Archives de juillet 2017

Les fêtes de Bayonne se terminent aujourd’hui

Quelques vidéos de ces fêtes 2017 pour rester dans l’ambiance :

Fêtes de Bayonne la banda Esperenza

Les joutes languedociennes sur l’Adour

Un petit tour avec les festayres :

Les bandas :

Le mutxiko (danse traditionnelle du Pays basque), pendant les Fêtes de Bayonne

Les chœurs basques improvisés aux Fêtes de Bayonne

Fêtes de Bayonne 2017 : le choeur basque Lagunt eta Maita interprète « Hegoak »

 

Agadir abrite la 2ème édition du Sommet mondial « Climate Chance »

2m.ma – 29/07/2017

Agadir abrite la 2ème édition du  Sommet mondial "Climate Chance"

La 2è édition du Sommet mondial « Climate Chance » se tiendra du 11 au 13 septembre à Agadir à l’initiative de l’Association Climate Chance et la région Souss-Massa.

Dans leur communiqué, les organisateurs précisent qu’il s’agit d’une plateforme de rencontres de haut niveau réunissant les leaders locaux (ONG, élus, entreprises, chercheurs, etc.) engagés dans le lobbying auprès des Etats dans le cadre de la négociation climat et dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Lors de cette deuxième édition, les participants tenteront de renforcer le progrès des actions concrètes entamées depuis la première édition de ce Sommet. Au programme, plus de 80 ateliers de bonnes pratiques seront présentés autour d’une quinzaine de thématiques notamment la mobilité et le transport, l’énergie, les bâtiments durables, la transition écologique et l’emploi, l’eau, les océans, l’économie circulaire, l’agriculture, la forêt et la biodiversité.

L’édition 2017 du Sommet Climate Chance sera aussi un « moment important de valorisation du progrès de l’action des acteurs non-étatiques », a déclaré à cette occasion Brahim Hafidi, président du Conseil de la région Souss-Massa. Et de poursuivre « de même, des plénières sur les points clés de la négociation tels que la finance climat et l’adaptation au travers des enjeux de migrations et le défi des villes africaines démonteront que ces défis seront relevés si nous répondons d’abord aux questions du développement ».

Pour sa part, Hakima El Haité, championne marocaine du Climat, a relevé que cette manifestation internationale permettra aux grands réseaux mondiaux de collectivités de faire entendre leur voix et mettre en évidence leurs propres engagements, précisant qu’une importance capitale sera accordée, lors de ce rendez-vous panafricain, aux enjeux du continent en matière d’adaptation, d’urbanisation et de coopération décentralisée.

S’inscrivant dans la dernière ligne droite fixée à Paris pour faire un état des lieux de l’ambition des Etats en 2018, ce sommet propose également des rencontres de haut niveau sur le Partenariat de Marrakech permettant d’amplifier l’action climatique sur les liens entre l’agenda 2030 pour le développement, le plan d’action genre et les droits de l’Homme, a fait valoir de son côté Salaheddine Mezouar, président de la COP22.

Selon les organisateurs, ce rendez-vous d’envergure internationale sera clôturé par « une déclaration d’engagement collectif ».

Les fêtes de Bayonne, la suite…

.

Il ne fallait pas se lever trop tard pour pouvoir être sur place au début du programme de la journée, en ayant la possibilité de choisir de bonnes places.

Nous voici, en tenue de rigueur tous les deux :

comme les statues de l’hôtel de ville qui ont mis également leur bandana rouge :Les bandas commencent à arriver en ville et la foule remplit rapidement la place de la Liberté pour le premier spectacle de la journée : le lâcher de 6 parachutistes du 1er RPIMA de Bayonne qui doivent se poser au confluent de la Nive et de l’Adour.

Une chance : peu de nuages et très peu de vent ! L’événement suivant est le réveil du roi Léon, le roi de Bayonne qui doit apparaître au balcon de l’Hôtel de Ville à midi juste : là, le rideau est encore fermé ! Les géants arrivent pour prendre place devant l’hôtel de ville Et, c’est midi et le réveil du roi Léon appelé à grands cris par les enfants :
Regardez la vidéo :

Il faut ensuite se rendre au restaurant où nous avons réservé le déjeuner au bord de la Nive. Les rues sont pleines, c’est impressionnant ! et, des musiciens partout ! tout dans la bonne humeur :Toutes les tables se remplissent : Je ne sais pas combien de repas sont servis pendant les fêtes, c’est plein tous les jours et le chiffre doit être colossal !

Photos et vidéo M. Terrier

La fête du miel d’Imouzzer des Ida Outanane.

agrimaroc.ma – 28/07/2017

Fête du miel à Imouzzar Ida Outanane

Imouzzer des Ida Outanane, commune rurale de la province d’Agadir, organisera du 10 au 12 août la fête du miel.

La commune d’Imouzzar Ida Outanane sera au rendez-vous, du 10 au 12 août, avec son festival annuel du miel. A la clé de cet évenement ; un riche programme d’activités économiques, sociales, artistiques, culturelles et éducatives.

La foire est initiée par la Fédération Al Ahd Al Jadid pour le développement et le Conseil préfectoral d’Agadir Ida Outanane, en collaboration avec le conseil régional Souss-Massa et d’autres partenaires. Cette édition prévoit une foire comportant des stands équipés permettant aux professionnels d’exposer et de vendre leur variété de miel et ses dérivés, ainsi que d’autres produits du terroir.

A aller voir !

Ait Baâmrane / Cactus : L’or vert pour développer l’agriculture solidaire

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/07/2017

  • Une superficie totale de 45.000 ha produisant près de 360.000 tonnes de fruits
  • La filière, principale source de revenu pour la population

or-vert.jpgLa qualité gustative des figues de barbarie d’Ait Baâmrane et sa tardivité par rapport à la production d’autres régions marocaines, ont rendu les figues de cette zone très populaires et fortement appréciées. C’est la raison pour laquelle elle occupe une bonne place sur le marché national (Ph. ONUDI)

AKNARI, Karmous… autant d’appellations pour désigner la figue de Barbarie, tant prisée par les consommateurs. Au Maroc, 50% de la production nationale est concentrée à Ait Baâmrane avec une superficie de 45.000 ha produisant près de 360.000 tonnes de fruits (Soit un rendement de près de 8 tonnes par hectare). Et une contribution à 57% de l’activité agricole de la région. Afin de promouvoir les produits de la région et particulièrement la figue de barbarie de l’unité de conditionnement de Sidi Ifni, une visite est organisée ce vendredi par l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (ONUDI) au Maroc. Elle s’inscrit dans le cadre du projet d’Accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT), initié et suivi par l’ONUDI, agent d’exécution de ce projet. En partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et l’Agence de Développement agricole (ADA). Le PAMPAT, lancé en 2013, est financé par le Secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO) du gouvernement suisse. «Ce projet vise à améliorer la performance, l’accès aux marchés (national et export) et les conditions socio-économiques des opérateurs de deux filières de produits de terroir», explique Abdelali Berrada, expert en Réseaux d’entreprises et Cluster. «La filière argane pour les régions d’Essaouira et Souss Massa et la filière cactus/figue de barbarie d’Ait Baâmrane pour la région de Sidi Ifni», a-t-il ajouté. Ces deux filières jouent ainsi un rôle important pour le développement de l’agriculture solidaire dans ces deux régions. Il faut préciser que le PAMPAT Maroc, s’aligne sur la stratégie du développement des produits de terroir du Plan Maroc Vert (PMV), avec un appui concret aux efforts de l’ADA. Ce soutien concerne l’amélioration de la performance des chaînes de valeurs des produits de terroir; la structuration des groupements de producteurs et le renforcement de leurs capacités de production techniques et des compétences transversales; la promotion des labels. Et la commercialisation des produits tant sur le marché national qu’à l’international. Le projet PAMPAT s’inscrit dans le cadre de l’intérêt de SECO à contribuer au développement du secteur agro-alimentaire en Afrique du Nord. En particulier au Maroc et en Tunisie, ainsi que les échanges d’expérience avec des pays de la région. De même que le partage de l’expérience marocaine dans d’autres pays d’Afrique en matière d’Indication géographique (IG)/Appellation d’Origine contrôlée (AOC). Il faut noter que le projet suit une approche globale de chaîne de valeur ciblant l’ensemble des activités qui déterminent la performance d’une chaîne, de l’amont à l’aval. Soit de la production et fourniture des intrants à travers la transformation et les services d’appui jusqu’au marché final, est-il indiqué.
Pour rappel, le programme de la journée de ce vendredi prévoit des visites aux coopératives de transformation, à l’unité de conditionnement des fruits frais de figues de barbarie de Sidi Ifni et aux champs de cactus. Des rencontres avec des agriculteurs et discussion avec les responsables pour un éventuel partenariat commercial sont aussi au menu.

Une offre diversifiée… Présentation de l’offre produit de la filière

■ Offre en fruits frais de figues de barbarie en vrac ou conditionnés selon les spécifications demandées.
■ Offre de produits à base de cactus: huile de grains de figues de barbarie, farine de raquette fraîche, tisane de fleurs, macérat de fleurs, macérat de raquettes, savon…

Principale source de revenus

LA qualité gustative des figues de barbarie d’Ait Baâmrane et sa tardivité par rapport à la production d’autres régions marocaines, ont rendu les figues de cette zone très populaires et fortement appréciées. C’est la raison pour laquelle elle occupe une bonne place dans le marché national. Avec ses deux variétés: Aissa la précoce, à partir du mois de juillet; et Moussa la tardive dont la production s’étale jusqu’au mois de janvier. Véritable pilier de l’économie locale, la filière emploie 2.800 producteurs. Qui, avec leurs familles, représentent près de 13.500 personnes. L’abondance de la matière première dans la région ouvre le champ pour une industrialisation et ceci par la valorisation des raquettes de cactus et fruits en plusieurs produits dérivés. Aujourd’hui, les producteurs de la région d’Aït Baâmrane continuent à planter et à déployer davantage d’efforts pour augmenter la production et produire un fruit de qualité. Le cactus demeurant la principale source de revenu pour la population et le pilier majeur de l’économie dans cette zone.

 

Le Salon de l’immobilier d’Agadir souffle sa quatrième bougie

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 28/07/2017

Le Salon de l’immobilier d’Agadir souffle sa quatrième bougie

L’immobilier sera de nouveau à l’honneur à l’occasion de la quatrième édition du Salon de l’immobilier d’Agadir (Almogar N’laaqar), et qui connaîtra la participation de 40 exposants.


Après trois éditions réussies, le Salon de l’immobilier d’Agadir se tiendra de nouveau à l’initiative de Ines Events à la Chambre de commerce, d’industrie et de services du Souss-Massa, du 1er au 6 août sous le thème : «Vers une nouvelle vision d’un habitat à basse consommation énergétique».

Selon les organisateurs, suite au discours royal de la Fête du Trône de juillet 2009, année où a été initié le projet de la Charte nationale de l’environnement et du développement durable (CNEDD), le Salon de l’immobilier dans sa quatrième édition se projette dans le vert, dans l’objectif de promouvoir l’habitat ainsi que les solutions d’économie d’énergie. Et d’ajouter que l’évènement se veut un carrefour d’échange avec les futurs acquéreurs, et également pour faire connaître de nouveaux produits, augmenter la visibilité des opérateurs locaux, être à l’affût des attentes réelles des acheteurs, établir des contacts directs et personnalisés avec les futurs clients, et participer au respect de l’environnement.
Pour y arriver, le Salon met en place trois nouveaux espaces ; le premier réservé aux promoteurs immobiliers, organismes bancaires et agences immobilières, le deuxième aux promoteurs de l’énergie renouvelable, et des solutions économiques, et le troisième sera consacré aux journées d’études.

Plus de 40 exposants seront présents dont des promoteurs locaux et nationaux, organismes bancaires et assurances, promoteurs de l’énergie renouvelable, société de construction, agences immobilières, décorateurs et pépinières. Le Salon proposera une gamme variée de produits ; logements économiques, haut et moyen standing, lots de terrain, décoration et aménagement intérieur, ainsi que des produits d’économie d’énergie.
Le programme du Salon comprend des journées d’études organisées par la Confédération générale des entreprises du Maroc, le Centre régional d’investissement de la région du Souss-Massa, et sarouty.ma, et qui porteront sur différents thèmes concernant l’habitat et l’économie d’énergie notamment «L’habitat social face aux changements climatiques, quelles mesures adopter pour atténuer les impacts sur l’environnement ?», «Eco-habitat : tous pour un environnement plus sain et plus durable», «L’habitat sobre en énergie :
clé de la lutte contre les changements climatiques» et «Energie et changements climatiques : à propos de deux évolutions opposées».

Souss Massa/Investissement: Le Grand Agadir se place en tête

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/07/2017

  • Il accapare 51% des montants engagés
  • Les projets touristiques prédominent

grapg.jpg

37 : C’est le nombre de projets d’investissement examinés par la Commission régionale d’investissement et de dérogation de la Région Souss Massa. Sur ce chiffre, 29 projets (78,3%) d’un montant global de près de 1,15 milliard de DH ont reçu un avis favorable. Ils représentent 1.487 emplois à créer. Par contre, 8 projets (représentant un taux de 21%) ont été refusés. Les motifs de rejet sont aussi bien d’ordre juridique, technique qu’économique. Ils concernent essentiellement la faible valeur ajoutée du projet, l’indisponibilité du terrain demandé, ou la non-conformité avec les dispositions du Plan d’aménagement, nous indique-t-on du côté du Centre régional d’investissement (CRI) Agadir Souss Massa. Il faut préciser que l’analyse territoriale régionale des projets d’investissement fait ressortir que c’est le Grand Agadir qui se place en tête avec 51% des montants engagés. Il est suivi par la province de Tiznit avec 34% et la préfecture Inezgane Ait Melloul avec 12%. Les provinces de Chtouka Ait Baha et Taroudant viennent loin derrière avec respectivement 0,86% et 0,17% du volume d’investissement global approuvé. En termes de montant d’investissement, l’analyse sectorielle démontre la prédominance des projets touristiques avec près de 440 millions de DH des projets engagés. Viennent ensuite les projets de services avec 205 millions de DH, les projets de BTP avec 307 millions de DH et enfin les projets commerciaux avec près de 300 millions de DH. En termes de nombre, la commission a approuvé 12 projets relevant du secteur des services, 10 du secteur touristique, 4 projets commerciaux et 3 projets relevant du secteur du BTP. A noter que le secteur du tourisme générera le plus grand nombre d’emplois avec près de 740 postes prévus, et celui des services près de 315 postes. La Commission régionale d’investissement et de dérogation réunie mercredi dernier a donné un avis favorable à la société Madef. Pour l’augmentation de son Coefficient d’occupation du sol (COS) de 0.206 à 0.223. Ce qui va lui permettre la réalisation d’un hôtel 5* sous l’enseigne Hyatt Regency dans la station touristique balnéaire Taghazout Bay. L’établissement, d’une capacité de 205 chambres, sera  étalé sur une superficie de 8 hectares sur le front de la bande côtière, et permettra d’engendrer près de 200 emplois directs et 100 indirects. Dans le secteur sanitaire, les projets retenus par la commission viendront consolider l’offre touristique de bien-être de la région. Avec deux cliniques privées dont une spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brulés et esthétique, pour un montant d’investissement de 38 millions de DH et une capacité de 24 chambres et 6 suites. La deuxième clinique, d’une capacité de 60 lits et d’un investissement de près de 60 millions de DH, sera dédiée à la radiothérapie et chirurgie plastique.

Le BTP a toujours la cote…

Le secteur de logement continue à réaliser des montants importants en termes d’investissements engagés. Parmi les projets validés dans ce secteur, le projet porté par la société Al Omrane Agadir. Il est relatif à la réalisation d’une résidence fermée d’habitat au  niveau du quartier Tilila. Consistance: 14 villas et 140 logements pour une enveloppe budgétaire de près de 157 millions de DH. Par ailleurs, l’éducation n’est pas en reste puisque 6 projets d’enseignement scolaire et préscolaire pour un total d’investissement de l’ordre de 13 millions de DH ont reçu un avis favorable. Ils  permettront la création de plus de 58 postes d’emploi. Dans le même secteur, la réalisation d’une cité internationale d’étudiants est prévue pour un investissement de près de 68 millions de DH. La structure sera implantée près du CHU, sera composée de 568 chambres dont 16 pour les personnes à mobilité réduite.

Le surf dans la région d’Agadir

par Hamza El Amghari

Le Maroc de façon générale regorge de bien d’atouts précisément dans le domaine du surf. En effet, la multitude des spots, la qualité des vagues et les conditions météo adéquates sont entre autres des conditions favorables qui attirent chaque année des passionnés de surf au Maroc. C’est d’ailleurs une destination privilégiée des surfeurs européens, surtout en période hivernale.

La région d’Agadir

La région d’Agadir est l’un des meilleurs endroits pour la pratique du Surf en Afrique. Elle attire chaque année des surfeurs des quatre coins du monde. Ils y trouvent chacun, selon leurs niveaux et leurs préférences des spots adaptés.

Si vous souhaitez rester au centre d’Agadir, la ville occupe une situation idéale au bord d’une longue plage de sable de plus de 10 kilomètres, avec des vagues entre 1 et 4 mètres.

Agadir

Si vous préférez par contre parcourir la région, vous aurez alors le choix entre plusieurs endroits magnifiques adaptés à vos goûts. Parmi les meilleurs spots de surf à Agadir, les plus fréquentés sont :

Imsouane

Si votre passion du surf se combine avec l’amour du paysage et de la nature, alors Imsouane est votre destination. Petit village situé entre Océan et désert, il est très réputé pour la pêche et offre un paysage enjolivé par les Arganiers.

Imsouane

 

C’est une commune rurale de la préfecture d’Agadir, située à 100 km au nord de la ville. Le surf à Imsouane comprend deux spots à savoir le REEF se caractérisant par une vague creuse allant jusqu’à 5-6 mètres de haut en hiver; et la BAIE (paradis des longboardeurs), vague plate se déroulant sur une longueur de plus de 800 mètres.

Taghazout

Situé à juste 15km au nord d’Agadir, Taghazout est le berceau du surf au Maroc. Ce petit village dont la culture est un parfait mariage entre traditions et modernité peut particulièrement se venter de jouir des faveurs de la météo. Le Surf à Taghazout, c’est une renommée mondiale grâce notamment à des spots internationaux comme Anchor Point. On retrouve également des spots pour tous les niveaux comme Panorama, Crocro, La source, Banana Point, etc.

Taghazout, Anchor Point

 

En plus, si vous souhaitez faire durer le plaisir, vous pouvez compter sur les merveilleux hôtels et auberges facilement accessibles.

Ifni

Si le Sud d’Agadir suscite votre curiosité, alors vous aurez certainement un faible pour Ifni, qui est une ancienne enclave espagnole où le temps semble suspendu. Elle se situe à 160 km au Sud d’Agadir. Considéré souvent comme « la porte Atlantique du Sahara », c’est un véritable paradis pour les surfeurs.

En effet, le Surf à Ifni peut se pratiquer sur plusieurs spots, notamment ceux de Legzira, ou Mirleft.

Legzira

 

Mirleft

Plus près d’Agadir, on peut également trouver les spots de Tifnit et d’Aglou .

 

Tifnit

Aglou

AGADIR ACCUEILLE LE SOMMET MONDIAL CLIMATE CHANCE

par Sanae Taleb – leseco.ma – 27/07/2017

Après Marrakech, c’est au tour de la ville d’Agadir de rassembler les acteurs les plus puissants du climat et de l’environnement le temps d’un sommet. Dans le sillage de la COP22 et à la veille de la COP23, la capitale de Souss-Massa s’apprête à recevoir du 11 au 13 septembre prochain la 2e édition du sommet Mondial Climate Chance.

Le Sommet Climate Chance a pour vocation à devenir le rendez-vous annuel de l’ensemble des acteurs non-étatiques engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Lors d’un point de presse tenu aujourd’hui 27 juillet à Casablanca, le président de la COP22, Salaheddine Mezouar a expliqué que ce sommet propose des rencontres de haut niveau sur le partenariat de Marrakech et devra permettre d’amplifier l’action climatique et de renforcer les liens entre l’agenda 2030 pour le développement, le plan d’action genre et les droits de l’Homme.

De son côté, Brahim Hafidi, président de la région de Souss-Massa qui a promis la participation à ce sommet d’Agadir de l’ensemble des présidents des 12 régions du Maroc, a fait savoir qu’il s’agit du premier sommet climat des acteurs non-étatiques.

Avec plus de 80 ateliers de bonnes pratiques qui seront présentés autour d’une quinzaine de thématiques et plus de 3.000 participants, cette 2e édition du sommet vient après une première organisée dans la ville française de Nantes. Pour Hafidi, le sommet sera un «moment important de valorisation du progrès de l’action des acteurs non-étatiques, notamment africains».

Hôtellerie de luxe : Abdelhadi Alami investit 150 MDH à Agadir

infomediaire.net – 27/07/2017

Agadir, la 1ère station balnéaire nationale, consolide sa capacité hôtelière avec l’ouverture d’un nouvel établissement haut de gamme du groupe Dounia Hôtels.

Edifié sur 2 hectares dans le secteur touristique, ce boutique-hôtel offre une centaine de suites et de chambres, des cafés et restaurants à thème, un spa, ainsi que divers lieux d’animation et de points de vente. Khalij Agadir, dont le design est inspiré des riads, se veut “une adresse pour le tourisme très haut de gamme”, indique le propriétaire du groupe Abdelhadi Alami.

L’établissement a nécessité un investissement de 150 millions de dirhams, sans compter les terrains qui sont domaniaux, a-t-il précisé.

Et avec cette unité hôtelière, Alami, l’un des pionniers de l’hôtellerie et du tourisme marocain, signe son retour dans la capitale du Souss où il avait déjà géré par le passé nombre d’hôtels et de clubs de vacances.

Soutien aux TPE : Attijariwafa bank joue la proximité

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 26/07/2017

  • Lancement du premier centre Dar Al Moukawil à Aït Melloul
  • Formation, information et encadrement des entreprises durant les 3 premières années
  • Pour une dynamisation de l’économie locale et nationale
attijariwafa-bank_afrique_trt.jpg

Ils ont entre 20 et 80 ans et veulent créer de la valeur ajoutée dans des domaines tels que l’artisanat, la pêche côtière ou encore les produits du terroir. Pour les accompagner et leur permettre de concrétiser leurs rêves, Attijariwafa bank a ouvert son premier Centre «Dar Al Moukawil » (la maison de l’entrepreneur) à Aït Melloul. Un concept exclusif dédié à l’accompagnement des TPE dans les trois premières années critiques de leur existence. Et qui vient enrichir les services de la plateforme web gratuite Daralmoukawil.com lancée il y a un an. «Nous sommes conscients du rôle important que les très petites entreprises jouent dans la dynamisation de l’économie nationale et la création d’emplois», explique Mohamed El Kettani, président directeur général d’Attijariwafa bank. «Et notre initiative confirme notre volonté de contribuer activement à l’encouragement de l’entrepreneuriat et à l’accélération de la croissance des TPE», a-t-il ajouté. Dans le détail, Les centres «Dar Al Moukawil» se proposent comme centres d’expertise, d’accompagnement et de conseil. Notamment pour la création de l’entreprise, le développement de projets, l’accès aux marchés, ou encore l’activation des mécanismes de l’État dédiés au soutien des TPE. Au-delà de la problématique du financement, ces nouveaux centres offrent ainsi des espaces d’information dédiés. Avec, entre autres, des informations utiles sur bornes digitales et tablettes, une bibliothèque de guides thématiques… Des conseillers, disponibles sur place, sont à l’écoute des clients et non clients de la banque afin de leur apporter des éclairages sur toutes leurs préoccupations: processus de création d’entreprise, réalisation d’une étude de marché, mise en relation avec les partenaires de la banque, orientation et inscription aux mécanismes de l’Etat, éducation financière… et renforcement des compétences pour les auto-entrepreneurs. Ces centres sont également dotés d’espaces offrant des formations et des séminaires thématiques à fréquence quotidienne animés par des experts, ainsi qu’un espace technologique doté d’automates de Libre Service bancaire et de bornes interactives. Afin de permettre aux visiteurs du centre une grande souplesse dans l’accès aux services de la banque et aux conseillers de Dar Al Moukawil.
Pour rappel, le nouveau centre Dar Al Moukawil d’Aït Melloul a été inauguré vendredi dernier. Et ce, en présence des représentants officiels de la région Souss Massa, de la préfecture Inezgane Aït Melloul, de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services d’Agadir Souss Massa (CCISA SM), de la CGEM, du Centre régional d’Investissement (CRI) et des Chambres régionales d’Agriculture, de Pêche et d’Artisanat. Ainsi que des fédérations et associations professionnelles de la région.

Petit rappel

EN juin 2016, Attijariwafa bank a mis en service l’espace digital Daralmoukawil.com. Une plateforme qui donne accès aux petites entreprises et aux porteurs de projets à des formations et des informations dans tous les domaines liés à l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, cette plateforme s’enrichit par des structures physiques dédiées. Après Aït Melloul, plusieurs centres verront le jour d’ici fin 2017, nous indique-t-on.

Communiqué du Sofitel Thalassa Sea and Spa : Ouverture du So Beach Lounge

La famille So lounge s’agrandit… Sur la plage du Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa !

Un bar Lounge face à l’océan où vous pourrez déguster du poisson frais, tapas, cocktails, smoothie de jour comme de nuit !

Ouvert de 11h à 1h du matin, cet endroit inédit à Agadir vous transportera au paradis sur…sable !

Ambiance lounge, DJ sessions, live music, Beach party… Un programme riche et diversifié pour passer un été inoubliable !

The Beach to be !
Nous organisons une Beach Party ouverte au public le dimanche 30 juillet.

C’est parti pour les fêtes de Bayonne !

.

.

C’est hier soir mercredi que le coup d’envoi a été donné pour les Fêtes de Bayonne 2017.
Elles vont se poursuivre jusqu’au dimanche 30 juillet
La fête débute par la cérémonie des foulards rouges arborés en éventails :

BAYONNE LE 26 JUILLET 2017 -Fêtes de Bayonne 20170726_e.drouinaud

et se poursuit sur la place de la Liberté dans une ambiance extraordinaire :

BAYONNE LE 26 JUILLET 2017 – Fêtes de Bayonne : ambiance 20170727_e.drouinaud

Ce matin, ambiance beaucoup plus calme pour la journée des enfants :

Ils viennent attendre devant la mairie, le réveil du roi Léon à midi juste :

La rue Port Neuf et les flèches de la Cathédrale Sainte-Marie :

La tenue : au départ, les couleurs des fêtes étaient le bleu et le blanc, comme celles de l’Aviron bayonnais – le club omnisports et rugby de Bayonne. Mais à partir des années 1990, et pour se rapprocher de la tradition navarraise, c’est le rouge et le blanc qui se sont imposés.

Les bandas sillonnent les rues et participent à la liesse populaire :

Tout le long des berges de la Nive, les restaurants affichent complet tous les jours : il faut souvent réserver pour être certain d’avoir une place, et pourtant, il y en a !

Même les ruelles (celle-ci est du côté de la rue d’Espagne) sont occupées par les peñas, espaces installés dans la rue où l’on peut commander à boire ou à manger.

Boissons gazeuses : SBGS, une affaire familiale qui cartonne

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 26/07/2017

  • Auparavant discret, l’embouteilleur de la zone sud dévoile son outil industriel de pointe
  • Il détient 95% des parts du marché des boissons gazeuses
  • Plus de 400 millions de DH investis en 10 ans
boisson-gaz.jpg

Les capacités de production de la Société des boissons gazeuses du Souss sont passées de 8000 l/h en 1971, année de démarrage, à 60.000 l/h actuellement. En 10 ans le montant d’investissement a atteint plus de 400 millions DH (Ph.Yacoubi)

Pour la première fois, la Société des boissons gazeuses du Souss (SBGS) a ouvert ses portes aux différents médias nationaux pour présenter son outil industriel et logistique. Une action qui rentre dans le cadre de l’initiative «A l’approche du système Coca-Cola au Maroc», initiée par The Coca-Cola Company au Maroc. SBGS, filiale du Groupe Belhassan, est une entreprise familiale qui a réussi le challenge de s’imposer en tant qu’acteur économique de développement de la zone sud. En effet, ce premier pourvoyeur d’emplois dans la région avec 700 collaborateurs directs et 4.200 indirects a investi plus de 400 millions DH durant les dix dernières années. Ce qui a permis à SBGS d’augmenter ses capacités de production qui sont passées de 8000 l/h en 1971, année de démarrage, à 60.000 l/h actuellement.

zone-boissons.jpg

Acteur dynamique de l’économie régionale, SBGS distribue ses produits dans plus de 20.000 points de vente dans une zone qui couvre pratiquement 50% du territoire national. Pour seulement 13% de la population et plus de 80% en zones rurales  ​

Dans le détail, l’usine de SBGS qui s’étend sur une superficie de 50.000 m2, dispose de 5 lignes de production des boissons proposées par The Coca-Cola Company au Maroc. Les processus de fabrication sont aux plus hauts standards de qualité et de sécurité alimentaire. Preuve à l’appui, les nombreuses certifications de l’unité de production. L’usine est ainsi certifiée ISO 9002, ISO 9001 v2000, ISO 14001 et OHSAS 18001. Elle a également été la première entreprise du système Coca-Cola au monde à décrocher la certification Sécurité alimentaire ISO 22000 et première en Afrique toutes entreprises confondues. «Il faut de bonnes assises pour réaliser de bons produits», explique Saïd Chaaib, directeur général adjoint de SGBS. «Et au sein de notre société, nous avons toujours œuvré  pour honorer nos engagements en termes de qualité, sécurité, environnement et satisfaction client», a-t-il ajouté.
Dans ce sens, il faut noter que l’usine dispose de 9 laboratoires de contrôle qualité et validation à chaque étape du processus de production. La qualité étant une priorité pour cet embouteilleur qui couvre plus de 50% du territoire national d’Agadir à Dakhla, avec près de 20.000 points de vente (PDV) dont 99% relèvent de la distribution traditionnelle et le reste en modern trade (Grandes surfaces). Une réelle optimisation des processus de distribution est mise en œuvre afin d’atteindre les villages et douars les plus éloignés. Le souci étant de réduire l’empreinte carbone de la flotte et minimiser ses coûts d’exploitation. Il faut préciser que, parmi les points forts de l’entreprise, son mode de distribution direct, livrant elle-même près de 95% des commandes. Un système de prévente est mis en place afin d’identifier à l’avance les besoins futurs des clients pour les différents produits et anticiper les commandes. L’embouteilleur de la zone sud prend ainsi 75% de ses commandes en prévente pendant la tournée de livraison dans les différents points de vente de la région. Ce mode de distribution particulier au Maroc permet à SBGS d’entretenir une relation privilégiée avec ses différents clients. L’entreprise soussie atteignant ainsi l’un des meilleurs scores de la relation client au sein du Système Coca-Cola dans le monde. «Depuis 45 ans, notre  partenaire SGBS réussit le pari de maintenir le leadership de nos produits dans la zone sud du  pays», souligne Loubna Sabir, directrice des Affaires publiques, de la Communication et du développement durable de The Coca-Cola Company au Maroc. En effet, l’entreprise familiale détient 95% des parts du marché pour les boissons gazeuses. Elle est aussi présente sur le segment jus avec Miami et Pulpy, et eau de table avec la marque Ciel.

sgbs.jpg

Pour rappel, «A la découverte du Système Coca-Cola»  est une initiative mise en place pour présenter au public la dynamique compagnie-embouteilleurs que représente le Système Coca-Cola au niveau national. Au Maroc, The Coca-Cola Company et ses trois embouteilleurs SBGS, NABC et ABC, qui forment le Système Coca-Cola au Maroc, emploient plus de 5.000 personnes, créent 15.000 emplois indirects et comptent plus de 140.000 clients à travers le pays. Une dynamique contribution à l’économie nationale.

Initiatives RSE…

La préservation de l’environnement est une autre visée du Groupe. Ainsi, l’optimisation de l’utilisation des eaux a enregistré 16% de gain en trois ans. Quant à elles, les eaux usées sont soumises à un prétraitement avant leur réintroduction dans le système d’assainissement public. Enfin, 89% des déchets sont recyclés. L’entreprise est également engagée dans un grand nombre d’initiatives de RSE. Notamment autour de l’axe de l’employabilité des jeunes avec une politique de portes ouvertes aux stagiaires de la Région. Ou encore la promotion de l’auto-entrepreneuriat avec le financement de kiosques de plage au bénéfice de petits commerçants.

Agadir : Reportage de France2 sur l’accessibilité pour les PMR

medias24.com – 26/07/2017

Agadir. Reportage de France2 sur l’accessibilité pour les PMR

L’émission « Télé Matin » de France2 a consacré presque 4 minutes de son édition du lundi 24 juillet à un reportage sur l’accessibilité des personnes à mobilité réduite dans la ville d’Agadir.

On y voit le correspondant de la chaîne en fauteuil roulant sillonner la ville: plage, souk, ruelles… et livrer son témoignage sur la facilité d’y circuler ainsi que sur la serviabilité et la gentillesse des Gadiris.

La parole a été également donnée à Abderrafie Zouiten, DG de l’ONMT, qui a expliqué les droits des handicapés au Maroc, donné un aperçu sur les conventions internationales que le pays a signées… tout en reconnaissant que beaucoup de choses restent à faire.

L’équipe du reportage a également fait la promotion de la ville de Taroudant.

Voici le reportage :

Just for laughs: Agadir a aussi son festival du rire

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 24/07/2017

  • 4 galas: marocain, amazigh, maghrébin et francophone
  • La 1re édition prévue du 23 au 26 août 2017
  • Yassar, Eko, Waly Dia, Haitham Miftah, Secteur… participent

just_for_laugh_agadir.jpgAprès Londres, Bruxelles, Lyon, Sydney, Chicago, Toronto, Johannesburg, c’est à Agadir que la célèbre mascotte Viktor, viendra poser ses valises en août prochain. Portant le costume amazigh, il a été rebaptisé «Da Viktor» par les organisateurs (Ph. CRT)

Le programme de la première édition du festival juste pour rire Agadir a été annoncé en grande pompe vendredi dernier. Pour cette version 2017 qui se tient du 23 au 26 août prochain, quatre soirées de gala sont prévues sur une même scène, à savoir le théâtre de verdure. Avec pour démarrer, un spectacle maghrébin inédit concocté spécialement pour le festival par Eko (Maroc), Abdelkader Secteur (Algérie) et Lotfi Abdelli (Tunisie). Le gala francophone prévu le 24 août connaîtra la participation de plusieurs humoristes dont Waly Dia, D’jal, Redouanne Harjane, Yassine Belattar, Booder, Amine Radi, Alex Vizorek, Samia Orosemane, Oualas, Roman Frayssinet… Le gala arabophone sera quant à lui animé par Haytam Miftah, Rachid Rafik, Bassou, Yassar, Taliss, Zouhair Zair, Elmehdi Chehab, Les Inqualifiables, Oussama Ramzi, Saif Eddine Settif…

Enfin, la soirée de clôture sera portée par les artistes amazighs avec notamment, Rachid Aslal, Mustapha Sghir, Lahcen Chawchaw… «Ce show, haut en couleurs, montrera la variété et la diversité dont regorge la culture amazighe», précise Oussama El Khaili, président de l’association juste pour rire Agadir. En tout, ce sont ainsi plus de trente humoristes qui participent à cette grande manifestation culturelle. Ils sont issus de 6 pays: France, Côte d’Ivoire, Algérie, Tunisie, Belgique et Maroc. Pour les organisateurs, l’objectif de la manifestation est de voir Agadir rire de bon cœur tout en participant à son développement économique, culturel et social. Pour rappel, le festival juste pour rire Agadir est né de la volonté de l’association «Juste pour Agadir» de développer une vraie offre culturelle locale faisant la promotion de l’humour français, arabe et amazigh. La convention de partenariat avec la franchise a été signée le 18 mars dernier à Agadir. Né à Montréal il y a 35 ans, juste pour rire créée par Gilbert Rozon, est devenu au fil du temps le plus grand festival d’humour au monde. La marque s’est aussi spécialisée dans la production de contenus humoristiques, notamment les caméras cachées, qui sont diffusées dans plus de 130 pays et 75 compagnies aériennes. Après Londres, Bruxelles, Lyon, Sydney, Chicago, Toronto, Johannesburg, juste pour rire se produira pour la première fois à Agadir. Un rendez-vous vivement attendu par tous.

Immersion au sein d’une colonie de vacances à Agadir (Reportage)

 par Karima WAHABI -2m.ma – 25/07/2017

Immersion au sein d'une colonie de vacances à Agadir (Reportage)

Les colonies de vacances sont le meilleur moyen de développer l’autonomie des enfants. En effet, passer quelques jours, voire quelques semaines loin des parents, permet à l’enfant de s’ouvrir à un autre monde et un nouvel environnement dans lequel il doit  compter presque exclusivement sur lui-même. Tout ceci se fait dans une bonne ambiance grâce aux moniteurs qui veillent sur les enfants. Mais aussi grâce aussi aux programmes riches en animations, activités culturelles, jeux et sorties. D’ailleurs, la majorité des enfants, après une première fois, sont contents de revivre cette expérience.

Les enfants des familles défavorisées ne sont pas en reste, grâce à des initiatives privées et publiques qui offrent des vacances à ces enfants un peu partout au Maroc. C’est le cas, entre autres, de 240 enfants et adolescents qui ont parcouru plus de 500 kilomètres pour rejoindre leur colonie de vacances située dans la belle ville d’Agadir.

Tout a été organisé pour leur permettre de passer un séjour mémorable. « Plusieurs animations leur sont proposées: une kermesse, des sorties à Agadir, la visite de la vallée des oiseux », informe Hassan Darif directeur de colonie Action Direct à Tarfaya. Et d’expliquer : « L’objectif est d’apprendre aux nouvelles générations à se débrouiller par elles mêmes ».

Tiznit à l’heure de la 8ème édition du Festival d’argent “Timizart”

libe.ma – 21/07/2017

Le Festival «Timizart» est devenu au fil des éditions un rendez-vous incontournable  dans le Souss et en particulier à Tiznit. Organisé du 21 au 25 juillet 2017, le festival prévoit pour sa huitième édition un programme riche et varié.
Placée sous le signe « L’orfèvrerie argentée à bijouterie d’argent : identité, créativité et développement », cette manifestation artistique internationale ambitionne de valoriser l’artisanat local, notamment les bijoux en argent, et de contribuer à la promotion du tourisme culturel à Tiznit, une ville qui dispose de plus de 150 magasins spécialisés dans la vente et la fabrication d’objets en argent, dont la majorité se trouvent dans l’ancienne Médina. Voilà donc un festival qui entend contribuer à la promotion de l’activité économique qui distingue la ville et sa population.
Outre des expositions de produits d’artisanat, la 8e édition prévoit des soirées musicales, des défilés de mode des habits et bijoux traditionnels, et pour la seconde fois un tour touristique en vélo à travers la ville et ses régions. Les organisateurs entendent ainsi faire d’une pierre deux coups. Un mariage réussi de l’authenticité patrimoniale, la mise en valeur artistique et culturelle, l’animation  ainsi que la promotion touristique et la contribution au développement local.
Le programme prévoit également des conférences académiques traitant de l’orfèvrerie argentée et son rôle dans le développement durable. Une pléiade d’artistes connus à l’échelle nationale et internationale ainsi que des groupes locaux partageront la vedette de cette 8e édition, dont Said Mouskir, Mouslim, Sttati, Cheb Simou, les groupes Rabab Fusion et Afro Gnaoua.
Les organisateurs tablent sur une affluence de 250 mille visiteurs, un chiffre enregistré lors de la précédente édition. Le festival est une initiative de l’Association Timizart d’argent, en partenariat avec la municipalité et le conseil provincial de Tiznit,  le conseil régional de Souss-Massa, la Chambre de l’artisanat et  la Maison de l’artisan, et le soutien des ministères de l’Intérieur et de l’Artisanat ainsi que d’autres partenaires publics et privés.

Tourisme de niche : La navigation de plaisance reste à quai!

Par Karim Dronet – leconomiste.com – 24/07/2017

  • La voile et le nautisme n’arrivent toujours pas à prendre leur envol
  • A Agadir, une centaine de bateaux abandonnés depuis plusieurs mois
  • Pourtant, le Maroc dispose d’un formidable potentiel pour faire émerger une véritable industrie
navigation.jpg

En dehors de la semaine nautique internationale de M’Diq, de la Semaine de Rabat ou encore la Saïdia Sailing Cup et de quelques régates, il y a trop peu d’événements pour des vocations et l’intérêt du tourisme 

L’IMAGE choque! Les amateurs de sport et de tourisme nautiques se plaignent du manque de moyens, mais à la base nautique d’Agadir, une centaine de bateaux, de la classe Optimist, sont abandonnés depuis plusieurs mois. Acquis par la Fédération royale marocaine du yachting à voile, ces bateaux, qui permettraient aux jeunes pratiquants de s’initier aux sports de plaisance et donneraient un argument touristique supplémentaire à la capitale du Souss, n’ont toujours pas été distribués aux différentes bases nautiques et clubs de voile du Royaume. Il faut dire que, depuis trois ans, cette fédération est en léthargie. En dehors de la semaine nautique internationale de M’Diq, de la Semaine de Rabat ou encore la Saïdia Sailing Cup et de quelques régates, il y a trop peu d’événements pour des vocations et l’intérêt du tourisme. Aucun marin marocain n’a d’ailleurs été qualifié pour les Jeux olympiques de Rio. Pourtant, avec ses 3.500 km de littoral marin, le Royaume dispose d’un formidable potentiel pour développer la plaisance et les sports nautiques. Or, malgré le développement de nouvelles marinas, la pratique de la voile n’arrive toujours pas à prendre son envol. A l’heure actuelle, peu d’initiatives sont prises pour encourager le développement du nautisme et de la plaisance. Même si on compte aujourd’hui une centaine de clubs de voile, les moyens étant plus que restreints, autant dire qu’il n’y a pas grand-chose.
Les seules catégories de bateaux que l’on trouve dans ces clubs sont des Optimist ou des Lasers, ce qui ne peut pas satisfaire une clientèle touristique étrangère habituée à naviguer sur d’autres formats de voiliers. En fait, il n’y a que quatre bases nautiques réellement actives: Saïdia, Rabat, Mohammedia et Agadir. Pourtant, il est évident que le nautisme au Maroc pourrait aussi contribuer à une véritable économie de la mer. Ainsi, si le Royaume a pu créer des écosystèmes pour l’industrie aéronautique, pourquoi ne pas envisager la même chose pour le tourisme, la formation et une petite construction navale? Aujourd’hui, tous les chantiers navals dans le monde se basent sur les progrès et les avancées technologiques du secteur aéronautique pour construire des bateaux de plus en plus performants. Pourquoi le Maroc ne serait-il pas capable, lui aussi, de fournir des pièces détachées pour l’industrie nautique? Dans le monde du surf, par exemple, on a vu ces dernières années, à Dar Bouazza, que l’essor des sports de glisse a attiré des artisans qui fabriquent localement des planches de surf, des shapers, à des prix compétitifs.
Dans le domaine du nautisme et de la pratique de la voile, on pourrait très bien envisager la mise en place d’une économie locale de l’accastillage ou autres pièces pour bateaux.
A titre d’exemple, on pourrait s’appuyer sur l’expérience tunisienne qui, avant le Printemps arabe, avait constitué une commission regroupant les ministères du Transport, du Tourisme et des Sports, pour développer une stratégie efficiente de la navigation de plaisance, en évitant les bagarres de minarets et les déperditions d’énergie.

Marinas : Tarifs encourageants

LE Maroc dispose aujourd’hui de marinas représentant une belle opportunité pour les plaisanciers confrontés à une saturation des marinas européennes où les tarifs de location d’emplacement deviennent prohibitifs. A titre d’exemple, à la marina de Saïdia, la location d’un emplacement de 7 x 2,5 mètres pour un monocoque revient à 80 euros par jour, consommation d’eau et d’électricité pour les navires jusqu’à 15 mètres de long.  En Europe, en 2009, il fallait compter 280 euros par jour pour un voilier de 16 mètres à Capri en juin!

Le Marocain Ayoub Tamim décroche la médaille d’or pour la meilleure thèse Franco-Marocaine de l’année

par Meryem EL MISSI – 2M.ma – 25/07/2017

Le Marocain Ayoub Tamim décroche la médaille d'or pour la meilleure thèse Franc…

Ayoub Tamim vient de remporter à Nancy en France la Médaille d’or pour la meilleure thèse Franco-Marocaine 2017. Le travail de ce Marocain traite le phénomène d’Upwelling, qui se traduit par une remontée des eaux froides côtières de fond emportant avec elles une quantité importante de nutriments. Intitulée « Segmentation et classification des images satellitaires : application à la détection des zones d’upwelling côtier marocain et mise en place d’un logiciel de suivi spatio-temporel », sa thèse a séduit un comité d’experts de plus de trente professeurs. Il s’est vu décerner le 29 Juin la médaille d’or du prix de thèse 2017.

Encadré par Driss Aboutajdine, Professeur à la Faculté de sciences de Rabat, Ayoub Tamim a été retenu à l’unanimité parmi 21 autres soumissionns. Son travail de recherche serait d’un grand intérêt pour nombre d’applications géophysiques et océanographiques, car en mesure d’améliorer les interprétations visuelles des images par des océanographes, celles-ci étant souvent subjectives.

Contacté par 2m.ma, le scientifique marocain de 33 ans également enseignant-chercheur en informatique à l’Institut supérieur des pêches maritimes d’Agadir, se félicite de cette consécration, considérée comme le couronnement de plongues années d’études. « . Ce prix représente à la fois une distinction personnelle pour l’effort fourni durant mes années de recherche et également la consécration d’un travail collectif fourni par plusieurs personnes et composantes du laboratoire LRIT de Faculté de sciences de Rabat et l’équipe GeoStat du centre de recherche Inria Bordeaux – Sud-Ouest ». « Atteindre aujourd’hui un tel succès est pour moi une véritable reconnaissance, d’autant plus que cela vient de la part d’établissements pionniers et de grande renommée dans le domaine du traitement des images satellitaires », a t-il poursuivi.

Fondateur de la société de création d’applications pour iPhone, iPad et Apple Watch https://intensifystudio.com/, Ayoub Tamim travaille actuellement sur un nouveau projet en collaboration avec l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique de France.
« Ce projet est la continuité de mes travaux de recherche, a précisé Tamim, réitérant son engagement à renforcer la qualité de la recherche et de l’enseignement à l’Institut supérieur des pêches maritimes d’Agadir.

Le Festival « Juste pour rire » va démarrer à Agadir

 lesiteinfo.com – 18/07/2017

La conférence de presse de la première édition du Festival « Juste pour rire » d’Agadir s’est tenue, vendredi 14 juillet, en présence des humoristes Rachid Aslal, Haitam Miftah, Yassar Zouhair Zair  et de Gilles Morin, vice-président du groupe  » Juste pour rire ».

L’évènement se déroulera du 23 au 26 août prochain au Théâtre de verdure de la ville.

Organisé par l’association » Juste  pour rire », en partenariat avec le Conseil municipal d’Agadir, le Conseil régional Souss Massa et le Conseil régional du Tourisme d’Agadir Souss Massa, le Festival est la nouvelle franchise du groupe « Juste pour rire/Just for laughs », mondialement connu et quia trente-cinq ans d’existence déjà.

 La convention de partenariat avec le Groupe « Juste pour rire », a été signée le 18 mars 2 dernier sous la présidence de Zineb El Aadaoui, Wali d’Agadir, et en présence des élus locaux, de personnalités et de nombreux journalistes.

Durant la conférence, Oussama El Khaili,  le président de l’association a dévoilé la programmation de la première édition du Festival  qui verra la participation de plus de trente humoristes représentant six pays. Voici les dates à retenir:
23 août 2017 : un spectacle inédit, concocté spécialement pour le Festival, par trois des plus grands artistes du Maghreb : Eko (Maroc), Abdelkader Secteur (Algérie) et Lotfi Abdelli (Tunisie)

24 août 2017 : gala francophone : Waly Dia, Redouanne Harjane, Yassine Belattar, D’jal, Booder, Amine Radi ,Alex Vizorek ,Samia Orosemane, Oualas, Roman Frayssinet…

25 août 2017: fala arabophone : Haytam Miftah, Rachid Rafik, Bassou , Yassar,  Taliss, Zouhair Zair,  Elmehdi Chehab ,Les Inqualifiables, Oussama Ramzi, Eddine Settif…

26 Août 2017: gala amazigh : Rachid Aslal, Mustapha Sghir, Lahcen chawchaw…  Gala surprise, création spéciale « Juste pour rire » aussi, un show haut en couleurs montrant la variété et la diversité de la culture amazighe.

 

IMG-20170715-WA0037

Reportage. Au cœur du système Coca-Cola à Agadir

Par El Mehdi Berrada – medias24.com – 21/07/2017

Reportage. Au cœur du système Coca-Cola à Agadir
 

Au Maroc, Coca-Cola Company règne en maître dans le marché des boissons gazeuses et c’est notamment grâce à ses trois embouteilleurs. Ce Système Coca-Cola est l’un des plus aboutis dans le monde des grandes multinationales. Rencontre avec les équipes du partenaire qui couvre la zone sud.

Sur 50.000 m2 à l’entrée de la zone industrielle de Tassila à Agadir, un grand portail rouge protège l’une des plus importantes entreprises de la région. C’est la Société des Boissons Gazeuses du Souss (SBGS), l’un des trois embouteilleurs de Coca-Cola Company au Maroc. « Près d’une bouteille sur cinq des boissons gazeuses de la marque Coca Cola vendues au Maroc sort de notre usine », nous annonce le directeur général adjoint de SBGS, Said Chaaib.

La relation entre cette filiale de l’entreprise familiale « GBH », groupe Bel Hassan, et Coca-Cola Company a débuté en 1971 et elle continue en toute prospérité. C’est ce lien entre les deux entreprises qui est appelé communément le « système Coca-Cola« . SBGS s’occupe donc depuis cette date de la production et la commercialisation des produits du géant d’Atlanta dans la zone Sud. 

Un contrat quinquennal 

« Nous couvrons 56% du territoire national avec des destinations qui peuvent être éloignées de 1.200 kilomètres. Nous jouissons d’une part de marché d’environ 95% sur cette zone qui abrite 13% de la population globale du pays », précise le DGA de l’entreprise.

Le contrat qui lie les deux parties est révisable une fois tous les 5 ans. C’est un document qui prévoit les incidences financières et, évidemment, l’engagement de l’embouteilleur au respect de toutes les normes du leader mondial. En parallèle, au début de chaque année, les deux parties s’assoient à la même table pour élaborer les objectifs ainsi que la stratégie qui sera adoptée. C’est une sorte de feuille de route annuelle.

« Nous discutons par exemple des objectifs de vente pour chaque article. Ceci dépend des informations remontées depuis le terrain et de la demande formulée par nos clients. C’est un document très détaillé », nous explique Said Chaaib.

Cela dit, les termes de ce contrat, minutieusement préparé, restent aussi secrets que la recette magique de Coca-Cola. Tout ce qu’on peut savoir, c’est que la rémunération de Coca-Cola Company est déduite du chiffre d’affaires que génère la vente de ses produits par SBGS. Ensuite, c’est aux partenaires marocains de bien s’organiser pour dégager de bonnes marges.

Coca-Cola Company se charge de la publicité 

Au volet investissement, l’entreprise américaine n’hésite pas à mettre la main à la poche pour épauler ses partenaires. « Généralement, c’est nous qui investissons dans les nouvelles machines ou autres. Cela dit, il est possible que la compagnie (Coca-Cola) participe », nous explique le DGA de l’entreprise.

En matière de communication, notamment l’affichage urbain ou encore les spots publicitaires sur les chaînes de télévision, c’est Coca-Cola Maroc qui s’en occupe. Du côté de l’embouteilleur, c’est surtout la publicité sur les lieux de vente .

Sur les 10 dernières années, plus de 400 millions de DH ont été engagés par SBGS. L’entreprise a financé la modernisation de son outil de travail mais aussi la mise en place de nouvelles lignes de production.

Des fournisseurs marocains 

« Nous avons 5 lignes pouvant produire jusqu’à 60.000 litres de boisson par heure », précise le DGA de SBGS. Dans le détail, à l’intérieur de cette immense usine, SBGS produit sur une première ligne des bouteilles en verre, deux lignes PET sont dédiées aux bouteilles en plastique et deux autres à l’eau Ciel.

L’usine d’Agadir est d’ailleurs la seule au Maroc à produire la bouteille de 5 litres de la marque Ciel, en plus du format habituel de 1,5 litre. SBGS produit aussi les différentes gammes des boissons gazeuses de la marque Coca-Cola et l’eau aromatisée Aquarius. « Ce qui n’est pas produit chez nous, est acheté auprès des autres partenaires de la compagnie pour le distribuer dans notre région », explique le DGA.

En haute saison, l’usine tourne à 70% de sa capacité globale. « Nous produisons en fonction de la demande et des saisons. En tout cas, le consommateur du sud achète surtout les bouteilles en verre », explique Said Chaaib.

Le taux d’intégration, approximatif, que communiquent les responsables de l’usine d’Agadir doit être aux alentours de 70%. « Une grande partie des matières premières sont achetées auprès de fournisseurs marocains. Le sucre, les bouteilles en verre, les préformes des bouteilles en plastique, les bouchons et les étiquettes sont acquis auprès d’entreprises marocaines qui sont toutes agréées par Coca-Cola Company« , assure Said Chaaib.

Ces entreprises sont soumises à une multitude de tests et d’audits avant d’apparaître sur la short-list des fournisseurs de la marque. Le secret des boissons gazeuses, ce que l’on appelle dans le jargon des embouteilleurs « le concentré », est acheté auprès de Coca-Cola Company. Cette potion magique est fabriquée dans un nombre limité d’usines à travers le monde. « C’est une usine de Coca-Cola Company basée en Irlande qui livre le Maroc en concentré de la boisson éponyme« , nous livre Said Chaaib.

Plus de 20.000 points de vente 

L’entreprise emploie actuellement 700 personnes sur place et plus 4.200 indirectement. Au sein de cette unité, très bien organisée, nous pouvons croiser des personnes en blouses blanches. « Ce sont des employés qui travaillent dans les 9 laboratoires dont nous disposons », nous éclaire Said Chaaib.

En effet, durant la phase de production, avant et après chaque étape, le produit est testé avant de poursuivre son chemin. Le système Coca-Cola Company impose même des vérifications post-production. Des testeurs de la compagnie se rendent dans des points de vente pour goûter aux différents produits.

L’embouteilleur soussi fait aussi la distribution à travers toute la zone qu’il couvre, soit plus de 20.000 points de vente. « Plus de 91% de ce que nous livrons est réalisé grâce à la prévente », nous explique le DGA. L’entreprise possède une flotte de 159 camions et 99% de la distribution se fait dans le circuit traditionnel. « Chacun de nos partenaires opte pour le système de distribution qui lui convient et ce n’est pas la même approche partout », ajoute Loubna Sabir.

Dans la pratique, les commerciaux de SBGS sillonnent tout le sud du Maroc pour aller à la rencontre des clients et pour prendre la commande. « Nous préférons aller sur place et ne pas prendre la commande par téléphone. Ceci nous permet de garder un contact humain hautement important dans notre culture d’entreprise », nous raconte Said Chaaib.

Les agents de l’entreprise retournent par la suite à Agadir et c’est le centre de dispatching qui reçoit la commande qui est automatiquement convertie en camion. Le lendemain, la commande est envoyée, tout en essayant d’optimiser les trajets afin de faire des économies en matière de carburant, mais aussi pour réduire les émissions en carbone.

Agadir abrite l’Open du Maroc du beach-volley

2M.ma – 22/07/2017

Agadir abrite l’Open du Maroc du beach-volley

L’Open du Maroc du beach-volley a démarré ce vendredi à Agadir. Une épreuve majeure de trois jours, en marge du World Tour de la Fédération internationale de volley-ball (FIVB).

Organisée sur la belle plage de la capitale du Souss, cette manifestation sportive connaît la participation de « l’élite mondiale du volley » venant de 34 pays Elle sera appelée à disputer les 90 matchs prévus par la Fédération royale marocaine de volley-ball.

Pour Abderrazak Allam, coordinateur de l’Open, ce tournoi est avant tout une consécration pour le Maroc qui a déjà organisé cet événement d’envergure. La pratique du beach-volley au niveau national est en perpétuelle croissance aussi bien chez les hommes que chez les femmes, a-t-il affirmé à la MAP.

Ce n’est pas la première fois que la ville organise l’Open du Maroc du beach-volley. Cette compétition s’est déjà tenue pour la première fois à Agadir. 84 équipes issues de 31 nations se sont rendues au Royaume pour participer à cet événement important du calendrier mondial du volley-ball.

L’éco-label « Pavillon bleu » déployé sur la plage d’Agadir (PHOTOS)

2m.ma – 21/07/2017

L’éco-label « Pavillon bleu » déployé sur la plage d’Agadir (PHOTOS)

Bonne nouvelle pour les Gadiris. Leur plage a été déclarée conforme aux exigences internationales en termes de qualité des eaux et de respect de l’environnement. Le label Pavillon Bleu, décerné par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, y a été déployé ce jeudi.

Le Pavillon bleu a été hissé jeudi sur la plage d’Agadir, en signe de respect des exigences en matière notamment de qualité des eaux de baignade et de gestion environnementale.

label-agadir

La distinction de la plage d’Agadir, qui fait partie du réseau des plus belles baies au monde, consacre les efforts entrepris par les différents intervenants pour assurer la propreté de la plage, améliorer les conditions d’accueil et de sécurité des estivants, outre la qualité d’information et de sensibilisation des visiteurs.

label-agadiro

Le Pavillon Bleu est un écolabel est accordé aux plages et aux ports de plaisance qui répondent à une série d’exigences strictes en matière notamment de respect de l’environnement. Il est soutenu par le Programme des Nations Unies pour l’environnement et par l’Organisation Mondiale du Tourisme.

VIDÉO. LA PLAGE D’AGADIR, L’UNE DES PLUS BELLES DU MAROC

Par Mhand Obarka – le360.ma – 24/07/2017

Cover Video -Le360.ma • هذه هي أسباب اختيار المغاربة لشاطئ أكادير للإصطياف وهذه هي مطالبهم

© Copyright : Le360

Agadir attire les amateurs de belles plages, de soleil, de sable fin et de tranquillité. Protégée par la baie, elle permet une baignade à l’abri des vagues de l’océan. Reportage en images.

La plage d’Agadir est considérée comme l’une des plus belles du Maroc. Chaque année, elle attire des estivants de plus en plus nombreux. Le climat clément et ses 300 jours d’ensoleillement annuel permettent de s’y baigner en toute saison et de profiter de ses kilomètres de sable doré…

Vidéo :

Accueil Economie Agadir : Inauguration en grande pompe du premier centre Dar Al Moukawil

par Mohamed Laabid – aujourd’hui.ma – 24/07/2017

Agadir : Inauguration en grande pompe  du premier centre Dar Al Moukawil

Le premier centre Dar Al Moukawil a été inauguré vendredi dernier à Aït Melloul, un concept exclusif dédié à l’accompagnement des TPE pour enrichir les services de la plate-forme web gratuite Daralmoukawil.com lancée il y a un an.

Fidèle à son engagement de soutenir le développement des Très petites entreprises et consciente du rôle important qu’elles jouent dans la dynamisation de l’économie nationale et la création d’emplois, Attijariwafa bank concrétise une nouvelle initiative pour confirmer sa volonté de contribuer activement à l’encouragement de l’entrepreneuriat et à l’accélération de la croissance des TPE. La plate-forme web Daralamoukawil.com s’enrichit par des structures physiques qui proposent aux TPE des prestations, personnalisées et sur mesure, d’information, de formation et de mise en relation fournies par des conseillers spécialisés. En effet, après Aït Melloul, plusieurs centres verront le jour d’ici fin 2017.
Les centres «Dar Al Moukawil» se proposent comme centres d’expertise d’accompagnement et de conseil, notamment pour la création de l’entreprise, le développement de projets, l’accès aux marchés, ou encore l’activation des mécanismes de l’État dédiés au soutien des TPE, etc.

Ces nouveaux centres offrent des espaces d’information dédiés : bibliothèque de guides thématiques, informations utiles sur bornes digitales et tablettes, etc. Des conseillers disponibles sur place sont à l’écoute des clients et non clients de la banque afin de leur apporter des éclairages et un accompagnement sur toutes leurs préoccupations : processus de création d’entreprise, réalisation d’une étude de marché, mise en relation avec les partenaires de la banque, orientation et inscription aux mécanismes de l’Etat, éducation financière et renforcement des compétences pour les auto-entrepreneurs, etc. Ces centres sont également dotés d’espaces offrant des formations et des séminaires thématiques à fréquence quotidienne animés par des experts, ainsi qu’un espace technologique doté d’automates de libre-service bancaire et de bornes interactives pour permettre aux visiteurs du centre une grande souplesse dans l’accès aux services de la banque et aux conseillers de Dar Al Moukawil.

Avec la mise en service de centres d’Ait Melloul l’engagement d’Attijariwafa bank aux côtés des TPE s’enrichit d’une preuve supplémentaire de proximité renouvelant ainsi son soutien pour ce segment porteur de valeur socio-économique et d’employabilité pour notre pays. La cérémonie d’inauguration de ce nouvel établissement s’est déroulée en présence de Mohamed El Kettani, président-directeur général d’Attijariwafa bank, Ahmed Hajji, wali de la région DU Souss-Massa, Brahim Hafidi, président du Conseil régional, et des représentants de Chambres professionnelles, directions régionales de la CGEM et du CRI ainsi que des fédérations et associations de la région.

«C’est un engagement vis-à-vis des petites entreprises»

Questions à Issam Maghnouj, responsable du marché des TPE au sein d’Attijariwafa bank

ALM : Pourriez-vous nous dire à qui s’adresse Dar Al Moukawil ?

Issam Maghnouj : La promesse de Dar Al Moukawil est un engagement qu’on prend vis-à-vis des petites entreprises, et qui s’adresse à l’ensemble de ces dernières, qu’elles existent ou non encore. Qu’elles soient clientes ou non, elles peuvent venir dans chaque Dar El Moukawil dont celui d’Ait Melloul est le premier pour avoir accès à l’accompagnement, le soutien, et la formation. Elle peut s’adresser aux porteurs de projets, l’étudiant en fin d’année qui a un projet et qu’on va aider à le réaliser. Elle s’adresse aussi aux auto-entrepreneurs, aux start-up, donc toutes les variantes de la petite entreprise qu’elles soient en gestation ou dans la réalité.

Quels sont les objectifs assignés à cette initiative ?

Dar Al Moukawil est l’aboutissement d’une vision à long terme qu’on a mise en place. Historiquement nous sommes une banque qui accompagne les petites entreprises depuis sa naissance en 1904. Nous avons toujours accompagné les petites entreprises, qui sont parfois devenues de grands groupes familiaux, voire des entreprises internationales. Les attentes des TPE sont encore fortes, ces dernières ont besoin bien plus que de la banque simple, plus que du financier et de traiter les opérations et de les assurer. Elles ont besoin qu’on les accompagne, qu’on les informe et qu’on les forme, et c’est exactement ce que fait Dar Al Moukawil. Nous avons commencé il y a une année jour pour jour avec le lancement de Daralmoukawil.com, qui est une plate-forme d’accompagnement des TPE. Donc ce premier centre Dar Al Moukawil est l’aboutissement de cette vision. Sur le terrain on va s’occuper des TPE, et on va les former, les informer, et les mettre en relation avec l’écosystème pour aller de l’avant et se moderniser.

Comment fonctionne cette plate-forme?

On n’a pas attendu la création de ce centre pour accompagner les entreprises, on le fait depuis presque 100 ans. Cette plate-forme fonctionne en réalité depuis plus de 15 jours, tellement il y a de la demande qu’on fait deux formations par jour, une dizaine de TPE viennent tous les jours pour demander de l’accompagnement, et les agendas des quatre conseillers sont déjà pleins pour les prochaines semaines. Il y a une demande extraordinaire. Dar Al Moukawil a eu un succès retentissant avec plus de 150 mille utilisateurs en un an, et pas moins de 30 mille personnes qui se sont inscrites aux cours en ligne. La conviction est claire, si ça marche sur le Net, qu’en sera-t-il avec des centres où les gens peuvent obtenir des informations directes comme ce centre d’Ait Melloul ?

VIDEO – Découvrez la « plus haute Tour d’Afrique » qui verra le jour à Rabat-Salé

Jeudi dernier, au Siège de BMCE Bank of Africa, s’est déroulée la cérémonie de signature du contrat de construction de la Tour de Rabat Bouregreg entre le Groupe BMCE Bank of Africa d’une part, le groupe Chinois China Railway Construction Corporation International -CRCCI- et le Groupe marocain TGCC, d’autre part.
Haute de 250 mètres sur 55 étages, la Tour sera la plus haute d’Afrique avec des composantes hôtelière, résidentielle et de bureaux.

dsc23

 

dsc22

dsc21

Vidéo :

Agadir : Le salon des produits du terroir muscle son offre

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 20/07/2017

  • Priorité aux gens du métier organisés en coopératives, et à celles labellisées
  • Guinée, Cameroun, Burkina Faso, Ethiopie, Tunisie…forte présence africaine
  • La 5e édition du SNAPT démarre ce jeudi et se poursuit jusqu’au 24 juillet

agadir-salon-produits-du-terroir.jpg
Lors de cette 5e édition, ce sont les coopératives organisées, et celles disposant d’un label qui seront représentées 

Le Salon national des produits du terroir (SNAPT) voit encore plus grand. La manifestation qui tient sa 5e édition du 20 au 24 juillet à la place Al Amal augmente sa superficie à 3.600 m2, au lieu de 3.000 m2 précédemment. Par contre, le nombre de participants n’a pas changé. Ils sont comme l’année dernière un peu plus de 150 exposants triés sur le volet pour mieux représenter un secteur appelé à être un vrai vecteur de développement économique local, comme cela a été stipulé par le Plan Maroc Vert (PMV).
La priorité a ainsi été donnée aux gens du métier organisés en coopératives. Bien entendu, celles qui sont labellisées accèdent encore plus facilement non seulement au SNAPT mais aussi aux différentes foires internationales. «Notre ambition à travers cette manifestation économique et sociale, c’est de promouvoir et valoriser les produits du terroir», explique Ali Kayouh, président de la Chambre régionale d’agriculture Souss Massa. «Des ateliers sont prévus en vue de renforcer les capacités techniques et managériales des participants», a-t-il ajouté.
Des visites de sensibilisation sur la sécurité sanitaire des produits alimentaires seront aussi organisées au profit des exposants. Concernant le programme scientifique, les conférences prévues aborderont des thématiques riches et diversifiées. Entre autres, la culture de l’arganier, la valorisation des plantes médicinales et aromatiques et l’économie solidaire, le plan régional pour la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques, l’approche de l’économie circulaire afin de préserver la biodiversité des systèmes agricoles de la région… ou encore la protection des ressources en eau grâce à la culture de produits locaux. Il faut préciser par ailleurs que le SNAPT se distingue cette année par une forte présence africaine avec la participation de la Guinée, le Cameroun, le Burkina Faso, l’Ethiopie et aussi la Tunisie. Une ouverture sur l’international qui ne peut être que bienfaitrice en termes d’échanges d’expériences et de partage d’expertise.
Pour rappel, la 5e édition du Salon national des produits du terroir se tient sous le thème «Valorisation des produits du terroir, une contribution locale face aux changements climatiques». Elle est organisée par l’association éponyme et la Chambre d’agriculture de la région Souss Massa, sous l’égide du ministère de tutelle, en partenariat avec la wilaya Souss Massa et le conseil régional. Plus de 50.000 visiteurs sont attendus lors de cette édition qui  coïncide avec la grande affluence que connaît la destination Agadir en période estivale. Ce qui va permettre aux exposants de mieux écouler leurs produits. Et ce d’autant plus que différentes chaînes de valeur seront représentées: miel, dattes, fromage de chèvre, cactus, safran, ail, roses de Dadès, couscous, plantes aromatiques et médicinales, henné…

Les plantes aromatiques toujours menacées

plantes-aromatiques.jpg

plantes aromatiques (Ph. astuce-maline.fr)

Focus lors du salon sur la problématique des plantes aromatiques et médicinales (PAM), toujours aussi menacées d’extinction. A l’origine du mal, la cueillette ou «arrachage», à la racine sans aucun souci de préservation de l’environnement. C’est le cas du thym, de l’euphorbe (daghmouss) ou encore du thuya, qui sont de plus en plus rares. Pour exemple, dans la région de Taroudant, le thym est désormais quasi inexistant à cause de cette pratique. A Imouzzer Ida Outanane, ce braconnage d’un autre genre se fait surtout pendant la nuit et par grande quantité, sans que les résidents puissent protéger durablement leurs ressources ni en bénéficier. (cf. notre édition du 30/8/2013).

Agadir : La médiation bancaire expliquée aux TPME

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 18/07/2017

  • Dans les régions, ce n’est pas encore la grande affluence
  • Une journée d’information pour sensibiliser

Résultat de recherche d'images pour "la médiation bancaire au maroc"

Dans les régions, la médiation bancaire reste toujours assez méconnue. Pourtant, c’est une des solutions les plus prisées pour améliorer le climat des affaires, résoudre les litiges dans le secteur commercial à l’amiable et désengorger les tribunaux. Pour mieux faire connaître ce mode alternatif de règlement des conflits, une journée d’informations vient d’être organisée à Agadir par la Chambre de commerce, de services et d’industrie Souss Massa (CCIS SM) et la section régionale de la CGEM. Thème retenu. «La médiation bancaire: outil alternatif de résolution des conflits, une opportunité pour les TPME et professionnels de la région Souss Massa». «Ce processus, choisi librement par les parties en conflit, permet de trouver un accord amiable grâce à un tiers qualifié», explique Mohamed El Ghorfi, directeur exécutif du Centre marocain de médiation bancaire (CMMB). «La médiation bancaire propose des services pour améliorer les relations entre les banques et leurs clients et constitue un ultime recours, après épuisement des procédures de réclamations internes», a-t- il ajouté. Cette autre sortie médiatique d’El Ghorfi s’explique par le fait que dans la région, ce n’est pas encore le grand rush pour ce mode alternatif de résolution de conflits. Le CMMB, créé en mars  2014,  restant peu ou pas connu alors qu’il est une issue favorable pour la gestion des différends nés ou pouvant naître entre la clientèle et les établissements de crédit. Qui regroupent les banques, les sociétés de financement, les associations de microcrédit. Et ce, à travers deux  dispositifs de médiation, l’un institutionnel (procédure dite gratuite), et l’autre conventionnel. La médiation conventionnelle étant un mode alternatif de règlement de différend supérieur à 1 million DH (procédure dite  payante). Il faut préciser que le client doit obligatoirement saisir son établissement de crédit du différend qui l’y oppose avant de saisir le CMMB. Les questions inhérentes au recouvrement des créances des établissements de crédit sont par ailleurs exclues du champ de la  médiation.
Vu l’intérêt que revêt le sujet de médiation commerciale en général et la médiation bancaire en particulier, la CCIS SM a œuvré pour l’amélioration du climat régional des affaires dans le Souss. Ce qui a abouti dernièrement à la création de son propre Centre de médiation et d’arbitrage commercial d’Agadir CMACA.

Rôle du médiateur

IL doit être à l’écoute des parties pour rapprocher leurs points de vue et leur proposer la solution appropriée à leur litige. Travaillant en toute impartialité, il est aussi tenu à la confidentialité et au respect du secret professionnel à l’égard des tiers. Le médiateur émet des propositions fiables pour les litiges relevant de son périmètre d’intervention et des pouvoirs  qui lui sont conférés à cet  effet. Et ce, dans les délais impartis. Bien entendu, en tant qu’acteur de proximité, le médiateur reste attentif aux attentes de la clientèle des établissements de crédit, afin de pouvoir renforcer leur confiance dans ce mode de règlement alternatif des conflits.

Bien arrivés à Bayonne, mais…

Nous sommes bien arrivés chez nous à Bayonne, mais moi, avec une de ces gastros ! !
je ne vous en dis pas plus !
responsable : un plat de calmars qui n’a pas plu à mes intestins.

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "logo toilettes publiques"

La dernière étape était une visite organisée des toilettes depuis Salamanque jusqu’à Bayonne et, avec les médicaments, il a fallu deux jours pour reprendre le dessus !

Maintenant, tout va bien (enfin, beaucoup mieux…) et nous sommes prêts à attaquer les fêtes de Bayonne qui commencent demain.

Résultat de recherche d'images pour "fêtes de bayonne 2017 programme"

Premières images de Pierre Antoine Bosse à Agadir

Transmis par Cyril Poireaud :

Les toutes premières images réalisées par Tani Martinez. Il s’agit en premier lieu d’un 55 secondes sur Pierre Ambroise BOSSE, athlète de l’équipe de France d’athlétisme, spécialiste du 800m à l’entraînement à Agadir avec le projet Elite.

A suivre, un film plus spécifique à la ville d’Agadir.

Cliquez sur la photo ci-dessous pour voir la vidéo et mettez en grand écran :

 

Maroc : 7 hôtels « kids friendly » pour voyager sereinement avec ses enfants

 Par Kaoutar Laili – huffpostmaghreb.com – 19/07/2017

SUMMER KIDS

Parce que c’est la période des vacances, rien de tel que d’embarquer sa tribu pour une échappée bien méritée. Mais voyager avec des enfants n’est pas sans contrainte, et le choix de la destination n’est donc pas à prendre à la légère. Voici notre sélection d’hôtels « kids friendly » qui, en plus de divertir les petits, permettront aux parents de souffler. Vous nous remercierez!

Sofitel, Tamuda Bay, M’diq

sofitel tamouda bay

Jeux de mémoire, trampoline, ateliers de danse, peinture, cuisine ou encore rituel Spa pour enfants… Dans une adorable ludothèque décorée aux couleurs d’un conte de fées chamali, les petits princes et princesses disposent d’une Kids Villa rien que pour eux. Avec une charmante pataugeoire ombragée et autant d’espaces extérieurs qu’intérieurs, les enfants peuvent librement aller, venir et s’amuser en toute sécurité, sous l’œil attentif des puéricultrices. En plus des jeux et des ateliers proposés, Le Sofitel Tamouda Bay, initie les tout petits à la nature à travers la découverte du potager pédagogique de l’hôtel, pour apprendre à reconnaître les arômes de façon ludique. Plantes locales, lavande parfumée, herbes aromatiques et légumes… Plaisir et éveil des sens garantis.

Robinson Club, Agadir

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Frobinsonclub.agadir%2Fphotos%2Fa.332642260148213.79927.195648407180933%2F1279387222140374%2F%3Ftype%3D3&width=500

Idéalement situé en plein cœur de l’une des plus belles baies du royaume, entouré d’un incroyable paysage de dunes de sable, le Robinson Club Agadir offre le cadre idéal pour des vacances en famille. Bouillies pour bébé fraîchement préparées, réchauffage de biberon, matériel de puériculture et babyphone, chaises hautes, machines à laver… L’établissement a pensé à tout pour que les parents ne manquent de rien pendant leur séjour. De plus, l’établissement met à disposition des familles le Roby Club, un kids club sécurisé divisé en deux parties: un espace dédié aux « minis » (3 à 6 ans) et un autre pour les « maxis » (7 à 12 ans). Avec un accès direct à la plage, un espace fitness et bien-être et cinq complexes de golf accessibles par navette… C’est le paradis des familles!

Four Seasons, Casablanca

https://www.instagram.com/p/BVsCunoj71W/embed/captioned/?cr=1&v=7&wp=568#%7B%22ci%22%3A0%2C%22os%22%3A3362.9950000000003%7D

Gratuit pour les moins de 18 ans occupant la même chambre que leurs parents, l’hôtel met à disposition des familles, en plus d’un charmant kids club ouvert aux enfants de 4 à 10 ans, toutes les commodités pour se sentir comme à la maison (mais en mieux). Le Four Seasons offre sur simple demande et sans frais supplémentaires, berceau ou lit pliant, poussette, chaise haute, aire de jeux, bouteilles d’eau, accès à la vidéothèque pour enfants, ainsi que des jouets. L’hôtel propose également des couches « little swimmers » (requises pour les nourrissons dans la piscine), ainsi qu’une PlayStation ou une Xbox. Le rêve, pour vos enfants!

Eden Andalou Aquapark & Spa, Marrakech

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F1422958358002310%2Fphotos%2Fa.1422963014668511.1073741828.1422958358002310%2F1422964141335065%2F%3Ftype%3D3&width=500

Avec ses 249 suites spacieuses et adaptées aux familles, l’hôtel offre un espace parents intimiste et une alcôve séparée pour les enfants pouvant accueillir jusqu’à 3 lits. Mais, ce qui fait la renommée de L’Eden Andalou, c’est, sans aucun doute, son Aquapark géant composé de 5 piscines, une rivière, des toboggans, un énorme parc et un solarium. Pour les tout petits, l’hôtel a aménagé un espace dédié baptisé « Plage pour les petits pirates ». Une véritable île au trésor qu’on ne voudra plus quitter…

Paradis Plage, Agadir

https://www.instagram.com/p/BWYTwaildyt/embed/captioned/?cr=1&v=7&wp=568#%7B%22ci%22%3A1%2C%22os%22%3A3371.0000000000005%7D

Idéal pour offrir à vos bambins une première initiation aux sports aquatiques, Paradis Plage est le véritable paradis des amateurs de surf, mais aussi de yoga ou simplement de détente en famille. Avec ses chambres spacieuses équipées de kitchenettes, son école de surf, son Spa, sa piscine et son restaurant, cet hôtel, situé à 15 kilomètres d’Agadir, est le premier surf yoga et Spa Resort du royaume. Autant dire que toute la famille y trouvera son compte.

Banyan Tree, Tamouda Bay

banyan tree tamouda bay

Chasses au trésor, ateliers peinture, customisation de t-shirts, ateliers chant, danse, smoothie making, bracelet making, mini kids Spa, atelier poterie… Le kids club du Banyan Tree accueille les enfants de 4 à 12 ans dans un espace équipé, entièrement pensé pour s’adapter aux besoins des petits. Les enfants s’amusent tout en se découvrant de nouvelles passions sportives, créatives et artistiques dans un cadre sécurisé. Installé au nord du Maroc, depuis septembre dernier, cette station balnéaire de luxe réputée pour son concept exclusif de villas, composées de piscines privatives et de kitchenettes, ainsi que pour son Spa renommé, promet des moments inoubliables.

Mazagan Beach Resort, El Jadida

https://www.instagram.com/p/9Dkoj5Aez4/embed/captioned/?cr=1&v=7&wp=568#%7B%22ci%22%3A2%2C%22os%22%3A3378.9950000000003%7D

Quel que soit l’âge de vos enfants, tout le monde trouve son bonheur au Mazagan. Avec différentes formules adaptées aux enfants de 3 mois à 17 ans, ce complexe en front de mer offre l’un des kids club les plus complets du pays. Un Baby Club, pour les plus petits (de 3 mois à 4 ans), un kids club pour les 4 à 11 ans dans lequel les enfants auront droit à une piscine privée et surveillée avec toboggan, à des cours d’équitation, des randonnées à vélo… Au Club rush, les 12 à 17 ans, pourront, quant à eux, profiter d’une programmation spéciale adolescents, avec équitation, karting, visionnage de films, soirées animées, volley… Pendant ce temps, les parents aussi pourront s’amuser au casino, au golf, à la plage ou au bord de la piscine, en soirée ou encore lors de randonnées en quad ou à cheval. Qui dit mieux?

 

« De bonnes sources » par l’Economiste

leconomiste.com – 18/07/2017

• RAM ouvre sa nouvelle agence à Dakhla
La compagnie aérienne a annoncé ce lundi, l’inauguration de sa nouvelle agence commerciale à Dakhla. Cette représentation a été totalement rénovée, selon le Président Directeur général de la Royal Air Maroc (RAM), dans le cadre du développement des régions du Sud via une plus grande connectivité aérienne. A ce titre, le trajet Casablanca-Dakhla sera renforcé par deux fréquences hebdomadaires supplémentaires à compter de septembre prochain. H.M.

• Voie express Tiznit-Dakhla: Le mandat de la direction provisoire
Le ministère de l’Équipement vient de rendre public le mandat de la direction provisoire qui sera créée pour réaliser la voie express Tiznit-Dakhla. La nouvelle entité aura pour mission de procéder au doublement de la route nationale n°1 entre Tiznit et Laâyoune (555 km) et élargir à 9 m celle reliant Laâyoune à Dakhla (500 km). Le budget estimatif pour la réalisation de cet axe s’élève à 8,5 milliards de DH. Les études techniques devraient être achevées pour un démarrage rapide des travaux qui devraient être achevés début juin 2022. H.E.

• Air France rallie Agadir à Paris en direct
Pour la première fois, Air France programme Agadir en vol direct Paris Charles-de-Gaulle. Le vol inaugural est programmé pour ce mardi à 16h35 (GMT+1), via un avion A320, d’une capacité de 180 Passagers – AF 1660/1661. Avec une fréquence 3 fois par semaine, les mardis, jeudis et samedis. Ces vols s’ajoutent à ceux déjà programmés par la nouvelle compagnie ‘’Air Arabia’’ reliant Agadir aux villes européennes de Manchester, Copenhague, Munich, Cologne, Toulouse, Stockholm et Dublin, à partir du 1er octobre prochain. F.N.

Il semble que cette liaison Paris-Agadir ne sera qu’éphémère et ne devrait être proposée que jusqu’en septembre.

AGADIR : LES PROFESSIONNELS DU TOURISME REMONTÉS CONTRE LE CONSEIL DE LA VILLE

Par Mhand Oulberka – le360. ma – 18/07/2017

Place-Bijaouane-Agadir

© Copyright : Dr

Les professionnels du tourisme dans la capitale du Souss affichent depuis le début de cet été une colère noire. Et pour cause, les travaux de la place Bijaouane, située sur le bord de la mer, ne sont pas encore achevés. Ils pointent du doigt le Conseil de la ville.

Les professionnels du tourisme à Agadir ne décolèrent pas. Le non-achèvement des travaux de la place Bijaouane impacte leur activité. D’autant plus que cette célèbre place, très prisée par les estivants, est surtout connue pour abriter un parking pouvant accueillir plus de 600 voitures et autant de motos et bicyclettes.

« Trop, c’est trop », ont tonné de nombreux professionnels rencontrés par le360. « Le retard des travaux dans cette place importante de la ville nous cause un sérieux manque à gagner surtout en cette période d’été où les touristes affluent en grand nombre », s’indigne un responsable hôtelier.

Selon les sources de le360, le Conseil de la ville n’aurait pas réglé à temps l’entreprise qui est en charge de l’exécution des travaux de la place. Ce qui serait à l’origine du « cafouillage » et du retard du chantier.

Il y a aussi des effets secondaires à ce manque de places à proximité de la corniche : les gardiens de parking n’hésitent plus à demander avec beaucoup d’insistance 5 dirhams pour le stationnement (même si c’est pour moins d’une heure) : ça m’est arrivé hier, sur le petit parking à côté de la piscine derrière le « Jour et Nuit ». Il a fallu que je fasse du bruit, que je menace d’appeler la police et d’aller à l’Hôtel de Ville pour qu’un « chef » vienne me demander de n’en rien faire et me laisse partir en payant les 2 dirhams habituels. – Très mauvaise image pour Agadir –

Agadir : Salon National des produits du terroir

agrimaroc.ma – 18/07/2017

Agadir: Salon National des produits du terroir

Le Salon National des produits du terroir se déroulera à Agadir.

Du 20 au 24 juillet, Agadir accueillera le Salon National des produits du terroir qui présentera les nombreux produits qui font la fierté du Maroc.

La ville d’Agadir accueille du 20 au 24 juillet courant le Salon national des produits du terroir, une cinquième édition axée sur le développement et la mise en valeur de ces produits dans le contexte du changement climatique.

Placée sous l’égide du ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, cette manifestation se tient sous le thème « La valorisation des produits du terroir, une contribution locale face aux changements climatiques » avec une importante participation des producteurs et professionnels du Maroc et d’autres pays d’Afrique, ont indiqué lundi les organisateurs.

Agadir : Une Caravane régionale pour sensibiliser aux changements climatiques

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 18/07/2017

Agadir : Une Caravane régionale pour sensibiliser aux changements climatiques

Sous le signe «Pour une équité climatique qui respecte l’espace et le genre»

Les membres de la caravane se sont répartis en 3 groupes afin d’effectuer une recherche sur le terrain, et remplir des formulaires auprès des femmes rurales, pour s’arrêter sur leurs méthodes et techniques traditionnelles pour préserver la nature et ses richesses.

Le Conseil de la région du Souss-Massa et la Coalition régionale pour les droits environnementaux et développement durable organisent du 15 juillet au 6 août prochain la caravane Adrar sous le signe «Pour une équité climatique qui respecte l’espace et le genre». Cette caravane effectue des visites sur le terrain afin de préparer une base de données fiable au sommet climatique «Climate Chance» qui aura lieu du 11 au 13 septembre prochain à Agadir. Quatre stations sont programmées envers des destinations différentes.
La première est celle de Chtouka Ait Baha qui s’est déroulée le week-end dernier, et ce à travers une rencontre interactive entre les autorités, les associations et la société civile en guise de traiter les différents changements climatiques qui deviennent de plus en plus inéluctables en l’occurrence la sécheresse, la désertification, la surexploitation des terres, l’érosion et la pollution.
Parallèlement au volet théorique, les membres de la caravane se sont répartis en 3 groupes afin d’effectuer une recherche sur le terrain, et remplir des formulaires auprès des femmes rurales, pour s’arrêter sur leurs méthodes et techniques traditionnelles pour préserver la nature et ses richesses.
La rencontre a été clôturée par une série de recommandations qui ont insisté sur la nécessité de la collaboration de tous les acteurs pour faire face au changement climatique et le considérer parmi leur priorité, la valorisation des anciennes habitudes et la création un observatoire régional pour l’environnement.
Selon les organisateurs de cette caravane, la femme rurale est la plus touchée par les aléas des changements climatiques. Cependant elle essaye de les surmonter par des moyens dérisoires mais efficaces. La caravane dressera l’état des lieux et un diagnostic environnemental propre à chaque province et incitera la société civile et la femme rurale à s’intégrer dans le processus d’adaptation au changements climatiques. Et se veut une contribution sérieuse de la société civile régionale aux efforts conséquents et à la mobilisation tous azimuts en vue d’instaurer une équité climatique qui respecte l’espace et le genre.
Cette caravane sillonnera plusieurs provinces de la région du Souss-Massa, ainsi elle fera escale les 22 et 23 juillet à Tafraout, la troisième étape les 29 et 30 juillet à Taroudant, alors que la dernière étape est programmée les 5 et 6 août à Agadir Idaoutanane.

Royal Air Maroc ouvre une nouvelle agence à Dakhla

lavieeco.com – 17/07/2017

Royal Air Maroc (RAM) a annoncé, lundi, l’inauguration de sa nouvelle agence commerciale à Dakhla, dotée d’un système d’information dynamique et d’espaces d’accueil confortables, à même d’offrir à ses collaborateurs des conditions de travail optimales au service de la clientèle.

Dotée d’une superficie de 105 m2, cette nouvelle agence répond aux exigences de qualité prônées par la compagnie et conformes aux meilleurs standards internationaux, selon un communiqué de la RAM.

« La rénovation de l’agence commerciale de Dakhla s’inscrit dans le cadre de notre stratégie centrée autour du client. Elle vise à offrir un espace d’accueil et de partage à même de nous permettre de déployer un service personnalisé à destination de nos clients », a précisé le Président Directeur général de la RAM, Abdelhamid Addou, cité par le communiqué.

« Notre principal objectif est d’être encore plus proche de nos clients, et d’apporter des solutions efficaces à leurs besoins. Enfin, cette nouvelle agence de Dakhla fait aussi partie de notre programme de développement dans nos provinces du Sud, via une plus grande connectivité aérienne et des points de vente modernes au service de nos concitoyens », a-t-il ajouté.

La ville de Dakhla représente l’une des routes aériennes phares de la compagnie au niveau du transport domestique, a fait savoir le communiqué, ajoutant que la compagnie offre 16 fréquences hebdomadaires reliant cette ville à trois aéroports du Royaume, en l’occurrence Casablanca (avec 8 fréquences), Agadir (4 fréquences) et Laâyoune (4 fréquences).

La route aérienne Casablanca-Dakhla sera renforcée par deux fréquences hebdomadaires supplémentaires à compter de septembre prochain, selon le communiqué.

La compagnie a finalisé la rénovation complète de l’agence située au centre-ville sur Rue Imlil, Hay Al Matar, qui regroupe les grandes enseignes commerciales et administratives de la ville, a précisé la même source.

Agadir : Hausse de 42,23% des arrivées touristiques en juin 2017

medias24.com – 15/07/2017

Agadir: Hausse de 42,23% des arrivées touristiques en juin 2017
 
Le tourisme à Agadir poursuit sa tendance haussière. Les arrivées ont augmenté de 42,23%, et les nuitées de 26,77% durant le mois de juin, par rapport à la même période de l’année 2016.

Ainsi, le nombre de touristes reçus en juin a atteint 54.042 personnes, contre 37.996 durant la même période de 2016. Les nuitées sont pour leur part passées à 285.957 contre 225.565 en juin 2016, soit un gain de 60.392 nuitées.

Selon le Centre régional du tourisme (CRT) Agadir Souss Massa, cette hausse est portée par les marchés marocains, anglais, polonais, français ou encore allemand.

« La progression a essentiellement été portée par le tourisme international, à l’image du marché Polonais qui progresse de +75% à la suite de la mise en place de nouveaux vols avec la compagnie ‘Wizzair’ (les lundi et vendredi), ou encore du marché allemand qui voit le Tour opérateur ‘FTI’ renforcer sa présence sur Agadir », explique le CRT.

Le taux d’occupation moyen enregistré dans les hôtels classés de la ville d’Agadir en ce mois a enregistré une augmentation de 19,30%, passant ainsi  de 31,71% en 2016 à 37,83% en 2017.

Bientôt le premier festival « Juste pour rire » à Agadir

lnt.ma – 17/07/2017

Une trentaine d’humoristes de six pays seront à l’affiche du 1er festival « Juste pour rire » d’Agadir qui se tiendra du 23 au 26 août prochain.

La liste des artistes qui animeront les quatre galas au programme, au théâtre de verdure de la ville, a été dévoilée par les organisateurs à l’occasion d’une conférence de presse en fin de semaine écoulée.

« La 1ère édition du festival Juste pour Rire Agadir réunit le meilleur de la scène humoristique de six pays différents, poussant ainsi les frontières et brisant tous les préjugés », souligne Oussama El Khalili, président de l’association initiatrice de l’événement.

Des noms comme Eko, Abdelkader Secteur, Lotfi Abdelli, Booder, Roman Frayssin et les artistes amazighs Rachid Aslal, Mustapha Sghir, Lahcen chawchaw font partie de la palette de comédiens du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, de France, de Belgique et de Côte d’Ivoire, annoncés pour ce rendez-vous.

« Notre objectif est de voir Agadir rire de bon cœur cet été, mais aussi aider a son développement économique, culturel et social », poursuit El Khalili qui était accompagné de Gilles Morin, vice-président du groupe canadien « Juste pour Rire », chargé du développement international de la franchise.

Trois jours à la découverte de Tata – Akka

TROIS JOURS À LA DÉCOUVERTE
DE TATA–AKKA

LA MAGIE DES GRANDS ESPACES

Le récent redécoupage des régions du Maroc en 2015 a permis à notre Région Souss Massa d’accueillir la vaste Province de Tata. Magnifique territoire parcouru de canyons escarpés, palmeraies verdoyantes et déserts de dunes, la région de Tata-Akka est encore mal connue du grand public, ce qui lui vaut d’être restée authentique à ce jour. Située à 285km au sud-est d’Agadir et au sud de l’Anti-Atlas, la petite ville présaharienne de Tata, jadis carrefour des tribus amazighes et des nomades, abrite une population de culture berbère aux origines complexes et influences diverses. Guidés par les conseils de notre Consultante en tourisme, Simone Benhassi et la passion de Hanan Elasri, Titulaire d’un master en tourisme, partez à la découverte des merveilles naturelles et humaines que recèle la région de Tata-Akka, avec cet inoubliable circuit de 3 jours et 2 nuits au départ d’Agadir.

JOUR 1 : AGADIR – IGHERM – TATA : 260 KM

Prenez la direction de Taroudant, puis continuez vers Igherm. Au centre d’Igherm, au niveau de l’Hôtel Anzal (30.08’761N, -8.46’029W), prenez la route à gauche. Après environ 30km, au passage d’un gué (30.00’461N, -8.29’265W), visitez des gravures rupestres géométriques. Marchez le long de l’oued à votre droite, jusqu’au pied de la montagne où vous trouverez ces gravures sur les rochers. Reprenez la route sur 7km pour arriver à Tleta Tagmout, grand village de l’Anti-Atlas au cœur d’une palmeraie, qui aurait déjà été habité par des Juifs vers 600 av. JC. À la sortie de Tagmout, faites un petit détour pour visiter l’Agadir Ait Kine, grenier communal toujours en activité. La beauté des montagnes environnantes, surnommées ″Fers à repasser, vous transportera dans un autre monde. Continuez vers Tata et installez-vous dans l’hôtel ou la maison d’hôtes de votre choix.

VISITE DES ENVIRONS DE TATA

Après le petit déjeuner, partez à la découverte des Grottes de Messalites à 7km sur la route de Tleta Tagmout (voir panneau). Stationnez la voiture en haut sur le plateau et descendez vers les grottes. Sur le retour vers Tata, arrêtez-vous au douar Agadir Lhena (après avoir fait env.5km, juste avant le gué,  prenez la petite route à droite jusqu’au fond du village. Stationner la voiture et prendre à pied le chemin de la palmeraie). Vous pourrez observer une horloge à eau encore utilisée à ce jour pour la gestion de l’eau dans l’oasis. L’après-midi, prenez la direction Issafen-Taroudant vers les Falaises d’Agouliz. (29°73’509,-8°19’147W (aller/retour env.60km). À 26km de Tata, prenez une bonne piste à droite (voir panneau) qui mène au village d’Agouliz. Stationnez la voiture au village et partez à pied (de 1h30 à 2h aller/retour) en longeant l’oued jusqu’aux gorges. Retour sur Tata.

JOUR 3 : TATA – AKKA – AGADIR : 355 KM

Prenez la route pour Akka. Les amateurs de gravures rupestres feront escale à Oum El Alek (29°36,42’N – 08°20.43’W). (Demandez chemin au village). À l’entrée d’Akka, prenez à droite pour visiter le village d’Agadir Ouzrou construit sur une falaise rocheuse. Continuez vers Ait Rahal pour voir le minaret de l’ancienne mosquée « Lalla Baytou Allah » de la Kasbah d’Agadir Amghar. Sur la route d’Imitek, 2km avant l’arrivée sur la route R109, admirez le Karst d’Imitek, rochers ressemblant à des champignons. Continuez vers Taroudant, à la sortie d’Igherm, prenez la route à gauche vers Ait Abdellah et faites 45km jusqu’à Tighrman (29.87’325N, -8.72’418W). Ici, tournez à droite en direction de Taroudant. Plusieurs Igoudar ont été ici répertoriés (Carte Touristique de l’Anti-Atlas occidental, Librairie Al Mouggar). Le retour vers Agadir se fait ensuite via Amechtoutel, Tidsi et Imi Mqourn.

Air France relie Paris à Agadir 3 fois par semaine

Communiqué du CRT Agadir

Madame, Monsieur,

Nous avons le plaisir de vous informer que la compagnie  »Air France » desservira Agadir pour la première fois à partir de ce mardi 18 Juillet 2017.

A cette occasion et comme à l’accoutumée, la Wilaya d’Agadir Souss Massa, l’Aéroport d’Agadir Al Massira, l’Office National Marocain du Tourisme, le Conseil Régional Souss Massa, la Délégation Régionale du Tourisme et le Conseil Régional du Tourisme d’Agadir Souss Massa, organisent une réception d’accueil à l’Aéroport à l’arrivée du vol inaugural avec du folklore, thé marocain, gâteaux et roses offertes aux passagers.

Le vol inaugural est programmé ce mardi à 16h35 (GMT+1) : type Avion A320, 180 Passagers – AF 1660/1661 avec une Fréquence  de 3 vols par semaine tous les mardis, jeudis et samedis.

A titre de rappel, ces vols s’ajoutent aux vols déjà programmés par la nouvelle compagnie  »Air Arabia » reliant Agadir aux villes européennes de Manchester, Copenhague, Munich, Cologne, Toulouse, Stockholm et Dublin, à partir du 1er Octobre 2017 prochain. 

STATION DE TAGHAZOUT : L’IMPACT DES TRAVAUX SUSCITE DES REMOUS

par Yassine SABER – leseco.ma – 15/07/2017

La société civile monte au créneau contre les travaux d’aménagements situés en front de mer à la nouvelle station balnéaire de Taghazout Bay. Ce ne sont, d’ailleurs, pas les constructions touristiques en elles-mêmes qui dérangent mais plus précisément les dégâts occasionnés sur la bande littorale de la plage kilomètre 17 située au nord d’Agadir. Une situation qui a poussé l’association «Paysage» mobilisée pour l’environnement dans la région d’Agadir à lancer l’alerte sur ces agissements à travers un rapport rendu public la semaine dernière.

Aujourd’hui, «la morphologie du site a été dénaturée à tel point que la barre rocheuse formant une digue naturelle a été complètement couverte par les travaux de déblais-remblais», mais aussi par les granulats desdits travaux, lit-on dans le rapport. De surcroît, à l’issue de la visite effectuée sur près de 4 kilomètres par ladite association, les constatations de son équipe affirment que les travaux effectués ont réduit la bande sableuse tout au long de la plage et ont aussi diminué par conséquent le volume d’eau oscillant à chaque marée.

Ce n’est pas tout : en plus de l’impact sur la qualité de sables, d’autres activités nuisibles ont été enregistrées. Il s’agit de la circulation des quads qui représente un danger, selon l’association, non seulement pour les baigneurs, mais aussi pour l’écosystème marin à cause de la pollution sonore et celle générée par les combustibles utilisés. Du côté de la société d’aménagement et de promotion de la station de Taghazout (SAPST) chargée du développement du site étalé sur une superficie de 615 ha sur le front d’une bande côtière de 4,5 km de plages et comme le mentionne le rapport de Paysage, les aménagements contestés concernent les travaux de corniche de la station de Taghazout, d’une emprise d’environ 10 m avec une digue de protection et une promenade dédiée aux piétons. En effet, les travaux ont été déjà lancés, (voir leseco.ma) il y a quelques mois. Et aujourd’hui, ils interviennent au niveau de l’entrée du village de Taghazout jusqu’à la plage éponyme.

Par ailleurs, le site abritant l’une des plus grandes pistes d’empreintes de dinosaures (plus de 323 pas) dans la localité d’Anza, au nord d’Agadir, a été exposé à une situation identique. En effet, un camion de la commune urbaine d’Agadir a déchargé, il y a quelques jours, des tonnes de sables, granulats et cailloux sur ce site archéologique. Par conséquent, l’Association marocaine pour l’orientation et la recherche scientifique (AMORS) a également émis un communiqué où elle exprime son indignation par rapport aux répercussions de cet incident sur cette piste des dinosaures mal valorisée, et exposée depuis sa découverte par les riverains à la destruction et aux dégradations naturelles et humaines.

Un moment inoubliable : le 50ème anniversaire de notre mariage

C’est dans le merveilleux cadre de Crocoparc que nous avions choisi de fêter nos noces d’or.
La tenue de Nicole est signée Lita qui a également confectionné mon noeud papillon et la pochette assortis à la robe de Nicole :

62 de nos amis nous ont fait le plaisir de venir partager avec nous ces quelques heures de bonheur,

Dominique et Maryse Doudet

Sandrine Saliba, Fabrice Drivet et Guy MagotteJean-Michel Morisse, Michèle Lagrost, Christine Alléon et Laura BallestrinoAsmaa Oubou, Brahim Tlemçani, Hassan Aboutayeb et Hélène Tassain-PériéMichel Bronoël et Chantal BallesterDaniel et Danielle Franquet, Nicole et Isabelle de BalathierWafae et Jean-Louis Huc Fatima Zohra El Hajji, Colette et Eric WieserDominique Doudet, Emmanuel Cavaniol et LitaMartine Rebecchini et Maryse DoudetLeila Sdigui-Brunet, Patrice Brunet, Jacques Alléon, Philippe et Christine AlléonNous deuxSophie Monnin et Sandrine de Coster-DrivetSandrine Saliba, Anil et Marilyne Rikhye, Claudine Martin-LebrecIsabelle et Ahmed Jaldi, Dominique DoudetChristian Claverie, Jeanne et Franck PatillotIsabelle Leconte, Catherine Bidault, Fabrice Drivet et Eric LeconteYves Martin-Lebrec, Jean-Michel Morisse, Michèle Lagrost et Guy MagotteLa famille Rebecchini : Olga, Jeff, Dominique et MartineAsmaa Oubou, Brahim Tlemçani, Hassan Aboutayeb, Hélène Tassain-Périé et Keltoum ClaverieFatiha Nakhli et Soufiane Yacoubi

Isabelle et Ahmed JaldiJean-Michel Guillet, Nicole et Chantal BallesterDe Gauche à droite Colette Wieser, Catherine Bidault, derrière elle, Fatima Zohra El Hajji et Eric LeconteLeila Sdigui-BrunetA table ! Les salades sont servies ! Chrtistine Alléon Jacques AlléonL’arrivée de Larbi et Andrée Mahnaoui A gauche, Christian Clabaud, de face, à droite Daniel Van Wilick et Anne Pochet Au centre, Camille Rauwel et Mehdi Moujahid

Un grand moment de gourmandise : l’arrivée des méchouis : 6 demi agneaux que tous ont appréciés !
En cuisine :et présentés à table : Un grand moment d’émotion : Michel Bronoël a demandé à quelques uns des chanteurs de la chorale Notre-Dame d’Afrique de nous interpréter, accompagnée de Johnny Monnin quelques chansons : Hallelujah de Leonard Cohen, l’orange de Gilbert Bécaud, bien sûr Happy birthday… Nous n’étions pas au courant et avons été profondément touchés. Ils ont été acclamés comme ils le méritaient par tous !

Tout le personnel nous a souhaité également un joyeux anniversaire.
A ce propos, nous tenons à les remercier pour cette soirée qu’ils ont contribué à rendre des plus agréables par leur efficacité et leur gentillesse exemplaires.et on continue avec la gourmandise : Les desserts arrivent !
Derrière le présentoir, les chefs de Crocoparc qui ont réalisé ces délicieuses merveilles ! Et un grand moment de plaisir : Johnny Hallyday était présent en la personne de Fabrice Drivet : Bravo !!!accompagné, bien sûr de Johnny Monnin :

Remarque : la photo prise ce jour n’étant pas bonne, je l’ai remplacée par une photo prises la veille au consulat.

Vidéo Live :

 Merci à tous pour cette superbe soirée que nous avons passée et qui restera inoubliable pour nous : Philippe et Christine Alléon, Ariane pour tout le travail qu’elle a effectué et pour les photos qu’elle a prises pour moi (dommage, elle a simplement oublié de faire un selfie pour qu’on puisse la voir aussi !) Merci à Leila Sdigui, à tout le personnel cuisine et serveurs de Crocoparc, à M’Bark de la boucherie du Marché Municipal qui m’a fait choisir les agneaux, à la rôtisserie de Bensergao qui les a fait cuire.
Merci à tous ceux qui sont venus nous faire le plaisir de fêter cet événement avec nous, pour leur présence, pour leur gentillesse et la générosité dont ils ont fait preuve par les cadeaux dont ils nous ont comblés.
Nous les remercierons personnellement.

 

 

Sachez tous que cette soirée, nous ne l’oublierons pas !

Des oublis à réparer pour le 14 juillet.

Tant de belles choses à voir et à déguster, tant d’amis qu’on a pu voir sur place que j’en ai oublié de parler de la décoration et des cadeaux qui ont été faits. J’essaie de réparer pour tenter de me faire pardonner.

Si les jardins du Consulats étaient si accueillants et si bien agencés, c’est grâce à Soraya Pezzotta qui a passé 2 mois de préparation et 3 jours sur place pour l’organisation et l’installation de la décoration : bravo pour cette réussite !

Le carton d’invitation était très réussi :

Il faut aussi citer Massilly qui a fait une superbe boîte cadeau pour l’occasion :

et aussi Founty Tex et WTM (Working Time Maroc) qui ont réalisé, en partenariat une magnifique écharpe cadeau :

Qu’ils veuillent bien m’excuser de cette omission !
J’espère que je n’en ai pas oublié d’autres : ce serait dommage de ne pas citer tous ceux qui ont participé à la réussite et à la belle tenue de cette fête !

 

Un très beau 14 juillet au Consulat général de France

.

Une Fête Nationale très réussie et magnifiquement organisée hier au consulat. (Dommage qu’il n’y ait qu’un 14 juillet par an !)

Dominique Doudet était là, à l’entrée, pour accueillir tous les invités qui étaient au nombre de 600 !

Un grand remerciement  à Dominique Doudet pour m’avoir mis à l’honneur, en exposant un série de mes photos du sud à l’entrée et, plus tard,dans son discours, quand il a parlé de mon blog d’Agadir.

Cette réception se tenait dans les jardins du Consulat qui ont été récemment rénovés  d’une très belle façon :

et, à l’entrée même les arbres avaient pris les couleurs de la fête :

Une délicieuse attention à l’arrivée avec une coupe de Champagne :

Et les convives arrivent petit à petit, dans les jardins

L’animation musicale était assurée par Johnny Monnin :

Une très bonne idée : avoir fait appel aux fournisseurs de la région et aux restaurateurs français d’Agadir pour ce 14 juillet afin de nous régaler :

Pascale Lorcy et ses huîtres de Dakhla (les meilleures) :

Jean-Louis Huc Bamboo Thaï :

Fabrice et Sandrine de l’Epicerie du Marché :

Photo Corto Bruno

Les innombrables toasts préparés par le Hyatt Place Taghazout :

Le Z :

Photo Corto Bruno

Photo Corto Bruno

Monsieur Ahmed Hajji, nouveau wali d’Agadir a fait à tous le plaisir et l’honneur de sa présence à cette réception :

de Gauche à droite : M. Brahim Hafidi, président du Conseil Régional Souss Massa, M. Ahmed Hajji,wali d’Agadir, M. Dominique Doudet, Consul général de France à Agadir (photo Corto Bruno)

Monsieur Dominique Doudet a prononcé son allocution, en prenant soin de remercier toutes les entreprises, associations et particuliers qui ont apporté leur aide à l’organisation de cette belle soirée.

Un beau moment :
Fabrice, le chanteur de la chorale Notre Dame d’Afrique a chanté la Marseillaiseet Karima El Maloumi a chanté l’hymne chérifien. C’est ensuite que nous avons pu assister au spectacle de musique et de danse avec, en particulier, des chansons d’Edith Piaf :

un magnifique Tango d’Evelyne Betoulle :

et la chorégraphie en Bleu Blanc Rouge préparée également par Evelyne Betoulle, les costumes sont de Lita :

Les amateurs de danse ont pu ensuite prendre possession de la piste de danse :Nous avons retrouvé ensuite Evelyne et une des danseuses (celle qui était en bleu) dans les jardins :

Au moment de partir, une photo pour les mettre un peu à l’honneur, eux-aussi, du personnel de la sécurité du consulat :

Et une vidéo tournée par Emmanuel Cavaniol (Esprit Métal) :

Baptiste Dubanchet : bientôt, la dernière ligne droite !

A la veille du 14 juillet, Baptiste Dubanchet s’approche de la Martinique dont il n’est plus qu’à 778 milles nautiques (1440 km).
si les conditions actuelles persistent, il devrait arriver au but dans moins de 20 jours !
Voici sa position à 4 heures 20 ce matin :

(Cliquez sur la carte pour agrandir)

Easyjet : Bientôt une ligne Manchester- Agadir

leconomiste.com – 12/07/2017

Easyjet : Bientôt une ligne Manchester- Agadir

.
La compagnie low cost britannique Easyjet va lancer, à partir du 1er octobre prochain, une nouvelle liaison entre Manchester et l’aéroport Agadir Al Massira. Les vols aller et retour seront opérés deux fois par semaine (mercredi et samedi) à partir de 33,99 livres, soit un peu plus de 400 DH. Les départs sont prévus à 7h35 (arrivée à 11h35) et à 14h35 (arrivée à 18h35), alors que les vols retour quittant le Maroc sont programmés mercredi à 12h20 (arrivée à 16h30) et samedi à 19h20 (arrivée à 23h30).
Sur cette liaison, Easyjet sera en concurrence avec Air Arabia et Thomsom Airways.

Agadir : Et de trois pour le Salon international de pompage solaire

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 12/07/2017

Agadir : Et de trois pour le Salon international de pompage solaire
 Il vient à point nommé pour répondre à un besoin réel en matière de développement durable
.

La ville d’Agadir accueille du 11 au 14 juillet la troisième édition du Salon international de pompage solaire, sous le thème «la gestion des changements climatiques par le développement de pompage solaire». Cet évènement dédié aux métiers de pompage solaire, de l’agriculture et de la protection des nappes s’assigne pour objectif principal de permettre aux petits et moyens agriculteurs d’améliorer leurs rendements et productions, tout en économisant l’eau et l’énergie, et aussi de pérenniser un développement économique et social.

D’après les organisateurs, le salon vient à point nommé pour répondre à un besoin réel en matière de développement durable. Et s’inscrit dans la politique du Maroc visant le développement des énergies renouvelables comme un choix incontournable, surtout que le pompage solaire permet à la fois la réduction des coûts de production et celle des émissions de gaz à effet de serre. Ces derniers tablent cette année sur une participation de plus de 100 exposants et une affluence de 10.000 visiteurs.

Cette édition prévoit plusieurs conférences pour réfléchir, échanger et préparer l’avenir d’un secteur vital pour l’ensemble des acteurs concernés. Et ce pour mieux s’arrêter sur le potentiel et les opportunités d’affaires dans le domaine de pompage solaire au Maroc et en Afrique, et découvrir les nouveautés technologiques des systèmes d’irrigation. Le salon lance également des concours d’innovation pour soutenir le développement des solutions et d’applications dans le domaine de l’énergie solaire au service de l’agriculture. Et qui ont pour vocation d’encourager l’innovation, et de favoriser l’intégration des systèmes de pompage solaire dans le monde agricole par un nombre considérable de professionnels et d’entreprises. Le salon organise une session de formation dans le domaine de pompage solaire, et qui comprend des études de cas, et des exercices de simulation de projets, qui viennent compléter le volet théorique et technique, garantissant ainsi  une compréhension de la thématique sous tous ses aspects. Des visites techniques sur des fermes exploitant le pompage solaire sont aussi prévues. Une caravane de sensibilisation à l’utilisation des techniques de pompage solaire sillonnera les provinces de la région du Souss-Massa pour initier les agriculteurs de la région aux techniques du pompage solaire.

Onze élèves représentent le Maroc à l’Olympiade internationale et le Championnat des mathématiques des jeunes méditerranéens

medias24.com – 11/07/2017

Quelque onze élèves représentent le Maroc à l’Olympiade internationale, qui se tiendra du 13 au 23 juillet à Rio de Janeiro (Brésil), ainsi qu’au Championnat des mathématiques des jeunes méditerranéens, qui aura lieu du 19 au 22 juillet à Rome, a indiqué le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Selon un communiqué du ministère, l’équipe marocaine qui prend part à ces compétitions scientifiques est composée des élèves : El Mahdi Oudaoud, Ahmed Amine Anzli, Ahmed Issni, Mamoun Benchekroun, Abdellah Marzouk, Fahd Ettahiri, Boutaina Haouas, Mohamed Hachemi, Ismail El Yassini, Maria Mohtam et Hiba Ettoudarti.

Ces élèves qui représentent les Académies régionales de l’éducation et la formation (AREF) de Souss Massa, Rabat Salé-Kénitra, Darâa Tafilalet, Casablanca-Settat et Marrakech-Safi, ont été sélectionnés suite à leur qualification à la finale de l’Olympiade nationale, organisée par le ministère du 12 au 15 avril dernier à Rabat, précise la même source.

Conformément à la loi organique du Concours général des sciences et technologies, l’équipe participante à l’Olympiade internationale des mathématiques, ainsi que les élèves ayant remporté les finales de l’Olympiade nationale de physique, biologie, mathématiques et chimie, sont qualifiés à la 8-ème édition du concours général des sciences et technologies, dont le coup d’envoi a été donné lundi, dans le domaine scientifique adéquat à celui de leur qualification.

L’Office chérifien des phosphates (OCP) prendra en charge tous les besoins financiers nécessaires à même d’assurer la participation de ces élèves à cette manifestation scientifique, dans le cadre de son soutien aux activités sociales et pédagogiques, en vertu de son partenariat avec le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ajoute la même source.

Le festival Timitar assoit sa position

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 11/07/2017

  • Il s’impose en tant que l’un des événements culturels les plus importants
  • Nécessité d’une évaluation pour cerner les vraies retombées économiques pour la région
festval-timitar.jpg
Le festival Timitar signes et cultures confirme sa position en tant que l’un des événements  culturels les plus importants au niveau national. Chaque année, il attire des milliers de festivaliers (Ph. B.T) 

 

Encore une fois, le festival Timitar signes et cultures confirme sa position en tant que l’un des événements  culturels les plus importants au niveau national. En effet, au fil des années, il est arrivé à asseoir sa position et à faire de la musique un instrument de rassemblement, d’union et de dialogue entre les cultures. Pour cette version 2017 qui s’est clôturée samedi dernier, Agadir a vibré quatre jours durant sur une musique diverse et diversifiée, alliant musiques traditionnelles et musiques actuelles.
Aussi bien du Maroc que du monde dans un esprit d’ouverture et de découverte de l’autre. Avec une part belle pour la musique  du  continent africain. Des artistes d’horizons divers se sont ainsi produits en face d’un public conquis: Oumou Sangaré du Mali, Elida Almeida du Cap Vert, Nomfusi d’Afrique du Sud,  Wiyaala (Ghana), Bruno Tatiana (Angola), Les Afrodiziac (Gabon), Mashrou’ Laila (Liban), Labess (Algérie)… Mais aussi, Brahim Ferrer Jr du Cuba, Trad Attack d’Estonie, Kiwi & the  Papaya Mangoes du Japon… Et du côté marocain, Asmaa Lamnawer, Aziz Stati, le rappeur Masta Flow, Ghany Kabaj, Hamid Bouchnak, Nouri, Najat Rajoui, Sami Ray… Maître gnaoui Majid Bekkas. Les ensembles traditionnels étaient également présents en force. Avec Ahwach Msguina, ahwacn Tfingoult, troupe Tamengoult et Mizane Tiout. Deux soirées hommage ont été organisées en reconnaissance du travail des grands rways, notamment Rayssa Fatima Tabaamrant et Rayss Hassan Aresmouk. La scène actuelle du Souss a été représentée par les Ribab Fusion, Génération Taragalt, Taragalt, Hicham Massine, Oulawen, Imarrayen, Mehdi Qamoum, Ahmed Amaynou, Asmghour…
Chaque année, le festival Timitar signes et cultures attire des milliers de festivaliers. Des journalistes nationaux et étrangers font le déplacement pour en assurer la  couverture médiatique. Ce qui permet de faire une belle promotion  aussi bien de la manifestation que de la destination Agadir. Encore une fois, les organisateurs sont sollicités par les acteurs locaux, les journalistes…pour faire une évaluation à la fin de chaque édition… Afin de concrétiser en chiffres les retombées économiques sur la région du Souss.

%d blogueurs aiment cette page :