Les remerciements du Père Gilbert Bonouvrié

 

A vous tous je dois avouer qu’il me faudrait des fleuves de
chansons ou des rivières de poèmes pour avoir la chance peut-être d’exprimer par des mots mon immense remerciement. Je voudrais que vous entendiez cependant, quand bien même je ne saurais les chanter en poèmes, les mercis innombrables qui viennent de mon cœur inondé encore de la joie très grande que vous m’avez donnée.
Trois jours de surprises merveilleuses, de chants formidables, de
présence chaleureuse, de mots inoubliables, de témoignages émouvants et même de cadeaux inattendus et magnifiques pour célébrer le jubilé de mon sacerdoce ! C’en était trop, vous l’avez peut-être perçu. Je ne pouvais que rester muet et sourire, laisser poindre parfois, au bord de mes yeux incrédules, une larme de bonheur, de ce bonheur que vous m’avez si largement offert.
J’ai été submergé par l’émotion. Merci à tous.
A dire vrai je reconnais m’être rapidement abandonné à tout ce
bonheur que vous m’offriez. Ce fut pendant trois jours comme une jubilation. Pour un Jubilé il aurait été inconvenant, n’est-ce- pas de prétendre y tant soit peu résister !
Dès le vendredi soir les voix de la chorale des étudiants africains
vibraient en moi plus fort que de coutume. Le concert était merveilleux.
L’autoroute de mon bonheur s’ouvrait avec les chants que les étudiants ont si fortement, si chaleureusement fait résonner !
Et comme d’étonnants prestidigitateurs ils ont non seulement enchanté mon cœur mais tout soudain ravivé ma mémoire, faisant revenir en images et en paroles des étudiants d’hier que j’aimais et que je croyais avec le temps à jamais disparus.
Les revoir sur l’écran, les entendre me dire leur souvenir et leur gratitude, c’était vous le saviez, me donner un plaisir intense. Soyez-en mille fois remerciés.
Mais je ne savais pas encore que mes plaisirs seulement
commençaient.
Samedi m’a donné ensuite d’autres bonheurs. Notre évêque Vincent Landel présidait la cérémonie, Le Père Daniel Nourissat, vicaire général, m’entourait avec mes amis les pères Michel Rondot et Jos Pijpers venu tout spécialement des Pays-Bas. Merci à vous.
La chorale de Suzie à laquelle se sont associés des choristes
étudiants nous a une fois encore enchantés et la messe a pris avec elle la grandeur d’une prière forte, partagée et sublime. Je remercie toutes les voix qui ont exprimé et soutenu au long de la cérémonie notre allégresse et notre recueillement.
Et que dire du dîner merveilleux qui suivit ! Je ne fus pas seulement ravi par de très belles préparations, j’ai eu avec tous le plaisir de les partager jusqu’à l’arrivée de gâteaux si magnifiques que je me suis finalement demandé s’il convenait de vraiment les manger…
Préparateurs, organisateurs, réalisateurs de ce dîner mémorable et superbe, je vous remercie.
L’atmosphère était festive et les paroles et sourires que vous
m’avez tous donnés au cours de cette soirée si belle m’ont, croyez-le, bouleversé. Vous étiez nombreux. Je vous ai tous vus, entendus, et lus aussi car des messages me sont parvenus des nombreux pays où vous êtes. Tous vos témoignages résonnent en moi. Je n’en oublierai aucun.
Qu’il me soit permis d’ajouter un remerciement plus chaleureux
encore, plus fort, plus ému s’il est possible, pour ma famille et mes amis hollandais qui se sont pour moi déplacés. J’avais besoin de leur présence et de leur affection car j’ai vécu ces cinquante ans de mission et d’apostolat avec eux aussi. Ils ont répondu au besoin que je ressentais de les associer à la fête. Je les embrasse et du fond du cœur les assure de ma profonde et affectueuse reconnaissance.
Et puis dimanche est arrivé dans un débordement de couleurs, de danses et de fraternité. Si belle Afrique, si jeune, si chatoyante !
Etudiants et choristes, vous êtes tous dans mon cœur que vous faites parfois exploser. Dominique sait superbement diriger et unir vos voix.
Son engagement et vos participations individuelles, vous le savez, me sont un réconfort et me donnent confiance en l’avenir que vous représentez. Je voudrais ici tous vous nommer et dire à chacun un merci affectueux et particulier.
Combien ce dimanche a été pour moi émouvant et attendrissant il me sera toujours impossible de vraiment l’exprimer.
J’ai été immensément touché par le fait que vous sachiez tous être là, affectueusement, jusqu’à Emmanuelle et Jean même qui ont parcouru des kilomètres pour arriver ce jour à mes côtés ! Quelle surprise !
Et puis J’ai reçu des cadeaux plus beaux encore que je n’aurais su les inventer. Je vous avais pourtant demandé de ne m’en offrir aucun et vous n’avez pas entendu … mais vous avez eu tellement raison ! Je reçois tout ce que vous me donnez avec un immense bonheur et une infinie gratitude. Vous m’avez comblé. Saurai-je mieux prier avec de si belles chasubles ? Je le crois. Alors Seigneur, merci. Et puis j’irai à Rome comme secrètement je n’osais pas l’imaginer. J’en suis tellement heureux ! Merci, merci.
J’ai entendu vos paroles, j’ai recueilli vos témoignages, j’ai lu votre amitié, j’ai reçu votre affection.
Haut et fort je clame mon bonheur et ne mets de sourdine ni à ma joie ni aux sincères et profonds remerciements que je vous envoie.

Père Gilbert BONOUVRIER
Curé de la paroisse Sainte Anne d’Agadir

Publicités

Auteur : Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

1 réflexion sur « Les remerciements du Père Gilbert Bonouvrié »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s