Canada Marrakech : L’Agence Universitaire de la Francophonie dévoile ses nouvelles orientations à Marrakech

par Malika Alami – aujourdhui.ma – 07/05/2017

AUF Canada Marrakech: L’Agence universitaire de la francophonie dévoile ses nouvelles orientations à Marrakech

De nouveaux dispositifs numériques seront présentés au cours d’une journée scientifique au programme de cette assemblée. Il s’agit d’un méta-portail commun de ressources numériques pédagogiques et de formations numériques universitaires en ligne francophones en accès libre.

Les membres du réseau de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) se sont donné rendez-vous en ce mois de mai à Marrakech. Ce sont plus de 800 présidents, recteurs, directeurs des établissements universitaires à travers le monde qui seront réunis du 10 au 12 mai dans la ville ocre. Et ce à l’occasion de la 17ème assemblée générale de l’AUF. Un meeting qui se tient sous le Haut patronage de Sa Majesté Mohammed VI. Le choix de Marrakech pour cette rencontre d’envergure internationale, n’est pas fortuit. Rappelons q’il y a trente ans, à Marrakech, en 1987, été créée l’Université des réseaux d’expression française (Uref). Une étape importante dans la vie de l’AUF, souligne Jean-Paul de Gaudemar, recteur de l’AUF. Cette assemblée générale s’assimile un peu donc à un anniversaire de ce moment marquant de l’agence, mais pas seulement.

Le choix de Marrakech est aussi en raison de l’importance du Maroc dans le réseau de l’AUF depuis sa création. Plus de 100 établissements maghrébins en sont membres. C’est également dans le Royaume qu’est implanté depuis 2011 le bureau de la zone Maghreb. De plus l’actuel président de l’AUF, le professeur Abdellatif Miraoui, connu pour être le président de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, est l’actuel président de l’AUF, aujourd’hui en fin de mandat. Autant d’éléments qui font que le choix de Marrakech pour la tenue de cette rencontre s’est imposé, explique le professeur de Gaudemar. Le programme de cette 17ème assemblée de l’AUF sera chargé. Au cœur du menu de la rencontre de trois jours qui se tiendra dans les locaux de l’hôtel Mogador, les nouvelles orientations de l’Agence à travers la présentation et le débat collectif de sa stratégie pour les quatre années à venir. Figurent parmi les principaux axes de cette feuille de route, l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche ainsi que l’employabilité et l’insertion professionnelle des diplômés. Le renforcement de la contribution des établissements membres en faveur du développement global et local est aussi un autre axe au cœur de cette stratégie qui sera abordé lors de cette rencontre internationale de Marrakech.

Le tout est de répondre de la meilleure façon aux enjeux de notre époque. Parmi les principaux leviers d’action dont dispose l’AUF pour la mise en œuvre de cette ambitieuse stratégie, des outils numériques unifiés. A ce sujet le recteur de Gaudemar précise que de nouveaux dispositifs numériques seront présentés au cours d’une journée scientifique au programme de cette assemblée. Il s’agit d’un méta-portail commun de ressources numériques pédagogiques et de formations numériques universitaires en ligne francophones en accès libre. Cet outil baptisé Initiative pour le développement numérique de l’espace universitaire francophone a été mis en œuvre et enrichi sans cesse à la demande des ministres de l’enseignement supérieur de l’espace francophone. Il inclut des propositions de formations de formateurs et le développement de formations certifiantes, est-il indiqué.  L’Atlas de l’expertise francophone sera également présenté lors de ce meeting.

L’outil vise à faire connaître l’expertise universitaire, prioritairement dans les enjeux en lien avec les objectifs de développement durable des Nations Unies. Ces moyens numériques mis en place, comme bien d’autres, tels que les e-labs ou encore les campus numériques, sont autant d’aides à la gouvernance qui sont mis en place par l’AUF pour mieux coller au nouveau contexte de la recherche. Un milieu caractérisé aujourd’hui par la globalisation et le développement de l’économie du savoir. De la transmission du savoir, l’espace universitaire francophone s’est ainsi bien métamorphosé ces dernières décennies pour devenir un nouvel acteur stratégique du développement économique et social.

Aujourd’hui pour l’AUF, il est question à travers cette nouvelle stratégie de contribuer à la mise en place d’un nouvel espace universitaire francophone. L’intérêt est de taille.

La population francophone n’augmentera que si les populations des pays concernés ont toujours intérêt à parler le français. Il est donc primordial d’apporter des solutions aux défis de notre époque. Le chômage élevé qui marque certains pays de l’espace francophone en est un et nécessite pour tous les établissements académiques plus que jamais de mieux coller aux besoins socio-économiques de leur environnement.

Missions

Regroupant plus de 800 institutions universitaires utilisant la langue française, dans plus de 100 pays, l’Agence universitaire francophone a été créée le 13 septembre 1961, à l’initiative du Canadien Jean-Marc Léger. Un journaliste qui fut le premier secrétaire général de l’organisation. Siégeant à Montréal, elle dispose de 63 représentations locales dans 40 pays. Ses services centraux se répartissent entre Montréal et Paris. Sa principale mission est de promouvoir la francophonie universitaire. Son intervention couvre trois domaines, à savoir la formation, la recherche et la gouvernance universitaires.

Elle construit et pilote ainsi des projets multilatéraux dans tous les champs de développement des universités. Au Maroc, de nombreux projets sont menés dans l’espace universitaire marocain à l’initiative de l’Agence. Parmi eux, le campus numérique de Rabat depuis 1994. L’AUF est aussi partenaire du campus numérique d’Agadir ainsi que de ceux de Béni-Mellal et Meknès. Aujourd’hui, en matière d’employabilité et d’insertion professionnelle, c’est le projet Pépite-étudiant entrepreneur qui va être expérimenté au Maroc comme projet pilote. Il s’agit de permettre aux étudiants qui seront inscrits d’intégrer leur projet de création d’entreprise dans leur parcours universitaire. La démarche sera menée sur la base de l’expertise française qui a abouti à la création d’un statut national d’étudiant entrepreneur dans l’Hexagone.

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s