Archives de mai 20th, 2016

Agadir : Festival Africain des arts populaires du 25 au 29 mai 2016

A l’ occasion de la Journée mondiale pour l’ Afrique, et en raison de l’importance de la dimension africaine des composantes culturelles marocaines, le Festival Africain des Arts Populaires se tient à Agadir du 25 au 29 mai. 

La cérémonie d’ouverture aura lieu le jeudi 26 mai 2016 dans la salle de la Chambre de Commerce et d’Industrie et Services d’Agadir. A cette occasion, plusieurs femmes africaines

Un spectacle folklorique sera présenté au théâtre de plein air de la municipalité le 28 mai 2016 à 19 H 00

df11269d-6e9f-4874-90c1-f16eb31cf1d8

Le programme

programme 11 programme 12

Exposition-vente de broderies et tapis de la coopérative féminine d’Agouim

Agouim est un petit village du haut Atlas situé à quelques kilomètres du Tizi n’Tichka où les soeurs franciscaines ont fondé une coopérative artisanale de broderie et manufacture de tapis qui fait vivre actuellement environ 250 femmes de la montagne.

Agouim

L’exposition de broderies de la coopérative féminine d’Agouim se tient au Hyatt Place de Taghazout jusqu’à lundi 23 mai au soir.

IMG_9583

Nous sommes toujours en admiration devant le travail exceptionnel que ces brodeuses savent faire !

Aussi bien pour les broderies :

IMG_9578 IMG_9579 IMG_9580 IMG_9581 IMG_9582

Que pour les tapis :

IMG_9584Et il y avait déjà un peu de monde ce matin pour admirer le travail et acheter :IMG_9586

dépêchez-vous d’aller les voir avant qu’elles ne soient parties !

Rencontre avec l’auteur Hafid Aboulahyane

Nous avons rencontré hier, Hafid Aboulahyane et eu beaucoup de plaisir à bavarder un bon moment avec lui.

Hafid Aboulahyane

Qui est Hafid Aboulahyane ?

Né en 1978 à Orsay dans l’Essonne de parents marocains d’origine berbère de la région des Aït Baha, Hafid Aboulahyane a grandi aux Ulis. il s’inscrit en 1994 au cours d’art dramatique Dominique Viriot, pour trois ans, avant de devenir acteur pour le théâtre, le cinéma et la télévision. Parallèlement, il s’initie à l’écriture de scénarii et à la réalisation. En 2005, il crée sa société de production et produit des courts métrages et des documentaires de jeunes talents issus de la banlieue. Il a déjà réalisé trois films : La Chemise bleue (2007), Le Forum (2007) et La marche des crabes(2009).

Hafid Aboulahyane, dit Hafidgood, ajoute une nouvelle corde à son arc en 2014 en publiant son tout premier roman, « 31 février » à travers lequel Hafigood exprime, entre autres, sa relation je t’aime, moi non plus avec Agadir, une ville à l’image du Maroc, entre tradition et modernité.
Hafid Aboulahyane a l’intention de tourner un film dans un très proche avenir à partir de ce roman.31 fevrier

31 février

Le 31 février, raconte l’histoire de Sami, un gosse de banlieue, né d’un père marocain et d’une mère lorraine, qui entraîne deux amis dans les affaires immobilières à Agadir, sûr de réussir au pays de ses racines. Un voyage de ces « trois pieds nickelés » de Creutzwald, la ville de Moselle où ils sont nés, qui va s’avérer plus rocambolesque que prévu.

Des idées, Sami en a à revendre. Des tonnes !
Si bien que Creutzwald, la ville de Moselle ou il vit, semble trop petite pour lui.
Quand il propose à ses amis Fabrice et Souleymane, mal engagés dans la vie eux-aussi et qui rêvent d’un nouveau départ, de s’enrichir dans l’immobilier au Maroc, personne ne lui résiste ! Qu’importe que Fabrice soit neurasthénique et Souleymane, un jeune homme d’origine sénégalaise, poète et philosophe, plus sensible à l’âme humaine qu’aux chiffres, Sami maîtrise l’art de la débrouille pour trois.
Et puis, le Maroc étant le pays de ses racines paternelles, Sami sera un peu chez lui et, tel l’enfant prodigue, reçu comme un roi !
Premier contact, première arnaque !
A Agadir, Sami et sa bande pensent avoir flairé la bonne affaire : faire l’intermédiaire entre Omar, un commerçant local, et Blanche, l’envoyée d’une agence française. Sami se retrouve bientôt aux prises avec le rusé Omar, avec un légionnaire ami de Omar, qui brûle de lui faire la peau, et avec la ravissante Blanche qu’il a malencontreusement ruinée, dont il est tombé éperdument amoureux et à qui il promet de récupérer sa mise et même davantage…
Embarqués dans une course poursuite à travers le Maroc, Sami, Blanche et ses amis vont devoir se cacher un moment pour sauver leur peau. Mais le goût des affaires plus ou moins véreuses va vite reprendre le dessus…


Si vous souhaitez lire ce livre, vous pouvez le commander à votre libraire.
En voici les détails :

Broché: 232 pages
Editeur : Plon (10 avril 2014)
Langue : Français
ISBN-10: 2259221343
ISBN-13: 978-2259221344

Transport aérien : Trois nouveaux hubs de fret en projet

par Saïd Naoumi – lematin.ma – 19/05/2016

Le ministère de l’Équipement dévoilera, la semaine prochaine, les résultats de l’étude sur le développement du fret aérien. Celle-ci prévoit trois projets de hubs à Casablanca, Tanger et Agadir. Ces derniers devront être connectés aux hubs maritimes et aux plateformes logistiques.

Le ministère de l’Équipement dévoilera, la semaine prochaine, les résultats de l’étude sur le développement du fret aérien. Celle-ci prévoit trois projets de hubs à Casablanca, Tanger et Agadir. Ces derniers devront être connectés aux hubs maritimes et aux plateformes logistiques.

C’est fait. Le département de l’Équipement a finalisé l’étude sur le développement du fret aérien. Ses résultats seront dévoilés la semaine prochaine lors d’un séminaire à Rabat. Selon une déclaration de Aziz Rabbah au «Matin-Éco», en marge du Forum international des transports (du 18 au 20 mai à Leipzig en Allemagne), l’étude a identifié trois projets de hubs spécialisés dans le fret aérien. Le premier sera installé à Casablanca, le deuxième à Tanger et le troisième à Agadir. «Pour Casablanca, nous n’avons toujours pas fixé l’emplacement de ce projet de hub. En tout cas, deux positions stratégiques sont à l’étude à savoir Nouaceur et Benslimane», précise Rabbah. Pour le ministre, l’essentiel c’est que les trois hubs soient connectés aux hubs maritimes et plateformes logistiques. «Un hub de fret aérien ne doit pas être conçu sans prendre en considération les autres projets prévus par la stratégie nationale de développement de la logistique. Tout doit être lié pour pouvoir concrétiser une intermodalité», insiste le ministre.

L’étude sur le développement du fret aérien est venue compléter la stratégie nationale de développement de l’aviation civile. Celle-ci prévoit une multiplication par quatre de la capacité aéroportuaire nationale à travers l’extension des infrastructures existantes et la mise en place de nouveaux aéroports. «Le développement de ces infrastructures à Casablanca, Rabat et à Marrakech nous permettra de disposer de véritables aero-cities avec tous les services connexes et d’autres développements à caractère touristique et logistique», affirme Rabbah. Après Marrakech qui devra accueillir son nouvel aéroport à partir de 2025, la ville de Dakhla aura également son hub aérien. «Ce projet d’infrastructure aéroportuaire devra compléter le hub portuaire de la ville. Ce qui permettra au Maroc d’offrir à l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale un véritable hub logistique complet», souligne Rabbah.

Le ministre met, par ailleurs, en avant le code de l’aviation civile adopté récemment par les deux chambres du Parlement. «Ce texte de loi offre une visibilité en ce qui concerne le processus de prise de décision, la sécurité aérienne, la qualité des services et le partenariat public-privé dans le secteur. Au-delà de tout cela, le nouveau code donne la possibilité de réviser ce qu’on appelle l’espace aérien», explique Rabbah. Concrètement, la capacité de l’espace aérien marocain devra être multipliée par deux dans les années à venir. Objectif, capter plus de trafic dans l’espace aérien national. Il s’agit aussi d’optimiser les lignes. Ce qui aura un impact positif sur l’ensemble du secteur du transport aérien et son écosystème.

%d blogueurs aiment cette page :