Archives de février 26th, 2016

Evaluation à sens unique de la Vision touristique 2020

par Meyssoune Belmaza – libe.ma – 25/02/2016

9016806-14317179

Au Royaume, le compte à rebours a, d’ores et déjà, commencé pour la stratégie de développement touristique dénommée «Vision 2020». D’où le récent coup d’envoi donné par le ministère du Tourisme de l’étude d’évaluation à mi-parcours prévue justement dans le cadre de cette vision.
En réalité, tous les concernés de la profession mettent actuellement les bouchées doubles pour que celle-ci ne débouche pas sur un flop.  Ainsi, des meetings sont-ils organisés, çà et là, afin de tenter de «prouver» en quelque sorte que le processus va bon train.
Dernière en date des rencontres : la signature d’une convention-cadre de partenariat pour le développement du produit touristique au niveau des provinces du Nord par la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) et l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord (APDN). Le but en est  d’œuvrer collectivement pour concrétiser les ambitions et les enjeux de développement touristique définis dans les provinces du Nord dans le cadre de la «Vision 2020».
Cependant, s’il est vrai que cette visée tend, au niveau régional, à renforcer la synergie et la coopération entre les deux acteurs publics, il n’en demeure pas moins qu’elle rejoint, en parallèle, les objectifs fixés il y a cinq ans, à savoir une meilleure création de richesse ainsi  qu’une capitalisation sur l’expertise et les savoirs des différents maillons de la chaîne de développement du produit touristique
Toujours est-il que c’est dans le cadre d’une réunion de travail tenue à Rabat et présidée par le ministre du Tourisme ainsi que tous les professionnels du secteur que l’étude d’évaluation à mi-parcours a été lancée.
«Cette dernière permettra d’établir un diagnostic de l’état d’avancement des différents chantiers de la vision et leurs impacts sur l’industrie touristique nationale», explique le communiqué du ministère du Tourisme parvenu à Libé. Et de faire savoir que cette évaluation s’impose au vu du contexte mondial et des bouleversements majeurs de la situation géostratégique et de ses incidences sur l’industrie touristique mondiale et de l’évolution de la structure des marchés touristiques caractérisée par de nouveaux défis, enjeux et modes de communication via le digital. Le ministère indique, à ce propos, que ladite évaluation de la Vision 2020 vise à mettre en place de nouveaux leviers d’accroissement de l’offre et de la demande touristique et de réajuster les objectifs tracés pour l’industrie touristique marocaine, notant qu’elle permettra, parallèlement, d’établir un diagnostic des points de blocage recensés tout au long de la chaîne de valeurs touristique et de proposer les scénarii de réajustement à travers un plan d’accélération 2016-2020.
En outre, la même source souligne que cette évaluation s’articulera autour de trois axes, qui sont l’analyse des progrès pour la période 2011-2015 par rapport aux résultats attendus, le diagnostic des démarches et mesures d’accompagnement de l’opérationnalisation des chantiers/programmes de la Vision 2020 et l’analyse des tendances internationales du secteur du tourisme, de la demande y afférente, de l’offre et de la concurrence à l’horizon 2020.
L’initiative est louable, affirment plusieurs experts avisés quoiqu’ils insistent pour souligner que le développement du secteur touristique doit passer à la vitesse supérieure.
Même son de cloche du côté du wali de la région de Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Zineb El Adaoui, qui s’exprimait récemment à l’ouverture des travaux de l’assemblée générale ordinaire du Conseil régional de tourisme (CRT) de la région, et qui a rappelé, à juste titre, que ce secteur demeure extrêmement sensible.
Et ce n’est pas tout. Elle a mis en exergue que la responsabilité de promouvoir ce secteur incombe à l’ensemble des intervenants qu’ils soient professionnels, élus, représentants de la société civile ou d’institutions publiques ajoutant que le tourisme reflète l’image du Maroc et des Marocains.
Une réalité qui a été corroborée précédemment par le nouveau président du CRT de Souss-Massa, Guy Messaoud Marach, qui a également précisé qu’au sujet du développement du tourisme dans la région Souss-Massa, il doit passer par trois fondamentaux interdépendants : un bon produit, une bonne desserte aérienne et des outils pragmatiques de promotion.
Au cours de ces 10 dernières années, Agadir a beaucoup grandi mais le secteur du tourisme n’a pas connu le même développement que pour Marrakech qui a enregistré une évolution extraordinaire en un temps record et une fréquentation très importante grâce à une desserte aérienne dynamique, a-t-il déploré, soulignant l’importance de tirer profit de l’énorme potentiel touristique de la région, en particulier la nouvelle station de Taghazout qui « sera infiniment stratégique au développement et la pérennisation de notre destination ».
C’est dire qu’il y a encore matière à faire dans le sillage de l’étude d’évaluation de la Vision 2020.

Agadir : Un programme pour améliorer les compétences des jeunes

par Nadia Ouiddar – lematin.ma – 26/02/2016

«Advantage Trainer Programme», un projet initié par le British Council qui vise l’intégration des jeunes des régions de Souss-Massa et Marrakech-Safi, vient d’être lancé à Agadir.

Le programme œuvrera à améliorer les compétences de 20 formateurs des centres de jeunesse, des centres de formation professionnelle pour les femmes et des ONG partenaires.

Le programme œuvrera à améliorer les compétences de 20 formateurs des centres de jeunesse, des centres de formation professionnelle pour les femmes et des ONG partenaires.

Le British Council a lancé, récemment à Agadir, une initiative de développement des compétences «Advantage Trainer Programme» au Maroc, en partenariat avec le ministère de la Jeunesse et des sports. Le but de cette initiative est d’accroître l’employabilité et l’intégration des jeunes des régions de Souss-Massa et Marrakech-Safi. Le programme vise essentiellement, d’un côté, à aider les jeunes à acquérir les connaissances, les compétences et la confiance nécessaires pour intégrer le marché du travail et, de l’autre, à améliorer les chances d’épanouissement des communautés et des personnes défavorisées, et ce à travers la promotion du dialogue interculturel, le développement social par la communauté et les connaissances nécessaires au changement social.

Pour l’année 2015-2016, le programme œuvrera à améliorer les compétences de 20 formateurs des centres de jeunesse, des centres de formation professionnelle pour les femmes et des ONG partenaires, que ce soit au niveau du contenu, des programmes ou des méthodes requises pour fournir des services intégrés de soutien aux compétences sociales et à l’employabilité.

Lors de la deuxième phase, les formateurs vont contribuer positivement à l’évolution socio-économique de leurs propres communautés en soutenant et en formant un groupe de 700 jeunes hommes et femmes marginalisés, âgés de 18 à 29 ans. Les ateliers aident les jeunes à améliorer leurs compétences personnelles et sociales en vue de mieux les habiliter à identifier les problèmes et préconiser des changements dans leurs communautés. «Cette initiative permettra d’aider les jeunes dans les deux régions à devenir des citoyens plus actifs et des leaders communautaires et les préparer à lancer avec succès leurs propres activités génératrices de revenus, de renforcer les institutions et d’assurer les conditions nécessaires à la croissance économique», indique un communiqué de British Council.

À souligner que le nouveau programme se base sur le succès du partenariat primé de compétences internationales, qui a été signé entre des institutions dans le Royaume-Uni et le Maroc. Ce programme a produit des stagiaires mieux équipés pour le lieu de travail, en phase avec les normes internationales, et ce au profit de la population jeune vulnérable du Maroc et du Royaume-Uni. Le programme vise aussi à créer une approche innovante et efficace pour la réinsertion, de manière à offrir un modèle qui peut être reproduit dans toutes les institutions au Maroc et qui soutient les jeunes issus de milieux vulnérables et les encourager à entreprendre des activités génératrices de revenus.

Programme compétences et employabilité

Le programme du British Council Compétences pour l’emploi se penche sur les thèmes de compétences et de l’entreprise pour soutenir le développement de stratégies de l’éducation qui permettent de former des jeunes mieux préparés pour le monde du travail. Le programme vise également à aider les employeurs à devenir pleinement engagés dans le développement des compétences, afin que les jeunes acquièrent les compétences nécessaires, non seulement pour favoriser la prospérité économique, mais aussi pour faire face aux futurs défis internationaux.

Les recettes issues du commerce du poisson au Maroc ont atteint 2MMDH

libe.ma – 27/02/2016

9017209-14317834

La 15ème session du Sous-comité du commerce du poisson relevant du comité des pêches de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est tenue récemment à Agadir, avec la participation de délégations représentant une cinquantaine de pays, outre des représentants d’organisations internationales, non-gouvernementales, du secteur privé et des observateurs.
Les travaux de cette 15ème session du Sous-comité du commerce du poisson ont porté sur deux objectifs principaux : gérer de manière durable les produits halieutiques et assurer la sécurité alimentaire grâce à ces produits, a souligné dans une déclaration à la MAP le représentant de la FAO au Maroc, Michael George Hage.
La secrétaire générale du département de la Pêche maritime, Zakia Driouich, a indiqué, de son côté, dans une déclaration similaire, que cette session est d’une grande importance étant donné que les délégations présentes vont se pencher sur la question des barrières non-tarifaires qui entravent le commerce. Il est donc très important que le Maroc prenne part et décide des normes qui vont être appliquées au commerce international, a-t-elle affirmé.
Les recettes issues du commerce du poisson au Maroc ont atteint 2 milliards de dirhams, a-t-elle ajouté, soulignant que le département de la Pêche maritime et grâce à la stratégie Halieutis a mis en place des mesures draconiennes qui ont fait que 93 % des pêcheries à teneur commerciale sont désormais gérées par des plans d’aménagement, outre des mesures de contrôle rigoureuses pour lutter contre la pêche illicite et non-réglementées, le contrôle des navires de pêche via le système VMS (Vessel Monitoring System) et la restructuration du département de la Pêche en créant une direction dédiée au contrôle.
Les travaux de cette 15ème session du Sous-comité du commerce du poisson seront consacrés également à l’établissement de normes FAO relatives au commerce, a-t-elle fait savoir, précisant que ces normes ne sont pas obligatoires mais ont quand même une valeur juridique en cas de litige.
Le wali de la région Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, Zineb El Adaoui, s’est pour sa part félicitée de la tenue de cette session à Agadir réunissant une cinquantaine de pays et plus de 250 participants, notant que le Maroc est considéré comme leader dans ce domaine et a cumulé une expérience très soutenue dans le secteur de la pêche.
Mme El Adaoui a indiqué que le Maroc, attaché à la coopération Sud-Sud à laquelle plaide SM le Roi Mohammed VI, a tenu à une forte représentativité des pays africains aux travaux de cette session en invitant une douzaine de pays à prendre part à cette réunion.
Le Sous-comité du commerce du poisson a été établi par le Comité des pêches (COFI) lors de sa seizième session en 1985, conformément au paragraphe 10 de l’article XXX du règlement général de l’Organisation, et à l’article II du règlement intérieur du COFI.
Le Sous-comité est ouvert à tous les pays membres de l’Organisation. Les pays qui ne sont pas membres de l’Organisation, mais qui sont membres de l’Organisation des Nations unies, de l’une quelconque de ses institutions spécialisées ou de l’Agence internationale de l’énergie atomique, pourront être admis comme membres du Sous-comité, par le conseil de l’Organisation.
Le Maroc est actuellement vice-président de ce Sous-comité présidé par la Norvège.

Belle journée Détente et Pétanque à Taghazout

Une belle et agréable journée consacrée à la pétanque, organisée par Decameron Explorer au Hyatt Place Taghazout Bay qui avait tout prévu, même le cochonnet de circonstance :IMG_5059détail de la même photo :IMG_5059-001

avec la présence de Philippe Quintais, 12 fois champion du monde, IMG_5060qui prodiguait des conseils aux aficionados de la pétanque venus profiter de son expérience :IMG_5058 IMG_5061

La matinée était consacrée à différents ateliers qui permettaient de travailler la précision :

IMG_5075 IMG_5077Tous étaient à l’écoute, attentifs, et essayaient d’appliquer les conseils du « Prof »IMG_5078 IMG_5085J’ai, moi-aussi, essayé d’appliquer tant bien que mal les recommandations prodiguées IMG_5084IMG_5065Les exercices étaient de plus en plus « pointus »IMG_5089 IMG_5090

et, après le pointage, le tir avec, là aussi, des exercices gradués où Philippe Quintais a pu faire preuve de son adresse qui explique qu’il ait pu être 12 fois champion du monde !IMG_5162 IMG_5166

Après ça, c’était l’apéritif avec les commentaires des « pros »IMG_5175 IMG_5178 IMG_5180 IMG_5184dans le cadre exceptionnel du Hyatt PlaceIMG_5177 IMG_5185 IMG_5192

Après avoir dégusté les crudités, grillades, desserts… au bord des piscines,IMG_5187

l’après-midi était consacré aux parties très disputées, mais dans une excellente ambiance où tous ont essayé de mettre en application ce qu’ils avaient appris le matinIMG_5189 IMG_5190 IMG_5191 IMG_5193

Vous pouvez encore profiter demain samedi de cette si agréable animation qui aura également lieu sur toute la journée.

Un sympathique événement qui participe à l’animation de la région d’Agadir et qu’il sera agréable de voir renouvelé pour le plaisir de tous !

%d blogueurs aiment cette page :