Recherche/Traitement des déchets oléicoles L’université Ibn Zohr innove


Par Fatiha NAKHLI – leconomiste.com – 26/07/2016

  • Une méthode originale de traitement des «margines»
  • Le projet s’inscrit dans la stratégie d’atténuation et d’adaptation face au changement climatique

Une méthode originale de traitement des «margines» • Le projet s’inscrit dans la stratégie d’atténuation et d’adaptation face au changement climatique UNE nouvelle méthode de traitement des «margines», déchets liquides issus des unités industrielles d’extraction de l’huile d’olive (ou maâssra), dans le procédé de compostage et de vermicompostage vient de voir le jour dans le chef-lieu du Souss.

Margines

Margines

Derrière cette prouesse, une équipe de chercheurs de la faculté des sciences de l’université Ibn Zohr-Agadir, appartenant au Laboratoire biotechnologies & valorisation des ressources naturelles (LBVRN) et au Laboratoire biotechnologies microbiennes et protection des végétaux (LBMPV). Cette nouvelle stratégie de traitement des déchets oléicoles menée en collaboration avec l’université Aix Marseille, se distingue par son côté original et novateur.

Bassin de stockage de margines

Bassin de stockage de margines

D’autant plus que les margines sont un facteur favorisant la pollution des eaux et des sols. En fait, la nouvelle méthode mise au point trouve son point fort au niveau de la capacité de se débarrasser des polluants liquides (margines) des eaux et des sols «agricoles», tout en les valorisant en engrais biologiques, soit en biofertilisants. «Ce projet permettra d’ouvrir aux jeunes chercheurs et étudiants de nouvelles voies de création d’éco-entreprises largement adaptées aux besoins de développement durable, est-il indiqué auprès de la présidence de l’université Ibn Zohr (UIZ). En même temps, ce projet s’inscrit nettement dans la stratégie d’atténuation et d’adaptation face au changement climatique et répond en partie aux attentes de la COP22. Il est de même appelé à encourager la recherche scientifique sur d’autres techniques permettant d’éliminer et valoriser les déchets organiques pour en fabriquer un engrais biologique et préserver l’environnement du danger de la pollution de l’eau, du sol et de l’air. Pour rappel, l’Unité pilote de traitement des déchets organiques à l’état solide et liquide a pu voir le jour lors de la 4e édition «Ecole Recherche» qui s’est déroulée en juin dernier à Agadir sur le thème: «Changement climatique, biodiversité et biotechnologies au service de la société». Un événement scientifique innovant qui fait le relais entre la recherche fondamentale et appliquée. Désormais, la nouvelle unité, créée au niveau de la faculté des sciences d’Agadir, sera utilisée comme terrain d’expérimentation de fertilisation. Cela, notamment, à travers l’utilisation de la première matière organique extraite des déchets végétaux ou ménagers mélangés aux margines, considérées comme source de pollution aussi néfaste que les fours traditionnels des poteries.

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :