Tourisme : Le territoire Atlas et vallées vend sa marque

Par Youness SAAD ALAMI – leconomiste.com – 10/05/2017

  • Un méga-éductour paneuropéen pour promouvoir le Draâ-Tafilalet
  • Une initiative de l’ONMT et la Région, du 3 au 7 mai
  • Dunes de sable, oasis, ksours, musées… des paysages de rêve pour mieux séduire
tourisme_atlas_020.jpg

Ce sont des paysages de carte postale en version nature que la soixantaine de TO étrangers ont pu découvrir à travers le méga éductour organisé par l’ONMT. Le Draâ Tafilalet est une région à fort potentiel touristique qui offre un produit culturel et historique unique (Ph YSA)

Pleins feux sur le nouveau territoire touristique «Atlas & vallées». Les professionnels du tourisme de la région Draâ-Tafilalet mettent en commun leurs efforts pour faire de cette région à fort potentiel, «the place to be». Il s’agit de se démarquer dans le paysage touristique national avec un produit riche et diversifié, comme cela est prévu par la vision 2020. L’un des principaux axes de cette vision est la promotion.

Et c’est dans ce sens que l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et le Conseil régional ont organisé, du 3 au 7 mai dernier, un voyage de familiarisation en faveur d’opérateurs touristiques et médias européens. Le but est de faire découvrir toutes les potentialités touristiques dont regorge cette partie du Royaume.

Ainsi, une soixantaine de TO français, espagnols, italiens, suisses, allemands et portugais, accompagnés de journalistes, ont été conviés à ce méga-éductour. Errachidia, Erfoud, Merzouga, Tinghir, et Ouarzazate, ont livré leurs trésors au cours de ce voyage découverte. Des dunes de sable dorées, des Khettarat (système d’irrigation vieux de 11 siècles) qui sillonnent les paysages, des ksours et kasbahs dignes de romans orientalistes, les gorges de Tinghir qui pourfendent les falaises… de magnifiques moments d’évasion, dont les visiteurs ont pu mesurer la dimension lors de leur périple.

tourisme_atlas_2_020.jpg

A chaque étape du voyage, parfois long, une découverte qui fascine et fait oublier la distance parcourue. Entrer dans un monde méconnu, beau et sublime, est une récompense qui se mérite. Le patrimoine immatériel que dessinent les montagnes de l’Anti-Atlas, avec «cœur et œil», tracés naturellement sur l’une des collines, font rêver les prescripteurs sur le chemin d’Ouarzazate.

«Cet éductour, assez riche et varié, vise à construire et promouvoir une destination de choix au niveau des marchés émetteurs habituels», déclare à L’Economiste, Abderrafih Zouitene, directeur de l’ONMT. Et de rappeler que des opérations similaires ont été initiées un peu partout au Maroc, au Sud et à Dakhla notamment. Pour le Draâ-Tafilalet, il est également question de «brancher» les produits de la région sur de nouveaux marchés prometteurs comme les pays anglo-saxons, le Brésil, la Russie et l’Asie (notamment la Chine).

Situé au sud de l’Atlas, ce territoire s’étend sur une superficie de 88.836 km2, soit 12,5% du territoire national et 46% de la superficie des zones oasiennes marocaines (les communes oasiennes de la région occupent 78.290 km2). Il est limité au Nord par la région de Fès- Meknès et la région de Béni Mellal-Khénifra, à l’Est par la région de l’Oriental et l’Algérie, à l’Ouest par la région de Marrakech-Safi et la région de Souss-Massa et au Sud par l’Algérie. La région Draâ-Tafilalet offre des paysages inédits, scènes de cinéma cultes, destination durable par excellence.

Disposant de tous les atouts pour conquérir les opérateurs et prescripteurs européens, américains, asiatiques, et autres, cette vaste zone centrale réunit toutes les conditions pour constituer une véritable région. Certes, les distances y sont considérables, mais il n’y a là rien que de très normal en milieu désertique, où les excursions en véhicules tout terrain (4×4), quads, motos, et chameaux…sont très réputées.

Il s’agit d’un espace parfaitement homogène constitué de territoires, arides à désertiques, couvrant de très grandes étendues. Elles sont le domaine par excellence des milieux oasiens (d’envergure et de répartition variables), et surtout du pastoralisme nomade, soit autant de genres de vies que de types d’économies qui ont longtemps marqué l’histoire sociale et politique du Maroc et de son peuplement et qui, partout dans ces territoires, ont des traits communs et des destins d’évolution similaires.
Selon Majid Laabab, délégué du tourisme d’Errachidia, «la région se distingue par sa diversité culturelle et naturelle, ainsi que par ses nombreux atouts susceptibles d’augmenter sa capacité attractive en matière de tourisme».

Pour y arriver, la vision 2020 consacre quelque 459 millions de DH pour la région Draâ-Tafilalet. Cette enveloppe sera prise en charge par l’État, les collectivités territoriales et le privé. Elle financera la promotion de la destination à travers des projets d’envergure tels l’aménagement d’un golf du désert, la valorisation des ksours et kasbahs, la construction de villages de vacances et d’un cinéma, la création de liaisons aériennes directes et la promotion d’Errachidia, Erfoud, et Ouarzazate. Pour ce dernier volet, une toute nouvelle connexion aérienne Charleroi–Ouarzazate (via Essaouira) sera mise en place. Celle-ci deviendra opérationnelle à partir de juin et desservira la région à hauteur de 2 fréquences hebdomadaires.

Promotion web

kasbah_tombouktou_020.jpg

Les trois principaux centres provinciaux du tourisme (CPT) de la région (Errachidia, Ouarzazate et Zagora), viennent de se doter de sites web pour promouvoir les atouts touristiques  de leurs villes. Ils opèrent  sur le web et réseaux sociaux en communiquant sur leurs différentes actions et  projets afin de promouvoir aussi bien le tourisme interne qu’externe. Des cartes et des guides touristiques ont été édités, avec la réalisation de films promotionnels qui relatent les nombreux atouts et listent les différents points forts qui caractérisent la région. Dans le cadre de cette stratégie, les CPT de Draâ-Tafilalet ont également accentué leur participation dans les salons professionnels à l’étranger. Au niveau de Zagora en partenariat avec l’ONMT, un dépliant sur les 45 kasbahs vient d’être édité ainsi qu’un «passeport du patrimoine» répertoriant les monuments et les grands sites historiques de la ville.

                                                                              

La Région en chiffres

draa-tfilalt_020.jpg

Sur le plan régional, le Draâ-Tafilalet totalise près des deux tiers de la population nomade, soit 60,8%. Les provinces à forte concentration de nomades, à savoir, Tinghir (21,5%), Midelt (20,3%), Assa-Zag (13,8%) et Errachidia (13,8%), enregistrent un peu moins des trois quarts de la population nomade du pays. La région est composée des provinces d’Errachidia, Midelt,  Ouarzazate, Tinghir et Zagora.
Superficie de 88.836 km2 12,5% du territoire national et 46% des zones oasiennes marocaines
Population: 1.635.008 habitants
La densité́ est de 18,4 habitants au km2, très inférieure par rapport à la moyenne nationale (47,6 hab/km2).
Secteurs économiques: Agriculture, Mines, Tourisme, Artisanat

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s