Archives de novembre 11th, 2016

La commémoration de l’Armistice du 11 novembre à Agadir

C’est au carré militaire français du cimetière « européen » de Yachech qu’à eu lieu ce matin la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918 qui a marqué la fin de la guerre 14-18.

Les Autorités civiles et militaires de la région avaient tenu à marquer de leur présence cette commémoration.

A son arrivée, Madame le Wali est venue s’enquérir de l’état de santé des anciens qui ont combattu dans les rangs de l’armée française et a adressé à chacun d’eux quelques mots de bienvenue.img_2886 img_2887 img_2888 img_2890 img_2891 img_2892 Levée des couleurs, avec la sonnerie au drapeau. A droite, Monsieur Dominique Doudet Consul Général de France à Agadir.img_2893 Des étudiants du Lycée français d’Agadir sont venus lire des textes qu’ils avaient choisis pour l’occasion.img_2894 img_2895 et en particulier, Hamza Bensouda qui a lu un poème qui fait partie du recueil « Les nouvelles fleurs du mal » qu’il écrit actuellement :img_2896

En voici le texte :

Rayons mortifés (II)

Si je dois mourir dans quelques instants
Sous les clameurs de ce chien qui braille
A la mort, à l’infini noirceur qui s’écaille
Venant me cueillir au jour que j’aime tant

 S’il faut que je n’aime que pour encore un moment
Avant de me laisser mourir sous le souffle
Qui me gifle et me nargue en m’apeurant
Qui s’épanche de ma plaie béante que personne ne maroufle

 Je t’aime.

 Je mourrai dans cette tranchée dignement
D’avoir pu sauver pour notre enfant
Cet idéal, liberté que nous aimons tant
Je mourrai, pour vous, fièrement.

 Je veux vivre encore pour une seconde
Afin de te dire que j’expirerai dans l’onde
De ta joie, de ton sourire émerveillé rappelé chaque jour

 Je veux vivre et m’épanouir sous cette douce mélodie
Te dire que même si la mort me gagne dans ce tour
Mes pensées sont sentinelles gardant l’enfer de paradis.

 La liberté, je poursuis
Et en mourant
Je vous  fais vivre.

Les Nouvelles Fleurs du Mal

Hamza Bensouda

Hamza Bensouda

Monsieur Dominique Doudet, Consul général de France à Agadir a ensuite prononcé un discours émouvant que tous les présents ont suivi avec beaucoup d’attentionimg_2897

Voici le texte du discours :

Madame le Wali de la région Souss Massa,
Messieurs les secrétaires généraux de l’association nationale des anciens combattants de la région d’Agadir,
Madame et Messieurs les anciens combattants et leurs représentants,
Madame et Messieurs les Conseillers consulaires élus de la communauté française,
Messieurs les Officiers et représentants des institutions militaires et sécuritaires,
Madame la Consule Générale, Mesdames et Messieurs les membres du Corps consulaire,
Mesdames et Messieurs les représentants d’associations,
Monsieur le Proviseur, chers élèves et représentants du Lycée français d’Agadir,
Monsieur le Directeur de l’Institut français
Mesdames et Messieurs, chers compatriotes, chers amis,

Il y a 100 ans, la France se trouvait au cœur de l’un des conflits les plus meurtriers de l’histoire. En ce mois de novembre 1916, les terribles batailles de la Somme et de Verdun font encore rage : ces deux batailles à elles seules causeront la mort de plus de 700.000 personnes.

Pour la commémoration de ce 11 novembre, je voudrais tout d’abord vous lire le message adressé par M. Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire.

Je cite :

« Le 11 novembre 1918 annonçait la fin des combats que personne n’osait plus espérer. Cette date mettait fin au long cortège de morts, de blessés, de mutilés, de traumatisés, de veuves et d’orphelins qui accompagnait la Grande Guerre depuis plus de 4 ans.

Commémorer le 11 novembre, c’est répondre à la nécessité du souvenir, de l’hommage aux morts et de l’expression de notre reconnaissance.

Commémorer le 11 novembre, c’est aussi comprendre les droits des anciens combattants hérités de cette guerre et l’indispensable structure d’aide, de soutien et d’accompagnement.

Crée dans l’urgence des combats en 1916, l’Office nationale des mutilés et réformés qui deviendra l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et dont nous célébrons le centenaire cette année, remplit toujours, un siècle plus tard, ses missions historiques de reconnaissance, de solidarité et de répartition au profit de toutes les générations combattantes.

Soucieux de pérenniser et d’inscrire dans la pierre l’hommage rendu chaque 11 novembre aux Morts pour la France dans les théâtres extérieurs, le Président de la République a décidé qu’un monument, dont les travaux seront lancés en 2017 à Paris, sera dédié à ces femmes et à ces hommes qui ont payé de leur vie leur engagement pour la défense de notre pays et de ses valeurs. Ce futur Haut-lieu de la mémoire nationale entend témoigner à la jeune génération combattante la reconnaissance éternelle de la Nation et rappeler aux Françaises et Français que la liberté dont ils jouissent est aussi due à l’engagement de ces femmes et de ces hommes qui, jusqu’au sacrifice de leur vie, sont prêts à la défendre.

Veillons à ce qu’aucun de nos enfants ne l’ignore en poursuivant l’indispensable travail de mémoire. »

=Fin de citation=

Mesdames et Messieurs,

Je souhaite compléter les propos de M. le Secrétaire d’Etat avec tout d’abord une pensée particulière pour les 430.000 combattants venus d’Asie et d’Afrique durant la première guerre mondiale, qui ont connu aux côtés des 8 millions de Français appelés sous les drapeaux, l’enfer des tranchées, la violence des corps-à-corps, l’horreur des bombardements, des gaz et de carnages sans nom. Un grand nombre d’entre eux se sont sacrifiés pour la France.

Sur le front français et celui d’orient, les 40.000 tirailleurs et spahis marocains ont joué un rôle majeur lors de nombreuses offensives, faisant d’eux des combattants reconnus pour leur bravoure et leur loyauté.

25 ans plus tard, à la suite de l’appel du Sultan Mohammed Ben Youssef, plus de 85.000 soldats marocains combattront contre le nazisme et pour la liberté, en Corse, en Italie, en Provence, en Allemagne et en Autriche. Les goumiers marocains seront acclamés par la foule sur les Champs Elysées lors du défilé célébrant la victoire le 18 juin 1945.

Les goums et tabors marocains seront ensuite engagés aux côtés des soldats français dans la guerre d’Algérie et la guerre d’Indochine.

A tous ces combattants marocains qui ont donné leur sang pour la France, à ces 147 Marocains qui sont inhumés au carré militaire de ce cimetière d’Agadir, tous originaires de cette région, et à tous leurs frères d’armes français et étrangers tombés au champ d’honneur, la France doit une éternelle reconnaissance. Au nom du Président de la République française, au nom du peuple français, je veux leur rendre un hommage appuyé. Je veux aussi rendre hommage à tous leurs compagnons de guerre survivants, dont certains –Français et Marocains réunis- nous font le grand honneur d’être parmi nous aujourd’hui.

Je veux également rendre hommage à la =Fondation Hassan II pour les œuvres sociales des anciens militaires et anciens combattants marocains=, qui en lien étroit avec l’administration française représentée au Maroc par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, contribue quotidiennement à la reconnaissance des droits des anciens combattants marocains, de leurs veuves et de leurs ayants-droits.

La commémoration du centenaire de la première guerre mondiale a désormais vocation à réunir tous les anciens belligérants dans l’évocation d’une mémoire commune, autour de ce qui nous est le plus cher : la paix, la liberté, la démocratie, la solidarité.

Aujourd’hui, nos troupes sont engagées en Afrique et au Proche-Orient et des soldats continuent à tomber sous le drapeau français, pour la défense de notre pays, encore frappé de la manière la plus lâche il y a quelques mois, mais aussi pour la défense de pays et de peuples qui partagent nos valeurs, contre la barbarie, contre le terrorisme. Ainsi au Mali, où la France s’est engagée pour lutter contre le terrorisme et préserver l’intégrité d’un pays démocratique,un nouveau soldat français a trouvé la mort il y a quelques jours. A l’heure où la bataille de Mossoul, en Irak, fait rage, comment ne pas évoquer aussi la mémoire des combattants tombés dans la lutte contre Daech et les sacrifices considérables endurés par les populations irakienne et syrienne.

Et nous savons que dans ce combat contre les extrémismes, nous pouvons compter sur le Maroc, une fois encore à nos côtés : c’est en effet un discours historique à la nation marocaine qu’a prononcé Sa Majesté le roi Mohammed VI le 20 août dernier pour appeler à un front commun contre l’obscurantisme.

Mesdames et Messieurs,

La mémoire de la guerre constitue un devoir des vivants envers les morts, mais aussi un devoir pour la construction de l’avenir. Les jeunes générations doivent en effet mesurer l’engagement de celles et ceux qui ont su, après les deux guerres mondiales, dépasser les vieilles haines, réconcilier à jamais deux nations autrefois ennemies, la France et l’Allemagne, et construire sur les ruines de la guerre les fondations de l’Union européenne.

C’est pourquoi je voudrais conclure mon discours en m’adressant aux élèves du Lycée français, avec une citation de Maurice Druon, qui fut résistant et a écrit, avec son oncle Joseph Kessel les paroles du Chant des Partisans :

« Jeunesse n’oublie pas tout à fait »

« N’oublie pas qu’ils avaient ton âge, ceux qui tombèrent pour que tu naisses libre et n’oublie pas que la liberté ne mourra jamais tant qu’il y aura des hommes et des femmes capables de mourir pour elle. »

Je voudrais à présent vous inviter à un moment de recueillement solennel. Quelques instants de silence seront observés après le dépôt d’une gerbe de fleurs en mémoire des soldats morts pour la France. Puis nous entendrons la Marseillaise et l’hymne chérifien.

img_2898 Les dépôts de gerbes :img_2899 img_2901 img_2902 img_2903 img_2905 Les hymnes chérifien et françaisimg_2906 img_2907 La commémoration s’est ensuite poursuivie dans les jardins du consulat de Franceimg_2908 img_2909 img_2910 img_2911 Madame le Wali salue une résistante française établie depuis longtemps à Mirleftimg_2912 img_2914 img_2916
img_2919 Trois des consuls d’Agadir : Madame Leyre Lozano Mendia, Consule Générale d’Espagne, Monsieur Dominique Doudet, Consul Général de France et Madame María A. Neyra Estens de Faqir, Consule honoraire du Pérou à Agadir.img_2920

 

 

 

 

Noss Noss au Jardin d’eau : le défilé des modèles de Lita

Au Jardin d’eau, hier soir avait lieu le défilé de notre amie Lita.

Beaucoup de monde était venu voir ses dernières créations en profitant de l’excellent menu préparé pour l’occasion par le Jardin d’eau et tout le défilé au son du djembé.

img_2837Voici quelques photos prises pendant le défilé :

img_2832 img_2833 img_2836 img_2838 img_2839 img_2841 img_2842 img_2843 img_2844 img_2845 img_2847 img_2848 img_2849 img_2850 img_2851 img_2852 img_2855 img_2856 img_2857 img_2859 img_2860 img_2861 img_2864 img_2865 img_2869 img_2873 img_2875 img_2879 img_2880 img_2882 Lita a été très applaudie après le défilé qui a été très apprécié

img_2870 img_2871 img_2883

ainsi qu’Evelyne Betoulle qui a, comme d’habitude magnifiquement orchestré la présentation

img_2885

Trophée Tourisme et Climat à la COP22

Le 10 novembre 2016 à 20H00, à Marrakech, à l’espace des solutions zone verte de la COP22, de nombreuses personnalités nationales et internationales notamment plusieurs ministres africains et le directeur exécutif de l’organisation mondiale de tourisme (OMT) étaient venues assister au Side event intitulé: « Conférence Solutions tourisme durable au Maroc ». En effet, le tourisme durable a un rôle prééminent à jouer dans la lutte contre le changement climatique et notre Royaume en a fait une priorité depuis la Vision 2010. Cette tendance à la durabilité s’est accentuée avec la Vision 2020 et notamment avec la signature de la charte du tourisme durable.

img_2779

Cette conférence a ainsi été l’occasion de valoriser la stratégie en tourisme durable de notre pays et les acteurs qui oeuvrent chaque jour pour faire de notre pays une destination verte par excellence. A cette occasion, l’écolodge Atlas Kasbah d’Agadir (www.atlaskasbah.com) , qui avait remporté en 2015 le trophée international de tourisme responsable au WTM de Londres, s’est vu remettre le trophée Initiative tourisme et climat de la COP22 par M. Aziz Akhennouch, Ministre de l’agriculture et de la Pêche maritime et Ministre du tourisme et M. Ahmed Akhchichine, Président de la région Marrakech-Safi. Etaient présent Mme Nada RODIES, secrétaire générale du ministère de tourisme et M. Saïd Mouline, Responsable du Pôle Partenariat Public / Privé, Comité de Pilotage de la COP22 et Directeur de l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE)15000769_10154605363079435_432193509810158856_o 15025597_10154605363409435_7012420275655806061_o

Hassan Aboutayeb, fondateur de l’écolodge Atlas Kasbah, a dédié ce trophée à toute son équipe et à la communauté qui vit autour de son écolodge et qui contribue chaque jour à réduire son impact sur l’Environnement. Il l’a dédié également à toutes les personnes qui font du développement durable un enjeu majeur de leur vie car comme il le rappelle seule une démarche inclusive et notre cohésion sociale nous garantirons une meilleure résilience face au changement climatique. En cela, Il a ajouté que le Maroc est avant-gardiste et que nous pouvons être fiers de tout ce qui est entrepris dans notre Royaume pour le développement durable, fiers d’accueillir la COP22 et fier d’être marocain.

%d blogueurs aiment cette page :