L’ensablement menace la durée de vie des routes – Le phénomène perdure à Laâyoune et Tarfaya

par Samir Benmalek – lematin.ma – 17/01/2016
L'axe routier reliant Laâyoune à Tarfaya est jalonné de monticules de sable connus sous le nom de «draa» à 5 km au sud de Laâyoune et, au passage, «Akhnifiss» à 50 km de Tarfaya. Ph. DR

L’axe routier reliant Laâyoune à Tarfaya est jalonné de monticules de sable connus sous le nom de «draa» à 5 km au sud de Laâyoune et, au passage, «Akhnifiss» à 50 km de Tarfaya. Ph. DR

La persistance des dunes entrave la circulation des biens et des personnes entre Laâyoune et Tarfaya, diminue la durée de vie du tronçon et constitue un danger pour les usagers de cette route longue de 100 kilomètres. Plusieurs programmes sont menés afin de lutter contre l’ensablement, étape ultime de la désertification.

En 1996, une étude intitulée «Ensablement au Maroc : Ampleur, localisation, traitement et évaluation économique des interventions» identifiait l’axe Laâyoune-Tarfaya, avec celui de Tanger-Agadir et Guelmime-Tata-Ouarzazate, parmi les régions les plus soumises à l’ensablement, phénomène naturel qui constitue la «manifestation ultime de la désertification». En dépit des actions entreprises depuis le lancement en 2001 du Programme national de lutte contre la désertification, cette situation est encore d’actualité, comme l’a rappelé la MAP.

L’axe routier reliant Laâyoune à Tarfaya est jalonné de monticules de sable connus sous le nom de «draa» à 5 km au sud de Laâyoune et, au passage, «Akhnifiss» à 50 km de Tarfaya, rappelle la MAP. La persistance de ces obstacles, même mobiles, entrave la circulation des biens et des personnes, diminue la durée de vie du tronçon, en plus qu’ils sont un danger pour les usagers de cette route longue de 100 kilomètres. La lutte contre cette accumulation de sable nécessite une action d’entretien permanente. L’étude déjà mentionnée précise que «sur le plan économique, les investissements consentis ne représentent que 2% de la valeur du patrimoine protégé ou récupéré».

Afin d’assurer la continuité du trafic routier au niveau de la région, le ministère de l’Équipement, du transport et de la logistique a mené plusieurs actions allant des opérations ponctuelles de déblayage à l’aide d’engins de désensablement aux diverses techniques de stabilisation de dunes à travers l’érection des barrières de fixation et le boisement, poursuit la MAP.
La stabilisation biologique des dunes à base d’espèces végétales locales a prouvé son efficacité et sa capacité à empêcher le sable d’envahir le réseau routier à moyen terme, près de quatre ans. Dans le cadre du Programme national de lutte contre la désertification lancé en 2001, plusieurs projets ont été mis en place.
Selon des données de la Direction régionale des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification de Sakia-El Hamra et Oued-Eddahab, le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification a adopté un plan d’action s’articulant autour de plusieurs axes, dont la lutte contre l’ensablement par le biais de la fixation mécanique et biologique des dunes sur une superficie de 1.200 ha et l’installation de 15,8 km de barrières qui ont permis de protéger les équipements et les infrastructures de base de la région contre l’envahissement des sables. Les efforts de reboisement ont porté sur la replantation de 5.410 ha de forêts d’acacia et 460 ha d’arganiers, relève la même source, ajoutant que les surfaces de reboisement seront prochainement étendues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.