Cointre vérité par Mohamed Bajalat

de Mohamed Bajalat, le 29 Mars 2017

ContreVÉRITÉ

Il y’a déjà 1 an que j’avais été catégorique à affirmer que ce ministre est un « bluffeur » sans précédent…!!!

Relisez :

Marre de blabla officiel depuis UNE décennie sans conséquences…puisque ce ministre – lui même – a eu un avantage particulier :

Celui de gérer ce secteur stratégique en DEUX gouvernements, MAIS sans effets tangibles :

Après la vision 2010, il nous a refilé de nouveau le même menu insipide en changeant la sauce : Stratégie 2020.

Des projets structurants annoncés en grande fanfare (Stations Saaidia, Taghazoute, Plage Blanche…) encore en souffrance, multiples destinations perdues, surtout européennes.

Beaucoup de paroles, des centaines de séances de « réunionite » sans véritable INNOVATION et ni RESTRUCTURATION profonde de ce secteur.

Un secteur très mouvementé par de perpétuelles nouveautés éphémères chaque saison…et sans effets.

Vidéo de M. Lahcen Haddad

A Agadir, certes, la crise couvait depuis longtemps, à cause des facteurs internes, liés aux professionnels et au climat d’affaires local (surtout relatif à la cherté du foncier et des services), mais les véritables facteurs sont exogènes. Essentiellement dépendants des choix des GRANDS intervenants (le ministère de tutelle , la RAM, l’ONTM, La CDG – CIH et les Tours Opérateurs…) qui ont – communément – préféré lancer une destination – LABEL concurrente à Agadir, (cette dernière était à l’époque la 1ere en destination / capacité hôtelière / total  nuitées / durée de séjour…) :
C’était le lancement de Marrakech ou ces lobbies ont développé leurs propres investissements et FORGER une IMAGE – Marrakech à coup de multiples waves – com en valorisant le patrimoine historio-culturel de cette cité impériale. . . et surtout en intensifiant les vols sur l’aéroport MENARA.

Un aéroport qui a doublé son trafic en moins de 5 ans, devenant INCONTOURNABLE pour arriver au Maroc (low cost ) et seconde plate-forme des appareils de la RAM.

Réfléchissez en simple bon sens :

Comment peut – on arriver au Maroc en masse ? Et avec le vol le moins coûteux ?

MARRAKECH est imbattable,  elle dépasse tous les autres aéroports du Maroc.

Par contre AGADIR détient le palmarès du Vol le plus cher en méditerranée : Agadir-Casa en interne et en externe Paris-Agadir !

Alors Monsieur le ministre,

SI vous  êtes VRAIMENT un fervent défenseur de cette station balnéaire « essoufflée » par son incapacité à recevoir 1 million de visiteurs / an,

commencez par RÉGLER le problème de sa DESSERTE aérienne,

Rendez la intensive et compétitive en prix…

Le reste, les locaux ont leur propre expérience pour INNOVER et se relever.

Mohamed Bajalat

Publicités

Forum Izoran n’Agadir : débat public : Zone d’Agadir : contraintes sismiques du site et le défi du développement durable, le 1er avril à 17 heures à la Chambre de Commerce

On va chanter…

 

Vous aimez chanter ?
Alors venez le 12 avril à 19 heures rejoindre Annie, Alain, Thierry et Olivier chez Mimi la Brochette pour chanter avec eux.

Open de surf d’Agadir : La 7e édition dominée par les riders marocains

par Amine Raad – lematin.ma – 29/03/2017

Open-de-surf-d’Agadir.jpg

C’est dans le magnifique cadre de la plage d’Imourane à Agadir qui s’est conclue la 7e édition de l’Open d’Agadir de surf. Profitant des conditions météo favorables, les riders marocains ont brillé de mille feux lors de cette compétition en s’imposant dans les deux catégories, surf et bodyboard. Organisé par l’association Imourane surf, l’événement aspire à devenir une étape du circuit international de la discipline.

Ciel azur, soleil radieux et vagues parfaitement droites. Telles sont les conditions dans lesquelles s’est déroulée la 7e édition de l’Open d’Agadir de surf à la plage d’Imourane au nord d’Agadir, les 24 et 25 mars. L’édition 2017 de l’OSA a vu la participation de plus de 133 Riders de 4 nationalités différentes. Cette année, le niveau de la compétition était élevé, surtout chez les jeunes surfeurs et bodybordeurs marocains. D’ailleurs, ce sont des Marocains qui ont occupé la première place du podium dans les deux catégories.

Au niveau de la compétition surf, c’est Boubker Bouada qui a occupé la première place grâce à des manœuvres très développées sur des vagues très techniques. Dans la même catégorie, mais chez les dames, c’est Meryem El Guerdoum qui a réussi à décrocher la première place devant deux de ses compatriotes.
Le bodyboard n’a pas échappé non plus à la domination des Riders nationaux. Le champion marocain de la discipline, Brahim Iddouch, s’est largement imposé dans cette catégorie devant son frère cadet, Yassin Iddouch, et un autre Marocain, Abderrahmane Berrouane. Même constat chez les bodybordeuses, où Fatima Zahra Berrada a pris la première place.

L’inscription sur le circuit international, principal objectif

Contacté par le «Matin», le vice-président de l’association Imourane surf et organisateur de l’Open d’Agadir, Hafid Iddouch, a affirmé que l’objectif de l’association est d’inscrire l’événement sur le calendrier du circuit international de surf. «Nous avons entamé les démarches auprès de la Fédération internationale, afin de placer l’Open d’Agadir sur le circuit international de la discipline.

Brahim Iddouch

D’ailleurs, le manager du circuit international, Alex Leon, a donné son feu vert pour que l’Open soit placé sur le calendrier», a précisé Hafid Iddouch. Et d’ajouter : «Il ne nous manque que le seuil budgétaire nécessaire pour être classé comme une étape internationale.» De son côté, le vainqueur de cette édition, Brahim Iddouch, a déclaré au «Matin» que son objectif dans cette compétition était d’encourager les jeunes générations à progresser et de faire la promotion de cette discipline, de plus en plus pratiquée dans le Royaume. «L’organisation a été parfaite cette année, il y avait des têtes d’affiche nationales et internationales et le niveau des jeunes marocains s’améliore d’année en année», a indiqué Iddouch. Le champion marocain de bodyboard, qui entamera son tour du monde mi-avril, précise son calendrier. «Je pars à Tahiti le 22 avril prochain où je vais m’attaquer à Teahupoo (Tahiti), où se trouve l’une des plus grandes vagues au monde. Ensuite, ce sera le Brésil, le Chili et les Açores. Mon objectif cette année est de gagner le Championnat du monde», a conclu le Gadiri de 32 ans.

SEMAINE FORESTIÈRE MÉDITERRANÉENNE : L’ENGAGEMENT D’AGADIR SUR LES RAILS

par Yassine Saber – leseco.ma – 30/03/2017

Cette 5e édition a été marquée par l’adoption de l’engagement d’Agadir qui constitue un document de référence pour la région méditerranéenne, en termes d’actions à déployer pour restaurer 8 millions d’hectares de forêts et de paysages dégradés d’ici 2030.

La 5e édition de la Semaine forestière méditerranéenne portée par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) et l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a tiré sa révérence en fin de semaine dernière à Agadir.

À cet égard, la manifestation marquée par la participation de 300 personnes provenant de plus de 20 pays du pourtour méditerranéen, a été marquée par l’adoption de l’engagement d’Agadir. Un document de référence pour la région méditerranéenne en termes d’actions en faveur de la préservation et de la valorisation de la forêt à travers la mise en place d’une initiative régionale sur la restauration des forêts et des paysages en Méditerranée qui englobe plusieurs actions.

Parmi elles, l’estimation de façon précise des efforts nationaux déjà planifiés dans le cadre des documents de politique en cours de mise en œuvre dans les pays de la région méditerranéenne d’ici 2030 et l’évaluation des efforts supplémentaires à déployer afin de restaurer 8 millions d’hectares de forêts et de paysages dégradés d’ici 2030. De surcroît, l’engagement a insisté sur la vérification régulière des efforts de restauration des forêts et des paysages avec un système de suivi-évaluation et de notification adapté au contexte méditerranéen. Les participants ont également recommandé d’étendre la coopération sur la restauration des forêts et des paysages (RFP) au Sahel, dans le cadre de l’initiative AFMS (Action renforcée en faveur des forêts dans la région Med-Sahel dans le contexte du changement climatique) lancée par le Maroc lors de la dernière COP 22 de la conférence de la CCNUCC, pour une action renforcée en faveur des forêts dans la région méditerranéenne.

L’objectif est d’évaluer aussi la contribution des forêts méditerranéennes dans l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, de développer une stratégie commune et diversifiée de financement des efforts de RFP et de renforcer les capacités nationales pour mieux mobiliser les instruments de financement existants. Et ceci à travers la mobilisation des instruments de la finance climatique et le développement de portefeuilles de projets transformationnels et financièrement attractifs.

Agadir renforce ses connexions aériennes

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 30/03/2017

  • 14 nouvelles rotations hebdomadaires par Air Arabia
  • Une capacité additionnelle de près de 126.000 sièges
agadir_air_arabia_092.jpg

Un autre fleuron du low-cost s’installe à Agadir. 14 connexions pour lesquelles ont bataillé ensemble l’ONMT, la wilaya de la région Souss Massa, le CRT, les élus et les professionnels (Ph. Air Arabia)

14! C’est le nombre de rotations aériennes hebdomadaires qui vont desservir Agadir à partir d’octobre prochain. Les professionnels du tourisme dans le chef-lieu du Souss se frottent les mains face aux perspectives prometteuses que cela représente pour le secteur. En effet,  la destination sera dotée d’une capacité additionnelle de près de 126.000 sièges. Le plan de vol de cet avion Air Arabia qui sera basé à Agadir permettra de relier l’aéroport Agadir Al Massira à sept villes européennes en direct, deux fois par semaine.

Guelmim / Agriculture : Le village itinérant toujours aussi efficace

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 24/03/2017

  • Près de 300 bénéficiaires ont été sensibilisés sur différents aspects
  • Aides financières de l’Etat, assurance multirisques, innovation…

Et de huit pour le village itinérant de l’Office national du conseil agricole (ONCA) qui vient de faire escale dans la région de Guelmim Oued Noun. Une formule de proximité toujours aussi efficace, puisqu’elle permet de dispenser connaissances et moyens pour une agriculture performante, en allant dans le territoire propre des bénéficiaires. Pour cette escale de deux jours, ils étaient 300 à répondre à l’appel, afin de bénéficier d’un encadrement approprié et profiter de l’expérience et du savoir-faire des différents partenaires impliqués dans le secteur agricole. La mise en œuvre de ce village concrétise ainsi la mission de conseil de l’ONCA, axée sur l’information autour du Plan Maroc Vert (PMV).

 

L’étape de Guelmim Oued Noun a été dédiée à des thématiques ayant trait aux filières de la région, avec des dispositifs et mécanismes orientés vers l’innovation, la modernité et les technologies agricoles. Ce qui devrait se traduire idéalement par des retombées socio-économiques positives pour ces populations ciblées.

Le village itinérant de l’ONCA, par le biais de ses sept précédentes étapes à travers le pays, a bénéficié à 2.158 agriculteurs qui ont pu accéder à diverses informations, relatives aux aides financières de l’Etat, aux produits d’assurance multirisques climatiques, à la rationalisation de l’eau d’irrigation et des fertilisants… mais aussi aux bonnes pratiques de conduite du palmier dattier, du cactus, de l’olivier… Ou encore à la prévention contre la cochenille, le développement de l’arganier, la transhumance et la gestion des parcours.

Afin de renforcer son dispositif, l’ONCA a lancé un processus d’actualisation et de mise en cohérence des Plans d’action régionaux du Conseil agricole avec les Plans agricoles régionaux pour la période triennale 2017-2019. Et ce, en concertation avec toutes les parties prenantes sur les besoins en accompagnement.