D’un côté, on cherche comment faire repartir la machine et d’un autre, on fait tout pour saborder la ville d’Agadir

Une partie des restaurateurs de la corniche d’Agadir est en grève et a baissé les rideaux aujourd’hui.

A l’origine de cette discorde, l’adoption par le Conseil de la Commune, sans aucune concertation ni avec les intéressés, ni avec la Chambre de Commerce d’Industrie et Services d’Agadir, d’une nouvelle décision fiscale afférente à l’exploitation du domaine public de la commune. Un des points de désaccord est l’article 14 du même cahier des charges qui régit la cession et la passation.

Dans ce cas de figure, l’exploitant est dans l’obligation de demander l’accord de la commune ainsi que le paiement d’une somme variant d’une zone à l’autre et selon la superficie.
La somme exigée du cédant et de l’acquéreur est de l’ordre de 10.000 dirhams par m² pour les établissements de front de mer (2 millions de dirhams pour un local de 200 m²) alors que dans certains cas (en particulier les restaurants « La Brasserie », « El Toro », « L’Eden », « Ô Playa ») les exploitants ont construit eux-mêmes à leurs frais et équipé leurs établissements sans aucune participation ni subvention de la municipalité (ils ont, bien entendu toutes les factures) ceci après avoir été, pour certains, dépossédés sans dédommagement des restaurants de plage qu’ils exploitaient depuis des années.

Ô Playa : ferméimg_4411 L’Eden : ferméimg_4412 El Toro : ferméimg_4413 La Brasserie : ferméimg_4414 Le Vendôme : ferméimg_4415 Le Nil Bleu : ferméimg_4416 img_4417 Le Camel : ferméimg_4419 La Côte d’Or : ferméimg_4421

et d’autres encore, plus loin, fermés eux-aussi : le Venezia, Le Parasol Bleu etc… etc…

D’autres établissements sont également fermés en Centre-Ville, du côté de l’Hôtel de Ville et du Marché Municipal.

Souk El Had

les mêmes problèmes de taxes décrétées par le Conseil de la Commune avec des montants exorbitants, ont déclenché les mêmes effets : un mouvement de grève générale pour tous les commerçants du souk où c’était la désolation à midi :

img_4423 img_4424 img_4425 img_4426 img_4427 img_4428 img_4429 img_4430 img_4432

Ce n’est certainement pas ainsi qu’on donnera envie aux
touristes de venir visiter le souk et d’y faire marcher le
commerce !
Mais ce n’est probablement pas une priorité pour certains
responsables !
Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

1 réflexion sur « D’un côté, on cherche comment faire repartir la machine et d’un autre, on fait tout pour saborder la ville d’Agadir »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s