Les agences de presse méditerranéennes se penchent à Agadir sur les défis des réseaux sociaux

medias24.com – 05/07/2017

Les mutations des agences de presse face aux défis des réseaux sociaux ont été au cœur d’un séminaire organisé mardi à Agadir par l’Alliance des agences de presse méditerranéennes (AMAN), en marge de sa 26ème assemblée générale.

Ouvrant les débats de cette rencontre, qui réunit directeurs généraux et représentants des différentes agences du pourtour méditerranéen, instances de régulation, juristes et experts, le directeur général de la MAP, M. Khalil Hachimi Idrissi, a souligné que la révolution numérique et l’irruption des réseaux sociaux ont entrainé d’énormes changements en matière de production, de transmission et de partage de l’information, indiquant que la presse traditionnelle, dont les agences de presse, se trouve obligée de s’adapter rapidement et de se réinventer tout en maintenant intact les standards de qualité, de fiabilité et de crédibilité.

Plutôt que d’y voir un risque, M. Hachimi Idrissi préfère y voir une opportunité pour s’adapter d’urgence à la révolution technologique, être versatile et flexible, estimant nécessaire un changement « non seulement de technologie mais aussi de philosophie et de mentalité « .

A la MAP, une offre a été adaptée aux sites d’information en termes de nouveaux produits d’infographie et de vidéographie, a-t-il indiqué à titre d’exemple de cette mutation, en évoquant le lancement cette année d’un projet ambitieux pour se mettre au diapason de la révolution des réseaux sociaux.

Le DG de la MAP a, par ailleurs, jugé impératif d’assurer un modèle économique viable et pérenne pour les agences de presse face à la gratuité de l’information sur internet et de légiférer pour réguler cet univers face aux risques notamment de fausses informations, une mission qui est entreprise aujourd’hui par de nombreuses nations avec le concours des grandes plateformes du web.

 » L’information de qualité coûte chère. Il faut restaurer une chaine de valeur pour garantir ce bien immatériel « , a-t-il relevé en mettant en exergue l’importance du service public rendu par les agences de presse dans lesquelles des journalistes professionnels assurent la mission de tri, de digestion et de médiateur.

 » Certes, nous ne sommes plus les plus rapides et nous n’avons plus l’exclusivité de l’information et de la parole. Mais notre métier n’a pas disparu: il y a constamment besoin de trouver l’information, la vérifier et la contextualiser. C’est une exclusivité pour les journalistes professionnels « , a poursuivi M. Hachimi Idrissi.

Abordant la thématique des droits d’auteur dans le journalisme, un des enjeux de taille, de la déferlante des médias sociaux, Antigoni Themistokleous, de l’autorité chypriote de régulation et de la radiotélévision, a estimé que la rapidité et l’interactivité qui caractérisent aujourd’hui la production et la dissémination de l’information posent une problématique de copyright, notamment pour les agences de presse.

L’intervenante a évoqué les défis, les risques ainsi que les opportunités qu’offre la révolution du Web en matière de protection du contenu, estimant que ce débat pose avec force la question de la régulation ou de l’autorégulation qui est capitale pour garantir la survie des entreprises de presse.

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s