Les fêtes de Bayonne se terminent aujourd’hui

Quelques vidéos de ces fêtes 2017 pour rester dans l’ambiance :

Fêtes de Bayonne la banda Esperenza

Les joutes languedociennes sur l’Adour

Un petit tour avec les festayres :

Les bandas :

Le mutxiko (danse traditionnelle du Pays basque), pendant les Fêtes de Bayonne

Les chœurs basques improvisés aux Fêtes de Bayonne

Fêtes de Bayonne 2017 : le choeur basque Lagunt eta Maita interprète « Hegoak »

 

Agadir abrite la 2ème édition du Sommet mondial « Climate Chance »

2m.ma – 29/07/2017

Agadir abrite la 2ème édition du  Sommet mondial "Climate Chance"

La 2è édition du Sommet mondial « Climate Chance » se tiendra du 11 au 13 septembre à Agadir à l’initiative de l’Association Climate Chance et la région Souss-Massa.

Dans leur communiqué, les organisateurs précisent qu’il s’agit d’une plateforme de rencontres de haut niveau réunissant les leaders locaux (ONG, élus, entreprises, chercheurs, etc.) engagés dans le lobbying auprès des Etats dans le cadre de la négociation climat et dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Lors de cette deuxième édition, les participants tenteront de renforcer le progrès des actions concrètes entamées depuis la première édition de ce Sommet. Au programme, plus de 80 ateliers de bonnes pratiques seront présentés autour d’une quinzaine de thématiques notamment la mobilité et le transport, l’énergie, les bâtiments durables, la transition écologique et l’emploi, l’eau, les océans, l’économie circulaire, l’agriculture, la forêt et la biodiversité.

L’édition 2017 du Sommet Climate Chance sera aussi un « moment important de valorisation du progrès de l’action des acteurs non-étatiques », a déclaré à cette occasion Brahim Hafidi, président du Conseil de la région Souss-Massa. Et de poursuivre « de même, des plénières sur les points clés de la négociation tels que la finance climat et l’adaptation au travers des enjeux de migrations et le défi des villes africaines démonteront que ces défis seront relevés si nous répondons d’abord aux questions du développement ».

Pour sa part, Hakima El Haité, championne marocaine du Climat, a relevé que cette manifestation internationale permettra aux grands réseaux mondiaux de collectivités de faire entendre leur voix et mettre en évidence leurs propres engagements, précisant qu’une importance capitale sera accordée, lors de ce rendez-vous panafricain, aux enjeux du continent en matière d’adaptation, d’urbanisation et de coopération décentralisée.

S’inscrivant dans la dernière ligne droite fixée à Paris pour faire un état des lieux de l’ambition des Etats en 2018, ce sommet propose également des rencontres de haut niveau sur le Partenariat de Marrakech permettant d’amplifier l’action climatique sur les liens entre l’agenda 2030 pour le développement, le plan d’action genre et les droits de l’Homme, a fait valoir de son côté Salaheddine Mezouar, président de la COP22.

Selon les organisateurs, ce rendez-vous d’envergure internationale sera clôturé par « une déclaration d’engagement collectif ».

Les fêtes de Bayonne, la suite…

.

Il ne fallait pas se lever trop tard pour pouvoir être sur place au début du programme de la journée, en ayant la possibilité de choisir de bonnes places.

Nous voici, en tenue de rigueur tous les deux :

comme les statues de l’hôtel de ville qui ont mis également leur bandana rouge :Les bandas commencent à arriver en ville et la foule remplit rapidement la place de la Liberté pour le premier spectacle de la journée : le lâcher de 6 parachutistes du 1er RPIMA de Bayonne qui doivent se poser au confluent de la Nive et de l’Adour.

Une chance : peu de nuages et très peu de vent ! L’événement suivant est le réveil du roi Léon, le roi de Bayonne qui doit apparaître au balcon de l’Hôtel de Ville à midi juste : là, le rideau est encore fermé ! Les géants arrivent pour prendre place devant l’hôtel de ville Et, c’est midi et le réveil du roi Léon appelé à grands cris par les enfants :
Regardez la vidéo :

Il faut ensuite se rendre au restaurant où nous avons réservé le déjeuner au bord de la Nive. Les rues sont pleines, c’est impressionnant ! et, des musiciens partout ! tout dans la bonne humeur :Toutes les tables se remplissent : Je ne sais pas combien de repas sont servis pendant les fêtes, c’est plein tous les jours et le chiffre doit être colossal !

Photos et vidéo M. Terrier

La fête du miel d’Imouzzer des Ida Outanane.

agrimaroc.ma – 28/07/2017

Fête du miel à Imouzzar Ida Outanane

Imouzzer des Ida Outanane, commune rurale de la province d’Agadir, organisera du 10 au 12 août la fête du miel.

La commune d’Imouzzar Ida Outanane sera au rendez-vous, du 10 au 12 août, avec son festival annuel du miel. A la clé de cet évenement ; un riche programme d’activités économiques, sociales, artistiques, culturelles et éducatives.

La foire est initiée par la Fédération Al Ahd Al Jadid pour le développement et le Conseil préfectoral d’Agadir Ida Outanane, en collaboration avec le conseil régional Souss-Massa et d’autres partenaires. Cette édition prévoit une foire comportant des stands équipés permettant aux professionnels d’exposer et de vendre leur variété de miel et ses dérivés, ainsi que d’autres produits du terroir.

A aller voir !

Ait Baâmrane / Cactus : L’or vert pour développer l’agriculture solidaire

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/07/2017

  • Une superficie totale de 45.000 ha produisant près de 360.000 tonnes de fruits
  • La filière, principale source de revenu pour la population

or-vert.jpgLa qualité gustative des figues de barbarie d’Ait Baâmrane et sa tardivité par rapport à la production d’autres régions marocaines, ont rendu les figues de cette zone très populaires et fortement appréciées. C’est la raison pour laquelle elle occupe une bonne place sur le marché national (Ph. ONUDI)

AKNARI, Karmous… autant d’appellations pour désigner la figue de Barbarie, tant prisée par les consommateurs. Au Maroc, 50% de la production nationale est concentrée à Ait Baâmrane avec une superficie de 45.000 ha produisant près de 360.000 tonnes de fruits (Soit un rendement de près de 8 tonnes par hectare). Et une contribution à 57% de l’activité agricole de la région. Afin de promouvoir les produits de la région et particulièrement la figue de barbarie de l’unité de conditionnement de Sidi Ifni, une visite est organisée ce vendredi par l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (ONUDI) au Maroc. Elle s’inscrit dans le cadre du projet d’Accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT), initié et suivi par l’ONUDI, agent d’exécution de ce projet. En partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et l’Agence de Développement agricole (ADA). Le PAMPAT, lancé en 2013, est financé par le Secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO) du gouvernement suisse. «Ce projet vise à améliorer la performance, l’accès aux marchés (national et export) et les conditions socio-économiques des opérateurs de deux filières de produits de terroir», explique Abdelali Berrada, expert en Réseaux d’entreprises et Cluster. «La filière argane pour les régions d’Essaouira et Souss Massa et la filière cactus/figue de barbarie d’Ait Baâmrane pour la région de Sidi Ifni», a-t-il ajouté. Ces deux filières jouent ainsi un rôle important pour le développement de l’agriculture solidaire dans ces deux régions. Il faut préciser que le PAMPAT Maroc, s’aligne sur la stratégie du développement des produits de terroir du Plan Maroc Vert (PMV), avec un appui concret aux efforts de l’ADA. Ce soutien concerne l’amélioration de la performance des chaînes de valeurs des produits de terroir; la structuration des groupements de producteurs et le renforcement de leurs capacités de production techniques et des compétences transversales; la promotion des labels. Et la commercialisation des produits tant sur le marché national qu’à l’international. Le projet PAMPAT s’inscrit dans le cadre de l’intérêt de SECO à contribuer au développement du secteur agro-alimentaire en Afrique du Nord. En particulier au Maroc et en Tunisie, ainsi que les échanges d’expérience avec des pays de la région. De même que le partage de l’expérience marocaine dans d’autres pays d’Afrique en matière d’Indication géographique (IG)/Appellation d’Origine contrôlée (AOC). Il faut noter que le projet suit une approche globale de chaîne de valeur ciblant l’ensemble des activités qui déterminent la performance d’une chaîne, de l’amont à l’aval. Soit de la production et fourniture des intrants à travers la transformation et les services d’appui jusqu’au marché final, est-il indiqué.
Pour rappel, le programme de la journée de ce vendredi prévoit des visites aux coopératives de transformation, à l’unité de conditionnement des fruits frais de figues de barbarie de Sidi Ifni et aux champs de cactus. Des rencontres avec des agriculteurs et discussion avec les responsables pour un éventuel partenariat commercial sont aussi au menu.

Une offre diversifiée… Présentation de l’offre produit de la filière

■ Offre en fruits frais de figues de barbarie en vrac ou conditionnés selon les spécifications demandées.
■ Offre de produits à base de cactus: huile de grains de figues de barbarie, farine de raquette fraîche, tisane de fleurs, macérat de fleurs, macérat de raquettes, savon…

Principale source de revenus

LA qualité gustative des figues de barbarie d’Ait Baâmrane et sa tardivité par rapport à la production d’autres régions marocaines, ont rendu les figues de cette zone très populaires et fortement appréciées. C’est la raison pour laquelle elle occupe une bonne place dans le marché national. Avec ses deux variétés: Aissa la précoce, à partir du mois de juillet; et Moussa la tardive dont la production s’étale jusqu’au mois de janvier. Véritable pilier de l’économie locale, la filière emploie 2.800 producteurs. Qui, avec leurs familles, représentent près de 13.500 personnes. L’abondance de la matière première dans la région ouvre le champ pour une industrialisation et ceci par la valorisation des raquettes de cactus et fruits en plusieurs produits dérivés. Aujourd’hui, les producteurs de la région d’Aït Baâmrane continuent à planter et à déployer davantage d’efforts pour augmenter la production et produire un fruit de qualité. Le cactus demeurant la principale source de revenu pour la population et le pilier majeur de l’économie dans cette zone.

 

Le Salon de l’immobilier d’Agadir souffle sa quatrième bougie

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 28/07/2017

Le Salon de l’immobilier d’Agadir souffle sa quatrième bougie

L’immobilier sera de nouveau à l’honneur à l’occasion de la quatrième édition du Salon de l’immobilier d’Agadir (Almogar N’laaqar), et qui connaîtra la participation de 40 exposants.


Après trois éditions réussies, le Salon de l’immobilier d’Agadir se tiendra de nouveau à l’initiative de Ines Events à la Chambre de commerce, d’industrie et de services du Souss-Massa, du 1er au 6 août sous le thème : «Vers une nouvelle vision d’un habitat à basse consommation énergétique».

Selon les organisateurs, suite au discours royal de la Fête du Trône de juillet 2009, année où a été initié le projet de la Charte nationale de l’environnement et du développement durable (CNEDD), le Salon de l’immobilier dans sa quatrième édition se projette dans le vert, dans l’objectif de promouvoir l’habitat ainsi que les solutions d’économie d’énergie. Et d’ajouter que l’évènement se veut un carrefour d’échange avec les futurs acquéreurs, et également pour faire connaître de nouveaux produits, augmenter la visibilité des opérateurs locaux, être à l’affût des attentes réelles des acheteurs, établir des contacts directs et personnalisés avec les futurs clients, et participer au respect de l’environnement.
Pour y arriver, le Salon met en place trois nouveaux espaces ; le premier réservé aux promoteurs immobiliers, organismes bancaires et agences immobilières, le deuxième aux promoteurs de l’énergie renouvelable, et des solutions économiques, et le troisième sera consacré aux journées d’études.

Plus de 40 exposants seront présents dont des promoteurs locaux et nationaux, organismes bancaires et assurances, promoteurs de l’énergie renouvelable, société de construction, agences immobilières, décorateurs et pépinières. Le Salon proposera une gamme variée de produits ; logements économiques, haut et moyen standing, lots de terrain, décoration et aménagement intérieur, ainsi que des produits d’économie d’énergie.
Le programme du Salon comprend des journées d’études organisées par la Confédération générale des entreprises du Maroc, le Centre régional d’investissement de la région du Souss-Massa, et sarouty.ma, et qui porteront sur différents thèmes concernant l’habitat et l’économie d’énergie notamment «L’habitat social face aux changements climatiques, quelles mesures adopter pour atténuer les impacts sur l’environnement ?», «Eco-habitat : tous pour un environnement plus sain et plus durable», «L’habitat sobre en énergie :
clé de la lutte contre les changements climatiques» et «Energie et changements climatiques : à propos de deux évolutions opposées».

Souss Massa/Investissement: Le Grand Agadir se place en tête

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/07/2017

  • Il accapare 51% des montants engagés
  • Les projets touristiques prédominent

grapg.jpg

37 : C’est le nombre de projets d’investissement examinés par la Commission régionale d’investissement et de dérogation de la Région Souss Massa. Sur ce chiffre, 29 projets (78,3%) d’un montant global de près de 1,15 milliard de DH ont reçu un avis favorable. Ils représentent 1.487 emplois à créer. Par contre, 8 projets (représentant un taux de 21%) ont été refusés. Les motifs de rejet sont aussi bien d’ordre juridique, technique qu’économique. Ils concernent essentiellement la faible valeur ajoutée du projet, l’indisponibilité du terrain demandé, ou la non-conformité avec les dispositions du Plan d’aménagement, nous indique-t-on du côté du Centre régional d’investissement (CRI) Agadir Souss Massa. Il faut préciser que l’analyse territoriale régionale des projets d’investissement fait ressortir que c’est le Grand Agadir qui se place en tête avec 51% des montants engagés. Il est suivi par la province de Tiznit avec 34% et la préfecture Inezgane Ait Melloul avec 12%. Les provinces de Chtouka Ait Baha et Taroudant viennent loin derrière avec respectivement 0,86% et 0,17% du volume d’investissement global approuvé. En termes de montant d’investissement, l’analyse sectorielle démontre la prédominance des projets touristiques avec près de 440 millions de DH des projets engagés. Viennent ensuite les projets de services avec 205 millions de DH, les projets de BTP avec 307 millions de DH et enfin les projets commerciaux avec près de 300 millions de DH. En termes de nombre, la commission a approuvé 12 projets relevant du secteur des services, 10 du secteur touristique, 4 projets commerciaux et 3 projets relevant du secteur du BTP. A noter que le secteur du tourisme générera le plus grand nombre d’emplois avec près de 740 postes prévus, et celui des services près de 315 postes. La Commission régionale d’investissement et de dérogation réunie mercredi dernier a donné un avis favorable à la société Madef. Pour l’augmentation de son Coefficient d’occupation du sol (COS) de 0.206 à 0.223. Ce qui va lui permettre la réalisation d’un hôtel 5* sous l’enseigne Hyatt Regency dans la station touristique balnéaire Taghazout Bay. L’établissement, d’une capacité de 205 chambres, sera  étalé sur une superficie de 8 hectares sur le front de la bande côtière, et permettra d’engendrer près de 200 emplois directs et 100 indirects. Dans le secteur sanitaire, les projets retenus par la commission viendront consolider l’offre touristique de bien-être de la région. Avec deux cliniques privées dont une spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brulés et esthétique, pour un montant d’investissement de 38 millions de DH et une capacité de 24 chambres et 6 suites. La deuxième clinique, d’une capacité de 60 lits et d’un investissement de près de 60 millions de DH, sera dédiée à la radiothérapie et chirurgie plastique.

Le BTP a toujours la cote…

Le secteur de logement continue à réaliser des montants importants en termes d’investissements engagés. Parmi les projets validés dans ce secteur, le projet porté par la société Al Omrane Agadir. Il est relatif à la réalisation d’une résidence fermée d’habitat au  niveau du quartier Tilila. Consistance: 14 villas et 140 logements pour une enveloppe budgétaire de près de 157 millions de DH. Par ailleurs, l’éducation n’est pas en reste puisque 6 projets d’enseignement scolaire et préscolaire pour un total d’investissement de l’ordre de 13 millions de DH ont reçu un avis favorable. Ils  permettront la création de plus de 58 postes d’emploi. Dans le même secteur, la réalisation d’une cité internationale d’étudiants est prévue pour un investissement de près de 68 millions de DH. La structure sera implantée près du CHU, sera composée de 568 chambres dont 16 pour les personnes à mobilité réduite.

Le surf dans la région d’Agadir

par Hamza El Amghari

Le Maroc de façon générale regorge de bien d’atouts précisément dans le domaine du surf. En effet, la multitude des spots, la qualité des vagues et les conditions météo adéquates sont entre autres des conditions favorables qui attirent chaque année des passionnés de surf au Maroc. C’est d’ailleurs une destination privilégiée des surfeurs européens, surtout en période hivernale.

La région d’Agadir

La région d’Agadir est l’un des meilleurs endroits pour la pratique du Surf en Afrique. Elle attire chaque année des surfeurs des quatre coins du monde. Ils y trouvent chacun, selon leurs niveaux et leurs préférences des spots adaptés.

Si vous souhaitez rester au centre d’Agadir, la ville occupe une situation idéale au bord d’une longue plage de sable de plus de 10 kilomètres, avec des vagues entre 1 et 4 mètres.

Agadir

Si vous préférez par contre parcourir la région, vous aurez alors le choix entre plusieurs endroits magnifiques adaptés à vos goûts. Parmi les meilleurs spots de surf à Agadir, les plus fréquentés sont :

Imsouane

Si votre passion du surf se combine avec l’amour du paysage et de la nature, alors Imsouane est votre destination. Petit village situé entre Océan et désert, il est très réputé pour la pêche et offre un paysage enjolivé par les Arganiers.

Imsouane

 

C’est une commune rurale de la préfecture d’Agadir, située à 100 km au nord de la ville. Le surf à Imsouane comprend deux spots à savoir le REEF se caractérisant par une vague creuse allant jusqu’à 5-6 mètres de haut en hiver; et la BAIE (paradis des longboardeurs), vague plate se déroulant sur une longueur de plus de 800 mètres.

Taghazout

Situé à juste 15km au nord d’Agadir, Taghazout est le berceau du surf au Maroc. Ce petit village dont la culture est un parfait mariage entre traditions et modernité peut particulièrement se venter de jouir des faveurs de la météo. Le Surf à Taghazout, c’est une renommée mondiale grâce notamment à des spots internationaux comme Anchor Point. On retrouve également des spots pour tous les niveaux comme Panorama, Crocro, La source, Banana Point, etc.

Taghazout, Anchor Point

 

En plus, si vous souhaitez faire durer le plaisir, vous pouvez compter sur les merveilleux hôtels et auberges facilement accessibles.

Ifni

Si le Sud d’Agadir suscite votre curiosité, alors vous aurez certainement un faible pour Ifni, qui est une ancienne enclave espagnole où le temps semble suspendu. Elle se situe à 160 km au Sud d’Agadir. Considéré souvent comme « la porte Atlantique du Sahara », c’est un véritable paradis pour les surfeurs.

En effet, le Surf à Ifni peut se pratiquer sur plusieurs spots, notamment ceux de Legzira, ou Mirleft.

Legzira

 

Mirleft

Plus près d’Agadir, on peut également trouver les spots de Tifnit et d’Aglou .

 

Tifnit

Aglou

AGADIR ACCUEILLE LE SOMMET MONDIAL CLIMATE CHANCE

par Sanae Taleb – leseco.ma – 27/07/2017

Après Marrakech, c’est au tour de la ville d’Agadir de rassembler les acteurs les plus puissants du climat et de l’environnement le temps d’un sommet. Dans le sillage de la COP22 et à la veille de la COP23, la capitale de Souss-Massa s’apprête à recevoir du 11 au 13 septembre prochain la 2e édition du sommet Mondial Climate Chance.

Le Sommet Climate Chance a pour vocation à devenir le rendez-vous annuel de l’ensemble des acteurs non-étatiques engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Lors d’un point de presse tenu aujourd’hui 27 juillet à Casablanca, le président de la COP22, Salaheddine Mezouar a expliqué que ce sommet propose des rencontres de haut niveau sur le partenariat de Marrakech et devra permettre d’amplifier l’action climatique et de renforcer les liens entre l’agenda 2030 pour le développement, le plan d’action genre et les droits de l’Homme.

De son côté, Brahim Hafidi, président de la région de Souss-Massa qui a promis la participation à ce sommet d’Agadir de l’ensemble des présidents des 12 régions du Maroc, a fait savoir qu’il s’agit du premier sommet climat des acteurs non-étatiques.

Avec plus de 80 ateliers de bonnes pratiques qui seront présentés autour d’une quinzaine de thématiques et plus de 3.000 participants, cette 2e édition du sommet vient après une première organisée dans la ville française de Nantes. Pour Hafidi, le sommet sera un «moment important de valorisation du progrès de l’action des acteurs non-étatiques, notamment africains».

Hôtellerie de luxe : Abdelhadi Alami investit 150 MDH à Agadir

infomediaire.net – 27/07/2017

Agadir, la 1ère station balnéaire nationale, consolide sa capacité hôtelière avec l’ouverture d’un nouvel établissement haut de gamme du groupe Dounia Hôtels.

Edifié sur 2 hectares dans le secteur touristique, ce boutique-hôtel offre une centaine de suites et de chambres, des cafés et restaurants à thème, un spa, ainsi que divers lieux d’animation et de points de vente. Khalij Agadir, dont le design est inspiré des riads, se veut “une adresse pour le tourisme très haut de gamme”, indique le propriétaire du groupe Abdelhadi Alami.

L’établissement a nécessité un investissement de 150 millions de dirhams, sans compter les terrains qui sont domaniaux, a-t-il précisé.

Et avec cette unité hôtelière, Alami, l’un des pionniers de l’hôtellerie et du tourisme marocain, signe son retour dans la capitale du Souss où il avait déjà géré par le passé nombre d’hôtels et de clubs de vacances.

Soutien aux TPE : Attijariwafa bank joue la proximité

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 26/07/2017

  • Lancement du premier centre Dar Al Moukawil à Aït Melloul
  • Formation, information et encadrement des entreprises durant les 3 premières années
  • Pour une dynamisation de l’économie locale et nationale
attijariwafa-bank_afrique_trt.jpg

Ils ont entre 20 et 80 ans et veulent créer de la valeur ajoutée dans des domaines tels que l’artisanat, la pêche côtière ou encore les produits du terroir. Pour les accompagner et leur permettre de concrétiser leurs rêves, Attijariwafa bank a ouvert son premier Centre «Dar Al Moukawil » (la maison de l’entrepreneur) à Aït Melloul. Un concept exclusif dédié à l’accompagnement des TPE dans les trois premières années critiques de leur existence. Et qui vient enrichir les services de la plateforme web gratuite Daralmoukawil.com lancée il y a un an. «Nous sommes conscients du rôle important que les très petites entreprises jouent dans la dynamisation de l’économie nationale et la création d’emplois», explique Mohamed El Kettani, président directeur général d’Attijariwafa bank. «Et notre initiative confirme notre volonté de contribuer activement à l’encouragement de l’entrepreneuriat et à l’accélération de la croissance des TPE», a-t-il ajouté. Dans le détail, Les centres «Dar Al Moukawil» se proposent comme centres d’expertise, d’accompagnement et de conseil. Notamment pour la création de l’entreprise, le développement de projets, l’accès aux marchés, ou encore l’activation des mécanismes de l’État dédiés au soutien des TPE. Au-delà de la problématique du financement, ces nouveaux centres offrent ainsi des espaces d’information dédiés. Avec, entre autres, des informations utiles sur bornes digitales et tablettes, une bibliothèque de guides thématiques… Des conseillers, disponibles sur place, sont à l’écoute des clients et non clients de la banque afin de leur apporter des éclairages sur toutes leurs préoccupations: processus de création d’entreprise, réalisation d’une étude de marché, mise en relation avec les partenaires de la banque, orientation et inscription aux mécanismes de l’Etat, éducation financière… et renforcement des compétences pour les auto-entrepreneurs. Ces centres sont également dotés d’espaces offrant des formations et des séminaires thématiques à fréquence quotidienne animés par des experts, ainsi qu’un espace technologique doté d’automates de Libre Service bancaire et de bornes interactives. Afin de permettre aux visiteurs du centre une grande souplesse dans l’accès aux services de la banque et aux conseillers de Dar Al Moukawil.
Pour rappel, le nouveau centre Dar Al Moukawil d’Aït Melloul a été inauguré vendredi dernier. Et ce, en présence des représentants officiels de la région Souss Massa, de la préfecture Inezgane Aït Melloul, de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services d’Agadir Souss Massa (CCISA SM), de la CGEM, du Centre régional d’Investissement (CRI) et des Chambres régionales d’Agriculture, de Pêche et d’Artisanat. Ainsi que des fédérations et associations professionnelles de la région.

Petit rappel

EN juin 2016, Attijariwafa bank a mis en service l’espace digital Daralmoukawil.com. Une plateforme qui donne accès aux petites entreprises et aux porteurs de projets à des formations et des informations dans tous les domaines liés à l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, cette plateforme s’enrichit par des structures physiques dédiées. Après Aït Melloul, plusieurs centres verront le jour d’ici fin 2017, nous indique-t-on.

Communiqué du Sofitel Thalassa Sea and Spa : Ouverture du So Beach Lounge

La famille So lounge s’agrandit… Sur la plage du Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa !

Un bar Lounge face à l’océan où vous pourrez déguster du poisson frais, tapas, cocktails, smoothie de jour comme de nuit !

Ouvert de 11h à 1h du matin, cet endroit inédit à Agadir vous transportera au paradis sur…sable !

Ambiance lounge, DJ sessions, live music, Beach party… Un programme riche et diversifié pour passer un été inoubliable !

The Beach to be !
Nous organisons une Beach Party ouverte au public le dimanche 30 juillet.

C’est parti pour les fêtes de Bayonne !

.

.

C’est hier soir mercredi que le coup d’envoi a été donné pour les Fêtes de Bayonne 2017.
Elles vont se poursuivre jusqu’au dimanche 30 juilletLa fête débute par la cérémonie des foulards rouges arborés en éventails :

BAYONNE LE 26 JUILLET 2017 -Fêtes de Bayonne 20170726_e.drouinaud

et se poursuit sur la place de la Liberté dans une ambiance extraordinaire :

BAYONNE LE 26 JUILLET 2017 – Fêtes de Bayonne : ambiance 20170727_e.drouinaud

Ce matin, ambiance beaucoup plus calme pour la journée des enfants :

Ils viennent attendre devant la mairie, le réveil du roi Léon à midi juste :

La rue Port Neuf et les flèches de la Cathédrale Sainte-Marie :

La tenue : au départ, les couleurs des fêtes étaient le bleu et le blanc, comme celles de l’Aviron bayonnais – le club omnisports et rugby de Bayonne. Mais à partir des années 1990, et pour se rapprocher de la tradition navarraise, c’est le rouge et le blanc qui se sont imposés.

Les bandas sillonnent les rues et participent à la liesse populaire :

Tout le long des berges de la Nive, les restaurants affichent complet tous les jours : il faut souvent réserver pour être certain d’avoir une place, et pourtant, il y en a !

Même les ruelles (celle-ci est du côté de la rue d’Espagne) sont occupées par les peñas, espaces installés dans la rue où l’on peut commander à boire ou à manger.

Boissons gazeuses : SBGS, une affaire familiale qui cartonne

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 26/07/2017

  • Auparavant discret, l’embouteilleur de la zone sud dévoile son outil industriel de pointe
  • Il détient 95% des parts du marché des boissons gazeuses
  • Plus de 400 millions de DH investis en 10 ans
boisson-gaz.jpg

Les capacités de production de la Société des boissons gazeuses du Souss sont passées de 8000 l/h en 1971, année de démarrage, à 60.000 l/h actuellement. En 10 ans le montant d’investissement a atteint plus de 400 millions DH (Ph.Yacoubi)

Pour la première fois, la Société des boissons gazeuses du Souss (SBGS) a ouvert ses portes aux différents médias nationaux pour présenter son outil industriel et logistique. Une action qui rentre dans le cadre de l’initiative «A l’approche du système Coca-Cola au Maroc», initiée par The Coca-Cola Company au Maroc. SBGS, filiale du Groupe Belhassan, est une entreprise familiale qui a réussi le challenge de s’imposer en tant qu’acteur économique de développement de la zone sud. En effet, ce premier pourvoyeur d’emplois dans la région avec 700 collaborateurs directs et 4.200 indirects a investi plus de 400 millions DH durant les dix dernières années. Ce qui a permis à SBGS d’augmenter ses capacités de production qui sont passées de 8000 l/h en 1971, année de démarrage, à 60.000 l/h actuellement.

zone-boissons.jpg

Acteur dynamique de l’économie régionale, SBGS distribue ses produits dans plus de 20.000 points de vente dans une zone qui couvre pratiquement 50% du territoire national. Pour seulement 13% de la population et plus de 80% en zones rurales  ​

Dans le détail, l’usine de SBGS qui s’étend sur une superficie de 50.000 m2, dispose de 5 lignes de production des boissons proposées par The Coca-Cola Company au Maroc. Les processus de fabrication sont aux plus hauts standards de qualité et de sécurité alimentaire. Preuve à l’appui, les nombreuses certifications de l’unité de production. L’usine est ainsi certifiée ISO 9002, ISO 9001 v2000, ISO 14001 et OHSAS 18001. Elle a également été la première entreprise du système Coca-Cola au monde à décrocher la certification Sécurité alimentaire ISO 22000 et première en Afrique toutes entreprises confondues. «Il faut de bonnes assises pour réaliser de bons produits», explique Saïd Chaaib, directeur général adjoint de SGBS. «Et au sein de notre société, nous avons toujours œuvré  pour honorer nos engagements en termes de qualité, sécurité, environnement et satisfaction client», a-t-il ajouté.
Dans ce sens, il faut noter que l’usine dispose de 9 laboratoires de contrôle qualité et validation à chaque étape du processus de production. La qualité étant une priorité pour cet embouteilleur qui couvre plus de 50% du territoire national d’Agadir à Dakhla, avec près de 20.000 points de vente (PDV) dont 99% relèvent de la distribution traditionnelle et le reste en modern trade (Grandes surfaces). Une réelle optimisation des processus de distribution est mise en œuvre afin d’atteindre les villages et douars les plus éloignés. Le souci étant de réduire l’empreinte carbone de la flotte et minimiser ses coûts d’exploitation. Il faut préciser que, parmi les points forts de l’entreprise, son mode de distribution direct, livrant elle-même près de 95% des commandes. Un système de prévente est mis en place afin d’identifier à l’avance les besoins futurs des clients pour les différents produits et anticiper les commandes. L’embouteilleur de la zone sud prend ainsi 75% de ses commandes en prévente pendant la tournée de livraison dans les différents points de vente de la région. Ce mode de distribution particulier au Maroc permet à SBGS d’entretenir une relation privilégiée avec ses différents clients. L’entreprise soussie atteignant ainsi l’un des meilleurs scores de la relation client au sein du Système Coca-Cola dans le monde. «Depuis 45 ans, notre  partenaire SGBS réussit le pari de maintenir le leadership de nos produits dans la zone sud du  pays», souligne Loubna Sabir, directrice des Affaires publiques, de la Communication et du développement durable de The Coca-Cola Company au Maroc. En effet, l’entreprise familiale détient 95% des parts du marché pour les boissons gazeuses. Elle est aussi présente sur le segment jus avec Miami et Pulpy, et eau de table avec la marque Ciel.

sgbs.jpg

Pour rappel, «A la découverte du Système Coca-Cola»  est une initiative mise en place pour présenter au public la dynamique compagnie-embouteilleurs que représente le Système Coca-Cola au niveau national. Au Maroc, The Coca-Cola Company et ses trois embouteilleurs SBGS, NABC et ABC, qui forment le Système Coca-Cola au Maroc, emploient plus de 5.000 personnes, créent 15.000 emplois indirects et comptent plus de 140.000 clients à travers le pays. Une dynamique contribution à l’économie nationale.

Initiatives RSE…

La préservation de l’environnement est une autre visée du Groupe. Ainsi, l’optimisation de l’utilisation des eaux a enregistré 16% de gain en trois ans. Quant à elles, les eaux usées sont soumises à un prétraitement avant leur réintroduction dans le système d’assainissement public. Enfin, 89% des déchets sont recyclés. L’entreprise est également engagée dans un grand nombre d’initiatives de RSE. Notamment autour de l’axe de l’employabilité des jeunes avec une politique de portes ouvertes aux stagiaires de la Région. Ou encore la promotion de l’auto-entrepreneuriat avec le financement de kiosques de plage au bénéfice de petits commerçants.

Agadir : Reportage de France2 sur l’accessibilité pour les PMR

medias24.com – 26/07/2017

Agadir. Reportage de France2 sur l’accessibilité pour les PMR

L’émission « Télé Matin » de France2 a consacré presque 4 minutes de son édition du lundi 24 juillet à un reportage sur l’accessibilité des personnes à mobilité réduite dans la ville d’Agadir.

On y voit le correspondant de la chaîne en fauteuil roulant sillonner la ville: plage, souk, ruelles… et livrer son témoignage sur la facilité d’y circuler ainsi que sur la serviabilité et la gentillesse des Gadiris.

La parole a été également donnée à Abderrafie Zouiten, DG de l’ONMT, qui a expliqué les droits des handicapés au Maroc, donné un aperçu sur les conventions internationales que le pays a signées… tout en reconnaissant que beaucoup de choses restent à faire.

L’équipe du reportage a également fait la promotion de la ville de Taroudant.

Voici le reportage :