Passage à Nancy

.

.

Traversée de Nancy, avec passage « obligé » sur la place Stanislas

Sur un des côtés de la place, l’Hôtel de Ville de Nancy :

IMG_0149et, au centre de la place, la statue de Stanislas Leczinski, dit « Stanislas le Bienfaisant »IMG_0153IMG_0151IMG_0150La fontaine d’Amphitrite :IMG_0164IMG_0162IMG_0155La fontaine de Neptune :IMG_0157IMG_0159IMG_0158

Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus

Le N° 2 d’Agadir Première Business est paru

Le numéro 2 du Magazine Agadir Première Business est disponible dans vos Kiosques à travers le Maroc entier. Sa mission: relever le défi d’accompagner la nouvelle régionalisation et donner à la Région Souss Massa un support de qualité pour faire sa promotion à travers le Maroc, éclairer sur ces points forts, questionner sur son potentiel.
Comment une Région peut-elle être compétitive et attractive si elle ne se donne pas à lire ?
Agadir Première est une manière de lire la Région Souss Massa.
La communauté des investisseurs et décideurs est particulièrement visée.

13507055_738898399547105_8221439824194706213_n

CRT D’AGADIR : LA REFONTE DES STATUTS ENFIN ACHEVÉE

par Yassine Saber – leseco.ma – 30/06/2016

En vertu des lois organiques des régions et communes, la municipalité et le conseil régional ne figureront plus parmi les membres du CRT d’Agadir en raison du conflit d’intérêt engendré par les contrats de partenariat et de financement liant ces entités au CRT. Le taux de représentativité a été également modifié au sein du Conseil d’administration alors que le directeur sera désigné suite à un appel à candidatures.

Initialement prévue en mai, l’assemblée générale extraordinaire du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir a été officiellement fixée au jeudi 14 juillet, au siège de la wilaya de la région. Un seul point sera soumis à l’ordre du jour, selon la convocation envoyée aux professionnels du tourisme d’Agadir. Il s’agit de procéder à l’approbation et l’homologation de la refonte des statuts après leurs examens de la part des membres adhérents. «La refonte des statuts a été essentiellement motivée par un souci de conformité avec le règlement, notamment les nouvelles lois des collectivités locales et territoriales. C’est pourquoi, le CRT a procédé à cette mise à jour», explique Chafik Mahfoud Filali, président délégué du CRT d’Agadir.

Dans le détail, la commune urbaine d’Agadir et le Conseil régional Souss-Massa ne figureront plus parmi les membres du CRT (essentiellement au niveau du Conseil d’administration et du bureau exécutif) en raison du conflit d’intérêt engendré par les contrats de partenariat et de financement liant les trois entités précitées, comme le stipulent les articles 68 et 65 des lois organiques des régions et communes. Ce n’est pas tout : bien que la composition totale du Conseil d’administration soit restée intacte (36 membres), le taux de représentativité a été modifié au sein du Conseil d’administration.

Les membres du collège du secteur professionnel privé est passé de 16 à 21 membres en ajoutant d’autres représentants de sport et bien-être, animation touristique et bien d’autres. Par contre, les membres du collège des collectivités et des chambres professionnelles ont été réduits à 3 au lieu de 6. Le constat est le même pour les membres permanents dont le nombre est passé de 11 à 6, en supprimant les banques et d’autres institutions. Cette réduction a été comblée par l’ajout de trois autres membres du collège de représentations provinciales du tourisme tandis qu’aucun changement n’a été opéré au niveau des membres du collège des personnalités civiles.

Pour sa part, le bureau exécutif, sera constitué de 16 au lieu de 15 après le renforcement de l’équipe des conseillers et l’ajout d’une commission dédiée au transport aérien. Officiellement, la dénomination du CRT, comme le stipule l’article n°2, a été également modifiée afin d’avoir une vocation régionale. Elle est passée de CRT d’Agadir à CRT d’Agadir Souss-Massa. L’autre fait méritant d’être relevé se rapporte au fait que le directeur du CRT sera proposé au Conseil d’administration par le bureau exécutif au terme d’une procédure d’appel à candidatures pour ratification. De surcroît, un règlement intérieur, approuvé par le Conseil d’administration viendra compléter les présents statuts qui ont fait aussi l’objet d’une modification le 21 avril 2004.

Par ailleurs, la refonte a nécessité prés de trois mois, en raison de la concertation avec l’ensemble des acteurs, surtout sur le plan juridique et réglementaire. En effet, lors du dernier bureau exécutif, un premier projet de refonte a été soumis à l’appréciation des membres du bureau et des avis ont été recueillis avant que le projet ne soit définitivement soumis aux membres du CRT dans le cadre de l’AGE.

Agadir / Crocoparc : Un laboratoire et une nurserie pour bientôt

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 30/06/2016

  • Une première au Maroc
  • L’inauguration prévue le 13 juillet prochain
cocoparc_agadir_006.jpg

Pour les pensionnaires du parc, cette présence à Agadir pour une reproduction en captivité est un véritable «retour aux sources». Car les crocodiles étaient naturellement présents au Maroc jusqu’au début du XXe siècle. Avant qu’ils ne disparaissent totalement, victimes de la chasse et de la destruction de leurs zones d’habitat (Source: F.N)

Un an après son démarrage, Crocoparc crée de nouveau l’événement. Cette fois-ci, avec l’ouverture d’un laboratoire et d’une nurserie sur le site. Ce premier centre de conservation des crocodiles au Maroc sera inauguré le 13 juillet prochain. Dans le détail, le nouveau laboratoire «vivant» se veut un espace pour les études et les apprentissages scientifiques, où chercheurs, étudiants et élèves pourront effectuer séances de travail et visites éducatives et pédagogiques. «La nurserie a été soigneusement pensée pour l’éclosion des œufs et le développement des bébés dans des conditions optimales», nous explique-t-on. Ainsi, au-delà de sa mission pédagogique première qui est de mieux connaître les crocodiles pour mieux les protéger, cette nouvelle infrastructure moderne va permettre également de relancer les études en biologie, génétique et évolution des crocodiles, reptiles oubliés de la préhistoire. Pour précision, les deux nouvelles structures seront également accessibles au grand public. La conception du laboratoire permettant aux visiteurs de jouir d’un spectacle unique et de découvrir l’évolution de la vie des crocodiles. Et ce, d’autant plus que la vocation du site est la sensibilisation à la biodiversité et à la conservation des crocodiles et de leurs environnements. A noter que pour les pensionnaires du parc, cette présence à Agadir pour une reproduction en captivité est un véritable «retour aux sources». Car les crocodiles étaient naturellement présents au Maroc jusqu’au début du XXe siècle. Avant qu’ils ne disparaissent totalement, victimes de la chasse et de la destruction de leurs zones d’habitat.
Pour rappel, Crocoparc, où s’épanouissent 300 crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus)  directement importés de Djerba, est le premier parc du genre au Maroc. Une enveloppe budgétaire de 25 millions de DH a été injectée dans ce site qui s’étend sur quatre hectares. Ouvert il y a un an exactement, Crocoparc connaît une affluence régulière. En effet, en peu de temps, il est devenu un vrai pôle d’animation à visiter impérativement par tous les touristes nationaux et internationaux qui séjournent dans la destination Agadir. L’inauguration du nouveau laboratoire de conservation et de la nurserie au sein du parc est prévue mercredi 13 juillet. En présence, entre autres, de scientifiques et d’enseignants-chercheurs de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS Paris) et des Sociétés herpétologiques du Maroc et de France.