Archives de juin 2nd, 2017

Elections législatives 4 juin : message du Consulat Général

Madame, Monsieur,

Vous avez reçu un courriel et/ou un pli du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous informant des modalités de vote au Consulat général de France pour le premier tour des élections législatives.

Il vous est rappelé que ce scrutin se déroulera dimanche 4 juin (les Français inscrits sur une liste électorale en France voteront le 11 juin), de 8h00 à 18h00 (clôture une heure plus tôt que pour les élections présidentielles).

Le Consulat général à Agadir souhaite vous apporter les précisions complémentaires suivantes :

BV01 : Electeurs dont le nom patronymique (nom de jeune fille pour les dames) commence par la lettre A jusqu’à G.

Accès par l’entrée principale du Consulat général.

BV02 : Electeurs dont le nom patronymique (nom de jeune fille pour les dames) commence par H jusqu’à Z.

Accès par l’entrée visas, à côté de l’annexe administrative

Les titulaires d’une procuration voteront dans le bureau correspondant au mandant.

Certains candidats n’ont pas fourni leur matériel électoral  au Ministère de l’Europe et des affaires étrangères  : des affiches et des bulletins de vote sont donc manquants. Pour ce qui concerne ces derniers, les électeurs ont la faculté d’imprimer un bulletin de vote reçu par courriel (en respectant le format et le grammage des bulletins) ou de voter avec un bulletin manuscrit :

Les bulletins manuscrits :

  • doivent être écrits sur papier blanc et la couleur de l’encre utilisée est libre ;
  • ne sont pas soumis aux conditions de taille et de grammage de papier des bulletins imprimés (à toutes fins utiles, des feuilles A4 seront disponibles à l’entrée des bureaux de vote) ;

  • peuvent comporter le nom et le prénom du candidat et ceux de son suppléant ou simplement le nom du candidat et celui de son suppléant ;

  • ne doivent pas être raturés.

Si vous avez choisi de voter par correspondance postale mais que vous n’avez pas reçu le matériel électoral en temps et en heure, vous avez toujours la possibilité de voter à l’urne le jour du scrutin.

Vous trouverez ci-dessous le plan d’accès..

Si vous n’avez pas reçu le message du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, vous pourrez tout de même voter dans la mesure où vous êtes inscrit(e) sur la liste électorale consulaire d’Agadir.

Avec nos meilleures salutations.

Le Consulat général

 

Les nuits du Ramadan par l’Institut Français le 6/06/2017 au théâtre de verdure à 22 H.

.

Aux deux têtes d’affiches programmées, 47 SOUL et JADAL, annoncées sur ce blog le 30/05/2017, s’ajoutera une première partie locale afin de débuter la soirée sur des sonorités gnawi avec la troupe GANGA OULAD SOUDAN.

Une belle soirée en perspective !

LA NOUVELLE STRATÉGIE AFRICAINE DU MAROC 

LA NOUVELLE STRATÉGIE AFRICAINE DU MAROC

Délégation Régionale d’Agadir CFCIM

Le Maroc sort aujourd’hui de son pré carré historique de l’Afrique de l’Ouest et décide de ne plus se limiter à ses alliés traditionnels. Mais les pays de l’Afrique de l’Est présentent-ils pour autant de réelles opportunités économiques pour les opérateurs marocains ? L’Afrique de l’Est a ceci de particulier qu’elle est une zone économique plus dynamique et plus intégrée que l’Afrique occidentale. C’est également une zone dont la culture du business et du marché est plus ancrée qu’en Afrique occidentale. Si, en investissant cette région africaine, le Maroc montre au vu et au su de tous qu’il a changé de paradigme, il devra aussi modifier sa stratégie d’implantation. Quel est l’enjeu de ce repositionnement ? « L’Afrique, avec ses 54 pays, doit multiplier ses échanges intra-africains, car ce marché est en forte croissance, porté par le développement de la classe moyenne et l’urbanisation accélérée (52 villes sur le continent ont plus d’1 million d’habitants) », dixit Alioune Gueye, Président du Groupe Afrique Challenge. Même si l’Afrique de l’Est est une zone ultra-dynamique, les échanges intra-communautaires ne représentent que 13 ou 14 % des échanges de cette zone, dont l’essentiel s’opère avec le reste de l’Afrique, mais surtout avec l’Asie et d’autres pays. « Nous devons surmonter cet écart abyssal en développant des partenariats Sud-Sud intelligents, bien compris, complémentaires entre ces deux parties du continent », poursuit-il.

DES OPPORTUNITÉS « CLASSIQUES »

Pour de nombreux analystes, le Maroc compte un certain nombre de « champions », parfois continentaux, dans le secteur des phosphates, de l’aérien, de la banque, de l’assurance, etc., mais aussi de l’agroalimentaire. Ces entreprises ont de réelles opportunités de développement en Afrique de l’Est. D’ailleurs, les différents partenariats et autres conventions annoncés lors de la tournée royale vont dans ce sens à l’instar du méga investissement de 3,7 milliards de dollars du Groupe OCP pour la construction d’une usine de production d’engrais en Éthiopie. « Les phosphates représentent incontestablement une grande opportunité. Le Maroc dispose de ressources assurées sur les 40 prochaines années qui en font le leader mondial en la matière. Or, on ne peut nourrir l’Afrique, continent au plus fort taux de croissance démographique, sans la moderniser. C’est pourquoi les engrais sont un enjeu extrêmement important ». Parmi les autres secteurs d’activités, Attijariwafa Bank a annoncé l’acquisition de la Compagnie générale de banque (Cogebanque), la troisième banque rwandaise, et, dans le secteur immobilier, B GROUP (Groupe Berrada) mettra à disposition son savoir-faire à travers la construction de 6.000 logements sociaux dans la capitale rwandaise, financés par la banque rwandaise de développement et Bank of Africa (Groupe BMCE). Au total, ce sont dix-neuf accords bilatéraux qui ont été signés au Rwanda.

Une attention particulière doit être accordée aux subtilités culturelles. L’Afrique est un continent qui regroupe 54 pays dont la population, la langue, l’état d’esprit et l’histoire sont différents. De même, quelque 22 conventions et accords de coopération ont été signés à Dar es Salam entre le Maroc et la Tanzanie, sous la présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président tanzanien John Pombe Magufuli. Ces accords couvrent une pléiade de secteurs stratégiques tels que le tourisme, l’agriculture, la pêche maritime, les énergies et le transport aérien. « Il existe, incontestablement, un bouquet d’offres de valeurs qui trouvera un retentissement intéressant. Aussi, en matière de formation professionnelle, certaines expériences réussies au Maroc ont été partagées avec divers pays d’Afrique de l’Ouest. Elles gagneraient à l’être également en Afrique de l’Est. Un des enjeux, sur ce plan, est de surmonter le handicap de la langue, car il existe cette espèce de césure complètement artificielle entre l’Afrique francophone et l’Afrique anglophone. Ce sont deux Afriques qui ne se parlent pas et ce voyage tend à surmonter cette fracture, somme toute, factice », soutient Alioune Gueye. Cependant, il faut garder à l’esprit que le Maroc n’arrive pas en terrain conquis et que d’autres pays investisseurs ont déjà pris leurs marques, sans compter la présence historique de l’ancienne puissance coloniale.

UNE STRATÉGIE AFRICAINE GAGNANTE DANS LA DURÉE  

Dans ce contexte, le Maroc a toutefois une carte à jouer. « Grâce aux pays émergents, de nouvelles offres d’investissements viennent concurrencer les offres traditionnelles occidentales en offrant des coûts très avantageux, des procédures allégées et des délais raccourcis », analyse un diplomate marocain. Par rapport à une puissance comme la Chine, « il faut savoir que si la réussite économique chinoise est source d’admiration, et si les dirigeants africains accueillent relativement positivement la présence de Pékin du fait de la non-conditionnalité de l’offre et de la non-interférence dans les affaires internes du pays, la présence chinoise sur le continent n’est, en réalité, pas exempte de critiques », rapporte la dernière version du rapport de l’Institut Amadeus, « Le Maroc en Afrique : La Voie Royale ». Parmi les principaux griefs qui lui sont reprochés : le focus parfois exclusif sur les matières premières du continent, les répercussions liées au déversement des produits manufacturés chinois à bas prix sur les marchés africains, la résistance aux transferts de technologie et la faible création d’emplois locaux. Sont également sujettes à caution, les questions relatives à l’environnement et aux droits humains. Par ailleurs, l’ensemble des pays africains, et cela est encore plus vrai pour les pays d’Afrique anglophone, sont aujourd’hui à la recherche de partenariats gagnant-gagnant. Les entreprises indiennes l’ont bien compris : elles proposent, de plus en plus, la mise en place « de co-entreprises qui permettent un partage de technologies, de compétences et, par extension, la possibilité pour l’Afrique de résoudre la question de sa faible industrialisation et de sa faible intégration aux chaînes de valeurs mondiales », relève le rapport du think tank dirigé par Brahim Fassi-Fihri. Il s’agit peut-être bien de la principale valeur ajoutée à travers laquelle le Maroc peut réellement se distinguer.

Conjoncture.info, le site de la CFCIM

Vide-grenier de l’association Français du Monde ADFE Agadir le samedi 10 juin 2017

.

Comme chaque année,

L’association Français du Monde ADFE Agadir organisera son grand vide-grenier le samedi 10 juin  2017 à l’Institut Français d’Agadir (Dans la cour de l’ancien Groupe scolaire Paul Gauguin)

.

Cet événement est basé sur un échange réciproque entre les vendeurs qui en profitent pour vendre des objets, des vêtements, des meubles … dont ils n’ont plus l’utilité et l’occasion pour les acheteurs de faire des très bonnes affaires.
Le vide grenier est l’occasion de dénicher des objets rares qui ne se trouvent plus dans le commerce et c’est aussi le moment de faire des bonnes affaires à des prix très intéressants.
Comme toujours l’association Français du Monde privilégie la solidarité et les relations humaines.
Ouverture au public : de 10h00 à 18h00
Installation des vendeurs à partir de 08h30
Tarif pour les vendeurs 100,00dhs le mètre linéaire d’emplacement, payable à la réservation.
Les adhérents et sympathisants auront priorité pour réserver l’emplacement les réservations seront closes le mercredi 31/05/17.
En raison de l’emplacement en extérieur, pensez à votre matériel nécessaire (vent, soleil, etc…).
Nous rappelons que l’esprit de cet évènement est une vente symbolique d’objets divers usagés ou ayant peu ou pas servis. La vente de produits neufs, alimentaires ou encore de destockage de magasins ne correspondent pas au projet.
Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour venir dénicher les bonnes affaires

Eau et assainissement: Près de 2 MMDH investis par la Régie d’Agadir entre 2006-2016

La Régie autonome multi-services d’Agadir (RAMSA) a consenti près de deux milliards de dirhams d’investissement entre la période 2006-2016, pour l’amélioration des conditions de distribution de l’eau potable, l’assainissement liquide et la protection contre les inondations, a indiqué un responsable de la RAMSA lors d’une récente réunion.

Selon les données présentées lors de cette rencontre sur « l’investissement public en tant que levier de développement économique du Souss-Massa », l’accent a été mis l’importance des réalisations accomplies, la régie ayant réussi à porter la capacité de stockage de l’eau potable à 127.000 m3 dans 23 réservoirs permettant une autonomie de distribution de 26 heures en cas d’incident sur les ouvrages de production alors que le taux de branchement a atteint 98,5 %.

Le rendement du réseau est de l’ordre de 80,5 %, ce qui est considéré, indique-t-on, parmi les plus performants au niveau national.

Concernant l’assainissement liquide du Grand Agadir, les efforts en matière de dépollution ont permis l’amélioration de la qualité des eaux de baignade des plages de la première station balnéaire nationale, et la mobilisation d’une ressource en eau (eau usée épurée) consistante pour sa réutilisation dans l’arrosage des golfs et des espaces verts.

En termes de réutilisation des eaux épurées, la RAMSA fait état de la mobilisation de 11 millions de m3/an.

Afin de consolider ces réalisations, un plan stratégique 2017-2021 a été mis au point avec à la clé un investissement de 511 MDH, dont 104 MDH pour l’année en cours.

Le secteur de l’eau potable bénéficie ainsi d’une enveloppe de 193 MDH qui seront consacrés au renforcement des conditions de sécurité de la distribution de l’eau potable dans le Grand Agadir, l’amélioration de la capacité des réserves pour passer à 170.600 m3, ainsi que la poursuite de l’opération des branchements sociaux dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Ce programme porte également sur l’amélioration de la qualité des services rendus aux clients, la lutte contre les pertes d’eau, le maintien du taux de rendement à un niveau supérieur à 80 pc, ainsi que la modernisation des systèmes de gestion technique, comptable et commerciale de la Régie.

Pour ce qui est de l’assainissement liquide, le programme des travaux, qui est doté de 318 MDH d’investissement, consistera en la poursuite des travaux de la deuxième phase du projet d’assainissement liquide du Grand Agadir, la dépollution de la zone nord de la ville, la poursuite des travaux d’équipement des quartiers périphériques dans le cadre de l’opération des branchements sociaux, ainsi que le renforcement des moyens et outils de gestion.

Dinosaures d’Anza : Le site d’empreintes authentifié

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 01/06/2017

  • Plus de 323 empreintes répertoriées sur les roches de la plage
  • Ce patrimoine géologique pourrait servir comme attraction touristique
  • Il est toutefois menacé par les éboulements
dinosaures_assa_036.jpg

C’est la population d’Anza qui a, depuis plusieurs années, remarqué ces empreintes dont elle ignorait la nature. Les chercheurs sont ensuite intervenus en 2014 pour confirmer qu’il s’agit bien de l’empreinte de dinosaures. Puis, l’étude scientifique approfondie a confirmé en 2017 le grand intérêt du site (Ph. M.M.)

Le site d’empreintes de dinosaures d’Anza, situé à quelques kilomètres au nord d’Agadir, est devenu un emplacement de référence mondiale puisqu’il vient d’être officiellement authentifié. Et ce, depuis la récente publication dans la revue «Journal of African Earth Sciences», de l’étude réalisée par le professeur Moussa Masrour de l’Université Ibn Zohr d’Agadir et le professeur Félix Pérez Lorente de l’Université Logrño d’Espagne. Selon ces experts, le passage des dinosaures sur la plage d’Anza à Agadir remonte à 85 millions d’années.

L’étude réalisée confirme la présence, sur les roches de la plage d’Anza, de plus de 323 empreintes de dinosaures avec une majorité appartenant aux dinosaures théropodes (carnivores). Elle confirme aussi la présence, et pour la première fois en Afrique, d’empreintes de type Macropodosaurus liées au dinosaure Therizinosaur.

Anza est donc le premier site en Afrique, et le quatrième au monde, à contenir ce type d’empreintes remontant à l’âge crétacé supérieur et plus exactement Santonien. Ce site est aussi le deuxième endroit en Afrique avec des empreintes de Ptérosaures (reptiles volants).
Et surprise, le premier site avec ce genre d’empreintes se trouverait lui aussi à Agadir, mais les chercheurs préfèrent ne pas révéler le nom de cet emplacement pour le moment.

En plus du grand nombre d’empreintes, le site d’Anza offre une bonne qualité de préservation de ces traces de pas de dinosaures et une longue piste avec 32 empreintes mesurant environ 20 mètres de longueur. «Malgré les efforts fournis par les associations des jeunes du quartier d’Anza pour sauver et valoriser ce patrimoine géologique, ce site reste très menacé par les éboulements», explique Pr Moussa Masrour.

«Il est donc urgent de construire un mur de protection», a-t-il ajouté. Il faut noter que ce site, qui se trouve sur la route menant à Taghazout et à Essaouira, pourrait devenir une véritable attraction touristique. «Puisqu’on cherche à varier l’offre touristique dans la région d’Agadir, il est devenu indispensable d’intégrer le site d’empreintes de dinosaures d’Anza dans le circuit touristique d’Agadir, mais avant cela il faut un aménagement adéquat», propose le paléontologue, en avançant l’exemple de la Rioja en Espagne où un projet touristique a été érigé autour d’un site d’empreintes de dinosaures.

Mode de formation des empreintes

empreintes_dinosaures_036.jpg

La fossilisation des empreintes de dinosaures est due à la convergence d’un certain nombre de facteurs:

  •  Un sable fin avec des particules inférieures à 1 mm de diamètre
  •  Un certain degré d’humidité rendant le sol plastique afin que le pied s’imprime bien
  •  Un durcissement rapide du sédiment par assèchement, donc une période humide suivie d’une période sèche
  •  Le remplissage relativement rapide des empreintes en creux par une arrivée d’eau chargée de sédiments fins.

Agadir haliopole cluster : Un pôle pour le renforcement de la compétitivité

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 31/05/2017

 – L’association, une interface entre le monde de la pêche et l’univers scientifique

  •  – AHP s’investit dans la R&D et innove en continu

 

Plus de 20.000 postes d’emploi générés et 5 milliards de DH comme chiffre d’affaires pour le secteur de la pêche dans la région Souss Massa. Ce qui en fait un pilier majeur de l’économie locale. En fait, à elle  seule, la région contribue à hauteur de 34% au PIB national et représente 50% des exportations nationales de conserves de poissons et 33% de la semi-conserve.

Des chiffres présentés lors du conseil d’administration du pôle de compétitivité pour la pêche et l’industrie de transformation des produits de la mer Agadir haliopole cluster (AHP), qui s’est réuni en session ordinaire mercredi dernier à la wilaya de la région Souss Massa.

«Le port d’Agadir reçoit une importante ressource halieutique, il est le premier au niveau du Royaume en termes de valeurs débarquées», a déclaré Zineb El Adaoui, wali de la région Souss Massa et gouverneur de la préfecture Agadir Ida Outanane. «Notre ambition aujourd’hui et celle du plan Halieutis est de faire de notre région une plateforme nationale et internationale pour la valorisation des produits de la mer à travers le port de pêche et le pôle Haliopolis», a-t-elle ajouté. Il ressort du rapport d’activité d’AHP qu’Agadir est déjà dans cette dynamique.

L’association ayant évolué en tant que l’une des intelligences économiques sectorielles de la région et une interface entre le monde de la pêche et l’univers scientifique. Cette structure se présente en effet comme un moteur de croissance accompagnant les entreprises dans leur développement  à l’international, en se basant sur la recherche, le développement et l’innovation.

«Nous travaillons en synergie avec le Centre de valorisation, l’Université Ibn Zohr et nos différents partenaires pour servir le secteur halieutique dans la région et l’accompagner dans le renforcement de sa compétitivité», explique Mohamed Bouayad, Président d’AHP.

A l’actif de la structure qui innove tous azimuts en termes de R&D, la fabrication de shawarma à base de produits de la mer, le développement du bêta carotène par les micro-algues, l’extraction  enzymatique de l’hydrolysat de moule, la production de la sauce de poisson (Nuoc-mâm) à partir des coproduits des unités de semi-conserve, la valorisation des coquilles de moules sous forme de poudre calcique, le développement d’aliments pour poissons marins d’aquaculture à partir d’ingrédients locaux produits au Maroc (cf. notre édition du 17/2/2017).

Beaucoup de ces inventions sont en cours de brevetisation, le premier à l’avoir décroché étant le projet d’extraction du collagène à partir des écailles de sardine.

AHP, moteur de croissance…

Le CA d’Agadir haliopole cluster a été l’occasion de faire le point sur les actions réalisées et d’adopter le plan d’action et le budget 2017. Ainsi que la nouvelle composition des commissions thématiques et les nouvelles adhésions. Zineb El Adaoui, qui présidait la réunion, a réaffirmé l’importance du cluster qui joue pleinement son rôle de pôle de compétitivité suivant la vision du plan Emergence. Et a souligné son rôle dans les politiques industrielles et les politiques d’innovation. Ce qui s’inscrit pleinement dans les orientations de la région Souss Massa.

Le Parasol Bleu

En réponse à une question qui m’a été posée récemment et pour en faire profiter tout le monde, je vous confirme que « Le Parasol Bleu » est ouvert pendant tout le mois de Ramadan tous les jours sauf le lundi.

Avec toujours le chef aux commandes :

Et comme dessert, comme je suis gourmand (même si je dois limiter le sucre),  je vous conseille pour le dessert la spécialité maison : le baba au rhum :

 

%d blogueurs aiment cette page :