Archives de juillet 29th, 2017

Les fêtes de Bayonne, la suite…

.

Il ne fallait pas se lever trop tard pour pouvoir être sur place au début du programme de la journée, en ayant la possibilité de choisir de bonnes places.

Nous voici, en tenue de rigueur tous les deux :

comme les statues de l’hôtel de ville qui ont mis également leur bandana rouge :Les bandas commencent à arriver en ville et la foule remplit rapidement la place de la Liberté pour le premier spectacle de la journée : le lâcher de 6 parachutistes du 1er RPIMA de Bayonne qui doivent se poser au confluent de la Nive et de l’Adour.

Une chance : peu de nuages et très peu de vent ! L’événement suivant est le réveil du roi Léon, le roi de Bayonne qui doit apparaître au balcon de l’Hôtel de Ville à midi juste : là, le rideau est encore fermé ! Les géants arrivent pour prendre place devant l’hôtel de ville Et, c’est midi et le réveil du roi Léon appelé à grands cris par les enfants :
Regardez la vidéo :

Il faut ensuite se rendre au restaurant où nous avons réservé le déjeuner au bord de la Nive. Les rues sont pleines, c’est impressionnant ! et, des musiciens partout ! tout dans la bonne humeur :Toutes les tables se remplissent : Je ne sais pas combien de repas sont servis pendant les fêtes, c’est plein tous les jours et le chiffre doit être colossal !

Photos et vidéo M. Terrier

La fête du miel d’Imouzzer des Ida Outanane.

agrimaroc.ma – 28/07/2017

Fête du miel à Imouzzar Ida Outanane

Imouzzer des Ida Outanane, commune rurale de la province d’Agadir, organisera du 10 au 12 août la fête du miel.

La commune d’Imouzzar Ida Outanane sera au rendez-vous, du 10 au 12 août, avec son festival annuel du miel. A la clé de cet évenement ; un riche programme d’activités économiques, sociales, artistiques, culturelles et éducatives.

La foire est initiée par la Fédération Al Ahd Al Jadid pour le développement et le Conseil préfectoral d’Agadir Ida Outanane, en collaboration avec le conseil régional Souss-Massa et d’autres partenaires. Cette édition prévoit une foire comportant des stands équipés permettant aux professionnels d’exposer et de vendre leur variété de miel et ses dérivés, ainsi que d’autres produits du terroir.

A aller voir !

Ait Baâmrane / Cactus : L’or vert pour développer l’agriculture solidaire

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/07/2017

  • Une superficie totale de 45.000 ha produisant près de 360.000 tonnes de fruits
  • La filière, principale source de revenu pour la population

or-vert.jpgLa qualité gustative des figues de barbarie d’Ait Baâmrane et sa tardivité par rapport à la production d’autres régions marocaines, ont rendu les figues de cette zone très populaires et fortement appréciées. C’est la raison pour laquelle elle occupe une bonne place sur le marché national (Ph. ONUDI)

AKNARI, Karmous… autant d’appellations pour désigner la figue de Barbarie, tant prisée par les consommateurs. Au Maroc, 50% de la production nationale est concentrée à Ait Baâmrane avec une superficie de 45.000 ha produisant près de 360.000 tonnes de fruits (Soit un rendement de près de 8 tonnes par hectare). Et une contribution à 57% de l’activité agricole de la région. Afin de promouvoir les produits de la région et particulièrement la figue de barbarie de l’unité de conditionnement de Sidi Ifni, une visite est organisée ce vendredi par l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (ONUDI) au Maroc. Elle s’inscrit dans le cadre du projet d’Accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT), initié et suivi par l’ONUDI, agent d’exécution de ce projet. En partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et l’Agence de Développement agricole (ADA). Le PAMPAT, lancé en 2013, est financé par le Secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO) du gouvernement suisse. «Ce projet vise à améliorer la performance, l’accès aux marchés (national et export) et les conditions socio-économiques des opérateurs de deux filières de produits de terroir», explique Abdelali Berrada, expert en Réseaux d’entreprises et Cluster. «La filière argane pour les régions d’Essaouira et Souss Massa et la filière cactus/figue de barbarie d’Ait Baâmrane pour la région de Sidi Ifni», a-t-il ajouté. Ces deux filières jouent ainsi un rôle important pour le développement de l’agriculture solidaire dans ces deux régions. Il faut préciser que le PAMPAT Maroc, s’aligne sur la stratégie du développement des produits de terroir du Plan Maroc Vert (PMV), avec un appui concret aux efforts de l’ADA. Ce soutien concerne l’amélioration de la performance des chaînes de valeurs des produits de terroir; la structuration des groupements de producteurs et le renforcement de leurs capacités de production techniques et des compétences transversales; la promotion des labels. Et la commercialisation des produits tant sur le marché national qu’à l’international. Le projet PAMPAT s’inscrit dans le cadre de l’intérêt de SECO à contribuer au développement du secteur agro-alimentaire en Afrique du Nord. En particulier au Maroc et en Tunisie, ainsi que les échanges d’expérience avec des pays de la région. De même que le partage de l’expérience marocaine dans d’autres pays d’Afrique en matière d’Indication géographique (IG)/Appellation d’Origine contrôlée (AOC). Il faut noter que le projet suit une approche globale de chaîne de valeur ciblant l’ensemble des activités qui déterminent la performance d’une chaîne, de l’amont à l’aval. Soit de la production et fourniture des intrants à travers la transformation et les services d’appui jusqu’au marché final, est-il indiqué.
Pour rappel, le programme de la journée de ce vendredi prévoit des visites aux coopératives de transformation, à l’unité de conditionnement des fruits frais de figues de barbarie de Sidi Ifni et aux champs de cactus. Des rencontres avec des agriculteurs et discussion avec les responsables pour un éventuel partenariat commercial sont aussi au menu.

Une offre diversifiée… Présentation de l’offre produit de la filière

■ Offre en fruits frais de figues de barbarie en vrac ou conditionnés selon les spécifications demandées.
■ Offre de produits à base de cactus: huile de grains de figues de barbarie, farine de raquette fraîche, tisane de fleurs, macérat de fleurs, macérat de raquettes, savon…

Principale source de revenus

LA qualité gustative des figues de barbarie d’Ait Baâmrane et sa tardivité par rapport à la production d’autres régions marocaines, ont rendu les figues de cette zone très populaires et fortement appréciées. C’est la raison pour laquelle elle occupe une bonne place dans le marché national. Avec ses deux variétés: Aissa la précoce, à partir du mois de juillet; et Moussa la tardive dont la production s’étale jusqu’au mois de janvier. Véritable pilier de l’économie locale, la filière emploie 2.800 producteurs. Qui, avec leurs familles, représentent près de 13.500 personnes. L’abondance de la matière première dans la région ouvre le champ pour une industrialisation et ceci par la valorisation des raquettes de cactus et fruits en plusieurs produits dérivés. Aujourd’hui, les producteurs de la région d’Aït Baâmrane continuent à planter et à déployer davantage d’efforts pour augmenter la production et produire un fruit de qualité. Le cactus demeurant la principale source de revenu pour la population et le pilier majeur de l’économie dans cette zone.

 

Le Salon de l’immobilier d’Agadir souffle sa quatrième bougie

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 28/07/2017

Le Salon de l’immobilier d’Agadir souffle sa quatrième bougie

L’immobilier sera de nouveau à l’honneur à l’occasion de la quatrième édition du Salon de l’immobilier d’Agadir (Almogar N’laaqar), et qui connaîtra la participation de 40 exposants.


Après trois éditions réussies, le Salon de l’immobilier d’Agadir se tiendra de nouveau à l’initiative de Ines Events à la Chambre de commerce, d’industrie et de services du Souss-Massa, du 1er au 6 août sous le thème : «Vers une nouvelle vision d’un habitat à basse consommation énergétique».

Selon les organisateurs, suite au discours royal de la Fête du Trône de juillet 2009, année où a été initié le projet de la Charte nationale de l’environnement et du développement durable (CNEDD), le Salon de l’immobilier dans sa quatrième édition se projette dans le vert, dans l’objectif de promouvoir l’habitat ainsi que les solutions d’économie d’énergie. Et d’ajouter que l’évènement se veut un carrefour d’échange avec les futurs acquéreurs, et également pour faire connaître de nouveaux produits, augmenter la visibilité des opérateurs locaux, être à l’affût des attentes réelles des acheteurs, établir des contacts directs et personnalisés avec les futurs clients, et participer au respect de l’environnement.
Pour y arriver, le Salon met en place trois nouveaux espaces ; le premier réservé aux promoteurs immobiliers, organismes bancaires et agences immobilières, le deuxième aux promoteurs de l’énergie renouvelable, et des solutions économiques, et le troisième sera consacré aux journées d’études.

Plus de 40 exposants seront présents dont des promoteurs locaux et nationaux, organismes bancaires et assurances, promoteurs de l’énergie renouvelable, société de construction, agences immobilières, décorateurs et pépinières. Le Salon proposera une gamme variée de produits ; logements économiques, haut et moyen standing, lots de terrain, décoration et aménagement intérieur, ainsi que des produits d’économie d’énergie.
Le programme du Salon comprend des journées d’études organisées par la Confédération générale des entreprises du Maroc, le Centre régional d’investissement de la région du Souss-Massa, et sarouty.ma, et qui porteront sur différents thèmes concernant l’habitat et l’économie d’énergie notamment «L’habitat social face aux changements climatiques, quelles mesures adopter pour atténuer les impacts sur l’environnement ?», «Eco-habitat : tous pour un environnement plus sain et plus durable», «L’habitat sobre en énergie :
clé de la lutte contre les changements climatiques» et «Energie et changements climatiques : à propos de deux évolutions opposées».

Souss Massa/Investissement: Le Grand Agadir se place en tête

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 28/07/2017

  • Il accapare 51% des montants engagés
  • Les projets touristiques prédominent

grapg.jpg

37 : C’est le nombre de projets d’investissement examinés par la Commission régionale d’investissement et de dérogation de la Région Souss Massa. Sur ce chiffre, 29 projets (78,3%) d’un montant global de près de 1,15 milliard de DH ont reçu un avis favorable. Ils représentent 1.487 emplois à créer. Par contre, 8 projets (représentant un taux de 21%) ont été refusés. Les motifs de rejet sont aussi bien d’ordre juridique, technique qu’économique. Ils concernent essentiellement la faible valeur ajoutée du projet, l’indisponibilité du terrain demandé, ou la non-conformité avec les dispositions du Plan d’aménagement, nous indique-t-on du côté du Centre régional d’investissement (CRI) Agadir Souss Massa. Il faut préciser que l’analyse territoriale régionale des projets d’investissement fait ressortir que c’est le Grand Agadir qui se place en tête avec 51% des montants engagés. Il est suivi par la province de Tiznit avec 34% et la préfecture Inezgane Ait Melloul avec 12%. Les provinces de Chtouka Ait Baha et Taroudant viennent loin derrière avec respectivement 0,86% et 0,17% du volume d’investissement global approuvé. En termes de montant d’investissement, l’analyse sectorielle démontre la prédominance des projets touristiques avec près de 440 millions de DH des projets engagés. Viennent ensuite les projets de services avec 205 millions de DH, les projets de BTP avec 307 millions de DH et enfin les projets commerciaux avec près de 300 millions de DH. En termes de nombre, la commission a approuvé 12 projets relevant du secteur des services, 10 du secteur touristique, 4 projets commerciaux et 3 projets relevant du secteur du BTP. A noter que le secteur du tourisme générera le plus grand nombre d’emplois avec près de 740 postes prévus, et celui des services près de 315 postes. La Commission régionale d’investissement et de dérogation réunie mercredi dernier a donné un avis favorable à la société Madef. Pour l’augmentation de son Coefficient d’occupation du sol (COS) de 0.206 à 0.223. Ce qui va lui permettre la réalisation d’un hôtel 5* sous l’enseigne Hyatt Regency dans la station touristique balnéaire Taghazout Bay. L’établissement, d’une capacité de 205 chambres, sera  étalé sur une superficie de 8 hectares sur le front de la bande côtière, et permettra d’engendrer près de 200 emplois directs et 100 indirects. Dans le secteur sanitaire, les projets retenus par la commission viendront consolider l’offre touristique de bien-être de la région. Avec deux cliniques privées dont une spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brulés et esthétique, pour un montant d’investissement de 38 millions de DH et une capacité de 24 chambres et 6 suites. La deuxième clinique, d’une capacité de 60 lits et d’un investissement de près de 60 millions de DH, sera dédiée à la radiothérapie et chirurgie plastique.

Le BTP a toujours la cote…

Le secteur de logement continue à réaliser des montants importants en termes d’investissements engagés. Parmi les projets validés dans ce secteur, le projet porté par la société Al Omrane Agadir. Il est relatif à la réalisation d’une résidence fermée d’habitat au  niveau du quartier Tilila. Consistance: 14 villas et 140 logements pour une enveloppe budgétaire de près de 157 millions de DH. Par ailleurs, l’éducation n’est pas en reste puisque 6 projets d’enseignement scolaire et préscolaire pour un total d’investissement de l’ordre de 13 millions de DH ont reçu un avis favorable. Ils  permettront la création de plus de 58 postes d’emploi. Dans le même secteur, la réalisation d’une cité internationale d’étudiants est prévue pour un investissement de près de 68 millions de DH. La structure sera implantée près du CHU, sera composée de 568 chambres dont 16 pour les personnes à mobilité réduite.

%d blogueurs aiment cette page :