Archives de février 8th, 2016

Au Sofitel Thalassa Sea & Spa, entretien avec Elisa Tovati en tournage à Agadir

Un grand plaisir d’avoir rencontré Elisa Tovati cet après-midi au Sofitel Thalassa Sea & Spa.

Photo M. Terrier

Photo M. Terrier

ELISA TOVATI est actuellement en tournage pour son nouveau clip au RESORT SOFITEL AGADIR

Elisa Tovati est une artiste multi-talents qui a plusieurs cordes à son arc elle a commencé sa carrière à 15 ans au cinéma où elle était la tête d’affiche, avec Javier Bardem, dans un film espagnol de Bigas Luna « Macho » puis a enchaîne dans une quinzaine de films en partageant l’affiche avec Sophia Loren, Philippe Noiret, Mathilde Seigner, Jose Garcia, Jean Dujardin, Nicole Garcia, Gaspard Uliel et tant d’autres. Elle a pris son envol avec les 2 opus de « La Vérité Si je Mens » qui ont rassemblé chacun 8 millions de spectateurs et qui lui a donné une popularité qui n’a cessé de croître depuis.
 Parallèlement elle a développé une carrière de chanteuse qui lui a valu de connaître en 2011 un énorme succès avec son 3ème album « Le syndrome de Peter Pan ». Le tube « Il nous faut » a été le titre le plus diffusé en radio et en télé en 2011. Il s’est classé n°1 des ventes de singles et a connu une longévité exceptionnelle. En tout ce sont plus de 5 millions de vues de ses clips sur YouTube !

Photo M. Terrier

Photo M. Terrier

Elisa a été nommée 3 fois aux NRJ awards 2012, meilleure chanteuse, meilleure chanson et meilleur duo de l’année. Elle a également fait plus d’une trentaine de shows en France. Mais c’est surtout l’incroyable plan promotionnel qui a marqué les esprits, tant dans la presse écrite qu’à la télévision. Elisa a été la représentante de marques prestigieuses telles que Chanel,
 Piaget, etc…

Photo M. Terrier

Photo M. Terrier

Photo M. Terrier

Photo M. Terrier

Elle est donc actuellement en préparation d’un 5ème album très attendu dont la sortie est prévue à la rentrée 2016. 
Plus qu’un simple disque, c’est un véritable concept mélangeant le son et l’image. Une grande tournée va ainsi être mise en place à l’automne avec la création d’un véritable spectacle. Nous sommes convaincus que ce projet va avoir d’énormes répercutions médiatiques tant en presse (féminine, news, quotidienne), que télé : JTS, émissions musicales mais aussi magazines de news, compte tenu du thème, talks shows (type grand Journal, On n’est pas couché, etc…).

Joseph, le fils d'Elisa qui joue dans le clip le rôle de l'Ange Noir, le sage

Joseph, le fils d’Elisa qui joue dans le clip le rôle de l’Ange Noir, le sage – Photo M. Terrier

En famille, avec son époux Sébastien Saussez, le producteur, et leur fils Joseph

En famille, avec son époux Sébastien Saussez, le producteur, et leur fils Joseph – Photo M. Terrier

Le Clip en cours de tournage (le scénario a été écrit par Elisa Tovati) :

SYNOPSIS DU CLIP : JAPON. AUJOURD’HUI.
ME est une jeune artiste désabusée. Social Burn-out.
Elle se pose beaucoup de questions sur la société en général et sur l’amour en particulier.
ME décide alors de quitter Tokyo pour s’isoler quelques temps en plein milieu de l’océan Pacifique sur l’île Rainbow, un désert de plastique et de glass securit.
Elle veut faire le point sur sa vie.
Le jour de son départ, NIJI reçoit un colis contenant un étrange robot. L’expéditeur est inconnu.

Elisa Tovati

Le ROBOT ouvre les yeux :

« Je suis envoyé par un ami. Je suis là pour te rendre heureuse ».
ME emmène LE ROBOT avec elle.
Après une nuit de folie à TOKYO, Ils s’installent en villégiature sur l’île Rainbow.
Malheureusement LE ROBOT n’est pas éternel, son temps est compté. Il s’éteindra le jour où sa mémoire sera pleine.
Tout comme un être humain, ses souvenirs s’empileront jusqu’à la fin pour ne jamais s’effacer.
Qui d’elle ou du robot apprivoisera l’autre ?
 La chair et le métal peuvent-ils se mélanger ?
Et puis d’abord, qui a bien pu envoyer ce robot à ME ?
ME va tomber éperdument amoureuse de cette machine qui synthétise tout ce qu’elle aime chez l’Autre.
La fille et le robot vivent heureux, simplement.
 Ils s’aiment.
LE ROBOT, la tête pleine de jolis souvenirs s’éteindra un beau jour.
ME sera inconsolable. Mais…

Le tournage du clip a débuté à Paris, au jardin d’Acclimatation, et dans un décor japonais.

Il se poursuit donc actuellement sur Agadir au Sofitel ainsi que sur les plages de surfers du côté de Taghazout et sur les dunes au sud d’Agadir pendant une semaine, avec une équipe qui comprend  22 personnes dont de nombreux techniciens marocains.

Elisa Tovati est une habituée d’Agadir qu’elle adore, où elle vient régulièrement plusieurs fois par an et c’est là, après en avoir parlé à Alice Rahou du Sofitel Agadir qu’elle a pris la décision d’y tourner ce clip.

 

Initié par le Syndicat Marocain des Arts Plastiques: Hommage à l’artiste Bachir Chachai

Par Moncef ABDELHAK – lopinion.ma

Bachir Chachai et Mohamed Elwadi

Bachir Chachai récompensé par Mohamed Elwadi

 
Dans le cadre de son projet éducatif et artistique «  concours national de la peinture au profit des enfants », le Syndicat Marocain des Arts Plastiques  a initié récemment un hommage émouvant à l’artiste peintre et président de l’Association Agadir des Arts Plastiques Bachir Chachai, et ce en partenariat avec le Ministère de la Culture, l’Académie Régionale de l’Education et de la Formation, le Conseil Communal de Hay El Hassani et d’autres partenaires privés et publics.
La cérémonie de cet événement a été rehaussée par la présence effective d’un panel d’acteurs associatifs et passionnés d’art qui ont communiqué des vifs témoignages à l’égard de ce calibre associatif et citoyen, à titre de reconnaissance et de gratitude. Tous les intervenants s’accordent à dire que Bachir Chachai a pu, avec consistance et abnégation, instaurer les grandes traditions de la pratique plastique à Agadir. Il a su remarquablement mettre en place des plates formes créatives marquées par un programme riche en activités périphériques (les ateliers d’initiation, les expositions et les conférences, remise des prix et des attestations d’honneur aux participants.) : Printemps des arts plastiques, Festival hivernal des arts plastiques, l’Eté d’Agadir des arts plastiques, « cœur d’artiste », « le trophée de la critique d’art » fresque ambulante du Roi Mohammed VI et bien d’autres encore. A ce titre, Bachir Chachai a bien voulu offrir des trophées de son association aux acteurs suivants : le représentant de l’Académie, le président du Syndicat Marocain des Arts Plastiques, le président de la Commune Hay El Hassani.il a décerné aussi un trophée au nom de l’Atelier de l’Association Agadir des Arts Plastiques au petit enfant participant au concours national de la peinture (Bouidi) et qui a été remis par Yahya Chachai (fils du président).
Acteur majeur de la médiation artistique, Bachir Chachai a concrétisé un projet artistique citoyen qui contribue au développement humain durable contre la précarité et la frustration. Il a tablé sur la sensibilisation esthétique et la formation continue à travers son atelier durable et des ateliers d’arts plastiques en plein air au profit des enfants, des lycéens et des étudiants universitaires (dessin, peinture, expression plastiques et sculpture). Sur les actes de cet hommage, Bachir Chachai nous a confié : « Je tiens à saluer vivement cette initiative  symbolique qui se veut un acte d’estime et de récompense, ce qui va me motiver davantage dans mes actions associatives. Un hommage à mon parcours initié par un organisme de Casablanca est fort révélateur à plusieurs titres ! J’aimerai bien rappeler que les projets de notre association impliquent de repenser toujours les espaces de rencontre entre les œuvres et le public, les conditions d’appropriation de l’action culturelle, les manières de faire l’art et la culture. De la même façon, ils posent inéluctablement la question des pratiques culturelles habitantes, et de la manière dont les habitants vivent et appréhendent les arts plastiques. ». Et d’ajouter : «  Notre démarche associative s’inscrit dans le cadre de l’Initiative Nationale du Développement Humain initié par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. C’est une contribution à la mise à niveau de nos infrastructures socioculturelles et à l’intégration de nos futures générations dans la vie active. Nous sommes convaincus que les arts plastiques représentent des leviers importants dans les processus de développement social, autant par les capacités d’épanouissement personnel et collectif, que par les enjeux de reconnaissances citoyenne et identitaire qu’ils recouvrent. Notre action culturelle est associée à cette action socio-éducative, pour contribuer à l’enrichissement de chacun, mais également pour œuvrer à la socialisation, la restauration du lien social, l’émergence de nouveaux espaces publics, la revalorisation symbolique de quartiers et territoires, et ce grâce à nos partenaires publics et privés) tant au niveau local, national qu’à l’international. ».

Taekwondo, tournoi préolympique d’Agadir : Omar Hajjami qualifié pour les JO de Rio

par Mohamed Mellouk – lematin.ma – 07/02/2016

Photo MAP

Photo MAP

Le champion national de taekwondo, Omar Hajjami (catégorie des -58 kg), est le premier marocain à se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio que le Brésil abritera l’été prochain, après avoir dominé ses adversaires lors du tournoi préolympique qui s’est tenu vendredi, samedi et dimanche à la salle omnisports d’Agadir.

Le Maroc comptera un représentant en taekwondo aux prochains Jeux olympiques qui se tiendront au Brésil, à Rio de Janeiro. En effet, Omar Hajjami, qui évolue dans la catégorie des moins de 58 kg, a réussi à décrocher le précieux sésame après s’être imposé comme meilleur élément de sa catégorie, remportant la finale par K.O. samedi. Lors de la première journée de ces éliminatoires, le combattant marocain a réussi à tirer son épingle de jeu en surclassant en quart de finale Mazila Fandel, représentant du Swaziland. Dans une rencontre dominée, de la tête et des épaules, par le Marocain, les juges ont accordé 18 points à Omar Hajjami contre seulement 6 à son adversaire swazi, un score qui donne une idée de la domination incontestable du représentant marocain. En demi-finale, Hajjami héritera de Moloisan Marumo du Lesotho. Là encore, l’excellente prestation du Marocain est récompensée par 3 points contre 1.

En finale, le duel était purement maghrébin. Le Marocain Omar Hajjami croisera sur son chemin, le Libyen Youssef Shriha, qu’il allait mettre K.O., poinçonnant au passage son billet pour les Jeux olympiques de Rio 2016. Hajjami n’était pas le seul marocain en lice lors de ce tournoi, qui aura connu la participation de plus de 60 taekwondoïstes de plusieurs pays africains, puisque l’équipe nationale marocaine comptait également Fayçal Saïdi (-68 kg), Hakima Meslahi (-57 kg) et Wyam Dislam (+67 kg), qui n’ont malheureusement pas réussi à imiter leur compatriote et s’adjuger une place pour les JO.

 

%d blogueurs aiment cette page :