Archives de mars 2016

Gérard Iffrig,  sculpteur de minéral acrylique expose au Hyatt Place Taghazout à partir du 8 Avril 2016

Gérard Iffrig,  artisan créatif originaire de La Seyne, organise à partir de vendredi 8 avril 2016 l’exposition d’une partie de son travail au Hyatt Place de Taghazout. Des réalisations surprenantes seront à la vue des visiteurs qui viendront découvrir son oeuvre.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le 8 avril à 18H30, les oeuvres seront exposées au Hyatt Place jusqu’au 31 mai 2016

Gérard Iffrig se dit « artisan créatif », il est entré à l’âge de 14 ans dans une école d’ébénisterie. Son diplôme en poche, il exerce à son compte durant quelques mois. Il étudie plus tard 5 ans durant aux Beaux Arts et trace seul son chemin. Il s’intéresse alors aux matériaux stratifiés et aux produits de synthèse et notamment au minéral acrylique, un matériau résistant et non poreux, et conçoit une paillasse de décontamination d’endoscope, un produit très technique pour le médical, sur lequel il dépose un brevet.

Révélation et passion

Mais il découvre à la fois le caractère ludique et décoratif de ce matériau composé de 75% de bauxite et 25% d’acrylique et se laisse aller à créer du mobilier, des plans de cuisine, des baignoires, des façades de maisons. Passionné, curieux, inventif, il cherche inlassablement de nouvelles applications qui le conduisent à réaliser en parallèle ses première pièces artistiques : il travaille les formes et le volume avec ce matériau qu’il découpe, perce, sculpte, ponce, grave et assemble aussi facilement que du bois. Cette résine de synthèse est thermoformable, il la chauffe à 175° pour la ramollir, l’étire, l’étale, la tord à peine sortie du four en n’ayant que 30 à 60 secondes de manipulation avant qu’elle se re-solidifie. Il doit pour cela recourir à l’aide d’un, deux, voire trois assistants qui dans un sprint commun donnent la forme voulue en moins d’une minute ! « Je m’entraîne mentalement avant de réaliser ma sculpture, je cherche le concept et réfléchis sur la mise en forme, je connais alors parfaitement le geste à avoir au moment ou je sors du four cette résine» nous confie-t-il. Car outre la créativité il faut une grande maîtrise de la technique pour y parvenir.

Une oeuvre minimaliste

Et cela donne des pièces pesant parfois plus de 200kg , monumentales mais minimalistes à la fois, aux lignes épurées, aux courbes parfaites, aux circonvolutions ou torsions foisonnantes. Des pièces qui changent de forme en fonction de l’angle sous lequel on les regarde et que l’on peut positionner de différentes manières. Blanches immaculées, ces sculptures accrochent merveilleusement la lumière et nous transportent dans un monde onirique où toute interprétation est possible.

Gérard Iffrig partage son temps entre le Maroc et le Sud -Est de la France, il expose fréquemment dans le Maghreb.

Gérard Iffrig se définit volontiers comme un artisan créatif. Avant de sculpter l’acrylique minérale, ce Varois a eu un parcours atypique. Prochainement, il espère voir son art reconnu dans la région.

Rencontre :

Comment en êtes-vous venu à sculpter ce matériau hi-tech ?
J’ai une formation de sculpteur-ébéniste sur bois. Après un passage par le meuble d’art traditionnel (maison Brignone, au Pont-du-Las), je me suis mis à mon compte, avec un diplôme des beaux arts en poche, dans les années 90. J’ai commencé par vendre des matériaux stratifiés, comme le formica ou le polyrey, pour les cuisines, les salles de bain et les salons extérieurs. Ensuite je suis passé aux matériaux de synthèse comme le LG Hi-Macs (acrylique minérale), dont je suis aujourd’hui l’un des quatre distributeurs français.

À quoi se destine cette résine ?
C’est une matière thermoformable. Elle est très résistante thermiquement et mécaniquement. On l’utilise pour créer des plans de travail avec évier incorporé par exemple. Comme des paillasses de décontamination par exemple. Mais ses applications sont diverses. C’est ce que démontrent mes sculptures.

Pourquoi ces sculptures ?
C’est une manière originale de faire la publicité de mon entreprise (Mobistrat). En même temps c’est une véritable passion car c’est un travail très long et très exigeant. On y passe des jours et il est impératif d’être plusieurs pour assembler les différents éléments d’une même pièce.

Où peut-on découvrir votre travail ?
Pour le moment, surtout au Maroc ! C’est un des pays du bassin méditerranéen avec lequel j’ai d’excellents contacts, autant humains que professionnels. J’y ai exposé de nombreuses fois, notamment dans l’aéroport de Marrakech, mais j’espère pouvoir le faire bientôt en France. C’est pour cela que j’ai organisé il y a peu une exposition privée à Six-Fours, pour montrer mon savoir-faire. Sur internet, plusieurs vidéos présentent mon travail. Pour le reste, mon entreprise est basée dans la zone d’activités des Playes.

GERARD IFFRIG

ARTISTE PLASTICIEN SCULPTEUR DESIGNER

GERARD IFFRIG est artiste depuis longtemps, en fait depuis toujours …. sculpteur designer inspiré ayant su dompter, magnifier et sublimer le minéral acrylique, le matériau avant-gardiste d’un futur immédiat.

Comment vivre avec sa moitié intérieure, sa totale sensibilité, son écrasante certitude non avouée, sa pudeur, sa réserve, son dépouillement d’orgueil, son dépassement, sa force physique au service de l’esprit ….. puis, enfin, est venue la rencontre avec la matière, avec l’envie d’ailleurs, l’envie d’autrement, l’envie d’un nouveau siècle affirmé, l’envie d’un nouveau cycle avoué, d’un nouveau geste, d’un nouveau mouvement.

La chimie des matières avec l’alchimie des sens, une prestidigitation d’agitations plastiques.

Sa rage, son amour, sa colère, sa sérénité fusionnent dans la beauté des volutes, dans le calme de ses vagues, de ses chemins simplement tortueux, lumineux, incandescents qui touchent les cœurs, apaisent les âmes. Son art, qui a une vraie raison d’être, est en fait une vraie raison d’unir, de vêtir, de contourner pour revenir à l’essence même de la vie, la concrétisation d’un projet plastique, d’une beauté artistique, d’une douceur de l’âme et d’une profondeur des ressentis enfin matérialisés par cette chimie non organique, vivante pourtant et interactive.

GERARD IFFRIG est la preuve irréfutable qu’être un artiste moderne, dans la faille, à la pointe d’un nouveau sommet, dans ce réalisme créatif bousculant toutes les académies, tous les décorum en exprimant sa volonté de tirer la matière en même temps que l’âme et l’esprit vers le ciel, le haut, le beau, le doux, est étroitement liée à une volonté farouche de jouer pour rassurer les publics, les inviter à s’asseoir, à regarder, à toucher, à comprendre, à ne plus avoir peur d’aujourd’hui comme de demain, à matérialiser à dessein nos angoisses, nos craintes et nos questionnements en boucliers, liens, portes pour aller de l’avant vers cette nouvelle ère, une nouvelle vision existentielle de la matière et de son effet sur notre comportement, GERARD IFFRIG nous montre le chemin de cet avenir auquel nous ne pouvons échapper celui du développement culturel et artistique durable.

GERARD IFFRIG est le nouveau chantre de cet édifice artistique et plastique, il appartient à ce nouvel âge de l’art du design sculptural. Un magicien hors normes qui matérialise, concrétise, concilie noblesse, souplesse et créativité, il poly valorise cette nouvelle entrée dans ce mouvement libératoire des sens et des techniques.

GERARD IFFRIG vous accueille et vous souhaite la bienvenue dans ce nouveau monde ou s’invitent les formes, les couleurs, les images et les sensations, une kaléidoscopie d’un art résolument contemporain en même temps qu’une redéfinition de la joie de vivre dans le siècle.

Une vidéo présentant ces sculptures :

We will Rock You ! by Lita

La soirée au Hyatt Place Taghazout Bay, ce samedi 9 avril s’annonce très sympa.

le programme du 9 avril 2016

«We will rock you, by Lita »  : 300 dirhams par personne.

Soirée festive, ambiance rock avec un D. J. aux platines. Samedi 9 Avril à 20h

Cocktail d’accueil 
Défilé de caftans, créations de la Styliste Fatima Chebihi 
Lita Fashion Show, défilé avec une chorégraphie originale
Dîner sur la terrasse du Hyatt Place Taghazout Bay, buffet incluant eaux, thé ou café

Si vous souhaitez réservez une table, appelez Isabelle au 06 60 10 05 58

Le Hyatt Place Taghazout met gracieusement son véhicule dédié aux navettes à disposition.
Mini bus de 16 Places
  • Départ à 19h30 D’Agadir ( place El amal, en face Hotel Odyssée)
  • Retour  : 23h30

Tourisme : La CGEM se solidarise avec Souss Massa

H.E. – leconomiste.com – 30/03/2016

800px-Cgem_logoC’est par solidarité avec les opérateurs du tourisme d’Agadir que la CGEM tiendra son conseil d’administration et son conseil national de l’entreprise (NCE), samedi 2 avril, dans le chef-lieu de la région Souss Massa. Vendredi, les présidents des CGEM Régions tiendront leur réunion de coordination dans la même ville. Le groupe parlementaire du patronat doit rencontrer les institutionnels et les opérateurs économiques de la région Souss Massa. La réunion a pour objectif d’identifier les besoins de la région.

Maroc : pour lutter contre le hooliganisme, des caméras de surveillance dans tous les stades

bladi.net – 30/03/2016

087f340fa25ed4742025ced9970623

Tous les stades marocains de clubs de première division seront équipés d’ici la fin de l’année de caméras de surveillance, vient d’annoncer le ministre de la Jeunesse et des Sports.

Lors d’une conférence de presse organisée lundi, Lahcen Sekkouri a déclaré qu’il est « prévu que tous les stades de première division seront équipés avant la fin de l’année en cours de tourniquets, de sièges numérotés et de caméras-surveillance, autant de matériel qui est à même d’assurer une fluidité d’accès, faciliter les actions de surveillance et de contrôle, aider à maîtriser le nombre de supporters au sein des stades et permettre des interventions préventives et efficientes ».

Le complexe sportif Mohammed V de Casablanca va quant à lui être fermé pour travaux qui devraient durer jusqu’à la fin de saison, alors que les stades de Tanger, Agadir ou encore Marrakech sont déjà dotés de ce type de matériel, a ajouté le ministre des Sports lors cette conférence de presse dédiée à la lutte contre les violence dans les stades.

EXPLORATION PÉTROLIÈRE : GRAND CHAMBOULEMENT DANS LE SECTEUR AU MAROC

par Younès Tantaoui – le360.ma – 30/03/2016

gisement-petrole-gabon-13-decembre-2010

Après Chevron et Petromaroc, Chariot Oil & Gas cède également une partie de ses intérêts au Maroc à un autre opérateur. Ce deal, le troisième du genre en l’espace de quelques mois, témoigne de la restructuration que connait actuellement le secteur de l’exploration pétrolière au Maroc.

La restructuration du paysage de l’exploration pétrolière au Maroc semble bien enclenchée. Après la session par Chevron d’une partie de ses intérêts sur un permis au large d’Agadir à Qatar Petrolum, et la session par Petromaroc d’une partie de ses intérêts à Sidi Mokhtar à Sound Energy, c’est au tour de Chariot Oil & Gas de conclure un deal avec le major italien ENI sur un permis d’exploration off-shore au large de Rabat.

Ce dernier vient en effet d’annoncer l’acquisition de 40% des intérêts de son partenaire sur ce site. L’accord entre les deux parties est soumis actuellement à l’approbation des autorités réglementaires au Maroc, et notamment l’ONHYM.

Avec la chute des cours du baril de pétrole, l’exploration pétrolière dans le monde connait un net ralentissement. Ceci conduit à la conclusion de deals entre différents “explorateurs” afin de mutualiser les charges d’investissements qui peuvent se chiffrer à plusieurs milliards DH sur chaque site.

«Nomade des mers» à la rencontre d’un jeune inventeur marocain à Agadir

lematin.ma – 30/03/2016

Projet-de-dessalinisateur-solaire-.jpg Le «Nomade des mers» est un catamaran de plaisance de 13,5 mètres conçu par Corentin de Chatelperron, jeune ingénieur et aventurier français. Ph. MAP 

L’équipage du catamaran «Nomade des mers» a organisé, mardi à la Faculté des sciences relevant de l’Université Ibn Zohr, une conférence de presse pour présenter sa mission de même que le projet d’un jeune inventeur marocain qui travaille sur un prototype de dessalinisateur solaire.

«Nous sommes en train de réaliser une expédition autour du monde sur un bateau-laboratoire des technologies low-tech et d’autonomie. À chaque escale, nous allons rencontrer des inventeurs et des entrepreneurs qui développent des technologies d’avenir pour qu’ils nous les apprennent et les installent sur le bateau, avant de les tester et de faire leur promotion partout autour du monde», a déclaré à la MAP Elaine Le Floch, membre de l’équipage et responsable de la documentation et de la recherche des projets au catamaran «Les nomades des mers». «Le Maroc est notre première escale et nous sommes ici à Agadir pour rencontrer Mehdi Berrada qui travaille sur un prototype intéressant de dessalinisateur solaire», a-t-elle fait savoir.

Pour sa part, le jeune inventeur marocain a indiqué à la MAP que la start-up dans laquelle il travaille fédère des projets innovants spécifiquement dédiés à l’eau et l’énergie, dont certains sont à vocation industrielle et de dimension internationale, ainsi que des projets de développement social qui, eux, sont destinés au Maroc.
«Le projet de dessalinisateur solaire a pour objectif la production de 5 à 10 litres d’eau potable par jour en utilisant exclusivement l’énergie solaire. Il s’agit d’un système très simple ne contenant aucune pièce mécanique, qui permettra de répondre à des besoins de base pour des populations qui n’ont pas accès à l’eau potable», a-t-il expliqué. Ingénieur en génie des procédés, Mehdi Berrada est diplômé de l’Université de technologie de Compiègne-UTC (France). Il dispose d’une spécialisation en Management de projets et d’une expérience significative en matière de dessalement. Après Agadir, «Nomade des mers» larguera les amarres à destination du Sénégal, Cap-Vert, Brésil, l’Afrique du Sud, Madagascar, le Mozambique, les Maldives, le Sri Lanka et l’Inde. Toutes ces expéditions donneront lieu à une série documentaire qui sera diffusée sur la chaîne franco-allemande Arte en 2017.

Le «Nomade des mers» est un catamaran de plaisance de 13,5 mètres conçu par Corentin de Chatelperron, jeune ingénieur et aventurier français, manager de l’association Gold of Bengal. Entièrement déconstruit puis réaménagé en laboratoire d’expérimentation des low-tech, ce bateau a pour mission la valorisation de ce type de technologies utiles, simples, accessibles et respectueuses de l’environnement.
À travers une expédition qui a démarré début 2016 et qui dure 3 ans, l’équipage du bateau, composé de trois personnes, cherche à expérimenter ces technologies d’autonomie et à développer la communauté internationale d’acteurs et de bénéficiaires des low-tech. Le défi est de rendre ce bateau autonome en eau, énergie, alimentation et matériaux en utilisant des techniques et procédés 100% low-tech, mais surtout de développer un nouveau modèle de recherche citoyen, collaboratif, à destination directe des hommes et de la planète.

Aviation civile : La réalisation du nouveau centre de contrôle aérien régional d’Agadir a atteint un taux de 62%

aeronautique.ma – 31/03/2016

IMG_0843Les travaux de construction du Centre aérien régional d’Agadir, attenant à l’aéroport international Agadir-Al Massira, ont atteint un taux de réalisation de 62%, indique un document officiel rendu public vendredi.
​​
Cette structure, dont le chantier a fait l’objet d’une visite vendredi par le ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique Aziz Rebbah, couvre une superficie globale de 23.630 m2, dont une surface couverte de 10.040 m2.

Lancé en septembre 2013 pour un investissement de 90.08 millions de dh, ce Centre, le deuxième du genre au Maroc après celui de Casablanca, devra permettre d’assurer le contrôle du trafic aérien au niveau de la zone Sud du Royaume.

Il est composé d’un bloc technique pour le contrôle des opérations aériennes, d’une salle de conférences, de locaux administratifs, d’une unité sociale, d’une salle de sport, une mosquée, une unité d’hébergement et deux salles de repos.

C’est bien beau ! Mais ça va servir à quoi ?
Il y a de moins en moins d’avions qui viennent sur Agadir !

Agriculture : Rush des coopératives espagnoles au Maroc

par Amal Baba Ali – leseco.ma – 30/03/2016

La coopérative originaire d’Almeria, Murgiverde, présentée comme l’une des plus grandes unités horticoles du pays en termes de chiffre d’affaires dénonce la délocalisation agricole vers le Maroc.

32%60528_eco_30-03-2016_p29.qxp

La coopérative originaire d’Almeria, Murgiverde, présentée comme l’une des plus grandes coopératives horticoles espagnoles en termes de chiffre d’affaires, a dénoncé la montée en puissance de la délocalisation agricole vers le Maroc. Dans une déclaration à EFE, le président de la coopérative, Manuel Galdeano, cache à peine son mécontentement devant la migration des capitaux espagnols vers les terres marocaines.

Cet agriculteur va même jusqu’à dire que certains légumes ne sont plus cultivés à Almeria, ou existent en petite quantité, à cause de la délocalisation espagnole. Bien entendu, le producteur ibérique saisit cette sortie pour fustiger la croissance des exportations marocaines de tomate, la bête noire des producteurs ibériques. «Chaque jour, la concurrence marocaine est de plus en plus palpable», a-t-il affirmé, ajoutant que le nouveau régime de prix d’entrée a bénéficié aux exportations nationales de tomate.

Le producteur reconnaît, à contrecœur, que le Maroc se positionne désormais comme un producteur de référence de courgette et de poivron. Or, la présence espagnole dans l’agriculture nationale ne date pas d’hier. Les implantations agricoles à capital espagnol remontent à l’époque de la première opération de cession des terres de la SODEA-SOGETA, en 2005. De même, l’accord de libre-échange, signé entre le Maroc et les États-Unis, avait attisé à l’époque les appétits des Ibériques et a suscité l’intérêt pour nos exploitations.

D’ailleurs, le puissant syndicat agricole, COAG, a toujours dénoncé l’implantation de producteurs espagnols au Maroc. Considérés comme des «traîtres» par leurs collègues, pour avoir déserté leur terroir, à la recherche de terres cultivables fertiles, ces agriculteurs délocalisés se font discrets pour ne pas s’attirer les foudres de la filière. Les principales destinations des investissements espagnols en matière agricole sont Larache et Agadir, suivies par Casablanca et Kénitra.

Selon des statistiques, 14% des entreprises espagnoles, présentes au Maroc, évoluent dans le secteur primaire, à l’instar de Duroc, Emporio Verde, ou l’aviculteur OVO Maroc. Durant la première phase d’adjudication des terres de SODEA-SOGETA, 11 entreprises ibériques, sur les 24 retenues, ont pu bénéficier de parcelles marocaines. Dans la deuxième phase, elles seront 5 firmes du voisin du nord à s’ajouter à cette liste, et ce, sur un total de 31 bénéficiaires. Entre 2005 et 2007, 16 entreprises font leur entrée dans la filière agricole marocaine avec des capitaux ibériques.

Aujourd’hui, l’Espagne dénombre plus de 36 entreprises agricoles installées au Maroc. C’est à la culture de fraise et des agrumes que les producteurs ibériques se sont adonnés au début.

À présent, l’agriculture espagnole est très variée : Fraise, riz, fleurs, haricots verts, agrumes, etc. Ironie de l’histoire, en 2005, le quotidien El Mundo avait publié un reportage sur un agriculteur qui avait fui la sécheresse des terres d’Alicante pour aller produire une variété espagnole de poivrons sous nos latitudes. Cet agriculteur n’était autre que le trésorier d’ASAJA, une association des jeunes producteurs qui a brillé par ses sorties enflammées contre la tomate marocaine destinée au marché européen.

 

Nos amis Jean-Louis et Annie ont repris leurs vélos pour un petit (! ! !) voyage en France

de Marrakech à OUALIDIA en passant par SAFI

24 heures à MARRAKECH avant de filer vers l’océan.

Tout est dit sur cette ville qu’il faut visiter : histoire et  culture font d’elle une attraction bien  méritée. Visite,  donc, mais pour nous ça suffit. On préfère retrouver bien vite le vrai charme marocain, sans l’artifice de la mode occidentale, sauce touriste.

P1020942.JPG   P1020917.JPGP1020940.JPG   P1020949.JPG

Une sortie interminable de cette ville qui n’en finit pas d’enfler sa banlieue… Décidément on reproduit partout les mêmes c..! Mais c’est un autre sujet.

28 Mars, jour béni (pour ma mère!) nous voilà à OUALIDIA: 67 kms à vélos, on est saoulés de vent (du Nord…force 3/4, pleine poire..!),, ce soir on est sous le vin de mes 67 printemps. Meme si l’ivresse …décime , on s’en fout, devant nous la lagune et le coucher de soleil…

Annie a été une fois de plus remarquablement stoïque dans l’épreuve , pas facile, vues les conditions. Chapeau, Madame !

Bref, ce soir relax et pinard peinard, demain on paiera l’addition! On verra bien.

Hier, Safi, on a retrouvé la mer après 2 jours intensifs de vélo: 2 étapes qui nous ont porté de Marrakech à Yousoufia (115 kms) et de Yousoufia à Safi (90 kms)no comment : on se tait et on pédale…

P1020952.JPG   P1020955.JPG

P1020962.JPG   P1020976.JPG

P1020989.JPG   P1020995.JPG

P1020999.JPG

Safi, on en a dit 2 mots à l’aller, rien de nouveau. Bon y’a les potiers qui bossent très bien…On se casse !

Et puis ce soir à OUALIDIA;le coucher de soleil et séquence émotion, pour tout un tas de raisons !

P1030039.JPG   P1030044.JPG

P1030035.JPG   P1030058.JPG

« Nomade des mers » en escale à Agadir

Hier soir, Nomades des Mers organisait, en partenariat avec l’Université Ibn Zohr, une conférence dans les locaux de l’annexe universitaire.IMG_6740

à droite, le président de l’Université Ibn Zohr, M. Omar Halli

IMG_6741

Nomade des Mers est une expédition de 3 ans à travers le monde pour rencontrer les innovateurs low-tech (technologies efficaces, bon marché et replicables) du monde entier et tester ces inventions à bord du bateau :
Rocket Stove (foyer de cuisson à bois, très performant) , Hydroponie, Culture d’insectes, désalinisateur solaire… autant de systèmes embarqués sur le bateau afin d’en expérimenter l’autonomie en mer.

Quelques photos de la présentation :IMG_6710

IMG_6712 IMG_6714 IMG_6715
Le trajet :IMG_6716
Après la présentation générale du projet : l’expédition, le trajet, les escales, la vie à bord et les low-tech développées, de nombreuses questions ont été posées par l’assistance

IMG_6736 IMG_6739

Les intervenants :IMG_6708
Cette présentation était faite par (de gauche à droite) Corentin de Chatelperron, fondateur de Gold of Bengal ; Pierre Alain Lévêque, chef de projet ; Elaine le Floch, organisatrice de l’expédition ; Youness ;  Mehdi Berrada, inventeur d’un désalinisateur solaire qui peut produire 5 à 10 litres d’eau potable par jour. Les trois premiers cités font partie de l’équipage du « Nomade des mers »IMG_6706
Mehdi Berrada 
Pour suivre l’expédition de « Nomade des mers », l’aventure et les découvertes :IMG_6735
A la sortie de la conférence :IMG_6742

Et, ce matin, nous avons pu aller voir le « Nomade des mers » à la Marina d’Agadir et monter à bord pour découvrir la mise en application de ces techniques :IMG_6759

Hydroponie (culture hors-sol)IMG_6744 Culture de spiruline (algue qui est un concentré de nutriments)IMG_6747 Elevage de vers de farine, larves du ténébrion meunier (voir ci-dessous) : ces larves sont consommées frites dans l’huiletA9c1HY

ténébrion meunier

ténébrion meunier

La cuisine, où le matériel est une source d’expérimentation permanenteIMG_6750 Le rocket stove sous la table de cuissonIMG_6751 Les 4 poules qui ont un peu de mal à accepter de pondre en haute mer !IMG_6752IMG_6757 Désalinisateur d’eau : IMG_6754 IMG_6756L’intérieur du catamaran est un laboratoire-atelier, avec des outils, instruments de mesure, matériel partout :IMG_6743IMG_6748et des outils multifonctions à pédales (tour, perceuse, ponceuse…) :IMG_6746

Elaine m’a dit qu’il y avait encore de la place ! ! !

Durant ses escales, l’équipe Nomade des mers ira à la rencontre des populations locales, entreprises, inventeurs, autant pour apprendre d’eux que pour partager leurs propres expériences. Celles-ci seront également transmises aux internautes via une plateforme dédiée, le low tech lab.

Le « Nomade des mers » reprendra la mer vendredi prochain pour se diriger vers le Sénégal où  2 escales sont prévues puis vers le Brésil…

Je suivrai le voyage de ce si sympathique groupe et je vous tiendrai au courant, sur ce blog de leur aventure et de leurs découvertes.

Bon vent au « Nomade des Mers » !

Tourisme : Les Marocains en tête des arrivées à Agadir

MAP – lematin.ma – 30/03/2016

Tourisme_Marocains_Agadir.jpg Selon le Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir, le nombre des touristes nationaux a connu une hausse de 14,78% par rapport à la même période de 2015. Ph : DR 

Selon les statistiques du CRT d’Agadir, les unités touristiques d’hébergement, les hôtels 4 étoiles viennent en première position avec 33.835 arrivées suivis des hôtels 5 étoiles (28.245).

Avec un total de 39.975 arrivées durant les deux premiers mois de l’année (à fin février 2016), les touristes marocains arrivent en tête du classement des arrivées dans les établissements hôteliers classés d’Agadir.

Selon les statistiques du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir, le nombre des touristes nationaux qui ont séjourné dans les différents hôtels, clubs, résidences hôtelières et maisons d’hôtes classés de la ville durant cette période a connu une hausse de 14,78% par rapport à la même période de 2015 (34.827 arrivées).

Selon la même source, un total de 112.720 touristes internationaux ont visité la ville durant les deux premiers mois de 2016, contre 116.338 durant la même période de 2015.

Dans ce classement, les touristes marocains sont suivis par les Français avec 17.938 arrivées contre 21.113 lors de la période janvier-février 2015, en baisse de 15,04%.

Les Anglais occupent la 3e position avec 10.979 arrivées, en légère hausse de 1,64% par rapport à 2015.

S’agissant des unités touristiques d’hébergement, les hôtels 4 étoiles viennent en première position avec 33.835 arrivées suivis des hôtels 5 étoiles (28.245).

Agadir : Les touristes allemands de retour

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/03/2016

Ouverture du Labranda Les Dunes d’Or en présence de 400 agences de voyage allemandes
2 vols charters directs desservent désormais la destination Francfort, Düsseldorf et Hanovre dès le 3 mai prochain

labranda-les-dunes-dor-aquapark-spa

Après des travaux de rénovation complets d’un coût de 10 millions d’euros, L’hôtel Les Dunes d’Or d’Agadir vient d’ouvrir ses portes sous la bannière du groupe Labranda Hotels &Resorts appartenant à FTI. Ce TO allemand, classé quatrième, vient ainsi de démarrer son premier village de vacances au Maroc. «La stabilité et la sécurité qui règnent dans la destination nous ont décidés à investir au Maroc», a déclaré Dietmar Gunz, PDG de FTI Group. Un investissement auréolé d’un partenariat conclu avec Atlas Hospitality Hotels, avec le soutien de l’ONMT Allemagne. Pour 2016, l’objectif de FTI est d’attirer 20.000 touristes dont près de 80% de clientèle allemande.  Le TO a ainsi officiellement annoncé une hausse des réservations pour le Maroc pour l’été prochain, étant donné qu’il enregistre deux fois plus de demandes que l’année précédente. Depuis le 19 mars dernier, la destination Agadir est desservie via deux vols charters directs par Airline SunExpress, au départ de Munich et Leipzig. A partir du 3 mai prochain, d’autres vols seront mis en place à partir de Francfort, Düsseldorf et Hanovre. Le partenariat stratégique conclu avec le groupe Atlas Hospitality offre aux voyageurs l’opportunité de profiter des hôtels quatre et cinq étoiles du groupe, dont le premier établissement Labranda au Maroc fait partie, à savoir, le Labranda Les Dunes d’Or. A titre d’exemple, 7 nuitées, voyage en avion compris, est proposé à partir de 499 euros par personne! « Le pays peut profiter du flot de réservations pour les Canaries où de nombreuses destinations affichent déjà complets. Les touristes se tournent alors vers le Maroc qui offre des températures agréables et de bonnes infrastructures», explique Sven Schikarsky, Managing Director Tour Operating Package. FTI a rapidement identifié cette tendance et renforcé sa présence dans le pays. Créée il y a deux ans, l’Agence Meeting Point, filiale de FTI groupe international disposant de bureaux à Agadir et à Marrakech, est ainsi responsable de l’accompagnement des clients via l’organisation de différentes excursions proposées au Maroc, ainsi que par tous les circuits proposés par FTI. Pour 2016, ce sont 10 circuits et combinés qui sont proposés par le TO. Outre des routes classiques des circuits connus comme «Maroc fascination», des produits originaux font partie du programme, notamment, le circuit «Magie du Sahara» qui conduit les clients dans des jeeps vers les montagnes de l’Atlas, combiné à la visite des studios d’Ouarzazate.

400 agences de voyage partenaires

FTI a invité 400 agences de voyage partenaires et une vingtaine de journalistes allemands à venir découvrir la destination choisie par ce TO pour 2016. Le séjour, du 15 au 19 mars derniers, a été l’occasion de mettre en avant les atouts de Marrakech et d’Agadir. Des excursions ont de même été organisées dans les environs. Notamment dans la ville-oasis de Taroudant et les cascades d’Immouzzer. Les agents de voyages et les journalistes ont aussi été les premiers passagers des nouveaux vols charters directs FTI et SunExpress desservant Agadir en trois heures.

Le Centre de rééducation psychopédagogique Amal-Rabat, l’une des premières structures de prise en charge des enfants handicapés mentaux au Maroc

Par Idriss Tekki – mapexpress.ma – 28/03/2016

thumb180-2f6825681dba87771ed7e59bc8b3aaa3Existant depuis 1963, le Centre de rééducation psychopédagogique Amal-Rabat, relevant de la Mutuelle Générale du personnel des administrations publiques (MGPAP), est l’une des premières structures dédiées à la prise en charge des enfants souffrant de déficience mentale du Royaume.

Le Centre est un établissement d’éducation et d’enseignement spécialisé, mis en place par la MGPAP afin d’assurer une prise en charge éducative, pédagogique et thérapeutique aux enfants et adolescents déficients mentaux. Il est agréé pour l’accueil de 130 usagers.

thumb180-ff974810bc9b7680f5d29b2ccac9b167Le centre prend en charge les enfants en situation de handicap mental dont l’âge varie entre 5 et 21 ans, via plusieurs structures de socialisation qui accueillent 60 enfants, de scolarisation (30 enfants) et de préformation et de formation professionnelle avec 30 enfants.

La MGPAP a été parmi les premières institutions à participer à l’intégration, la formation et la prise en charge des enfants en situation de handicap mental depuis 1963, affirme Mme Lamia Mouhssine, Chef de service des centres psychopédagogiques Amal, dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion de la Journée nationale du handicap, célébrée chaque année le 30 mars.

L’encadrement se fait via un staff pédagogique et psychopédagogique spécialisé composé de psychologues, de psychomotriciens, d’orthophonistes, de kinésithérapeutes, d’éducateurs spécialisés, de licenciés en psychologie et de moniteurs sportifs, ajoute-t-elle.

Le centre assure aussi la restauration et le transport et il est parmi les premiers centres à organiser des colonies de vacances pour les enfants en situation de handicap mental à part entière, précise-t-elle, relevant que cette structure sociale s’érige en une “sorte d’école en accueillant les enfants de 9 h à 16 h”.

Les enfants y sont pris en charge totalement en tout ce qui a trait à la rééducation technique, la prise en charge psychologique et psychiatrique, parallèlement à des activités scolaires et de formation préprofessionnelles, professionnelles, ludiques et culturelles, a-t-elle indiqué.

Faisant état d’un “manque énorme” au Maroc en matière d’établissements de prise en charge des enfants déficients mentaux, elle souligne qu’une centaine d’enfants et d’adolescents sont inscrits sur la liste d’attente pour intégrer le Centre Amal, unique établissement mutualiste du Royaume.

“La MGPAP est la seule mutuelle qui a eu le courage de mettre en place des centres (Rabat et Agadir) pour les enfants en situation de handicap, vu le coût de prise en charge qui dépasse les 5.000 dh par mois par enfant”, relève Mme Mohcine, expliquant que les parents ne payent que 400 dh, le reste demeurant à la charge de la MGPAP actuellement, vu la position que la CNOPS a pris dernièrement, et qui depuis bien longtemps ne paye que 1.100 dh pour la prise en charge d’un enfant en situation de handicap mental.

Et de souligner que ce montant ne couvre même pas le coût de 3 séances de rééducation à l’extérieur, notant qu’un parent d’un enfant qui n’a pas la possibilité d’intégrer un centre de prise en charge a une charge d’au moins 2.000 dh par semaine pour assurer la rééducation de son enfant (orthophonique, psychopédagogique, kinésithérapie, en matière de suivi psychologique).

“Au centre Amal, les enfants bénéficient de plusieurs séances de rééducation par semaine de toute nature, un service complet et intégré qui prend l’enfant en charge de A à Z”, se réjouit-t-elle.

Cet état de chose a fait que le Centre Amal de Rabat est actuellement à un déficit de 3 millions de dh, tandis que le complexe Amal d’Agadir, inauguré en 2010, en est à 5 millions.

Outre les problèmes de financement, Mme Mohcine fait état également d’un manque de spécialistes engagés, d’où l’importance, selon elle, des conventions de jumelage et de partenariats liant le centre à plusieurs acteurs nationaux et internationaux agissant dans le domaine de l’handicap, notamment les universités et les centres de formation professionnelle.

Le centre accueille régulièrement des groupes d’étudiants stagiaires, notamment ceux de master, qui viennent perfectionner leurs connaissances par le contact direct avec les enfants et les spécialistes du Centre.

Hayati a dû suspendre l’Opération Caddies à Marjane

Hayati

Communiqué de l’Association Hayati :

Nous sommes au regret de vous annoncer la suspension de notre « Opération Caddies » au Marjane d’AGADIR pour ce week-end.

Nous remercions les sympathiques et généreux donateurs qui ont permis la récolte de couches, lait et denrées alimentaires pour les enfants.

Par contre, nous confirmons la collecte à MARJANE AGADIR  les 1, 2 et 3 Avril et nous espérons avoir la joie de continuer à remplir des chariots pour nos 135 enfants.

Association Hayati (Photo M. Terrier)

Association Hayati (Photo M. Terrier)

Merci encore pour l’intérêt que vous portez à l’Association HAYATI pour la Protection de l’Enfance en diffusant nos Communiqués..

Bien cordialement

Pour le Président Abdeljalil Labhar,

Christine Alléon, membre fondateur, chargée de la Communication

CGEM. Abdellatif Jouahri invité au Conseil National de l’Entreprise

media24.com – 26/03/2016

logo

Le prochain conseil d’administration de la CGEM aura lieu le 2 avril à Agadir, apprend Médias 24 auprès de la confédération patronale.

Abdellatif-Jouahri

Abdellatif-Jouahri

Le Conseil sera suivi par la tenue du CNE, Conseil National de l’Entreprise, avec un invité de poids, Abdellatif Jouahri, gouverneur de la Banque centrale.

Mardi 22 mars, M. Jouahri qui suit de près la conjoncture économique, est préoccupé par le ralentissement, visible entre autres au niveau du crédit.

La Banque centrale a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour 2016 au Maroc, les fixant à 1% seulement. M. Jouahri estime notamment que les délais de paiement de l’Etat ne se normalisent pas suffisamment vite.

Salon de tourisme de Moscou : Le pavillon marocain séduit visiteurs et professionnels

MAP – lematin.ma – 27/03/2016

Russie_Maroc_Tourisme

Lors de cette 23e édition qui a débuté le 23 mars, le pavillon marocain érigé sur une superficie de 200 mètres carrés, a présenté toutes les offres liées à l’activité touristique.

Le pavillon marocain au Salon international de Tourisme à Moscou a accueilli, avant sa clôture samedi, un nombre important de visiteurs et de professionnels internationaux du secteur.

Une occasion propice à la promotion de la destination Maroc dans le monde auprès des visiteurs de ce Salon international incontournable et aussi une opportunité pour conclure des contrats et des partenariats avec des voyagistes internationaux.

Dans des déclarations à la MAP, les professionnels marocains présents au Salon ont mis en avant le potentiel touristique national, soulignant que le Maroc est aujourd’hui considéré comme une des destinations incontournables dans le monde et ce, au vu de la diversité de son offre et ses infrastructures modernes. Ils ont aussi relevé que le marché touristique russe est de plus en plus attrayant, appelant à remédier à la baisse, ces deux dernières années, du nombre de touristes russes au Maroc.

Un challenge atteignable au vu des atouts dont dispose le Maroc, une stabilité et une diversité de l’offre inégalables, comme l’a souligné le responsable des opérations à l’Office national marocain de tourisme (ONMT), Jalal Al Omani, notant l’importance de ce salon qui offre l’opportunité de promouvoir au mieux la destination Maroc avec, à la clé, de nombreuses conventions signées avec des professionnels internationaux.

Il a rappelé que l’ONMT a mis en œuvre une stratégie couvant la période 2016-2018 pour séduire davantage les touristes russes grâce notamment à la multiplication des liaisons aériennes entre Agadir-Marrakech et Moscou et Saint-Pétersbourg.

A cela, il ajoute l’organisation de plusieurs campagnes de publicité et aussi des visites au Maroc au profit des voyagistes et des médias comme celle qui sera programmée début avril pour 300 représentants d’agences de voyage russes.

Il a, enfin, indiqué que les conventions signées avec les partenaires russes visent à réaliser l’objectif d’attirer cette année entre 80.000 et 100.000 touristes russes.

Cette édition a été marquée par la participation de 15 exposants représentant différentes régions du Royaume, les conseils régionaux de tourisme ainsi que des agences de voyages actives notamment à Agadir, Marrakech, Rabat, Casablanca et Berkane.

Les exposants nationaux ont présenté dans leurs stands différents produits liés à l’activité touristique. Outre les produits présentés par les promoteurs touristiques, les voyagistes et la compagnie nationale Royal Air Maroc, le pavillon Maroc a réservé aussi un espace pour l’accueil et la communication avec les médias et les professionnels du tourisme internationaux.

Erigé sur une superficie de près de 55.000 mètres carrés, le salon international de tourisme de Moscou a réuni pas moins de 1.800 exposants représentant plus de 100 pays. Outre le volet exposition, le salon a réservé un temps de sa vie au débat sur l’état des lieux et les perspectives de promotion du tourisme mondial ou encore les nouvelles techniques du marketing touristique. Le Tout en présence de plus de 300 journalistes spécialisés.

Pour rappel, la précédente édition a drainé plus de 80.000 visiteurs, selon les organisateurs qui tablent cette année sur pas moins de 100.000 visiteurs locaux et en provenance des pays de la Communauté des Etats Indépendants.

FTI se renforce à Agadir : La destination désormais desservie via 2 vols charter complets

par Majda Saber – aujourdhui.ma – 27/03/2016

Agadir-Tourisme

Le Maroc n’est pas programmé comme une destination de substitution. Il est pour le staff de FTI une destination à part entière qui regorge d’atouts et de potentiels. 

Le tour-opérateur munichois FTI renforce sa présence au Maroc et plus particulièrement au niveau de la destination Agadir. Laquelle destination est désormais desservie via deux vols charter complets Airline SunExpress au départ de Munich et de Leipzig.

D’autres vols directs seront également programmés depuis Francfort, Düsseldorf et Hanovre. Le TO affiche complet pour le mois d’avril et les responsables s’attendent à un taux de remplissage important pour les mois à venir. Par ailleurs, un partenariat stratégique a été conclu avec le groupe Atlas Hospitality.

Cette coopération permet aux voyageurs de profiter des hôtels cinq et quatre étoiles du groupe. Le premier sur le circuit étant le Labranda les Dunes d’Or. Ainsi et après des travaux de rénovation complets dont le coût est estimé à dix millions d’euros, l’établissement du groupe Atlas a ouvert ses portes le 19 mars sous la bannière du groupe hôtelier Labranda Hotels & Resorts appartenant à FTI. Il est ainsi l’un des piliers de l’essor de FTI dans le pays. Cette ouverture a été faite en présence de 400 agents de voyage partenaires de FTI. Ils ont ainsi visité la ville de Marrakech et d’Agadir du 15 au 19 mars. Notons que FTI a annoncé une hausse de réservations de deux fois plus que les réservations de l’année 2015.

L’un des atouts de la destination Maroc, comme souligné par le staff de FTI présents à Agadir lors de cette ouverture, est sa proximité avec les îles Canaries. «Le pays profite du flot de réservations pour les Canaries : de nombreuses destinations touristiques affichent complet. Les voyageurs se tournent vers le Maroc, un pays offrant lui aussi une température très agréable et de bonnes infrastructures touristiques», souligne Sven Schikarsky, Managing Director Tour Operating Package. Le FTI a ainsi répondu à cette mouvance. «FTI a rapidement identifié cette tendance et a accru sa présence dans le pays dès l’automne dernier. Ce qui lui a permis d’offrir un excellent programme estival comprenant désormais dix circuits et formules, 55 nouveaux hôtels à Agadir et Marrakech, ainsi que des places d’avion supplémentaires», annonce-t-on. Autre point de force évoqué, le Maroc n’est pas programmé comme une destination de substitution. Il est pour le staff de FTI une destination à part entière qui regorge d’atouts et de potentiels.

Côté communication et commercialisation, le FTI ne lésine pas sur les moyens. Le produit Maroc avec ses deux destinations phares Agadir et Marrakech est au programme de cette chaîne de tourisme et de voyage. Ceci étant, l’accompagnement des clients de la destination se fait par meeting point, qui est l’agence filiale de FTI groupe International, créée en novembre 2014 avec des bureaux à Agadir et Marrakech. Par ailleurs, dix circuits et combinés sont proposés par le TO pour l’année 2016. Les circuits se font au départ d’Agadir dans l’objectif d’optimiser la découverte du Maroc sous toutes ses facettes.

Vers l’interdiction de la chicha au Maroc

bladi.net – 22/03/2016

9e742eb630a258695d4182ccbaae15

Les cafés à chicha pourraient devenir de l’histoire ancienne au Maroc. Un projet de loi déposé par le groupe du Parti de la Justice et du Développement (PJD – Pouvoir) prévoit une interdiction pure et simple de la chicha et le narguilé.

La proposition vient d’être déposée par Abdellah Bouanou, chef du groupe au parlement, qui espère voir interdire la chicha et le narguilé au Maroc. Le combat est mené depuis plusieurs années par le parti islamiste.

Même si ce type de tabac n’est pas encore interdit officiellement au Maroc, les autorités de plusieurs villes, notamment à Casablanca et Marrakech font très souvent des descentes dans les bars et les cafés et saisissent les narguilés.

Abdellah Bouanou espère non seulement interdire la chicha et le narguilé dans les cafés – et les bars – mais aussi sa commercialisation et vente.

Soutien aux festivals de cinéma Plus de 9,8 millions de DH de subventions

MAP – lematin.ma – 26/03/206

Cinema_Subventions

Une enveloppe de 9.805.000 DH sera consacrée à l’aide publique aux festivals et manifestations cinématographiques au titre de la première session de l’année 2016 par la Commission de subvention des festivals de cinéma.

La Commission, présidée par Mohamed Mustapha El Kabbaj, a annoncé, dans un communiqué, avoir décidé d’octroyer cette aide à l’organisation de 22 festivals et manifestations cinématographiques.

Le Festival national du film de Tanger se taille la part du lion des subventions accordées aux festivals avec 5.750.000 DH, suivi du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan (1.200.000 DH), du Festival du cinéma d’auteur de Rabat (750.000 DH), du Festival du film maghrébin à Oujda (400.000 DH) et du Festival international du film documentaire à Agadir (300.000 DH).

Le Festival international du cinéma d’Animation de Meknès s’est vu octroyer une subvention de 250.000 DH, tandis que le Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador (200.000 DH) et le Festival du cinéma marocain de Sidi Kacem a obtenu 100.000 DH.

Le reste des subventions est réparti sur plusieurs autres manifestations cinématographiques, à savoir la Rencontre nationale du cinéma de la marge à Guercif (90.000 DH), le Festival international de Souss du court-métrage à Ait Melloul (85.000 DH), la Rencontre nationale du court métrage à Chefchaouen (80.000 DH), Festival national «Cinéma et Education» à Fès et le Festival Tasmit du cinéma et de la critique à Béni Mellal (70.000 DH).

La Commission a décidé de débloquer 65.000 DH au soutien du Festival International du Film sur les Droits Humains à Guelmim et 60.000 DH en soutien aux Festival Handifilm de Rabat, au Festival Cap Spartel de Tanger, à la Tente cinématographique El Aounate à Sidi Bennour, ainsi que 50.000 DH au Festival «E-Soura» d’Al Hoceima, 45.000 DH au Festival international du cinéma des jeunes de Meknès et 40.000 à la Rencontre cinématographique de Mechra Bel Ksiri, la Rencontre de Had Kourt pour le cinéma et les jeunes et le Festival de Tanger Zoom/Tanger.

Lors de sa première session, tenue les 23 et 24 mars à Rabat, la commission, composée de Souad Zerrouk, Fouad Abi Ali, Moulay Driss Jaidi, Abdelillah Tahani, Hassan Mouttaki, Mohamed Kherraz et Hicham Sbayri, a examiné 33 dossiers de demande de soutien et avait reçu les organisateurs des festivals et manifestations qui ont présenté et défendu leurs projets devant la commission.

La commission affirme avoir respecté les règles et conditions donnant accès aux fonds de soutien de manière objective et transparente, de manière à garantir une rationalisation des dépenses et une gouvernance efficiente afin de permettre la continuité des manifestations artistiques et leur rayonnement local, national et international.

La commission indique également avoir pris en considération l’esprit du pluralisme et l’équilibre de la couverture régionale.

Agadir : La pièce de théâtre « La réunification des deux Corées » ouvre le bal de la 21ème édition du FITUA

MAP – lemag.ma – 25/03/2016

266

Agadir – Le coup d’envoi de la 21ème édition du Festival international du théâtre universitaire d’Agadir (FITUA) a été donné, jeudi à la salle Brahim Radi d’Agadir, avec la présentation de la pièce de théâtre « La réunification des deux Corées ».

Interprétée par la troupe bordelaise professionnelle « La compagnie de l’incertitude », cette pièce, hors compétition, a pour thème l’amour et l’incommunicabilité entre les êtres.

Le programme de la deuxième journée de cette 21ème édition prévoit la présentation de deux pièces, à savoir « Vol 2015 » interprétée par une troupe représentant l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) de Casablanca et « Fahrenheit 451 » jouée par « MalaEstripe Teatro Universitario » de l’Université de Tolède.

Les pièces « Je suis une femme, moi » de l’Atelier la « Cité’s Compagnie » de l’Université de Bordeaux, « L’émigré de Perpisian » de la troupe « Ajabi » de l’Université de Halwan (Egypte) et « Le jardin des cercles rêvés » de la troupe « Sofia Amendolea » de l’Académie théâtrale de Rome seront présentées samedi.

Quant à la troupe représentant l’ENCG Tanger, elle présentera sa pièce « La logique des oiseaux » lors de la cérémonie de clôture de ce Festival.

Au menu de cette édition figurent également un colloque autour du thème « Le théâtre et les autres arts : Fusion, cohésion ou complémentarité », outre des activités parallèles dont un concours d’improvisation encadré par des spécialistes de l’art du théâtre.

Cette manifestation sera marquée également par la tenue d’une rencontre entre les directeurs des différents festivals de théâtres universitaire organisés au Maroc afin de mettre en exergue l’importance du théâtre universitaire et son apport à l’art du théâtre marocain.

Association Hayati : opération caddie à Marjane interrompue.

L’opération Caddie prévue par l’Association Hayati ce week-end à Marjane est interrompue pour des raisons administratives.imag0313

L’Association Hayati vous demande de bien vouloir l’excuser et espère pouvoir maintenir l’opération le prochain week-end (les enfants en ont besoin !)

Vous en serez informés sur ce blog.

Institut français d’Agadir : Conférence – La poésie francophone contemporaine

Très intéressante conférence ce soir à l’Institut Français sur la poésie francophone contemporaine.

Cette conférence était modérée par Hassan Wahbi, universitaire, philosophe, écrivain, un érudit que j’admire et c’est grâce à lui que j’ai pu y assister : j’étais chez des amis à Dyar Shemsi quand il m’a envoyé un message pour me rappeler l’événement !IMG_6690

IMG_6689

Avec la présence de cinq poètes connus que voici :

Mohamed Loakira

Mohamed Loakira

Emmanuel Laugier

Emmanuel Laugier

Pierre Parlant

Pierre Parlant

Siham Bouhlal

Siham Bouhlal

Rachid Khaless

Rachid Khaless

Chacun d’eux s’est exprimé sur les thèmes suivants :
Regard sur la poésie francophone contemporaine.
Qui sont les poètes d’aujourd’hui qui ont choisi d’exercer leur art en français ?
Sont-ils tous originaires d’un pays où le français est la langue officielle ?
Quels rapports la poésie française et la poésie francophone entretiennent-elles ?
Comment perçoivent-ils l’expression des autres poètes ?

et chacun a choisi des extraits de ses poèmes pour les lire :IMG_6696 IMG_6697 IMG_6698 IMG_6699 IMG_6701 IMG_6702 IMG_6704

Une conférence captivante pendant laquelle on n’a pas vu le temps passer !

Copyright+logo.
Photos M. Terrier

Visite d’André Marcon Président de la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de France à la CCIS Souss Massa

Aujourd’hui, les investissements directs étrangers jouent un rôle essentiel dans les phénomènes de structuration des systèmes productifs et d’intégration économique à l’échelle régionale.

En effet, quand ces investissements sont accompagnés d’une démarche anticipatoire, ils peuvent être bénéfiques tant pour les économies d’origine en termes de gains de compétitivité, que pour les économies d’accueil du point de vue économique, de transferts de savoirs et de compétences. Un cadre macro- économique simplifié, allié à un coût peu élevé de la main-d’œuvre, à des ressources humaines qualifiées et à une volonté manifeste et constante des autorités d’attirer les investisseurs étrangers, laissent espérer une marge de progression importante en termes d’échanges économiques entre les entreprises françaises et marocaines. C’est dans cette perspective que la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services Souss Massa, a organisé cette rencontre, une démarche qui visait principalement à étudier et générer des opportunités d’affaires entre les entreprises de la Région Souss Massa et les entreprises françaises et promouvoir les investissements directs étrangers dans la région.

Il a été question d’étudier les possibilités d’accompagnement des investisseurs locaux pour développer leurs démarches d’internationalisation et renforcer leur rapport aux marchés internationaux. Cette rencontre a été notamment, une occasion de partager les expériences et les bonnes pratiques entre la CCIF et la CCiS SM et de débattre des possibilités de collaboration avec les différents acteurs présents.

Quelques photos de cette rencontre :

De gauche à droite, M. Marc Peltot, Consul Général de France à Agadir ; M. André Marcon, Président de la Fédération des CCI de France ; M. Karim Achengli Président de la CCIS d’Agadir ; M. Brahim Hafidi, Président du Conseil Régional du Souss Massa ; debout, à l’arrière, Mohamed El Moudene, Vice-Président de la CCIS Souss Massa

IMG_6651 Les mêmes, avec, à gauche Jean Colin, créateur et organisateur des Rencontres Gastronomiques d’AgadirIMG_6652 IMG_6653 IMG_6654Meryem El Ouafi a fait un exposé très clair de présentation de cette rencontre et a dirigé le débat avec beaucoup de compétence et d’efficacité.IMG_6656 Quelques unes des interventions qui ont eu lieu au cours du débat :IMG_6665 IMG_6670 IMG_6671 IMG_6672 IMG_6674

M. André Marcon a répondu aux questions posées par l’assistance et annoncé qu’il interviendrait auprès des CCI de France pour aider au rapprochement avec la CCI Souss-Massa

IMG_6667

et c’est M. Peltot qui a conclu cette intéressante et enrichissante rencontre.IMG_6675  A l’issue de cette réunion, a eu lieu une petite cérémonie au cours de laquelle a été remis à M. André Marcon, un poignard marocain en signe de remerciement pour cette visite.IMG_6679 et, pour Madame Marcon, quelques produits cosmétiques provenant de la région, à base d’huile d’argane et d’huile de pépins de figues de BarbarieIMG_6682 Madame Colin s’est également vue offrir le même échantillonnage de produits cosmétiquesIMG_6686

Copyright+logo.
Photos M. Terrier

Agadir : La pièce de théâtre “La réunification des deux Corées” ouvre le bal de la 21ème édition du FITUA

MAP – libe.ma – 24/03/2016

(Affiche 2015)

(Affiche 2015)

Théâtre    
Agadir abrite, du 24 au 27 mars courant, le Festival international du théâtre universitaire (FITUA) qui souffle cette année sa 21ème bougie. Initiée par la Faculté des lettres et des sciences humaines relevant de l’Université Ibn Zohr, cette édition sera marquée par la participation de 24 troupes théâtrales universitaires du Maroc et de l’étranger, indique un communiqué de la faculté. Le public aura ainsi l’occasion de suivre neuf pièces théâtrales présentées par l’Université Ibn Zohr, représentée par la Faculté des lettres et des sciences humaines, l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) relevant  de l’Université Hassan II de Casablanca et l’ENCG de Tanger, en plus d’autres pièces en provenance d’Egypte, de France, d’Espagne et d’Italie, outre une troupe professionnelle qui ne prendra pas part à la compétition, venant de la  ville de Bordeaux. Outre une conférence autour du thème « Théâtre et autres arts : fusion ou complémentarité », organisée en partenariat avec le Centre international des études du spectacle de Tanger, cette édition sera ponctuée par des activités parallèles dont un concours d’improvisation encadré par des spécialistes de cet art.
Le coup d’envoi de la 21ème édition du Festival international du théâtre universitaire d’Agadir (FITUA) a été donné, jeudi à la salle Brahim Radi d’Agadir, avec la présentation de la pièce de théâtre “La réunification des deux Corées”.

Marathon vert international : Agadir sans voitures le 24 avril

aujourdhui.ma – 24/03/2016

La ville d’Agadir accueillera, le 24 avril, la 4ème édition du Marathon vert international, qui connaîtra la programmation de trois épreuves, à savoir le marathon (42 km), le semi-marathon (21 km) et une course de 7 km.

Agadir-Marathon-Vert-2016

Dans un communiqué, les organisateurs annoncent qu’un point de presse sera donné le 6 avril à Agadir pour jeter davantage de lumière sur cette compétition, dont toutes les épreuves vont se dérouler sur de nouveaux parcours tout à fait plats et qui relieront les principales artères de la ville.
Cette manifestation sportive, dont les organisateurs tablent sur 10.000 participants cette année, devra réunir, notamment, des athlètes marocains, kenyans, éthiopiens et européens, en plus d’amateurs de ce sport.

La capitale du Souss sera l’hôte de la dernière épreuve du genre avant les jeux Olympiques l’été prochain, soulignent les organisateurs, assurant que les préparatifs vont bon train, grâce au concours des différents partenaires.
En marge de cette compétition, le jour du marathon sera déclaré une journée sans voitures. De plus, le comité organisateur a programmé une grosse opération de boisement, le 23 avril.

Participation de 120 coureurs cyclistes au Tour du Maroc 2016

libe.ma – 25/03/2016

9176897-14622584

La Fédération Royale Marocaine de Cyclisme (FRMC) organise, du 1er au 10 avril prochain, le 29ème Tour du Maroc de cyclisme, disputé en 10 étapes, avec la participation de 20 équipes représentant tous les continents outre l’Union Cycliste Internationale (UCI).
S’exprimant lors d’un point de presse tenu, mercredi à Casablanca pour faire la lumière sur cette manifestation sportive, les organisateurs ont indiqué que les 120 cyclistes participant à cette édition organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, auront à parcourir une distance de 1540 Km traversant plusieurs villes et régions situées principalement au centre du Royaume, rapporte la MAP.
Le président de la FRMC, Mohamed Belmahi, a fait savoir que cet événement organisé en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité national olympique marocain et l’UCI, intervient après les bonnes performances réalisées par les cyclistes marocains lors des championnats continentaux africains de cyclisme tenus récemment au Maroc et la récente victoire de l’équipe nationale de cyclisme au Cameroun.
Le Maroc, a-t-il noté, participera avec deux équipes au côté de la Hongrie, l’Autriche, la France, la Hollande, la Slovaquie, la Turquie, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, l’Italie, le Royaume-Uni, le Venezuela, l’Azerbaïdjan, la Tunisie, la Côte d’Ivoire et l’UCI.
Considéré comme patrimoine immatériel pour le Maroc et les Marocains, le Tour du Maroc de cyclisme est appelé à multiplier les efforts pour garantir sa continuité dans l’avenir.
De son côté, le directeur technique de l’équipe nationale de cyclisme, Mustapha Nejjari, a indiqué que la première étape du Tour d’une distance de 135,2 Km reliera Rabat à Meknès, tandis que la deuxième étape (140,8 Km) reliera Meknès à Fès et la troisième (158,1 Km) Fès à Khénifra.
La quatrième étape du Tour (193,5 Km), a-t-il poursuivi, reliera, quant à elle, les villes de Béni Mellal à  Marrakech, au moment où les coureurs seront invités à parcourir une distance de 193 Km au terme de la cinquième étape reliant Marrakech à Ouarzazate.
S’agissant de la sixième étape (123 Km), elle reliera Oulad Berhil à Agadir, suivie de la septième d’une distance de 166,6 Km (Agadir-Essaouira), de la huitième d’une distance de 150,8 Km (Essaouira-Safi) et de la neuvième d’une distance de 151,5 Km (Safi-El Jadida), pour clôturer le Tour avec la dixième étape qui reliera la ville d’El Jadida à Casablanca (127,5).
A cette occasion, un hommage posthume a été rendu à un grand dirigeant du cyclisme national, à savoir le regretté Mohamed Zaghloul, qui occupait le poste de directeur général de la Fédération Royale marocaine de cyclisme (FRMC).
Il a également été procédé à la signature d’une convention entre la FRMC et l’Ecole Hassania des travaux publics (EHTP) visant à encourager ses étudiants à l’usage des vélos lors de leurs déplacements en faveur de la protection de l’environnement, en plus de la présentation de certains éléments de l’équipe nationale de cyclisme ayant contribué de façon significative à la réalisation d’importants résultats lors des différentes compétitions nationales et continentales.

MITT : Les professionnels d’Agadir repartent à l’assaut du marché russe

par Majda Saber – aujourdhui.ma – 24/03/2016

Le volet aérien connaîtra le renforcement des dessertes aériennes avec le lancement de quatre vols charters, en plus de ceux de la RAM, à partir du mois d’avril pour les deux destinations Agadir et Marrakech.

Tourisme-Agadir

Les efforts de reconquête du marché russe se renforcent. Les professionnels de la destination Agadir prennent part au Salon MITT (Salon international des voyages et du tourisme) de Moscou qui se tient du 23 au 26 mars. Au programme, des rencontres B2B. Le MITT regroupe les divers secteurs et foires de l’industrie touristique, du tourisme, de vacances et de voyages. Les dernières visites ciblées et menées conjointement par l’ONMT et les professionnels de la destination fin 2015 pour reconquérir ce marché ont donné suite à la signature de douze contrats avec les TO russes.

Le volet aérien connaîtra également le renforcement des dessertes aériennes avec le lancement de quatre vols charters, en plus de ceux de la RAM, à partir du mois d’avril pour les deux destinations Agadir et Marrakech. Notons que la RAM programme déjà un vol reliant Moscou à Casablanca avec une continuité vers Agadir, trois fois par semaine. Au volet communication, la destination ne compte plus se repositionner que sur le balnéaire. Les atouts de l’arrière-pays de la destination seront également mis en avant afin d’offrir un package diversifié. Le Maroc compte de ce fait arriver à 200.000 touristes russes d’ici 2018 et les professionnels envisagent d’atteindre les 70.000 touristes russes au cours de cette année.

Autre défi de taille, séduire le TO Pegas Touristik pour un retour en force dans ses programmations de la destination. Ceci étant, la question du prix du packaging des destinations concurrentes, notamment la Turquie et l’Egypte, qui revenait beaucoup moins cher, a également été revue par les professionnels. La marge de gain des TO ne les encourageait guère à programmer la destination. De ce fait, celle-ci se voit dans l’obligation de revoir ses prix à la baisse de 30 à 40% afin de se tailler une part de ce marché, jadis grand émetteur. Signalons que le prix du packaging égyptien acheté à 350 dollars permettait aux TO de le revendre sur le marché à 600 dollars avec une marge de bénéfice importante alors que le package marocain acheté à 750 dollars était vendu par le TO à 850 dollars sur le marché. Prix qui brisait la compétitivité du package marocain face à la concurrence. Ajoutons à cela l’argument de taille qui est la grande sécurité et la stabilité de la destination Maroc en général. La destination Agadir devrait également renforcer sa capacité en lits pour ainsi se préparer à un tourisme de masse. Une autre mesure a été mise en place dans le volet communication. Une formation gratuite est mise au service des hôteliers qui désirent former leurs personnels en langue russe.

Le marché russe a été depuis de longues années l’un des grands marchés émetteurs de la destination avant de dégringoler. Les statistiques de ce marché ont connu un pic en 2010 avec 24.735 arrivées avant de chuter en 2011 pour arriver à 11.848. Une légère reprise a été notée au cours de l’année 2012 avec 14.138 et a continué tout au long de l’année 2013 où la destination a connu 24.586 arrivées. Et depuis, la dégringolade de ce marché a continué arrivant ainsi à 16.894 arrivées et à la chute vertigineuse enregistrée en 2015 avec à peine 6.967 arrivées. Au cours des deux premiers mois de l’année 2016, la destination Agadir a enregistré 185 arrivées russes au mois de janvier et 152 arrivées au mois de février. Un maigre total de 373 arrivées en deux mois.

Services écosystémiques à Souss-Massa Le cadre juridique reste à définir

S.B. – lematin.ma – 23/03/2016

Services-ecosystemiques-a-Souss-Massa-

Le forum organisé à Agadir, les 21 et 22 mars, par le Programme des Nations unies pour le développement, le ministère de l’Agriculture et le Fonds pour l’environnement mondial a été l’occasion du lancement d’une réflexion au sujet de l’équilibre à trouver entre l’utilisation des biens qu’offrent la nature et sa préservation. Il s’agit aussi de faire bénéficier les populations locales.

Les différentes communications ont fait ressortir le caractère propre à chaque écosystème qui requière une solution adaptée. Ahmed Driouch, de l’Université Al Akhawayn, a mis en garde contre «la transformation totale de l’agriculture d’ici 20 ou 30 ans» dans la région de Souss-Massa en raison du rabattement de la nappe phréatique, si la dessalinisation de l’eau de mer n’est pas réalisée d’ici là.
Agadir, destination phare du tourisme national, fait également partie de l’aire de répartition de l’arganier. Cette manne financière ne bénéficie pas aux populations vivant dans l’arganeraie.

Les formules all inclusive ne profitent qu’aux seuls tours-opérateurs et surtout pas à ceux qui vivent de cet arbre et auxquels revient la préservation de ce fragile écosystème», souligne Mehdi Zaidi, de l’Université Cadi Ayyad de Safi. Plusieurs enquêtes menées dans le cadre du projet, qui prendra fin en 2019 et intitulé «Approche d’économie circulaire pour la conservation de l’agro-biodiversité dans la région du Souss-Massa», tendent à prouver que les touristes seraient disposés à payer «un petit plus» pour la conservation de ce capital naturel. Il reste à définir le cadre juridique de cette nouvelle approche. Les régions pilotes couvrent le territoire de 25 communes.

Tour du Maroc de cyclisme : Vingt équipes disputeront la 29e édition

MAP – lematin.ma – 24/03/2016

La 29e édition du Tour du Maroc de cyclisme, du 1er au 10 avril, avec la participation de 20 équipes représentant tous les continents

Maroc_Cyclisme_Tour_G1

La Fédération royale marocaine de cyclisme (FRMC) organise, du 1er au 10 avril, le 29e Tour du Maroc de cyclisme, disputé en 10 étapes, avec la participation de 20 équipes représentant tous les continents outre l’Union cycliste internationale (UCI).

S’exprimant lors d’un point de presse tenu, mercredi à Casablanca pour faire la lumière sur cette manifestation sportive, les organisateurs ont indiqué que les 120 cyclistes participant à cette édition organisée sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, auront à parcourir une distance de 1.540 km traversant plusieurs villes et régions situées principalement au centre du Royaume.

Le président de la FRMC, Mohamed Belmahi a fait savoir que cet événement organisé en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité national olympique marocain et l’UCI, intervient après les bonnes performances réalisées par les cyclistes marocains lors des championnats continentaux africains de cyclisme tenus récemment au Maroc et la récente victoire de l’équipe nationale de cyclisme au Cameroun.

Le Maroc, a-t-il noté, participera avec deux équipes au côté de la Hongrie, l’Autriche, la France, la Hollande, la Slovaquie, la Turquie, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, l’Italie, le Royaume-Uni, le Venezuela, l’Azerbaïdjan, la Tunisie, la Côte d’Ivoire et l’UCI.

Considéré comme patrimoine immatériel pour le Maroc et les Marocains, le Tour du Maroc de cyclisme est appelé à multiplier les efforts pour garantir sa continuité dans l’avenir.

De son côté, le directeur technique de l’équipe nationale de cyclisme, Mustapha Nejjari, a indiqué que la première étape du Tour d’une distance de 135,2 Km reliera Rabat à Meknès, tandis que la deuxième étape (140,8 Km) reliera Meknès à Fès et la troisième (158,1 Km) Fès à Khénifra.

La quatrième étape du Tour (193,5 Km), a-t-il poursuivi, reliera, quant à elle, les villes de Béni Mellal et Marrakech, au moment où les coureurs seront invités à parcourir une distance de 193 Km au terme de la cinquième étape reliant Marrakech à Ouarzazate.

S’agissant de la sixième étape (123 Km), elle reliera Oulad Berhil à Agadir (06/04/2016),
suivie de la septième d’une distance de 166,6 Km (Agadir-Essaouira), de la huitième d’une distance de 150,8 Km (Essaouira-Safi) et de la neuvième d’une distance de 151,5 Km (Safi-El Jadida), pour clôturer le Tour avec la dixième étape qui reliera la ville d’El Jadida à Casablanca (127,5).

A cette occasion, un hommage posthume a été rendu à un grand dirigeant du cyclisme national, à savoir le regretté Mohamed Zaghloul, qui occupait le poste de directeur général de la Fédération royale marocaine de cyclisme (FRMC).

Il a, également, été procédé à la signature d’une convention entre la FRMC et l’Ecole Hassania des travaux publics (EHTP) visant à encourager ses étudiants à l’usage des vélos lors de leurs déplacements en faveur de la protection de l’environnement, en plus de la présentation de certains éléments de l’équipe nationale de cyclisme ayant contribué de façon significative à la réalisation d’importants résultats lors des différentes compétitions nationales et continentales.

 

TOURISME : OBJECTIF, 200.000 VISITEURS RUSSES

Par Sanae El Asrawi – le360.ma – 24/03/2016

agadir

La Russie est l’un des nouveaux marchés dans le viseur des professionnels du tourisme. L’objectif est ambitieux. D’autant que, depuis plusieurs années, le nombre de touristes russes n’a fait que dégringoler. Les détails.

A Agadir, les professionnels du tourisme lancent une opération séduction auprès des Russes. Ils ont d’ailleurs pris part au Salon international des voyages et du tourisme à Moscou, du 23 au 26 mars, histoire de conquérir le marché sur place. Ils en ont ainsi profité pour signer une douzaine de contrats avec plusieurs opérateurs touristiques russes, souligne La Vie Eco dans son édition du 24 mars.

Le volet aérien connaîtra également le renforcement des dessertes aériennes avec le lancement de quatre vols charters, en plus de ceux de la RAM, à partir du mois d’avril, pour les deux destinations suivantes: Agadir et Marrakech. La RAM programme déjà un vol reliant Moscou à Casablanca avec une continuité vers Agadir, trois fois par semaine.

En misant sur ses nombreuses stations balnéaires, le Maroc compte de ce fait arriver à 200.000 touristes russes d’ici 2018, tandis que les professionnels comptent atteindre les 70.000 touristes russes au cours de cette année.

Les professionnels du secteur, désormais concurrencés par des destinations en Turquie et en Europe, beaucoup moins chères, vont également revoir leur prix à la baisse de 30 à 40%. Agadir va aussi renforcer ses capacités en lits pour se préparer à un tourisme de masse, tandis que le personnel hôtelier se verra offrir, sur la base du volontariat, une formation en langue russe.

Pour rappel, le marché russe a été depuis de longues années l’un de grands marchés émetteurs de touristes vers Agadir, avant de dégringoler. Les statistiques de ce marché ont connu un pic en 2010 avec 24.735 arrivées, avant de chuter en 2011 pour arriver à 11.848. Une légère reprise a été notée au cours de l’année 2012 avec 14.138 arrivées,  une reprise qui s’est poursuivie tout au long de l’année 2013 où la destination a connu 24.586 arrivées. Depuis, la dégringolade a continué pour atteindre 16.894 arrivées en 2014. 2015 connaîtra une chute vertigineuse, avec 6.967 arrivées. Depuis le début de l’année, il y a eu 373 arrivées.

Les «hommes fleurs» s’exposent à Agadir, à Crocoparc

par Jihane BOUGRINE – leseco.ma – 23/03/2016

Hans Silvester a réservé le parc exotique Crocoparc Agadir pour présenter «Les hommes fleurs» au Maroc du 2 avril au 30 septembre ! Après avoir exposé à la COP 21 en novembre dernier, le photographe militant choisit le Maroc pour présenter son oeuvre pleine d’humanité. 

32%58702_eco_23-03-2016_p31-1.qxp

Après avoir exposé à la COP 21, le grand photographe et militant pour l’écologie a choisi Agadir et son Crocoparc afin d’exposer son projet : «Les hommes fleurs». Crocoparc n’est pas uniquement un parc à crocodiles et un jardin botanique : ce site est également un lieu d’échange culturel et scientifique. «Pour cette première année, nous avons décidé de créer un événement autour d’un grand nom de la photographie de notre époque : Hans Silvester», précise la direction du Crocoparc où vivent 300 crocodiles du Nil. Le parc compte 4 jardins à thème, avec plus de 3.000 espèces d’arbres et de plantes. Crocoparc s’est illustré dernièrement avec plus de 10 millions de vues sur le net.

L’exposition aura lieu dans l’espace exotique de Crocoparc, autour d’un lieu choisi par Hans Silvester, lequel est né à Lörrach en Allemagne en octobre 1938. Il se voit offrir un appareil photo de ses parents à l’âge de 14 ans qui ne le quittera plus jamais. Il sillonne l’Europe et le monde à la recherche de nouveaux sujets pour ses reportages, toujours en relation avec la nature et l’écologie.

En 1965, il devient membre de l’agence Rapho. Un reportage sur la Camargue, en noir et blanc, marque le commencement du succès. S’en suit une longue série de reportages dans le monde entier : Amérique du Sud, États-Unis, Japon, Portugal, Égypte, Tunisie, Hongrie, Pérou, Italie, Espagne… Chaque voyage donne lieu à un livre ou une publication, le plus souvent pour le magazine Geo.

À partir des années 80, ses reportages sont marqués par son engagement écologiste et par les grands problèmes d’environnement : déforestation, pluies acides, surexploitation agricole, pollution de l’eau, de l’air, de la terre. Ses photos ont été exposées dans les plus grandes galeries du monde de Tokyo à New York en passant par Sao Paolo…et récemment lors de la COP 21, à Paris en novembre dernier.

Hans Silvester est toujours en activité et réside depuis 1960 à Gordes en Provence. Il vient présenter «Les hommes fleurs» suite à un premier voyage en Éthiopie en 2002 où il part à la rencontre des peuples de la vallée de l’Omo. Région située à 600km au sud-ouest d’Addis Abeba. Chaque peuple a gardé sa propre identité, ses coutumes, sa propre langue. Là-bas, il apprend que les Mursis et les Suris, très isolés près de la frontière du Soudan, pratiquent toujours au quotidien la peinture corporelle.

Il y a fait plus de 30 séjours et a rapporté plus qu’un reportage photo, un réel témoignage sur la vie de ce peuple. «Hommes femmes et enfants utilisent leur corps comme un espace d’expression artistique» ; «c’est avec un intense plaisir qu’ils peignent le visage et le corps ; dans une recherche permanente de beauté. Ces gens possèdent une capacité créative et une spontanéité digne des plus grands artistes», confie l’artiste.

Championnat du monde d’Enduro: Agadir, seule étape d’Afrique

par Hakim Bahechar – aujourdhui.ma – 23/03/2016

L’Enduro est une discipline moto tout-terrain. Le circuit est à profil globalement monotrace avec des parcours accidentés à réaliser dans un temps imparti, généralement sur des chemins ouverts à la circulation.Nicolas-Pellegrinelli-moto-Enduro

Amoureux et passionnés des deux roues, ceci est pour vous. La ville d’Agadir s’apprête à abriter, du 8 au 10 avril, la première étape du championnat du monde d’Enduro, discipline de la moto tout-terrain, qui peut se pratiquer en tant que loisir, randonnée ou en compétition.
La capitale du Souss aura ainsi le privilège d’être la première ville arabe et africaine qui abrite une étape de ce championnat du monde qui en compte huit comme le précise le Club régional motocycliste d’Agadir, initiateur de cette manifestation en partenariat avec la Fédération suisse de motocyclisme, la Fédération royale marocaine de cyclisme et le Norton sport club de Genève.

Les organisateurs ont reconnu que la tenue de cette première étape à Agadir est le fruit d’un travail de longue haleine du Club régional motocycliste d’Agadir qui a milité pendant cinq ans pour mettre sur pied cette manifestation.

Pour le bon fonctionnement de la compétition, une batterie de mesures et des règles strictes ont été mises en place pour asseoir la bonne pratique. Le tracé, long de 57 km sans les spéciales, se fera en 3 tours, ce qui implique un temps approximatif de 7h30 minutes. Il est généralement constitué de spéciales chronométrées imposées de banderoles et avec départ individuel en plus de liaisons non chronométrées marquées par des balises indiquant la direction à prendre aux intersections.
Le parcours est jonché de points de contrôle horaire ainsi que de contrôles de passage. Cette course d’endurance dure plusieurs heures. Le gagnant est celui qui cumule finalement le moins de temps en spéciale et le moins de pénalités en liaison (une boucle fait en moyenne 50 km). Toutes les spéciales et tous les parcs sont accessibles gratuitement au public.

Après Agadir, les 7 étapes restantes se dérouleront à Gouveia (Portugal), Grevena (Grèce), Heinola (Finlande), Enkooping (Suède), Gordexola (Espagne), Fabriano (Italie) et Cahors (France).

Rappelons que l’Enduro est une discipline moto tout-terrain. Le circuit est à profil globalement monotrace avec des parcours accidentés à réaliser dans un temps imparti, généralement sur des chemins ouverts à la circulation. Chaque pilote est classé dans une catégorie suivant la cylindrée de sa moto, afin de garantir que des machines de puissance équivalente concourent ensemble. Toute avance ou retard est sanctionné par des pénalités. L’addition des temps réalisés pendant les spéciales permet aux organisateurs de classer les concurrents et de fixer les gagnants.

Arrivée du 2ème 4L Défi à Crocoparc

Le 4L Défi, organisé par Robby (ancien pilote du Dakar) et Jacqueline Derue, propriétaires du Paradis Nomade arrivait cet après-midi à Crocoparc, après un périple d’un peu plus de 2 000 km depuis Midelt jusqu’à Agadirmaroc-parcours2016-2

La dernière étape s’est bien passée, malgré un peu de pluie sur les pistes de montagne !

Voici leur arrivée :IMG_6635 IMG_6636 IMG_6637 IMG_6638 IMG_6639 IMG_6640 IMG_6641 IMG_6642 IMG_6643 IMG_6645 Tous souriants et en pleine forme !IMG_6646 IMG_6647 Un pot de bienvenue leur a été servi par CrocoparcIMG_6632 IMG_6633IMG_6648 IMG_6649

avant d’aller voir les crocodiles et la flore du parc IMG_6609 IMG_6610 IMG_6611 IMG_6612 IMG_6613 IMG_6614 IMG_6623 IMG_6627 IMG_6631IMG_6620

Concert de Chansons Françaises par la chorale de l’UFE le 8 avril 2016 au Club Marmara « Les Jardins d’Agadir Club »

La coquille a été corrigée dans le titre ! Toutes mes excuses…affiche concert A3Presse-papiers-1

Souss/Changements climatiques : Le secteur privé continue à s’adapter

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 22/03/2016

changement-climatique-fondation

La GIZ, la CCIS SM, le CRI et l’Adizia signent une convention de partenariat
Session de formation au profit d’experts et consultants locaux

A l’instar de leurs homologues dans le monde, les PME/TPE marocaines peuvent être affectées par le changement climatique. Néanmoins, si le risque est réel, le manque de connaissances quant aux possibilités d’adaptation fait que les entreprises n’agissent que rarement de manière préventive. Ce qui, par conséquent, les expose à des risques majeurs liés à des phénomènes météorologiques extrêmes et soudains, ou à des conditions climatiques modifiées. Pour parer à cette situation, la coopération allemande pour le développement (GIZ) a mis en place un projet mondial intitulé «ASPCC-Adaptation du secteur privé au changement climatique» dont l’objectif est d’élaborer et tester des instruments dédiés au renforcement des capacités du secteur privé, en particulier PME/TPE. C’est ainsi que dans le cadre de la réalisation de ce projet, la GIZ, la Chambre de commerce, d’industrie et de services Souss Massa (CCIS SM), le Centre régional de tourisme (CRI) et l’Association des investisseurs de la zone industrielle d’Aït Melloul (Adizia), ont signé cette semaine à Agadir une convention de partenariat.
Un accord quadripartite qui vise la mise en place d’une session de formation au bénéfice de conseillers et experts de la région Souss Massa afin de les initier à la gestion des risques et opportunités climatiques pour les petites et moyennes entreprises. «Climate expert est un outil innovant développé par la GIZ en vue d’accompagner les PME de la région dans leurs efforts de gestion des risques et opportunités climatiques», explique Angelika Frei-Oldenburg, chef du projet ASPCC.
Il est en effet impératif aujourd’hui de s’adapter à cette nouvelle réalité, notamment à travers la sensibilisation et l’implication du secteur privé. «Les micros, petites et moyennes entreprises (MPME) doivent s’adapter à la gestion des risques climatiques en développant des outils pouvant assurer leur compétitivité et durabilité», a déclaré Karim Ashengli, président de la CCISA SM, qui considère par ailleurs la possibilité d’intégrer la formation dans son offre et/ou programmes de formation au profit des acteurs publics et privés. Pour rappel, le Souss Massa est la région choisie en 2015 au niveau national, pour implémenter le programme global «Adaptation du secteur privé au changement climatique» (ASPCC). C’est ainsi qu’en avril dernier, une convention tripartite a été signée entre la GIZ, l’Adizia et le CRI pour la mise en œuvre de ce projet (Cf. notre édition du 13/4/2015).
Une action qui a déjà donné ses fruits puisque, désormais, les bénéficiaires de cette première formation sont plus conscients des risques liés au changement climatique et véhiculent l’information autour d’eux, nous indique cet industriel.

Engagements

Chacun des signataires de la convention de partenariat s’est engagé pour la réussite de ce projet. Les partenaires se proposent notamment pour  la diffusion de l’appel à manifestations d’intérêt le plus largement possible à l’échelle de la région, d’assurer le suivi de la réalisation des plans d’action développés par les experts formés. Et aussi, d’assurer la diffusion et la communication des résultats de la formation auprès des entreprises de la ZI… entre autres. Pour sa part, la GIZ s’engage à mettre à disposition de la formation, l’assistance technique et l’expertise internationale nécessaires pour sa mise en œuvre. Tout en prenant part à la sélection des experts qui vont bénéficier de la formation.

 

24 Avril 2016 : le Marathon Vert International d’Agadir

libe.ma – 23/03/2016

11040836_1026314397407251_6797289864788242095_oMarathon

La ville d’Agadir accueillera, le 24 avril prochain, la 4ème édition du Marathon Vert international, qui connaîtra la programmation de trois épreuves, à savoir le marathon (42 km), le semi-marathon (21 km) et une course de 7 km.
Dans un communiqué, les organisateurs annoncent qu’un point de presse sera donné le 6 avril à Agadir pour jeter davantage de lumière sur cette compétition, dont toutes les épreuves vont se dérouler sur de nouveaux parcours tout à fait plats et qui relieront les principales artères de la ville.
Cette manifestation sportive, les organisateurs tablant sur 10.000 participants cette année, devra réunir, notamment, des athlètes marocains, kényans, éthiopiens et européens, en plus d’amateurs de ce sport.
La capitale du Souss sera l’hôte de la dernière épreuve du genre avant les Jeux olympiques l’été prochain, soulignent les organisateurs, assurant que les préparatifs vont bon train, grâce au concours des différents partenaires.
En marge de cette compétition, le jour du marathon sera déclaré une journée sans voitures. En plus, le comité organisateur a programmé une importante opération de boisement, le 23 avril.

Agadir abrite le Championnat du monde d’Enduro

libe.ma – 23/03/2016

9163435-14597107

La ville d’Agadir s’apprête à abriter, du 8 au 10 avril prochain, la première étape du championnat du monde d’Enduro, discipline de la moto tout-terrain, qui peut se pratiquer en tant que loisir, randonnée ou en compétition.
La capitale du Souss sera ainsi la première ville arabe et africaine qui abrite une étape de ce championnat du monde composé de huit étapes, annonce le Club régional motocycliste d’Agadir, initiateur de cette manifestation en partenariat avec la Fédération suisse de motocyclisme, la Fédération Royale marocaine de cyclisme et le Norton Sport Club de Genève.
La tenue de cette première étape à Agadir est le fruit d’un travail de longue haleine du Club régional motocycliste d’Agadir qui a milité pendant cinq ans à cette fin, indique-t-on de même source.
Les motocyclistes entrant en lice doivent se plier à un certain nombre de règles utiles au bon déroulement de la compétition. Le tracé, long de 57 km sans les spéciales, se fera en 3 tours, ce qui implique un temps approximatif de 7h30 minutes. Il est généralement constitué de spéciales chronométrées imposées de banderoles et avec départ individuel en plus de liaisons non chronométrées marquées par des balises indiquant la direction à prendre aux intersections, précise le Club régional motocycliste d’Agadir dans un communiqué.
Le parcours est jonché de points de contrôle horaire ainsi que de contrôles de passage. Cette course d’endurance dure plusieurs heures. Le gagnant est celui qui cumule finalement le moins de temps en spéciale et le moins de pénalités en liaison (une boucle fait en moyenne 50 km). Toutes les spéciales et tous les parcs sont accessibles gratuitement au public, ajoute-t-on.
Après Agadir, les 7 étapes restantes se dérouleront à Gouveia (Portugal), Grevena (Grèce), Heinola (Finlande), Enkooping (Suède), Gordexola (Espagne), Fabriano (Italie) et Cahors (France).

Secousses telluriques à Al Hoceima: L’Istiqlal veut convoquer la commission de l’Intérieur

par Mohamed Badrane – aujourdhui.ma – 22/03/2016

Secousses telluriques à Al Hoceima: L’Istiqlal veut convoquer la commission de l’Intérieur

Le groupe parlementaire du parti de l’Istiqlal veut convoquer le ministre de l’intérieur au Parlement.

En effet, les députés istiqlaliens viennent d’appeler à une réunion urgente de la commission parlementaire permanente de l’Intérieur, des collectivités locales et de la politique de la ville avec la participation du ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad. L’Istiqlal veut ainsi trouver une solution urgente aux répercussions des secousses telluriques à Al Hoceima.

Dans une lettre adressée par le président du groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme à la première Chambre parlementaire, Nourredine Moudiane, celui-ci veut consacrer la réunion avec Hassad à l’examen de la situation des habitants des villes de Dirouch et Al Hoceima qui souffrent de conditions de vie difficiles et une instabilité sur le plan social et économique en raison des secousses successives enregistrées dans la région ces dernières semaines. Si aucune victime n’est à déplorer, les habitants de la région ont toujours en mémoire les souvenirs douloureux du tremblement de terre de 2004.

La situation est devenue plus tendue la semaine passée après une secousse à Al Hoceima ayant atteint 5,1 sur l’échelle de Richter. Pris de panique après cette secousse, les habitants de plusieurs communes ont été contraints de fuir leurs domiciles et de passer la nuit dans la rue. Des sources locales ont également rapporté des cas d’évanouissements parmi des écoliers dans plusieurs établissements scolaires dans les régions touchées par une activité sismique particulièrement intense depuis plusieurs semaines. Alors que les géologues et les centres compétents au niveau national tentent de rassurer les populations, un mouvement de panique semble s’emparer de celles-ci.

Dans une mesure destinée à atténuer l’impact de ces secousses sur les habitants, le conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a décidé de mettre à la disposition des habitants des régions touchées, un groupe de psychologues en coordination avec le ministère de la santé. Ces spécialistes devront accompagner les habitants concernés, notamment les plus vulnérables. Toujours sur le plan médical, les élus de la région annoncent qu’un effort sera consenti afin de renforcer les capacités logistiques et techniques du service de la cardio-logie au niveau de l’hôpital régional.

Le conseil a annoncé, en outre, le lancement d’une étude de terrain dans la région destinée à identifier les maisons menaçant ruine. Une autre étude devra être menée pour la réalisation d’un centre régional d’études sismiques avec la participation d’autres partenaires.

Enfin, le conseil annonce la tenue d’une session extraordinaire dans l’annexe d’Al Hoceima le 28 avril prochain. A noter enfin que le Royaume se trouve dans une zone géographique à activité sismique modérée. Autrement, le risque de tremblement de terre dévastateur reste plutôt limité. Cela dit, le pays a déjà connu des tremblements ayant entraîné des dégâts importants comme celui qui avait touché la ville d’Agadir dans les années 60 du siècle dernier.

Marathon Vert international : Agadir sera l’hôte de la 4e version

MAP- lematin.ma – 22/03/2016

Agadir-Marathon-Vert-2016.jpg L’environnement. Le Marathon Vert d’Agadir connaîtra la participation d’athlètes de renommée internationale, issus d’une vingtaine de pays, aux côtés de milliers d’autres passionnés. Ph : agadirmarathon.com

Le coup d’envoi sera décrété «journée sans voitures» en vue de sensibiliser les usagers à l’importance de réduire les émissions de gaz à effet de serre

La ville d’Agadir accueillera, le 24 avril prochain, la 4e édition du Marathon Vert international, qui connaîtra la programmation de trois épreuves, à savoir le marathon (42 km), le semi-marathon (21 km) et une course de 7 km.

 Dans un communiqué, les organisateurs annoncent qu’un point de presse sera donné le 6 avril à Agadir pour jeter davantage de lumière sur cette compétition, dont toutes les épreuves vont se dérouler sur de nouveaux parcours tout à fait plats et qui relieront les principales artères de la ville.

Cette manifestation sportive, dont les organisateurs tablent sur 10.000 participants cette année, devra réunir, notamment, des athlètes marocains, kenyans, éthiopiens et européens, en plus d’amateurs de ce sport.

La capitale du Souss sera l’hôte de la dernière épreuve du genre avant les Jeux Olympiques l’été prochain, soulignent les organisateurs, assurant que les préparatifs vont bon train, grâce au concours des différents partenaires.

En marge de cette compétition, le jour du marathon sera déclaré une journée sans voitures. En plus, le comité organisateur a programmé une grosse opération de boisement, le 23 avril.

Trafic aérien : Un trend haussier en février

Mounir Bassy – aujourdhui.ma – 21/03/2016

Un bon décollage pour les chiffres du trafic aérien des aéroports du Maroc. C’est ce qu’a annoncé l’Office national des aéroports dans son rapport de février 2016.

ONDA-aeroport-Mohammed-V

En effet, les aéroports du Royaume ont enregistré, le mois écoulé, un volume de trafic commercial de 1.260.338 passagers, soit une progression de +5,64% par rapport à la même période de l’année 2015. L’aéroport Mohammed V vient en première place avec 576.079 passagers, soit +8,08%, suivi de l’aéroport Rabat-Salé avec 67.833 passagers (+35%). L’aéroport Tanger Ibn Battouta clôture le podium à la troisième place avec 53.603 passagers (+20%).

A l’inverse, d’autres aéroports de grandes villes comme Marrakech et Agadir ont connu une courbe descendante, entre 2015 et 2016, pour le nombre de passagers. Pour le trafic domestique national, le chiffre avancé par l’Office est de 135.327 passagers accueillis durant le mois dernier de février, soit une progression de +14,12% par rapport au même mois de l’année précédente. Le trafic aérien commercial international a, quant à lui, enregistré une courbe ascendante, 1.125.011 passagers lors du mois de février 2016, soit +4,70% par rapport à l’année écoulée. L’Office explique cette augmentation par une stimulation des marchés sud-américain, africain, maghrébin et nord-américain avec une bonne performance à deux chiffres, soit une hausse respective de l’ordre de +43,90, +19,49, +15,80 et +11,54%.

Celui du Moyen et Extrême Orient a enregistré un résultat satisfaisant, soit une évolution de l’ordre de +4,45%. Pour le flux de circulation des avions, l’ONDA a déclaré que le mouvement des avions a enregistré 11.336 circulations, soit une augmentation de +2,80% par rapport à 2015. La grande part revient toujours à l’aéroport de la capitale économique (Mohammed V), suivi de celui de la ville ocre (Marrakech Menara) et celui de la capitale du Souss (Agadir Al Massira) en dernière position avec respectivement 49,74, 19,48 et 7,34%.

L’Office ne manque pas d’afficher sa satisfaction du fait que la ligne Marrakech-Londres ait rejoint le top cinq des routes aériennes internationales, et que ses radars aient signalé une augmentation de mouvements d’avions détectés, soit 35.435 passages contre 32.695 l’année précédente. Enfin, pour le fret aérien, la progression est toujours au rendez-vous par rapport à l’année 2015, soit un transport de 4.900,92 tonnes contre 4.533,68 tonnes.

L’ONDA fait vraiment de l’autosatisfaction !
Le but de la société de gestion des aéroports est-il de remplir les caisses ou de participer à l’effort général de promotion du Maroc dans le domaine du Tourisme ?
Seuls les chiffres avantageux sont cités pour Casablanca, Rabat et Tanger, mais pas de chiffres pour Agadir et Marrakech, moins favorables !

L’arganiculture, pilier du plan ambitieux « Maroc Vert »

Hassan HERMAS – MAP – lemag.ma – 21/03/2016

Agadir – Près de huit ans après son lancement, en avril 2008, le Plan Maroc Vert (PMV) est, à bien des égards, sur la bonne voie, comme en témoigne la bonne opérationnalisation de cette stratégie prometteuse, conçue comme une feuille de route au service de l’essor de l’agriculture marocaine, elle-même pilier de taille de l’économie nationale.

9157154-14584961

Une multitude de produits agricoles disposent, désormais, d’une indication géographique les protégeant contre toute imitation. Des coopératives agricoles se sont développées, unifiant leurs efforts afin de donner à leurs productions un label spécifique et connu mondialement. La recherche scientifique agricole et animalière a connu une évolution sensible durant ces dernières années.

Dans la foulée, l’arganier, arbre endémique du Sud Atlantique marocain, fait partie de ses genèses de produits multiples dont la popularité a dépassé toutes les attentes, même avant le lancement du PMV.

De Safi à la frange saharienne, l’arganier a constamment surpris par sa résilience et sa capacité à défier les changements climatiques, au grand avantage des populations locales tant sur le plan nutritionnel que diététique, voire même cosmétique.

Cet intérêt pour l’arganier, qui grandit de jour en jour, revient à la moitié des années 90 du siècle dernier, période où on a orienté le travail de restructuration des associations féminines spécialisées dans la production et la commercialisation de l’huile d’argan. Cette dynamique s’est poursuivie au fil des ans, tant et si bien que ce tissu associatif compte, aujourd’hui, plus de 150 sociétés, 300 coopératives dont une partie est structurée en 8 groupements d’intérêt économiques, selon des données de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes de l’Arganier (ANDOZA).

Dans cette perspective positive, la création de la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’arganier (FIMARGANE), en 2011, a constitué un pas supplémentaire sur la voie de la structuration professionnelle du secteur, puisqu’elle renferme dans ses rangs tous les intervenants dans ce domaine. Aussi, ce nouvel organisme est-il devenu un partenaire de marque pour le développement durable et en parfaite harmonie avec le PMV.

Un accord de 2,8 milliards de dirhams a été signé entre cet organisme et le gouvernement en 2011, en vertu duquel l’Etat s’engage à qualifier le domaine de l’arganier sur une période de 10 ans. Le directeur général de l’ANDOZA, Brahim Hafidi, a expliqué, à l’ouverture du troisième congrès international sur l’arganier organisé à Agadir du 17 au 19 décembre dernier, que l’un des objectifs ambitieux du contrat-programme est la qualification de 200.000 hectares de l’arganier, outre l’amélioration de la production de l’huile d’argan pour atteindre les 10.000 tonnes en 2020 au lieu de 4.000 tonnes produites actuellement.

Latifa Yaakoubi, directrice de projet à l’ANDOZA, a précisé que cet accord est mis en œuvre en partenariat avec le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, l’Institut national de la recherche agronomique, les délégations régionales de l’agriculture, la FIMARGANE et la Fédération nationale des ayant-droits exploitants de l’arganier.

Elle a relevé, dans une déclaration à la MAP, que ce programme, entamé en 2013, vise à travers une approche participative et inclusive à qualifier une superficie de 12000 hectares, l’objectif étant de booster l’investissement dans l’arganier, qui fait partie du pilier II du Plan Maroc Vert destiné à l’agriculture solidaire.

En effet, l’investissement dans l’agraniculture connaît un intérêt de plus en plus croissant, notamment dans des exploitations modernes sur une superficie de près de 3000 ha.

Ainsi en est-il du lancement, le 17 décembre dernier dans la commune rurale de Rasmouka (province de Tiznit), par le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, de la première initiative en son genre avec un budget d’environ 72 millions de dirhams entre 2015 et 2019.

Cette approche dynamique ne peut que donner un nouvel essor à l’arganiculture où le souci économique s’accommode parfaitement de la sauvegarde de l’environnement, surtout que l’Arganeraie a été déclarée par l’UNESCO, en décembre 1998, première Réserve de biosphère du Maroc.

FTI, le 4ème TO allemand, ouvre son premier village de vacances au Maroc: Dietmar Gunz, PDG : « Une destination qui garantit stabilité et sécurité »

par Mohamed Rial – lopinion.ma – 21/03/2016

2015_0000160205

Classé quatrième TO allemand, FTI vient d’ouvrir son premier Village de Vacances au Maroc. Il s’agit de Labranda Les Dunes d’Or à Agadir. L’établissement est vendu en All Inclusive de qualité, précise S. Benhamane, directeur régional d’Atlas Hospitality ; après une rénovation de l’ex-village Framissima. FTI Group c’est quatre marques : Autriche, Suisse, France et Hollande. Le TO revient en force après avoir quitté la destination Agadir, des années de cela. Objectif pour 2016 : atteindre 20.000 clients dont 70 à 80% par une clientèle allemande.
Lors d’une conférence de presse à l’occasion de l’ouverture de l’établissement Labranda, Dietmar Guntz, PDG de FTI Group, accompagné par ses proches collaborateurs, a déclaré que le choix d’investir au Maroc a été déterminé par le fait que «  le Maroc est une destination qui garantit stabilité et sécurité.» FTI a rapidement compris

l’enjeu d’investir au Maroc, depuis l’automne dernier, et fut encouragé par un partenariat conclu avec Atlas Hospitality Hotels et par un appui consolidant de l’ONMT en Allemagne.
C’est ainsi que le TO a commencé, à partir du 19 mars, de desservir la destination Agadir via deux vols charter directs par Airline SunExpress au départ de Munich et Leipzig. A partir du 3 mai prochain, viendront s’ajouter des vols directs depuis Francfort, Düsseldorf et Hanovre. Déjà, FTI annonce une hausse de réservations pour le Maroc. Pour l’été 2016, le tour opérateur munichois enregistre deux fois plus de réservations que l’année précédente. FTI, c’est six millions de clients par an, à travers les destinations touristiques programmées.
Le groupe FTI mobilise sa propre filiale Meeting Point International, qui est un réceptif créé, il y a deux années, par ce TO, pour la vente et marketing et à travers sa filière Maroc, pour le suivi clientèle et vente des 10 excursions proposées au Maroc, dont le départ sera d’Agadir. Une seconde convention avec l’ONMT permet au TO de mettre en service 4 vols charters à partir de cette année (2016) et ensuite 6 en faveur de la destination Agadir et Marrakech. Dans le cadre de cette convention, le Tour Opérateur allemand s’engage à fournir au Maroc 40.000 clients en 2016, 80.000 en 2017 et 100.000 en 2018.
Pour présenter le nouveau produit hôtelier du TO à Agadir, un voyage de 400 agents de voyages et d’une vingtaine de journalistes allemands a été organisé du 15 au 19 à Marrakech et Agadir. L’objectif est de faire découvrir ces deux destinations phares du tourisme national. Marrakech pour le tourisme culturel et Agadir pour le tourisme balnéaire. Les invités de marque du TO ont assisté à l’inauguration du Labranda les Dunes d’Or et ont été les premiers à y loger après sa rénovation totale. Ils ont été également les premiers passagers des nouveaux vols charters directs FTI et SunExpress desservant Agadir en trois heures de vol. Les invités étaient accompagnés par Karim Harrouchi, Délégué ONMT en Allemagne, et de son assistant Abdellah Louzgani. Ils avaient travaillé efficacement, durant deux ans, pour faire réussir l’arrivée du TO à Agadir.
Bravo messieurs et bienvenue à FTI, avec l’espoir qu’il fasse du beau travail et qu’il donne envie à d’autres TO allemands de venir s’installer au Maroc et principalement à Agadir, afin que la destination balnéaire retrouve ses années de gloire vécues grâce au marché allemand.

Ouverture de l’Epicerie du Marché

Fabrice et Sandrine ont déménagé d’Illigh pour venir installer leur épicerie fine à côté du marché municipal :IMG_6593L’ouverture était aujourd’hui :IMG_6594et tout était en place sur les présentoirs et les banques réfrigérées :
Les produits bio :IMG_6595 Les fromages ( ! ! ! . . . )IMG_6598 La charcuterie ( ! ! ! . . . )IMG_6599 IMG_6600

Les bons produits de Jean-Louis :IMG_6601

La cuisine est déjà opérationnelle pour préparer les assiettes à déguster sur place :IMG_6596Et les affaires ont l’air de marcher dès le premier jour :IMG_6597

Nous y avons déjà fait nos emplettes en charcuterie et fromages !

Vernissage de l’exposition d’un collectif de femmes « C mon histoire »

lemag.ma – 18/03/2016

Le vernissage de la troisième exposition d’un collectif de femmes « C mon histoire » a eu lieu, jeudi à Marrakech, à la galerie Noir sur Blanc.

9142813-14559093

Organisée dans le cadre de la 6ème biennale de Marrakech par l’association Kane Ya Makane du 17 au 27 mars 2016, cette exposition intervient dans le cadre du projet « Talents de femmes » de Kane Ya Makane, qui offre un accompagnement à ces 14 femmes, regroupées au sein de la coopérative « Talayte », à travers des formations artistiques et des expositions de leurs tableaux, l’objectif poursuivi étant de contribuer à leur autonomisation sociale et financière.

Cette nouvelle exposition permettra de découvrir des oeuvres que les femmes ont effectuées à partir de contes qu’elles ont recueillis au sein de leur patrimoine culturel mais aussi créés à partir de thèmes tels que « la femme qui lit », « la femme qui peint » grâce à la médiation de Marcel Saragoza, professionnel du conte.

Dans une déclaration à la MAP, la Présidente de l’Association Kane Ya Makane, Mounia Benchekroun, a souligné que c’est la 3ème exposition, après celles de Casablanca en 2013 et 2011, de ces femmes, issues d’Alma, un douar montagneux situé dans la commune d’Aourir (région d’Agadir) et qui ont bénéficié d’un encadrement depuis 7 ans.

« Cette année les femmes ont travaillé à partir des contes qu’elles ont créés sous forme de triptyque ou de quadriptyque et qui entraient le plus en résonance avec leurs propres histoires, guidées par Corinne Troisi, artiste plasticienne, durant l’atelier organisé à cet effet », a relevé la présidente.

Un total de 80 tableaux sont mis en vente dont 16 triptyques et chaque tableau raconte l’histoire d’un conte, d’où le nom de l’exposition « C mon histoire », a fait savoir Mme Benchekroun.

Et de préciser que toute la recette est versée à l Association Kane Ya Makane, où 70 pc sont versés à la coopérative « Talayte » (grappes de raisins) et 30 % permettent de financer toutes les activités du projet, notamment les frais des brochures et de communication et la galerie, ainsi que de former les femmes à de nouvelles techniques et d’organiser une exposition tous les deux ou trois ans.

« Dans le monde et au Maroc en particulier, la nécessité d’expérimenter de nouvelles formes de rapports entre art, culture et société s’impose et c’est ce que nous souhaitons montrer à travers cette exposition », ont indiqué les responsables de la galerie Noir sur Blanc.

L’Association Kane Ya Makane a été créée en août 2009 pour concrétiser la conviction de ses fondatrices que l’art et la culture peuvent contribuer de manière significative au développement humain, éducatif, social et économique des populations défavorisées.

Dans ce cadre, l’association œuvre en faveur des enfants, des jeunes et des femmes vivant au Maroc dans des conditions de précarité.

Outre le projet « Talents de femmes », l’association déploie le projet « Tanouir » au profit de 3.000 élèves des écoles primaires publiques situées dans les régions d’Agadir, d’El Jadida et de Marrakech. 

L’objectif de ce projet est de lutter contre l’abandon scolaire dans les écoles publiques à travers la mise en place d’activités artistiques destinées à développer l’épanouissement, l’éveil et la créativité des enfants les plus vulnérables, tout en leur diffusant des valeurs universelles.

 

Les Rencontres Gastronomiques d’Agadir se terminent en apothéose !

Hier soir, avec le dîner de Gala servi au Royal Atlas, les rencontres Gastronomiques d’Agadir 2016 se sont terminées en apothéose !

Marie-France Benssoussane, Secrétaire Générale du Centre Régional du Tourisme d’Agadir, co-organisateur de ces Rencontres Gastronomiques d’Agadir, a confirmé qu’elles s’inscrivent dans les objectifs et les priorités du plan touristique nationalIMG_6513

Jean Colin, le créateur et co-organisateur de ces rencontres a fait un bilan de cette seconde édition et a annoncé que, grâce à l’amitié, le partage et les échanges qui se sont créés lors de ces deux éditions des Rencontres Gastronomiques, un « Match retour » aurait lieu à Lyon, capitale de la gastronomie française.IMG_6516

470 convives étaient dans la salle pour partager ce menu signé et préparé par Jacques Marcon*** et les 30 chefs français et marocainsIMG_6521 IMG_6522 IMG_6524 IMG_6525

 

Le Menu :Menu

Chacun des chefs présentait sa préparation et s’arrêtait volontiers auprès des tables pour en parler

Vincent Coiquaud

Vincent Coiquaud

Issam Rhachi

Issam Rhachi

Au cours d’un petit intermède, nous nous sommes prêtés, André Marcon et moi, à un très étonnant numéro d’illusionniste sur la scène.IMG_6528 IMG_6534

Madame le wali, qui avait souhaité, avant le repas, visiter les cuisines où officiaient les chefs, a pris la parole pour féliciter toutes les personnes qui avaient pris part à cet événement et a mis l’accent sur ce que peuvent apporter à la région ces Rencontres Gastronomiques dans le domaine du tourisme, du progrès social et de la valorisation des produits du terroir, dans un discours qui ne pouvait qu’émouvoir les « Enfants d’Agadir »IMG_6537 et elle a indiqué que, l’année prochaine, la wilaya sera impliquée pour les prochaines Rencontres gastronomiques et apportera son aide à leur organisation.IMG_6538Et c’est André Marcon, Président de CCI France qui a conclu en indiquant les retombées de ce bel événement.IMG_6542Il a ensuite passé la parole à Jean Colin qui a eu l’immense mérite de porter sur ses épaules l’organisation de ce deux éditions et qui a appelé tour à tour chacun des chefs IMG_6544

Jacques Marcon***

Jacques Marcon***, parrain de cette édition des rencontres Gastronomiques

Kamal Rahal Essoulami, Président de la Fédération Marocaine des Arts Culinaires

Kamal Rahal Essoulami, Président de la Fédération Marocaine des Arts Culinaires, parrain de cette édition des Rencontres Gastronomiques

Joël Cesari* et Laurent Trochain*

Joël Cesari* et Laurent Trochain*

Laurent Trochain*, avec Johan Leclerre

Laurent Trochain*, avec Johan Leclerre

Nicolas Grandclaude et Henri Gouny

Nicolas Grandclaude et Henri Gouny

Rodolphe Regnauld et Jonathan Datin

Rodolphe Regnauld et Jonathan Datin

Baptiste Denieul et Vincent Coiquaud

Baptiste Denieul et Vincent Coiquaud

Franck Geuffroy et Richard hawke

Franck Geuffroy et Richard Hawke

Jonathan Chauve, Ludovic Puissochet et Pierre Fournier

Jonathan Chauve, Ludovic Puissochet et Pierre Fournier

Karim Ben Baba entre Johan Leclerre et Nicolas Grandclaude

Karim Ben Baba entre Johan Leclerre et Nicolas Grandclaude

Chef Moha, Issam Rhachi et Karim Ben Baba

Chef Moha, Issam Rhachi et Karim Ben Baba

Myriam Ettahri, FaycalZahraoui et Chef Moha

Myriam Ettahri, Faycal Zahraoui et Chef Moha

Oussama sadiq

Oussama Sadiq

Chef Moha et Jean-Louis Huc

Chef Moha et Jean-Louis Huc

Et le Final, dans la joie et la bonne humeur autour de Madame le WaliIMG_6575 IMG_6577 IMG_6579 IMG_6580 IMG_6582Rendez-vous l’année prochaine !

%d blogueurs aiment cette page :