Les zones humides, des amortisseurs climatiques


par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 04/02/2016

Tout un plan d’actions pour conserver ces zones tampons, qui s’étale jusqu’en 2024
30 nouveaux sites Ramsar, restauration de 60 zones prioritaires, tourisme durable
Visite de terrain dans le parc national du Souss Massa, 4 conventions signées

Pleins feux sur les zones humides à l’heure où le monde célèbre l’utilité de ces écosystèmes en tant que frein aux dégâts

Les zones humides, des amortisseurs climatiques

Les zones humides représentent de véritables écosystèmes qui agissent en tant qu’amortisseur climatique de plus en plus confirmé et intégré dans les stratégies internationales d’adaptation aux changements climatiques que pourraient causer les changements climatiques. «Les zones humides pour notre avenir, mode de vie durable», l’objectif retenu aussi pour la commémoration de la signature de la Convention de Ramsar, engagement international  pour la préservation et l’utilisation rationnelle des zones humides (ZH). Ces régions agissent en tant qu’amortisseur climatique de plus en plus confirmé et intégré dans les stratégies internationales d’adaptation aux changements climatiques. D’où leur grande importance.

Il faut noter que le choix de la thématique retenue par les organisateurs se justifie par le rôle vital de ces écosystèmes pour l’avenir de l’humanité et par leur importance dans la réalisation des objectifs de développement durable. «Cette journée constitue pour nous un événement important dans la mesure où le Maroc est l’un des signataires de la Convention internationale de Ramsar», indique Abdeladim Lhafi, Haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, lors de cet évènement qui s’est déroulé à Agadir mardi dernier. «L’objectif aujourd’hui est d’ouvrir le débat sur la conservation et la valorisation des services écosystémiques rendus par les zones humides et de communiquer sur la stratégie et le plan d’actions des ZH», a-t-il ajouté. En effet, le HCEFLCD a mis en place un plan d’action stratégique qui s’étale sur la nouvelle décennie 2015/2024. Celui-ci prévoit l’inscription de 30 nouveaux sites Ramsar et la mise en œuvre de 60 plans d’action intégrés de restauration des ZH prioritaires. De même que la sensibilisation de près de 500.000 personnes annuellement, et ce, dans le cadre du programme animation nature pour les ZH et le développement de 4 chaînes de valeurs durables au niveau des ZH, birdwatching, pêche artisanale, aquaculture intégrée et tourisme halieutique. La validation de cette stratégie avec tous les partenaires pour en faire une politique nationale est l’une des recommandations de la rencontre. Par ailleurs, et parallèlement aux présentations scientifiques, une visite de terrain a été effectuée au Parc national Souss Massa (PNSM). L’occasion de distribuer, dans la localité de Sidi Rbat, des équipements consistant en  des jumelles, gilets, habillements, documentations et autres.

Les zones humides, des amortisseurs climatiques

Et ce, au profit de l’association des accompagnateurs locaux. Cette action est réalisée dans le cadre du programme de subventions locales en partenariat avec la GIZ. La visite de la Coopérative des moules à Douira rentre dans le même cadre.
Pour rappel, la Journée mondiale des zones humides célébrée à Agadir est organisée par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, en partenariat avec l’Agence allemande de coopération allemande (GIZ). La rencontre a été présidée par Abdeladim Lhafi, Zineb El Adaoui, Wali de la région Souss Massa et gouverneur de la préfecture Agadir Ida Outanane et Brahim Hafidi, président du conseil régional Souss Massa. Des ONG actives dans le domaine de la biodiversité, de même que des enseignants-chercheurs ont aussi pris part à la rencontre.

Engagement

Lors de la rencontre, 4 conventions ont été signées par le HCEFLCD avec différents partenaires dans le but de renforcer la coopération et mettre en synergie les moyens pour la préservation de ces écosystèmes naturels.
Le premier accord, signé avec le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres de France, a pour optique de favoriser les échanges d’expériences et d’expertises, et de promouvoir l’ingénierie écologique dans la gestion des ZH.
La 2ème convention de partenariat signée avec l’Agence nationale de développement de l’aquaculture (ANDA), a pour but de développer l’aquaculture dans toutes ses composantes continentale et marine.
Quant à elle, la 3ème convention, signée avec l’Alliance marocaine pour le climat et le développement durable (AMCDD), a pour visée le renforcement de la formation  et l’information des acteurs concernés par les ZH, ainsi que le grand public et les scolaires.
Enfin, un 4ème accord visant la promotion de la pêche responsable, le tourisme halieutique et le développement des programmes éducatifs, a été conclu avec la Fédération marocaine de la pêche de loisir (FMPL).

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :