Archives de mai 9th, 2016

Communiqué de presse de BINTER

BINTER PRÉSENTE SA PROGRAMMATION ESTIVALE

DE VOLS ENTRE LES CANARIES ET LE MAROC

La compagnie aérienne lance une offre promotionnelle pour sa nouvelle ligne entre Tenerife et Agadir

ATR 72-500 Binter Canarias

ATR 72-500 Binter Canarias

Ce jeudi 5 mai, la compagnie aérienne Binter a présenté sa programmation estivale de liaisons entre les Îles Canaries et le Maroc dans la ville d’Agadir avec laquelle elle vient de lancer de nouveaux vols. Cet acte public a été célébré à l’hôtel RIU Tikida Beach en présence de représentants du Conseil Régional de Souss Massa et du Directeur Commercial et Marketing de la compagnie aérienne espagnole, Mr. Miguel Ángel Suárez.

Depuis le 2 mars dernier, Agadir dispose d’une nouvelle connexion avec les Îles Canaries. En effet, la compagnie aérienne a ajouté un vol direct avec l’Île de Tenerife aux deux fréquences hebdomadaires déjà opérées entre Agadir et l’Île de Gran Canaria (les lundis et vendredis). Cette troisième ligne opère donc tous les mercredis pour une durée de vol approximative d’une heure et cinquante minutes.

Pour ces vols, Binter opère avec des avions de type ATR 72, et offre à ses clients une haute ponctualité et un service à bord de qualité, incluant un repas de courtoise sur ses vols internationaux.

Les vols directs avec Tenerife ne sont pas totalement nouveaux pour Binter ; en effet, depuis l’été dernier la compagnie aérienne canarienne connecte cette île à la ville d’Agadir afin de promouvoir le tourisme et les relations entre les deux destinations ; et cette liaison devient maintenant régulière.

Offre promotionnelle

Binter veut célébrer le lancement de cette nouvelle ligne d’Agadir avec une offre promotionnelle d’exception. Grâce à cette promotion, les passagers de ce nouveau vol peuvent acquérir leurs billets à partir de 88,45 euros, moins de mil dirhams, par trajet pour l’achat de l’aller et du retour.

Cette offre, valable jusqu’au 30 juin 2016, est disponible auprès des différents canaux de distribution habituels de la compagnie aérienne: le site web www.bintercanarias.com, l’application de Binter, par téléphone au +34 902 391 392, dans les bureaux de vente des aéroports et au travers des agences de voyages partenaires de Binter.

Jusqu’à 12 vols par semaine vers le Maroc cet été

Binter a commencé à relier les Îles Canaries et le Maroc par des vols directs dès 2005, lorsque la compagnie régionale a entamé son expansion internationale. Depuis, le numéro de vols et de destinations n’a cessé d’augmenter, la compagnie proposant maintenant pas moins de douze vols directs par semaine entre le Royaume et l’Archipel durant cet été 2016.

En effet, Marrakech et Laâyoune ont été les premières destinations africaines desservies par Binter en 2005. Depuis Marrakech, deux fréquences hebdomadaires opèrent durant toute l’année avec Gran Canaria (les jeudis et dimanches) auxquelles s’ajoutent des vols directs avec Tenerife durant tout le mois d’août (les mardis). Concernant Laâyoune, quatre fréquences régulières sont proposées (les mardis, jeudis, vendredis et dimanches).

En 2012, deux nouvelles destinations ont été lancées par Binter : Casablanca et Agadir. L’Aéroport Mohamed V disposera de deux vols par semaine (les jeudis et les dimanches), du 17 juillet au 8 septembre 2016 ; et l’Aéroport Al Massira d’Agadir offre donc maintenant, depuis le 2 mars 2016, trois fréquences hebdomadaires (les lundis, mercredis et vendredis).

Cabinet de presse de Binter.

SIAM 2016 : Toutes les récompenses, exposants et producteurs.

agrimaroc.ma – 02/05/2016

boeuf_siam1

les récompenses du SIAM sont enfin tombées. Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a présidé, vendredi à Meknès, la cérémonie qui a vu la remise des trophées et des certificats au profit des meilleures unités de production, des meilleurs exposants par catégorie et des meilleurs éleveurs par race ayant participé à la 11ème édition du Salon International de l’agriculture au Maroc (SIAM 2016) le détail:

Concernant les meilleurs unités de production:

  • Prix du mérite agricole dans le secteur des œufs de consommation : Ibrahimi Hassan de la région Casablanca-Settat.
  • Prix du mérite agricole en aviculture : Alouat Charaf Eddine de la région Laâyoune Sakia El Hamra.
  • Prix du mérite agricole dans le domaine de production de lait : Azri Anouar de la région Rabat-Salé-Kénitra.
  • Prix du mérite agricole dans le domaine de production de lait: Toufik Abderrahmane de la région Souss-Massa.
  • Prix du mérite agricole dans le secteur de viandes rouges (bovins) : Taj Ettayab de la région de l’Oriental.
  • Prix du mérite agricole dans le secteur de viandes rouges (ovins) : Jadioui Bouchetta de la région Béni-Mellal Khénifra.
  • Prix du mérite agricole dans le secteur des viandes rouges (caprins) : Ben Yaacoub Ahmed de la région Tanger-Tétouan Al Hoceima.
  • Prix du mérite agricole dans le secteur d’élevage de camelins : Al Moutawakil Mbarak de la région Laâyoune Sakia El Hamra.
  • Prix du mérite agricole dans le secteur de l’apiculture : Birni Abdelkadar de la région Casablanca-Settat.
  • Prix du mérite agricole dans le secteur des céréales : Manouar Khalid de la région Fès-Meknès.
  • Prix du mérite agricole de production des semences sélectionnées : Rakoui Mehdi de la région Béni-Mellal Khénifra.
  • Prix du mérite agricole de production des légumes : Omar Ouadi Boudar de la région Dakhla Oued Eddahab.
  • Prix du mérite agricole de production des légumes : Kram Mustapha de la région Souss-Massa.
  • Prix du mérite agricole de production des olives : Samir El Ouadghiri de la région Marrakech-Safi.
  • Prix du mérite agricole de production des cultures sucrières : Al Kasmi Hafid de la région de l’Oriental.
  • Prix du mérite agricole de production des dattes : Tahrami Mohammed de la région de Drâa Tafilalet.
  • Prix du mérite agricole de production des agrumes : El Oulj Abdelmoumen de la région Rabat-Salé-Kénitra.
  • Prix du mérite agricole de production des arbres fruitiers : Jack Peres de la région Marrakech-Safi.
  • Prix du mérite agricole de production de fleurs : Sadiki Mohammed de la région Drâa Tafilalet.
  • Prix du mérite agricole de production de plantes médicinales et aromatiques : Moukhtari Saida de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.
  • Prix du mérite agricole de production de cactus : Bouchoukou Abdelmoumen de la région Guelmim Oued Noun.

Concernant les prix de la catégorie « meilleurs exposants »:

  • Prix du meilleur stand international : Emirats Arabes Unis.
  • Prix de la meilleure participation: Association AAFEX.
  • Prix du meilleur investissement au SIAM: AMAROC.
  • Prix de mérite : Allemagne
  • Prix de la meilleure participation au pôle « Institutionnel » : OCP.
  • Prix de la meilleure participation au pôle « machinisme » : STOKVIS.
  • Prix de la meilleure valorisation de la production animale : Centrale Danone.
  • Prix du meilleur investissement : Groupe Zine.
  • Prix des meilleurs équipements agricoles : Société HAUS.
  • Prix du meilleur exposant du pôle « Elevage » : Fibrociment.
  • Prix de la meilleure innovation : Société H.T.E.
  • Prix de la meilleure qualité : Diana Holding.
  • Prix de la meilleure qualité : ForAfric.
  • Prix agriculture et développement durable : Amabio.
  • Prix de l’intégration et activités sociales : Fondation Tawfikn de la BCP.
  • Prix du meilleur stand du pôle « Produits du Terroir » : Tizwit Ntamazirt.

Concernant la remise des prix des meilleurs éleveurs par race:

  • Prix du meilleur éleveur d’ovins de race Béni Guil : Tayeb Benjerbouaa.
  • Prix du meilleur éleveur d’ovins de race Timahdit : Brahim Ait Siwane.
  • Prix du meilleur éleveur d’ovins de race Boujaad : Mustapha Hmimsa.
  • Prix du meilleur éleveur d’ovins de race D’Man : Lakhlifa Kaddouri.
  • Prix du meilleur éleveur d’ovins de race Sardi : Mohammed Azzouzi.
  • Prix du meilleur éleveur d’ovins blancs : Lahcen Akhatar.
  • Prix du meilleur éleveur de la race caprine Barcha : Mimoune Laaroubi.
  • Prix du meilleur éleveur de caprins de race de chèvre de l’Atlas : Amer Maarad.
  • Prix du meilleur éleveur de race caprine de Draâ : Hourya Sghir.
  • Prix du meilleur éleveur de race caprine hybride : Ali Jabour.
  • Prix du meilleur éleveur de vaches laitières de race Holstein : Hassan Marhraoui.
  • Prix du meilleur éleveur de vaches laitières de race Montbeliarde : Mohammed Ait Lhaj.
  • Prix du meilleur éleveur de bovins de race Blonde d’Acquitaine : Mustapha El Khaouli.
  • Prix du meilleur éleveur de bovins de race Charolais : Khadija Bourdoud.
  • Prix du meilleur éleveur de bovins de race Limousin: Mustapha El Khaouli.
  • Prix du meilleur éleveur de bovins de race Blanc Bleu Belge : Driss El Ghanzou.
  • Prix du meilleur éleveur de bovins de race Piemontaise: Mustapha El Khaouli.
  • Prix du meilleur éleveur de bovins de race locale Oulmès : Hassan Adfou.
  • Prix du meilleur éleveur de camelins race locale :Salama El Hafidi.

Boujdour : C’est parti pour le programme d’aménagement hydro-agricole de 1.000 ha

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 02/05/2016

La Direction régionale de l’agriculture de Laâyoune-Sakia El Hamra vient de lancer un appel d’offres relatif à l’étude du programme d’aménagement hydro-agricole de 1.000 ha pour le développement des filières maraîchères et laitières dans la commune rurale de Jraifia, province de Boujdour.

Boujdour

Boujdour

Le marché objet de l’appel d’offres dont le coût est de 3,3 millions DH portera, entre autres, sur l’étude de préfaisabilité, l’avant-projet sommaire, l’avant-projet détaillé et le projet d’exécution. La date de l’ouverture des plis est fixée au lundi 6 juin prochain.

Ce projet fait partie du nouveau modèle de développement des provinces du Sud pour la création d’une croissance créatrice d’emplois et de richesses articulée autour des produits de plusieurs secteurs, dont celui de l’agriculture. Dans ce sens, ce nouveau programme prévoit l’augmentation de la production agricole pour atteindre plus de 1.750 tonnes de lait, 600 tonnes de viandes rouges et 50.000 tonnes de maraîchage, ainsi que la création de 765 nouveaux emplois permanents. Il s’assigne également pour objectifs de valoriser les eaux d’irrigation, améliorer le revenu des agriculteurs, et créer une valeur agricole ajoutée de 115 millions de dirhams.

L’aménagement prévu consiste dans le creusement et l’équipement de forages profonds, la construction des bassins de refroidissement de l’eau, d’une station de filtration et de dessalement, et d’une clôture autour du périmètre afin de réduire l’effet du vent et atténuer l’ensablement, ainsi que l’aménagement d’un réseau d’assainissement et de pistes, et l’équipement interne des parcelles en goutte-à-goutte. Il portera aussi sur la mise en place d’une exploitation modèle des vaches,  et de deux unités de valorisation de lait de vache et de traite, et d’un centre d’insémination artificielle, ainsi que l’installation de panneaux solaires et de serres pour cultures maraîchères (tomate, melon), et la mise en place d’une station de conditionnement.

A noter que le périmètre Jrifia est situé à environ 160 km au sud-est de la ville de Boujdour, il est localisé à l’Est de Oued Laguehiwaniya et au Nord-Ouest de Oued N’aimiya. Le périmètre s’étend sur une grande superficie qui dépasse les 5.000 ha, sous forme de dépression naturelle appelée localement «Grarats» creusée dans le plateau. Il est constitué d’une cuvette plus ou moins à l’abri des vents, où pousse une végétation naturelle favorisée par la présence d’un sol moins hostile que celui situé en hauteur. Cette région bénéficie d’une avance de 2 à 3 semaines sur le calendrier de production maraîchère par rapport à celle de la région du Souss, ce qui lui confère un avantage compétitif important.

LES PRODUITS DU TERROIR, LA RICHESSE DU MAROC

par A. Loudni – lnt.ma – 02/05/2016

 Le Royaume chérifien est très riche en produits du terroir. Dattes, figues, huile de cactus, huile d’argan, safran, miel… des produits qui ont toujours été présents dans les foyers marocains, parfois moins souvent pour différentes raisons, mais qui reviennent en force ces dernières années, grâce notamment à la multiplication des coopératives.

En effet, sa diversité culturelle et sa biodiversité font du Maroc un pays riche en produits du terroir, dont plusieurs sont produits toute l’année. C’est pour cette raison que ces derniers ont eu une place de choix dans le Plan Maroc Vert lancé par le Roi en avril 2008.

Ainsi, des études régionales pour l’identification des différents produits de terroir et l’analyse de leurs chaînes de valeurs, la caractérisation des terroirs et l’élaboration de plans de développement spécifiques ont été lancées en 2010 par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime. Un programme d’appui et d’encadrement des producteurs ainsi que leur sensibilisation pour la labellisation des produits, a également été mis en oeuvre.

Cependant, beaucoup de contraintes freinent l’épanouissement du secteur, notamment une faible présence dans les commerces structurés, un prix élevé, un manque de disponibilité dans les grandes villes, un packaging peu attractif, et une forte présence des circuits de commercialisation informels.

Pour promouvoir cette filière, et dépasser ces contraintes, le ministère a lancé, à travers l’Agence pour le Développement agricole, la mise en œuvre d’une Stratégie de Développement de la commercialisation des produits du terroir. A cet effet, une liste de produits du terroirs phares a été identifiée dans le cadre des études régionales d’identification des produits du terroir.

La stratégie de développement des produits du terroir s’articule autour de cinq leviers d’intervention prioritaires à différents niveaux de la chaîne de valeurs selon l’ADA : «Le développement et la mise à niveau des groupements de produits de terroir, la création de plateformes logistiques régionales à proximité des producteurs, l’amélioration de l’accès aux marchés de la distribution moderne au niveau national et à l’international, l’appui aux efforts de labellisation en s’assurant notamment de la reconnaissance des labels et leur bonne lisibilité par les consommateurs et enfin la réalisation de campagnes institutionnelles pour assoir la notoriété des produits du terroir auprès du grand public.»

Cette initiative devrait inciter les producteurs de la même région à travailler ensemble et à se fixer des objectifs communs, mais aussi à dépasser les difficultés qui empêchent la croissance de ce secteur d’activités, qui est un levier pour le développement dans les zones marginales.

Le commerce équitable

Aujourd’hui, grâce au commerce équitable, on trouve de plus en plus de produits du terroir sur les étals des grandes et moyennes surfaces.

Ce concept contribue au développement durable, en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant aux petits producteurs et travailleurs marginalisés, un revenu descent et une meilleure qualité de vie.

Ces dernières années, de plus en plus de magasins solidaires et équitables ont ouvert dans les principales villes du Maroc. En effet, le développement de ce genre de magasins est très important dans ce processus de valorisation des produits du terroir.

Le projet porté par Maroc Taswiq, par exemple, est une démarche concrète d’accompagnement des coopératives dans l’agrégation, la valorisation et la commercialisation de leurs produits.

Maroc Taswiq, dont le premier objectif est la valorisation des produits du terroir, a mis en place un concept de points de vente exclusivement au profit des coopératifs des petits producteurs agricoles marocains. Son réseau de coopératives compte aujourd’hui des milliers d’unités dont les produits sont commercialisés dans des magasins spécialisés, aussi bien au Maroc qu’à l’international, mais aussi sur des sites de e-commerce.

Le terroir au SIAM

Depuis sa 4ème édition, le Salon International de l’Agriculture au Maroc consacre une partie aux produits du terroir. Dédié aux coopératives et associations du Maroc, le «Pôle Produits du terroir» a pour objectif de promouvoir les produits agricoles artisanaux et régionaux, à savoir les épices, le miel et produits dérivés, les plantes médicinales et aromatiques, le couscous artisanal, les huiles, et autres.

La cérémonie d’ouverture, de la 11ème édition du SIAM a été marquée par l’attribution par le Prince Héritier Moulay El Hassan, de signes distinctifs d’origine et de qualité à huit produits du terroirs, en l’occurrence :

  • le « Henné Foum Zguid », produit de l’association Collectif des oasis du Sahara (région Souss Massa),
  • le « Cumin Beldi de Rhamna » de la coopérative Rhamna (région Marrakech-Safi),
  • le « Fruit du cactus d’Al Hoceima » de l’association Targist du Cactus (région Tanger-Tétouan-Al hoceima),
  • l’ « Amande d’Aknoul », produit de la Coopérative agricole féminine pour la production et la valorisation des amandes Tighazratine (région Fès-Meknès),
  • l’ « Amande d’Amelagou » de l’association Imalouane (région Draa-Tafilalet),
  • l’ « Huile d’olive de Sefrou » (Région Fès-Meknès),
  • le « Lait de chamelle du Sahara » (région Dakhla-Oued Eddahab) et
  • l’ « Huile d’olive du millénaire » (région Fès-Meknès).

Intempéries : les corps de deux enfants repêchés dans l’oued Souss

bladi.net – 09/05/2016

inondations_trt

Les inondations qu’ont connues plusieurs régions marocaines ont fait de nouvelles victimes. Les corps de deux enfants ont été repêchés par les secours dans la région du Souss.

D’après des sources locales, les corps des deux enfants âgés de 9 et 10 ans ont été retrouvés morts noyés dans l’oued Souss dans la province d’Inezgane-Aït Melloul par les services de secours.

Les deux enfants nageaient à bord du fleuve en compagnie deux autres enfants quand ils ont été emportés par les eaux. Les deux autres enfants sont sains et saufs.

Diana Holding sur le marché de la conserve de poisson

par Abdelhafid Marzak – lematin.ma – 08/05/2016

.

Agro-industrie

Diana Holding vient de réaliser une prise de participation majoritaire dans le capital de la société Atlantic Sardine Anchovies Tantan (ASAT), filiale du groupe El Jabri. Une opération qui permet à la holding de se positionner pour la première fois sur le marché des sardines et maquereaux en conserve.

Diana Holding fait son entrée dans la filière des produits de la mer. Le groupe vient de nouer un partenariat avec El Jabri, acteur marocain de la production de conserves de poisson destinées à l’export. En vertu de cet accord, le spécialiste des produits agroalimentaires réalise une prise de participation majoritaire dans le capital de la Société Atlantic Sardine Anchovies Tantan, filiale du groupe El Jabri. «Cette opération a pour objectif d’appuyer le plan de développement d’ASAT dans un contexte de croissance internationale de la consommation de protéines de poissons», indique Diana Holding dans un communiqué. C’est également un moyen pour
Diana Holding de renforcer sa présence à l’international.
«Appuyer le développement d’ASAT s’inscrit dans la stratégie de développement arrêtée par Diana Holding de diversifier ses activités vers les produits de la mer, qui représente pour nous de grandes synergies à l’export. Ce qui permettra d’élargir la palette de produits destinés à nos clients internationaux», a déclaré Rita Maria Zniber, PDG de Diana Holding.

Le projet de développement de Diana Holding et El Jabri se traduit également par l’investissement dans une nouvelle unité de conserves de sardines et de maquereaux, basée à Agadir. La future usine sera tournée principalement vers l’export en Europe et aux États-Unis.
Pour Diana Holding, le choix du groupe El Jaber n’est pas fortuit. «Nous nous réjouissons de ce partenariat établi avec un groupe et des équipes dotées d’une grande expérience et réputation dans leur secteur d’activité», explique Rita Maria Zniber.
«L’entrée de Diana Holding dans le capital d’ASAT vient conforter la stratégie que nous avons adoptée au cours des dernières années visant à consolider nos parts de marché dans un secteur en pleine croissance et à très fort potentiel d’export.

Au-delà de son apport en capital qui permettra d’appuyer notre programme de développement, Diana Holding mettra à notre disposition sa grande expertise industrielle et son expérience dans l’optimisation de la gouvernance d’entreprise et d’institutionnalisation», a déclaré pour sa part Mohammed El Jabri, président du groupe éponyme.
À noter que la banque d’affaires Ascent Capital Partners et une banque de la place sont intervenues respectivement en tant que conseillers financiers exclusifs d’ASTA et de Diana Holding dans ce rapprochement.
Pour rappel, ASAT est engagée dans la production, la commercialisation et l’exportation de conserves de sardines et de maquereaux. Opérationnelle depuis 2002, la société exporte principalement vers les États-Unis. Sa maison mère, le groupe El Jaber, est active au Maroc depuis 1960. Son chiffre d’affaires annuel moyen est de l’ordre de 500 millions de DH. Diana Holding multiplie donc les investissements. Lors du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) 2016, elle a décidé de s’implanter dans l’agropole de Berkane. Le groupe a procédé à l’acquisition d’un terrain de 5 hectares sur lequel sera construite une station de conditionnement et d’exportation de fruits et légumes (www.lematin.ma).
Le début des travaux est prévu pour cette année alors que la mise en service de la future station est programmée pour 2017. Ce projet nécessitera un investissement de près de 200 millions de DH et générera plus de 500 emplois directs.

%d blogueurs aiment cette page :