Archives de mars 22nd, 2016

Secousses telluriques à Al Hoceima: L’Istiqlal veut convoquer la commission de l’Intérieur

par Mohamed Badrane – aujourdhui.ma – 22/03/2016

Secousses telluriques à Al Hoceima: L’Istiqlal veut convoquer la commission de l’Intérieur

Le groupe parlementaire du parti de l’Istiqlal veut convoquer le ministre de l’intérieur au Parlement.

En effet, les députés istiqlaliens viennent d’appeler à une réunion urgente de la commission parlementaire permanente de l’Intérieur, des collectivités locales et de la politique de la ville avec la participation du ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad. L’Istiqlal veut ainsi trouver une solution urgente aux répercussions des secousses telluriques à Al Hoceima.

Dans une lettre adressée par le président du groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme à la première Chambre parlementaire, Nourredine Moudiane, celui-ci veut consacrer la réunion avec Hassad à l’examen de la situation des habitants des villes de Dirouch et Al Hoceima qui souffrent de conditions de vie difficiles et une instabilité sur le plan social et économique en raison des secousses successives enregistrées dans la région ces dernières semaines. Si aucune victime n’est à déplorer, les habitants de la région ont toujours en mémoire les souvenirs douloureux du tremblement de terre de 2004.

La situation est devenue plus tendue la semaine passée après une secousse à Al Hoceima ayant atteint 5,1 sur l’échelle de Richter. Pris de panique après cette secousse, les habitants de plusieurs communes ont été contraints de fuir leurs domiciles et de passer la nuit dans la rue. Des sources locales ont également rapporté des cas d’évanouissements parmi des écoliers dans plusieurs établissements scolaires dans les régions touchées par une activité sismique particulièrement intense depuis plusieurs semaines. Alors que les géologues et les centres compétents au niveau national tentent de rassurer les populations, un mouvement de panique semble s’emparer de celles-ci.

Dans une mesure destinée à atténuer l’impact de ces secousses sur les habitants, le conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a décidé de mettre à la disposition des habitants des régions touchées, un groupe de psychologues en coordination avec le ministère de la santé. Ces spécialistes devront accompagner les habitants concernés, notamment les plus vulnérables. Toujours sur le plan médical, les élus de la région annoncent qu’un effort sera consenti afin de renforcer les capacités logistiques et techniques du service de la cardio-logie au niveau de l’hôpital régional.

Le conseil a annoncé, en outre, le lancement d’une étude de terrain dans la région destinée à identifier les maisons menaçant ruine. Une autre étude devra être menée pour la réalisation d’un centre régional d’études sismiques avec la participation d’autres partenaires.

Enfin, le conseil annonce la tenue d’une session extraordinaire dans l’annexe d’Al Hoceima le 28 avril prochain. A noter enfin que le Royaume se trouve dans une zone géographique à activité sismique modérée. Autrement, le risque de tremblement de terre dévastateur reste plutôt limité. Cela dit, le pays a déjà connu des tremblements ayant entraîné des dégâts importants comme celui qui avait touché la ville d’Agadir dans les années 60 du siècle dernier.

Marathon Vert international : Agadir sera l’hôte de la 4e version

MAP- lematin.ma – 22/03/2016

Agadir-Marathon-Vert-2016.jpg L’environnement. Le Marathon Vert d’Agadir connaîtra la participation d’athlètes de renommée internationale, issus d’une vingtaine de pays, aux côtés de milliers d’autres passionnés. Ph : agadirmarathon.com

Le coup d’envoi sera décrété «journée sans voitures» en vue de sensibiliser les usagers à l’importance de réduire les émissions de gaz à effet de serre

La ville d’Agadir accueillera, le 24 avril prochain, la 4e édition du Marathon Vert international, qui connaîtra la programmation de trois épreuves, à savoir le marathon (42 km), le semi-marathon (21 km) et une course de 7 km.

 Dans un communiqué, les organisateurs annoncent qu’un point de presse sera donné le 6 avril à Agadir pour jeter davantage de lumière sur cette compétition, dont toutes les épreuves vont se dérouler sur de nouveaux parcours tout à fait plats et qui relieront les principales artères de la ville.

Cette manifestation sportive, dont les organisateurs tablent sur 10.000 participants cette année, devra réunir, notamment, des athlètes marocains, kenyans, éthiopiens et européens, en plus d’amateurs de ce sport.

La capitale du Souss sera l’hôte de la dernière épreuve du genre avant les Jeux Olympiques l’été prochain, soulignent les organisateurs, assurant que les préparatifs vont bon train, grâce au concours des différents partenaires.

En marge de cette compétition, le jour du marathon sera déclaré une journée sans voitures. En plus, le comité organisateur a programmé une grosse opération de boisement, le 23 avril.

Trafic aérien : Un trend haussier en février

Mounir Bassy – aujourdhui.ma – 21/03/2016

Un bon décollage pour les chiffres du trafic aérien des aéroports du Maroc. C’est ce qu’a annoncé l’Office national des aéroports dans son rapport de février 2016.

ONDA-aeroport-Mohammed-V

En effet, les aéroports du Royaume ont enregistré, le mois écoulé, un volume de trafic commercial de 1.260.338 passagers, soit une progression de +5,64% par rapport à la même période de l’année 2015. L’aéroport Mohammed V vient en première place avec 576.079 passagers, soit +8,08%, suivi de l’aéroport Rabat-Salé avec 67.833 passagers (+35%). L’aéroport Tanger Ibn Battouta clôture le podium à la troisième place avec 53.603 passagers (+20%).

A l’inverse, d’autres aéroports de grandes villes comme Marrakech et Agadir ont connu une courbe descendante, entre 2015 et 2016, pour le nombre de passagers. Pour le trafic domestique national, le chiffre avancé par l’Office est de 135.327 passagers accueillis durant le mois dernier de février, soit une progression de +14,12% par rapport au même mois de l’année précédente. Le trafic aérien commercial international a, quant à lui, enregistré une courbe ascendante, 1.125.011 passagers lors du mois de février 2016, soit +4,70% par rapport à l’année écoulée. L’Office explique cette augmentation par une stimulation des marchés sud-américain, africain, maghrébin et nord-américain avec une bonne performance à deux chiffres, soit une hausse respective de l’ordre de +43,90, +19,49, +15,80 et +11,54%.

Celui du Moyen et Extrême Orient a enregistré un résultat satisfaisant, soit une évolution de l’ordre de +4,45%. Pour le flux de circulation des avions, l’ONDA a déclaré que le mouvement des avions a enregistré 11.336 circulations, soit une augmentation de +2,80% par rapport à 2015. La grande part revient toujours à l’aéroport de la capitale économique (Mohammed V), suivi de celui de la ville ocre (Marrakech Menara) et celui de la capitale du Souss (Agadir Al Massira) en dernière position avec respectivement 49,74, 19,48 et 7,34%.

L’Office ne manque pas d’afficher sa satisfaction du fait que la ligne Marrakech-Londres ait rejoint le top cinq des routes aériennes internationales, et que ses radars aient signalé une augmentation de mouvements d’avions détectés, soit 35.435 passages contre 32.695 l’année précédente. Enfin, pour le fret aérien, la progression est toujours au rendez-vous par rapport à l’année 2015, soit un transport de 4.900,92 tonnes contre 4.533,68 tonnes.

L’ONDA fait vraiment de l’autosatisfaction !
Le but de la société de gestion des aéroports est-il de remplir les caisses ou de participer à l’effort général de promotion du Maroc dans le domaine du Tourisme ?
Seuls les chiffres avantageux sont cités pour Casablanca, Rabat et Tanger, mais pas de chiffres pour Agadir et Marrakech, moins favorables !

L’arganiculture, pilier du plan ambitieux « Maroc Vert »

Hassan HERMAS – MAP – lemag.ma – 21/03/2016

Agadir – Près de huit ans après son lancement, en avril 2008, le Plan Maroc Vert (PMV) est, à bien des égards, sur la bonne voie, comme en témoigne la bonne opérationnalisation de cette stratégie prometteuse, conçue comme une feuille de route au service de l’essor de l’agriculture marocaine, elle-même pilier de taille de l’économie nationale.

9157154-14584961

Une multitude de produits agricoles disposent, désormais, d’une indication géographique les protégeant contre toute imitation. Des coopératives agricoles se sont développées, unifiant leurs efforts afin de donner à leurs productions un label spécifique et connu mondialement. La recherche scientifique agricole et animalière a connu une évolution sensible durant ces dernières années.

Dans la foulée, l’arganier, arbre endémique du Sud Atlantique marocain, fait partie de ses genèses de produits multiples dont la popularité a dépassé toutes les attentes, même avant le lancement du PMV.

De Safi à la frange saharienne, l’arganier a constamment surpris par sa résilience et sa capacité à défier les changements climatiques, au grand avantage des populations locales tant sur le plan nutritionnel que diététique, voire même cosmétique.

Cet intérêt pour l’arganier, qui grandit de jour en jour, revient à la moitié des années 90 du siècle dernier, période où on a orienté le travail de restructuration des associations féminines spécialisées dans la production et la commercialisation de l’huile d’argan. Cette dynamique s’est poursuivie au fil des ans, tant et si bien que ce tissu associatif compte, aujourd’hui, plus de 150 sociétés, 300 coopératives dont une partie est structurée en 8 groupements d’intérêt économiques, selon des données de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes de l’Arganier (ANDOZA).

Dans cette perspective positive, la création de la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’arganier (FIMARGANE), en 2011, a constitué un pas supplémentaire sur la voie de la structuration professionnelle du secteur, puisqu’elle renferme dans ses rangs tous les intervenants dans ce domaine. Aussi, ce nouvel organisme est-il devenu un partenaire de marque pour le développement durable et en parfaite harmonie avec le PMV.

Un accord de 2,8 milliards de dirhams a été signé entre cet organisme et le gouvernement en 2011, en vertu duquel l’Etat s’engage à qualifier le domaine de l’arganier sur une période de 10 ans. Le directeur général de l’ANDOZA, Brahim Hafidi, a expliqué, à l’ouverture du troisième congrès international sur l’arganier organisé à Agadir du 17 au 19 décembre dernier, que l’un des objectifs ambitieux du contrat-programme est la qualification de 200.000 hectares de l’arganier, outre l’amélioration de la production de l’huile d’argan pour atteindre les 10.000 tonnes en 2020 au lieu de 4.000 tonnes produites actuellement.

Latifa Yaakoubi, directrice de projet à l’ANDOZA, a précisé que cet accord est mis en œuvre en partenariat avec le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, l’Institut national de la recherche agronomique, les délégations régionales de l’agriculture, la FIMARGANE et la Fédération nationale des ayant-droits exploitants de l’arganier.

Elle a relevé, dans une déclaration à la MAP, que ce programme, entamé en 2013, vise à travers une approche participative et inclusive à qualifier une superficie de 12000 hectares, l’objectif étant de booster l’investissement dans l’arganier, qui fait partie du pilier II du Plan Maroc Vert destiné à l’agriculture solidaire.

En effet, l’investissement dans l’agraniculture connaît un intérêt de plus en plus croissant, notamment dans des exploitations modernes sur une superficie de près de 3000 ha.

Ainsi en est-il du lancement, le 17 décembre dernier dans la commune rurale de Rasmouka (province de Tiznit), par le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, de la première initiative en son genre avec un budget d’environ 72 millions de dirhams entre 2015 et 2019.

Cette approche dynamique ne peut que donner un nouvel essor à l’arganiculture où le souci économique s’accommode parfaitement de la sauvegarde de l’environnement, surtout que l’Arganeraie a été déclarée par l’UNESCO, en décembre 1998, première Réserve de biosphère du Maroc.

FTI, le 4ème TO allemand, ouvre son premier village de vacances au Maroc: Dietmar Gunz, PDG : « Une destination qui garantit stabilité et sécurité »

par Mohamed Rial – lopinion.ma – 21/03/2016

2015_0000160205

Classé quatrième TO allemand, FTI vient d’ouvrir son premier Village de Vacances au Maroc. Il s’agit de Labranda Les Dunes d’Or à Agadir. L’établissement est vendu en All Inclusive de qualité, précise S. Benhamane, directeur régional d’Atlas Hospitality ; après une rénovation de l’ex-village Framissima. FTI Group c’est quatre marques : Autriche, Suisse, France et Hollande. Le TO revient en force après avoir quitté la destination Agadir, des années de cela. Objectif pour 2016 : atteindre 20.000 clients dont 70 à 80% par une clientèle allemande.
Lors d’une conférence de presse à l’occasion de l’ouverture de l’établissement Labranda, Dietmar Guntz, PDG de FTI Group, accompagné par ses proches collaborateurs, a déclaré que le choix d’investir au Maroc a été déterminé par le fait que «  le Maroc est une destination qui garantit stabilité et sécurité.» FTI a rapidement compris

l’enjeu d’investir au Maroc, depuis l’automne dernier, et fut encouragé par un partenariat conclu avec Atlas Hospitality Hotels et par un appui consolidant de l’ONMT en Allemagne.
C’est ainsi que le TO a commencé, à partir du 19 mars, de desservir la destination Agadir via deux vols charter directs par Airline SunExpress au départ de Munich et Leipzig. A partir du 3 mai prochain, viendront s’ajouter des vols directs depuis Francfort, Düsseldorf et Hanovre. Déjà, FTI annonce une hausse de réservations pour le Maroc. Pour l’été 2016, le tour opérateur munichois enregistre deux fois plus de réservations que l’année précédente. FTI, c’est six millions de clients par an, à travers les destinations touristiques programmées.
Le groupe FTI mobilise sa propre filiale Meeting Point International, qui est un réceptif créé, il y a deux années, par ce TO, pour la vente et marketing et à travers sa filière Maroc, pour le suivi clientèle et vente des 10 excursions proposées au Maroc, dont le départ sera d’Agadir. Une seconde convention avec l’ONMT permet au TO de mettre en service 4 vols charters à partir de cette année (2016) et ensuite 6 en faveur de la destination Agadir et Marrakech. Dans le cadre de cette convention, le Tour Opérateur allemand s’engage à fournir au Maroc 40.000 clients en 2016, 80.000 en 2017 et 100.000 en 2018.
Pour présenter le nouveau produit hôtelier du TO à Agadir, un voyage de 400 agents de voyages et d’une vingtaine de journalistes allemands a été organisé du 15 au 19 à Marrakech et Agadir. L’objectif est de faire découvrir ces deux destinations phares du tourisme national. Marrakech pour le tourisme culturel et Agadir pour le tourisme balnéaire. Les invités de marque du TO ont assisté à l’inauguration du Labranda les Dunes d’Or et ont été les premiers à y loger après sa rénovation totale. Ils ont été également les premiers passagers des nouveaux vols charters directs FTI et SunExpress desservant Agadir en trois heures de vol. Les invités étaient accompagnés par Karim Harrouchi, Délégué ONMT en Allemagne, et de son assistant Abdellah Louzgani. Ils avaient travaillé efficacement, durant deux ans, pour faire réussir l’arrivée du TO à Agadir.
Bravo messieurs et bienvenue à FTI, avec l’espoir qu’il fasse du beau travail et qu’il donne envie à d’autres TO allemands de venir s’installer au Maroc et principalement à Agadir, afin que la destination balnéaire retrouve ses années de gloire vécues grâce au marché allemand.

%d blogueurs aiment cette page :