Archives de novembre 23rd, 2016

Froid au Maroc : Aux grands maux, les grands moyens

leconomiste.com – 22/11/2016

froid_khenifra_trt

La mobilisation face au froid que connaissent certaines régions du Maroc commence.
Le roi Mohammed VI a en effet donné ses instructions aux ministères de l’Intérieur et de la Santé, aux Forces armées royales (FAR), à la Gendarmerie royale et à la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, pour venir en aide aux populations touchées par la chute de température, notamment dans le Moyen et Grand Atlas.
Ainsi, des hôpitaux de campagne seront installés dans les provinces d’Azilal, Khénifra et Midelt, indique l’Intérieur. Plusieurs autres mesures seront également prises avec les autorités locales pour apporter l’assistance nécessaire aux populations concernées afin de garantir leur sécurité.

Agadir : Le 5e Symposium international sur le safran du 23 au 26 novembre

yabiladi.com – 23/11/2016

safran

La ville d’Agadir accueille le cinquième symposium international sur le safran du 23 au 26 novembre courant. Quelque 200 experts sont attendus à la capitale du Souss pour prendre part à cette rencontre scientifique d’envergure internationale, indique un communiqué de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Les travaux de ce symposium porteront sur les dernières études scientifiques qui ont été menées sur cette noble épice, visant aussi bien la phytotechnie et la génétique que la phytochimie, ajoute la même source. L’INRA précise que les techniques culturales, en particulier l’irrigation et les besoins en eau, seront également largement abordées.

L’organisation de cette manifestation scientifique internationale par le Maroc constitue un atout idéal pour améliorer la communication et la collaboration entre les scientifiques et intervenants au niveau de l’ensemble de la chaîne de valeur.

En plus de l’impact sur le rayonnement et le développement de la filière du « safran du Maroc » au-delà des frontières nationales, le symposium permettra aussi de capitaliser sur les acquis de recherche cumulés aussi bien à l’échelle internationale que nationale, souligne-t-on de même source.

A Agadir et Martil, voici les espèces interdites à la pêche pour quelques années

par Abdelali El Hourri – medias24.com – 22/11/2016

peche1000

Pour permettre la reconstitution des stocks de poissons, la pêche sera interdite dans certaines zones au large d’Agadir et de Martil. 

maroc-1422612

Les mammifères marins, les céphalopodes, les espèces démersales (poissons vivant près du fond sans pour autant y vivre de façon permanente) et pélagiques (poissons vivant dans les eaux proches de la surface) ainsi que les coquillages et les crustacés… dans certaines zones, au large des côtes de Martil et d’Agadir font désormais l’objet d’une interdiction temporaire de pêche.

Cette interdiction a été instaurée par un arrêté du ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime. Publié le 21 novembre au bulletin officiel, il s’appliquera pendant les trois prochaines années à Martil, et pour les cinq prochaines années à Agadir.

L’interdiction est opposable à tous, excepté l’Institut supérieur des pêches maritimes. Cet établissement pourra être autorisé, conformément à son programme de recherche scientifique, à pratiquer la pêche dans les zones prohibées, en vue de prélever des échantillons.

Concernant Martil, les zones concernées par la prohibition sont situées entre les parallèles suivants :

A.  35° 40,455′ Nord / 5° 16,019′ Ouest

B. 35° 40,601′ Nord / 5° 15,570′ Ouest

C. 35° 40,215′ Nord / 5° 15,382′ Ouest

D. 35° 40,070′ Nord / 5° 15,836′ Ouest

Concernant Agadir, les zones comprises sont :

A. 30° 60,965′ Nord / 9° 44,704′ Ouest

B. 30° 31,204′ Nord / 9° 44,369′ Ouest

C. 30° 30,913′ Nord / 9° 44,430′ Ouest

D. 30° 30,674′ Nord / 9° 44,430′ Ouest

Ces emplacements correspondent aux « récifs artificiels immergés au large de Martil et d’Agadir », nous indique Zakia Driouich, secrétaire générale du département de la pêche. Or, la pêche des espèces concernées « est interdite dans les zones d’immersion, qui sont bien définies, et où nous avons mis des récifs pour la reconstitution des stocks de poissons », poursuit Mme Driouich.

La loi sur la pêche maritime permet au ministre chargé de la Pêche maritime d’interdire temporairement certaines pêches, dans l’intérêt de la conservation des espèces marines ou pour toute autre raison d’intérêt général.

Des sanctions pénales

La même loi punit d’un emprisonnement de 3 mois à 1 an et d’une amende de 5.000 à 1.000.000 de dirhams ou de l’une de ces deux peines seulement :

Quiconque se livrera à la pêche pendant les temps, saisons, lieux et heures prohibés, ou aura pêché en dedans des limites qui auront été fixées pour déterminer:

• l’étendue des zones réservées des ports et bassins ;

• les parties de la mer qui font l’objet de concessions ;

• les distances de la côte à l’intérieur desquelles la pêche aura été interdite.

%d blogueurs aiment cette page :