FLEXIBILITÉ DU DIRHAM : BMCE DÉMYSTIFIE LE NOUVEAU RÉGIME DE CHANGE

par Yassine Saber – leseco.ma – 18/03/2017

Dans le cadre de l’entrée en vigueur du nouveau régime de change à partir du deuxième semestre 2017, BMCE Bank et sa banque d’affaires BMCE Capital ont rencontré les entreprises exportatrices d’Agadir. Objectif: expliquer les enjeux de la réforme et vulgariser les instruments de couverture contre le risque de fluctuation des devises.

Après Tanger, le roadshow «Les Matinales du marché de change», initié par BMCE Bank et sa banque d’affaires BMCE Capital, s’est tenu mercredi dernier à Agadir, afin d’aller à la rencontre du tissu économique de la région Souss-Massa qui a une vocation exportatrice.

Aujourd’hui, le régime de change applicable au Maroc est un régime fixe basé sur un rattachement de la monnaie nationale à un panier de devises. En avril 2015, les autorités ont procédé au réaménagement des pondérations de ce panier afin de mieux refléter la structure des échanges extérieurs du royaume en réduisant la pondération de l’euro dans le panier de devises de 80 à 60%, tout en augmentant la pondération du dollar américain à environ 40% afin de renforcer la résilience de l’économie nationale face aux chocs exogènes. Cependant, avec le nouveau régime de change qui entrera en vigueur à partir du deuxième semestre 2017, la bande de fluctuation sera élargie au-delà de 0,6%, tandis que le taux actuel de change fluctue de +/-0,3%. Partant de ce constat, le passage vers ce nouveau régime flottant, qui a fait l’objet de discussions entre les autorités marocaines et le FMI, nécessitera une sensibilisation des opérateurs afin de vulgariser le processus de transition.

En effet, l’approche de Bank Al-Maghrib est essentiellement basée sur un processus graduel qui permettra aux différents acteurs du marché de s’adapter à cette évolution où la Banque centrale ne décidera plus du taux de change, ce dernier devant être désormais fixé par la loi de l’offre et de la demande du marché de change. Selon les experts de BMCE Capital, les pré-requis pour ce passage progressif sont essentiellement liés à des fondamentaux macro-économiques solides tels que la soutenabilité de la dette publique et du déficit budgétaire, le solde de la balance des règlements et la maîtrise de l’inflation, en plus d’un niveau de réserves de change suffisant et d’un cadre de politique monétaire adapté à ce nouveau régime. Par ailleurs, les entreprises présentes à cet événement ont été particulièrement attentives aux expériences étrangères exposées par BMCE Bank à titre de benchmark, notamment celles de la Pologne, de la République tchèque et de la Tunisie. Cette comparaison entre les différents processus de flexibilisation a montré l’absence d’un scénario unique de réforme en termes de mode opératoire et de calendrier de déploiement.

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s