Archives de mars 31st, 2016

Gérard Iffrig,  sculpteur de minéral acrylique expose au Hyatt Place Taghazout à partir du 8 Avril 2016

Gérard Iffrig,  artisan créatif originaire de La Seyne, organise à partir de vendredi 8 avril 2016 l’exposition d’une partie de son travail au Hyatt Place de Taghazout. Des réalisations surprenantes seront à la vue des visiteurs qui viendront découvrir son oeuvre.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le 8 avril à 18H30, les oeuvres seront exposées au Hyatt Place jusqu’au 31 mai 2016

Gérard Iffrig se dit « artisan créatif », il est entré à l’âge de 14 ans dans une école d’ébénisterie. Son diplôme en poche, il exerce à son compte durant quelques mois. Il étudie plus tard 5 ans durant aux Beaux Arts et trace seul son chemin. Il s’intéresse alors aux matériaux stratifiés et aux produits de synthèse et notamment au minéral acrylique, un matériau résistant et non poreux, et conçoit une paillasse de décontamination d’endoscope, un produit très technique pour le médical, sur lequel il dépose un brevet.

Révélation et passion

Mais il découvre à la fois le caractère ludique et décoratif de ce matériau composé de 75% de bauxite et 25% d’acrylique et se laisse aller à créer du mobilier, des plans de cuisine, des baignoires, des façades de maisons. Passionné, curieux, inventif, il cherche inlassablement de nouvelles applications qui le conduisent à réaliser en parallèle ses première pièces artistiques : il travaille les formes et le volume avec ce matériau qu’il découpe, perce, sculpte, ponce, grave et assemble aussi facilement que du bois. Cette résine de synthèse est thermoformable, il la chauffe à 175° pour la ramollir, l’étire, l’étale, la tord à peine sortie du four en n’ayant que 30 à 60 secondes de manipulation avant qu’elle se re-solidifie. Il doit pour cela recourir à l’aide d’un, deux, voire trois assistants qui dans un sprint commun donnent la forme voulue en moins d’une minute ! « Je m’entraîne mentalement avant de réaliser ma sculpture, je cherche le concept et réfléchis sur la mise en forme, je connais alors parfaitement le geste à avoir au moment ou je sors du four cette résine» nous confie-t-il. Car outre la créativité il faut une grande maîtrise de la technique pour y parvenir.

Une oeuvre minimaliste

Et cela donne des pièces pesant parfois plus de 200kg , monumentales mais minimalistes à la fois, aux lignes épurées, aux courbes parfaites, aux circonvolutions ou torsions foisonnantes. Des pièces qui changent de forme en fonction de l’angle sous lequel on les regarde et que l’on peut positionner de différentes manières. Blanches immaculées, ces sculptures accrochent merveilleusement la lumière et nous transportent dans un monde onirique où toute interprétation est possible.

Gérard Iffrig partage son temps entre le Maroc et le Sud -Est de la France, il expose fréquemment dans le Maghreb.

Gérard Iffrig se définit volontiers comme un artisan créatif. Avant de sculpter l’acrylique minérale, ce Varois a eu un parcours atypique. Prochainement, il espère voir son art reconnu dans la région.

Rencontre :

Comment en êtes-vous venu à sculpter ce matériau hi-tech ?
J’ai une formation de sculpteur-ébéniste sur bois. Après un passage par le meuble d’art traditionnel (maison Brignone, au Pont-du-Las), je me suis mis à mon compte, avec un diplôme des beaux arts en poche, dans les années 90. J’ai commencé par vendre des matériaux stratifiés, comme le formica ou le polyrey, pour les cuisines, les salles de bain et les salons extérieurs. Ensuite je suis passé aux matériaux de synthèse comme le LG Hi-Macs (acrylique minérale), dont je suis aujourd’hui l’un des quatre distributeurs français.

À quoi se destine cette résine ?
C’est une matière thermoformable. Elle est très résistante thermiquement et mécaniquement. On l’utilise pour créer des plans de travail avec évier incorporé par exemple. Comme des paillasses de décontamination par exemple. Mais ses applications sont diverses. C’est ce que démontrent mes sculptures.

Pourquoi ces sculptures ?
C’est une manière originale de faire la publicité de mon entreprise (Mobistrat). En même temps c’est une véritable passion car c’est un travail très long et très exigeant. On y passe des jours et il est impératif d’être plusieurs pour assembler les différents éléments d’une même pièce.

Où peut-on découvrir votre travail ?
Pour le moment, surtout au Maroc ! C’est un des pays du bassin méditerranéen avec lequel j’ai d’excellents contacts, autant humains que professionnels. J’y ai exposé de nombreuses fois, notamment dans l’aéroport de Marrakech, mais j’espère pouvoir le faire bientôt en France. C’est pour cela que j’ai organisé il y a peu une exposition privée à Six-Fours, pour montrer mon savoir-faire. Sur internet, plusieurs vidéos présentent mon travail. Pour le reste, mon entreprise est basée dans la zone d’activités des Playes.

GERARD IFFRIG

ARTISTE PLASTICIEN SCULPTEUR DESIGNER

GERARD IFFRIG est artiste depuis longtemps, en fait depuis toujours …. sculpteur designer inspiré ayant su dompter, magnifier et sublimer le minéral acrylique, le matériau avant-gardiste d’un futur immédiat.

Comment vivre avec sa moitié intérieure, sa totale sensibilité, son écrasante certitude non avouée, sa pudeur, sa réserve, son dépouillement d’orgueil, son dépassement, sa force physique au service de l’esprit ….. puis, enfin, est venue la rencontre avec la matière, avec l’envie d’ailleurs, l’envie d’autrement, l’envie d’un nouveau siècle affirmé, l’envie d’un nouveau cycle avoué, d’un nouveau geste, d’un nouveau mouvement.

La chimie des matières avec l’alchimie des sens, une prestidigitation d’agitations plastiques.

Sa rage, son amour, sa colère, sa sérénité fusionnent dans la beauté des volutes, dans le calme de ses vagues, de ses chemins simplement tortueux, lumineux, incandescents qui touchent les cœurs, apaisent les âmes. Son art, qui a une vraie raison d’être, est en fait une vraie raison d’unir, de vêtir, de contourner pour revenir à l’essence même de la vie, la concrétisation d’un projet plastique, d’une beauté artistique, d’une douceur de l’âme et d’une profondeur des ressentis enfin matérialisés par cette chimie non organique, vivante pourtant et interactive.

GERARD IFFRIG est la preuve irréfutable qu’être un artiste moderne, dans la faille, à la pointe d’un nouveau sommet, dans ce réalisme créatif bousculant toutes les académies, tous les décorum en exprimant sa volonté de tirer la matière en même temps que l’âme et l’esprit vers le ciel, le haut, le beau, le doux, est étroitement liée à une volonté farouche de jouer pour rassurer les publics, les inviter à s’asseoir, à regarder, à toucher, à comprendre, à ne plus avoir peur d’aujourd’hui comme de demain, à matérialiser à dessein nos angoisses, nos craintes et nos questionnements en boucliers, liens, portes pour aller de l’avant vers cette nouvelle ère, une nouvelle vision existentielle de la matière et de son effet sur notre comportement, GERARD IFFRIG nous montre le chemin de cet avenir auquel nous ne pouvons échapper celui du développement culturel et artistique durable.

GERARD IFFRIG est le nouveau chantre de cet édifice artistique et plastique, il appartient à ce nouvel âge de l’art du design sculptural. Un magicien hors normes qui matérialise, concrétise, concilie noblesse, souplesse et créativité, il poly valorise cette nouvelle entrée dans ce mouvement libératoire des sens et des techniques.

GERARD IFFRIG vous accueille et vous souhaite la bienvenue dans ce nouveau monde ou s’invitent les formes, les couleurs, les images et les sensations, une kaléidoscopie d’un art résolument contemporain en même temps qu’une redéfinition de la joie de vivre dans le siècle.

Une vidéo présentant ces sculptures :

We will Rock You ! by Lita

La soirée au Hyatt Place Taghazout Bay, ce samedi 9 avril s’annonce très sympa.

le programme du 9 avril 2016

«We will rock you, by Lita »  : 300 dirhams par personne.

Soirée festive, ambiance rock avec un D. J. aux platines. Samedi 9 Avril à 20h

Cocktail d’accueil 
Défilé de caftans, créations de la Styliste Fatima Chebihi 
Lita Fashion Show, défilé avec une chorégraphie originale
Dîner sur la terrasse du Hyatt Place Taghazout Bay, buffet incluant eaux, thé ou café

Si vous souhaitez réservez une table, appelez Isabelle au 06 60 10 05 58

Le Hyatt Place Taghazout met gracieusement son véhicule dédié aux navettes à disposition.
Mini bus de 16 Places
  • Départ à 19h30 D’Agadir ( place El amal, en face Hotel Odyssée)
  • Retour  : 23h30

Tourisme : La CGEM se solidarise avec Souss Massa

H.E. – leconomiste.com – 30/03/2016

800px-Cgem_logoC’est par solidarité avec les opérateurs du tourisme d’Agadir que la CGEM tiendra son conseil d’administration et son conseil national de l’entreprise (NCE), samedi 2 avril, dans le chef-lieu de la région Souss Massa. Vendredi, les présidents des CGEM Régions tiendront leur réunion de coordination dans la même ville. Le groupe parlementaire du patronat doit rencontrer les institutionnels et les opérateurs économiques de la région Souss Massa. La réunion a pour objectif d’identifier les besoins de la région.

Maroc : pour lutter contre le hooliganisme, des caméras de surveillance dans tous les stades

bladi.net – 30/03/2016

087f340fa25ed4742025ced9970623

Tous les stades marocains de clubs de première division seront équipés d’ici la fin de l’année de caméras de surveillance, vient d’annoncer le ministre de la Jeunesse et des Sports.

Lors d’une conférence de presse organisée lundi, Lahcen Sekkouri a déclaré qu’il est « prévu que tous les stades de première division seront équipés avant la fin de l’année en cours de tourniquets, de sièges numérotés et de caméras-surveillance, autant de matériel qui est à même d’assurer une fluidité d’accès, faciliter les actions de surveillance et de contrôle, aider à maîtriser le nombre de supporters au sein des stades et permettre des interventions préventives et efficientes ».

Le complexe sportif Mohammed V de Casablanca va quant à lui être fermé pour travaux qui devraient durer jusqu’à la fin de saison, alors que les stades de Tanger, Agadir ou encore Marrakech sont déjà dotés de ce type de matériel, a ajouté le ministre des Sports lors cette conférence de presse dédiée à la lutte contre les violence dans les stades.

EXPLORATION PÉTROLIÈRE : GRAND CHAMBOULEMENT DANS LE SECTEUR AU MAROC

par Younès Tantaoui – le360.ma – 30/03/2016

gisement-petrole-gabon-13-decembre-2010

Après Chevron et Petromaroc, Chariot Oil & Gas cède également une partie de ses intérêts au Maroc à un autre opérateur. Ce deal, le troisième du genre en l’espace de quelques mois, témoigne de la restructuration que connait actuellement le secteur de l’exploration pétrolière au Maroc.

La restructuration du paysage de l’exploration pétrolière au Maroc semble bien enclenchée. Après la session par Chevron d’une partie de ses intérêts sur un permis au large d’Agadir à Qatar Petrolum, et la session par Petromaroc d’une partie de ses intérêts à Sidi Mokhtar à Sound Energy, c’est au tour de Chariot Oil & Gas de conclure un deal avec le major italien ENI sur un permis d’exploration off-shore au large de Rabat.

Ce dernier vient en effet d’annoncer l’acquisition de 40% des intérêts de son partenaire sur ce site. L’accord entre les deux parties est soumis actuellement à l’approbation des autorités réglementaires au Maroc, et notamment l’ONHYM.

Avec la chute des cours du baril de pétrole, l’exploration pétrolière dans le monde connait un net ralentissement. Ceci conduit à la conclusion de deals entre différents “explorateurs” afin de mutualiser les charges d’investissements qui peuvent se chiffrer à plusieurs milliards DH sur chaque site.

«Nomade des mers» à la rencontre d’un jeune inventeur marocain à Agadir

lematin.ma – 30/03/2016

Projet-de-dessalinisateur-solaire-.jpg Le «Nomade des mers» est un catamaran de plaisance de 13,5 mètres conçu par Corentin de Chatelperron, jeune ingénieur et aventurier français. Ph. MAP 

L’équipage du catamaran «Nomade des mers» a organisé, mardi à la Faculté des sciences relevant de l’Université Ibn Zohr, une conférence de presse pour présenter sa mission de même que le projet d’un jeune inventeur marocain qui travaille sur un prototype de dessalinisateur solaire.

«Nous sommes en train de réaliser une expédition autour du monde sur un bateau-laboratoire des technologies low-tech et d’autonomie. À chaque escale, nous allons rencontrer des inventeurs et des entrepreneurs qui développent des technologies d’avenir pour qu’ils nous les apprennent et les installent sur le bateau, avant de les tester et de faire leur promotion partout autour du monde», a déclaré à la MAP Elaine Le Floch, membre de l’équipage et responsable de la documentation et de la recherche des projets au catamaran «Les nomades des mers». «Le Maroc est notre première escale et nous sommes ici à Agadir pour rencontrer Mehdi Berrada qui travaille sur un prototype intéressant de dessalinisateur solaire», a-t-elle fait savoir.

Pour sa part, le jeune inventeur marocain a indiqué à la MAP que la start-up dans laquelle il travaille fédère des projets innovants spécifiquement dédiés à l’eau et l’énergie, dont certains sont à vocation industrielle et de dimension internationale, ainsi que des projets de développement social qui, eux, sont destinés au Maroc.
«Le projet de dessalinisateur solaire a pour objectif la production de 5 à 10 litres d’eau potable par jour en utilisant exclusivement l’énergie solaire. Il s’agit d’un système très simple ne contenant aucune pièce mécanique, qui permettra de répondre à des besoins de base pour des populations qui n’ont pas accès à l’eau potable», a-t-il expliqué. Ingénieur en génie des procédés, Mehdi Berrada est diplômé de l’Université de technologie de Compiègne-UTC (France). Il dispose d’une spécialisation en Management de projets et d’une expérience significative en matière de dessalement. Après Agadir, «Nomade des mers» larguera les amarres à destination du Sénégal, Cap-Vert, Brésil, l’Afrique du Sud, Madagascar, le Mozambique, les Maldives, le Sri Lanka et l’Inde. Toutes ces expéditions donneront lieu à une série documentaire qui sera diffusée sur la chaîne franco-allemande Arte en 2017.

Le «Nomade des mers» est un catamaran de plaisance de 13,5 mètres conçu par Corentin de Chatelperron, jeune ingénieur et aventurier français, manager de l’association Gold of Bengal. Entièrement déconstruit puis réaménagé en laboratoire d’expérimentation des low-tech, ce bateau a pour mission la valorisation de ce type de technologies utiles, simples, accessibles et respectueuses de l’environnement.
À travers une expédition qui a démarré début 2016 et qui dure 3 ans, l’équipage du bateau, composé de trois personnes, cherche à expérimenter ces technologies d’autonomie et à développer la communauté internationale d’acteurs et de bénéficiaires des low-tech. Le défi est de rendre ce bateau autonome en eau, énergie, alimentation et matériaux en utilisant des techniques et procédés 100% low-tech, mais surtout de développer un nouveau modèle de recherche citoyen, collaboratif, à destination directe des hommes et de la planète.

Aviation civile : La réalisation du nouveau centre de contrôle aérien régional d’Agadir a atteint un taux de 62%

aeronautique.ma – 31/03/2016

IMG_0843Les travaux de construction du Centre aérien régional d’Agadir, attenant à l’aéroport international Agadir-Al Massira, ont atteint un taux de réalisation de 62%, indique un document officiel rendu public vendredi.
​​
Cette structure, dont le chantier a fait l’objet d’une visite vendredi par le ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique Aziz Rebbah, couvre une superficie globale de 23.630 m2, dont une surface couverte de 10.040 m2.

Lancé en septembre 2013 pour un investissement de 90.08 millions de dh, ce Centre, le deuxième du genre au Maroc après celui de Casablanca, devra permettre d’assurer le contrôle du trafic aérien au niveau de la zone Sud du Royaume.

Il est composé d’un bloc technique pour le contrôle des opérations aériennes, d’une salle de conférences, de locaux administratifs, d’une unité sociale, d’une salle de sport, une mosquée, une unité d’hébergement et deux salles de repos.

C’est bien beau ! Mais ça va servir à quoi ?
Il y a de moins en moins d’avions qui viennent sur Agadir !
%d blogueurs aiment cette page :