Archives de mai 18th, 2016

Vide-Grenier d’été de l’ADFE le 4 juin 2016 (rectification)

Français Du Monde-ADFE Agadir organise son Vide-Grenier d’été le
samedi 4 juin 2016

agenda_vide_grenier

à l’Institut Français d’Agadir (dans la cour de l’ancien Groupe scolaire P.Gauguin)

Ouverture au public : de 10h00 à 18h00
Installation des vendeurs à partir de 08h30

Tarif : 100,00 dhs le mètre linéaire d’emplacement, payable à la réservation.

IMPORTANT : Les adhérents et sympathisants auront priorité pour réserver l’emplacement.
Les réservations seront closes le mercredi 1 juin 2016

Iman Oubou, Miss New York à la conquête du leadership féminin

par Zineb Ibnouzahir – lemarocdesfemmes.com – 21/04/2016

Elle est née à Agadir, y a passé ses 15 premières années, avant de s’envoler en famille pour le Colorado en 2006. Hormis sa plastique parfaite qui lui a valu de décrocher les titres de Miss Colorado et Miss New York en 2015, elle diplômée en biochimie et biologie moléculaire et détient une maîtrise en génie biomédical. Après avoir travaillé pendant deux ans dans la recherche sur le cancer, elle est aujourd’hui experte en communication scientifique et vient de lancer une plateforme dédiée au networking et au leadership féminins, entrepreneursenvogue.com

12144758_10156258781705691_5412465530644933251_n

Rencontre avec une jeune femme aux ambitions débordantes…

En quoi ta vie a-t-elle changé depuis ton élection en tant que Miss New York?

J’ai davantage confiance en moi, je suis plus forte mentalement et surtout prête à partir à la conquête du monde.Incarner Miss New York m’a fait sortir de ma zone de confort et m’a permis de réaliser que ma plus grande passion, et mon objectif le plus cher dans la vie, était de défendre l’autonomisation des femmes et encourager le leadership féminin. C’est le seul moyen pour les femmes de pouvoir influencer, impacter le futur de l’innovation.
Le titre de Miss New York m’a donc donné l’opportunité de devenir un agent du changement et une voix qui servira j’espère à aider une future génération de femmes leaders.

Le monde de la mode t’a-t-il ouvert les bras?

Oui absolument! De nombreuses maisons de mode m’ont contactées pour représenter leurs marques ou pour défiler. Mais je n’accepte pas tout et fait très attention aux choix que je fais. Avant d’accepter une offre, je m’assure toujours que le positionnement de la marque corresponde à mes idéaux et mes principes. Je travaille donc toujours avec des marques qui représentent le « girl power », incarnent les femmes fortes, élégantes et sophistiquées.

Parle-nous de « Entrepreneurs en Vogue »?

« Entrepreneurs en Vogue » est une nouvelle aventure dans laquelle je me suis lancée il y a de cela un an. C’est un site en ligne et une plateforme média qui a pour mission de faire évoluer, de renforcer et d’instruire la nouvelle génération de femmes pionnières et de leaders, à travers le partage de récits personnels. C’est aussi une communauté de femmes entrepreneuses du millénaire qui partagent leurs conseils, les leçons qu’elles ont tirées de leurs parcours , leurs échecs… Tout cela à travers des posts quotidiens, des podcasts et très bientôt, des vidéos en ligne. Ce projet a pris très rapidement beaucoup d’ampleur. Je suis très heureuse aujourd’hui de recevoir tant de soutien et de retours positifs venant de femmes des quatre coins du monde.

En quoi le networking féminin est-il important à tes yeux?

C’est sur ce principe que repose toute ma vie. Les femmes ont besoin de se soutenir les unes les autres pour gagner en autonomie. Nous ne devrions pas devoir compter sur les autres pour nous apporter leur aide ou attendre d’eux qu’ils fassent quelque chose pour nous. Il faut donc créer des rencontres et se connecter avec des femmes à la vision similaire à la nôtre afin de créer une communauté dynamique et forte qui pourra se faire le relais de nos voix et permettre aux femmes d’évoluer dans tous les domaines.

Les hommes savent constituer et entretenir un réseau avec beaucoup de facilité mais ce n’est pas le cas de la plupart des femmes que j’ai été amenée à rencontrer. Celles-ci considèrent généralement le fait de se connecter à d’autres femmes comme une faiblesse ou trouvent cela inutile. L’année dernière, j’ai donc passé le plus clair de mon temps à partir à la recherche de femmes qui soient tout aussi passionnées que moi par le business, l’impact social, l’entrepreneuriat et l’innovation et à construire toute une communauté et une communication autour d’elles afin de faire porter leurs voix.

Cette démarche m’a permis de me rendre compte de l’importance du networking féminin et de son rôle bénéfique et générateur de force, du fait de pouvoir croire les unes en les autres, se serrer les coudes quoi qu’il advienne. C’est le seul moyen de faire des progrès s’agissant des problèmes que rencontrent les femmes de manière générale.

Quel objectif poursuis-tu à travers ce projet?

Mon principal objectif est d’aider des millions de jeunes femmes à travers le monde à gagner en courage et en confiance pour réaliser leurs rêves et leurs aspirations. Mon expérience et mon histoire personnelles sont la preuve que je ne suis pas quelqu’un qui baisse les bras. Je fais partie de deux minorités aux Etats-Unis : je suis une femme et je suis immigrée. Une combinaison qui aurait pu jouer en ma défaveur à bien des égards et notamment en matière d’entrepreneuriat. Mais je n’ai jamais été du genre à laisser mes larmes ou mes doutes envahir ma vie. Je contrôle mon destin et construis mon propre futur sur la base de mes passions et de mon objectif. Le mien est donc d’encourager les femmes à faire plus, à évoluer, à devenir ce à quoi elles aspirent et à s’imposer dans le leadership. Le monde a besoin de plus de femmes leaders.

As-tu des projets au Maroc?

Oui bien sûr ! Je prépare l’organisation d’un sommet global d’influenceurs qui se déroulera pendant trois jours à Marrakech dans le but de débattre de l’importance du leadership féminin dans le futur de l’innovation.

Je collabore également avec « Mission to heal » à l’organisation d’une caravane chirurgicale mobile au Maroc. Nous avions déjà conduit un projet de ce type en avril 2014 dans les hôpitaux d’Agadir et de Taradount, dans la région du Souss principalement, afin de participer à l’apport de soins médicaux aux populations locales. Cette fois-ci, il s’agit donc de se déplacer dans des villages du nord au sud au Maroc, selon un itinéraire précis, pour apporter les soins nécessaires aux villageois qui n’ont pas accès aux hôpitaux ou aux docteurs.

Si Trump est élu président, que feras-tu ?

 Je continuerai de vivre la vie que je mène. Mais honnêtement, je ne pense pas qu’il le devienne. Ca ne m’inquiète donc pas.

Comment as-tu vécu cette campagne électorale et les propos haineux tenus contre les musulmans ?

J’ai la chance de ne pas avoir été affectée par ces propos. A vrai dire, ce que vous voyez dans les médias est bien pire que ce qui se passe réellement et la presse a tendance a surtout mettre en avant les points négatifs. Si Trump a effectivement tenu des propos haineux à l’égard des musulmans, cela ne veut pas dire que les gens dans la rue ou que mon entourage pense la même chose. De toutes les manières, je ne m’entoure pas des personnes ignorantes et dépourvues de culture qui croient à ce genre de discours.

Un mot pour les lectrices du Maroc des femmes ?

A toutes mes compatriotes marocaines : nous avons toutes un incroyable capital de compétences, de beauté, de culture et d’intelligence qui travaille en notre faveur. Ne laissez personne vous définir ou contrôler vos ambitions et vos aspirations. Nous sommes toutes nées avec une passion dévorante en nous et avec l’objectif d’apporter notre contribution au monde qui nous entoure pour en faire un monde meilleur. Si vous n’avez pas encore trouvé ce qui vous passionne, c’est le moment ! Et quand vous aurez trouvé votre voie, mettez y toute votre énergie ! Ne laissez personne vous arrêter, soyez une leader ! Nous avons besoin de plus de Marocaines leaders du millénaire, endossant des rôles innovants. Nous en avons les moyens ! Quant à moi, je suis là pour encourager la superstar qui est en vous !

L’ONDE, présidé par Lalla Meryem, appelle les parlementaires à ne pas voter pour la loi autorisant le travail domestique des enfants

lemarocdesfemmes.com – 15/05/2016

Dans un communiqué de presse publié le 15 mai 2016,  l’Observatoire national des droits de l’enfant, présidé par la princesse Lalla Meryem, exhorte les parlementaires à rejeter le projet de loi autorisant le travail domestique des enfants.

SAR Lalla Meryem

SAR Lalla Meryem

L’Observatoire nationale des droits de l’enfant (ONDE) a appelé les parlementaires à « ne pas voter en faveur de la loi autorisant le travail domestique des enfants », considérant le projet de loi 19-12, dans son volet relatif aux enfants, comme un moyen légal encourageant l’exacerbation du travail domestique des enfants.

L’adoption de ce projet de loi « serait un grand choc et une immense déception pour les militants qui se sont dévoués depuis l’adoption par notre pays de la Convention onusienne il y a 25 ans et même avant, à protéger les droits de nos enfants pour l’éducation, la sécurité et l’égalité des fils et filles pauvres et aisés pour leur avenir à tous », a indiqué l’avis et le plaidoyer de l’ONDE autour du projet de loi relative aux conditions d’emploi et de travail domestiques.

Les parlementaires sont appelés à supprimer le mot « enfant » et les personnes âgées de moins de 18 ans du projet de loi 12-19, a exhorté l’ONDE dans un communiqué parvenu vendredi à la MAP dans lequel il reprend son plaidoyer sur cette question, exhortant les députés à ce que le projet de loi 19-12 stipule formellement « l’interdiction d’employer des personnes âgées de moins de 18 ans ».

L’ONDE a également demandé de « mettre en place une stratégie permettant aux enfants écartés du travail domestique d’accéder aux cycles de scolarisation et de formation », notant que le ministre de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, des secteurs gouvernementaux concernés et des acteurs associatifs avaient déjà « exprimé leur disponibilité à prendre en charge les enfants écartés du travail domestique, et de leur offrir la possibilité de réintégrer les cycles scolaires et de formation professionnelle dans des conditions leur permettant de préserver leur dignité ».

Dans le cadre de ses missions relatives au suivi de l’application de la Convention onusienne des droits de l’enfant et de la conformité des législations nationales avec les dispositions de ladite convention, l’ONDE explique avoir soumis une note au président de la Chambre des représentants et à la présidente de la Commission des secteurs sociaux ainsi qu’aux membres de la Commission qui émettront un vote sur le projet de loi 19-12 la semaine prochaine, et ce afin « de souligner les disparités et les contradictions entre les dispositions du projet de loi actuel d’un côté et les engagements du Royaume du Maroc dans les conventions et traités internationaux et la Constitution…, de l’autre ».

Le communiqué relève que l’ONDE a présenté de nombreux plaidoyers à tous les niveaux et devant plusieurs tribunes nationales et internationales pour défendre la cause des enfants.

Le travail des enfants en général et le travail domestique en particulier ont connu un grand recul grâce aux efforts de tous, s’est félicité le communiqué, ajoutant que tout le monde milite pour surmonter ce défi dans un avenir proche.

L’ONDE a aussi salué le grand intérêt porté par les deux chambres de l’institution législative à la loi 19-12, exprimant sa gratitude pour les membres du parlement qui ont permis le report de l’adoption de ce projet et d’ouvrir la porte de consultations avec les différents acteurs concernés afin de sonder leurs avis sur l’âge minimum de travail domestique.

De même, l’ONDE a exprimé sa disponibilité à contribuer sur le terrain et à sensibiliser pour une mobilisation générale dans la mise en œuvre de ce travail et de cette approche citoyens.

AGADIR : LA FONDATION MOHAMMED VI LANCE LES TRAVAUX D’UNE RÉSIDENCE HÔTELIÈRE

par Yassine SABER – leseco.ma – 17/052016

Au-delà des prestations offertes à ses adhérents en matière de logements, la Fondation Mohammed VI de la promotion des œuvres sociales, de l’éducation et de la formation est en train d’étoffer son offre de voyages et de loisirs.

fondation mohammed VI

En plus du Centre de Marrakech, classé établissement 4 étoiles et qui a mobilisé un coût d’investissement égal à 168 MDH, la Fondation Mohammed VI vient de donner, en tant que maître d’ouvrage, les premiers coups de pioche relatifs aux travaux de construction d’un centre de vacances sous forme d’une résidence hôtelière à Agadir, au niveau de la zone Founty. Déjà, les panneaux afférents à l’ouverture du chantier ont été installés et les pelleteuses et autres engins du chantier viennent d’entrer en action à travers la réalisation du 1er lot afférent à la réalisation des terrassements et gros œuvres.

D’autres projets de construction de centres de vacances ont été programmés dans les principales villes touristiques du royaume dans le cadre de l’hôtellerie de plein air, notamment à Azemmour et Saidia. La fondation se penche également sur des projets de construction d’hôtels et d’appart’hôtels à El Jadida et Ifrane, avec respectivement 80 et 120 MDH.

Réunion et repas des adhérents à l’Association d’aide aux enfants du Siroua

Hier midi, les membres de l’Association qui pouvaient venir se sont retrouvés avant le départ en vacances d’un certain nombre d’entre nous, pour une amicale réunion où le bilan des actions 2015/2016 a été présenté.

Distribution de vêtements chauds et chaussettes :
301 survêtements et 602 paires de chaussettes chaudes ont été distribués aux enfants des douars de montagne du Siroua : Tazount, Arg, Aït Mzil, Toukarine, Ihoukarne

artfichier_701406_5540961_201603132727561

Aménagement d’écoles:
– Fourniture des matériaux pour la construction d’un mur de protection de la cour de récréation de l’école du douar d’IDGHAGHA (une plateforme de béton qui donnait directement sur le précipice)

big_artfichier_701406_5318656_201512013229845

– D’autres projets sont à l’étude (construction de WC dans certaines écoles, installation d’éclairage électrique de salles de classe…

Après cette présentation dans une ambiance très conviviale, tous se sont retrouvés à table pour déguster une excellente paella :

IMG_9521 IMG_9522 IMG_9523 IMG_9524 IMG_9525 IMG_9527

   Nous aimerions pouvoir intervenir auprès d’autres écoles des villages qui sont implantés autour du mont Siroua, par la distribution de fournitures scolaires, de vêtements……

        Pour cela nous avons besoin de la générosité de toutes les personnes qui se sentent concernées par ces actions. 

        L’idéal est que chaque personne qui participe financièrement soit à même de suivre cette intervention dans son intégralité, c’est à dire :

– être associé à la recherche et à l’achat des vêtements,

– mais surtout pouvoir participer à la distribution (il n’y a pas plus belle récompense que de voir le visage des enfants et leur sourire, lorsqu’ils reçoivent leur cadeau).

Montant de l’adhésion : 30 euros ou 330 dirhams.

(Le montant des adhésions et des dons est affecté exclusivement aux actions en faveur des enfants du Siroua).

VOUS POUVEZ VOUS JOINDRE A NOUS EN LAISSANT UN PETIT MOT A L’ADRESSE :

enfanstdusirwa@gmail.com

OU EN NOUS CONTACTANT PAR TÉLÉPHONE :
+212
6 22 16 41 97

 

 

%d blogueurs aiment cette page :