Forêts : L’engagement d’Agadir adopté

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/03/2017

Restauration de 8 millions de paysages dégradés à l’horizon 2030
Le document de référence pour une initiative régionale sur la sauvegarde des forêts

foret_agadir_090.jpg

.

.

.

Pour s’adapter au contexte climatique national, caractérisé par de longues périodes de sécheresse, une attention particulière est accordée aux principales essences autochtones comme le cèdre de l’Atlas, le thuya, l’arganier, le chêne-liège et le cyprès de l’Atlas
(Ph. L’Economiste)

.

.

Enfin une feuille de route pour les forêts de la Méditerranée. En effet, à la clôture de la cinquième semaine forestière méditerranéenne (SFM) dernièrement, les Etats participants ont réussi à mettre en place des directives pour ces espaces, et adopté, au final, l’engagement d’Agadir. Désormais, ce document de référence permettra de mettre en place une série d’actions à entreprendre pour la sauvegarde des forêts de la Méditerranée, à travers des initiatives régionales.

Dans le détail, l’engagement d’Agadir implique l’évaluation des efforts à mobiliser afin de restaurer 8 millions d’hectares de forêts et de paysages dégradés d’ici 2030, le renforcement de la coopération régionale sur la restauration des forêts et des paysages (RFP) tout en mettant en place un système de suivi-évaluation et de notification adapté au contexte méditerranéen. Il est aussi question d’étendre la coopération sur la RFP avec le Sahel dans le cadre de l’initiative «Action renforcée en faveur des forêts dans la région Med-Sahel dans le contexte du changement climatique» (AFMS) lancée par le Maroc lors de la COP22.

Il s’agira aussi de développer une stratégie commune et diversifiée de financement des efforts de RFP en renforçant les capacités nationales pour mieux mobiliser les instruments de la finance climatique, et le développement de portefeuilles de projets transformationnels, financièrement attractifs. D’un autre côté, le reboisement est l’une des missions centrales des Eaux et Forêts. Il contribue directement à la lutte contre l’érosion, à la production du bois et du fourrage dans les zones adaptées et à l’amélioration des conditions de vie des populations locales en général. Réalisé dans le cadre de projets participatifs, il est planifié dans le cadre du Programme décennal 2015-2024 qui a fixé l’objectif de reboiser 600.000 ha à l’horizon 2024.

Dans le but de s’adapter au contexte climatique national, caractérisé par de longues périodes de sécheresse, une attention particulière est accordée aux principales essences autochtones (30% du programme), comme le cèdre de l’Atlas, le thuya, l’arganier, le chêne liège et le cyprès de l’Atlas.
Par ailleurs, les débats  scientifiques, les échanges et les recommandations ayant découlé des différentes sessions de la 5e SFM représentent des opportunités prometteuses en termes de coopération, de partenariat et d’actions conjointes liées à la restauration des forêts et des paysages à l’échelle du bassin méditerranéen.

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s