Le point de vue de Tariq Kabbage sur le projet Agadir Land

tariq-kabbageAgadir Land une mystification.

Depuis des mois on nous présente la solution pour booster le tourisme : un projet de centre d’animation dénommé « Agadir Land ». Ce qui est moins lisible c’est l’autre face du projet : « Agadir Camp ».

Le projet qui a fait vibrer les cœurs de certains Gadiris est le centre d’animation.

Les responsables locaux ont tous applaudis, ils se sont félicités de ce projet et personne n’a trouvé à redire sur le site.

J’ai gardé le silence, moi l’ancien Maire, accusé d’être celui par qui venait tous les blocages de projets stratégiques pour la ville, sans que personne ne cite d’exemples concrets.

Deux questions se posent : le choix du site et le contenu de ce projet.

Le choix de ce site est-il légal ?

Comment a-t-on pu autoriser ce site en dépit des documents d’urbanisme. En effet le SDAU Schéma Directeur d’Aménagement Urbain a été voté en 2015 par l’ensemble des communes constituant le grand Agadir. Cette étude, piloté par l’Agence Urbaine, a demandé plusieurs années avec une consultation permanente des élus locaux et des services extérieurs de l’Etat.

Ce document à l’instar des documents antérieurs précise que cette zone doit rester un espace naturel couvert par des arganiers, de différentes espèces d’Euphorbes et de plantes aromatiques. Ce poumon de la ville a été rasé dans un silence assourdissant.

Cette zone est par ailleurs décrétée non aedificandi car elle se trouve entre 2 failles Tildi et Laghzoua avec un sol friable et constitué de plaques non solidaires qui reposent sur des agrégats.

Quel que soit le projet envisagé le site est impropre à toute construction.

Ceux qui ont donné un accord de principe même provisoire assument une lourde responsabilité car ils ont enfreint la loi.

En effet la circulaire n°10098 du 6 juillet 2010 précise que « des dérogations peuvent être octroyées à condition qu’elles ne portent pas atteinte … aux espaces verts, …aux zones à risques et aux zones à protéger ».

Cette zone a été décrétée non constructible après le séisme de 1960 d’où il ressort une carte claire et sans ambiguïté a été tracée par les sismologues.

Comment dans ces conditions, les autorités ont-elles pu donner une autorisation provisoire et encourager le promoteur à engager des travaux d’aménagement ?

Il existe pourtant des sites alternatifs à un tel projet.

Le SDAU qui a retenu les grandes orientations du PDR (Plan de Développement Local) de la Commune Urbaine d’Agadir prévoyait deux zones d’activités entre l’Oued Lahouare et le prolongement du Barreau Est-Ouest.

La première dédiée à un grand pôle universitaire et technologique sur une superficie de 350 ha (faculté de Médecine, CHU, extension des pôles Sciences, Lettres, Economie, droit et une technopole) et la deuxième dédié aux sports et aux activités de loisirs situé au voisinage du stade sur une superficie de 250 ha.

En 2015, nous avions délimité dans la zone loisir un espace d’une quinzaine d’hectares proche du karting pour accueillir sept projets d’animations bloqués à ce jour par les « eaux et forêts ». Sept entreprises ayant obtenu un accord définitif par la commission des grands projets, l’accord de la commune et de l’agence urbaine ; n’ont jamais vu le jour faute d’une autorisation par l’Administration des Eaux et Forêts.

Cette même direction a toléré la déforestation des hauteurs de la ville par « Agadir Land » et la construction sur les piémonts en zone sismique en particulier en 2011.

En conclusion ce site n’aurait jamais dû être retenu en respect des documents d’urbanisme et de la sismologie. Comment la commune urbaine dont le vice président en charge de l’urbanisme est un cadre de l’agence urbaine, censé connaître la loi a pu cautionner un tel crime contre l’investissement et l’environnement ?

Que penser du projet global ?

Dans ce projet il y a trois volets animation Agadir Land, Agadir Camp avec le téléphérique pour une enveloppe de 300 Mdh.

Est ce que les composantes Agadir Land correspondent à de véritables projets d’animation à la hauteur des attentes des touristes internationaux nationaux ?

Agadir Camp est un espace de camping avec des mobil-home à similaire à ceux réalisés à Immiouadar et Aourir. Dans un reportage d’une télévision Française, on a pu écouter le bonheur de touristes étrangers ayant acquis des mobil homes confortables qu’ils peuvent louer en leur absence par le biais de la société du projet.

Cette face du projet crée donc une concurrence aux hôtels de la ville qui vivent déjà une situation difficile.

Agadir Camp est donc un projet immobilier assimilable au RIPT à la mode dans les années 80,90 (Espagne, France …) et qui ont causé de grandes difficultés aux hôtels. Il suffit de se rendre aux Canaries pour constater le délabrement de ses résidences : un point noir à Las Palmas et Tenerife.

Le téléphérique est irréaliste, la zone est sismique, la station de départ est sur la faille de Tildi, les sols ne présentent aucune résistance pour les massifs qui doivent supporter les charges et le sens des vents dominants est perpendiculaire à celui du déplacement des cabines avec tous les risques que cela entraine pour la sécurité des usagers.

Le coût du téléphérique est prohibitif et l’enveloppe financière du projet dépasse de loin l’enveloppe de 300 Mdh.

Un aspect n’a pas été pris en compte l’accessibilité au site (station téléphérique ou à partir de l’avenue El Moun) un tel projet étant supposé accueillir des centaines de touristes. L’étude du PDU : Plan de Déplacement Urbain voté en début 2015 n’a pas été prise en considération.

Ainsi, Il est triste de voir le secteur du tourisme à la merci de responsables sans visions, forgeant leur opinion sur des présentations animées en 3D.

L’agence urbaine a finalement pris ses responsabilités en arrêtant la poursuite des travaux.

Mais qui va reboiser les hauteurs de la ville, qui va indemniser le promoteur ?

Kabbage Tariq

Ancien Maire d’Agadir

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

8 réflexions sur « Le point de vue de Tariq Kabbage sur le projet Agadir Land »

  1. Autre question à l’ex maire Tarik Kabbage :
    – quelles raisons avait évoqué le Delegué des eaux et forêts pour justifier le blocage de 7 projets ?
    – de qui reçoit-il des instructions ?
    Un eclairage sur toutes ces questions capitales nous permettra à tous de mieux comprendre les enjeux et dessous de ces affaires.
    Je suggère l’organisation d’une conférence de presse.

    J'aime

  2. Trois questions à l’ex maire Tarik Kabbage :
    – que risque le president de la commune qui a signé une autorisation illégale sur le plan pénal et civil ?
    – qui est habilité à engager un recours de droit
    – enfin qui peut vouloir « le couvrir » ?

    J'aime

  3. Mr Kabaje ex Maire d’Agadir se défend d’Avoir tout bloque pendant ses mandats je lui demanderai avec tout le respect que je lui dois personnellement de m’expliquer quoi est son exposé magistral si ce n’est pas du blocage Cette zone est elle plus séismique qu’au Japon Pour finir permettez moi de rappeler qu il n y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas

    J'aime

  4. Pour résumer, avec cet éclairage de Tarik Kabbage, nous avons affaire à une grande embrouille administrative à trois étages :
    1/ Deux membres de la commission des investissements C.R.I. auraient commis des fautes graves en signant le PV sans tenir compte de loi: Le Directeur de l’agence Urbaine d’Agadir et le Représentant régional du Ministère de l’Agriculture et des pêches . (eaux & forêts)
    2/ Le président de la Commune Urbaine qui a signé l’autorisation de travaux en enfreignant la loi.
    3/ Ce même délégué des eaux et forêts, tout en bloquant SEPT projets, a validé une déforestation ? Cet acte est pénalement répréhensible par la loi au Maroc.
    En 1988, j’ai fait condamner par un tribunal à la prison un ex ministre de la santé qui s’était arrogé le droit d’abattre illégalement deux 2 arbres dans la maison voisine.
    Tous ces gens impliqués méritent, soit une promotion, soit une sanction .
    La promotion sera un blanc seing pour d’autres actes illégaux.
    La sanction sonnera la fin de la récréation pour les abus de pouvoirs dans l’administration et la commune d’Agadir.
    Tout dépendra des signaux que voudra donner le gouvernement qui sortira du chapeau.
    L’impunité au Maroc n’est qu’un LEURRE pour permettre à certains de manipuler des exécutants de l’administration y compris parmi les élus locaux ou au parlement.
    UN CITOYEN .

    J'aime

  5. Bonjour, respects a tous débat et critiques positives. Moi je me penche sur l’habitant, les responsables en fonctions de géré cette ville et la réglementation qui cadre tous actes.
    Comment en 2017 les règles et loi sont croisés avec le choix des habitants !? Les responsables : est ce possible de voir un jour, la mairie recrute des cadres étranger ( j’opte pour les Japonais) pour un mandat complet de plans d’actions prédéfini. L’habitant de cette ville : une formation est nécessaire en boucle pour nos tous à apprendre l’art de vivre et surtout s’adapter aux changements Future. Voilà je ne suis pas philosophe mais je suis un simple habitant de la ville. Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s