Le Souss toujours en guerre contre le sanglier

par Fatiha Nakhli – leconomiste.ma – 25/01/2017

  • 165 battues prévues durant la saison de chasse 2016/2017
  • Baisse concrète suite à la mise en œuvre du programme de régulation
souss_sangliers_046.jpg

La région Souss Massa est l’une des zones les plus touchées par la surpopulation du sanglier. Une problématique écologique due aux fluctuations du climat (Ph.FN)

Souss Massa est l’une des régions les plus touchées par la surpopulation du sanglier. Cette problématique écologique traduit un aspect très apparent de la rupture des équilibres écologiques au niveau des écosystèmes caractérisant cette zone. Et qui est la résultante des fluctuations remarquables du climat. Pour la saison de chasse 2016/2017, 165 battues sont prévues dans la région dont 60 déjà réalisées. Résultat, 400 sangliers abattus au niveau de 123 points noirs. Sachant que le bilan annuel sera évalué à la fin de la saison après la période estivale. Il faut préciser que cette action rentre dans le cadre de la stratégie nationale mise en place par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD).

Et qui vise la maîtrise de la dynamique des populations du sanglier dans les différents habitats et biotopes. Avec pour optique d’adopter une démarche anticipative respectant les règles usuelles de la préservation de la biodiversité. Ces programmes annuels prévisionnels de régulation ont été arrêtés en étroite concertation avec les acteurs concernés. Au niveau de la région Souss Massa, cette stratégie a donné ses fruits, nous indique-t-on du côté de la Direction régionale des eaux et forêts et de lutte contre la désertification (DREFLCD). En effet, les effectifs du sanglier ont connu une nette baisse essentiellement dans les points noirs reconnus.

Depuis 2012, le bilan global  est très satisfaisant sur le plan de l’exécution des programmes prévisionnels, avec un cumul de 941 battues organisées et 6.480 sangliers abattus. Il faut rappeler que la DREFLCD du sud-ouest a élaboré un programme dédié au renforcement des capacités en matière de l’organisation et la gestion des battues, au profit du personnel technique. Et ce, dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de partenariat signée avec l’Agence de développement des zones oasiennes et de l’arganeraie (ANDZOA), la Chambre régionale de l’agriculture du Souss Massa et la Fédération royale marocaine de la chasse. Par ailleurs, une étude relative à l’évaluation des programmes de régulation des effectifs du sanglier et à la définition d’une cartographie des points noirs est en cours de réalisation.

 

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

2 réflexions sur « Le Souss toujours en guerre contre le sanglier »

  1. À qui profitent ces battues ? Qui les mange dans ce pays musulman ?… Et quand il y a surpopulation d’hommes qu’est il recommandé de faire comme programme de régulation ?…

    >

    J'aime

    1. Les battues profitent tout simplement aux cultivateurs qui ont leurs cultures détruites complètement par les sangliers dans les bleds où ils pullulent puisqu’ils n’ont aucun prédateur.
      J’ai pu voir les énormes dégâts qu’ils causent dans l’Oasis de Tiout en particulier.
      En général, les marocains ne mangent pas de sanglier, mais certains, dans la montagne en mangent, en disant qu’ils ne se nourrissent que de produits naturels et qu’il n’y a aucune raison de considérer sa viande comme maudite.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s