Agadir : Grand-messe autour de l’arganier


par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 18/12/2015

Lancement du programme de l’arganiculture à Rsmouka, province de Tiznit
La 3e édition du Congrès international de l’arganier jusqu’au 19 décembre
Signature de deux nouvelles conventions
L'arganier est un vrai levier de développement pour une population de près de 3,5 millions de personnes, dont 75% à dominante rurale. La volonté aujourd'hui est de tout mettre en oeuvre pour la dynamisation de cette filière (Ph. L'Economiste)

L’arganier est un vrai levier de développement pour une population de près de 3,5 millions de personnes, dont 75% à dominante rurale. La volonté aujourd’hui est de tout mettre en oeuvre pour la dynamisation de cette filière (Ph. L’Economiste)

C’est un événement très attendu à Agadir, d’autant plus qu’il n’a lieu qu’une fois tous les deux ans. Le Congrès international de l’arganier revient pour sa version 2015, avec une troisième édition qui a démarré hier jeudi et qui s’étend jusqu’au 19 décembre. « Une nouvelle dynamique doit être donnée à la réhabilitation de l’arganeraie, qui joue un rôle écologique important en tant que barrière contre la désertification », a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, lors de la cérémonie inaugurale. « C’est aussi un vrai levier de développement pour une population de près de 3,5 millions de personnes à dominante rurale de 73% », a-t-il ajouté. Dans ce sens, deux nouvelles conventions viennent d’être signées entre le ministère de tutelle et la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’arganier. La première porte sur l’appui à la mise à niveau de la filière de l’arganier sur la période 2016/2018. Cette mise à niveau de la filière se fera en conformité avec la loi 3-12 et comprend la réalisation d’actions de sensibilisation et un programme de formations au bénéfice des acteurs de la filière. Mais aussi l’organisation de voyages, participation aux salons.

La deuxième convention portera sur le développement de la recherche spécifique à la filière, notamment en ce qui concerne l’amélioration génétique de cet arbre endémique. La tenue du Congrès a aussi été l’occasion d’une visite de terrain au premier site de l’arganiculture à Rsmouka, dans la province de Tiznit, qui  s’étale sur 600 ha. Sachant que le projet global comprend  la plantation de 5.000 ha d’arganiers à l’horizon 2020. Un projet mené par le ministère de l’Agriculture et l’Andzoa au profit des propriétaires des terres privées. Il faut préciser que l’appui au développement de la filière de l’arganier et de l’écosystème arganeraie, de même que la contribution aux projets de la coopération internationale, ont fait l’objet d’une table ronde animée par Mohamed Bechri, directeur de la stratégie et du partenariat à l’Agence de développement des zones oasiennes et de l’arganeraie (Andzoa). L’objectif étant la présentation et le partage des expériences des projets en cours d’exécution au niveau de l’arganeraie. Et aussi la discussion de l’apport de la coopération internationale pour le développement de la filière. Des propositions d’orientation, de collaboration et de création de synergie entre tous les projets seront de même avancées. La deuxième table ronde, animée par  Mohamed Badraoui, directeur de l’INRA, a porté sur la nouvelle stratégie nationale de recherche agronomique (SNRA). « La recherche scientifique, aussi bien bio-physicochimique, économique que sociale constitue un levier pour atteindre les objectifs du contrat-programme arganier, elle doit donc être mise à profit pour orienter les décisions de développement, de gestion et de valorisation de l’arganeraie et de l’arganier », nous indique-t-on. Sachant qu’une recherche scientifique de qualité est tributaire d’un appui aux équipes de recherche et d’une valorisation des connaissances acquises. Dans ce sens, différentes initiatives sont mises en œuvre pour promouvoir une recherche efficace. Le ministère de l’Agriculture a donc élaboré la SNRA et l’Andzoa a animé l’élaboration, en mai 2014, d’un programme fédérateur de recherche sur l’arganier (PFRA). Par ailleurs, l’Unesco et l’Andzoa, avec des partenaires privés, ont entamé une initiative de financement de bourses pour jeunes chercheurs. Pour rappel, la 3e édition du Congrès international de l’arganier est organisée à Agadir par l’Andzoa. En partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, le Haut commissariat aux eaux et forêts et l’Institut national de recherche agronomique.

Des communications et des prix

Lors de la 3e édition du Congrès international de l’arganier, 133 communications orales et affichées seront présentées par des chercheurs et scientifiques issus de plusieurs pays. Dont la France, l’Algérie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada et le Maroc. Les thématiques retenues vont porter sur la structure et sur le fonctionnement de l’écosystème arganeraie, l’agroforesterie, l’intensification et la biotechnologie. Et aussi sur la valorisation, économie et commercialisation des produits de l’arganeraie, et sur la patrimonialisation, les changements sociaux et les aspects juridiques. En marge de cette manifestation scientifique, des prix et distinctions ont été décernés hier aux jeunes chercheurs pour les meilleurs travaux de recherche en master, doctorat et mémoire d’ingénieurs.

 

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :