Archives de août 29th, 2016

AÉRIEN : L’ONMT VEUT SOUTENIR LA DESTINATION AGADIR

par Yassine Saber – leseco.ma – 26/08/2016

Un appel à manifestation d’intérêt (AMI) est actuellement en cours de lancement par l’Office national marocain du tourisme pour baser un avion à Agadir. Ce qui devrait, à terme, se traduire par l’ouverture d’autres dessertes aériennes, courant 2017.

32%71914_eco_26-08-2016_p08-2.qxp

Au-delà de la taille critique industrielle de la capacité hôtelière d’Agadir et le renouvellement de son parc hôtelier dont le rythme de croissance reste faible par rapport à la moyenne nationale, la question de l’aérien demeure le second handicap pour le développement de la destination. De fait, le package revient plus cher au touriste optant pour Agadir en comparaison avec d’autres destinations, comme Marrakech. C’est pourquoi, un appel à manifestation d’intérêt est actuellement en cours de lancement par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) pour la mise en œuvre d’un avion basé à Agadir.

Cela devrait, à terme, se traduire par l’ouverture d’autres dessertes aériennes, courant 2017, au profit de 14 destinations, soit 2 vols par jours. Le fait de mobiliser un avion sur Agadir a fait déjà l’objet de consultations des professionnels et les acteurs régionaux d’Agadir avec l’ONMT, Royal Air Maroc et Air Arabia. Par ailleurs, l’ONMT vient de lancer de nouvelles routes aériennes à compter de début novembre pour l’hiver 2016-2017. Celles-ci, au nombre de 20 fréquences hebdomadaires, avec un volume d’environ 80.000 sièges, portent sur les marchés anglais, allemand, français et suisse grâce aux compagnies SunExpress, Condor, Transavia, Binter Canarias, Germania, Ryanair et Jetairfly.

AGADIR : LA VALLÉE DU PARADIS SE MEURT

par Yassine Saber – leseco.ma – 18/08/2016

Le site touristique croule sous les ordures jetées par les visiteurs et les adeptes du camping. Une situation qui menace la pérennité du site.

La Vallée du paradis figure parmi les lieux naturels à visiter pour découvrir l’arrière-pays d’Agadir. Deux routes via Aourir ou Alma mènent au site , situé dans la commune rurale d’Aqesri.  Cependant, quel que soit le trajet emprunté, on se heurte aux mêmes difficultés: la route est sinueuse, certains tronçons étant dans un état déplorable, pratiquement impraticables depuis les crues de 2014. Des conditions qui rendent l’accessibilité à ce site touristique très difficile. De plus,  la signalétique est quasi-inexistante, exception faite du panneau installé à l’entrée du site.

Pourtant, la Vallée du paradis fait partie intégrante du pays d’accueil touristique d’Imouzzar-Ida-Outanane (PATI), lancé en 2008, et de la fameuse Route du miel, prisée par les touristes. Ces derniers, avant d’arriver à destination, sont accueillis au niveau du parking par plusieurs jeunes qui offrent de transporter leurs affaires à dos d’âne. Après deux km de marche, un endroit surprenant surgit avec son ossature rocheuse, sa nature flamboyante et ses bassins naturels. Un paradis terrestre ? Vraisemblablement non, puisque la vallée croule sous les ordures.

La pollution porte atteinte à l’attractivité du site, mais surtout à sa pérennité touristique dans la mesure où elle à la fois solide, liquide et olfactive. Cette situation a également poussé la commune rurale d’Aqesri, malgré ses moyens limités, à mobiliser des agents pour la collecte des déchets durant cette période estivale, sans oublier l’installation de trois poubelles -ce qui demeure insuffisant- par l’Association de la Vallée du paradis. Un dispositif qui ne résout pas le problème de l’entassement des déchets. Autre constat alarmant, bien que le camping soit strictement interdit, chose indiquée par un panneau installé à l’entrée du site, celui-ci est pratiqué de façon sauvage ou sur des terrains aménagés par les exploitants du site.

S’ajoutent à cela la prolifération des cafés informels et la pollution sonore. Mais au-delà des problèmes causés par la surfréquentation touristique, le pays d’accueil touristique d’Imouzzar-Ida-Outanane, y compris la Vallée du paradis, n’arrive toujours pas à faire l’objet d’une valorisation, tant sur le plan spatial que touristique. Selon le réseau de développement touristique rural (RDTR), le mode de gestion tant attendu par les professionnels est une condition sine qua non en vue du développement de ce site. En effet, depuis sa création en 2005, l’association du PATI, qui devrait gérer le pays d’accueil touristique et sa maison d’accueil, manque toujours de moyens financiers.

De plus, les différents cahiers des charges réalisés pour la gestion du PAT et sa maison d’accueil  sont tombés à l’eau en l’absence d’un budget de fonctionnement. Ce n’est pas tout: le site manque de toilettes publiques et d’autres infrastructures. Actuellement, bien que la SMIT se penche avec le Conseil régional Souss-Massa sur la création d’une société de développement régionale pour la mise en œuvre des projets touristiques découlant du programme Qariati, la Vallée du paradis souffre d’une dégradation constante.  Du côté des professionnels, le paiement des services environnementaux (PSE) semble être la seule solution pour sauver ces sites.  

 

Météo : Vague de chaleur au Maroc jusqu’à mardi

media24.com – 28/08/2016

2066590-focus

Le temps sera chaud de ce dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume. a annoncé la Direction de la météorologie nationale (DMN) dans un bulletin spécial.

Ainsi, les températures maximales varieront dimanche entre 42 et 44 degrés à Es-Smara, Boujdour, Aoussred, à l’intérieur de Ouad-Eddahab, de Guelmim et de Tan-Tan, Assa-Zag, Tata, Agadir-Ait Melloul, Taroudant., Youssoufia, Settat, Rhamna, Kelaâ Seraghna, Fquih Ben Saleh, Khemisset, Sidi Slimane et Ouazzane.

Durant la même journée, des températures allant de 38 à 41 degrés sont attendues à Larache, Kénitra (intérieur), Sidi Kacem, Meknès, Fès, Moulay Yaakoub, Taounate, Guercif, Ben Slimane, Khouribga, Sidi Bennour, Chichaoua, Zagora, Sidi Ifni, Tarfaya et Laayoune (intérieur), selon la même source.

Lundi. le thermomètre affichera de 43 à 47 degrés à Aoussred, Oued Eddahab, Boujdour, Es-Smara. Laâyoune, Tarfaya, Tan-Tan, Guelmim Agadir-Ait Melloul et Tata.

La Météorologie nationale prévoit également des températures de 38 à 42 degrés à Assa-Zag, Zagora, Chtouka -Aït Baha, Tiznit, Sidi Ifni, Inezgane, Chichaoua, l’intérieur d’Essaouira et de Safi, Sidi Bennour, Rhamna, Marrakech, Kelaa Seraghna, Settat, Fquih Ben Saleh, Khouribga, Khemissat, Berechid, Sidi Slimane, Sidi Kacem, Ouazzane, Fès, Moulay Yaakoub, Larache (intérieur), Taounate et Guercif.

Le mardi 30 août, les températures vont se situer entre 41 et 45 degrés à Aoussred, Oued Eddahab, Es-Smara, l’intérieur de Boujdour, de Laâyoune, de Tarfaya, de Tan-Tan et de Guelmim, Agadir-Aït Melloul et Tata.

Les températures atteindront durant cette journée entre 38 et 41 degrés à Marrakech, Kelaâ Seraghna, Fquih Ben Saleh et Zagora.

%d blogueurs aiment cette page :