King Mohammed VI to Visit Agadir in Mid-Ramadan

moroccoworldnews.com – 29/05/2017

King Inaugurates in Marrakech 'Mohammed VI' Administrative, Cultural Complex'

 

Rabat – King Mohammed VI is expected to visit the city of Agadir on June 12 where he will inaugurate development projects.

During the five-day visit, the King will also inaugurate projects in the neighboring towns of the city, including Chtouka Ait Baha, Inezgane, and Ait Melloul, reported Moroccan daily newspaper Akhbar Yaoum on Monday.

Several investment agreements and partnerships will be signed in the presence of ministers and region officials.

Agadir officials were preparing to receive the King earlier this month, but he changed his destination to Fez, where he inaugurated new terminal of Fez-Saiss Airport, Fez’s famous handicrafts shopping district Kissariat Al Kifah, and six renovated historical madrassas.

The King was reportedly set to chair the Agadir’s regional implementation of the Industrial Acceleration Plan, starting in the region of Souss Massa. This region has been given priority due to several immense industrial prospects, which have not been capitalized on for a long time.

The Industrial Acceleration Plan will concern all the regions of Morocco, proceeding gradually in accordance with the potentials of each region.

Les Nuits du Ramadan par l’Institut Français d’Agadir

.

EXPORTATEURS, CONNAISSEZ-VOUS LE PROGRAMME DES CONTRATS DE CROISSANCE À L’EXPORT ?

EXPORTATEURS, CONNAISSEZ-VOUS LE PROGRAMME DES CONTRATS DE CROISSANCE À L’EXPORT ?

 

Avec notre consultant Khalil Afquir 

Une prime qui peut aller jusqu’à 5 millions de Dhs pour la promotion de vos produits à l’export et pour une meilleure connaissance de vos marchés cibles à l’export. Peu ou pas assez connu de nos exportateurs, le Contrat de Croissance à l’Export est un levier d’importance capital pour développer vos exportations en faisant la promotion et en maîtrisant vos marchés cibles. Mis en œuvre par le Ministère délégué, chargé du Commerce Extérieur depuis 2014, il est renouvelé et adapté chaque année aux besoins des entreprises exportatrices tenant compte des contraintes des secteurs et de la conjoncture.

Après trois années de mise en œuvre, 273 entreprises marocaines exportatrices ont pu bénéficier de ce programme qui leur a permis de soutenir financièrement leurs projets de développement à l’export sous forme de prime. Pour l’année 2016, le programme a été reconduit pour couvrir les besoins de 100 entreprises et nous attendons la version 2017 qui ne va pas tarder à voir le jour. Le Contrat de Croissance à l’Export est établi avec l’entreprise sur une durée de 3 ans et consiste à prendre en charge certaines actions de marketing et de commercialisation à destination des marchés étrangers pour le développement à l’export des entreprises bénéficiaires, selon des modalités de financement et des critères d’éligibilité du programme. L’adhésion à ce programme nécessite un engagement fort de la part de l’entreprise exportatrice, car il s’agit de la volonté et de la capacité de celle-ci à définir et à mettre en œuvre son projet à l’export. Le programme des Contrats de Croissance à l’Export a pour objectifs de :
– Générer des exportations additionnelles,
– Permettre aux entreprises exportatrices d’accéder à certains moyens nécessaires au développement de leurs produits sur les marchés cibles, – Renforcer le positionnement des entreprises exportatrices sur les marchés cibles,
– Convertir des entreprises exportatrices occasionnelles en entreprises exportatrices professionnelles et régulières.

LES ACTIONS ÉLIGIBLES 

1 – Soutien à l’identification et à la prise en charge de relais commerciaux Permet d’identifier et de prendre en charge les frais liés aux services des relais commerciaux dans les marchés cibles.
2 – Missions de prospection Permet de prendre en charge les frais relatifs à la réalisation de missions de prospection commerciale dans des marchés étrangers définis.
3 – Etudes de marché détaillées Permet de prendre en charge les frais relatifs à la réalisation et/ou acquisition d’études relatives aux marchés cibles (étude de faisabilité de projet, analyse détaillée de marchés, veille sur les marchés, …).
4 – Actions de communication / publicité sur les marchés cibles Permet de prendre en charge les frais de réalisation d’actions de marketing opérationnel (réalisation de supports de communication – brochures, site Web, films, …-, insertion dans les médias spécialisés : spot TV et radio, …).
5 – Participation à des évènements non couverts par les organismes publics de promotion (salons, conférences, foires, …) Permet de prendre en charge les frais de participation ou d’organisation d’événements de promotion non pris en charge par les organismes publics de promotion.
6 – Participation aux missions B2B spécifiques Permet de prendre en charge les frais de participation ou d’organisation de missions B2B spécifiques.
7 – Acquisition d’outils CRM (Customer Relationship Management : gestion de la relation client) Permet de couvrir les frais liés à l’acquisition d’outils CRM servant, entre autres, au suivi et à la gestion de la relation client à l’export et au reporting commercial. Ces frais peuvent couvrir l’acquisition de licences ou l’abonnement à des applications CRM Web.
8 – Acquisition ou abonnement à des bases de données commerciales Permet de couvrir les frais d’acquisition des bases de données commerciales ou d’abonnement à des : • Bases de données de veille commerciale • Bases de données d’appels d’offres internationaux • Publications et newsletters de marchés cibles …
9 – Référencement dans les chaînes de distribution Permet de participer aux frais de réalisation d’actions de référencement dans la grande distribution au sein des marchés cibles (campagnes de lancement de produits référencés, animation sur les lieux de vente, …).


10 – Financement des plateformes de stockage et de distribution au niveau des marchés cibles Permet de prendre en charge les frais de location des plateformes de stockage et de distribution au niveau des marchés cibles.
11 – Prise en charge des frais d’assurance à l’export Permet de prendre en charge les frais d’assurance à l’export. Les rubriques prises en charge sont : assurance de risques commerciaux (défaut de paiement prolongé, insolvabilité de l’acheteur étranger).
12 – Frais d’interprète Permet de prendre en charge les frais relatifs à l’interprétariat d’une langue à une autre ou l’intermédiation, dans une conversation, entre des personnes parlant des langues différentes.
13 – Frais de traduction de documents commerciaux Permet de prendre en charge les frais relatifs à la traduction de documents commerciaux.
14 – Accès aux services de designers Permet de prendre en charge les frais d’accès aux services des designers.
15 – Soutien aux procédures d’AMM (autorisation de mise en marché) dans les marchés cibles Permet de fournir un appui pour la prise en charge d’une partie des frais d’AMM (autorisation de mise en marché). 16 – Conception de packaging Permet de prendre en charge les frais de conception, design et études techniques pour les emballages.
17 – Soutien à la certification pour accéder à certains marchés cibles Permet de prendre en charge les frais de certification afin de répondre aux normes spécifiques pour accéder à certains marchés cibles.
18 – Enregistrement des marques, brevets, licences et designs à l’international Permet de prendre en charge les frais de protection des marques, brevets, licences et les designs sur les marchés internationaux.

LES ENTREPRISES ÉLIGIBLES

Les Contrats de Croissance sont destinés à toute entreprise de droit marocain, résidante au Maroc et dont le chiffre d’affaires à l’export moyen est supérieur à 5 millions de dirhams et inférieur ou égal à 500 millions de dirhams sur les trois dernières années. Tous les secteurs d’activités sont éligibles au programme des Contrats de Croissance à l’Export. Les entreprises membres des écosystèmes industriels retenus dans le cadre du plan d’accélération industrielle bénéficient d’un accès prioritaire au programme. Ces entreprises sont exemptées du dépôt de dossier administratif. Modalité d’appui du programme de Contrat de Croissance à l’Export La participation annuelle de l’Etat aux charges de réalisation du projet de développement à l’export de l’entreprise est calculée en fonction de la croissance du chiffre d’affaires à l’export réalisée par l’entreprise, selon le barème suivant :

Plafond de la contribution de l’état Le montant annuel de l’appui augmente en fonction du chiffre d’affaires à l’export additionnel réalisé par l’entreprise dans la limite de 5 MDH.

L’HALIOPÔLE LANCE UNE PLATEFORME TECHNIQUE MUTUALISÉE

par Yassine Saber – leseco.ma – 29/05/2017

En attendant la mobilisation du financement, le pôle de compétitivité envisage de réaliser une plateforme technique mutualisée pour la quantification de l’histamine et la mise à disposition des industriels de nouveaux équipements pour les essais de transformation et d’emballage en mode pilote ou préindustriel.

Bilan positif pour Agadir Haliopôle. Le pôle de compétitivité dédié à la pêche et l’industrie de la transformation des produits de la mer vient de dresser le bilan de ces activités dans le cadre de son conseil d’administration devant les acteurs économiques et institutionnels de la région. Le rapport d’activité de l’année écoulée fait état de plusieurs actions réalisées, particulièrement en matière de projets de R&D. En effet, ledit pôle de compétitivité a obtenu au cours de l’exercice 2016 son premier brevet d’invention en collaboration avec l’Institut national de recherche halieutique (INRH). C’est le projet d’extraction du collagène marin à partir des écailles de sardines qui a bénéficié de cette opération.

L’année 2016 a aussi permis de réaliser d’autres projets innovants en termes de valorisation des coproduits, notamment le développement d’aliments pour poissons marins d’aquaculture à partir d’ingrédients locaux en plus de la fabrication de Chawarmas à base de produits de la mer. À cela s’ajoutent le développement du bêta carotène par les micros algues ainsi que la production de la sauce de poissons à partir des coproduits des unités de semi-conserves en plus de l’extraction enzymatique de l’hydrolysat de moule et la valorisation des coquilles de moules sous forme de poudre calcique. En plus du lancement d’autres actions similaires, ledit cluster examine actuellement la réalisation d’un projet de mise en place d’une plateforme technique mutualisée, d’une durée de 3 ans, à hauteur de 3,2 MDH dont 750.000 DH sous forme de contribution du ministère de Commerce, de l’investissement et de l’économie numérique. Le projet s’articule autour de deux concepts. Le premier sous forme d’espaces d’autocontrôle situés au port de pêche. Il permettra d’évaluer la fraîcheur de la matière première par le biais d’un biocapteur enzymatique spécifique pour la quantification de l’histamine, mais aussi d’offrir le service de l’analyse de cette molécule de signalisation du système immunitaire pour une meilleure qualité du produit.

S’agissant du second espace envisagé au centre spécialisé de valorisation et de technologie des produits de la mer à Agadir, il contribuera à la réalisation de prototypes et essais à travers la mise à disposition des industriels de nouveaux équipements et compétences leur permettant de réaliser leurs essais de transformation et d’emballage en mode pilote ou préindustriel. Par ailleurs, le conseil d’administration a approuvé à l’unanimité l’ensemble des résolutions, notamment l’adoption des actions réalisées ainsi que le plan d’action et le budget 2017.

Agadir peaufine ses préparatifs pour le sommet mondial « Climate Chance »

lematin.ma – 29/05/2017

agadir-plage.jpg

Le comité de pilotage du sommet « Climate Chance » s’est réuni récemment à Agadir pour peaufiner les préparatifs de ce conclave des acteurs non-étatiques engagés contre le dérèglement du climat, prévu en septembre prochain dans la capitale du Souss.

La réunion s’est tenue en présence du président du conseil régional Souss-Massa et du secrétaire général de l’Association Climate Chance, Bernard Soulage.

« L’objet de la réunion a porté essentiellement sur la validation du lieu de l’événement et la présentation de la société de communication et événementielle mandatée par la Région en charge de l’organisation », indique un communiqué du conseil régional.

Après Nantes en France, Agadir accueillera, du 11 au 13 septembre, la seconde édition de ce sommet qui se veut un trait d’union entre la COP-22 à Marrakech et la COP-23.

Il doit rassembler les représentants des collectivités, entreprises, associations, syndicats, organismes scientifiques ainsi que des citoyens de différentes parties du monde mobilisés face au changement climatique.

Point d’étape des engagements pris, vitrine des activités concrètes, cet évènement entend réaffirmer, selon ses initiateurs, l’importance des réalisations portées par l’ensemble des acteurs non étatiques sans lesquels les Etats ne pourront atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat.

Pour les responsables du Souss-Massa, le prochain rendez-vous d’Agadir devra capitaliser sur le bilan de la COP22 dont « L’Appel de Marrakech », l’Agenda global de l’Action ainsi que les initiatives centrées notamment sur les enjeux propres à l’Afrique.

LE ROI MOHAMMED VI ATTENDU À AGADIR LE 12 JUIN

Par Khalid Mesfioui – le360.ma – 29/05/2017

Le Roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI. © Copyright : dr

Le roi Mohammed VI effectuera une visite à Agadir à partir du lundi 12 juin prochain. Le souverain y inaugurera de nombreux projets et lancera plusieurs autres.

Le roi Mohammed VI est attendu à la capitale du Souss le 12 juin prochain coïncidant avec le 17e jour du mois de ramadan. Le souverain devrait y inaugurer de nombreux projets et présider des accords pour la réalisation d’autres.

Parmi les projets qui seront inaugurés, figurent un centre religieux dans le quartier Founty, un centre pour enfants autistes ainsi qu’une station de dessalement d’eau de mer, apprend le360 de sources proches des autorités de la ville.

Même si S. M. était obligé, malheureusement, de remettre de nouveau sa visite, cette annonce sera bénéfique pour Agadir qui va continuer ses travaux de nettoyage jusque là pour en faire une ville plus accueillante !

Les soucis des Soussis !

par Saoudi El Amalki

A vrai dire…
Les soucis des soussis !

La visite royale qui était sur le point de se tenir, il y a quelques semaines, n’a pas eu lieu. Mais, la cité s’est faite belle, de fond en comble, en un court laps de temps. Toutes les composantes de la région s’étaient mises à pied d’oeuvre pour se préparer à cet événement de haute teneur symbolique et développementale. Ce n’était que partie remise, puisque l’arrivée du souverain dans la capitale du Sous est encore annoncée pour la mi-juin. Une autre occasion d’insuffler à la ville des coups de balai en termes de ratissage et d’embellissement, mais aussi de lancer de nouveaux projets structurants, notamment au niveau de la dynamique industrielle et universitaire, en plus des activités à caractère purement social.
Tant mieux ! Depuis déjà un long moment, la première station balnéaire du royaume manifeste sa frustration, de se voir reléguer au second plan et de se faire réduire les investissements publics, à la différence de nombre de ses pareilles. Il y a quelques temps qu’elle le fait savoir, à travers son propre « hirak », serein et policé, sans virulence ni emportement.
Mais, elle tient à vomir son malaise pour redorer le blason d’une métropole amoindrie par le traitement ségrégatif.
Les Soussis ont leurs soucis. Ils le font savoir aussi, sans drapeau autre que celui de la patrie, ni slogan incitateur au séparatisme, ni atteinte aux fondements des institutions.
Les Soussis se soucient de leur tourisme en décadence, qui faisait autrefois, leur fierté, de leur investissement public qui se fait rare, de leur bâtiment qui spécule et flambe, de leurs services sociaux qui marquent le pas, de leur cadre de vie qui se détériore…
Certes, ces derniers temps, le statu quo de cette inertie semble écoper d’un sérieux ébranlement. On se rend à l’évidence que le Salut devrait provenir des diverses constituantes de la région pour pouvoir faire pression sur les centres de décision, par le biais de dossiers locaux largement concertés et minutieusement ficelés.
Or, l’on constate, non sans équivoque, que les notabilités bien connues dans les parages exercent constamment cette mainmise et font naître quasiment des incompétences dont la fonction se limite à la protection de leurs intérêts dans leur région. On ne peut alors prétendre l’essor d’une région si ses ressources sont au préalable, destinées à une minorité influente.
Ceci étant, il convient de reconnaître que, depuis un certain temps, en dépit de certaines résistances, la machine du sursaut se met en marche, dans tous les compartiments de la vie active, à travers des tentatives de rassemblement des énergies et de conjugaison des efforts.
L’importance que revêt la visite royale, en ces moments opportuns, est de nature à renforcer cette nouvelle impulsion, à décrisper les tensions et à remettre toute une région porteuse sur les rails de la dignité et de l’expansion.