Archives de mars 4th, 2016

Les Rencontres Gastronomiques d’Agadir 2016 : un événement exceptionnel au Maroc !

Après l’énorme succès remporté l’année dernière par les Rencontres Gastronomiques d’Agadir,  Jean Colin créateur et fondateur de l’événement s’est remis au travail cette année, pour le plus grand profit et la renommée de la Ville d’Agadir où il est résident.IMG_5575

Une conférence de presse avait lieu cet après-midi au Royal Atlas IMG_5593

M. Marc Peltot Consul Général de France, M. Mohamed Chafik Mahfoud Filali Président délégué du CRT et M. Jean Colin présentaient la « cuvée » 2016 de ces Rencontres

IMG_5600IMG_5588IMG_5579IMG_5596

Voici la présentation de l’événement qui va marquer notre ville cette année encore :DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE

DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE2 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE3 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE4 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE5 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE6 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE7 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE8 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE9 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE10 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE11 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE12 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE13 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE14 DOSSIER DE PRESSE GASTRONOMIE15

Au total, 30 chefs français et marocains vont participer à cet événement sans précédent au Maroc. Ils vous seront tous présentés sur ce blog, et pour commencer, je vous présenterai demain 10 chefs français qui se déplaceront à Agadir pour participer à ces Rencontres Gastronomiques.

Lâcher de 56 lanternes demain soir samedi sur la corniche à 20H00

Venez nombreux !

12736173_10204093440096749_285899219_n.jpg

La Nouveauté cette année, pour la Commémoration du 56ème anniversaire par Le Forum Izorane est le  » Lâcher des 56 lanternes volantes  » en hommage aux disparus de 1960.

12809840_1376682115681923_984665436_o

C’est la 1 ère fois au Maroc et nous espérons, avec le CRT en faire 1 manifestation internationale. Demain samedi sur la Corniche, près du « Jour et Nuit » — Piscine.

Soirée de la Femme Gadirie le 11 mars 2016

FDM.

.

Réservez votre soirée  avec Français Du Monde pour

« La soirée de la Femme Gadirie »

au restaurant « La Brasserie » 

(entre Club Med et Beach Club)restaurant_La_Brasserie_agadir2

Vendredi 11 Mars 2016 à 20h00

Pour des questions d’organisation personne ne pourra accéder à la soirée sans avoir réservé auparavant. 

Date limite d’inscription : mercredi  09 mars  
au 0655 18 86 88 ou 0661 09 21 78 ou 0661 38 95 99
ou à fdmagadir@gmail.com

 

Cocktail de bienvenue
entrée + plat + dessert
+ 1/3 bouteille vin + eau
Animation musicale

 

Tarif: 250.00 dhs pour les adhérentes et sympathisantes Fdm, 300.00 dhs pour les autres.

Les actions de Surfrider Foundation Maroc

12647304_1052963058158775_655988624059123167_nInitiative Océane à la source chaude « Ain skhouna »

La préservation de l’environnement est un devoir national et humain! A ce titre Surfrider Foundation Maroc a accepté avec grand plaisir l’invitation de l’association Etrane de la Culture des sports et développement social Anza Agadir. Le 14 février 2016, les deux associations avec la participation del’association Tagmat ainsi que nombreux bénévoles ont pris l’initiative de sensibiliser les visiteurs de la source chaude « Ain skhouna ». Avec sa source chaude toute l’année, ce site attirent les visiteurs Gadiris qui viennent pique-niquer et se baigner durant les weekends. Malgré la richesse de ce site naturel (eaux thermales et arganier en nombre), l’endroit s’est transformé en une réelle décharge de déchets, notamment plastique abandonnés par les visiteurs eux-mêmes.

FotorCreated3

Comment peut-on rendre un endroit tellement beau aussi pollué? 
FotorCreated2

Les participants ont nettoyé l’espace pour sensibiliser le public présent sur l’importance la protection de l’environnement et la problématique de pollution. Des sacs et des posters éducatifs Surfrider Foundation Maroc ont été distribués afin de mettre l’accent sur la durée de vie de déchets et les dangers pour notre santé !

FotorCreated

Des problèmes ont été rencontrés pour l’enlèvement des déchets, dus à l’absence de camion de collecte dans le village Tkadirt Nobla. Les sacs pleins ont été confiés à Mr Aaddai Lahcen, président de l’Association  » l’espoir pour le développement social Tkadirt Nobla ». Avec cette initiative sur « Ain Skhouna », l’ensemble des associations participantes lancent appel aux responsables de la commune de Drarga afin de donner plus de valeur à ce site et d’importance à la propreté.
La préservation et la protection de  l’environnement doivent être encouragées dans notre pays, surtout dans le contexte de la COP 22 qui aura lieu à Marrakech cette année. Surfrider Foundation Maroc remercie tous les associations participées, les bénévoles, ainsi que le journaliste Mr Chbani Mustapha et la presse locale pour la couverture médiatique de cette événement !

Consolidation de l’éducation environnementale auprès de la nouvelle génération

Le 10 février 2016, l’association Surfrider Foundation Maroc a de nouveau choisi encore le collège Nablous de Taghazout pour une journée dédiée à l’environnement. La co-organisation s’est faite cette fois avec World Travelers Association, dont l’objectif est de voyager en groupe pour servir une ou plusieurs causes, aider les gens dans les villages, faire du sport avec les enfants ou mener des campagnes de nettoyage.

FotorCreatedé2

Cette journée s’intègre dans le programme Eco-Ecole !
Les principaux objectifs sont les suivants :
– permettre aux enseignants d’intégrer l’éducation à l’environnement dans leurs cours en établissant des liens avec les matières qu’ils enseignent ;

– sensibiliser les élèves aux enjeux environnementaux, en commençant par les thèmes prioritaires, tels qu’ils se posent dans leur environnement de proximité ;

خيبيpermettre aux élèves de prendre conscience de l’impact de leurs comportements sur l’environnement et favoriser ainsi l’éducation à la citoyenneté ;

– promouvoir les pratiques de gestion écologique grâce à l’implication des élus locaux.

FotorCreated1

L’évènement a débuté par la sensibilisation, autour du thème de l’environnement littoral, au profit d’une classe d’élèves du collège. En parallèle, l’équipe de Surfrider Foundation Maroc et le groupe de World Travelers Association ont fait connaissance entre eux et avec d’autres élèves, en prenant part à des matchs sportifs (foot et basket). Malgré la barrière des langues, tout le monde était ravis de ce moment de partage !

FotorCreated3

Par la suite, un mur a été choisi et la réalisation de la fresque a débuté sur les conseils des jeunes artistesSoufiane Ammane et Adil. Tout le monde a pu participer à la peinture de la fresque, muni de pinceaux et de multiples couleurs… Après plusieurs heures de travail, ayant attiré la curiosité des élèves, la fresque a pris la forme d’un magnifique paysage littoral : le célèbre spot du surf Anchor Point au soleil couchant. Chaque participant y a inscrit sa signature sous le regard de l’administration et du Directeur du collège, très fiers de l’œuvre réalisée.

سيسيسيسيس

Finalement cette journée a permis un fort échange culturel, des discussions passionnantes et des échanges de points de vue.  Elle s’est achevé par une séance de méditation collective menée par Marina, professeur de Yoga de World Travelers Association.

FotorCreatedيسيصيص

Surfrider Foundation Maroc se félicite de ce partenariat qui aura permis l’échange culturel, la collaboration pour l’action sociale et la consolidation de l’éducation environnementale, primordiale dans toutes les manifestations de Surfrider Foundation Maroc. Merci à World Travelers Association, le directeur du collège : Mr Hassan Aguiz, les professeurs, les élèves du collège Nablous, les artistes.

Trafic d’animaux sauvages à Agadir : Les autorités procèdent à plusieurs saisies

par Ristel Tchounand – yabiladi.com – 03/03/2016

Du nouveau concernant le trafic d’animaux sauvages à Agadir dénoncé par un citoyen lundi dernier. Les Eaux et Forêts, ainsi que les autorités judiciaire et policière ont fait une descente sur le terrain et ont procédé à la saisie de plusieurs peaux d’animaux. Une enquête serait en cours.

Les Eaux et Forêts ont procédé, mercredi matin, à la saisie de 18 peaux de renard roux, 2 peaux de chacal commun et 3 peaux de genette au marché central d'Agadir

Les Eaux et Forêts ont procédé, mercredi matin, à la saisie de 18 peaux de renard roux, 2 peaux de chacal commun et 3 peaux de genette au marché central d’Agadir

La Direction Provinciale des Eaux et Forêts et de la Lutte Contre la Désertification d’Agadir a effectué mercredi matin au marché central d’Agadir, en coordination avec le parquet du tribunal de première instance d’Agadir, et en présence des éléments de la Préfecture de la police d’Agadir, une opération de saisie de spécimens d’espèces sauvages protégée, indique une note parvenue à notre rédaction et expédiée par Zouhir Amhaouch, le chef division des Parcs et réserves naturelles au Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts.

Pour mémoire, un habitant d’Agadir –Reda Taoujni- avait dénoncé lundi dernier sur Facebook la vente illégale de peaux d’animaux sauvages au centre-ville, ainsi qu’au souk. En se faisant passer pour un acheteur, il rapportait que le braconnier était prêt à lui fournir, entre autres, jusqu’à « une centaine de peaux de renard en deux semaines, le temps qu’il avise certains villageois ». S’outrant de la liberté dont jouissaient ces trafiquants, ce gérant de société entendait mobiliser les associations de défense des animaux afin tirer la sonnette d’alarme.

Peaux de renard, chacal et genette saisies, enquête ouverte, …

Joint par nos soins, les Eaux et Forêts avaient promis de faire une descente sur le terrain et de prendre les mesures qui s’imposaient. Selon la note de l’institution, la saisie d’hier a concerné 18 peaux de renard roux, 2 peaux de chacal commun et 3 peaux de genette. « Ces peaux étaient exposées à la vente dans un magasin au marché central », précise le document, soulignant que « cette opération s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la loi 29.05 ».

Le trafiquant est sommé de verser « une amende de 400 000 dirhams », indique Zouhir Amhaouch dans un entretien téléphonique avec Yabiladi. En outre, une commission fait actuellement le tour du marché central et des souks, « afin de verbaliser les commerçants ». Une enquête a également été ouverte pour voir comment le vendeur s’est procuré ces peaux d’animaux et qui sont les différentes personnes impliquées dans ce commerce illégal.

Reda Taoujni, lui, se réjouit de la réaction des autorités. « C’est une très bonne nouvelle », dit-il. « Ils ont tout raflé au marché central. Au souk, il n’y a pas encore de saisie, juste la verbalisation », ajoute-t-il, espérant qu’ici également, des saisies soient réalisées.

Le problème des souks

Selon les Eaux et Forêts, la tâche n’est pas aisée. « Il y avait un vide juridique sur ces questions [liées au trafic des animaux sauvages] pendant dix à quinze ans. La loi 29-05 n’est passée que le 5 décembre dernier. C’est un bouleversement d’un système ancré depuis longtemps. Il faut accompagner le changement et ça ne peut se faire en trois mois », explique M. Amhaouch.

Pour ces raisons, d’après lui, l’Administration ne peut pas encore intervenir de la même manière partout. « C’est vrai que la nouvelle loi a été préparée par le Haut-Commissariat, mais une fois votée, elle devient la loi de tous les Marocains », fait-il remarquer, ajoutant que l’Administration est aujourd’hui dans une « démarche de progrès », afin d’éviter au maximum les confrontations avec la population. Le responsable fait allusion à un incident qui s’est récemment produit à Tanger où des forestiers avaient été encerclés et menacés par une trentaine de personnes, alors qu’ils venaient saisir des singes dans un souk.

D’après la nouvelle loi, la police peut désormais directement faire une descente sur le terrain et procéder à l’arrestation des trafiquants. Mais pour l’heure, les Eaux et Forêts travaillent à la mobilisation de tous les intervenants, indique le responsable, ajoutant que le problème du trafic « touche toutes les villes ». Par ailleurs, « qui dit commerce national dit aussi importation d’animaux, notamment d’Afrique », appuie M. Amhaouch, arguant que beaucoup d’animaux et parties d’animaux vendus dans les souks (perroquets et autres) ne sont pas originaires de la faune marocaine. « Si on fermait déjà les frontières, ce serait déjà un grand pas en avant », estime-t-il.

%d blogueurs aiment cette page :