Archives de avril 14th, 2016

LES EXPORTATIONS DES PRODUITS D’ARTISANAT EN HAUSSE NOTABLE

MAP – lnt.ma-  14/04/2016

l’artisanat-marocain-600x337

Les exportations des produits marocains d’artisanat se sont établies à 74,8 millions de dhs à fin février 2016, contre 63,1 millions de dhs un an auparavant, enregistrant ainsi un taux de croissance d’environ 19%, relève le ministère de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire dans un communiqué.

Cette augmentation est attribuable, selon la même source, à l’excellente progression marquée par les principaux produits exportés. Les vêtements traditionnels viennent en tête, avec un accroissement de 196% suivis de la bijouterie (122%), le bois (114%), le fer forgé (104%) et la dinanderie (87%), et dans une moindre mesure, de la maroquinerie qui évolue de 47%, la vannerie de 4% et le tapis qui a stagné durant Janvier-février 2016 par rapport à la même période de 2015.

De nombreux pays importateurs de produits artisanaux marocains démarrent du bon pied l’année 2016. Les pays arabes et africains se démarquent ainsi à travers des taux de croissance remarquables atteignant respectivement 212% et 156%.

L’Australie et les Etats Unis d’Amérique dénotent également de bonnes performances avec des taux respectifs de 36% et 30%.

En contrepartie, le marché européen marque un repli de 11% tiré par la plupart des pays européen, avec toutefois, une progression positive de la France, principal client européen des exportations marocaines, qui atteint 57%, suivie de loin par l’Angleterre avec une hausse de 4%.

Durant la période janvier-février 2016, Nador continue sa trajectoire rebondissant de l’année 2015, avec une évolution de 1100 % de ses exportations de produits d’artisanat. Agadir entame bien 2016 également avec un taux de croissance de 110%. Quant aux pôles d’artisanat, notamment Marrakech et Casablanca, ils font preuve de bonnes performances, soit 34% et 13% comme taux de croissances respectifs.

Le Maroc menacé par les criquets pèlerins

Par Nizar Bennamate – telquel.ma – 14/04/2016

criquetsLe Maroc risque-t-il une invasion de criquets ? La FAO prévient le Maroc d’une menace réelle. Des criquets pèlerins sont déjà présents au Sahara et dans les montagnes de l’Atlas.

Pour l’avoir vécu, certains Marocains connaissent les dégâts engendrés par les invasions de criquets, comme ce fut le cas en 1954, à Agadir, quand les cultures ont été laminées par ces insectes. Le Maroc risque-t-il de vivre une invasion cette année ? L’avertissement invite en tout cas à la vigilance, puisqu’il provient de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui met en garde le Maroc en garde contre cette menace.

Le FAO explique dans une note datant du 12 avril qu’«une vigilance particulière s’impose au Maroc, particulièrement dans les zones au sud des monts de l’Atlas qui pourraient devenir de possibles lieux de reproduction pour le criquet pèlerin». Cette mise en garde est sérieuse puisque ce type d’insectes «s’est déjà regroupé dans certaines parties du Maroc et de la Mauritanie.»

Pour le moment, il s’agit de «petits groupes et peut être quelques petits essaims pourraient trouver des zones propices à la reproduction au Maroc (Vallée du Draa)». Pour prévenir cette menace, la FAO appelle à une «surveillance étroite dans toutes ces zones au cours des prochains mois afin d’empêcher les insectes de former de grands essaims aux effets ravageurs».

Ces criquets proviennent du Yémen ou une infestation représente une «menace potentielle pour les cultures dans la région». Ils sont capables de voler jusqu’à 150 km par jour, note l’organisation, et peuvent «se transformer en essaims de criquets adultes».

Les criquets femelles peuvent pondre jusqu’à 300 œufs durant leur vie. A l’âge adulte, un criquet peut manger l’équivalent de son propre poids par jour. «Un tout petit essaim mange la même quantité de nourriture en un jour qu’environ 35 000 personnes et les effets dévastateurs que les criquets peuvent avoir sur les cultures représentent une menace importante pour la sécurité alimentaire», explique le FAO.

L’apparition de nouveau des criquets pèlerins est du entre autre au changement climatique qui  «entraîne de plus en plus d’événements météorologiques extrêmes et imprévisibles et pose de nouveaux défis sur la manière de surveiller et de répondre à l’activité acridienne».

D’autres invasions de criquets ont eu lieu plus récemment dans le sud du Maroc, en particulier, en novembre 2004, à Tiznit : voir la vidéo ci-dessous :

%d blogueurs aiment cette page :