End Of Summer Music Festival au Domaine Villate Limoune

THRmagazine – 30/08/2016

Le Domaine Villate Limoune, entre Agadir et Taroudant, fête la fin des vacances d’été en organisant un festival de musique, les 3, 4 et 5 septembre 2016. Ce festival de musique fusion sera rehaussé par la présence du groupe d’origine belge « Soul Riders », accompagnés de nombreux musiciens marocains. Une animation à ne pas manquer.

End Of Summer Music Festival au Domaine Villate Limoune

Les conditions d’accès au Domaine restent les mêmes, pas de suppléments demandés.

La journée au Domaine, avec déjeuner, à 150 Dh pour les adultes, 75 Dh pour les enfants entre 4 et 12 ans, gratuit pour les moins de 4 ans.
Visite du parc animalier et jeux pour enfants inclus.

La soirée au Domaine, avec dîner inclus, à 200 Dh pour les adultes, 100 Dh pour les enfants entre 4 et 12 ans et gratuit pour les moins de 4 ans.
Visite du parc animalier et jeux pour enfants inclus.

Infos et réservations au 05 28 52 69 64 ou 06 67 79 68 17

Les Soul Riders

Les Soul Riders
End Of Summer Music Festival au Domaine Villate Limoune
End Of Summer Music Festival au Domaine Villate Limoune
End Of Summer Music Festival au Domaine Villate Limoune
End Of Summer Music Festival au Domaine Villate Limoune
Publicités

Les Mikhala, ces soldats de l’ombre au service de l’environnement

par Meryem Laftouty – aujourdhui.ma – 30/08/2016 Les collecteurs de déchets ménagers, appelés aussi «mikhala», contribuent fortement à la dynamique environnementale. Il s’agit là du premier maillon de la chaîne de recyclage au Maroc. Ils assurent aussi, mis à part le tri d’ordures qui doit être effectué en amont dans les ménages, l’approvisionnement de plusieurs industries en matières premières nécessaires. Toutefois, l’activité demeure dominée par l’informel. ALM a partagé le quotidien de l’un de ces travailleurs volontaires. Tour d’horizon…

Recyclage-plastique C’est dans une benne d’ordures qu’Abdelmoula gagne son pain quotidien. Il sillonne les rues d’Agadir, tirant sa charrette de 6h du matin jusqu’à 15h de l’après-midi. Il y entasse une dizaine de boîtes en carton, plusieurs bouteilles en verre, tout ce qui traîne en plastique et puis quelques canettes de soda en aluminium. Ensuite il revendra son fameux «butin». C’est auprès d’un propriétaire de terrain vague clos, appelé aussi dépôt, qu’il écoule sa marchandise. «Le plastique est vendu au kilogramme, et c’est le cas aussi des autres matières, à savoir le carton, le verre et l’aluminium. Une fois au dépôt, la collecte est pesée et retriée selon la consistance de la matière, ou la couleur en ce qui concerne le verre et le plastique», explique Abdelmoula. Ensuite le reste est broyé pour être revendu à d’autres grossistes. Le chiffonnier n’hésite pas à nous détailler sa recette. «Je vends le kilogramme de plastique à 1,50 DH. Le verre est beaucoup moins cher, je gagne à peine 0,20 DH par kilo. L’aluminium rapporte beaucoup plus, avec 3 DH/kg», apprend-on d’Abdelmoula. Seul le carton est vendu à une usine spécialisée dans la matière qui le recycle et le réutilise directement. Le carton est alors vendu à 0,50 DH/kg. Et de préciser aussi que les prix sont fixes pour tous les dépôts de la région. Il est clair que pour pouvoir assurer un revenu suffisant, le collecteur de déchets ménagers doit miser sur la quantité. Pour s’assurer un bénéfice de 100 dirhams par jour, il doit livrer au propriétaire du dépôt 25 kg de plastique, 40 kg de verre, 70 kg de carton et au moins 3 kg d’aluminium. Ce qui n’est pas toujours possible. Mais malgré le «service» écologique que rendent les «mikhala» à la société civile, la précarité de l’activité demeure omniprésente. Le manque d’équipements appropriés peut facilement entraver la collecte de la journée. «Avec les charrettes, nous avons du mal à circuler dans les embouteillages, et nous nous retrouvons parfois dans l’obligation de repasser par les mêmes quartiers. Ce qui nous fait perdre beaucoup de temps», confie le chiffonnier. Outre le matériel qui manque, ces travailleurs volontaires font aussi face au mépris de la société civile. «En me voyant fouiller dans les poubelles, on me prend souvent pour un fou ou un clochard», relève-t-on d’Abdelmoula. Et de poursuivre : «Si nous avions des tenues spécifiques, cela changerait sûrement le regard que la société porte sur nous». Victimes d’une activité qui demeure sous l’ombre de l’informel, les «mikhala» alimentent toutefois une sorte d’économie souterraine. «Le mikhali vend sa marchandise à des particuliers propriétaires de grands terrains clôturés. Les déchets recyclables sont alors stockés et revendus à d’autres entreprises qui revalorisent la matière première», apprend-on d’Amine Hammi, président de la Fédération nationale des villages et villes verts. A noter également que la matière première revalorisée peut même être exportée vers les grandes industries internationales (Chine, Etats-Unis, Canada, etc.). Pour le président de la fédération, la précarité de l’activité des collecteurs de déchets recyclables demeurera omniprésente tant qu’il n’y a pas de réglementation au niveau du secteur. «Il s’agirait d’un commerce qui pourrait générer 2,3 milliards de dirhams de TVA par an, pour seulement 5.400 mikhala», explique Amine Hammi. Un chiffre qui représente actuellement 1% de la TVA collectée chaque année.

Alaa Eldin Saleh, nouveau D. G. du Sofitel Agadir

medias24.com – 30/08/2016

alaa

Alaa Eldin Saleh a été nommé, mardi 30 août, Directeur général du Sofitel Agadir Royal Bay et du Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa.

Avec plus de vingt-sept années d’expérience dans le secteur de l’hôtellerie, M. Saleh a débuté sa carrière dans la restauration en 1987 au sein du Club méditerranée, ce qui lui a permis d’occuper plusieurs postes à responsabilités dans les zones Europe, Afrique-Moyen-Orient, Asie ou encore dans les Caraïbes.

Apres plusieurs expériences au Maroc à Casablanca, Marrakech, Ouarzazate et Agadir, il renforce son expertise dans le domaine de la restauration au sein d’établissements en Thaïlande (station de Phuket) et en Indonésie (ouverture de la station de 1’île de Bintan, en face de Singapour).

Il rejoint le groupe AccorHotels en 2007, en tant que directeur résident du Sofitel Sharm el Sheikh puis devient directeur général du Novotel Coralia Dahab en 2009, et du Mercure Hurghada Resort Egypte en 2011.

Depuis août 2013, Alaa Eldin Saleh occupait le poste de Directeur général du Pullman Marrakech Palmeraie Resort & Spa.

L’ONMT lance de nouvelles connexions pour Agadir

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 30/08/2016

tourisme_agadir_trt.jpg

La destination touristique Agadir ne sera plus pénalisée par l’aérien. En effet, de nouvelles connexions sont mises en place par l’Office National Marocain de Tourisme (ONMT) pour l’hiver 2016/2017.

Ce sont 20 nouvelles routes hebdomadaires qui sont programmées pour les principaux marchés comme l’Allemagne, la France, l’Angleterre, la Hollande, la Suisse et les Canaries. Et ce, via les compagnies Sun Express, Binter-Canarias, Ryanair, Jetairfly, Condor, Germania.
Quant à la compagnie Transavia, elle assurera le vol quotidien Paris-Agadir. C’est un véritable signe de confiance dans la destination qui gagne ainsi 80.000 nouveaux sièges à partir de novembre prochain.

 

Un événement passé inaperçu à Agadir : la Gadirie, Hiba Mouihi, a remporté le premier prix de la dictée P.G.L. qui s’est déroulée au Québec fin mai dernier

C’est sous le thème «Vivre ensemble la diversité» que s’est déroulée au Campus Notre-Dame-de-Foy, près de Québec, le 29 mai 2016, la Grande finale internationale de La Dictée P.G.L. organisée par la Fondation Paul Gérin-Lajoie. Lors de ce grand rassemblement de la Francophonie animé par le porte-parole de la Fondation, François-Étienne Paré, 69 écoliers de 5e et 6e année provenant du Canada, des États-Unis, du Sénégal, du Maroc et de l’Algérie, se sont efforcés de faire la dictée parfaite afin de remporter l’une des six bourses d’études. La dictée de cette ultime épreuve a été rédigée par Geronimo Stilton, personnage adoré des jeunes, et lue sur scène par la comédienne Sophie Faucher. Visionnez ce grand événement et testez vos aptitudes !

C’est une Gadirie, Hiba Mouihi, élève au Groupe scolaire Henri Matisse d’Aïn Sebaa (Casablanca) qui a remporté le premier prix en « Français Seconde Langue » avec une seule faute pour la 25ème édition de cette dictée P. G. L.

13173884_1222817041062689_2658301751105981941_n

Bravo Hiba, beaucoup de français ne pourraient pas faire aussi bien !


La vidéo (assez longue) dure 58 minutes.

Mais si vous souhaitez voir uniquement l’annonce des résultats , regardez la vidéo ci-dessous qui vous donne les 10 dernières minutes de la vidéo.

Si vous souhaitez voir la vidéo entière, avec la présentation de « La dictée P.G.L. », le texte de la dictée, la correction et les résultats, elle est disponible ci-dessous :

Souss : Rebond de l’investissement

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 29/08/2016

hotel_paradis_plage_agadir_trt.jpg

L’investissement dans la région Souss Massa connaît un rebond certain qui se traduit en chiffres. En effet, par rapport à 2015, l’augmentation est de 8,5% en termes de montants d’investissement validés durant le premier semestre de l’année en cours par le Centre régional d’investissement (CRI). Ce nouvel élan est la résultante de la volonté de plusieurs acteurs et porteurs de projets nationaux et étrangers. Mais également d’une implication forte des Marocains résidant à l’étranger, qui ont investi et permis le démarrage de plusieurs chantiers et initiatives locales génératrices de valeurs ajoutées et d’emplois.

Pour présenter le bilan des projets d’investissement validés par le CRI et les projets déjà lancés, une réunion de travail a eu lieu ce lundi à la Wilaya de la région Souss Massa en présence des opérateurs économiques, investisseurs et des directeurs des différentes délégations régionales. « Nous devons fédérer les énergies afin de ne pas nous retrouver dans une région sinistrée par ceux qui la gèrent ! », a déclaré Zineb El Adaoui, Wali de la région Souss Massa et Gouverneur de la Préfecture Agadir Ida Outanane. « Chaque département doit s’impliquer pour le développement économique local », a-t-elle ajouté. Bon élève, le CRI a pu présenter un bilan positif grâce à la politique de gestion des dossiers et au soutien de la Wilaya de la Région pour booster l’économie via les investissements. Il faut ajouter qu’une commission préfectorale a été spécialement mise en place pour faire le suivi sur le terrain. Avec des visites de chantiers une fois par semaine. La réunion a de même été l’occasion d’annoncer la création, en cours, d’un club des investisseurs de la région.

Il faut noter que l’évolution concerne également le nombre d’emplois à créer par les projets validés et qui est de 61%. Mais la hausse la plus spectaculaire est enregistrée par les secteurs du tourisme et de l’animation touristique. En effet, elle est de 459% en termes d’investissement engagés dans le Souss Massa. Avec 755 millions DH à engager et 1400 emplois à terme, le tourisme se positionne en première place et représente 50% du total des investissements engagés dans la région. Parmi les projets phares, « Agadir Land » dont les travaux viennent de démarrer. Et aussi, Agadir Camp, Aquaparc à Anza et Safari Parc à Drargua. Dans le secteur minier, c’est la Province de Taroudant qui se distingue puisqu’elle concentre 55% des autorisations accordées. Sachant que le montant d’investissement des 60 projets miniers validés est de plus de 172 millions DH. Quant à elles, les autorisations minières délivrées sont au nombre de 265.

BIENTÔT UN PALAIS DES CONGRÈS À AGADIR

lnt.ma – 30/08/2016

Le projet portant sur la construction d’un palais des congrès à Agadir vient d’être approuvé, a annoncé, lundi, le wali de la région Souss-Massa, gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida-Outanane, Mme Zineb El Adaoui.

Mobilisant une enveloppe de 1,4 milliard de dirhams, le projet prévoit également la construction d’un Centre d’exposition et de conventions à l’horizon de 2020.

6160227098_c275474aae_b

Mme El Adaoui, qui intervenait lors d’une réunion consacrée à la présentation du bilan d’activité du Centre régional d’investissement de Souss-Massa au titre du premier semestre 2016, s’est félicitée de l’approbation de ce projet qui dotera la capitale de Souss de ces deux structures nécessaires, appelant l’ensemble des acteurs et des intervenants en matière d’investissement à intensifier les efforts pour drainer davantage d’investisseurs et débloquer les dossiers d’investissement en suspens afin de permettre à Souss-Massa de retrouver la place qui lui échoit parmi les régions du Royaume.

Le wali a exhorté également les décideurs à orienter et à adapter les projets d’investissement vers les besoins réels de la région, à renforcer l’efficacité institutionnelle, à mettre en place un comité de suivi des projets d’investissements validés et à améliorer la communication et l’échange entre les intervenants.

Le directeur du CRI de Souss-Massa, M. Khalil Nazih, a indiqué, de son côté, qu’au cours de ce premier semestre 2016, le bilan des investissements du CRI-Souss-Massa a enregistré une augmentation de l’ordre de 8 % en comparaison avec la même période de l’année 2015 avec plus d’un milliard et demi d’investissements engagés et près de 3.160 emplois à créer.

50 pc de ces investissements ont été réalisés par le secteur du Tourisme, l’un des leviers majeurs de l’économie de la région, a précisé M. Nazih, soulignant que plusieurs projets d’investissements structurants ont été approuvé durant ce semestre tels que le projet d’aménagement d’un aquaparc au centre d’Anza qui mobilisera un investissement global de 25 millions d’euros ou le projet de réalisation d’un parc d’attraction et de loisirs « Agadir Land » qui nécessitera un investissement de 192 millions de dhs et permettra la création de 750 emplois directs.

« Cette dynamique est la résultante de la volonté de plusieurs acteurs et porteurs de projets nationaux, étrangers mais aussi d’une implication forte de nos Marocains Résidant à l’Etranger, qui étaient derrière l’ouverture et le démarrage de plusieurs chantiers et initiatives locales génératrices de valeurs ajoutées et d’emplois », a affirmé le directeur du CRI-SM.