Souss-Massa : Des rencontres culturelles à l’occasion du Nouvel An amazigh

lematin.ma – 11/01/2017

Le programme de cette manifestation a comporté des exposés portant sur les perspectives de la recherche académique amazighe.
Le programme de cette manifestation a comporté des exposés portant sur les perspectives de la recherche académique amazighe.

Afin de célébrer le passage au Nouvel An amazigh 2967, qui coïncide avec le 13 janvier, la ville d’Agadir abrite ses premières rencontres culturelles d’Id-Ennayer avec l’objectif de contribuer à présenter et à valoriser cette partie intégrante de l’identité et de la culture marocaine. Dans ce cadre, l’enceinte de la Faculté des lettres de l’Université Ibn Zohr a abrité, mardi dernier, une conférence-débat sur le thème «Regards sur la culture amazighe», modérée par l’Universitaire Abdelkhalek Jayed.

 Le programme de cette manifestation a comporté des exposés de l’anthropologue Yassine Tassadit, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, portant sur les perspectives de la recherche académique amazighe, et de Lahoucine Bouyaakoubi de la Faculté des lettres d’Agadir sur les nouvelles écritures de la littérature amazighe. L’éditeur, linguiste et militant de la cause amazighe en Algérie, Ramdane Achab, a fait, quant à lui, une présentation sur «L’édition amazighe en Algérie». Des lectures poétiques ont également été proposées par les poètes Mohamed Ouagrar, Fatima Faïz, Omar Taous et Sanae Zahid, suivies de la présentation d’un ouvrage collectif en hommage au professeur Ahmed Raqbi de l’Université Ibn Zohr.

Le second volet de ces rencontres culturelles d’Id-Ennayer s’est déroulé à la Chambre de commerce et d’industrie de la ville autour du thème «L’art culinaire amazigh». Les étudiants du master «Tourisme et communication» de la Faculté des lettres ont eu l’occasion de présenter quelques facettes du patrimoine culinaire marocain en général et celui de la région Souss Massa en particulier. Dans le cadre de la célébration du Nouvel An amazigh, la capitale du Souss abrite, par ailleurs, un village baptisé «Id-Ennnayer» ainsi qu’un Salon amazigh du livre et de l’édition.

Le Village «Id-EInnayer» et le Salon international amazigh du livre et de l’édition ont été inaugurés vendredi dernier. Installé au passage Aït-Souss à Agadir, le village Id-Ennnayer, qui reste ouvert jusqu’à aujourd’hui, veille du Nouvel An amazigh 2967, est composé d’une dizaine de stands et de tentes berbères où sont exposés des habits traditionnels, bijoux, des tapis et des porteries berbères, de même que des photographies touchant au quotidien de la société amazighe.

Ce village est également le théâtre où se produisent des troupes de danse, des conteurs populaires et différents autres artistes. Il abrite, en outre, des ateliers d’apprentissage du tifinagh.

Quant au Salon international amazigh du livre et de l’édition, où une trentaine de maisons d’édition exposent plus de 300 livres, il a été marqué par l’organisation d’une soirée culturelle avec un hommage à Hassan Aourid en tant que personnalité de l’année amazighe 2966 et qui devait présenter, hier, son recueil «May da ittini ughanim». L’Association «Tairi N wakal» a mis en place un programme riche en activités dans les différentes préfectures et provinces de la région Souss-Massa pour célébrer le passage au Nouvel An amazigh 2967.

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s