Archives de juin 11th, 2017

Paul Bermejo : c’est parti pour le Sun Trip Tour 2017 !

 

Samedi 10 juin Paul a entamé sa remontée vers Tanger. Départ à 8H00 pour une première étape montagneuse de 185km jusqu’à Essaouira.
Il a entamé cette remontée vers le Nord par l’étape la plus longue et la plus difficile de son parcours en espérant avoir de bonnes jambes et un beau soleil. Quand à la chaleur elle est déjà bien présente sur le parcours.
Il a programmé une arrivée à Tanger (950km) le 16 juin In Challah !!!

1ère étape costaud pour dérouiller la mécanique. 187 km avec deux montagnes à franchir. Au départ d’Agadir, ciel gris et brouillard côtier sur 70km. Ce ciel gris a mis à mal les batteries d’autant plus que la route côtière est un vrai toboggan avec des coups de cul les uns après les autres. Dès que j’ai quitté la cote en grimpant une première pente, le bon ciel bleu est apparu avec un beau soleil. Cela m’a permis de gérer le peu de réserve en watts qu’il me restait mais j’ai du utiliser la batterie de secours pour finir cette étape difficile. Ce soir je suis logé en terre bretonne. L’établissement se nomme « Dar Kenavo ». Il y avait bien un autre lieu au nom de « chez le chti… » Mais mes enfants vivant en bretagne je me devais de m’arrêter là. Le Dar Kenavo est entièrement aménagé pour y recevoir les handicapés en fauteuil roulant, piscine comprise. Le propriétaire est lui même en fauteuil roulant. Les chambres sont très bien mais j’ai préféré dormir dans la tente berbère. Les jardins sont très beaux également et je conseille le Kenavo à Thomas Papey et son équipe d’aventuriers lorsqu’ils passeront par là.
Demain je serai à Safi, ville des potiers. 130km environ à parcourir, ça va être cool en bord de mer.

Des photos de la première étape :
Et aujourd’hui, Essaouira – Safi !

Le vide-grenier de l’association Français du Monde ADFE Agadir

L’association Français du Monde ADFE Agadir organisait hier samedi son grand vide-grenier dans la cour de l’ancien Groupe scolaire Paul Gauguin.

Tous ceux qui étaient venus là pour faire de la place dans leurs armoires étaient surpris d’y voir autant de monde, malgré le fait que la date tombait en plein Ramadan.

Quelques photos :

Rose à parfum : La R&D incontournable pour valoriser la ressource

Par Sabrina BELHOUARI – leconomiste.com – 09/06/2017

  • Elle reste très timide dans cette filière, notamment pour des raisons financières
  • La rose de Kelaat M’Gouna a tous les atouts pour écraser ses concurrentes sur le marché mondial
rose-parfun-042.jpg

La R&D doit être faite à tous les niveaux de la filière, depuis la plantation jusqu’à la commercialisation sur le marché, en passant par la production de boutons floraux, la cueillette, le transport des fleurs, la transformation et la commercialisation (Ph. L’Economiste)

La recherche et développement dans la filière de la rose à parfum marocaine est un axe stratégique pour le développement de connaissances sur le produit et sur les pratiques qui s’y rattachent. A ce jour, et pour ce qui est relatif à la rose à parfum de Kelaat M’Gouna, on retrouve quelques thèses ou autres travaux de fin d’études, niveau ingénieur horticole (travaux de thèse faits à l’IAV Hassan II, Rabat, et au CHA à Agadir, thèse de fin d’études réalisée à l’ENA de Meknès).

Un récent travail de thèse de doctorat sur la caractérisation des rosiers dans la région de Kelaat M’Gouna,  fruit de partenariat entre le complexe horticole de l’Institut agricole et vétérinaire d’Agadir et la faculté des sciences Ibn Zohr d’Agadir, est actuellement en cours. «Ce qui caractérise la rose à parfum marocaine est sa qualité supérieure. Mais pour les chercheurs, ceci reste une hypothèse sur laquelle il faut mener des travaux scientifiques.

Actuellement, et dans le cadre d’une thèse de doctorat sur la caractérisation des rosiers dans la région de Kelaat M’Gouna, on fait des analyses des aromes extraits de groupes de clones de la région qu’on peut comparer à d’autres variétés d’Iran, de Turquie et de Bulgarie», assure Mokhtari, professeur à l’IAV Hassan II, complexe horticole d’Agadir.

La recherche appliquée est nécessaire dans la mesure où elle permet de maintenir et d’améliorer la qualité des produits, mais aussi de capitaliser sur les efforts des producteurs sur place. D’où l’intérêt d’une recherche intégrée et compartimentée. Cette recherche doit être faite à tous les niveaux de la filière, depuis la plantation jusqu’à la commercialisation sur le marché, en passant par la production de boutons floraux, la cueillette, le transport des fleurs, la transformation et la commercialisation.

«On trouve beaucoup de difficultés à poursuivre les travaux de recherches sur la rose, les seuls moyens sont des moyens propres aux institutions sans soutien budgétaire pour la filière. Après la caractérisation morphologique, on est contraint de faire une identification moléculaire des clones, ce qui n’est pas possible à ce jour pour des raisons financières», explique Pr Mokhari.

Dans cette perspective, une convention-cadre entre la Fimarose et le ministère de l’Agriculture est en cours de signature et sera dotée d’un budget de 4 millions de DH étalé sur une période de 5 ans. Il s’agit, entre autres, de lancer les recherches sur les espèces plus performantes de la Rosa damascena. L’objectif est la sélection clonale, l’optimisation de la conduite technique et la valorisation des produits de la rose.

VIDÉO : LA KASBAH AGADIR OUFELLA MENACE RUINE

Par Mhand Oulberka – le360.ma – 10/06/2017

Cover Video -Le360.ma • قصبة "أكادير أفلا" مهددة بالزوال والإندثار

© Copyright : Le360

La Kasbah d’Agadir Oufella a été construite en 1511. Victime du séisme des années 60 à Agadir, ce lieu historique chargé d’histoire tombe en ruines. Les activistes de la ville tirent la sonnette d’alarme et exigent des autorités compétentes de venir agir au plus vite.

Face au mutisme des autorités locales, la Kasbah d’Agadir Oufella est abandonnée et tombe en ruine. Les habitants de la ville d’Agadir, historiens, anciens diplomates, écrivains sont tristes de voir le sort actuel de cette Kasbah qui a souffert du séisme des années 60.

C’est durant ce séisme que tous les habitants de la Kasbah sont décédés et le lieu est depuis un site historique. Le ministère des Habous et des affaires islamiques aurait par ailleurs signifié que la Kasbah n’est qu’un cimetière.

Les détails dans ce reportage vidéo :

 

Environnement : Grande opération de nettoyage à Agadir au niveau de l’Oued Souss

par Zineb Abenkcer – levert.ma – 10/06/2017

Oued Souss

Dans le cadre des actions de protection de l’environnement au Maroc, une grande  opération de nettoyage a été organisée jeudi à l’embouchure de l’oued Souss, un site naturel aux multiples atouts qui est néanmoins confronté à nombre de pressions liées à l’activité humaine.

Organisée à l’occasion de la journée mondiale de l’océan, cette action a rassemblé quelque 120 élèves du Lycée français d’Agadir, accompagnés de leurs professeurs et des parents, a indiqué l’ONG « Surfrider Foundation Maroc», à l’origine de cette campagne.

La pollution et les effets des changements climatiques risquent, selon les experts, de porter préjudice à certaines potentialités, au paysage et à l’équilibre propre de l’oued.

Près de 70 sacs de déchets qui abiment le littoral ont été collectés pendant l’opération qui a servi également pour la sensibilisation à l’environnement marin, indiquent les initiateurs de cette opération qui envisagent une deuxième campagne le 19 juin au même endroit avec l’appui de la commune urbaine.

En partenariat avec d’autres associations locales, une campagne similaire avait été organisée récemment au village de pêche Tifnit, à 40 km au sud d’Agadir, connu aussi pour être un spot de surf réputé.

Créée en 2010 à Agadir, Surfrider Foundation Maroc ambitionne de contribuer à la protection et la mise en valeur du littoral. Elle est affiliée à l’ONG Surfrider Foundation Europe qui, à travers ses «Initiatives Océanes », organisent des campagnes de sensibilisation et de nettoyages de plages, lacs, rivières et fonds marins.

La journée mondiale de l’océan, célébrée le 8 juin, est placée cette année sous le thème : « Nos océans, notre avenir » avec pour objectif, selon l’ONU, d’attirer l’attention sur les conséquences néfastes sur les océans et les mers, et de ce fait, sur la terre entière, des pressions humaines dont la surexploitation, la pêche illégale, la pollution marine, et les changements climatiques.

VIDÉO : AU CŒUR DU MARCHÉ AUX POISSONS D’AGADIR

Par Qods Chabaa – le360.ma – 10/06/2017

Cover Video -Le360.ma •ربورطاج سوق السمك بأكادير

L’activité du marché aux poissons d’Agadir (Al Massira) bat son plein. Ce célèbre souk propose une offre diversifiée durant ce mois de ramadan. Les commerçants défendent leur marchandise et assurent que les tarifs n’ont pas augmenté.

Les prix du poisson à Agadir n’ont pas augmenté durant ce mois de ramadan. C’est ce que précisent les marchands du célèbre souk de la ville.

Les calamars et les crevettes sont les poissons les plus chers et leurs prix varient entre 110DH et 120DH, merlans et sols à 80, 90DH. «Les prix sont raisonnables et pas de changement entre la période avant ramadan et maintenant», indique un commerçant à le360.

L’activité bat son plein au marché de poisson, les commerçants sont aux anges, mais seul hic, la propreté du lieu laisse un peu à désirer…

Agadir : L’adjudicataire du projet du nouveau terminal au port sera connu le 20 juin

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 10/06/2017

Agadir : L’adjudicataire du projet du nouveau terminal au port connu le 20 juin

Le coût global de ce projet est de 356,6 millions de dirhams

L’objectif de ce nouveau terminal qui devrait être réalisé d’ici 2019 est de contribuer au développement économique et social tant au niveau national que régional, au bénéfice de tous les stakeholders.

L’actuel port d’Agadir sera doté d’un nouveau terminal polyvalent pour accompagner les perspectives de développement du port à l’horizon 2030.

L’Agence nationale des ports vient de lancer un appel d’offres pour le choix le 20 juin de la meilleure offre de prestation pour le projet de construction d’un nouveau terminal au port d’Agadir. Le coût global de ce projet est de 356,6 millions de dirhams.

L’objectif de ce nouveau terminal qui devrait être réalisé d’ici 2019 est de contribuer au développement économique et social tant au niveau national que régional, au bénéfice de tous les stakeholders. Cette contribution est concrétisée par la fourniture d’infrastructures, d’équipements et de services portuaires de niveau international, favorisant ainsi les opportunités et créant de la valeur aux opérateurs économiques et aux citoyens, dans un environnement responsable et durable.

Ce chantier rentre dans le cadre des orientations du schéma portuaire national à l’horizon 2030 et permettra d’accompagner le développement du port d’Agadir. Ce dernier est aujourd’hui considéré comme un élément clé dans le cadre du développement de la capitale du Souss et de toute la région. De même, le port connaît actuellement une croissance rapide des flux de marchandises, notamment les vracs solides de minerais nécessitant des capacités d’accueil supplémentaires. Ce nouveau terminal polyvalent pourra accueillir à la fois des navires vraquiers, des bateaux de croisières et des navires de marchandises diverses.

Ce dernier dispose d’un linéaire de quai de 462 ml (y compris l’extension) à -10,5 de tirant d’eau et d’un terre-plein de 13,1 hectares. Il sera équipé de 5 grues de faible capacité et sera doté de 4 grues de grande capacité et d’un espace de stockage frigorifique.

Selon le schéma portuaire national le port d’Agadir, en tant que port d’équilibre régional, devient un concurrent de Casablanca sur l’hinterland éloigné de Casablanca (zone de Marrakech). Il peut devenir aussi un port majeur pour les escales de croisière de la sous-région, en appui de la stratégie nationale de développement touristique. Il verra aussi un déplacement de son poste pétrolier pour recevoir des tankers de 60.000 TPL et deux extensions de quais pour les conteneurs et les vracs.

La nouvelle configuration du port d’Agadir lui permettra de traiter un trafic global annuel de commerce de 16 MT à l’horizon 2030. Sur le plan de la connectivité, le port d’Agadir est relié à Marrakech par voie autoroutière depuis 2010.

Elections législatives françaises : Leila Aïchi et M’jid El Guerrab en tête pour la 9e circonscription

huffpostmaghreb.com – 05/06/2017

LEILA AICHI MJID EL GUERRAB

Dimanche 4 juin, les Français de l’étranger étaient appelés aux urnes pour les élections législatives, une semaine avant leurs compatriotes de l’Hexagone. Et c’est un duel inattendu qui est arrivé en tête lors du premier tour dans la 9e circonscription, qui couvre 16 pays au Maghreb et en Afrique de l’Ouest.

Le Franco-marocain M’jid El Guerrab, non investi officiellement par La République En Marche (LREM), le mouvement du président Emmanuel Macron, mais soutenu – à la dernière minute – par ce dernier, affrontera lors du second tour du scrutin, le 18 juin, la Franco-algérienne Leïla Aïchi, qui a également fait campagne sous les couleurs d’En Marche (après avoir été désinvestie).

Cette dernière est arrivée en tête avec 3.135 voix, soit 20,29% des votants, contre 2.925 voix (18,93%) pour son adversaire.

La campagne des deux candidats a été marquée par une série de polémiques. La candidature de la sénatrice Leila Aïchi (ex-Modem), investie un premier temps par LREM, a suscité un tollé au Maroc à cause de ses propos sur le Sahara tenus en 2013. Elle le qualifiait notamment de territoire « occupé » par le royaume.

LREM a finalement retiré la candidate de sa liste officielle des candidats investis, mais celle-ci a continué à mener sa campagne sous les couleurs du mouvement présidentiel.

Face à cette controverse, M’jid El Guerrab, ex-militant du Parti socialiste (PS) ayant rejoint le mouvement créé par Macron, a déposé sa candidature. Non investi, il a néanmoins bénéficié du soutien explicite de LREM. Il s’est ainsi présenté sous l’étiquette de la majorité présidentielle.

Les deux candidats sont arrivés devant le candidat de droite Erwan Davoux (parti Les Républicains, LR) et de gauche Didier Le Bret (PS), qui ont remporté respectivement 2.039 voix et 1.822 voix. La candidate FN, Jehanne-Dalila Fortin, a quant à elle obtenu 352 voix. La participation globale n’était que de 14% dans la 9e circonscription.

Les candidats de La République en Marche ont raflé ce premier tour, puisqu’ils sont arrivés en tête dans dix des onze circonscriptions des Français de l’étranger.

Malgré ce que prétend M’jid El Guerrab par la voix de ses militants, il n’est pas investi par La République En Marche ! , il a, comme beaucoup d’autres socialistes, rallié opportunément ce parti.
Voici, en effet, la liste officielle des Candidats investis La République En Marche ! pour les circonscriptions des Français de l’étranger (dans laquelle vous pouvez constater qu’aucun candidat n’est investi pour la 9ème circonscription) :
(source : site en-marche.fr)

FRANCAIS DE L’ETRANGER 1, Roland LESCURE

FRANCAIS DE L’ETRANGER 2, Paula FORTEZA

FRANCAIS DE L’ETRANGER 3, Alexandre HOLROYD

FRANCAIS DE L’ETRANGER 4, Pieyre Alexandre ANGLADE

FRANCAIS DE L’ETRANGER 5, Samantha CAZEBONNE

FRANCAIS DE L’ETRANGER 6, Joachim SON FORGET

FRANCAIS DE L’ETRANGER 7, Frédéric PETIT

FRANCAIS DE L’ETRANGER 8, Florence DRORY

FRANCAIS DE L’ETRANGER 10, Amal Amélia LAKRAFI

FRANCAIS DE L’ETRANGER 11, Anne GENETET

%d blogueurs aiment cette page :