Archives de mai 27th, 2016

Le Maroc très exposé aux catastrophes naturelles

huffpostmaghreb.com – 27/05/2016

People look at a road submerged in floodwaters near southern Marrakech, October 31, 2012. Torrential rains have caused heavy flooding and damage to property throughout the southern coastal region of Morocco. REUTERS/Abderrahmane Mokhtari (MOROCCO - Tags: DISASTER ENVIRONMENT)

People look at a road submerged in floodwaters near southern Marrakech, October 31, 2012. Torrential rains have caused heavy flooding and damage to property throughout the southern coastal region of Morocco. REUTERS/Abderrahmane Mokhtari 

Quels sont les risques naturels qui guettent le royaume? C’est la question à laquelle tente de répondre une étude sur la gestion des risques naturels au Maroc, réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et présentée mercredi dernier à Rabat.

Il en ressort que les inondations, la sécheresse, les tremblements de terre et les tsunamis arrivent en tête catastrophes naturelles auxquelles est exposé le Maroc.

« La fréquence et l’intensité croissantes des catastrophes naturelles constituent une menace réelle et actuelle aux progrès du développement dans le monde entier, et le Maroc ne fait pas exception », prévenait déjà la Banque mondiale en avril dernier.

Pour rester dans l’actualité, il y a trois semaines, des inondations dans les provinces de Taroudant et Ouarzazate ont fait six morts et deux portés disparus. Près d’un an et demi plus tôt, de graves intempéries ont causé la mort de 32 personnes au sud-est du pays, notamment dans les régions de Guelmim, Agadir-Ouarzazate et Marrakech.

La pire catastrophe naturelle remonte à 1995, dans la station touristique de l’Ourika, à proximité de Marrakech. Plus de 200 personnes y avaient laissé la vie, entraînées par les crues de la vallée.

Des déficits de gouvernance

Mais là où le bât blesse, c’est dans la gestion de ces risques: « Il reste des déficits de gouvernance très clairs, avec des politiques trop sectorielles, mono-risques, descendantes, insuffisamment inclusives et qui privilégient la réponse d’urgence et les approches structurelles », souligne l’OCDE, qui ajoute que « l’attribution mal établie ou mal comprise des responsabilités et des ressources à des parties prenantes empêche l’émergence d’une stratégie commune ».

Une facture salée

Selon l’Indice mondial 2016 du risque climatique (CRI) publié en décembre dernier par l’ONG allemande Germanwatch, le coût humain et financier lié aux catastrophes naturelles au Maroc s’élève à 53 morts et 7 milliards de dirhams sur l’année 2014.

Les tremblements de terre coûteraient chaque année environ 1,5 milliard de dirhams au royaume. Quant aux inondations, le Maroc débourserait environ 1,3 milliard de dirhams par an, selon l’édition 2015 du Global Assessment Report (GAR) publiée par le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles (UNISDR).

Autoroute de contournement de Rabat: l’ouverture est bien prévue pour juin

media24.com – 27/05/2016

Ponts_a_haubans_rabat_home00

Avec un coût estimé à 2,88 MMDH et une longueur de 41,1 km, l’autoroute de contournement de Rabat sera inaugurée en juin prochain.

Le directeur général d’Autoroutes du Maroc (ADM), Anouar Benazzouz, qui s’exprimait au cours d’un point de presse sur les performances de 2015 de sa compagnie, a affirmé que l’autoroute en question est prête pour la livraison en juin, mais qu’ADM n’est toutefois pas responsable de son ouverture: « ADM est responsable de la livraison, mais c’est la tutelle qui décide de la date d’inauguration. En principe, celle-ci est prévue pour le mois de juin. » Du côté du ministère de l’Equipement, cette date est confirmée.

Avec un coût estimé à 2,88 MMDH et une longueur de 41,1 km, l’autoroute de contournement de Rabat permettra la connexion entre les autoroutes qui convergent vers l’agglomération de Rabat-Salé en provenance du sud (autoroute Rabat – Casablanca et son prolongement vers El Jadida, Béni Mellal, Marrakech, Agadir), de l’est (autoroute Rabat-Fès-Oujda) et du nord (autoroute Rabat – Tanger). C’est un moyen d’éviter la traversée des villes de Témara, Rabat et Salé.

Ci-après les prévisions de trafic attendu sur l’autoroute de contournement de Rabat à différents horizons et au niveau de chaque section:

(*TMJA: Trafic moyen journalier par année)

Les travaux de « L’Art d’entreprendre » se poursuivent aujourd’hui et demain à Agadir

unnamed

L’Institut français d’Agadir organise, du mercredi 25 au samedi 28 mai prochains, un événement sur le thème: « L’art d’entreprendre ». Ces journées proposent conférences, débats, ateliers et projections autour de la notion d’entreprendre sur le plan économique, social, philosophique, politique, culturel, personnel, etc. L’événement est organisé avec le soutien de l’ambassade de France (service culturel et service économique régional), le consulat général de France a Agadir, la Wilaya de la région Souss Massa, ainsi que de nombreux acteurs locaux, dont le CRT, l’ENCG, l’OFPPT, el le CFCIM d’Agadir. Il est a signaler que l’accès aux conférences est en entrée libre. tandis que l’accès aux ateliers est sur inscription.

Programme de « L’art d’entreprendre » pour les deux dernières journées :

Dépliant L'ART D'ENTREPRENDRE

Dépliant L'ART D'ENTREPRENDRE

Agadir : La FAO et le Maroc organisent un atelier en Mai

agrimaroc.ma – 27/05/2016

Du 25 et 26 mai à Agadir, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) du Maroc organisent un atelier de lancement du projet “Aide à la décision pour l’intégration et l’extension de la gestion durable des terres”.

D’après la FAO, le budget global de ce projet s’élèverait à plus de 44 millions de dollars. Ce projet a été engagé dans le cadre d’un partenariat international entre la FAO, le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et le Panorama Mondial des Approches et des Technologies de Conservation (WOCAT-World). Le Maroc est l’un des 15 pays participant à ce projet international qui représente différents continents et zones agro-écologiques. Il sera étalé sur une période de trois ans, financé par le FEM et cofinancé par les 15 autres pays.

Le Maroc et ses écosystèmes naturels

Cet atelier de lancement, qui sera organisé à Agadir, sera l’occasion de diffuser les connaissances sur les composantes et les synergies nationales, régionales et internationales du projet aux partenaires nationaux. Le Maroc qui se caractérise, notamment, par une très grande diversité d’écosystèmes naturels en termes de sols, de végétation, d’eau et de diversité génétique.

Ces éléments constituent la principale richesse naturelle du Royaume et elles doivent être pérennisées afin que la population puisse continuer à y vivre. Mais les ressources du Maroc sont fragiles et menacées de dégradation rapide. La surexploitation, les pratiques inappropriées de gestion des terres et les effets du changement climatique menacent les ressources du Maroc en terre et en eau.

Conservation et préservation des ressources naturelles

Le Maroc a toutefois accordé une importance de taille à la conservation et à la préservation des ressources naturelles et du capital en terres productives, dans le cadre des différentes stratégies et programmes que le Royaume a établi dans le domaine agricole. Le Maroc dispose d’une expérience large et diversifiée en matière de gestion conservatoire des sols et de préservation du patrimoine en terres productives.

Un programme de conservation des terres agricoles, portant essentiellement sur la réalisation de travaux anti-érosifs, a été défini et mis en œuvre dans le cadre de projets de développement et de mise en valeur en zones pluviales. Objectif : impliquer des agriculteurs, les faire participer dans l’identification, la formulation, la programmation, l’exécution et le suivi des actions à mener.

Le projet visant à lutter contre la dégradation des terres

L’ampleur du phénomène de la dégradation des terres touche plus de 92% des terres. La mise en place d’une action énergique en termes de lutte contre l’érosion semble nécessaire. Cette action requiert un intérêt technique et financier des pouvoirs publics associés à l’encouragement de l’initiative privée à travers le renforcement des incitations en la matière.

Le projet vise ainsi à trouver les réponses pratiques aux problèmes liés à la dégradation des terres et son impact sur la production agricole, la fourniture de services écosystémiques, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance en milieu rural. Le projet permettra au Maroc d’être appuyé dans ses prises de décisions relatives à la dégradation des terres et à la désertification par une gestion durable des terres, qui est une préoccupation majeure pour la réalisation des objectifs de développements durable à l’horizon 2030.

Produits de terroir : Agadir se met à l’heure du SNAPT 2016

 MAP-lematin.ma – 27/052016

Souss_SNAPT-2016.jpg Promouvoir les produits de terroir, favoriser l’échange des expériences et des idées en plus de susciter l’intérêt du grand public pour ce secteur dans la région Souss-Massa. Ph : MAP
 Le coup d’envoi de la 4e édition du Salon national des produits de terroir (SNAPT 2016) a été donné jeudi à Agadir lors d’une cérémonie présidée par le wali de la région de Souss-Massa, gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Zineb El Adaoui.

Co-organisée par l’association du Salon national des produits de terroir et la Chambre d’agriculture de la région Souss-Massa, sous l’égide du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, cette édition qui se poursuit jusqu’au 30 mai a pour buts de promouvoir les produits de terroir, favoriser l’échange des expériences et des idées en plus de susciter l’intérêt du grand public pour ce secteur.

Le Salon occupera cette année une superficie de 3.000 mètres carrés et connaîtra la participation de 150 exposants régionaux, nationaux et internationaux.

Dans son volet technique, le programme de cette édition prévoit des ateliers scientifiques autour de thèmes relatifs à la production, la valorisation et la commercialisation, de même que des panels dédiés aux différentes filières des produits de terroir.

Le programme comprend également des ateliers de dégustation des produits de terroir et de présentations de plats confectionnés à base de ces produits ainsi que des animations pédagogiques, culturelles et folkloriques.

Il est prévu également d’organiser une démonstration des circuits des produits de terroir au profit du public et des coopératives représentant d’autres régions du Royaume.

Merci Madame le Wali et continuez, notre belle ville d’Agadir a tant besoin de vous !

DSC_3039

علمت الجنوب 24 من مصادر مطلعة  أن الوالي العدوي تلقت تأنيبا من طرف جهات حكومية وذلك على أعقاب خلقها لصفحة على مواقع التواصل الاجتماعي والتي لقيت استحسان ساكنة سوس . هذا وقالت مصادر خاصة للجريدة أن جهات حكومية غير راضية على تحركات الوالي العدوي التي أصبحت تزعج بعض السياسيين والمنتخبين الذين اشتكوا في كثير من المرات الوالي لمسؤولين نافذين في الدولة. هذا وعلمت الجريدة ان الوالي بادرت إلى إزالة صفحتها الشخصية على الفايسبوك خصوصا وان فترة الانتخابات حساسة. إذ مع اقتراب الانتخابات، السياسيون لا يريدون من ينافسهم على الظهور  في اللقاءات وعلى المنصات. ويبدو أن العدوي ينتظرها منصب كبير في الدولة رغم ما تتعرض له من مضايقات من طرف المنتخبين. وتجذر الإشارة إلى أن أحد الأحزاب السياسية ما فتئت قياداته الجهوية

Ce qui est dit en arabe c’est que Mme Le Wali a été forcée suite à des pressions de sa hiérarchie de supprimer sa page facebook et que certains élus locaux d’Agadir n’apprécient pas le fait qu elle soit mise au devant de la scène plus qu’eux et qu’un poste important au haut sommet de l’état l’attende par la suite…

Quelques réactions relevées sur Facebook :

Ahmed Oucharif : Effectivement a Agadir a besoin d’être valorisée dans tous les domaines alors les gadiris vous devez soumettre vos doléances à notre chère wali et la soutenir dans ses efforts pour le bien être des gadiris et le vivre ensemble.

Hassan El Kroni En tout cas, Nous, Gadiris de naissance,nous Lui témoignons toute notre considération et nos encouragements ..Merci Madame Le Wali …!!!

Laila Khouimi : Nous devrions nous exprimer, nous, citoyens gadiris pour que Mme la Wali (je le féminise consciemment) reste au minimum 4 ou 5 ans sur notre perle du Sud. C’est une brave dame, honnête, cultivée et dynamique. Beaucoup de projets verront le jour sous son mandat !!

Touria Ouchehad Boulbaroud : Cette grande dame est un cadeau de Dieu et nous remercions sa Majesté le roi de nous avoir donné ce privilège. Elle a apporté une dynamique inattendue et nous retrouvons de l’espoir par sa présence, ses actions, et la qualité de son travail. C’est une grande dame. Elle doit rester parmi nous même 12 ans. Nous sommes une Région en manque de vision et de leadership que Madame El Adaoui représente avec beaucoup de naturel. Merci chère Madame; Nous sommes la derrière vous et derrière la volonté de sa majesté. Non aux manipulations politiques et individuelles qui ont tué notre Région et notre ville d’Agadir.

Racha Rida : Je confirme.C’est une dame pleine d’énergie et de dynamisme. Si elle reste elle fera de notre ville un joyau inestimable. Qu’Allah la protège.

Naoual Bakry : Cette dame est respectée de partout. Les gens de la région du Gharb la pleurent . Vous avez de la chance de l’avoir. Thallaou fiha

Rachida Ighriss : Tout a fait d accord avec vous mesdames . Bravo Madame le Wali et bonne continuation.

 

 

Le Salon des produits du terroir relève la barre

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 26/05/2016

  • 150 exposants triés sur le volet à la 4e édition qui se déroule du 26 au 30 mai à Agadir
  • Pousser les coopératives à se professionnaliser pour investir les foires à l’étranger
  • Près de 50.000 visiteurs attendus
En cinq ans, à peine une quarantaine de coopératives ont réussi à décrocher la labellisation Indice géographique protégé (IGP) ou encore Appellation d’origine protégée (AOP). Une situation qui s’explique par les conditions strictes auxquelles sont soumises les coopératives postulantes. Elle s’explique aussi par la difficulté d’accès à l’information, la plupart des coopératives se trouvant dans les milieux ruraux éloignés. Pourtant, la Chambre d’agriculture de la région Souss Massa organise chaque année des journées de sensibilisation à leur intention.

En cinq ans, à peine une quarantaine de coopératives ont réussi à décrocher la labellisation Indice géographique protégé (IGP) ou encore Appellation d’origine protégée (AOP). Une situation qui s’explique par les conditions strictes auxquelles sont soumises les coopératives postulantes. Elle s’explique aussi par la difficulté d’accès à l’information, la plupart des coopératives se trouvant dans les milieux ruraux éloignés. Pourtant, la Chambre d’agriculture de la région Souss Massa organise chaque année des journées de sensibilisation à leur intention.

Une sélection rigoureuse a permis d’arrêter le choix sur les 150 exposants qui vont participer à la quatrième édition du Salon national des produits du terroir (Snapt). Pour cette version 2016, qui se déroule du 26 au 30 mai, les organisateurs ont revu à la hausse les critères de sélection.
Une façon de pousser les gens du métier à s’organiser en coopératives et à aller à la chasse de la labellisation. Un sésame qui peut ouvrir, non seulement les portes du Snapt, mais aussi celles des foires internationales. «Notre objectif est de relever la barre pour que les producteurs soient conscients de l’intérêt de valoriser le produit pour une meilleure optimisation sur toute la chaîne de valeur», a déclaré Haj Ali Kayouh, président de la Chambre d’agriculture de la région Souss Massa. Un espace a ainsi été réservé aux coopératives effectivement labellisées et un autre à celles qui répondent aux normes, mais en attente de certification. Contrairement aux éditions précédentes, la manifestation va avoir lieu à la Place Al Amal, plus spacieuse et surtout plus agréable pour recevoir ce genre de festivités. Une décision judicieuse de mettre en service cette place qui d’habitude ne sort de sa léthargie qu’une fois par an lors du festival Timitar. Conscients de cela, les responsables ont apparemment décidé d’inverser la tendance dans le bon sens. Pour preuve, cette même place Al Amal vient d’accueillir et durant 10 jours le Salon automobile organisé par Sodisma et Renault Maroc.
Le Snapt 2016 s’étend donc sur une superficie de 3.000 m2 et retient pour thématique «La recherche scientifique au service des produits du terroir». Un espace va ainsi être dédié aux ateliers et conférences dont les thèmes vont de la production, valorisation,  commercialisation, des produits du terroir… aux signes distinctifs d’origine et de qualité (SDOQ). «La domestication de l’arganier et des plantes aromatiques et médicinales (PAM) pour une culture durable dans la biosphère de l’arganier» est parmi les autres thématiques traitées. «Ce salon met en œuvre les orientations du plan Maroc Vert sur le volet développement et promotion des produits du terroir qui sont un vrai levier économique local», explique Hro Abro, directeur de l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA).
Les organisateurs prévoient également d’organiser un circuit pour les produits du terroir au profit des coopératives. Il s’agira d’emprunter la fameuse «route du miel» en passant par une vallée aux couleurs contrastées, avec des plateaux couverts d’arganier, palmier, amandier, genévrier, olivier… et autres PAM. Soit un couvert végétal riche et varié à découvrir. Par ailleurs, des présentations et préparations de recettes à base de produits du terroir par chef Hanane, 2e prix Master Chef Maroc 2015, sont aussi au programme. Dans la même foulée, un atelier de dégustation permettra d’assurer une formation pour les consommateurs et les producteurs. Objectif, leur faciliter la reconnaissance de la qualité des produits tels que le miel, l’amlou et l’huile d’argane alimentaire.
Le Salon national des produits du terroir (Snapt) est organisé par le ministère de l’Agriculture et la Chambre d’agriculture de la région Souss Massa, en partenariat avec la wilaya Souss Massa et le Conseil régional. 50.000 visiteurs sont attendus lors de cette 4e édition qui a lieu la veille du Ramadan. Soit beaucoup de ventes en perspective pour les coopératives, d’autant plus qu’elles proposent des denrées utiles au mois sacré. Miel, argan, lbsiss… et autre amlou.

Réception au Consulat Général de France en l’honneur de la visite de M. Olivier Cadic, sénateur des français de l’étranger

De nombreux membres de la communauté française d’Agadir étaient invités par Monsieur Marc Peltot, Consul Général de France à Agadir et Madame Liliana Peltot à la réception offerte pour la visite qu’effectue en ce moment Monsieur Olivier Cadic sénateur des français de l’étranger, dans la région d’Agadir.

IMG_9828 IMG_9829 IMG_9831 IMG_9833 IMG_9837 IMG_9841

IMG_9838

Monsieur Olivier Cadic au centreIMG_9835IMG_9839IMG_9840Madame Carole Josse vice-consule, Monsieur Marc Peltot, Consul Général de France et Monsieur Olivier Cadic, Sénateur des Français de l’étranger
IMG_9843

Madame Liliana Peltot en compagnie de Madame Valérie CadicIMG_9842 Les allocutions de M. Marc Peltot et de M. Olivier CadicIMG_9845 IMG_9846 IMG_9847 IMG_9848 IMG_9849 IMG_9850 IMG_9853 Elisabeth (Villa Blanche), Jean-Claude Rozier (UFE) et Brahim El MaznedIMG_9855 Philippe et Christine AlléonIMG_9856 Christine Alléon à qui a été remise une médaille du Sénat pour son action dans l’Association Hayati.IMG_9859Philippe Alléon a prononcé une émouvante petite allocution en réponse aux remerciements qui lui ont été adressés pour son action à AgadirIMG_9861 IMG_9862 Marc Peltot a également été récompensé par une médaille du Sénat pour tout ce qu’il a fait à Agadir qu’il quittera bientôt, pour retourner en France. Quel dommage pour nous les français d’Agadir, pour Agadir et pour toutes les relations amicales qu’il a su nouer ici avec tous.IMG_9866 IMG_9867 IMG_9868

Les actions de l’Association d’aide aux enfants du Siroua

Construction de toilettes à l’école du Douar d’Ihoukarne

L’association, grâce à un don du comité social de l’UFE d’Agadir, vient de financer la construction de toilettes à l’école d’Ihoukarne.

IHOUKARNE, petit douar situé sur la commune de Taliouine, à environ 40 kilomètres du chef lieu de la commune,  mais perdu au milieu des montagnes, au bout d’une piste d’environ 10 kilomètres.

L’école qui compte une quarantaine d’enfants est constituée de deux bâtiments.

BIS DSC_0445.jpg

Comme à chaque fois, pour de telles opérations, il s’agit d’un partenariat entre les parents d’élèves et l’association.

Notre association prend en charge la totalité de l’aspect financier de l’opération (achat des matériaux – livraison….) alors que les parents d’élèves se chargent des travaux.

Dans ce douar qui compte une quarantaine de familles, aucun  habitant ne possédant de véhicule, l’association à financé le transport des matériaux qui ont été achetés localement, au chef lieu de la commune, à Taliouine.

Ce sont les parents d’élèves qui ont déterminé l’endroit le mieux approprié pour cette construction.

DSC_0466.jpg

Les travaux ont pu démarrer et les parents d’élèves sont venus à tour de rôle participer aux travaux.

BIS 20160416_102002.jpg

BIS DSC_0769.jpg

Les deux toilettes (garçons et filles) ont pris forme en même temps qu’était construit un mur de clôture entre les deux bâtiments scolaires.

BIS 20160416_185851.jpg

BIS 20160512_141243.jpgBIS 20160512_141305.jpg

BIS 20160513_095247.jpg

A l’heure où nous clôturons la saison associative 2015/2016, les travaux ne sont pas totalement terminés. La fosse devrait être creusée très prochainement afin que ces toilettes puissent être opérationnelles pour la rentrée scolaire de septembre 2016.

Espérons que cela va encourager les enfants, principalement les filles, à suivre la totalité de leur scolarité jusqu’à la 6éme année…

       Cette nouvelle opération a pu être menée à bien grâce aux dons des adhérents mais aussi, grâce à la participation du comité social de l’UFE d’Agadir à qui, je renouvelle tous mes remerciements.

Nous espérons que la saison prochaine, les adhésions seront assez nombreuses pour pouvoir renouveler de telles opérations !

Merci à Tous.

Jean Coyne , Président de l’association

L’Orchestre Philharmonique du Maroc célèbre la fête de la musique à Agadir le 18 juin 2016

par Kawtar Firdaous – lobservateurdumaroc.info – 26/05/2016

OPM-Affiche-Fête-de-la-Musique-2016

L’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM) renouvelle cette année encore, son pari de célébrer la Fête de la Musique en plein air, lors de 3 concerts gratuits exceptionnels. Pendant 4 jours, il clôturera ainsi sa 20e saison musicale avec un public large et nombreux, lors de 3 concerts de Musique classique à Agadir, Casablanca et Rabat.

A Agadir : au Théâtre de plein air, le 18 juin 2016 à 22 H 30

Reconnu depuis 20 ans pour ses événements culturels de grande qualité, l’OPM propose cette année une programmation riche, construite en particulier autour du répertoire classique. Plusieurs compositeurs représentant l’époque romantique seront mis à l’honneur : Beethoven, Rimisky-Korsakov, Dvořák, Saint-Saëns, etc.

Les concerts de Rabat et Casablanca verront la participation exceptionnelle du Chœur Philharmonique du Maroc, un chœur mixte de 50 chanteurs semi-professionnels.

Les concerts d’Agadir et de Casablanca sont en accès libre.
Pour le concert de Rabat (Théâtre Mohammed V), rendez-vous dans les points de retraits habituels pour retirer vos billets.
4 billets gratuits par personne et dans la limite des places disponibles.

%d blogueurs aiment cette page :