine sont à Taroudant pour renouer avec leurs origines et honorer la mémoire du rabbin David Benbaroukh Cohen Azogh. Les habitants de la région profitent de l’occasion pour vendre aux touristes des produits du terroir.
3b3dbf996b6aa1adb27dba0c8f0666c3

Depuis quelques jours des centaines de juifs affluent vers la commune « Aghzo N’Bahamou », à environ 40 km au sud de Taroudant. C’est un rituel annuel, selon le calendrier lunaire juif, visant à commémorer la mémoire du rabbin David Benbaroukh Cohen Azogh, décédé en 1785.

Cette année la Hiloula (pèlerinage sur les tombes de saints) de ce dignitaire religieux -fondateur d’une famille respectée de Taroudant et dans l’ensemble de la région du Souss- a débuté le lundi 14 décembre et devra se poursuivre jusqu’au la fin de l’année. Hier le gouverneur de Taroudant, représentant du ministère de l’Intérieur, et le président du Conseil des oulémas locaux étaient présents à la messe religieuse. Une présence qui perpétue une tradition remontant aux années Driss Basri.

Recueillement et commerce font bon ménage

La Hiloula du rabbin David Benbaroukh est un événement important pour les sépharades d’origine marocaine. A cette occasion, de nombreux juifs, en provenance d’Israël, de France ou du Canada, se donnent rendez-vous dans la petite commune pour célébrer le grand rabbin avec au programme des cérémonies religieuses et des activités festives. Un réunion qui mobilise les autorités marocaines en vue de garantir la sécurité à plus de 1500 pèlerins, indique un site local. Les autres Hiloula des saints juifs connaissent la même implication des services de sûreté.

A Taroudant la mobilisation a commencé dès le début du mois de décembre avec l’arrivée sur les lieux d’un descendant du rabbin pour préparer les 230 chambres du mausolée qui recevront les centaines de pélerins. Cet événement dans cette petite localité constitue une aubaine pour les habitants qui installent de petites échoppes de fortune où ils vendent aux pèlerins juifs des dattes, du miel, de l’huile d’argan, des oranges, des moutons et des chèvres.

Cette année, la fin de la Hiloula du rabbin David Benbaroukh Cohen Azogh coïncide avec la célébration de deux grandes fêtes religieuses pour les musulmans et les chrétiens, à savoir les naissances des prophètes Mohamed et Jésus prévus respectivement le 24 et le 25 décembre.

Communiqué de Presse du CRT : Conjoncture touristique du mois de Novembre et Cumul des 11 premiers mois de l’année 2015

Agadir-Maroc-Tousime-Alizés-Travel-2020Agadir/ Une hausse d’arrivée de +3,41% en mois de Novembre 2015

L’activité touristique à Agadir durant le mois de Novembre  2015 a enregistré une augmentation  de +3,41%en arrivées et une diminution de -1,95% en nuitées dans les établissements hôteliers classés d’Agadir par rapport à la même période de 2014.

Cette augmentation de chiffres s’explique par les hausses enregistrées au niveau des principaux marchés émetteurs suivants :  

ARRIVEES ECART VAR NUITEES ECART VAR D.M.S.
2014 2015 2014 2015 2014 2015
NATIONAL 17486 22793 +5307 +30,35% 40510 44960 +4450 +10,98% 2,32 1,97
ANGLETERRE 5614 6530 +916 +16,32% 37321 43253 +5932 +15,89% 6,65 6,62
ARABIE SAOUDITE 2027 2992 +965 +47,61% 9286 13274 +3988 +42,95% 4,58 4,44
Le marché Allemand a connu une baisse au niveau des arrivées malgré une hausse de 5,02% des nuitées.
ALLEMAGNE 7923 7511 -412 -5,20% 50251 52772 +2521 +5,02% 6,34 7,03

 

Par ailleurs quelques marchés ont enregistré des baisses en l’occurrence :

 

  ARRIVEES ECART VAR NUITEES ECART VAR D.M.S.
2014 2015 2014 2015 2014 2015
FRANCE 9552 8169 -1383 -14,48% 55084 48912 -6172 -11,20% 5,77 5,99
POLOGNE 2210 1300 -910 -41,18% 9477 4462 -5015 -52,92% 4,29 3,43
SUEDE 1064 478 -586 -55,08% 7455 3746 -3709 -49,75% 7,01 7,84

La Durée Moyenne de Séjour durant le mois de novembre a enregistré une baisse soit  4,50 en 2015 par rapport  à  4,75 en 2014.

Le Taux d’Occupation Moyen dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant le mois de novembre 2015 a enregistré une baisse  de -7,68 soit 42,05% en 2015 par rapport à 45,55%  en 2014

Notons que seulement 12 établissements hôteliers 5*, 4*,1* VVT de 1ère catégorie, et Résidence de 3éme catégorie,  d’une capacité de 5 755 lits ont enregistré un taux moyen de 73,95%
et 33 établissements hôteliers 5*, 4*, 3*, 2*,1*, VVT de 1ère et 2ème catégorie et Résidences de 1ère, 2ème et 3ème catégorie d’une capacité de 11 179 lits ont enregistré un taux moyen de 43,27%.

43 autres établissements hôtelières de 5*,4*, 3*, 2*, 1*, VVT de 1ère catégorie  et Résidences de 1ère,  et 3ème  catégorie d’une capacité de 10 625 lits ont enregistré un taux moyen de 18,63%.

Par ailleurs, l’analyse du cumul des arrivées et des nuitées enregistrées dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant les onze premiers mois de l’année  2015 par rapport à 2014, fait ressortir une baisse – 2,71% en termes d’arrivées soit  23 079 visiteurs de moins en  2015 par rapport à la même période en 2014 ; les nuitées ont connu également une  baisse de -9,10%soit  392 219 nuitées perdues.

Journée de sensibilisation à l’environnement à Taghazout le 31/12/2015

Programme de la journée de sensibilisation à l’environnement dans le village de Taghazout, le 31 décembre 2015 :

  • 09:00 – 12h00 : Deux séances de sensibilisation sur « La protection du littoral, déchets aquatiques… »,  au collège de Taghazout .
  • 14h15 -14h30 : Arrivée des clients de « ROOTS SURF » au collège.
  • 14h30-14h45 : Présentation de SURFRIDER FOUNDATION MAROC (en anglais).
  • 14h50-15h30 : La plantation des arbres avec les élèves et les clients de ROOTS SURF.
  • 15:40 -17h15 : Nettoyage de la plage « TAGHAZOUT ».

SFM

Nom du projet : Roots Surf Festival
Nom du responsable du projet : Rkia Drouiche
Coordonnées téléphoniques : 06.23.94.59.67
Mail : rkia.drouiche@gmail.com
Nom de la structure qui porte le projet : Surfrider Foundation Maroc
Adresse : Résidence Universiapolis, 80 000 Agadir
Courrier électronique de la structure : contact@surfridermaroc.com
Site internet: www.surfridermaroc.com
Page Facebook: Facebook/Surfridermaroc
Type d’organisme : ONG
Territoire concerné par le projet : Taghazout
Public concerné : Le public
Partenaires du projet : (Collège de Taghazout, bénévoles …)

Contexte

Dans le cadre de sa collaboration avec les écoles de surf, Roots Surf invite Surfrider Foundation Maroc à participer au festival organisé du 28 Décembre 2015 au 3 Janvier 2016 dans le village de Taghazout. Pour cette occasion, Surfrider Foundation Maroc a notamment  comme mission de sensibiliser les collégiens du l’établissement Nabloss de Taghazout à l’environnement littoral et marin ainsi que de réaliser une initiative océane en partenariat avec d’autres associations. Ce festival sera également l’occasion d’éviter l’utilisation des sacs plastiques, de réduire les déchets et de souligner l’importance de la consommation locale.

Présentation du projet

La semaine du festival comprend surf, yoga, activités et ateliers environnementaux, conférences sur le développement durable. L ‘équipe de Surfrider Foundation Maroc sera présente dans le festival pour  faire connaître l’association et ses objectifs, informer les clients ou les surfeurs sur ses actions, ses projets passés ou futur réalisés dans le cadre de la protection des océans.

Objectifs

  • Sensibiliser à la protection du littoral, des plages et de l’océan
  • Éduquer aux gestes éco citoyens
  • Former une mobilisation citoyenne au niveau du village de Taghazoute
  • Sensibiliser les élèves sur l’environnement et comment prendre en conscience le phénomène des déchets aquatiques
  • Apporter aux jeunes  une information claire et complète, les aider à développer des actions sur l’environnement littoral et les inciter à adopter des comportements éco responsables.
  • Montrer l’importance de collaboration entre les ONG et les autres acteurs pour réaliser une action environnementale.

Souss : L’investissement coince à cause du foncier

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 14/12/2015

Accès au foncier, lenteur administrative, taux d’intérêts élevés… les contraintes
Optimisation des lots non utilisés dans les ZI… la prochaine étape
Des investissements dans le parc national du Souss Massa? L’étude de faisabilité pour repositionner le parc et l’ouvrir à l’urbanisation, qui devait être réalisée par la SMIT et par les Eaux et forêts n’a toujours pas été réalisée (Ph. MW)

Des investissements dans le parc national du Souss Massa? L’étude de faisabilité pour repositionner le parc et l’ouvrir à l’urbanisation, qui devait être réalisée par la SMIT et par les Eaux et forêts n’a toujours pas été réalisée (Ph. MW)

Opérateurs économiques, décideurs locaux, représentants du secteur bancaire, des chambres professionnelles, fédérations professionnelles… Zineb El Adaoui, Wali de la Région Souss Massa et Gouverneur de la Préfecture d’Agadir Ida Outanane a réuni tout ce beau monde pour parler «investissement». Cette rencontre régionale autour du climat des affaires devenait nécessaire pour faire le point sur les contraintes qui freinent l’essor économique du Souss, pourtant région qui dispose d’un fort potentiel de croissance.
Ensemble, les opérateurs et décideurs auront plus de chances d’identifier les pistes de développement et dynamiser ainsi l’économie locale. «En plus de ses potentialités naturelles, la région dispose aussi d’un grand capital humain, il faut donc retrousser les manches et travailler!», a-t-elle lancé sur un ton de défi, soulignant l’impact de l’investissement sur la création d’emplois. L’idée est aussi de réussir à répartir des investissements de façon équilibrée au niveau de toutes les provinces de la région, dans le respect des particularités territoriales de chaque zone. Aujourd’hui, un challenge de taille se dresse et qu’il faut d’abord résoudre, celui de la difficulté d’accès au foncier à laquelle s’ajoutent les contraintes de financement, l’obtention des autorisations… Le problème qui se pose par rapport au foncier est que la plupart des terrains appartiennent au domaine forestier. Ou bien sont-ils, comme cela est le cas à Chtouka Ait Baha, des terrains collectifs pour lesquels le traitement se fait au niveau central, indique Khalil Nazih. Reste le foncier au niveau du littoral. Au nord d’Agadir, les projets d’investissement de Taghazout, Imi Ouaddar… ont déjà vu le jour. Au sud-est, l’utilisation du foncier pour des projets d’investissement n’a pas été possible car il y a un blocage au niveau du Parc national Souss Massa. En fait, l’étude de faisabilité pour repositionner le parc et l’ouvrir à l’urbanisation et aux investissements, qui devait être réalisée par la SMIT et par les eaux et forêts n’a toujours pas été réalisée. «En attendant, il faut optimiser l’existant et penser à un nouveau business modèle pour les zones industrielles de la région», a déclaré Khalil Nazih, Directeur du Centre régional d’investissement (CRI) de Souss Massa.
Dans ce sens, Zineb El Adaoui a annoncé son intention d’organiser une réunion prochainement avec les opérateurs économiques pour discuter de la situation des lots non utilisés dans les ZI et trouver une solution définitive à ce problème qui traîne depuis des années. Parmi les autres problèmes soulevés, la lenteur administrative et l’accès au financement dont le taux d’intérêt reste trop élevé. Ceci, en plus de l’absence de produits de financement adaptés aux TPE / PME et d’offre de Fonds Spéciaux non adaptés aux vrais besoins de l’entreprise, cas de Renovotel.

La région, bonne élève, selon Doing Business

Malgré les contraintes conjoncturelles,  la Région Souss Massa est classée par le rapport Doing Business 2016 comme destination propice à l’investissement au niveau national.  En fait, c’est la région du Maroc où il est plus facile de régler un litige commercial, d’obtenir un permis de construire, de démarrer une nouvelle activité, de transférer des titres de propriété, d’obtenir les autorisations nécessaires. Des indicateurs, qui justifient la première place octroyée à la région en ce qui concerne le climat des affaires.

Méga-projets

Depuis sa création en 2002, le Centre régional d’investissement (CRI) de Souss Massa  a validé 3.600 projets qui ont permis de créer 166.000 emplois, pour un montant global de 127 milliards de DH. L’investissement a connu un pic dans la région en 2010, avec le projet Nour à Ouarzazate pour 20 milliards de DH. En 2011, une autre performance a été réalisée avec le projet Haliopolis avec 7,7 milliards de DH. Le projet Taghazout rejoint le palmarès en 2012, avec 11 milliards de DH. En 2014, un autre pic a été atteint avec lancement de la 2e tranche du projet Nour.

                                          

Nouveau souffle…

Pour insuffler une nouvelle dynamique à l’investissement régional, l’idée est de procéder par pôles de compétences pour un management participatif. Et aussi, de mettre en œuvre la Commission régionale de climat des affaires (CREA), de réexaminer et réadapter certains projets ayant reçu des avis défavorables auparavant. Et surtout, de simplifier et assouplir les procédures administratives. En 2014, le CRI-SM a mis en place deux nouvelles cellules pour consolider les acquis et assurer l’accompagnement, le suivi et la satisfaction clients. Il s’agit de la cellule de Suivi et d’Evaluation des projets d’investissement (CSE). Et de la Cellule Assistance Conseil aux entreprises (CAC). En plus de l’assistance et du conseil, l’objectif est de proposer des solutions pour neutraliser les difficultés et surtout de permettre aux investisseurs d’avoir un interlocuteur unique.

Les atouts insoupçonnés des produits de la mer

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 14/12/2015

Pâtés, saucisses, collagène, oméga3… une première au Maroc
Agadir Haliopole Cluster, accélérateur de progrès

Sardines

Rien à jeter. Pratiquement toutes les parties de la sardine peuvent être utilisées. Ainsi, les écailles, servent à l’extraction du collagène, les darnes issues des conserveries de poisson, à préparer les saucisses et pâtés, les gonades ou œufs de poisson, à concocter des plats cuisinés. Des oméga3 sont aussi extraits des huiles des poissons, selon un procédé enzymatique, donc naturel et non polluant. Ces réalisations, avec des coproduits habituellement non optimisés, sont une première au Maroc. La recherche, développement et innovation  pour améliorer la compétitivité des entreprises va ainsi de l’avant dans le chef-lieu du Souss. En effet, Agadir Haliopole Cluster  (AHP) a inscrit parmi ses actions prioritaires, l’émergence et l’accompagnement de projets innovants dans le domaine de la pêche et de l’industrie des produits de la mer.
HaliopolePour mener à terme ces projets collaboratifs, le Cluster s’est associé au Centre spécialisé de technologie et de valorisation des produits et coproduits de la mer (INRH). Et ce, depuis 2013. Un séminaire de restitution des résultats a ainsi été récemment organisé pour présenter, aux entreprises de la région, les résultats de ces projets porteurs d’innovation. Et aussi les nouveaux procédés, issus de travaux de recherche scientifique, avec l’optique de leur exploitation industrielle et commerciale. «Nous avons placé l’innovation sous la houlette des molécules, l’oméga3 naturel et le collagène marin extrait à partir des écailles de sardines, qui répondent à notre souci de développement  durable et de technologies vertes», explique Mariam Kharroubi, chef de pôle recherche et développement  CSTVPM/INRH Agadir. «Ces produits innovants peuvent s’utiliser facilement dans les secteurs de l’agroalimentaire, la santé et la cosmétique», ajoute-t-elle. Ce procédé est d’autant plus révolutionnaire qu’il est réalisé à partir d’une ressource à zéro DH, les écailles de poisson. Des présentations ont ainsi permis aux professionnels de découvrir les différentes voies de valorisation, et de voir concrètement comment il est possible de passer de l’idée produit jusqu’à la faisabilité industrielle.

Le nerf de la guerre

«Aujourd’hui, les entreprises donnent davantage d’importance à la recherche, et la mission du Cluster est de les accompagner pour améliorer leur compétitivité», explique Mohamed Bouayad, président de AHP (Agadir Haliopole Cluster). «Nous avons besoin de mobiliser plus de moyens humains et matériels, ce qui est difficile lorsque nous n’avons pas de budget fixe. C’est pour cela que j’insiste beaucoup auprès de la région pour qu’elle institutionnalise sa subvention», ajoute-t-il. Actuellement, près de 1 million de DH sont versés tous les deux ans par la Région Souss Massa à Agadir Haliopole Cluster, au lieu de 2 millions par an sur lesquels elle s’était engagée au moment de la création. L’Office national des pêches a, quant à lui, participé une fois avec un montant de 500.000 DH. En ce qui le concerne, Haliopolis avait promis une subvention de 500.000 DH tous les trois ans, il en a versé 250.000 DH, est-il indiqué. Aujourd’hui, le souci est donc de pérenniser les budgets afin d’avancer dans la recherche et l’innovation.

%d blogueurs aiment cette page :