Archives de juillet 26th, 2016

Maroc-Russie : OPDR ouvre une nouvelle agence à Saint Pétersbourg

par I. M. – medias24.com – 25/07/2016

OPDR

Le 1er août 2016, OPDR (Oldenburg-Portugiesische Dampfschiffs-Rhederei) ouvre sa nouvelle agence à Saint Pétersbourg en Russie. L’opérateur maritime va ainsi renforcer sa présence dans la région de la Baltique, spécialement en Russie. La nouvelle agence permettra de réduire le temps de transit des marchandises du Maroc vers la Russie. Elle jouera un rôle très important dans l’accès des produits marocains dans la région et plus particulièrement en Russie.

Les lignes Agadir- Saint Pétersbourg et Casablanca- Saint Pétersbourg permettront « en huit jours seulement une livraison rapide et fiables des cargaison du Maroc vers la Russie », indique un communiqué de l’entreprise allemande spécialisée dans le transport maritime de marchandise.

La nouvelle agence d’OPDR va également travailler en étroite collaboration avec les équipes de CMA CGM sur place.

« Nous sommes impatients de voir les avantages qu’offre notre nouvelle agence à Saint -Pétersbourg, pour nous et pour nos clients en particulier. Outre les synergies avec CMA CGM Russie, elle nous donnera aussi l’occasion de créer un nouveau service direct plus rapide reefer (NDLR: navire frigorifique) du Maroc à la Russie en seulement huit jours. Une ligne unique sur le marché et particulièrement intéressante pour les expéditeurs de fruits marocains », a déclaré Angela Black, directrice d’OPDR Russie, Royaume-Uni et pays baltes.

Transformation numérique des territoires : Trois villes pilotes pour commencer

par Saïd Naoumi – lematin.ma – 25/07/2016

Transformation-numerique-des-territoires-.jpg Selon le département de l’Urbanisme, le numérique est un levier de transformation globale de la société et de l’action publique.

La stratégie de transformation numérique des villes prendra bientôt forme. Le département de l’Urbanisme planche sur une étude pour la conception de ce plan de développement avec l’élaboration de schémas directeurs pour la transformation de trois villes pilotes : Marrakech, Agadir et Fès. Il s’agira ainsi d’avoir une vision globale des infrastructures et des services disponibles au niveau des territoires choisis sur la base d’un diagnostic général et une analyse de l’état des lieux.

Le département de l’Urbanisme et de l’aménagement du territoire veut s’offrir une vision stratégique pour la transformation numérique des villes. Il a lancé un appel d’offres pour commanditer une étude devant servir de base à la conception d’une stratégie de développement avec l’élaboration de schémas directeurs pour la transformation numérique de trois villes pilotes : Marrakech, Fès et Agadir. L’étude coûtera 4,5 millions de dirhams. Selon le ministère, le choix de ces trois villes est dicté par plusieurs facteurs notamment la taille, la démographie, le développement historique, urbanistique et économique. Il s’agit aussi d’accompagner ces villes jugées à haut potentiel touristique dans la valorisation de leurs atouts, l’amélioration de leur attractivité et compétitivité internationale.

La consultation, objet de l’appel d’offres, a pour objectif d’assister les acteurs territoriaux, le ministère et les agences urbaines dans l’élaboration de documents d’orientation stratégique pour la transformation numérique des villes (SDTN). Concrètement, il s’agira d’avoir une vision globale des infrastructures et des services disponibles au niveau des territoires choisis sur la base d’un diagnostic général et une analyse de l’état des lieux. Il devra par ailleurs identifier les attentes territoriales dans les domaines des services communaux de proximité (santé, accès à l’emploi, éducation, tourisme, activités économiques, etc.) et décrire une situation à atteindre en termes de couverture numérique. À cela s’ajouteront l’établissement des différents scénarios d’implication de la ville dans son aménagement numérique et la proposition d’un plan d’action à court, moyen et long termes avec échéancier visant à développer les territoires numériques des villes choisies en tenant compte des objectifs et des orientations de chacune. Le consultant devra en outre trouver les moyens de mutualiser les infrastructures et définir un modèle de partage des responsabilités entre les différentes parties prenantes (ville, utilities, opérateurs, etc.) ainsi que les contreparties financières entre les acteurs. Après avoir bouclé l’ensemble de ces missions, le bureau d’études retenu devra par la suite accompagner les trois villes dans l’assistance et l’encadrement des décideurs locaux et centraux dans le portage et l’appropriation du SDTN et la définition des jalons d’une gouvernance locale pour la transformation numérique.

Le tout assorti de l’identification et la mise en place des espaces publics numériques et la mise en œuvre de zones publiques connectées, la formalisation des critères de sélection, le modèle économique des réseaux à mettre en place et le cahier de sélection des prestataires. «Face à l’urbanisation galopante, nos villes bougent et se transforment et les déséquilibres s’accentuent. Ainsi pour le Maroc, la mutation est profonde, l’enjeu est grand et les défis sont difficiles à relever. Néanmoins, l’opportunité de recourir au numérique s’offre à nous comme solution. Le numérique est, généralement, un levier de transformation globale de la société et de l’action publique. Il s’agit ici de développer les services et usages numériques au bénéfice des territoires et des citoyens», précise l’Urbanisme dans le cahier des prescriptions spéciales accompagnant l’appel d’offres.

Un requin sur la plage d’Agadir, vraiment ?

telquel.ma – 25/07/2016

les-dents-de-la-mer-123-et-4

Une vidéo accompagnée du bouche à oreille a suffi à inquiéter les Gadiris : un requin roderait au bord de leur plage.
Il semble plutôt s’agir d’un orque.

Publiée le 24 juillet sur YouTube, la vidéo nommée : « Un requin attaque les vacanciers de la plage d’Agadir » ( ! ! ! ) de la chaîne Shahid Bladi a fait près de 3 500 vues. On y voit un attroupement de personnes sur une plage regarder et filmer l’aileron d’un animal marin à seulement quelques mètres du rivage.

Cité par le site d’informations Le360, un « spécialiste en sport nautique » présent sur les lieux rassure : il s’agit d’un orque. Une présence qui ne surprend pas les surfeurs de la région, habitués à rencontrer ce genre d’animal, inoffensif : « Je surfe toujours avec eux, parfois ils se déplacent en groupe de cinq », nous raconte un prof de surf de Sidi R’Bat, à une soixantaine de kilomètres d’Agadir. Le sportif nous explique que les orques, vivant habituellement plus au sud, se déplacent vers le nord quand la mer est calme, sans houle, comme c’est le cas en ce moment.

%d blogueurs aiment cette page :