Agadir: Le bras de fer entre les commerçants et la commune

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 23/01/2017

  • Ils protestent contre la nouvelle décision fiscale adoptée par la CU
  • La grève des commerces a paralysé la ville deux jours durant
agadire_commercant_044.jpg

Les commerçants de souk Al Had, les bazaristes et les restaurateurs en front de mer d’Agadir reprochent à la commune urbaine la nouvelle décision fiscale et le nouveau cahier des charges adoptés sans concertation avec les intéressés (Ph. MT)

En attendant que la municipalité lâche du lest, les commerçants de souk Al Had, les bazaristes et les restaurateurs en front de mer d’Agadir maintiennent leur position. Après un premier sit-in, ils viennent d’observer une grève de deux jours (mardi et mercredi) en protestation contre la nouvelle décision fiscale et le nouveau cahier des charges validés par le conseil municipal lors de sa session extraordinaire de novembre dernier. Aujourd’hui, ils menacent d’observer une autre grève s’il n’y a pas de répondant, et si nécessaire aller en convoi jusqu’à Rabat pour faire porter leur voix. Pour eux, il n’est pas question de revenir sur des droits acquis depuis des décennies.

«Ces nouvelles décisions portent atteinte à nos intérêts et ce, d’autant plus que nous avons du mal à honorer nos charges étant donné la baisse des recettes à laquelle nous devons faire face, de plus nous n’avons pas été concertés avant la validation de cette décision», expliquent les commerçants. Toutefois, c’est un autre son de cloche qu’on entend du côté de la Municipalité. «Avant, les commerçants occupant le bien public payaient 100 DH le mètre carré mensuellement, aujourd’hui, ils vont payer cette même somme au m2, mais une fois tous les trois mois!» explique Mohamed Befquih, vice-président de la CU d’Agadir chargé de la police administrative. «Pour la cotisation aux travaux de construction, de 3.000 DH, elle est passée à 2.000 DH», a-t-il ajouté. Cependant, en cas de passation du fonds de commerce à autrui, le prix a été fixé à 5.000 DH par m2.

Et c’est l’une des causes qui a déclenché le courroux des commerçants de souk Al Had. Et ce sont 2.102 boutiques qui sont éventuellement concernées. Pour les emplacements (espace à l’air libre pour les vendeurs de légumes, fruits ou autres…), la municipalité a fixé un forfait de 1.000 DH en cas de passation à une personne de la famille. Et de 10.000 DH s’il s’agit d’une personne n’ayant aucun lien familial avec l’ancien exploitant.En ce qui concerne les restaurateurs se trouvant au niveau de la zone touristique, le montant a été fixé à 10.000 DH par m2. Ainsi, pour un restaurant d’une superficie de 200 m2, il faudra débourser à la municipalité 2 millions de DH.

«Pour ce qui est des restaurants en front de mer, nous sommes prêts à revoir à la baisse ce montant de 10.000 DH par m2», a toutefois concédé Mohamed Belfquih. En attendant de tomber sur un terrain d’entente, la ville d’Agadir a subi durant deux jours une ambiance de désolation économique car la grève était observée à 100%.

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s