Archives de juin 5th, 2017

Elections législatives, circonscription d’Agadir : résultats provisoires.

Source : page Facebook du Consulat Général de France à Agadir.

Résultat de recherche d'images pour "Elections"

25,4% de participation au 1er tour des élections législatives dans la circonscription d’Agadir.

Les résultats provisoires pour Agadir sont les suivants :
1. M. Jean-Christophe THOMAS : 0
2. Mme Nadia BOURGEOIS-CHEBAH : 2
3. M. Didier LE BRET : 36
4. M. Lamine CAMARA : 6
5. M. Karim DENDENE : 11
6. M. Yann ROUSTAN : 6
7. Mme Charlotte DE LABARRE : 1
8. M. Naji DEBACHE : 4
9. M. Rami ZOUAOUI : 0
10. Mme Hélèna BESNARD : 0
11. M. Pascal CAPDEVIELLE : 39
12. M. Loïc DURAND : 0
13. Mme Khadija DAVID : 3
14. Mme Jehanne FORTIN : 32
15. M. Patrice FINEL : 49
16. Mme Marie-Laure FABRESSE : 1
17. M. M’Jid EL GUERRAB : 155
18. Mme Mathilde DARRAS : 4
19. Mme Loubna ZAIR : 0
20. Mme Saâdia MESSAOUDIA : 2
21. M. Yves-Eric MASSIANI : 0
22. Mme Sabrina HOUD : 1
23. M. Frédéric ELBAR : 62
24. Mme Nathalie GOMEZ : 0
25. Mme Leila AICHI : 110
26. Mme Jacqueline NIZET : 26
27. M. Erwan Borhan DAVOUX : 190

Rendez-vous dimanche 18 juin pour le 2nd tour.

Le prix de la sardine flambe

.

Par Mouna Qacimi – le360.ma – 04/06/2017

Le kilo de sardines est négocié entre 20 et 25 dirhams, au cours de ce mois de ramadan. Une situation due, notamment, à la multiplication des intervenants dans la chaîne de commercialisation.

Le ramadan est souvent synonyme de flambée des prix.
Cette fois-ci, c’est la sardine qui est concernée. Le prix d’un kilo de sardines varie ainsi entre 15 et 20 dirhams auprès du poissonnier ambulant ou dans les marchés des quartiers populaires, rapporte L’Économiste dans son édition de ce lundi 5 juin. Et d’ajouter que le prix du kilo de sardines peut atteindre jusqu’à 30 dirhams dans les quartiers huppés. Résultat, la sardine devient plus chère que le poulet vif qui, lui, est négocié entre 12,50 et 14 dirhams, voire moins.

L’Economiste souligne que les prix de la première vente, dans les halles du port de Casablanca ou d’Agadir, sont sans commune mesure avec ceux des marchés au détail. C’est ainsi qu’à Casablanca, au premier juin, le prix moyen de la sardine s’établissait à 3,2 DH/kg et celui du maquereau à 3,5 DH/kg. A Agadir, les prix sont encore nettement inférieurs à ceux pratiqués dans la capitale économique, le prix moyen de la sardine y est ainsi en-dessous de 2 DH/kg.

Le journal explique que ces dysfonctionnements résident dans la multiplication des transactions. Entre le pêcheur et le consommateur, il faut compter au moins une dizaine d’intervenants, avec à la clé la spirale des marges prélevées lors de chaque vente. Un lot peut faire l’objet de plusieurs ventes avant même de quitter la halle aux poissons du port.

L’Économiste relève que la flambée des prix est en parfait décalage avec la production qui, elle, s’est inscrite en forte hausse ces dernières années. Elle a, en effet, gagné 20% en 2015 par rapport à l’année précédente et s’est appréciée de 7% en 2016 à 1,3 million de tonnes.

%d blogueurs aiment cette page :