Archives de mai 25th, 2016

AGADIR : LA DÉGRADATION DES SOLS EN DÉBAT

par Yassine Saber – leseco.ma – 25/05/2016

C’est aujourd’hui que la ville abrite les travaux de l’atelier national de démarrage officiel du projet d’aide à la décision pour l’intégration et l’extension de la gestion durable des terres.

32%65409_eco_25-05-2016_p25-1.qxp

Déficit pluviométrique, surexploitation des surfaces boisées et érosion des sols…Il va sans dire que les terres arables sont en nette diminution et il est actuellement urgent de trouver un nouveau système de gestion et de gouvernance des sols qui soit en mesure de répondre de manière systématique et intégrée au défi du développement socioéconomique. À cet égard, la ville d’Agadir abrite les travaux de l’atelier national de démarrage officiel du projet d’aide à la décision pour l’intégration et l’extension de la gestion durable des terres. Ce projet est le fruit d’un partenariat international rassemblant la FAO, le panorama mondial des approches et techniques de conservation-Wocast ainsi que le Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Quinze pays partenaires sont touchés par la problématique de la dégradation des terres dont le Maroc.

La composante nationale de ce projet est exécutée par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, qui assurent également le cofinancement dudit projet. «D’une durée de 3 ans, ce projet permettra au niveau de la région Souss-Massa de lutter contre la dégradation des terres à travers la promotion d’outils cartographiques et l’évaluation de la dégradation et des pratiques en matière de gestion durable des terres y compris la gestion des bassins versants, la résilience climatique, ainsi que l’élaboration des outils d’aide à la décision», explique Ouchna Rochdi, chef du Centre technique pour le suivi de la désertification à la Direction régionale des eaux et forêts à Agadir.

Dans le détail, le Maroc mettra en œuvre les pratiques de gestion durable des terres (GDT) dans 3 zones de démonstration locales menant à l’adoption et la mise à l’échelle progressive de technologies de GDT à travers le développement d’une stratégie d’intégration et de transposition à grande échelle. Au-delà de la présentation des contours de ce projet, l’atelier permettra de se concerter, avec les parties prenantes sur le plan de travail et l’approche stratégique à suivre.

Les travaux vont inclure également la définition des rôles et responsabilités de l’ensemble des intervenants pour le bon déroulement du projet. Pour rappel, les trois composantes du projet s’articulent autour de la mise à l’échelle et l’intégration de la gestion durable des terres, la gestion des connaissances et le suivi ainsi que l’évaluation. L’atelier englobera également le partage des connaissances et des expériences vécues dans le cadre du projet LADA érigé en Tunisie.

Souss / Mobilité urbaine : Agadir aura ses bus à haut niveau de service

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 25/05/2016

  • La convention signée avec Nantes Métropole et la commune urbaine reconduite
  • Un moyen de transport plus respectueux de l’environnement
BHNS à Nantes

BHNS à Nantes

Nantes Métropole continue à appuyer la commune urbaine d’Agadir. Elle lui apporte une assistance technique de renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage pour la réalisation d’un réseau de lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) dans le chef-lieu du Souss. C’est dans ce sens que la convention de partenariat signée entre les deux villes vient d’être reconduite la semaine dernière. Cette nouvelle convention a une durée de validité de cinq ans, 2016-2021. Elle se substitue ainsi à celle conclue le 5 octobre 2011 et qui devait s’achever à fin 2015. Nantes met donc aujourd’hui au service de la commune son expérience d’autorité organisatrice des transports de l’agglomération nantaise. Sa mission de conseil se concentrera sur la question de l’intégration de la ligne BHNS dans un système global de transport public. Avec pour objectif des enjeux institutionnel, d’organisation technique et tarifaire. Dans le détail, Nantes appuiera la commune urbaine d’Agadir dans la mise en place de la Société de développement local (SDL) «mobilité urbaine», futur maître d’ouvrage. Elle participera à la redéfinition du réseau de transport en lien avec la BHNS et le Plan de développement urbain (PDU). Et de la tarification, en partenariat avec l’exploitant Alsa. Elle soutiendra également le lancement des études de faisabilité de la deuxième ligne de BHNS tel que prévu par le PDU… La première phase de ce projet prévoit le lancement de la première ligne de BHNS qui reliera le port à Tikiouine en passant par la ville nouvelle, le souk et le complexe universitaire.
L’étude de faisabilité de cette première ligne intra-muros ayant déjà été livrée du temps de l’ancien mandat. Ainsi, il est prévu de transporter entre 40.000 et 60.000 usagers par jour par ces bus de 18 mètres articulés, avec des navettes toutes les 5 minutes. Ce moyen de transport ayant l’avantage d’être rapide,  confortable, plus respectueux de l’environnement  et moins coûteux. Pour plus de précision, 1 km en tramway est égal à 4 km en BHNS. Une deuxième ligne BHNS devrait relier Aït Melloul à Agadir en passant par Inezgane et Dcheira. En attendant cette révolution du paysage de la mobilité locale, le transport en commun dans le Grand Agadir et jusqu’à Chtouka Aït Baha, est dominé par la société Alsa. 200.000 usagers empruntent chaque jour les 201 bus mis en service par Alsa.
Pour rappel, l’étude du projet d’implantation d’un BHNS à Agadir est initiée par la commune en partenariat avec l’agglomération de Nantes Métropole dans le cadre de coopération décentralisée relative à la mobilité et au transport.

Opération décongestionnement

Concernant  la voirie, ce sont plus de 140 km de nouvelles rocades et d’axes structurants qui sont prévus. En plus d’une redistribution du trafic pour le soulagement des voies les plus congestionnées.
Plus de 30 km de traversées urbaines seront ainsi apaisées.
Et 50 km de pistes rurales aménagées. Les pôles d’échanges serviront à améliorer les transbordements.
Une dizaine de stations de taxis seront également améliorées et équipées.
Des pistes cyclables sont prévues le long des deux rives de l’oued Souss.
La marche à pied comme activité est aussi prise en compte par le PDU : 190 km d’itinéraires piétons au niveau du Grand Agadir seront ainsi aménagés, signalisés et jalonnés pour assurer la qualité, la commodité et l’accessibilité des parcours à pied, urbains et interurbains comme mode de déplacement habituel.

Il faut rappeler que le PDU résulte des orientations du Schéma directeur d’aménagement urbain de l’agglomération du Grand Agadir (SDAU). Il servira de référence pour toutes les décisions politiques et d’orientation pour le Grand Agadir et ce, jusqu’en 2022.

Retrouvailles !

.

Visite aujourd’hui au Riad de l’Olivier pour y retrouver nos chers Marc et Fairouz.

Quel plaisir de les retrouver tous les deux souriants et si contents d’être de nouveau chez eux !

IMG_9803

On peut dire que Fairouz n’a pas perdu la main pour la cuisine : elle nous avait concocté (nous étions 6 avec eux), un gigantesque sar royal de 7 kilos, vraiment une belle bête !

IMG_9798 Non, ce n’est pas un piranha ! mais quand il mord, ça doit faire mal quand-même !IMG_9801Il était délicieux, on s’est régalé, mais malgré notre appétit, il en est resté !IMG_9802

 

Urgent : demande de donneurs de sang groupe 0 –

Communiqué par l’UFE Agadir :

Aux adhérents et non adhérents UFE,

Nous sommes à la recherche pour un accidenté de la route, de donneurs de sang :

O NÉGATIF

Contactez d’urgence Jean Michel Cortes
au  06 19 56 74 47 pour informations

patch-3d-groupe-sanguin-o-neg-o-negatif-rouge

%d blogueurs aiment cette page :