Archives de novembre 6th, 2017

Célébration de la Marche Verte (Histoire)

libe.ma – 06/11/2017

Une marche continue vers davantage de développement

Célébration du 42ème anniversaire de la Marche Verte

 

Avec patriotisme et fierté, le peuple marocain célèbre aujourd’hui le 42ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte qui restera à jamais gravé dans la mémoire de tout un chacun comme une épopée à nulle autre pareille et une illustration parfaite de la détermination du Trône et du peuple à conforter sa souveraineté et à recouvrer son intégrité territoriale.

Munie de la seule foi en la justesse de sa cause et brandissant le Livre Saint et le drapeau national, une marée humaine de 350.000 volontaires civils, en provenance de toutes les régions du Royaume, a répondu de manière spontanée à l’appel lancé par Feu Hassan II et convergé vers Tarfaya.
Cette glorieuse marche populaire a permis de hisser, le 28 février 1976, le drapeau national sur la ville de Laâyoune et d’intier une dynamique qui ne s’est jamais démentie depuis lors. Sous la conduite éclairée de S.M le Roi Mohammed VI, nos provinces sahariennes ont, en effet, franchi une nouvelle ère à la faveur du nouveau modèle de développement global initié par le Souverain et doté d’une enveloppe budgétaire de 77 milliards de dirhams.
Ce modèle, qui permet d’asseoir les bases d’une politique intégrée favorisant le renforcement du rayonnement du Sahara comme pôle économique et trait d’union entre le Maroc et son prolongement africain, aspire à créer des opportunités d’emploi, de consolider le développement intégré et de promouvoir la dimension culturelle en se basant sur une gouvernance responsable dans le cadre de la régionalisation avancée.
Dans la même optique, il convient de mentionner l’ambitieux projet de la régionalisation avancée  fondée sur une implication directe des citoyens dans les prises de décision et dans la conduite des actions visant son propre épanouissement sociopolitique, culturel et économique.

 

UNE MARÉE HUMAINE DE 350.000 PERSONNES

Célébration du 42ème anniversaire de la Marche Verte

Le 6 novembre 1975 à l’aube, un cortège de 350.000 Marocains s’ébranle dans le désert pour une marche qui durera plusieurs jours. « Cela correspond au nombre de naissances annuelles au Maroc, a expliqué Feu S.M Hassan II. J’ai pensé qu’il m’était permis d’engager la moisson solennelle que Dieu nous donne pour ramener à la Patrie une terre que nous n’avons jamais oubliée» .
Le Souverain entendait libérer nos provinces sahariennes de la présence espagnole, comme l’avait promis son père au lendemain de l’Indépendance du Maroc. Le 26 septembre, il a informé les gouverneurs de son projet lors d’une réunion à huis clos. Près de 700 fonctionnaires sont ensuite mis dans le secret pour suivre une formation spéciale accélérée. Ils apprennent la raison de cet entraînement clandestin le 16 octobre à 18 h 30 lors du discours de Feu S.M Hassan II qui révèle au monde entier son plan pour la libération de nos provinces sahariennes.
Quelques heures plus tôt, la Cour de justice de La Haye s’est prononcée sur les arguments présentés par le Royaume. Le tribunal international confirme que le Sahara n’était nullement une terra nillius et que des liens unissaient les Sahraouis au Maroc avant la conquête espagnole de 1884. Couvrant la voix des juges, des centaines de véhicules roulent déjà pour acheminer vers les provinces du Sud les tonnes de matériel et de vivres nécessaires à l’opération.
Trains, avions et navires participent au ballet logistique. Le 23 octobre, le premier convoi de marcheurs prend position à Tarfaya. Le 6 novembre au petit matin, la Marche Verte, ou opération Fath est lancée : les 350.000 soldats de cette armée pacifique s’élancent dans le désert embarqués à bord de milliers de cars et de camions pour une démonstration qui durera jusqu’au milieu du mois. Des portraits du Souverain, qui a volontairement placé la Marche sous les couleurs de l’islam, et des milliers de Corans sont brandis par la marée humaine qui croise en chemin les premières garnisons espagnoles évacuant la place.
Par les Accords de Madrid signés le 14 novembre 1975 avec le Maroc et la Mauritanie, l’Espagne abandonne ainsi ses possessions sahariennes.

.
UNE JOURNÉE MÉMORABLE

Célébration du 42ème anniversaire de la Marche Verte

Les Marocains célèbrent, ce 6 Novembre, l’anniversaire de la Marche Verte, une épopée qui illustre un événement consacrant le loyalisme à l’histoire et le patriotisme d’une nation, du sommet à la base, aussi fermement attachée à son unité nationale et territoriale que le corps à l’âme.
En plaçant l’unité avant toute chose, le Maroc, en tant qu’Etat fidèle à son histoire millénaire et à son identité arabo-islamique et africaine, ne fait que défendre les valeurs du droit, de la légalité, de la dignité et de la liberté en rejetant toute idée de morcellement et de division.
La Marche Verte fut un événement historique unique en son genre et dans sa philosophie, un moyen de libération et d’unité et une référence en matière de lutte pacifique des nations et des peuples pour le recouvrement de leurs droits spoliés. Cette oeuvre originale a réussi grâce à l’ingéniosité de son initiateur, Feu S.M Hassan II, et au talent d’un peuple, qui a marqué ce rendez-vous historique par une adhésion spontanée à un processus libérateur dicté par une volonté d’unir les fils d’une même nation.
Plaçant l’intérêt et l’unité de la nation au-dessus de toute considération, le regretté Souverain, connu par sa sagesse et sa clairvoyance, n’a pas hésité, dès qu’il a eu connaissance de l’initiative unilatérale de l’Espagne concernant l’avenir du Sahara marocain, à transmettre au général Franco, en juillet 1974, un message le mettant en garde contre toute attitude visant à porter atteinte à l’unité territoriale du Royaume, avant d’annoncer, en septembre de la même année, sa décision de consulter la Cour Internationale de Justice (CIJ) de La Haye.
L’initiative du Réunificateur du Royaume avait un double objectif. Mettre hors-jeu toute manœuvre colonialiste et déclencher, par le canal de la légalité internationale, un processus diplomatique visant la libération du Sahara sans coup férir. Soulignant l’existence des liens de la Beiâ entre le Maroc et ses fils dans le Sahara, l’avis rendu par la Cour Internationale de Justice, le 16 octobre 1975, a ouvert juridiquement au Maroc les portes de son Sahara, renforçant ainsi ses positions sur le plan international.
Feu S.M Hassan II avait gravé à l’esprit le testament de son père, S.M Mohammed V, dans lequel le père de l’indépendance déclarait en substance :
« (…) Je te recommande ton pays bien aimé, ta patrie le Maroc (…). Sauvegarde son indépendance, défends son unité historique et territoriale. Ne tolère pas qu’il soit porté atteinte d’un pouce à sa liberté et à son intégrité. Prends garde d’accepter aucun marchandage quant à sa sécurité et celle de ses habitants. A l’heure du danger, et quand l’ennemi menacera ton pays, sois à la tête de ses défenseurs (…) ».
Une recommandation à laquelle S.M le Roi Hassan II est resté fidèle avec un sens profond de patriotisme et de loyalisme, au service de la nation et de son unité. Dès l’aube de son Indépendance en 1956, le Royaume n’a cessé d’œuvrer pour le parachèvement de sa souveraineté nationale sur les parties encore sous domination coloniale. La rétrocession de Tarfaya et Sidi Ifni, respectivement en 1958 et 1969, et la récupération des provinces sahariennes grâce à la Marche Verte, en 1975, sont le fruit d’une revendication légitime soutenue dans le cadre du processus du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume.
La commémoration de l’anniversaire de la Marche Verte évoque le souvenir d’une journée mémorable qui a scellé l’engagement sans faille du Trône envers une nation attachée à son unité et pour un Maghreb arabe fondé sur une unité constructive et non sur des slogans trompeurs.
Journée historique, le 6 Novembre fut également un événement distingué de l’Histoire du Maroc, car il a permis aux Marocains de libérer leur Sahara avec pour seules armes le livre sacré du Coran, la foi et le drapeau national.

 

LA FAMILLE ROYALE EN PREMIÈRE LIGNE

Célébration du 42ème anniversaire de la Marche Verte

Le 42ème anniversaire de la Marche Verte est une occasion pour nous rappeler que cet évènement historique phare est la concrétisation d’un défi national où l’illustre famille Royale s’est mise à l’œuvre, dans un élan de solidarité et d’engagement sans faille en faveur des causes nationales.
Son engagement restera certes gravé en lettres d’or dans l’Histoire du Maroc, comme en témoignent le corpus médiatique très riche et la littérature abondante sur ce sujet.
Feu S.M Hassan II, qui a annoncé au monde entier la détermination du Maroc à organiser la Marche Verte, fruit du génie d’un grand Souverain, pour parachever son intégrité territoriale, avait tenu à être le premier à s’inscrire sur les listes des volontaires devant participer à cette épopée mémorable.
En effet, le regretté Souverain était en tête des 350.000 citoyens ayant répondu à l’appel de la patrie et du devoir pour récupérer le Sahara, dont 10% de femmes, donnant ainsi l’exemple aux Marocains, mais également aux membres de l’illustre famille Royale qui a témoigné d’un grand intérêt pour cette Marche pacifique.
Ainsi, S.M le Roi Mohammed VI, à l’époque Prince Héritier, avait présidé la cérémonie de départ des 25.000 volontaires de la province de Marrakech qui devaient gagner Tarfaya en vue de participer à la glorieuse Marche Verte vers le Sahara.
Dans une allocution de circonstance, il avait transmis aux volontaires la bénédiction du leader de l’action unificatrice, Feu S.M Hassan II, ainsi que le souci du Souverain de les voir rejoindre dans l’ordre les autres contingents des différentes régions du Maroc.
Pour sa part, S.A.R la Princesse Lalla Malika, présidente du Croissant-Rouge marocain (CRM), avait accueilli, un après-midi du 24 octobre à Tiznit, le convoi des volontaires de la province de Taza et quatre jours après, elle s’était rendue en visite d’inspection à l’hôpital de la ville et reçu un infirmier de réanimation volontaire venant d’Oujda à bord d’une ambulance équipée pour participer à la Marche Verte.
Elle avait également reçu une délégation des femmes de Tiznit qui se sont portées volontaires pour se joindre à celles venant du Nord pour se rendre au Sahara marocain et donné ses instructions aux autorités de la province de Tiznit pour la constitution d’un comité provincial du CRM dans la ville.
Le 30 octobre, elle avait présidé, à Tiznit, une séance de travail regroupant les membres du CRM et les responsables des secouristes qui participaient à la marche pacifique et donné ses instructions pour l’installation de six nouveaux camps de secouristes à Tarfaya.
Ainsi, le CRM, qui avait fait don aux autorités de Tiznit d’un matériel de camp, disposait d’un camp à Ouarzazate, un autre à Taroudant, un centre à Agadir, un camp à Ait Melloul, un à Bou Izakarne, un à Guelmim, un centre à Tan-Tan, six centres à Tarfaya en plus du centre principal à Tiznit.
Son Altesse Royale avait effectué également une visite d’inspection des camps de secouristes dépendant du CRM installés à Ait Melloul et donné ses instructions pour continuer l’activité du secourisme au profit des marcheurs de la paix et octroyer l’aide matérielle nécessaire à ces volontaires.
Après Tiznit et Agadir, elle s’était rendue à Tarfaya à la tête d’une importante délégation pour s’enquérir de l’état de santé des volontaires, notamment dans l’hôpital principal de la ville et le centre du CRM.
Son Altesse Royale faisait ainsi preuve d’une énergie et d’un dynamisme inépuisables. Elle est retournée le même jour à Agadir où elle avait inspecté les camps de secouristes se trouvant dans la zone de bivouac, hébergeant les 350.000 volontaires qui attendaient le signal de Feu S.M Hassan II pour entamer la marche.
Le dynamisme des membres de l’illustre famille Royale s’est traduit également dans les actions de Feue S.A.R Lalla Amina et Feue S.A Lalla Fatima Azzahra, qui avaient rendu visite aux volontaires des provinces de Kelaat Sraghna, Azilal, Béni Mellal, Khouribga et Settat.

 

FERVEUR ET MOBILISATION PATRIOTIQUES

Célébration du 42ème anniversaire de la Marche Verte

C’est avec une ferveur patriotique extraordinaire et une mobilisation exceptionnelle que les Marocains ont accueilli, le 16 octobre 1975, l’annonce par Feu S.M Hassan II de l’organisation de la Marche Verte pour le recouvrement des provinces du Sud.
Dans les villes et les campagnes, la joie et l’enthousiasme qui se sont emparés des Marocains, signe de leur détermination à en découdre avec le colonialisme espagnol.
Dès la fin du discours historique du regretté Souverain, ils sont descendus par milliers dans les rues des différentes villes et villages pour exprimer leur soutien et leur disposition à participer à cette marche, quels qu’en soient les sacrifices.
Tel un seul homme, ils ont exprimé leur adhésion à cette initiative historique et pleine de sagesse de Feu S.M Hassan II qui a pris au dépourvu le monde entier en décidant d’organiser une marche pacifique en direction du Sahara pour sceller, et à jamais, le rattachement de cette région méridionale au reste de la patrie, dans une démarche civilisationnelle qui respecte la légalité internationale et la libre volonté des habitants.
La classe politique était unanime à saluer ce coup de génie et les témoignages d’appui commencèrent à affluer des partis politiques marocains, dont l’USFP qui a été  l’un des premiers à exprimer son adhésion à l’initiative du promoteur de la procession vers le Sahara.
Durant le mois qui avait précédé le discours du 16 octobre, Feu Abderrahim Bouabid avait effectué des tournées dans certains pays du mouvement des non-alignés et aux Nations unies afin de plaider la cause du Maroc sur le Sahara.
Dans toutes les régions du Royaume, les Marocains se sont rués vers les bureaux mis en place par les autorités pour l’inscription des volontaires à la Marche Verte.
Tout le monde avait hâte de participer à cette épopée historique qui restera gravée à jamais dans la mémoire et n’attendait que l’ordre du Roi libérateur pour bouger.
Les autorités avaient mobilisé de gros moyens pour assurer l’acheminement de ces milliers de volontaires, leur encadrement médical, leur nourriture et leur gîte, et tous les corps et services de l’Etat (autorités locales, Gendarmerie Royale, Sûreté nationale, Forces auxiliaires, Protection civile, Entraide nationale, Croissant-rouge marocain, etc.) ont répondu présent pour contribuer à la réussite de cette épopée du siècle.
Il fallait compter aussi sur la générosité légendaire des Marocains qui ont mis leurs propres moyens de transport à la disposition des pouvoirs publics, dans un geste témoignant de l’adhésion spontanée et unanime à cette entreprise, fruit du génie d’un grand Souverain.
Vint alors le jour J et le départ vers le Sud de cette marée humaine, à bord de trains, de camions, d’autocars et autres véhicules.
Des cérémonies de départ très émouvantes sont organisées alors dans toutes les villes et présidées par les gouverneurs qui saluent le patriotisme des valeureux marcheurs de la paix, lesquels vont converger vers Agadir avant la grande procession vers Tarfaya à bord d’innombrables camions pavoisés aux couleurs nationales pour briser les frontières factices dressées par le colonisateur pour séparer des hommes et femmes du même pays et de la même patrie.
Au passage des volontaires, ce sont des milliers de Marocains, hommes, femmes et enfants, qui se massaient le long de la route pour saluer et acclamer les marcheurs ayant pour seule arme le Coran.
Le 5 novembre, feu S.M Hassan II demanda aux volontaires de faire mouvement, le lendemain, en direction du Sahara.
« Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est la tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays », dira le regretté Souverain dans un discours tout aussi historique que celui annonçant l’organisation de la Marche.
Ce qui fut fait sans que la moindre goutte de sang ne soit versée et quarante deux ans après, le Sahara jouit toujours des bienfaits de la réunification et le peuple marocain reste armé du même patriotisme et du même engagement pour stopper net les gesticulations et manœuvres des adversaires de son intégrité territoriale.

Il transforme des pneus usés en objets ultra design

Par Emmanuelle Outtier – ladepeche.ma – 05/11/2017

Mohamed Khattou, un jeune créateur originaire de la région de Tiznit, est un peu le Lavoisier du design. Avec lui, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme: des pneus en fin de vie deviennent des meubles et objets ultra branchés: tables, coffres, miroirs, sacs… Celui qui se voit comme un start-uper a lancé Upcyclemo, une coopérative qui roule.

Comme souvent, les bonnes idées naissent dans un garage. C’est en fouillant dans celui de sa maison familial que Mohamed Khattou et son frère auront l’idée de restaurer la table du salon avec les pneus usés de la vieille voiture de leur oncle. Le concept Upcyclemo pouvait être lancé.

Il transforme des pneus usés en objets ultra design
« J’aime le fait de transformer une matière vulgaire à l’œil pour en faire un bel objet ». DR.
L’entrepreneur de 30 ans crée en 2013 la coopérative Upcyclemo dans son village natal Al Maader El Kiber, à une centaine de kilomètres d’Agadir. « Au début les gens trouvait l’idée bizarre mais maintenant, ils savent que ça participe au tourisme local. » DR.
Upcyclemo recycle tout type de pneus : tracteur, vélo, scooter, bulldozer… Tout est réutilisé, du flanc du pneu (partie latérale, ndlr) qui sert à confectionner des miroirs au roulement de la roue utilisé pour les tabourets ou les tables. Pourquoi le recyclage ? « Dans ma région, nous sommes très sensibles au réchauffement climatique parce que nous avons vécu la sécheresse et que nous manquons régulièrement d’eau. Je pense que dès l’enfance, on a conscience qu’il ne faut pas gaspiller. » DR.
La coopérative emploie aujourd’hui 5 personnes. « Lors des grosses commandes, je forme aussi des femmes du village qui viennent en renfort car les corbeilles, par exemple, sont cousues main ». Et les affaires tournent: Khattou ouvrait cette année un showroom, à Agadir. DR.
Il transforme des pneus usés en objets ultra design
Les pneus usagés sont décapés à grands coups de détergent puis « épluchés » couche par couche à l’aide d’un treuil de bateau de pêche. « C’est technique et tout est fait de façon artisanale. Nous n’utilisons aucune machine ». Entre 300 et 400 pièces sont confectionnées chaque mois : meubles, sacs, ceintures, jarres,… DR.
Rester fidèle à ses racines. « Les motifs de la table basse Mida en pneus cloués sont, par exemple, inspirés du patrimoine berbère de la région Souss Massa ». Plusieurs créations de Mohamed Khattou portent un nom amazigh, Byaa, agga, mida… DR.

Upcyclemo – Showroom : Complexe artisanal Kasbat Souss à Agadir.

Poursuite jusqu’au 9 novembre de l’opération de vaccination gratuite des supporters de l’équipe nationale désirant se rendre en Côte d’Ivoire

mapexpress.ma – 05/11/2017

Poursuite jusqu’au 9 novembre de l’opération de vaccination gratuite des supporters de l’équipe nationale désirant se rendre en Côte d’Ivoire

Le ministère de la Santé a annoncé que les services de vaccination contre la fièvre jaune et la méningite, ainsi que le traitement préventif contre la Malaria au profit des supporters de l’équipe nationale de football, souhaitant se rendre en Côte d’Ivoire, se poursuivront jusqu’au 9 novembre.

Le ministère invite les personnes intéressées à contacter le plus tôt possible l’un des établissements de santé désigné dans chaque région afin de bénéficier de ces services, munies de la carte d’identité nationale, ainsi que du billet d’avion pour Abidjan, indique le ministère dans un communiqué.

Il s’agit du centre de santé Takadoum (Rabat), de la direction provinciale de la santé de Béni Mellal, du centre de santé Abderrahman Sahraoui (Errachidia), de la direction régionale de la santé de Dakhla, du service des équipements de base et des travaux mobiles à Lâayoune, de la délégation provinciale de la santé à Guelmim, du centre de santé Moulay Youssef à Casablanca, du centre de santé Moulay Driss à Oujda, de l’Hôpital Ghassani à Fès, du siège du comité de santé à la délégation provinciale de santé à Agadir, de la délégation provinciale de la santé à Tanger et du service du réseau de soins de santé à la délégation provinciale de santé à Marrakech.

Le ministère assure que les vaccins et les médicaments nécessaires sont disponibles en quantité suffisante, en mobilisant plusieurs staffs médicaux et infirmiers au niveau des différentes régions du Royaume pour fournir gracieusement ces services aux supporters de la sélection nationale.

Le ministère va également envoyer une équipe de médecins et d’infirmiers à Abidjan, ainsi que les médicaments et le matériel médical nécessaires, afin d’accompagner les supporters et répondre à leurs besoins.

Il a, par ailleurs, mis à la disposition du public marocain un numéro de téléphone économique (0801004747) à toute fin utile.

Athlétisme : le Champion du monde du 800m s’entraine à Agadir (VIDEO)

2m.ma – 05/11/2017

Athlétisme : le Champion du monde du 800m s’entraine à Agadir (VIDEO)
.
Pour préparer ses prochaines compétitions, le Champion du monde du 800m, le Français Pierre-Ambroise Bosse, a décidé de se rendre à Agadir pour un stage d’entraînements du 3 au 16 novembre.

« En plus de présenter des conditions d’entrainement optimales pour Pierre-Ambroise, la ville d’Agadir semble aussi lui avoir porté chance », souligne le Conseil régional du tourisme (CRT) de la région Souss-Massa qui tente de positionner la ville comme destination pour sportifs de haut niveau.

Lors de son séjour, le champion français est en compagnie de son équipe ainsi que du recordman d’Europe du 100m, son compatriote Jimmy Vicaut, venu également effectuer ses entrainements à Agadir.

Le séjour des sportifs français est couvert, indique-t-on, par une importante délégation de journalistes spécialisés représentant le journal L’Équipe, premier quotidien de sport français,  »Athlétisme Magazine », et le groupe de télévision SFR Sport, qui regroupe RMC Radio, RMC TV, et BFM TV. Cette chaine, qui détient les droits TV de l’athlétisme, réalisera deux reportages de 52 min sur les deux athlètes, Pierre-Ambroise Bosse et Jimmy Vicaut.

Le directeur des équipes de France d’Athlétisme, Mehdi Baala, viendra, par ailleurs, en repérage, du 12 au 15 novembre, dans la perspective de faire de la capitale du Souss un camp de base de toute l’équipe française d’athlétisme.

%d blogueurs aiment cette page :