Marché de Noël de l’ADFE les 9 et 10 décembre 2017

.

.

.

.

Publicités

Agriculture : Tiznit accueille le 2ème Salon national des parcours

aujourdhui.ma – 29/11/2017

Agriculture : Tiznit accueille le 2ème Salon national des parcours

La ville de Tiznit accueille, à partir de ce mercredi, la deuxième édition du Salon national pour le développement des parcours organisé par le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Placée sous le thème «La nouvelle loi de pâturage au service du développement durable des parcours», cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale pour le développement des parcours et la régulation des flux transhumants. Elle a pour ambition, entre autres, la valorisation des filières bovine, caprine, ovine, et le développement socio-économique des pâtres, indique un communiqué de la direction régionale de l’agriculture de Tiznit. Edifié sur une superficie de 10.000 m²,
dont 4.000 m² couverte, le salon qui se poursuit jusqu’au 3 décembre comprend des espaces de conférences portant sur la préservation de cette richesse et la mise en valeur des conditions de vie des populations locales, ainsi que des stands pour présenter le potentiel des différentes régions comptant les parcours pastoraux au Maroc, en l’occurrence l’Oriental, Drâa-Tafilalet, Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab. Le pâturage représente l’une des principales sources de revenus des activités agricoles dans ces régions.

Dans le cadre du Plan Maroc Vert, le programme national initié par le département de l’agriculture se fixe pour objectifs notamment d’améliorer les conditions de vie des populations locales et réduire les effets négatifs sur l’environnement du surpâturage.

 

Le vaisseau américain USS Vella Gulf en escale à Agadir

h24info.ma – 30/11/2017

Le vaisseau américain USS Vella Gulf (CG72) effectue, depuis le 28 novembre, une escale au port d’Agadir pour une visite programmée dans le cadre du renforcement des relations entre les États-Unis et le Maroc.

Cette escale, qui se poursuit jusqu’au 2 décembre, s’inscrit dans le cadre de «la coopération mutuelle des deux nations pour le renforcement de la sécurité et de la stabilité régionales». Vaisseau de défense aérienne comptant un équipage de 342 membres, l’USS Vella Gulf est au Maroc pour des exercices conjoints avec la Marine Royale.

Le capitaine du vaisseau, Robert Thompson, a indiqué que «l’équipage du navire est heureux de renforcer ses liens avec ses partenaires marocains à travers la découverte de la riche histoire marocaine».

Souss-Massa/Java occidental : La coopération sur de bons rails

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 29/11/2017

  • Agriculture, tourisme, pêche, investissement, appui aux PME… les pistes de collaboration
  • Le partenariat fait suite au mémorandum d’entente conclu en avril dernier

Résultat de recherche d'images pour "Souss-Massa/Java occidental"

Bonne issue pour les Journées économiques de Java occidental qui se sont scellées, la semaine dernière, par la signature d’un accord de partenariat entre la Région Souss-Massa et la Province de Java occidental. Les domaines de coopération communs porteront sur le commerce, le développement de l’investissement, l’agriculture, le tourisme et la pêche maritime. En plus de l’appui aux PME-PMI, la culture, le développement des ressources humaines, de  l’éduction et de la formation.

Pour une meilleure application de cette convention, les parties se sont engagées pour la mise en œuvre, dans exactement six mois, d’un plan d’actions en concordance avec les axes retenus. A cet égard, un comité mixte de travail sera désigné afin d’évaluer les activités ainsi que les projets qui seront lancés dans le cadre de cet accord.

A noter que cette visite d’institutionnels et chefs d’entreprises indonésiens de la Province de Java occidental, en prospection durant deux jours à Agadir, a été précédée en avril dernier d’un mémorandum d’entente conclu entre Brahim Hafidi, président de la Région Souss-Massa, et Ahmad Heryawan, gouverneur de la Province de Java occidental en Indonésie.

Elle a été organisée par le Conseil régional du Souss-Massa en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et de services de la région (CCIS), l’ambassade d’Indonésie au Maroc et le Gouvernement de la Province de Java occidental. Les Journées économiques se sont ainsi déclinées sous forme de séminaires de présentation des potentialités  économiques de la Région Souss-Massa, de séances de travail B to B ainsi que de visites d’entreprises représentant les secteurs porteurs au niveau régional. Un espace d’exposition à la CCIS Souss -Massa a de même permis au grand public  de découvrir les atouts culturels indonésiens et les potentialités économiques de l’île à travers différents secteurs, dont le textile, l’artisanat, l’art culinaire…

Pour rappel, Java occidental est une province située comme son nom l’indique dans la partie occidentale de l’île éponyme. Elle a pour capitale Bandung et compte plus de 47 millions d’habitants. Cette province enregistre le taux de croissance le plus élevé en Indonésie  à savoir 5%, avec une forte contribution aux secteurs économiques en termes de PIB  à hauteur de 43% pour l’industrie, et respectivement 41% et 9 % pour les services et l’agriculture.

Championnats du Maroc Srixon juniors de golf : Les meilleurs espoirs brillent à Essaouira

Y. M. – lematin.ma – 28/11/2017

La cérémonie de remise des prix a été présidée par  le président de la Commission sportive de la FRMG.La cérémonie de remise des prix a été présidée par le président de la Commission sportive de la FRMG.

Le Golf Mogador d’Essaouira a accueilli, les 25 et 26 novembre, les Championnats du Maroc Srixon Juniors, une épreuve qui a convié plus d’une centaine de joueuses et joueurs représentant quinze clubs marocains affiliés à la FRMG.

Les meilleurs golfeurs espoirs d’une quinzaine de clubs marocains se sont donné rendez-vous au Golf Mogador d’Essaouira, où s’est tenue l’édition 2017 des Championnats du Maroc Srixon juniors avec la participation de plus d’une centaine de joueuses et joueurs.
La catégorie phare, celle des Juniors, a été dominée par Amine El Kharraz du Palm Golf Casa qui a bouclé les tours avec 158 coups, suivi d’El Houcine Nid Taleb (Royal Golf Agadir, 159 coups) et Saad Fatmi (RGAM, 161 coups).
Chez les cadets, la première place est revenue à Bourehim Mohd Nizar (Tony Jacklin Casa, 155 coups), qui a devancé Ilyas Roudani (Golf Mogador, 157 coups) et Hicham Jabraoui (Tony Jacklin Marrakech, 161 coups).
Malik Laghjichi (Golf de l’Océan, 155 coups) a survolé la catégorie des Minimes, doublant Mazen Hugoo Trometter (Palm Golf Casa, 157 coups) et Boujemaâ Sbika (Océan Agadir, 157 coups).
Dans les catégories des plus petits, Abderrahman Fakori du RGAM a été déclaré vainqueur chez les Benjamins, Chadi William Trometter (Palm Golf Casa) chez les Poussins et Belatar Yasser (Royal Golf d’Agadir) chez les enfants.
La cérémonie de remise des prix a été chapeautée par le président de la Commission sportive de la FRMG, Jalil Benazzouz, avec la participation du directeur du Golf, Régis Verheyden, ainsi que le représentant du ministère de la Jeunesse et des sports, Abdelkabir Belefnoun, et le représentant du sponsor Srixon, Nicolas Gleize.

AGADIR-PÊCHE : FORMATION AU PROFIT DE 11 PAYS AFRICAINS

par Yassine Saber – leseco.ma – 29/11/2017

Inscrit dans le cadre de la coopération tripartite, le stage régional de formation concerne le développement de la chaîne de valeur dans le secteur de la pêche artisanale. 11 pays africains francophones participent à ce stage.

C’est en ce début de semaine que le stage régional de formation sur le développement de la chaîne de valeur dans le secteur de la pêche artisanale a été lancé à l’Institut supérieur des pêches maritimes (ISPM) d’Agadir, et ce dans le cadre du projet de coopération tripartite visant le développement des capacités des ressources humaines des pays africains francophones dans le secteur de la pêche maritime.

Initié par le département de la Pêche maritime en collaboration avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), ce stage de 18 jours permettra la formation de cadres issus de 11  pays africains francophones. Il s’agit du Bénin, Cameroun, Congo-Brazzaville, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Madagascar, Mauritanie, Sénégal, Togo et Union des Comores. «Cette session de formation fait suite à la rencontre qui vient de s’achever, la semaine dernière, à Agadir et aborde comme problématique la commercialisation de produits de la pêche faiblement valorisés et dont les propriétés sanitaires et qualitatives sont amoindries», explique Azzeddine Belrhazi, chef du Projet de développement des capacités des ressources humaines dans le secteur de la pêche maritime dans les pays africains francophones PRECAF. Ce programme sera également enrichi par la présentation des rapports pays pour chaque participant en vue d’appréhender les spécificités des secteurs de la pêche en Afrique francophone et par des visites d’études et d’information.

Par ailleurs, il convient de rappeler que le projet «PRECAF-Pêche» bénéficie de l’appui et du soutien de la JICA et de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI). Ce stage s’inscrit dans le cadre de la coopération tripartite «Maroc-Japon-Pays d’Afrique francophone». Il constitue le prolongement des précédentes sessions réalisées du programme de travail adopté pour la 3e phase du Projet de coopération tripartite «PRECAF-Pêche» (2017-2018).

L’auteur de la pétition contre la construction d’une mosquée à Agadir s’explique

Par Abir El Adnani – h24info.ma – 29/11/2017

 

Lancée jeudi dernier, la pétition contre la construction d’une mosquée à Agadir a beaucoup fait parler d’elle. Mohamed Reda Taoujni , qui est derrière cette pétition, nous éclaire sur les raisons et les conséquences de sa démarche.

Tout commence lorsque sur la route entre Agadir et Taghazout, Mohamed Reda Taoujni découvre une grande pancarte sur laquelle figurait un appel au dons. « On y demandait de l’aide pour  collecter des fonds pour la construction d’une mosquée. Le montant 35.800.000 m’a interpellé. Je connais le quartier, il a été construit pour reloger les gens qui habitaient des bidons villes donc c’est un quartier très fragile, où il n’y a pratiquement rien… Consacrer un montant aussi énorme que 35.800.000 de dirhams pour la construction d’une mosquée est aberrant  » nous déclare Mohamed Reda Taoujni.

 Une fois lancée, la pétition fait vite le tour du web et est signée par plus de 800 personnes en une semaine. Mohamed Reda nous assure qu’elle a été bien accueillie chez les habitants d’Agadir qui ont encouragé l’initiative.  » A Agadir, il y a eu la mosquée El Houda, en construction depuis cinq ans parce qu’elle faisait 10.000 m2 et qu’on n’a jamais pu finir. Les habitants ont beaucoup encouragé notre initiative parce que justement ils ne veulent pas voir ce scénario se répéter » nous a-t-il souligné.
 .

La colère de l’association « construction de la mosquée Ibn Tachfine »

 Mais si les habitants d’Agadir voient du bon œil  la pétition, l’association « Construction de la mosquée Ibn Tachfine » est toujours mobilisée. Dans une lettre envoyée à différents responsables dont le procureur du roi du tribunal de première instance d’Agadir, les membres de l’association dénoncent la pétition qu’ils décrivent comme étant « une entrave au bon déroulement de leur projet ».  » Ce qui fait d’une personne un bon musulman ce n’est pas de bâtir une mosquée, mais plutôt d’être tolérants et d’accepter les idées des autres. Dans la lettre, ils devaient au moins montrer qu’ils avaient compris l’idée derrière cette pétition au lieu d’attaquer et de menacer de poursuivre en justice les personnes qui étaient derrière elle » nous a confié Mohamed Reda.

Pour voir un peu l’état d’esprit des membres de l’association qui veulent construire la grande mosquée du haut Anza à la région d’Agadir pour la bagatelle somme de 3 milliards et 600 millions de dirhams, ils ont publié un communiqué farfelue sans aucun sens puisqu’ils parlent de détourner l’argent de la construction de la mosquée vers d’autres projets!!! Messieurs de grâce, qui a parlé de détournement? Je ne « doute pas de votre sincérité » mais il est aberrant de construire un édifice religieux alors que le quartier manque de tout, c’est un quartier fragile qui mérite l’attention de tous et si bénévoles y’a, faut les orienter vers le financement des écoles, des associations de soutiens aux diabétiques, aux handicapés, aux cancéreux,… ou une bibliothèques, un hôpital, des espaces verts… mais vous manquez de tous dans ce quartier pauvre à forte condensation en habitants. Hchouma alikoum, parler de détournement et de plaintes judiciaires, d’entraves religieuses, je crois que vous ne donner l’exemple de vrai musulmans aux valeurs musulmanes.
De mon côté par fairplay, je publie le bizarre communiqué et je continue avec mes amis(es) mon combat…

Aucun texte alternatif disponible.

Et de poursuivre:  » Je n’ai en aucun cas accusé l’association de détournements de fonds d’argent, je ne comprends pas pourquoi ils en parlent dans leur lettre. Mais sur ce sujet, l’Etat devrait contrôler un peu plus les dons en général. Comme les donateurs refusent de déclarer publiquement leurs noms, c’est plus facile de faire des montants ce qu’on veut (…) On ne demande pas d’éradiquer la mosquée, mais d’opter pour une mosquée simple avec  un budget moins important et soutenir des projets plus prioritaires. En plus, il y a déjà deux mosquées dans ce quartier qui est très pauvre »

Mohamed Reda Taoujni a par ailleurs envoyé une lettre au roi Mohamed VI pour demander son intervention pour que le Ministère des Habous encadre les bénévoles qui souhaiteraient construire des mosquées grandioses, suivant des études de besoins définies dans les quartiers ou villes où ils souhaitent les construire.

%d blogueurs aiment cette page :