PLAN HALIEUTIS : VOUS AVEZ DIT PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ ?

Par Fayçal Ismaili – le360.ma – 10/05/2016

Aquaculture

© Copyright : DR

Parmi les chantiers du Plan Halieutis, les pôles de compétitivité dédiés aux entreprises du secteur de la pêche et de l’industrie. Zoom sur ces nouvelles infrastructures.

Malgré quelques retards, le plan Halieutis a vu ses indicateurs passer au vert dernièrement. Parmi ses principales réalisations, la mise en place de pôle de compétitivité dans le nord du Maroc et à Agadir. Leur mission ? Améliorer la compétitivité des entreprises du secteur de la pêche et l’industrie de transformation des produits de la mer, souligne L’Economiste dans son édition du 11 mai. Le pôle de compétitivité Agadir Haliopole (AHP) est d’ailleurs reconnu en tant que Cluster et se voit donc soutenu dans un contrat-programme par le ministère de l’Industrie, dans le cadre de la stratégie Emergence.

La structure accompagne la mise en place du parc industriel Haliopolis de façon à promouvoir l’installation d’entreprises innovantes et à valeur ajoutée au sein de la région Souss Massa. L’AHP “fédère donc un réseau d’entreprises et d’institutions de recherche et de formation autour d’ambitions communes, de projets collaboratifs innovants et d’actions permettant la promotion du secteur de la pêche et de l’industrie de transformation des produits de la mer”, explique Mohamed Bouayad, président de la structure.

Les entreprises adhérentes à l’AHP bénéficient d’accompagnement dans l’investissement afin d’augmenter le capital “compétitivité”. Elles intègrent ainsi un réseau de professionnels et d’experts permettant d’accéder à de nouvelles possibilités de collaboration. L’AHP joue de plus un rôle de référence pour l’émergence, l’accompagnement, la labellisation et la recherche de financement de projets collaboratifs  innovants, afin de développer de nouveaux procédés. Tout cela, avec le souci d’encourager la pêche compétitive et durable.

Les projets labellisés, en plus d’être innovants, doivent répondre à un caractère collaboratif et regrouper au moins deux entreprises. D’un autre côté, le projet doit avoir des retombées économiques régionales. Pour l’instant, l’AHP a déjà été distingué à l’international et s’est vu décerner le “Label Bronze” “Striving for excellence” de la part de European Cluster Excellence Initiative.

Agadir : Un forum pour promouvoir les fruits rouges à Souss-Massa

par Nadia Ouiddar – lematin.ma – 10/05/2016

agadir-les-fruits-rouges-.jpg

L’Association des étudiants du Complexe horticole d’Agadir organise le 14 mai la douzième édition de son forum annuel sur le thème «Les fruits rouges : une culture d’avenir pour le Souss-Massa».

«C’est une manifestation qui développe chez l’étudiant l’esprit d’initiative, le sens de l’organisation et la prise de décision. Elle donne aux étudiants l’opportunité de rencontrer les représentants institutionnels et professionnels, les acteurs de leurs secteurs de formation et d’exposer leurs travaux de recherche», affirme Farid Lekjaa, directeur du Complexe horticole d’Agadir. Plusieurs chercheurs, enseignants et directeurs d’entreprises prendront part à cet évènement. Le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime pourrait également faire partie des intervenants, selon les organisateurs. Les participants partageront leurs connaissances et expériences avec les étudiants. Ils parleront surtout des fruits rouges comme le framboisier, le mûrier, le myrtillier, le fraisier et le cassissier.

Normalement cultivées dans les zones tempérées, ces espèces ont connu une grande expansion vers les pays à hivers doux comme le Maroc grâce à l’obtention de variétés à faible besoin en froid. «Les fruits rouges ont connu ces dernières années un intérêt grandissant des producteurs marocains vu l’augmentation des superficies plantées en ces cultures, ceci est dû au fait que les fruits rouges constituent l’une des spéculations fruitières les plus rentables, puisqu’ils sont très demandés et appréciés par les consommateurs européens», explique dans un communiqué le Complexe horticole d’Agadir. Et d’ajouter que le Maroc peut prétendre à une bonne part du marché fort lucratif des fruits rouges puisqu’il peut en produire de grandes quantités en hiver grâce à son climat favorable, période pendant laquelle il y a une quasi-pénurie de ces produits sur le marché européen. Ceci est donc une opportunité pour la région de Souss-Massa afin de diversifier sa production et devenir un pôle d’export des fruits rouges d’une importance capitale.

Changements climatiques : Des experts internationaux en conclave à Agadir

lematin.ma – 10/05/2016

climat.jpg

L’Université Ibn Zohr, l’Institut de Recherche pour le développement (IRD) de France et le Centre de gestion des études stratégiques du Brésil organisent, du 11 au 13 mai, une réunion ouverte pour traiter divers sujets afférents à la question des changements climatiques.

Adressée principalement aux scientifiques et aux institutions de formation et de recherche et aux décideurs en Amérique latine, au Maghreb et en Afrique sub-saharienne, cette rencontre de grande envergure a pour objectif de faire le point sur les dernières avancées scientifiques et d’identifier les verrous qui restent à lever au sujet de la thématique générale des changements climatiques et leurs impacts sur l’environnement, les ressources naturelles et les sociétés, indique un communiqué de l’Université Ibn Zohr.

L’objectif étant d’explorer la faisabilité d’une mise en place d’une plate-forme d’excellence internationale sur les changements climatiques et leurs impacts en Méditerranée, en Afrique et en Amérique latine en vue d’une gestion durable des ressources naturelles, particulièrement les ressources en eau, en sol, en écosystème végétal et ressources marines, souligne le communiqué.

Il s’agit d’inventer de nouveaux modèles-concepts de coopération scientifique, portés sur l’échange d’expériences, la mutualisation des moyens et des connaissances afin de contribuer efficacement aux processus de formulation des politiques publiques dans ces régions du monde tout en offrant des possibilités de création d’entreprises innovantes par les jeunes formés dans le cadre de cette coopération tripartite, ajoute-t-on.

Les initiateurs de cette rencontre ambitionnent également à travers cette initiative de mettre en réseau des projets de recherches scientifiques et de formations sur le thème de changements climatiques et environnementaux dans les trois régions et ensuite faire immerger des projets collaboratifs de recherche, de formation et d’innovation portant sur les impacts des changements climatiques sur les zones arides, semi arides et les zones montagneuses tout en réalisant des focus sur l’agriculture, la gestion des ressources naturelles et l’adaptation au changements climatique.