Plus de 120 000 passagers ont transité par l’Aéroport Agadir Al Massira en septembre 2016

.

MAP-medias24.com – 26/10/2016

.

agadir_airport_2

Un total de 124.304 passagers ont transité par l’aéroport international d’Agadir Al Massira en septembre dernier, contre 127.740 durant la même période de 1’année 2015, selon des statistiques de 1’Office national des aéroports (ONDA).

S’agissant du trafic aérien commercial, le nombre de passagers a atteint 119.961 voyageurs, contre 127.495 durant la même période de l’année précédente, indique l’ONDA dans un communiqué.

Le nombre de passagers concernant le trafic aérien non-commercial s`est élevé, de son côté, à 343 voyageurs (160 arrivées et 183 départs), contre. 245 en septembre 2015.

L’aéroport Agadir Al Massira a, aussi, enregistré 1.176 mouvements d’avions durant le mois de septembre 2016, contre 1.250 mouvements au titre de la même période de 1’année précédente. Par ailleurs, le trafic Fret a affiché une baisse de 48,68% pour atteindre 40.311 kg, contre 78.550 kg enregistrés en septembre 2015. (MAP)

Réactions personnelles : 

1- Le titre semble annoncer une réussite avec des résultats qui
      sont en baisse !

2- Total de passagers pour septembre 2016 : 124.304
     Passagers commerciaux :                                  119.961
     Passagers non commerciaux :                                 343
     Il en manque 4.000 ! 

3- Passagers commerciaux en septembre 2015 :  127.495
     Passagers commerciaux en septembre 2016 :  119.961
     Différence : 7.534 pour une période d’un mois (septembre)
     Si ça continue, l’Aéroport sera fermé dans moins de 2 ans !

 

EN ROUTE VERS LA COP 22 : AGADIR MISE SUR LA PÊCHE DURABLE

fr.euronews.com – 25/10/2016

Euronews poursuit sa série “en route vers la COP 22”. Le Maroc accueillera la conférence internationale du 7 au 18 novembre prochain. Entre la hausse des températures, l‘élévation du niveau des mers, et l’acidification de l’océan, entre autres, le changement climatique amplifie les phénomènes extrêmes. Dans ce pays, trouver une solution pour minimiser l’impact sur les zones côtières est donc devenu une priorité. Les autorités marocaines ont ainsi mis en place trois initiatives complémentaires, parmi lesquelles la Ceinture Bleue, consacrée aux enjeux liés à la pêche.

Dans ce numéro, direction Agadir afin de voir comment se met en place ce projet, inspiré des recommandations de la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. L’objectif consiste à encourager une pêche durable sur l’ensemble de la chaîne de production, pour permettre aux ressources marines de se renouveler, en respectant les écosystèmes. Les bateaux, eux, devront limiter leur consommation d‘énergie et leurs émissions de CO2. “Le Maroc utilise maintenant un système de surveillance des navires de pêche par satellite, le VMS “, explique Abdelkrim Fouat, Président de l’association des propriétaires de navires marocains. “Il est disponible dans tous les bateaux marocains. C’est un bon outil de gestion. On peut suivre leurs unités, connaître précisément la distance parcourue, la position du navire, l’heure à laquelle il quitte le port et celle à laquelle il rentre”.
Pour mieux connaître les phénomènes climatiques de l’Océan Atlantique et de la Méditerranée, l’institut National de Recherche Halieutique a installé une “bouée équipée de capteurs”:
http://www.inrh.ma/fr/actualites/linrh-lance-un-projet-de-mise-en-place-dune-bouee-oceanographique , afin de recueillir des données en temps réel, dans le cadre du projet intitulé “Observation du milieu marin avec un système d’observation en océanographie opérationnelle”. “Nous avons l’ambition de renforcer, d’améliorer et de mettre en place un système d’observation côtier marin”, développe Abdelmalek Faraj, directeur de l’institut National de Recherche Halieutique. “Au Maroc, nous avons commencé par l’installation d’une bouée océanographique et météorologique au large de Dakhla, et nous envisageons d’installer tout un réseau dans la région nord-ouest africaine avec nos pays partenaires”. Pour pallier les effets de la surpêche, le projet mise aussi sur une aquaculture durable, en développant des systèmes d‘élevage en milieu fermé, comme l’algoculture.
“Notre objectif est de développer et de renforcer l’aquaculture”, poursuit Abdelmalek Faraj. “Elle a un potentiel de développement très important, c’est le secteur halieutique qui a connu la plus forte croissance au cours de ces dernières années. Toutefois, notre objectif sera d’y associer un développement durable. Nous voulons encourager le développement de l’algoculture, et c’est pour cette raison qu’au Maroc nous avons plusieurs projets expérimentaux”.

Vidéo Euronews : AGADIR MISE SUR LA PÊCHE DURABLE

Cliquez sur la flèche centrale ci-dessous puis, une fois passé en plein écran, re-cliquez sur la flèche centrale.

presse-papiers-1

 

Rallye aérien de ‘la Marche Verte’’ Agadir-Laâyoune, du 03 au 07 novembre

lemag.ma – 25/10/2016

telechargementLa Fédération royale marocaine de l’aviation légère et sportive (FRMALS) organise, au 03 au 07 novembre prochain, le Rallye aérien international « La Marche Verte » entre Agadir et Laâyoune, en commémoration du 41è anniversaire de la Marche Verte.

684999-836870
Selon un communiqué de la FRMALS, le départ de cette compétition, qui connaîtra la participation des équipages d’avions légers du Maroc, de l’Espagne, de la France et du Portugal, sera donné à l’aéroport d’Agadir-Al Massira le 03 novembre.

Les participants à ce rallye feront des escales à Guelmim, Tan Tan et Smara, précise la même source, notant que des sorties aériennes seront organisées à chaque étape au profit des élèves.

Le patron de l’ANRT a été limogé

lesinfos.ma – 26/10/2016

Azzedine El Mountassir Billah, dirigeant de l’ANRT a été limogé mardi 25 octobre en fin d’après-midi. Les raisons de cette décision restent encore opaques. 

1477466757

Azzedine El Mountassir Billah dans une mauvaise posture ! Selon une information révélée par nos confrères de Médias 24, le patron de l’ANRT a été limogé mardi 25 octobre en début de soirée.

Les raisons de ce limogeage restent floues. Néanmoins, la même source indique que d’importants « manquements répétés en matière managériale, qui durent depuis un certains temps » seraient à l’origine de cette sanction.

 

Avis personnel :

Les raisons de ce limogeage ne sont peut-être pas complètement étrangères à l’avertissement adressé à Maroc Télécom par l’ANRT “pour manquement partiel à ses obligations réglementaires spécifiques découlant de sa qualité d’exploitant exerçant une influence significative sur le marché de gros de l’accès à l’infrastructure constitutive de sa boucle locale cuivre”.

Voir l’article paru sur ce blog :

https://agadirmichelterrier.wordpress.com/2016/10/24/lanrt-mecontente-du-retard-de-maroc-telecom-sur-le-degroupage/